Archives par mot-clé : Pierre Gilbert de Voisins

Mon « carnet » De L’Isle : son journal pour l’année 1730 (VIII)

L’épisode n’est anodin ni par les détails météorologiques (où l’on verra que, comme aujourd’hui, les orages d’antan pouvaient faire des « dommages extraordinaires »), ni par la relation de la mort du président Gilbert de Voisins : des notations précises confirment la position sociale de notre commis et l’impossible appartenance, même lointaine, de Gilbert de L’Isle à la noble maison des Gilbert de Voisins.

Juillet 1730

Le samedy premier jour de juillet 1730. Temps bas et soleil de temps en temps le matin, et sur le midy et le reste de la journée beau soleil et fort beau temps. Sur le minuit est décédé M. le Président Gilbert de Voisins, âgé d’environ 74 ans, très regreté de toute sa famille, de tous les magistrats et de tous ses amis.

Le dimanche 2, jour de la Visitation de la Ste Vierge. Temps bas et chaud, et dans l’aprèsmidy, beau soleil et beau temps jusqu’au soir.

Le lundy 3. Beau temps et chaud. Enterrement de M. le Président Gilbert porté à St. Sulpice, notre parroisse, après 10 heures sonnées, où la messe a esté dite sur le corps et ensuite à St. Séverin, lieu de leur sépulture. Le roy fait la reveüe de ses mousquetaires dans les avenües de Versailles. Le bruit s’est répandu depuis 2 jours que M. le marquis d’Alincourt, colonel d’un régiment, s’estoit battu en duel avec un officier de son régiment, qu’il avoit receû 2 coups d’épée dont il étoit dangereusement blessé, et que l’officier s’estoit sauvé dans le pays estranger, d’autres que cela étoit faux. Grande feste donnée dans le Temple par l’ambassadeur de Moscovie pour le couronnement de la Czarine ; 400 couverts et un grand bal ensuite.

Le mardy 4. Beau temps le matin, sur le midy le temps s’est couvert ; de la pluye, grand tonnerre, orages l’apresmidy avec de la gresle très grosse [en marge : L’on a apris depuis qu’à Reims, et aux environs, ce mesme orage avec gresle estoit extraordinaire, faisoit un dommage de 5 à 6 millions, ainsi qu’à costé de Dammartin jusqu’à Montmorency et aux environs.]. Le roy s’est purgé [en surcharge : ou devoit se purger] aujourd’huy pour partir jeudy pour Compiègne.

Le mercredy 5. Temps bas et le matin un peu de pluye, et l’apresmidy assés beau. La porte de la Conférence presque achevée d’estre abbatüe.

Le jeudy 6. Temps bas presque toute la journée. Le roy passe devant le pont des Thuilleries et sur le boullevart pour aller à Compiègne.

Le vendredy 7. Beau temps et chaud. M. Mars, advocat au Conseil, demeurant cour du Palais, mort hier d’apoplexie en mangeant sa soupe.

Le samedy 8. Beau temps et très chaud pour la récolte des biens de la terre. Messe aux Petis Augustins pour feu M. le Président Gilbert. L’on peut dire que tous Messieurs du Parlement y ont assisté, grand nombre de Messieurs de la Chambre des comptes et de la Cour des aydes. Parens et amis aussi en grand nombre tant il étoit aimé et considéré. L’on a mesme dit que Messieurs de la 2ème vouloient luy faire un service à St. Séverin, lieu de sa sépulture. Les fermiers généraux ont la ferme du tabac à sept millions 8 cens mil livres au lieu de 4 millions 400 mil livres.

Le dimanche 9. Beau temps et très chaud avec de gros nuages. La nuit passée, le feu a esté à l’hostel de Tours ; vols et beaucoup de dommage. L’aprèsmidy, quelques coups de tonnerre et un peu de pluye, mais aux environs de Paris, à Villiers (?) et autres endroits, gros orage de gresle qui  a fait beaucoup de tort dans les endroits où elle est tombée.

Le lundy 10. Temps bas et pluvieux, mais très chaud le matin et l’aprèsmidy, beau soleil. Le curé de St. Barthelemy interdit de ses fonctions.

Le mardy 11. Temps pluvieux avec un grand vent presque toute la journée.

Le mercredy 12. Encore temps pluvieux et grand vent comme hier. Messieurs de la 2e chambre des Enquestes font faire un service solemnel en l’église de St. Séverin pour le repos de l’âme de deffunt M. le Président Gilbert, lieu de sa sépulture où ils ont tous assisté avec la famille et parens invitéz.

Le jeudy 13. Encore temps pluvieux et grand vent qui a fait grand tort aux fruits, l’on disoit aussi aux bleds. Le bruit s’est répandu que les cardinaux avoient quitté le conclave y étans mangéz des punaises, et qu’ils s’estoient séparéz jusqu’après les grandes chaleurs.

Vendredy 14. Beau temps et beau soleil. Aucunes nouvelles.

Samedy 15. Temps bas le matin, mais beau l’aprèsmidy. Mort de M. le Maréchal de Villeroy, plus ancien des maréchaux de France, cy-devant gouverneur du roy, très regreté de sa famille.

Le dimanche 16. Beau temps et chaud avec quelques nuages. L’on disoit que la dernière déclaration du roy concernant la Constitution [Unigenitus] avoit esté mise à Rome à l’Index pour estre examinée pour les termes qui blessoient la Cour de Rome, et que l’on faisoit un patriarche en Portugal pour s’y passer doresnavant du Pape. Sçavoir si cela est vrai…

[v°] Le lundy 17. Continuation de beau temps et très chaud.
Le mardy 18. Encore beau temps et très chaud. Mort de M. le Maréchal de Villeroy au lieu du 15 que l’on l’avoit dit mort. Grand tonnerre et de la pluye l’aprèsmidy. Aucunes nouvelles.

Le mercredy 19. La nuit grand orage, tonnerre, pluye et gresle, et encore presque toute la matinée, tonnerre et pluye ainsi qu’une partie de l’aprèsmidy. L’on parloit beaucoup des festes qui ont esté données à la reyne depuis dimanche, lundy et hier mardy, par des illuminations dans les jardins de Versailles, comédies, ballets, soupéz dans l’orangerie et bal jusqu’à 7 heures du matin.

Le jeudy 20, Ste. Marguerite. Assez beau temps, mais encore de la pluye de temps en temps. Nouvelle s’est répandüe en cêtte ville que le Cardinal Corsiiny[1] avoit esté élu Pape. Dieu nous le donne bon et qu’il mette la paix dans l’Eglise. Il a 78 ans 3 mois, à ce que l’on dit.

Le vendredy 21. Beau temps, seulement quelques nuages. Que la reyne étoit dans le 8e mois de sa grossesse et grâces à Dieu, en bonne santé. L’on parloit fort diversement du Pape touchant la Constitution ; cependant personne ne doutoit qu’estant créé par Clément XI, qui l’avoit donnée [la Constitution], il ne la fit exécuter.

Le samedy 22, Ste Marie-Magdelaine. Temps pluvieux, mauvais pour les récoltes, et particulièrement pour les seigles et les foins, ainsi que du reste.

Le dimanche 23. Encore temps couvert et pluvieux de temps en temps.
Le lundy 24. Commencement des jours caniculaires. Beau temps et chaud ; après temps couvert. Le Parlement vacque pour se reposer. Aucunes nouvelles.

Le mardy 25, feste de St. Jacques, St. Cristophe. Temps bas et chaud comme hier. L’assemblée du Clergé, qui faisoit toujours grande chère chez M. l’Archevesque, chez l’archevesque de Rouen et autres et chez M. de Senozan, donnoit 4 millions de don gratuit au roy, qui seroient répartis sur les pauvres prestres et curéz à l’ordinaire, et non sur les gros bénéficiers comme cela devroit estre. L’on disoit aussi qu’ils y alloient travailler pour la Constitution.

Le mercredy 26. Beau temps pour la récolte que l’on fait à force. M. de Murard, conseiller de la Grand-Chambre, très malade. L’on parloit de luy faire l’opération pour la taille. Que M. le Cardinal de Bissy estoit malade aussi.

Le jeudy 27. Temps bas et pluvieux, mais chaud. Le roy toujours à Compiègne où il chassoit souvent, et ne reviendroit à Versailles que le 27 aoust prochain. Toujours persécutions nouvelles dans beaucoup de diocèses pour l’entière exécution de la dernière déclaration pour la Constitution.

Le vendredy 28. Ste. Anne. Beau temps, peu de pluye le matin et (?).

L’on m’a dit qu’un Mr. De Martinière, à présent seul héritier de deffunt M. Terrat, chancelier de feu M. le duc d’Orléans, mort très riche, avoit fait une donnation de 500 mil livres à Mr Ysabeau père, l’un des greffiers de la Grand-Chambre, dont 300 mil livres sur les Etats de Languedoc. Cela mérite confirmation. Un volleur assassineur condanné d’estre rompu aiant esté mené hier à la Grève, n’a esté expédié que ce jour sur les 6 heures, toute la nuit aiant esté employée à amener des gens en grand nombre qu’il accusoit. L’on a dit M. le Prince de Ligne (?).

Le samedy 29. Beau temps pour la récolte. Encore nouvelles persécutions par beaucoup d’évesques dans leurs diocèses pour faire exécuter la dernière déclaration pour la Constitution, mais aussi tous les jours nouveaux arrests donnéz au Parlement pour casser toutes ces poursuites rigoureuses faites contre les plus honnestes gens.

Le dimanche 30. Temps bas et pluvieux le matin, beau l’aprèsmidy. On a dit que le coche de Metz avoit esté vollé, qu’il y avoit eu 5 personnes tuéz, sçavoir le cocher, 2 Messieurs du carosse et 2 des volleurs. M. le duc de Villeroy malade, mais mieux. M. de Murard aussi beaucoup mieux.

Le lundy 31 et dernier jour de juillet. Temps bas et chaud. St. Germain, évesque d’Auxerre, et St. Ignace de Loyola, patron et instituteur des jésuites. L’on disoit que les affaires se concilioient entre l’Empereur et l’Espagne pour l’Italie ; que les couriers partoient tous les jours de Compiègne où le roy étoit, et que les troupes d’Espagne qui deveoient s’embarquer à Barcelonne où tout étoit prest, ne s’embarquoient pas.

Fol suivant : « Mort de M. le Président Gilbert de Voisins

Cejourd’huy samedy premier jour de juillet 1730, sur le minuit est décédé Messire Pierre Gilbert de Voisins, conseiller de roy en ses Conseils, Président en la deuxiesme chambre des Enquestes du Parlement et Doyen de Messieurs les Présidens des Enquestes et des Requestes, âgé de 74 ans moins 4 mois et quelques jours estant né le 13 novembre 1656, d’une très grande probité et piété, aimé et respecté de toute sa famille qui le regrètera toujours, ainsi que tous les magistrats et ses amis ; homme de bien en tout et l’exemple d’un vrai chrestien et d’un parfait magistrat. Il est enfin mort aujourd’huy d’une mort vrayement chrestienne, après 7 à 8 mois de maladie, comme de langueur, avec toujours de la fièvre qui n’étoit souvent qu’interne. L’on croit mesme un abcèz au-dedans. Il avoit esté receu conseiller au Parlement le 14 may 1683 et Président le 3 février 1695, lesquelles charges il a toujours exercées avec probité et distinction, n’aiant jamais eû en veüe que le bien de la justice et celuy du public. Dieu luy fasse paix et miséricorde et nous fasse la grâce de l’imiter en toutes ses actions pour mourir en bons chrestiens comme il est mort.

Le lundy 3 juillet, sur les 10 heures du matin, le corps a esté porté à St. Sulpice, notre parroisse, accompagné d’un grand clergé, tous un cierge à la main, suivy de M. l’advocat général, son fils aîné et digné fils de M. son père, de M. de Vilennes, son second fils, et de M. de Voisins, son petit-fils, de tous Mrs. les Présidens et conseillers de sa chambre, de plusieurs autres, et des parens et principaux amis de sa famille. La messe a esté dite sur le corps, et après les prières accoutumées, il a esté porté à St. Séverin, lieu de leur sépulture où il a esté inhumé avec les cérémonies ordinaires et accoutumées.

Je n’ai pû assister à la cérémonie, ni luy rendre les derniers devoirs comme j’y suis obligé par reconnoissance de toutes ses bontéz et de celles de sa famille de laquelle je tiens tout ce que j’ay, aiant esté obligé de deurer avec M. Gilbert [en marge : greffier en chef, à qui j’ay l’honneur d’appartenir], son 3e fils et très digne de l’estre par tous les bons sentimens qu’il a, qui n’étoit pas en état d’y assister par la continuation de la perte de sa veüe et d’autres infirmitéz.

Le samedy 8, sa famille luy a fait dire des messes aux Petits Augustins où tous Messieurs du Parlement ont assisté, grand nombre de Messieurs de la Chambre des comptes et de la Cours des Aydes, et tous les parens et amis qui en avoient esté priéz. Il étoit vraiement aimé et estimé, et l’on disoit mesme que Messieurs de la 2e chambre des Enquestes devoient luy faire faire un service à St. Séverin, lieu de sa sépulture, pour marquer leur amitié et la grande considération qu’ils avoient pour luy, ce que je n’ai point encore veû si la chose s’exécutte.

Elle a esté cependant executtée le mercredy 12 de ce mois ainsi que je l’ai marqué.

[…]

Mémoire concernant l’exécution de la dernière déclaration concernant la Constitution. 28 juillet 1730.

Cejourd’huy vendredy 28 juillet 1730, a encore esté donné arrest de deffences au Parlement pour un curé du diocèse d’Orléans [note marginale à completer] contre les poursuites et procédures contre luy faites par son évesque ou par son official pour l’entière exécution de la dernière délcaration du 24 mars dernier concernant la Constitution, pour laquelle il semble qu’in grand nombre d’évesques veulent se signaler pour faire leur cour (à ce que l’on dit au ministère), mais que le Parlement donnant tous les jours des arrests contre ce qui se faisoit depuis la déclaration pour empêcher leurs persécutions, ainsi que l’on disoit mesme suivant les intentions du roy, les évesques n’auroient pas beau jeu contre le Parlement ny contre les autres qui alloient suivre ces exemples ; qu’il a mesme esté donné arrest cedit jour pour le sieur de Mareuïl, docteur de Sorbonne, sur appel comme d’abus de  [note marginale] ladite faculté et contre luy rendüe par des docteurs de doctoriser, mais que l’on ne doutoit point qu’il n’y eût au premier jour une évocation au Conseil du roy de cette affaire pour mettre la prétendüe Sorbonne à couvert de ce qui pourroit estre fait par le Parlement à ce sujet.

Il semble que la paix n’est pas plus dans l’Eglise depuis la déclaration, et qu’au contraire les évesques s’efforcent à y faire de nouvelles poursuites et persécutions qui sont contraires à la déclaration. Dieu y mette la paix, nous en avons grand besoin.

[…]


[1] Il s’agit de Laurent Corsini, pape de 1730 à 1740 sous le nom de Clément XII. Il était l’arrière-petit-neveux du saint évêque de Florence André Corsini. En 1738, dans sa constitution In eminenti, Clément XII porta condamnation de la franc-maçonnerie et interdit aux fidèles de participer à ses réunions sous peine d’excommunication.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts