Archives par mot-clé : peste

Le Parlement de Provence et la question sanitaire aux XVIIe et XVIIIe siècles

[1]

par Hugo STAHL, Maître de Conférences à l’Université de Lorraine, Institut François Gény (EA 7301)

§ 1. Selon le célèbre proverbe, « Mistral, Parlement et Durance sont les trois fléaux de Provence ». Si la dénonciation des caprices de la Nature semble justifiée à cette époque de l’Ancien Régime, l’accusation peut paraître injuste pour le Parlement de Provence. Institution créée par l’édit de Lyon en juillet 1501[2], le Parlement d’Aix a beaucoup fait dans son ressort pour apaiser les tensions et maintenir l’ordre provincial[3]. Mais, essayer n’est pas toujours réussir et on a pu reprocher à cette institution de ne pas avoir toujours pris la totale mesure des dangers qui guettaient sa province[4]. La question sanitaire illustre parfaitement cette ambiguïté : le Parlement a beaucoup fait, mais parfois mal fait et cela lui a été reproché.

§2. Sa capacité d’action repose principalement sur sa compétence de police générale dans son ressort qui est intimement liée à son droit de juger[5]. Selon une vision connue, l’exercice de la Justice ordinaire vise à réparer les désordres déjà advenus, tandis que la Police sert à les prévenir pour l’avenir « là où cesse la prévision axiomatique de la loi »[6]. En matière sanitaire, il s’agit principalement de prévenir, plutôt que de sévir, même si des erreurs ou des violations graves peuvent donner lieu à des condamnations. Le Parlement de Provence n’agit cependant pas seul. Pour établir une politique sanitaire efficace, il lui faut agir de concert avec d’autres autorités qui sont principalement locales. Il est indispensable de les évoquer pour percevoir ce que le Parlement fait et ce qu’il ne fait pas, ce qu’il fait bien et ce qu’il fait moins bien[7].

§3. En matière de police, ce sont les administrations municipales qui sont les plus actives. Leurs activités s’exercent dans le cadre de bureaux de police. Il n’existe pas en Provence de lieutenant général de police, car cette fonction créée en 1699[8], sur le modèle de celui qui existait à Paris depuis 1667[9], a été rachetée par le pays de Provence[10]. Depuis, les magistrats municipaux se disent « Consuls lieutenants généraux de police »[11]. Le Parlement d’Aix est investi d’un rôle de contrôle et de direction à l’égard de ces institutions.

 §4. Pour ce qui est du contrôle, le Parlement l’exerce par le biais de la procédure de l’homologation qui intervient dans deux hypothèses. La première est celle où l’autorité municipale ordonne des sanctions qui sortent de sa compétence normale. L’homologation par l’institution parlementaire est alors obligatoire. La seconde hypothèse est celle où l’autorité municipale souhaite imprimer plus de force à sa décision et pour cela elle entend la voir revêtue de l’approbation de la Cour aixoise. En ce cas, l’homologation reste facultative. Mais, une fois saisi, peu importe pour quelle raison, le Parlement de Provence exerce un contrôle de ces actes.

 §5.  Les gens du Parlement d’Aix ont aussi la capacité d’enjoindre aux consuls d’agir. En cela, ils dirigent l’action municipale. Dans ce cas, l’institution parlementaire prend l’initiative. Elle « mande » les consuls, leur « remontre » ce qu’il faut faire et leur « ordonne » de prendre les mesures qu’elle estime nécessaire. Les officiers de la cour aixoise agissent alors à travers les différents bureaux de police qui sont contraints d’obéir.

 § 6. Enfin, et c’est l’hypothèse extrême, les magistrats provençaux peuvent choisir d’agir sans intermédiaire en rendant des arrêts de règlement[12]. Principalement, cette option n’est prise que lorsque l’ordre provincial est menacé, ce qui relève de la police générale du ressort. Ces décisions s’imposent encore plus fortement aux autres autorités qui ne peuvent les contredire et qui doivent même veiller à leur exécution.

 §7. L’autre acteur majeur en matière de police est l’intendant. On aurait pu le voir comme un concurrent potentiel du Parlement d’Aix, mais ce n’est pas le cas pour la simple raison que ce commissaire du Roi est aussi le premier président du Parlement ou à défaut son fils aîné, appelé à lui succéder dans la première présidence[13].

 §8. En matière de justice, la compétence de première instance « des crimes et des délits emportant condamnation à une peine afflictive et infamante » en matière sanitaire relève des attributions du lieutenant criminel de chaque sénéchaussée. Les magistrats municipaux jugent « en matière de basse police, c’est-à-dire de contraventions sanctionnées seulement d’une amende »[14]. L’appel se fait, dans les deux hypothèses, devant le Parlement de Provence. Si la Cour souveraine aixoise saisit préventivement, elle juge en premier et dernier ressort. L’appel est cependant exclu pour les amendes inférieures à 12 livres, par privilège royal, dans le cadre de certaines villes[15].

 §9. Une fois ce cadre posé, on peut envisager plus précisément l’action du Parlement de Provence en matière sanitaire. Tout d’abord, il faut l’envisager sous le rapport de la gestion sanitaire des ressources vitales (I). Ensuite, il faut s’attacher à la réglementation des métiers présentant un risque sanitaire (II). Enfin, il faut envisager le cas des épidémies et le système de prévention mis en place pour cela (III).

I – La gestion sanitaire des ressources vitales

 §10.  Dans la gestion ordinaire des ressources vitales, le Parlement d’Aix intervient en matière sanitaire pour garantir la qualité des denrées vitales (A) et pour veiller à la salubrité des ressources hydrauliques (B).

A) Garantir la qualité des denrées vitales

 §11. Les éléments trouvés sur la qualité des denrées alimentaires portent principalement sur la gestion réglementaire des boucheries (1) et sur la question des farines (2). Pour les autres denrées alimentaires, « le commerce en reste libre » selon G. SAUTEL, et les seules restrictions ont un « but fiscal » ou en vue de protéger les producteurs locaux comme pour le vin[16]. Les autres réglementations parlementaires et municipales ont principalement vocation à restreindre l’accès aux marchés à certains métiers de bouche avant une certaine heure afin d’éviter qu’ils s’accaparent toutes les denrées et ainsi de permettre aux particuliers de s’approvisionner[17].

1) Les boucheries

 §12. A propos des boucheries, le Parlement de Provence n’est pas confronté au XVIIIe siècle aux problèmes courants rencontrés à Paris à propos des embouteillages dus à la surabondance des bestiaux aux entrées urbaines, ni même à la question de l’approvisionnement en bestiaux[18]. Cela ne signifie pas qu’ils n’existent pas, mais ces questions relèvent de la compétence des municipalités provençales dont le Parlement ne fait qu’homologuer certaines des délibérations[19]. Et dans l’hypothèse de dégâts commis involontairement, le Parlement d’Aix laisse les autorités municipales s’en charger et ne fait que contrôler leur action[20].

 §13. L’organisation de l’approvisionnement des boucheries en Provence est au XVIIIe siècle assez efficiente. Très souvent, comme à Aix, les boucheries sont affermées et relèvent dans beaucoup de domaines de la puissance municipale ou de la tutelle de la Cour des Comptes[21]. Dans cette hypothèse, l’attribution de la ferme de la boucherie l’est sur plusieurs années dans le cadre d’enchères. Le Parlement d’Aix n’intervient pas dans ce cadre, si ce n’est pour homologuer la délibération ayant permis la mise aux enchères[22]. En échange du monopole ainsi obtenu sur la vente de viandes, les fermiers de la boucherie ont l’obligation d’assurer l’approvisionnement de cette denrée au sein de la communauté concernée. Le prix de vente inclut le bénéfice des fermiers et surtout la perception d’un impôt auprès de la population, ce qui peut expliquer les prix parfois élevés[23]. La vente de la viande peut aussi se faire de manière exclusive dans les petites communes sur convention entre les consuls et un boucher, et dans ce cadre, le Parlement de Provence se contente d’homologuer l’accord entre les parties[24] ou le bail[25]. Lorsque la communauté des bouchers est importante et qu’elle se dote de statuts, le Parlement d’Aix les enregistre[26].

 §14. Les risques sanitaires tenant aux abattoirs, avec la question des circuits d’évacuation du sang et des déchets animaux, ne semblent pas avoir préoccupé les officiers aixois, ni même les modalités d’organisation de la vente où ils ne font qu’homologuer les délibérations municipales[27]. Les craintes sur le lien entre le caractère nauséabond des boucheries et la dégradation de la nourriture ne les préoccupent pas plus[28], même s’ils se soucient en d’autres occasions de la qualité de l’air et que l’idée que des maladies peuvent en découler est répandue[29]. De manière générale, ils laissent les administrateurs municipaux gérer ces questions au quotidien[30]. Ils laissent aussi aux administrateurs municipaux le soin de régler les menus litiges évoqués dans leurs délibérations qu’ils se bornent à homologuer[31]. Ainsi, le personnel subalterne de police comme les regardeurs ou les intendants de santé a « pour mission de saisir toute denrée qui leur paraîtrait suspecte et d’en rendre compte au bureau de police »[32]. Le plus souvent, relève G. SAUTEL, l’objet litigieux est « jeté à la voirie » ou s’il s’agit de bêtes contagieuses, « incinérées »[33]. On peut d’ailleurs constater que les administrateurs municipaux remplissent leur rôle de juges de basse police comme lorsqu’ils condamnent à 150 livres d’amende un boucher peu scrupuleux qui a vendu de la brebis en la faisant passer pour du mouton. Comme l’amende est élevée, les officiers du Parlement d’Aix enregistrent la décision des consuls afin d’en faire un exemple[34]. Mais, la compétence reste communale en vertu d’une vieille tradition provençale[35].

 §15. En revanche, les magistrats provençaux ont la volonté active de s’opposer aux risques de transmission des maladies par le biais de la viande elle-même. La viande issue de bêtes touchées par la maladie était donc interdite de vente[36]. Ainsi, face à la maladie de la langue qui touche les « bœufs, moutons et agneaux » provençaux, très vraisemblablement le glossanthrax (charbon de la langue)[37], les officiers de la cour provençale prennent un arrêt de règlement, même s’ils ne s’y attaquent pas aux risques de contamination entre les animaux, mais plutôt à une éventuelle transmission à la population provençale, ce que l’on appelle la zoonose[38]. Le désintérêt, quant aux risques de transmission entre troupeaux ou au sein du même troupeau, relève d’une impuissance à lutter contre ce mal[39]. Les médecins ne comprennent pas les facteurs de transmission, et il n’y a donc pas de recommandation pour une mise en quarantaine ou pour un abattage systématique des bêtes d’un cheptel ayant des cas de contagion[40]. On peut supposer que les officiers du Parlement d’Aix ne peuvent donc pas ordonner celui-ci sans se heurter à l’incompréhension ou à la révolte des propriétaires concernés. L’inquiétude, quant à la transmission aux humains, est, elle, guidée par le souci de la prudence et du salut public[41]. Ce n’est donc qu’à propos de ce risque là que les officiers de la cour aixoise agissent.

 §16. Dans un premier temps, les officiers aixois posent plusieurs règles visant à prévenir et à garantir la population contre ces risques. Ils chargent ainsi les consuls d’Aix d’établir des personnes compétentes afin de vérifier avant l’abattage si l’animal est sain ou non[42]. On peut citer aussi le cas de la communauté de Solliès[43]. Les officiers provençaux tiennent aussi à contrôler l’action de ces vérificateurs. La première mesure consiste à demander aux consuls de venir en rendre compte régulièrement[44]. Cependant, ces rapports ne peuvent exister que lors d’épisodes particuliers, circonscrits temporellement et géographiquement. Ils se révèlent trop contraignants pour les communautés éloignées d’Aix, et surtout dans l’hypothèse d’une pérennisation de la pratique. Il faut donc perfectionner le système.

 §17. Pour cela, les officiers de la cour provençale envisagent de faire marquer les bêtes saines afin d’établir une distinction claire entre les animaux sains et les animaux atteints[45]. Cela permet donc, en gardant le système des deux particuliers vérificateurs désignés par les consuls, de maintenir un contrôle quotidien. Un second volet de contrôle est aussi établi avec l’attribution à des intendants de santé, eux aussi choisis par les consuls, de la commission quotidienne de vérifier dans les lieux de débit de viande que les bêtes sont bien marquées du sceau des vérificateurs[46]. Afin d’assurer l’efficience de ce système, il faut aussi dissuader les mauvais comportements[47]. Pour cela, la crainte d’une « peine exemplaire » doit inciter les particuliers vérificateurs à faire preuve de davantage de zèle, même s’ils avaient déjà fait « séquestrer un bœuf et deux moutons pour être plus exactement visités[48], et cela d’autant plus que leur responsabilité et celle des intendants de santé peuvent aussi être mises en cause s’ils manquent à leurs devoirs respectifs : « à peine contre les dits intendants de privations de leurs commissions et d’être responsables des événements attribués aux coupeuses »[49]. Dans un second arrêt de règlement du Parlement, le durcissement des peines en cas de contravention ou de récidive est motivé par le constat de ventes de viandes de contrebande non marquées[50]. Leur responsabilisation accrue doit inciter les vérificateurs et les intendants à être attentifs à l’avidité des fraudeurs[51]. Elle permet de rendre plus efficient le système. S’il y a concussion, une peine de prison ou de bannissement peut aussi être envisageable. Ce qui, dans une certaine mesure, reste conforme aux peines fixées lors des jugements du Parlement de Provence lors de la seconde moitié du XVIIIe siècle[52]. Dans l’hypothèse de la contrebande révélée par l’action efficiente des commissaires, les fraudeurs risquent pour la première fois une amende de cent livres et en cas de récidive, une punition corporelle[53]. Afin de rendre ce trafic frauduleux plus difficile, il est interdit, par arrêt de règlement, jusqu’à nouvel ordre de transporter de la viande d’une ville à l’autre. En cas de non-respect, la peine applicable est la même qu’en cas de commerce clandestin[54]. L’interdiction de transporter la viande même marquée d’une ville à une autre peut se rapprocher des méthodes prophylactiques de l’époque avec l’établissement de multiples cordons sanitaires censés circonscrire le mal[55]. Ainsi, c’est le principe de l’interdiction de la vente de viandes réputées non saines qui prévaut dans l’esprit parlementaire, ce qui était traditionnel[56].

Il faut maintenant voir ce qu’il en est de la gestion sanitaire des farines et bleds.

2) Les farines et bleds

 §18. Les officiers du Parlement d’Aix veillent particulièrement à la qualité des farines et des pains afin que le consommateur provençal ne soit pas victime d’intoxication alimentaire. Ainsi, la moindre suspicion doit entraîner, en 1746, selon un arrêt de règlement, une tournée systématique « dans les maisons, magasins et boutiques des boulangers pour y vérifier la qualité des pains, blés et farines qui s’y trouveront » [57]. Ce contrôle pointilleux, ordonné par les magistrats de la cour souveraine aixoise, effectué par les consuls, doit aussi bénéficier de l’appui de « gens experts »[58]. Cet arrêt de règlement, qui a un caractère ponctuel, ne doit donc être vu que comme provisoire et visant à régler une situation sanitaire d’urgence. Il n’entend pas établir un contrôle régulier des denrées alimentaires, au contraire des mesures concernant les boucheries qui ont un caractère permanent. Qui plus est, son application est circonscrite à la ville concernée par les cas de suspicion et non étendue à toute la province. C’est donc un arrêt de règlement particulier[59]. Il peut toutefois servir de modèle dans une situation similaire, même plusieurs années après. On constate ainsi une véritable similitude entre deux arrêts de règlements particuliers du Parlement de Provence portant sur la même situation d’urgence, et pour la même ville, le second datant du 20 septembre 1749[60].

 §19. En revanche, sur la question de la transformation des bleds et farines, l’administration municipale est particulièrement active. On entend ici que les denrées transformées présentent certaines qualités particulières comme la grosseur, la forme, le poids ou encore le mode de cuisson des pains. Durant les époques de disette, ces ordonnances municipales interdisent de faire du pain blanc[61]. Le perfectionnement des ordonnances municipales aixoises a conduit à ce que le Parlement d’Aix établisse un règlement ordonnant que le modèle aixois soit appliqué dans toutes les villes de Provence[62].

 §20. On le voit, le traitement sanitaire de la qualité des farines et bleds par le Parlement d’Aix est plus ponctuel que pour les questions relevant des boucheries. Les administrations municipales n’en agissent que davantage.

Il s’agit maintenant de voir comment le Parlement de Provence intervient pour veiller à la salubrité des ressources hydrauliques.

B) Veiller à la salubrité des ressources hydrauliques

 §21. De façon comparable, les questions autour de la salubrité de l’eau agitent et troublent la cour aixoise en raison du caractère vital de celle-ci pour la survie de la communauté. Les aspects industriels et agricoles écartés[63], il ne faut pas oublier que l’usage de l’eau dont les populations des villes bénéficient, passe nécessairement par le biais des fontaines publiques[64]. Ces dernières posent un nouveau problème, celui de l’alimentation en eau par le biais de canalisations[65], mais aussi la propreté des lieux de distribution, c’est-à-dire des fontaines publiques[66]. Le Parlement de Provence « enjoint » donc aux consuls des communautés provençales de veiller à ce que les servitudes d’usage qui permettent de ravitailler la ville en eau soient respectées, que les cours d’eau ne soient jamais obstrués, notamment par des prises d’eau ou des canaux de dérivation posés en amont par les propriétaires des fonds riverains[67]. Sans quoi, les habitants peuvent vite être confrontés à une pénurie dramatique[68]. Plus particulièrement, la cour aixoise, qui sait se montrer assez conciliante lors des cas d’appropriation d’usage de l’eau pour les moulins ou les arrosages, devient intransigeante et très diligente dès que l’approvisionnement en eau courante d’une ville est menacé. Ainsi, en vertu du droit de jouissance de la ville à des surplus d’eaux, le Parlement de Provence interdit aux propriétaires de moulins du lieu des Pinchinats de construire des prises qui ne laissent plus échapper de surplus[69]. Les gens du Parlement de Provence dépêchent un commissaire afin qu’il ordonne la remise en l’état primitif de ladite prise[70]. Il semble même qu’en vertu du principe Si sit principium et caput fluminis, qui est reçu en Provence, on puisse faire une exception à la libre disposition du propriétaire d’une source née sur son fonds, mais dont les eaux entrent dans le canal public pour utilité publique[71]. La cour provençale, confrontée à de nouvelles tentatives de propriétaires de fonds proches du Barret, est amenée à rendre deux autres arrêts de règlements en 1722 et 1728[72]. Elle innove quelque peu, et impose une amende plus conséquente pour dissuader à l’avenir ces comportements contraires au bien commun et donc perturbateurs de l’ordre public[73]. La denrée étant vitale, et l’impatience de la population se faisant aussi sentir, le Parlement de Provence exige que les consuls d’Aix se rendent le jour-même dans les lieux concernés afin que les aqueducs puissent être à nouveau alimentés[74]. Ces consuls ne sont pas forcément en reste, car ils rendent eux aussi des ordonnances pour protéger l’eau des fontaines publiques d’une appropriation privée ou pour empêcher le lavage du linge dans celles-ci[75]. Ce sont les consuls, à travers le bureau de police, qui gèrent au quotidien l’alimentation en eau de qualité. Ainsi, ce sont eux qui nomment « un fontainier » lorsque la place est devenue vacante le 29 juillet 1624 ou encore le 17 juin 1743[76].

 §22. En même temps, les officiers de la cour aixoise réaffirment le droit d’usage prioritaire des aqueducs publics qui ne doit jamais être remis en cause même par une propriété privée[77]. De tout cela, il ressort que l’alimentation en eau des villes est « donc une prérogative publique »[78] de salubrité publique[79] à laquelle le Parlement de Provence veille scrupuleusement. Les officiers du Parlement d’Aix prennent soin aussi à ce que les retenues d’eaux ne provoquent pas de désagréments sanitaires ou nauséabonds[80], et de même ils s’assurent que les points de ravitaillement en eau pour les populations, c’est-à-dire principalement les fontaines, soient en bon état et propres[81]. Pour cela, il est nécessaire d’interdire que l’usager altère une eau avant de la rendre à son cours[82].

§23. On le voit, l’intervention du Parlement d’Aix se fait toujours en rapport avec les autorités municipales. Le premier intervient ponctuellement et sur des matières d’importance et laissent aux secondes la gestion de la police quotidienne.

Il s’agit maintenant de voir le rôle que le Parlement de Provence a pu jouer dans la réglementation des métiers présentant un risque sanitaire.

 

II – La réglementation des métiers présentant un risque sanitaire

 §24. La réglementation des métiers présentant un risque sanitaire est primordiale dans le cadre des métiers faisant la vente de substances potentiellement nocives, comme paradoxalement les apothicaires (A). Elle intervient aussi dans le cadre de métiers où l’on a en charge des personnes vulnérables, ce qui est le cas des nourrices (B). On aurait pu penser à un encadrement sanitaire des prostituées en raison des risques de transmission de maladies vénériennes, mais il apparaît que le Parlement de Provence -qui a rendu 35 arrêts à la barre sur le sujet- se soit plus inquiété du trouble causé à l’ordre moral qu’au risque induit sanitairement par ces pratiques selon l’étude de S. PRATALI[83]. D’ailleurs, il semble que les politiques nationales réglementaristes sur la prostitution ne commencent à s’imposer qu’à partir du XIXe siècle[84]. On peut aussi regretter que les sources parlementaires provençales n’offrent pas d’éléments sur la question pratique des inhumations et du rapport difficile entre sacré et police sanitaire[85], les magistrats aixois ayant préféré se concentrer sur des questions plus politiques de refus de sacrement de mort[86].

A) Encadrer la profession d’apothicaire

§25. Il n’existe pas de législation générale organisant le métier en Provence[87]. Certes, une ordonnance de Jean II le Bon d’août 1353 avait instauré des visites des boutiques des apothicaires, en réglementant l’exercice de la médecine et de la chirurgie[88] et un édit de Charles VIII avait établi le métier d’apothicaire comme métier-juré à Paris[89], mais, la première était intervenue à une époque où la Provence n’était pas rattachée à la France et le second ne concernait que Paris. Du XIIIe siècle jusqu’à la Révolution, le métier s’est organisé principalement en Provence, au moyen de statuts réglementant les communautés[90].

 §26. Le Parlement de Provence exerce un contrôle en homologuant les statuts dont ces communautés se dotent avec l’accord des administrateurs municipaux. Le premier acte consigné dans les registres royaux est celui de l’enregistrement du statut des maîtres apothicaires de la ville d’Arles, passé en présence des syndics Jean de Loste et Jean Brunet, et autres témoins, par maître Maurice Vincens, notaire royal à Arles, le 14 juillet 1592 et homologué par la Cour d’Aix, le 19 janvier 1593[91]. Si les statuts sont antérieurs à la création du Parlement, celui-ci homologue les modifications qui leur sont apportées. C’est le cas pour la modification des statuts des maîtres-apothicaires d’Aix, le 10 mai 1666[92] ou pour la suppression d’une imposition annuelle établie par la communauté des apothicaires de Marseille pour payer ses dettes quelques années auparavant, le 21 février 1679[93]. En principe, les apothicaires se sont formés en métiers-jurés qui déterminent de manière autonome leur règlement. Mais, il existe des exceptions. A Salon, en 1722, les consuls de la ville autorisent Antoine Aubiet à exercer cette profession, parce qu’il s’est dévoué pendant la peste, ce qu’entérine la cour aixoise[94]. Le Parlement d’Aix enregistre aussi les délibérations interdisant certaines activités aux apothicaires adoptées au sein d’une communauté[95] ou lorsqu’il s’agit d’imposer une taxe à ceux-ci[96].

 §27. Pour ce qui est des contrats passés entre un apothicaire et les consuls d’Aix pour préparer les médicaments prescrits aux malades de l’hôpital Saint-Lazare et des huttes environnant cet hôpital, il faut là encore que le Parlement aixois exerce son contrôle avant de les enregistrer. En l’espèce, les consuls d’Aix s’engagent même à louer une maison mise à la disposition de l’apothicaire qui s’engage à y résider[97]. Autre hypothèse, celle d’une transaction entre le syndic des apothicaires de Marseille et des maîtres-apothicaires qui intervient pour régler des conflits internes en juillet 1679[98]. Le contrôle du Parlement porte alors plus sur la validité formelle des actes pris que sur le fond des actes.

 §28. Le contrôle est plus conséquent dans le cadre d’un contrat passé entre les recteurs d’un hôpital et un apothicaire « au sujet de la fourniture des médicaments à cet hôpital par le sieur Pierre Gensolen, maître apothicaire à Tarascon », en juin 1664. En effet, le Parlement vérifie les délibérations ayant conduit à la conclusion du contrat et enregistre ensuite seulement le contrat[99]. Cela tient plutôt au statut particulier des hôpitaux qui font l’objet d’une protection accrue du Parlement d’Aix[100].

 §29. On le voit donc, si le Parlement provençal exerce un contrôle sur la profession d’apothicaire, il n’intervient pas de son propre mouvement, mais en réaction à ce qui se fait chez les apothicaires. Cependant, dans certaines hypothèses, il agit de sa propre initiative. C’est le cas à propos des substances que les apothicaires ont le droit de vendre. Là, le problème relève de la sécurité sanitaire et du maintien de l’ordre public, ce qui justifie que certaines substances soient bannies de leurs magasins « à peine de cinq cent livres d’amendes », dans un arrêt de règlement du 29 juillet 1743[101]. En cela, les officiers aixois adaptent la sévérité de la législation royale, prise à la suite de la célèbre affaire des poisons en 1682, en matière de substances vénéneuses[102]. Cependant, en pratique, on s’aperçoit que le Parlement de Provence ne condamne qu’à trente livres d’amende un apothicaire aixois qui possédait encore une substance interdite dans son magasin, le 17 août 1743[103]. Dans un arrêt de règlement du même jour, les officiers provençaux diligentent des inspections dans les principales villes du ressort, dont Arles, Marseille et Toulon afin de voir si leur précédent arrêt de règlement a été respecté[104]. A propos des apothicaires et des droguistes qui y sont assimilés, on ne trouve rien de plus, si ce n’est que leur expertise est utilisée dès l’instant où l’on soupçonne « quelque matière étrangère contraire à la santé » dans des corps ou des aliments[105]. Ce recours aux apothicaires peut également être constaté de la part des administrateurs municipaux, comme lors de la vérification de la qualité de safran saisi, le 31 octobre 1778[106]. Cette contribution à la révélation de la vérité ou à la protection des corps permet peut-être d’expliquer la relative bienveillance dont on peut faire preuve envers cette profession qui change progressivement de visage grâce à l’ordonnance de Louis XVI du 25 avril 1777[107].

B) Empêcher les abus des nourrices

 §30. Le Parlement d’Aix se permet aussi d’intervenir directement à propos de « dispositions fondées sur la justice naturelle et sur l’utilité publique »[108]. Cette doctrine concerne particulièrement le cas des nourrices qui sont au cœur des préoccupations de l’époque à propos des questions d’allaitement et de mortalité infantile[109]. La question est d’importance, à partir du XVIIIe siècle, car la peur de la dépopulation est prégnante en France, même si elle ne s’est pas justifiée[110]. La question des nourrices intéresse principalement les grandes villes, où presque toutes les classes sociales sont concernées par la mise en nourrice auprès « de seins mercenaires »[111]. Mais, le degré de risques pour l’enfant varie considérablement selon le milieu social et les enfants des bourgeois ne sont pas lotis comme ceux des familles pauvres. En effet, si la nourrice réside souvent à la campagne, son choix varie selon les classes sociales. Au bas de l’échelle, on trouve les enfants trouvés qui sont répartis auprès de nourrices en campagne et dont la mortalité est très importante[112]. Ce sont donc les enfants issus des classes les plus pauvres ou les illégitimes qui disparaissent de cette manière. Cependant, il y a aussi un intérêt économique pour les mères dans les milieux artisanaux à mettre son enfant chez une nourrice, car « le coût de l’allaitement mercenaire est inférieur aux gains de l’ouvrière travaillant aux côtés de son mari »[113]. Le choix se fait souvent au hasard ou par le biais de messagères ou recommandaresses comme le rapporte Prost de Royer, ce qui a des conséquences sur la mortalité infantile : elle s’élève aux deux tiers des enfants[114]. Chez les bourgeois, ce sont des considérations sociales qui conduisent à mettre les enfants en nourrice[115], mais la mortalité est souvent moins forte, car l’enfant est confié à des personnes avec qui des liens de famille ou de confiance existent[116]. Il ressort de ces éléments et aussi de la vision de l’époque qui se vérifie que la mortalité infantile plus importante que dans le cadre familial est due à la négligence et aux abus des nourrices[117]. Comme le relève Prost de Royer, c’est le manque de moralité qui est en cause. Parfois la femme est veuve et est trop âgée, elle ne produit donc plus de lait maternel et donne un substitut trop peu nourrissant[118]. Parfois, elle élève plusieurs nourrissons en même temps, ce qui laisse trop peu de lait maternel pour chacun[119]. Pire encore, certaines sont malades et transmettent leur mal à l’enfant[120].

§31. Sur toutes ces questions, une abondante législation royale existe, mais chose curieuse, elle n’a jamais été envoyée en Provence[121]. L’intervention en matière de police sanitaire du Parlement d’Aix se justifie donc par cette carence qu’il faut pallier. Les officiers de la cour aixoise n’entendent d’ailleurs pas innover, mais s’inspirer directement de ces déclarations royales pour créer leur réglementation[122]. En Provence, en s’inspirant de l’ordonnance de Jean II le Bon du 30 janvier 1350, de la déclaration royale du 29 janvier 1715 et de la déclaration du 1er mars 1727 qui concernent les recommandaresses et nourrices de Paris, des bureaux ont été créés auprès des hôpitaux afin de faciliter le placement des enfants[123]. A Paris, le but est de remédier aux abus qui « relèvent d’abord d’un système devenu anonyme et opaque qui ne permet plus de s’assurer de l’identité et des soins fournis par les nourrices ni de suivre la prise en charge des nourrissons »[124]. En Provence, les bureaux créés ont pour rôle de placer les enfants et d’éviter qu’une nourrice aient un nombre trop important d’enfants en garde. Cela permet de répondre à une partie des inquiétudes liées à la mise en nourrice. Ces bureaux sont réglementés par les différentes administrations municipales, ce qui en fait un service public d’une certaine manière. Le système paraît plus efficient qu’à Paris où le système des quatre offices de recommandaresses persiste jusqu’à la déclaration du 24 juillet 1769 qui le supprime au profit d’un bureau général des nourrices[125].

§32. Cependant, il existe une situation grave dont les magistrats provençaux veulent empêcher la réitération : celle de la nourrice enceinte[126]. En effet, cette dernière ne produit pas de lait. Dans son arrêt de règlement du 27 mai 1757, le Parlement d’Aix enjoint donc à ces bureaux de santé de vérifier si la femme est enceinte avant de lui confier un enfant. Pour cela, la solution la plus simple est d’exiger de la femme un certificat de moralité de la part du curé du lieu d’où elle vient attestant que son propre nourrisson est sevré. Comme la situation peut évoluer, dans le même arrêt de règlement, la cour aixoise « requiert être ordonné que les nourrices seront tenues en cas de grossesse d’en donner avis au moins dans le deuxième mois aux pères et mères des enfants ou autres personnes qui les auront chargés »[127]. Afin de décourager les futures nourrices qui souhaiteraient cacher leur grossesse, on les menace de peines assez lourdes[128]. Sur cette question, le Parlement de Provence s’est inspiré d’une ordonnance de police du 17 janvier 1757, rendue à Paris, qui est venue poser les mêmes obligations et interdictions aux nourrices enceintes[129].

§33. Significatif de la méfiance qu’inspirent les potentielles nourrices, quelques années après, un mémoire pris par l’intendance de Provence préconise le recours au lait artificiel dans le cadre des infections post-partum[130]. Or, si l’on ne connaît pas encore la cause de la fièvre puerpérale à cette époque, en cas de défaillance de la mère, on insiste ici sur le non-recours à une nourrice. On n’évoque cependant pas encore le risque de transmission de maladies vénériennes qui ne semble pas être une préoccupation du XVIIIe siècle, ce qui change au XIXe siècle, notamment avec le cas des nourrices syphilitiques contaminant les bébés ou à l’inverse celui de bébés syphilitiques contaminant les nourrices[131]. En Provence, cette préférence pour le lait artificiel à défaut du lait de la mère tient aussi dans le succès d’une expérience de médecine qui a eu lieu à Aix en 1775[132]. Confrontés à une situation catastrophique de pénurie de nourrices, les administrateurs de l’hôpital d’Aix s’appuient sur une consultation réclamée auprès de huit médecins de la faculté de médecine de Paris afin de faire nourrir à la cuillère avec du lait de chèvre, coupé d’une décoction d’eau de chiendent dans les quatre premiers mois. Après, les enfants seront nourris de crèmes de riz faites avec du bouillon de viande[133]. Cette expérience est tentée, car à Aix, comme ailleurs, les hôpitaux sont confrontés « à l’afflux considérable d’enfants trouvés » [134]. Ce régime, selon M. -Fr. MOREL semble bien réussir, puisque dans une lettre, les administrateurs de l’hôpital explicitent à ces médecins que « la mortalité des enfants trouvés a été beaucoup moindre » [135]. Mais, ce succès ne serait pas dû au seul lait artificiel, car il serait complémenté d’un peu de lait maternel. Le lait artificiel semble ainsi permettre de pallier la rareté du lait maternel, sans pouvoir le remplacer entièrement[136].

            Il faut maintenant voir comment le Parlement de Provence a pu intervenir en matière de prévention de la Peste.

III – La prévention de la Peste

 §34. Le cas de la peste est intéressant, car c’est une maladie qui frappe l’imaginaire et est une des figures majeures de la peur du Moyen-Âge aux Temps Modernes. Après avoir touché l’Europe durant l’Antiquité tardive, la peste disparaît et ne réapparaît qu’au XIVe siècle, sous le nom de peste noire[137]. Ce nouveau bacille serait venu d’Asie par la route de la Soie et aurait décimé près de 40% de la population[138]. A compter de 1348, les poussées de peste se succèdent régulièrement tous les 11 ou 12 ans jusqu’en 1536, puis tous les 15 ans de 1536 à 1670[139]. C’est principalement le développement des échanges humains et commerciaux, mais aussi des guerres et voyages lointains qui en a favorisé la persistance et la propagation[140]. C’est la résurgence souvent imprévisible de ces épidémies qui a obligé les autorités publiques à intervenir afin de combattre ce fléau[141]. La méconnaissance de la maladie, principalement due à l’obscurantisme médical[142], a forcé au développement de mesures prophylactiques communes en vue d’en prévenir l’apparition[143]. Mais cette prévention a échoué en 1720. Pour bien comprendre cette défaillance (B), il faut d’abord évaluer le cadre général du système de prévention (A).

A) Le cadre général des mesures de prévention

§35. En France, l’organisation de la sécurité sanitaire a progressé durant le règne de Louis XIV. Au niveau national, le pouvoir central se tenait informé grâce à ses agents diplomatiques de la situation sanitaire des pays étrangers, et plus particulièrement ceux d’Orient, vecteurs principaux du mal pesteux. Ces informations obtenues par le pouvoir central, en l’espèce le contrôleur général des finances, redescendaient à l’échelon local par le biais de l’intendant et de ses subdélégués qui en informaient les autorités municipales. Celles-ci aggravaient alors les mesures de quarantaine en conséquence. Au niveau local, les différentes autorités font remonter par le biais de l’intendant au pouvoir central les différentes informations de cas pesteux[144].

§36. Principalement, depuis les années 1660-1670, le risque épidémique a une origine maritime[145] et le mal pesteux vient d’Orient. Afin d’éviter les risques de dispersion, on ne permet le relâchement des navires en provenance du Levant que dans les ports de Marseille et de Toulon. Cette innovation qui remonte à 1622, on la doit au Parlement de Provence[146] et elle est consacrée par le roi en 1709[147]. Pour cela, des lazarets, servant de lieux de quarantaines sont créés à Marseille[148] et à Toulon[149].

§37. Dans ces deux cités provençales, les bureaux de santé ont une importance primordiale : ce sont eux qui délivrent systématiquement des patentes maritimes de santé pour les navires. Il existe trois types de patentes : la nette, la suspecte et la brute. Elles sont déterminées en fonction du degré croissant d’exposition du pays de provenance ayant des cas connus de maladies pestilentielles, dont on a vu qu’il était mis à jour grâce aux agents diplomatiques qui relayaient l’information. La nette signifie qu’il n’y a aucun danger, la suspecte qu’il y a une suspicion raisonnable et la brute qu’il y a un cas avéré. En fonction, du type de patentes, les passagers, les navires et la cargaison sont respectivement astreints à dix-huit, vingt-huit et trente-huit jours de quarantaine pour la nette, à vingt-cinq, trente et quarante jours de quarantaine pour la suspecte et à trente-cinq, cinquante et soixante jours de quarantaine pour la brute[150].

§38. Théoriquement, un contrôle de tous les actes devrait être assuré à l’échelon local par le Parlement de Provence[151]. Dans la pratique, ce sont les autorités municipales qui ont la main. En effet, le contrôle administratif systématique s’exerçait principalement sur l’homologation des règlements qui pouvaient être pris et non sur leur mise en œuvre. Si celle-ci posait souci, le parlement ne pouvait en connaître qu’en tant qu’instance juridictionnelle. Malheureusement comme le mal pesteux a presque disparu au début du XVIIIe siècle et que les intérêts commerçants sont prégnants, aucun des intéressés ne va dénoncer au Parlement les libertés prises par les administrateurs de Marseille et les membres du bureau de santé de Marseille, car elles arrangent tout le monde[152]. Au-delà des intérêts commerçants, il y a aussi une forme d’inconséquence de la part de certains intendants de santé dont la vigilance se relâche[153]. Or, dans tout cela, même si le Parlement d’Aix a la capacité théorique de réprimer un abus[154], pour le faire encore faut-il qu’il en ait connaissance, ce qui n’est manifestement pas le cas. Tous les éléments sont alors réunis pour qu’une catastrophe se produise.

B) La faillite du système de prévention de la peste

§39. La célèbre affaire du navire le Grand Saint Antoine à l’origine de l’épidémie de peste de 1720 paraît alors inévitable. Alors même que des cas de peste ont été signalés par l’équipage de ce bateau en provenance du Levant, certains magistrats municipaux marseillais, dont le premier échevin Jean-Baptiste Estelle, auraient fait pression sur les intendants de santé pour que l’on applique le régime de la patente nette au lieu de celui de la patente brute afin de permettre à ce navire de sortir de sa quarantaine plus tôt[155]. L’un des magistrats municipaux a en effet des marchandises à bord de ce navire dont il aurait voulu disposer plus rapidement[156]. Cette première collusion est grave et reflète l’influence des administrateurs marseillais, dont l’activité professionnelle est essentiellement commerçante. Le conflit d’intérêts est trop fort. Cependant, la situation pouvait encore être contrôlée. Mais, afin de ne pas déranger le commerce, ces administrateurs municipaux auraient déclaré tardivement la peste aux autorités parlementaires « en s’obstinant à considérer qu’il ne s’agit que d’accidents »[157].

§40. Face à la révélation de l’incurie municipale et au développement de l’épidémie, le Parlement de Provence réagit vigoureusement et ne prend pas moins de quarante-sept arrêts de règlement entre le 31 juillet 1720 et le 30 septembre 1720 dans le but de juguler la propagation de la maladie[158]. Certaines mesures sont extrêmement sensées. Le Parlement d’Aix ordonne ainsi un blocus des villes de Marseille et de Vitrolles-les-Marignane pour cantonner le mal pesteux[159] et isole aussi la Provence des provinces françaises ou étrangères limitrophes[160]. Afin d’avoir connaissance de la propagation de l’épidémie, le Parlement provençal enjoint aussi aux consuls des villes et lieux de la province de lui déclarer les cas de peste[161]. Ce qui lui permet le cas échéant d’ordonner la quarantaine d’autres communautés comme Lançon[162] ou Gaubert[163]. Le Parlement de Provence contrôle strictement les sorties de quarantaine[164]. Il prescrit une sévère surveillance des portes des villes[165] : pour pouvoir rentrer dans une ville ou un village, il faut présenter une patente de santé qui est contrôlée par des intendants de santé[166]. Il recourt à la contrainte pour constituer les guets bourgeois chargés d’assister ces intendants[167].

§41. Logiquement, il faut aussi éviter toute pénurie alimentaire et pour cela, les officiers du Parlement provençal interdisent la vente de blé au Comtat Venaissin dans un premier temps[168], puis restreignent la liberté du commerce des blés dans un second temps[169]. Pour que les marseillais puissent se nourrir, on ordonne également aux boulangers et mitrons qui en sont résidents de rentrer dans les cinq jours dans la ville[170].

§42. Afin d’éteindre les foyers de contagion, le Parlement d’Aix prohibe les réunions en restreignant le nombre de personnes présentes à des funérailles[171], en interdisant la tenue de foires[172] ou en interdisant les déménagements[173]. Il doit aussi faire appel aux membres des professions médicales dont il interdit la fuite[174] et ordonne qu’ils fassent leur office chaque fois qu’on les sollicite[175].

§43. Cependant, l’analyse plus précise d’autres textes réglementaires montrent des dispositions parfois contradictoires ou trop tardives décidées par le Parlement aixois. En effet, cédant aux préjugés anciens, le Parlement de Provence aurait ordonné l’expulsion des pauvres étrangers des villes, brisant ainsi le confinement et permettant la propagation de l’épidémie dans les campagnes[176]. Cette propagation fut encore aggravée par son incapacité à empêcher les fuites des nobles ou des riches bourgeois dans les campagnes ou dans d’autres villes[177]. On a vu que le Parlement d’Aix avait interdit aux foires de se tenir en Provence dans un arrêt du 17 septembre 1720, mais quelques semaines auparavant, il les avait encore maintenues, même s’il avait prescrit quelques précautions aux consuls de Salon, Pertuis et Sisteron[178]. Mesure encore plus difficilement compréhensible, la cour provençale, le 10 août 1720, avait dispensé les personnes provenant de localités non contaminées de la formalité des billets de santé avant de l’imposer, le 11 septembre 1720[179].

§44. Ces mesures mal venues ou tardives sont critiquées par le Régent. Le Conseil du Roi estime même que la multiplication des précautions prises par le Parlement d’Aix est excessive, voire contre-productive, car elles n’auraient fait qu’augmenter « l’alarme et la consternation dans le cœur des peuples »[180]. De même, « le cours ordinaire du commerce » aurait été interrompu, ce qui aurait « privé le pays par un excès de précautions, des secours qu’il aurait pu attendre de l’extérieur »[181]. A vouloir trop bien faire, le Parlement d’Aix a mal agi.

 §45. Dès lors, on comprend mieux pourquoi, le régent Philippe d’Orléans, face à cette situation, suspend les attributions parlementaires et municipales par un arrêt du conseil du 14 septembre 1720, afin de prendre personnellement en main la gestion de l’épidémie. Cette suspension ne vise toutefois pas que le Parlement aixois, mais l’ensemble des cours souveraines de justice du royaume. Le but est clairement d’empêcher que des ordres contradictoires soient donnés. Il centralise les principales décisions et afin d’avoir une action plus directe, délègue une autorité administrative exceptionnelle et provisoire aux intendants et aux commandants de province[182]. On peut également penser que les mesures prises sont politiques, car elles visent à rassurer la population à l’intérieur et les pays voisins à l’extérieur du royaume.

 §46. La gestion exceptionnelle de cette peste échappe alors au Parlement de Provence[183], et celui-ci, par dépit, n’aura de cesse, une fois la crise passée de dénoncer les abus commis par les militaires durant cette crise[184]. L’intendant est épargné par les critiques, car il est aussi son premier président.

                                                     *                             *

                                                                     *

 §47. Pour conclure, on constate que le Parlement de Provence agit à plusieurs niveaux et selon un degré d’intervention variable en matière sanitaire. Par le biais de l’homologation, il a connaissance de beaucoup de décisions prises, sans que cela soit exhaustif. Dans ce cadre, il peut faire un contrôle formel des délibérations et éventuellement les écarter. L’homologation augmente sa connaissance de ce qui se fait en Provence et permet de revêtir d’une autorité supérieure les mesures décidées par les diverses autorités municipales. Par le biais des arrêts de règlement particuliers et généraux, le Parlement d’Aix intervient dans toutes les matières sanitaires à chaque fois qu’il l’estime nécessaire. Ainsi, en théorie, rien ne lui échappe, mais en pratique, il n’a ni les moyens matériels de tout contrôler, ni la volonté d’intervenir sur toutes les questions et cela, afin de respecter l’autonomie dont bénéficient les autorités municipales en Provence. En théorie omnipotente en sa province, la cour aixoise est tributaire des autres autorités provinciales pour gérer la question sanitaire et surtout des circonstances. On peut aussi ajouter qu’une institution aussi éminente que la cour souveraine provençale ne peut s’abaisser à connaître d’affaires trop petites qui mobilisent des moyens et des personnes mieux employées ailleurs.

 

[1] Liste des abréviations :

ADBDR= Archives Départementales des Bouches-du-Rhône ; R.A.R= Registres des Arrêts de Règlement ; R.D= Registres de Délibérations ; R.R= Registres des Lettres Royaux et Bulles pontificales.

[2] ADBDR, R.R, B. 3313, Edit portant établissement du Parlement de Provence, Lyon, Juillet 1501 ; Lettres portant confirmation du Parlement de Provence, Grenoble, 26 juin 1502.

[3] Cf H. STAHL, Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial sous le règne de Louis XV : La contribution des parlementaires provençaux, Paris, Éditions Varenne, 2019, XVI-800p.

[4] M. VOVELLE, « La mort du Parlement d’Aix », in [Ouvrage collectif], Le Parlement de Provence (1501-1790) : Actes du colloque d’Aix-en-Provence, 6 et 7 avril 2001, Aix-en-Provence, Publication Université de Provence, 2002, p. 191-208.

[5] Sur les origines et la justification de l’exclusivité de la compétence de police générale du ressort dévolue au Parlement de Provence, voir H. STAHL, Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial, op.cit., p. 463-470. On peut étendre au Parlement d’Aix ce que P. PAYEN a relevé à propos de celui de Paris : « rien de ce qui concerne la Police Générale dans le ressort ne lui est étranger », (Les arrêts de règlement du Parlement de Paris au XVIIIe siècle. Dimension et doctrine, Paris, Puf, 1997, p. 17).

[6] P. NAPOLI, « Police : La conceptualisation d’un modèle juridico-politique sous l’Ancien Régime (1) », Droits, 20, 1994, p. 191.

[7] On laisse cependant de côté les prévôts de la maréchaussée dont l’activité porte sur les crimes commis soit par des gens de guerre, soit par les vagabonds et gens sans aveu ou bandits. On écarte aussi les gouverneurs dont l’influence a fortement décru et dont la position tient principalement au pouvoir militaire de réprimer les ports d’armes et assemblées, à visiter les places et forteresses et à lever le ban et l’arrière-ban depuis une lettre royale du 21 septembre 1560. Surtout, cette lettre leur ôte toute compétence de police dans les villes sauf en matière militaire (ADBDR, RR, B.3328, Lettre royale interprétant les pouvoirs du comte de Tende, gouverneur de Provence, lieutenant général du Roi, amiral des mers du Levant, grand sénéchal, et fixant les matières dont la connaissance est réservée au Parlement ; Saint-Germain-en-Laye, 21 septembre 1560 (f° 255)). On s’aperçoit d’ailleurs qu’au XVIIIe siècle, le gouverneur n’a plus qu’un rôle symbolique.

[8] Dans un édit d’octobre 1699, le Roi évoque l’établissement de ces lieutenances générales, en remplacement des anciens officiers municipaux, qui devrait avoir lieu partout où cela serait « jugé nécessaire », (Édit portant création d’une lieutenance générale de police en chaque cour de parlement, Fontainebleau, Octobre 1699, in Isambert, Tome XX, n°1694, p. 346, préambule). Dans un second temps, en novembre 1699, il précise que cette mesure concernait toutes les villes ayant en leur sein un « parlement, [une] cour des aides, [une] chambre des comptes, [des] sièges présidiaux, [des] bailliages, [des] sénéchaussées et [d’autres] juridictions royales », (Édit portant création de procureurs du roi, greffiers et huissiers, et commissaires de police, dans la résidence des lieutenants généraux de police, Versailles, Novembre 1699, in Isambert, Tome XX, no 1697, p. 347). Cette réforme concernait donc une quinzaine de villes en Provence.

[9] Édit portant création d’un lieutenant de police à Paris, Saint-Germain-en-Laye, Mars 1667, in Isambert, Tome XVIII, n°501, p. 100-103.

[10] La question s’est réglée par le rachat global par le Pays de Provence de ces offices, sur la proposition issue d’une délibération de son Assemblée générale des Communautés de Provence en décembre 1699 pour la somme de 250000 livres. Le Conseil d’Etat du Roi a agréé cet accord dans un arrêt du 2 mars 1700, (G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime. Le Bureau de police d’Aix-en-Provence, Thèse Droit Aix, 1945, p. 14). Le rachat a lieu dans la plupart des grandes villes du Royaume, sauf à Grenoble, (C. COURTECUISSE, La police de Grenoble au XVIIIe siècle : des enjeux locaux d’influence ? (1699 – 1789), Thèse d’Histoire du droit, Université de Grenoble II, 2003, p. 26-27).

[11] G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime op.cit., p. 14.

[12] Ce droit de réglementer « n’appartient qu’au Roi et aux parlements », N. DELAMARE, Traité de la Police…, Paris, J.et P. Cot, 1705-1710, Tome I, p. 38.

[13] Cette situation de cumul quasi-permanent se répéta en Provence de 1661 à 1671, puis de 1707 à 1771, puis de 1775 à 1790. Elle était le résultat des réceptions houleuses que les officiers provençaux réservèrent aux intendants successifs. Afin de permettre un meilleur accueil de ceux-ci, Louis XIV les choisit au sein du Parlement. Son choix, qui se porta naturellement sur le premier président, fut constamment suivi par Louis XV et Louis XVI, (BOISGELIN, Chronologie des officiers des Cours Souveraines de Provence, par Balthazar de Clapiers-Collongues, Aix-en-Provence, Edition de la société d’Etudes Provençales, 1904, p. 9-11). Sur les intendants de Provence, l’étude de référence est celle de F.-X. Emmanuelli, Pouvoir royal et vie régionale en Provence au déclin de la Monarchie : psychologie, pratiques administratives, défrancisation de l’Intendance d’Aix, 1745-1790, Lille, Service de reproduction des thèses de l’université de Lille III, 2 volumes, 1974.

[14] G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime op.cit., p. 130-131.

[15] Les lettres patentes du 30 avril 1612 permettent aux officiers des bureaux de police de la ville d’Aix de juger en dernier ressort, (ADBDR, RR, B.3344). En janvier et en août 1676, on reconnaît le même privilège à d’autres villes provençales comme Arles et Toulon, (BARRIGUE DE MONTVALON, Précis des ordonnances, édits, déclarations, lettres patentes et règlements dont les dispositions sont le plus souvent en usage dans le ressort du Parlement de Provence, Aix, Veuve David, 1752, p. 28 et 493).

[16] G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime op.cit., p. 61. Et encore, cette protection des raisins et vins locaux avait été instituée par lettres patentes de Charles II d’Anjou du 20 juin 1292. Les atténuations en étaient devenues si fortes à partir de 1666 que ce protectionnisme ne relevait plus que de « considérations fiscales au XVIIIe siècle ».

[17] G. SAUTEL, ibid., p. 63.

[18] L’ouvrage de R. ABALD sur l’approvisionnement alimentaire de Paris fait apercevoir nombre de matières dont le Parlement de Provence ne s’occupe pas à propos des viandes, (Le Grand Marché : L’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2002, p. 113-392). Sur la consommation de viande quotidienne en Provence, de l’ordre de soixante-quinze grammes par personne, soit deux fois moins qu’à Paris, voir A. VIALA, La vie de l’homme de la naissance à la mort. XVIe-XVIIIe siècles, Nîmes, Mondial Livres, 2016, p. 202.

[19] ADBDR, RR, B.3352, Délibération des consuls et communauté de Toulon, décidant que l’on continuera à débiter la viande de boucherie, les fruits et denrées, aux lieux accoutumés, homologuée le 24 juin 1639, f° 192 ; B.3371, Délibération du conseil de Solliès enjoignant au boucher communal de tenir un étalage au hameau des Toucas, homologuée le 23 avril 1680, f°60 ; B.3376, Règlement des pâturages et du commerce de la boucherie de La Ciotat, homologué le 22 avril 1695, f° 129.

[20] ADBDR, RR, B.3373, Délibération du conseil de Draguignan qui rend le fermier de la boucherie responsable des dégâts commis par ses troupeaux, homologuée le 9 octobre 1689, f°622.

[21] Voir sur ce point, J.-L. MESTRE, La Ferme de la boucherie d’Aix en Provence au XVIIIe siècle, mémoire de DES d’Histoire du droit et des faits sociaux, Aix-en-Provence, 1969, p. 9-10. La réglementation sanitaire y est évoquée aux pages 9 et 10. Les interventions du Parlement sont analysées p.83-85. Sur tous les aspects juridiques des contrats d’affermage, voir J.-L. MESTRE, Un droit administratif à la fin de l’Ancien régime : le contentieux des communautés de Provence, Paris, LGDJ, 1976, p. 109-185, 363-400.

Sur Marseille, il faut se référer à l’étude de J. BILLIOUD, « La boucherie à Marseille aux XVIIe et XVIIIe siècles : monopole, contrebande, franchise », Provence Historique, Tome XXIV, fascicule 95, Janvier -mars 1974, p. 68- 85. On trouve également un affermage à Alleins, à Collobrières et à Gardanne, ce dont le Parlement prend acte, (ADBDR, RR, B.3376, Ferme de la boucherie d’Alleins, enregistré le 21 mars 1695, f°405 ; B.3383, Bail à ferme de la boucherie de Collobrières, enregistré le 20 septembre 1704, f°38 ; B.3400, Bail à ferme de la boucherie de la communauté de Gardanne, enregistré le 19 mars 1725, f°141).

[22] ADBDR, RR, B.3352, Délibération de la communauté de Draguignan, au sujet du bail de la boucherie, homologuée le 10 août 1650, f° 142.

[23] Pour plus de précisions, il faut se référer à J.-L. MESTRE, Un droit administratif à la fin de l’Ancien régime, op.cit., p. 363-400.

[24] ADBDR, RR, B.3369, Convention pour la boucherie communale de Saint-Zacharie, homologuée le 9 mars 1682, f° 909.

[25] Pour quelques exemples : ADBDR, RR, B.3371, Bail de la boucherie communale du Bausset, homologué le 20 mars 1685, f 457 ; B.3374, Bail de la boucherie de Callas, homologué le 2 avril 1681, f°71 ; B.3377, Bail de la boucherie communale de Seyne, homologué le 6 septembre 1697, f°552 ; B.3379, Bail de la boucherie de Draguignan, homologué le 20 septembre 1700, f 442 ; B.3381, Bail de la boucherie communale de Draguignan, homologué le 28 septembre 1702, f°740 ; B.3398, Bail de la boucherie de la communauté de Maillane, homologué le 19 mars 1720, f° 262 ; B.3439, Bail passé par les consuls et communauté de Peynier de la ferme de la boucherie de cette ville à Thomé Armand, maître maréchal à forge de ce lieu, depuis les fêtes de Pâques jusqu’au dernier jour du Carnaval suivant, homologué le 11 mars 1769, f°1111 ; B. 3460, Acte de bail de la fourniture de la viande passé par les consuls et communauté de Mirabeau à Joseph-Pierre Pardigon, ancien boucher de ce lieu, homologué le 28 mars 1784, f 506.

[26] ADBDR, RR, 3372, Délibération du corps des bouchers d’Aix arrêtant de nouveaux statuts basés sur les anciens, homologuée le 8 janvier 1687, f°149.

[27] ADBDR, RR, B.3367, Délibération de la communauté de Tourves décidant de placer dans la halle de la boucherie un banc où devra être exposé en vente toute la viande apportée dans la localité, le 18 juin 1679, f° 115 ; B.3382, Règlement du conseil d’Eyragues pour la boucherie, la boulangerie et la police du terroir, homologué le 18 mars 1703, f°239 ; B.3447, Délibération des consuls et communauté de Bargemon décidant, eu égard aux pertes qu’a subies Joseph Trouin, boucher, à la ferme de la boucherie, de lui augmenter de 3 deniers, les prix de toutes les viandes qu’il débite aux particuliers, homologué le 18 avril 1773, f°395.

[28] Il en va de même dans la capitale : R. ABALD, « Les tueries à Paris sous l’Ancien Régime ou pourquoi la capitale n’a pas été dotée d’abattoirs aux XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire, économie et société, 1998, 17ᵉ année, n°4, p.  649-654.

[29] Voir par exemple, ADBDR, R.A.R, B3702, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 5 octobre 1719. Dans cet arrêt, le Parlement d’Aix ordonnait aux propriétaires de biens, se trouvant à moins de « cinq cent pas des environs de la ville », de ne pas y tenir « des amas de fumier, des cloaques, ni d’y retenir les eaux pluviales qui découlent par les conduits de la ville dans leurs réservoirs, ni autrement jeter de la paille dans lesdits réservoirs ». Voir R. ETLIN, « L’air dans l’urbanisme des Lumières », Dix-huitième, n°9, 1977, p. 122-134.

[30] G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime op.cit., p. 53-55.

[31] ADBDR, RR, B.3418, Délibération de la communauté de Saint-Laurent-du-Var en vue de mettre fin à des abus commis au préjudice des fermiers des moulins, des fours, du vin et de la boucherie, homologué le 26 septembre 1745, f°429 ; B.3429, Délibération de la communauté d’Aix approuvant les articles de règlement qui suspendent, par suite des plaintes des propriétaires au sujet des bergers, le droit pour les fermiers de la boucherie de mener leur troupeau pendant la durée de leur bail dans les bolles, comme ils le faisaient suivant un privilège exclusif accordé par l’article 12 du règlement communal de 1574 (7 art.), homologué le 20 septembre 1760, f°738.

[32] G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime op.cit., p. 55.

[33] Ibid.

[34] ADBDR, RR, B.3453, Ordonnance de police rendue par les consuls de Fayence condamnant Antoine Boyer, du lieu de Seillans, boucher de ce lieu, qui a vendu de la brebis de mauvaise qualité pour du mouton, à trois personnes, à leur rendre le montant de cette viande, confisquant celle qui a été trouvée dans la boucherie, et le condamnant de plus à une amende de 150 1. payable à l’œuvre de la Miséricorde de ce lieu, enregistrée le 6 mai 1777, f°681.

[35] G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime op.cit., p. 89 et suivantes.

[36] En revanche, ce n’était pas le cas pour les bêtes mortes naturellement. Ces dernières devaient cependant être vendues dans ce qu’on appelait une « boutique rouge ».  Voir sur ce point, J.-L. MESTRE, La Ferme de la boucherie d’Aix en Provence, op.cit., p. 79. Obligation fort ancienne qui est déjà signalée à Alès par A. GOURON au début du XIVe siècle, et en Provence par L. STOUFF à la même période. Cf A. GOURON, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen-Âge, Thèse Droit, Montpellier, 1958, p. 120 ; L. STOUFF, Recherches sur le ravitaillement et l’alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Thèse Lettres, Aix-en-Provence, 1968, p.  147-150.

[37] Sur cette maladie, P.-M. BONDOIS, « La protection du troupeau français au XVIIIe siècle- l’épizootie de 1763 », Revue d’histoire économique et sociale, 1932, n°20, p. 352- 375. ; F. VALLAT, « Les épizooties en France de 1700 à 1850. Inventaire clinique chez les bovins et les ovins, Histoire & Sociétés Rurales, 2001/1, Vol. 15, p. 67-104. ; Idem, « Une épizootie méconnue, le mal de la langue en 1763, Histoire & Sociétés Rurales, 2003/2, Vol.20, p. 79- 119.

[38] ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 9 juin 1714 : « laquelle maladie pourrait être communiquée aux habitants qui en mangeraient ».

[39] A. LECA, A. LUNEL et S. SANCHEZ, Histoire du droit de la Santé, Bordeaux, Les Editions Hospitalières, 2014., p. 121-122.

[40] On pouvait parvenir sur une épizootie à la mort de neuf cent bêtes. Voir J.-L. MESTRE, La Ferme de la boucherie d’Aix en Provence, op.cit., p. 78.

[41] ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 9 juin 1714 : « la cour prévenant sur cela leurs réquisitions par sa prudence ordinaire » et « cet ordre si salutaire au public ».

[42] Ibid : « aux consuls verbalement d’établir des particuliers connaisseurs à la boucherie afin qu’on n’y égorgeât point de bœufs, moutons, ni agneaux qui en pussent être atteints ».

[43] ADBDR, RR, B.3373, Décision du conseil de Solliès de nommer des intendants pour la surveillance des bouchers, boulangers et manganiers conformément aux recommandations du Parlement, enregistrée le 23 novembre 1688, f°34.

[44] ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 9 juin 1714 : « ont requis que les consuls soient mandés venir pour rendre compte à la cour eux présents de ce qu’ils ont fait et ayant été mandés venir, l’assesseur derrière le bureau ayant assuré à la cour qu’ils avaient établi deux bourgeois de la ville pour inspecter à la tuerie que jusques aujourd’hui, ils n’avaient trouvé aucune bête atteinte de cette maladie ».

[45] Ibid : « et seront tous les moutons et agneaux qui seront exposés en vente marqués à une jambe et les bœufs aux quatre parties a fait et fait inhibitions et défenses d’exposer en vente ni débiter d’autres viandes que celle qui sera marquée à peine de punition exemplaire ».

[46] Ibid : « enjoint aux intendants de faire journellement la visite chez les coupeuses pour voir si elles vendent d’autre viande que celle qui sera marquée et en cas de contravention la saisir et les dénoncer au procureur général du roi pour être procédé contre elles ».

[47] J.-L. MESTRE relève de son côté le versement de gratifications par les fermiers aux employés chargés des contrôles par la communauté, et cela afin de les inciter à se montrer peu rigoureux, (La Ferme de la boucherie d’Aix en Provence, op.cit., p. 77). Sur la nomination de ces employés, voir Y. JOUVE, Les fermes réunies de Marseille : 1738-1789, Thèse Droit Aix-en-Provence, 1955, p. 101.

[48] ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 9 juin 1714 : Il n’y avait pas dans ce premier arrêt de règlement de précision quant à cette peine, mais dans un second arrêt du 12 juin 1714, la « peine exemplaire » est précisée : cent livres d’amende la première fois, « une punition corporelle » en cas de récidive, (ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 12 juin 1714).

[49] ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 9 juin 1714.

[50] ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 12 juin 1714 : « mais parce qu’il y a des personnes qui vendent des viandes en contrebande et qu’ils pourraient en débiter de mauvaise qualité et infestée de cette maladie ».

[51] Voir sur ce point, J.-L. MESTRE, La Ferme de la boucherie d’Aix en Provence, op.cit., p. 120-139. Cette fraude visait à contourner le monopole établi au profit de la ferme de la boucherie.

[52] J.-L. MESTRE, La Ferme de la boucherie d’Aix en Provence au XVIIIème siècle, op.cit., p. 84-85.

[53] ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 12 juin 1714 : « à peine de cent livres pour la première fois et de punition exemplaire en cas de récidive ». La comparaison avec d’autres types d’affaires montre qu’en Provence, ces peines dites exemplaires étaient souvent des coups de fouet. Voir par exemple, ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 8 août 1716 : « A fait et fait inhibitions et défenses à toutes hôtes et cabaretiers de loger ni retirer aucun des pauvres, gueux et autres gens sans aveu à peine de vingt livres d’amende pour la première fois et pour la seconde du fouet ».

[54] ADBDR, R.A.R, B.3701, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 12 juin 1714 : « ni d’exporter d’une ville ou d’un lieu à l’autre à peine de cent livres pour la première fois et de punition exemplaire en cas de récidive ».

[55] A. LECA, A. LUNEL, S. SANCHEZ, Histoire du droit de la Santé, op.cit., p. 122 et suivantes.

[56] Ainsi, André GOURON relève, dans la coutume de Montpellier de 1204, une disposition marquant l’obligation de vendre des viandes saines. Ce qui imite une « disposition toulousaine plus ancienne d’une vingtaine d’années ». Il en est de même en Provence dès le Moyen-Âge. Voir A. GOURON, La réglementation des métiers en Languedoc au Moyen-Âge, op.cit., p. 66 ; L. STOUFF, Recherches sur le ravitaillement et l’alimentation en Provence, op.cit., p. 147-149.

[57] ADBDR, R.D, B.3676, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 22 septembre 1746.

[58] Ibid. Pour Arles, un mémoire d’histoire moderne soutenu à l’Université de Provence par A. ROSANIA, apporte des exemples d’application par le bureau de police de cette ville, (Le Bureau de police d’Arles au XVIIIe siècle. Étude de la réforme de la garde de police (1767-1768), Mémoire de Master 2 Recherche réalisé sous la direction de B. Marin, Université de Provence, 2011, p. 54-56).

[59] Sur les distinctions entre arrêt définitif et arrêt provisoire d’une part et entre arrêt de portée générale et arrêt particulier d’autre part, voir Ph. PAYEN, La physiologie de l’arrêt de règlement du Parlement de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Puf, 1999., p. 80-108.

[60] Cf ADBDR, R.AR, B.3704 : « Sur la réquisition verbalement faite par le procureur général du roi contenant que les plaintes qui lui ont été portées de toute part sur la mauvaise qualité du pain débité par les boulangers et sur l’emploi d’une farine défectueuse exige que l’on prenne les précautions pour en découvrir la véritable cause. Requérant à cet effet que les consuls d’Aix soient mandés pour leur ordonner incessamment soit par eux soit par les commissaires de police en nombre suffisant à une visite dans les magasins, maisons et boutiques des boulangers pour vérifier la qualité des pains, blés et farines qui s’y trouveront, à laquelle visite, ils se feront accompagner par gens experts de tous les pains, blés et farines qui seront suspects de mauvaise qualité, feront procéder s’il y échoit à des épreuves pour connaître ladite mauvaise qualité ».

[61] G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime op.cit., p. 64.

[62] Ibid.

[63] La question de la gestion agricole et industrielle de la ressource en eau a entraîné de nombreux débats au sein du Parlement de Provence, mais comme il n’est question ici que de la salubrité de l’eau, on n’en traite pas ici. Sur ces débats, voir H. STAHL, Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial, op.cit., p. 561-565.

[64] Sur ce point, J.-L. HAROUEL, « L’eau dans le paysage urbain depuis le Moyen-Âge », in Mélange en l’honneur de Michel Prieur, Paris, Dalloz, 2007, p. 1404.

[65] Sur la cession totale de l’eau, et sa jouissance totale, une fois parvenue dans les fontaines publiques au profit des particuliers, voir L. SEGUIN, Du régime des eaux en Provence avant et après 1789, Marseille, Olive, 1862, p. 79 et suivantes.

[66] ADBDR, R.A.R, B. 3702, Arrêt du Parlement de Provence du 24 octobre 1722 : « les bassins des fontaines de la ville ne sont pas tenus propres y ayant des immondices qui y croupissent, ce qui peut causer des maladies, requiert qu’il soit enjoint aux consuls d’y tenir la main ».

[67] Sur les prises d’eau, dérivations, et autres voir L. SEGUIN, Du régime des eaux en Provence avant et après 1789, op.cit., p. 42 et suivantes.

[68] Pour J.-L. GAZZANIGA, c’est « autour du point d’eau (que) la communauté se crée, les rapports sociaux se nouent, droit et pouvoir se confondent. Et parce que l’eau est une nécessité sociale, le droit de l’eau apparaît alors comme un droit social, et peut-être même le premier ». (« Droit de l’eau et organisation sociale », in Histoire du droit social. Mélanges en hommage à Jean Imbert, Paris, Puf, 1989, p. 268). C’était donc déjà un droit qu’on ne pouvait retirer sans provoquer de graves tumultes. Et cela, d’autant plus que dans son usage domestique, l’eau servait à la fois aux besoins alimentaires et aux besoins sanitaires, (Ibid., p. 272).

[69] ADBDR, R.A.R, B.3702, Arrêt du Parlement de Provence du 22 août 1719 : « à la source des Pinchinats que les propriétaires des moulins s’attribuent au préjudice de la ville dont elle doit jouir des verdures qui transpirent de la prise composée de pierre lâche, les dits propriétaires ont mis de l’argile à cette prise de façon qu’elle est mastiquée et bouchée comme si elle était bâtie à chaux et à sable ce qui vient au détriment de la ville ».

[70] Ibid : « requiert que le commissaire qui fut commis hier pour aller visiter les eaux du Barret, il sera encore par lui accédé à ladite source des Pinchinats pour faire démêler ladite prise dans l’état qu’elle doit être ».

[71] L. SEGUIN, Du régime des eaux en Provence avant et après 1789, op.cit., p. 78.

[72] ADBDR, R.A.R, B.3702, Arrêt du Parlement de Provence du 9 octobre 1728. Nous n’avons pas retrouvé l’arrêt de règlement de 1722. Nous n’en avons connaissance que par sa mention dans celui de 1728. L’arrêt de règlement de 1728 est conforme à la législation royale. Voir Edit portant règlement général pour les eaux et forêts, Saint-Germain-en-Laye, Août 1669, in Isambert, Tome XVIII, n°571, Titre XXVII, article 42, p. 292. (La peine prévue est de cinq cent livres).

[73] ADBDR, R.A.R, B.3702, Arrêt du Parlement de Provence du 9 octobre 1728 : « à peine de mille livres d’amende et d’en être informé le tout sans préjudice d’aucun nouveau fait auxdits particuliers de poursuivre au fonds et principal ainsi et par-devant qu’il appartient ».

[74] Ibid : « Il sera dit que les chambres sans préjudice du droit des parties et par manière de provision ordonne et enjoint auxdits consuls de faire rétablir partout le jour même les ouvrages du Barret pour faire passer l’eau dans les aqueducs de la ville de la même manière qu’elle y passait anciennement ».

[75] G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime op.cit., p. 54.

[76] Ibid., p. 54 et 158.

[77] La nécessité publique faisait une exception aux droits des propriétaires sur les sources qui trouvaient leur origine sur leurs fonds. Une communauté pouvait donc demander qu’on lui cède une source qui lui était indispensable, (L. SEGUIN, Du régime des eaux en Provence avant et après 1789, op.cit., p. 76 ; J.- L. MESTRE, Un droit administratif à la fin de l’Ancien régime : le contentieux des communautés de Provence, op.cit., p. 258-261).

[78] J.-L. GAZZANIGA, « Droit de l’eau et organisation sociale », op.cit., p. 272.

[79] A.-S. CONDETTE-MARCANT, Bâtir une généralité. Le droit des travaux publics dans la généralité d’Amiens au XVIIIe siècle, Paris, CHEFF, 2001., p. 132-133.

[80] ADBDR, R.A.R, B.3702, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 5 octobre 1719. Dans cet arrêt, le Parlement d’Aix ordonnait aux propriétaires de biens se trouvant à moins de « cinq cent pas des environs de la ville », de ne pas y tenir « les eaux pluviales qui découlent par les conduits de la ville dans leurs réservoirs, ni autrement jeter de la paille dans lesdits réservoirs ». La question des eaux croupissantes ou souillées était essentielle à cette époque.

[81] ADBDR, R.A.R, B.3702, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 24 octobre 1722 : « les bassins des fontaines de la ville ne sont pas tenus propres y ayant des immondices qui y croupissent ce qui peut causer des maladies, requiert qu’il soit enjoint aux consuls d’y tenir la main ». A.- S. CONDETTE-MARCANT relève que les administrateurs d’Amiens sont confrontés aux mêmes problèmes que les magistrats aixois, le tarissement des sources alimentant les fontaines publiques, le mauvais usage de ces dernières par les habitants, la contamination par des excréments ou résidus animaux etc, (Bâtir une généralité. Le droit des travaux publics dans la généralité d’Amiens, op.cit., p. 132-133.

[82] Plus particulièrement, il ne fallait pas rendre les eaux « vineuses », « infectes, chaudes, corrompues », (J.- L. MESTRE, Un droit administratif à la fin de l’Ancien régime, op.cit., p. 244-245). Ce qui est conforme aux prescriptions royales, voir Edit portant règlement général pour les eaux et forêts, Saint-Germain-en-Laye, Août 1669, in Isambert, Tome XVIII, n°571, Titre XXVII, article 42, p. 292 : « ni même y jeter aucunes ordures, immondices, ou les amasser sur les quais et rivages ».

[83] S. PRATALI, Droit et prostitution du XVIIe siècle à nos jours : Interactions entre pouvoir national et pouvoir local. Etude à partir des archives départementales des Bouches-du-Rhône, Thèse de doctorat en Histoire du droit, 2020, Aix-Marseille Université, p. 28, 42-55, et plus particulièrement, p. 68 : « des rapports sur la conduite morale

de la prostituée, et non sur son état de santé ». Il est probable que ce soit les sources municipales qui donnent quelques éclairages sur ces questions, puisqu’il est établi par L. OTIS-COUR, qu’en Languedoc, la mise en place de quartiers réservés et la prise en charge des maisons de prostitution relevaient des municipalités jusqu’à l’Ordonnance d’Orléans de 1561 qui prohibe ces maisons. Elle explique d’ailleurs qu’au Moyen-Âge, la prostitution était plus assimilée à la transmission de la peste qu’à celle des maladies vénériennes, ce qui conduit à une mise en retrait de ces dernières. L’interdiction des maisons closes en 1561 s’expliquerait aussi pour elle par le « facteur déterminant » de l’esprit de la Réforme protestante qui force les autorités à agir plus fermement envers les prostituées, (L. OTIS-COUR, La prostitution en Languedoc et dans la vallée du Rhône du XIIe au XVIe siècle, Thèse Droit Montpellier, 1988, p. 75-86). De L. OTIS-COUR, voir aussi Prostitution in medieval society : the history of an urban institution in Languedoc, University of Chicago Press, 1985 et « Les premières années de syphilis en Languedoc (fin XVe– début XVIe siècles) », in A. LECA (dir.), Le risque épidémique. Droit, Histoire, Médecine et Pharmacie, Aix-en-Provence, PUAM, 2003, p. 113-125.

[84] P. VIELFAURE, « La cour de cassation et le réglementarisme (1800-1946) : La jurisprudence de la chambre criminelle relative à l’inscription et aux visites sanitaires imposées aux prostituées », in A. LECA (dir.), Le risque épidémique. Droit, Histoire, Médecine et Pharmacie, op.cit., p. 247-263.

[85] Sur cette question, on peut renvoyer à l’étude du ressort parisien de J. THIBAUT-PAYEN, (Les Morts, l’Église et l’Etat dans le ressort du parlement de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, éd. Nel, 1977) et à celle de J. CADDEO pour celui de Rennes, « La police sanitaire et la mort au XVIIIe siècle : Rennes, exemple d’une désacralisation par le droit », Actes du Colloque des jeunes doctorants du 8 novembre 2018 à l’Université de Nantes, « Sacré et droit », Paris, LGDJ, 2021.

[86] Nous renvoyons sur ce point à notre thèse : Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial, op. cit., p. 196-275.

[87] Au Moyen-Âge, le pharmacien est appelé apothicaire, le mot vient du latin dans lequel il signifie « boutiquier ». En effet, contrairement au charlatan qui est itinérant, l’apothicaire a le droit de tenir boutique et d’y vendre des médicaments. Cette profession émerge au XIIIe siècle, où l’on commence à distinguer les apothicaires des épiciers. Alors que les épiciers ne sont autorisés à ne vendre que des drogues simples qui n’ont pas réclamé le mélange de plusieurs substances, les apothicaires peuvent vendre des drogues issues de plusieurs substances. Les apothicaires ont le monopole de la vente des médicaments, mais ils ne peuvent le faire sans une prescription médicale. Voir notamment, A. LECA, « Les origines médiévales du droit pharmaceutique », Histoire, théorie et pratique du droit : Etudes offertes à Michel Vidal, Bordeaux, PU de Bordeaux, 2010, p. 675-687.

[88] L’ordonnance de Jean II le Bon instaure des visites des boutiques, deux fois par an, mais elles datent d’août 1353 et à ce moment la Provence n’est pas encore française, (Ordonnance sur l’exercice de la Profession d’apothicaire et d’herbier, et qui les soumet à la visite, Paris, août 1353, Isambert, Tome IV, n°197, p. 679-680).

[89] Edit concernant l’exercice de la profession d’apothicaire à Paris et les privilèges de la corporation, chef-d’œuvre et apprentissage, Paris, Août 1484, Isambert, Tome XI, n°26, p. 112-119. Les édits des rois Louis XII en 1514, François 1er en avril 1520 et Henri II en mars 1547 ne feront que confirmer ce privilège sans pour autant l’étendre géographiquement.

[90] François PREVET a reproduit l’intégralité de ces statuts : Les statuts et les règlements des apothicaires : textes intégraux accompagnés de notes critiques, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1950, 15 volumes. Celui concernant Aix est le Tome V.

[91] Ces étapes franchies, il est possible d’obtenir des lettres patentes de la part du roi. On trouve très régulièrement une homologation de statuts de métiers par le Parlement de Provence, dont on peut retrouver la trace à partir de 1593, (H. STAHL, Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial, op. cit., p. 33,  530- 531).

[92] ADBDR, R.A.R, B.3361, f°774- 776.

[93] ADBDR, R.A.R, B. 3368, f°100-108.

[94] ADBDR, R.A.R, B. 3406, Certificat des consuls de Salon d’homologation, le 8 avril 1722, f°622-623.

[95] Ainsi, dans une délibération des maîtres-apothicaires de Marseille du 29 novembre 1710, on interdit « de louer des coffres de médecine aux vaisseaux et autres bâtiments », (ADBDR, R.A.R, B.3389, f°368-372).

[96] ADBDR, R.A.R, B. 3426, Délibération des maîtres apothicaires de l’Université d’Aix décidant d’imposer à chaque maître une taxe de 12 1ivres sur chaque apprenti et de faire homologuer cette délibération par la Cour, le 21 septembre 1756 (f° 680-682).

[97] ADBDR, R.A.R, B.3348, f°222 v°-226.

[98] ADBDR, R.A.R, B. 3368, f°200-253r.

[99] ADBDR, R.A.R, B.3361, f°186-191.

[100] Sur ce point, voir nos développements dans notre thèse : Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial, op.cit., p. 546-549.

[101] ADBDR, R.A.R, B. 3704, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 29 juillet 1743.

[102] Edit pour la punition des empoisonneurs, devins et autres, Versailles, Juillet 1682, Isambert, Tome XIX, n°1022, p. 399, article 6 : « défendons à toutes sortes de personnes, à peine de la vie, même aux médecins, apothicaires et chirurgiens, à peine de punition corporelle, d’avoir et de garder de tels poisons simples ou préparés ». L’article 7 vient restreindre à ces seules professions l’accès à certaines substances nécessaires à la composition de remèdes qui sont considérées comme des poisons.

Pour une vision plus générale de la question de l’empoisonnement, il faut se référer à l’ouvrage récent de G. CALLEMEIN : Un crime atroce et secret : L’empoisonnement devant la Justice royale (1682-1789), Rennes, PU de Rennes, 2021.

[103] ADBDR, R.A.R, B. 3704, Arrêt du Parlement de Provence du 17 août 1743.

[104] ADBDR, R.A.R, B.3704, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 17 août 1743.

[105] ADBDR, R.A.R, B. 3704, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 9 août 1743.

[106] G. SAUTEL, Une juridiction municipale de police sous l’Ancien Régime op.cit., p. 158, note 49.

[107] Déclaration portant règlement pour les professions de la pharmacie et de l’épicerie à Paris, Versailles, 25 avril 1777, Isambert, Tome XXIV, n°654, p. 389-392.Avec cette déclaration royale, on passe du « boutiquier » au pharmacien, c’est-à-dire celui qui a l’art d’employer les médicaments du grec pharmakéia. La profession devient autonome à Paris vis-à-vis de la Faculté de Médecine grâce à la création d’un collège de pharmacie (article 4). L’article 11 prévoit même la possibilité pour les maîtres-pharmaciens de « faire dans leurs laboratoires particuliers des cours d’études et démonstrations, même d’établir des cours publics d’études et démonstrations gratuites, pour l’instruction de leurs élèves dans leur laboratoire et jardin ». Cela ne change rien en province et donc en Provence, mais cela ouvre la voie aux réformes effectuées durant la Révolution et après. Voir sur ce point, A. LECA, A. LUNEL et S. SANCHEZ, Histoire du droit de la santé, op.cit., p. 190-193, 207-209 ; A. LECA, « La déclaration royale du 25 avril 1777 portant règlement pour les professions de la pharmacie et de l’épicerie à Paris : un texte d’actualité ? », Mélanges offerts au Doyen François-Paul Blanc, P.U. de Perpignan-Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2011, p.549-558.

[108] ADBDR, R.A.R, B. 3704, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 27 mai 1757.

[109] M.-F. MOREL, « Théories et pratiques de l’allaitement en France au XVIIIe siècle », Annales de démographie historique, 1976, p. 393-427.

[110] Cette vision de la dépopulation était souvent à mettre en lien avec les politiques fiscales comme le montre L. CHANTREL, « Dépopulation et réforme de la fiscalité en France aux XVI-XVIIe siècles », Population, 49ᵉ année, n°2, 1994, p. 457-479.

[111] Le qualificatif de « seins mercenaires » se trouve dans L.-S. MERCIER, Tableau de Paris, Hambourg, Chez Vinchaux & Compagnie, 1781, Tome II, p. 294.

[112] E. LE ROY-LADURIE, « L’allaitement mercenaire en France au XVIIIe siècle », Communications, 1979, volume 31, n°1, p. 16.

[113] Ibid., p. 17.

[114] PROST DE ROYER, Mémoire sur la conservation des enfants, Lyon, Aimé de la Roche, 1778, p. 13-22. Les premières recommandaresses ont été créées par Jean II le Bon par une ordonnance du 30 janvier 1350 en faveur des quatre filles de sa nourrice, (B. DREYER-DUFER, De la protection des enfants du premier âge, Paris, Jouve et Boyer, 1900, p. 17-18).

[115] M.-F. MOREL, « Théories et pratiques de l’allaitement en France au XVIIIe siècle », op. cit., p. 409-410. Cette auteure avance en se fondant sur les écrits de l’époque la peur du ridicule dans le milieu bourgeois.

[116] P. GALLIANO, « La mortalité infantile (indigènes et nourrissons) dans la banlieue Sud de Paris à la fin du XVIIIe siècle (1774-1794) », Annales de démographie historique, 1966, p. 139-177.

[117] M.-F. MOREL, « Théories et pratiques de l’allaitement en France au XVIIIe siècle », op. cit., p. 417.

[118] PROST DE ROYER, Mémoire sur la conservation des enfants, op.cit., p. 20 : « du lait de vache et du pain mâché ».

[119] Ibid., p. 20-21.

[120] Ibid., p. 21.

[121] Voir sur ce point : Code des nourrices, ou recueil des déclarations du roi, arrêts du Parlement, ordonnances et sentences de police : concernant les nourrices, les recommandaresses, les meneurs et meneuses, Paris, P.-D. Pierres, 1781.

[122] ADBDR, R.A.R, B. 3704, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 27 mai 1757 : « qu’il est intervenu diverses déclarations pour obvier à cet inconvénient, et quoi qu’elles n’aient point été envoyée dans ce parlement, il convient de faire exécuter [ces] dispositions ».

[123] On le constate dans les registres des institutions succursales qui révèlent un encadrement par cette institution de nourrices, (ADBDR, Fonds de l’Hôtel-Dieu de Marseille, 6 HD 1-467). On en trouve de similaires pour les autres hôpitaux. On conserve l’idée de la centralisation des demandes, même si l’organisation est très différente.

[124] C. PLUMAUZILLE, « L’allaitement nourricier des petits Parisiens : naissance d’un service public au XVIIIe siècle », in P. BASTIEN, S. MCDONALD (dir), Paris et ses peuples au XVIIIe siècle, Editions de la Sorbonne, 2020.

[125] Déclaration du Roi concernant les recommandaresses et nourrices et l’établissement d’un bureau général dans la ville de Paris, Paris, Chez Simon, 1769.

[126] ADBDR, R.A.R, B. 3704, Arrêt de règlement du Parlement de Provence du 27 mai 1757 : « Sur la réquisition verbalement faite par le procureur général du roi contenant que par une infidélité des plus criantes, plusieurs femmes se présentent aux bureaux des hôpitaux pour servir de nourrices, quoiqu’elles soient enceintes, et plusieurs autres le devenant continuent à donner à téter pendant plusieurs mois aux nourrissons dont elles sont chargées, ce qui altère la santé des enfants, et détruit leur tempérament pour le reste de leur vie ».

[127] Ibid.

[128] Ibid : « qu’inhibitions et défenses seront faites à toutes nourrices qui se trouveront grosses de prendre des enfants pour les nourrir et les allaiter, le tout à peine de fouet contre lesdites nourrices et de cinquante livres d’amende contre les maris ; qu’il sera enjoint aux juges des lieux de procéder sur les contraventions, et aux officiers chargés du ministère public d’en faire les poursuites ».

[129] B. DREYER-DUFER, De la protection des enfants du premier âge, op.cit., p. 24.

[130] ADBDR, Fonds de l’Intendance de Provence, C.4392, Rapports et mémoires relatifs à la fièvre puerpérale et à son traitement et à l’allaitement artificiel.

[131] M. SERENI, « Surveillance et protection des nourrices savoyardes : entre droits français et piémontais (XVIIIe-XIXe siècles) », in XIIIe colloque du PRIDAES, Assistance, protection et contrôle social dans les États de Savoie et les États voisins. Aspects d’histoire sociale à partir des sources juridiques et judiciaires (Moyen Âge – Âge baroque – temps modernes – Histoire contemporaine), à paraître, 12 p. Nous remercions l’auteure de nous avoir accordé la primeur de son article.

[132] ADBDR, Fonds de l’Intendance de Provence, C.4392, Rapports et mémoires relatifs à la fièvre puerpérale et à son traitement et à l’allaitement artificiel.

[133] M.- Fr. MOREL, « Théories et pratiques de l’allaitement en France au XVIIIe siècle », op. cit., p. 422-423.

[134] Ibid., p. 422.

[135] Ibid., p. 423.

[136] Ibid.

[137] J. BROSOLLET et H.H. MOLLARET, Pourquoi la peste ? Le rat, la puce et le bubon, Paris, Gallimard, 1994, p. 132 et suivantes.

[138] J.-N. BIRABEN, Les hommes et la peste en France et dans les pays méditerranéens, tome I : La peste dans l’histoire, Paris, Mouton, 1975, p. 49-53, 157-170 ; H.H. MOLLARET, « Les grands fléaux », in M. GRMEK (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Edition du Seuil, 1997, t.2, p. 254-255.

[139] Fr. HILDESHEIMER, Fléaux et société : De la Grande Peste au choléra (XIVe-XIXe siècle), Paris, Hachette, 1993, p. 14.

[140] P. FANKOPAN, Les routes de la soie. L’histoire au cœur du monde, Bruxelles, Nevicata, 2017.

[141] La notion d’épidémie doit être distinguée de celle d’endémie et de pandémie. L’endémie, c’est la présence persistante, constante ou périodique d’une maladie au sein d’une population ou d’un territoire. La pandémie, c’est une épidémie qui se propage dans plusieurs pays. L’épidémie, c’est la propagation rapide au sein d’une population saine d’une maladie. La notion d’épidémie sous l’Ancien Régime est très proche de celle de contagion, (A.  LECA, « Le concept d’épidémie dans l’histoire des idées », in A. LECA (dir.), Le risque épidémique. Droit, Histoire, Médecine et Pharmacie, op.cit., p. 13-25.

[142] Sur cet obscurantisme médical qui ne commence à reculer qu’à partir du XIXe siècle, il faut se référer pour la peste à Fr. AUDOIN-ROUZEAU, Les chemins de la peste. Le rat, la puce et l’homme, Rennes, PU de Rennes, 2003.

[143] A. LECA, A. LUNEL, S. SANCHEZ, Histoire du droit de la santé, op.cit., p. 122 : « quarantaine et isolement des malades, fumigations, destruction des draps et du mobilier, extermination des parasites et réglementation de l’hygiène urbaine ».

[144] Pour plus de détails, voir H. STAHL : « Le droit à l’épreuve de circonstances sanitaires exceptionnelles : l’exemple de la Peste de 1720 en Provence », in Colloque virtuel Droit et Coronavirus. Le droit face aux circonstances sanitaires exceptionnelles, Revue Droits et Libertés Fondamentaux, 2020, chron. N°26

[145] J. REVEL, « Autour d’une épidémie ancienne : La Peste de 1666-1670 », op.cit., p. 953-983 ; Fr. HILDESHEIMER, « La protection sanitaire des côtes françaises au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t.27, 1980-3, p. 444

[146] Pour les questions sanitaires, Marseille et Toulon se partageait un monopole depuis l’arrêt du Parlement de Provence du 10 janvier 1622, (ADBDR, C.2275, Arrêt défendant aux patrons de navires en provenance de Barbarie ou du Levant de débarquer ailleurs qu’à Marseille ou à Toulon, le 10 janvier 1622).

[147] ADBDR, C.2275, Ordonnance du Roi décidant que tous les bâtiments venant des Échelles du Levant, de Barbarie, ou autres lieux suspects, feront quarantaine à Toulon ou à Marseille, le 31 juillet 1709.

[148] En Provence, le lazaret date de 1526, mais il est déplacé en 1663. Il se trouve depuis dans les îles de Pomègue et de Jarre, à proximité de la côte phocéenne, (Fr. HILDESHEIMER, « Les Lazarets sous l’Ancien Régime », Monuments historiques, n°114, (avril-mai 1981), p. 20-24).

[149] A Toulon, l’île de Sepet est choisie pour accueillir le lazaret dès 1622 en accord avec l’arrêt du Parlement de Provence du 10 janvier 1622 précité, (ADBDR, C.2275, arrêt portant injonction à la communauté de Toulon de pourvoir d’un endroit à l’Isle de Sepet, presqu’île de Saint-Mandrier à Toulon pour les quarantaines, le 1 juin 1622).

[150] G. SERRATRICE, Vingt-six siècles de médecine à Marseille, Éd. Jeanne Laffitte, Marseille, 1996, p. 98. Cette pratique remonterait en France au XVe siècle, (A. LECA, A. LUNEL, S. SANCHEZ, Histoire du droit de la Santé, op.cit., p. 124. La fiabilité des patentes maritimes a été étudiée par D. PANZAC, (« La peste à Smyrne au XVIIIe siècle », Annales ESC, 1973-4, p. 1071-1098).

[151] Un contrôle théorique de tous les actes administratifs était réalisé par le Parlement de Provence, (H. STAHL, Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial sous le règne de Louis XV : La contribution des parlementaires provençaux, Paris, Editions Varenne, 2019, p. 492-502). Il faut également consulter sur cette question : J.- L. MESTRE, Un droit administratif à la fin de l’Ancien Régime : Le contentieux des communautés de Provence, op.cit., p. 41-107.

[152] Depuis le XVIIe siècle, villes et communautés d’habitants ont pour obligation de déclarer la peste dès qu’elle est connue, ce qui a pour effet de les mettre en quarantaine. Les résultats sont mitigés, car les magistrats municipaux chargés d’assurer la sécurité sanitaire sont souvent eux-mêmes des marchands. Ces magistrats, pris entre leur intérêt personnel et la crainte d’une épidémie réagissent souvent avec retard. J.-P. FILIPPINI, « Information et stratégie des magistrats de la santé de la Méditerranée face à la Peste au XVIIIe siècle », in N. BULST, R. DELORT (dir.), Maladies et société (XIIe-XVIIIe siècles, Paris, Editions du CNRS, 1989, p. 211. Sur l’aspect sclérosant pour l’économie des quarantaines, voir Fr. HILDESHEIMER, La Terreur et la pitié. L’Ancien Régime à l’épreuve de la peste, Paris, Publisud, 1990, p. 70-87.

[153] D. PANZAC, « Crime ou délit ? La législation sanitaire en Provence au XVIIIe siècle », op.cit., p. 39-71.

[154] H. STAHL, Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial sous le règne de Louis XV op.cit., p. 503-509.

[155] La responsabilité de Jean-Baptiste Estelle n’est pas très claire et il semble qu’il ait été blanchi par la suite, (C. CARRIÈRE, M. COURDURIE, F. REBUFFAT, Marseille ville morte. La peste de 1720, op.cit., p. 258).

[156] Sur la chronologie des événements, on peut se référer notamment à Fr. HILDESHEIMER, Fléaux et société : De la Grande Peste au choléra (XIVe-XIXe siècle), op.cit., p. 14-16.

[157] Ibid., p. 15. Dès le 20 juin 1720, des personnes meurent de la peste à Marseille et le Parlement de Provence n’est en mesure de réagir qu’à partir du 31 juillet 1720, après avoir été informé avec beaucoup de retard. On peut cependant nuancer cette vision négative en lisant E. BELMAS, « Pouvoir politique et catastrophe sanitaire : La « publication » des épidémies de peste dans la France Moderne », Parlement[s] Revue d’histoire politique, 2017/1, n°25, p. 31-54.

[158] On en trouve la plupart dans les fonds des Archives départementales des Bouches-du-Rhône aux cotes C 908 et C 909. D’autres peuvent aussi être trouvés sous la forme d’imprimés. Ils sont résumés dans L.-Fr. JAUFFRET, Pièces historiques sur la peste de Marseille et d’une partie de la Provence, en 1720, 1721 et 1722 op. cit., tome II, n°XXX, p. 23-38.

[159] Arrêt du Parlement de Provence du 19 août 1720, pris par la chambre des vacations, s.l.n.d.

[160] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence interdisant aux habitants d’Avignon et du Comtat-Venaissin d’entrer en Provence, le 28 août 1720.

[161] Arrêt du Parlement de Provence du 7 août 1720, pris par la chambre des vacations, s.l.n.d.

[162] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence mettant Lançon en quarantaine, le 6 septembre 1720.

[163] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence mettant en quarantaine les habitants de Gaubert, le 30 septembre 1720.

[164] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence soumettant toute personne à demander l’autorisation préalable de la Cour, pour sortir de quarantaine, le 10 septembre 1720.

[165] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence prescrivant une sévère surveillance aux portes des villes, le 3 août 1720.

[166] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence ordonnant l’établissement dans toutes les villes et dans les villages de Provence de plusieurs intendants de la Santé et d’une garde bourgeoise, le 11 septembre 1720.

[167] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence enjoignant à tous ceux qui seront requis pour la garde des villes et des portes, de s’y rendre sous peine de prison, le 9 août 1720.

[168] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence interdisant de vendre des grains aux habitants du Comtat, le 22 août 1720.

[169] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence sur la liberté du commerce du blé, le 9 septembre 1720

[170] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence ordonnant à tous les boulangers et mitrons qui sont sortis de Marseille, d’y rentrer dans un délai de cinq jours, le 26 août 1720.

[171] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence prohibant l’assistance des pénitents aux funérailles des personnes mortes, le 19 août 1720.

[172] ADBDR, C.909, Arrêt défendant de tenir en Provence aucune foire, le 17 septembre 1720.

[173] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence interdisant tout changement de domicile dans la ville d’Aix, le 11 septembre 1720.

[174] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence défendant aux médecins, chirurgiens, apothicaires et à leurs « compagnons et fraters » de quitter la ville, le 22 août 1720.

[175] ADBDR, C.909, Arrêt du Parlement de Provence ordonnant aux médecins et chirurgiens de visiter les malades lorsqu’ils en seront requis, le 5 septembre 1720.

[176] Arrêt du Parlement de Provence du 13 août 1720, pris par la chambre des vacations, s.l.n.d. Le but était de renvoyer ces pauvres dans leurs pays d’origine afin que leur communauté les prenne en charge. Ce sont les mesures qui étaient régulièrement prises envers les pauvres durant les périodes de crise, mais qui ne sont à l’évidence pas adaptées lors d’une épidémie. Sur ces mesures habituelles, voir H. STAHL, Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial sous le règne de Louis XV op.cit., p. 592-603.

[177] ADBDR, C.908, Arrêt du Parlement de Provence ordonnant que le conseiller de Félix du Muy et M. de Mison feront quarantaine au château du Muy, ainsi que leur suite, venant du château de la Reynarde, le 7 septembre 1720 ; Ibid., C 909, Arrêt du Parlement de Provence invitant les consuls d’Arles à expliquer pourquoi ils ont refusé de laisser entrer dans leur ville le marquis de Forbin-Janson et Mesdames de Gouin et de Beauchamps, venant d’Aix et d’Allauch, le 26 août 1720. Les officiers du Parlement d’Aix n’étaient pas exempts de reproches eux-mêmes, puisque certains ont certainement manqué à leurs obligations. La réunion de la chambre des vacations est bien commode, car elle permet de maintenir un semblant de présence, alors même que le quorum pour se réunir normalement n’est plus rempli. Cette dernière ne se réunissait que durant les périodes de vacances. Or, au vu de l’urgence de la situation, on aurait pu espérer que les magistrats provençaux se réunissent exceptionnellement en ouvrant la session parlementaire plus tôt. Ce sont donc aux courageux officiers du Parlement qui sont restés, puis qui sont partis se réfugier à Saint-Rémy, que l’on doit ces différents arrêts rendus par la chambre des vacations. Sur le fonctionnement des différentes formations du Parlement d’Aix, H. STAHL, Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial sous le règne de Louis XV op.cit., p. 15-16.

[178] ADBDR, C.908, Arrêt du Parlement de Provence prescrivant aux consuls de Salon, de Pertuis et de Sisteron de prendre les précautions nécessaires pour la tenue des foires, le 3 août 1720.

[179] ADBDR, C.908, Arrêt du Parlement de Provence dispensant les personnes venant de localités non contaminées de la formalité des billets de santé, le 10 août 1720 ; Ibid., C.909, Arrêt du Parlement de Provence ordonnant l’établissement dans toutes les villes et dans les villages de Provence de plusieurs intendants de la Santé et d’une garde bourgeoise, le 11 septembre 1720.

[180] Arrêt du conseil d’État du roi du 14 septembre 1720, publié dans L.-Fr. JAUFFRET, Pièces historiques sur la peste de Marseille et d’une partie de la Provence, en 1720, 1721 et 1722 op. cit., tome I, n° VIII, p. 147- 148.

[181] Ibid., p. 148.

[182] Arrêt du conseil d’État du roi du 14 septembre 1720, publié dans L.-Fr. JAUFFRET, Pièces historiques sur la peste de Marseille et d’une partie de la Provence, en 1720, 1721 et 1722 op. cit., tome I, n° VIII, p. 157, article XXVI : « Tout ce qui sera ordonné par lesdits sieurs commandants et intendant, en exécution  du présent arrêt sera exécuté nonobstant opposition ou appellation, dont si aucune intervient, Sa majesté se réserve le jugement, leur en attribuant  toute juridiction et connaissance, qu’elle a interdite à toutes les cours et juges, jusqu’à ce qu’autrement en ait été ordonné ; et ce sans avoir égard aux dispositions des arrêts rendus dans ses cours de parlement… ».

[183] Sur cette gestion exceptionnelle par l’intendant de Provence et les commandants militaires, nous renvoyons à la deuxième partie de notre étude sur « Le droit à l’épreuve de circonstances sanitaires exceptionnelles : l’exemple de la Peste de 1720 en Provence », op.cit. qui porte sur les mesures extraordinaires prises par le pouvoir central pour endiguer l’épidémie.

[184] Sur ce point, voir H. STAHL, Résoudre les divisions religieuses et maintenir l’ordre provincial…op.cit., p. 572- 580.

Un regard d’actualité : la peste de 1720, dans les recueils du commis-greffier Jean Gilbert

Extrait de :

Titre du recueil “De L’Isle” de 1720

Journal du Parlement séant à Pontoise depuis le 21 Juillet 1720 jusqu’au 11e novembre qu’il a esté tranféré à Blois

Par moy Jean Gilbert DeLisle, commis de Monsieur Gilbert, greffier en chef du Parlement, et l’un des commis au greffe…[1]

« [fol. 22] Samedy 31 et dernier jour d’aoust, […]

[v°] Que la peste estoit à Marseille et en Provence et que c’étoit une chose pitoyable par tout ce que l’on y voyoit à ce sujet, mesme que le Parlement de Provence a esté obligé de quitter sa demeure et d’aller où chacun le pouvoit pour éviter le mal […][2]. »

On trouve là, à cette date du dernier jour d’août 1720, la première allusion au fléau qui s’est abattu sur la Provence dans l’été 1720. Cette terrible peste « dite Grande peste de Marseille », parce qu’elle est entrée par son port, est dans toutes les sources narratives de l’époque. Elle est aussi relatée dans tous les grands ouvrages historiques sur la plus terrible de toutes les pandémies de l’histoire humaine, jusqu’à nos jours ; parce elle est enfin le dernier épisode pesteux enregistré en France.

En fait, la menace est bien là depuis plus d’un mois auparavant : la «contagion» est une évidence dès juillet, et est « reconnue » officiellement, à Marseille, en tant que « peste », le 1er août. La première annonce qui en est faite à Paris est celle de la Gazette d’Amsterdam du 6 août, se fondant sur une lettre du 19 juillet venue de Marseille.

L’origine du fléau est presque tout de suite connue aussi : l’arrivée le 25 mai, à l’entrée du port de Marseille, du Grand-Saint-Antoine[3] parti de Tripoli, de Syrie où sévit déjà la maladie de façon endémique. La Flûte "Le Grand-Saint-Antoine" à l'ancreLe capitaine, après quelques échanges discrets (et certainement peu véridiques) avec les armateurs (dont l’un des échevins de la ville), présenta bientôt une «patente nette», c’est-à-dire un certificat (toujours obligatoire), mais évidemment mensonger : il y avait eu à bord neuf morts, et cela dès le mouillage à Chypre (un turc, le 8 avril 1720), et le navire portait un matelot malade ! La patente “garantissait” la non-contamination de l’équipage et de sa cargaison, sous la responsabilité de l’administration du port de Livourne, dernière escale du vaisseau. Une quarantaine discrète fut néanmoins imposée, mais la hâte des armateurs et l’espérance des gains de la foire de Beaucaire avaient poussé à un déchargement en contrebande de la cargaison infectée. De là, cette peste qui n’en fut pas moins dramatique pour être la dernière.

Le Parlement de Provence, séant à Aix (à un peu plus de six lieues de Marseille, 31 km aujourd’hui), fut alerté dans les derniers jours de juin, malgré –dit-on sous cape – les efforts des autorités de Marseille à dissimuler l’ampleur de la catastrophe imminente. Selon les attributions de “grande police” (c’est-à-dire d’administration) qui revenaient à tous les parlements de France en cas de crise – frumentaire, sanitaire ou militaire et autres – les hauts magistrats d’Aix rendirent le 2 juillet un arrêté qui défendait, sous peine de la vie, toute communication entre les habitants de Marseille et ceux du reste de la Provence. Il n’était donc plus possible, plus permis du moins, de sortir ou d’entrer dans la ville : « En concentrant le mal », écrit l’un des premiers historiens du parlement de Provence, « cette décision menaça Marseille des horreurs de la disette, et excitait déjà le peuple à la révolte »1.

Comment assurer en effet le ravitaillement d’une cité pestiférée ? Les habitants de Marseille seraient d’abord obligés massivement de se confiner strictement dans leur logis, tandis qu’on leur distribuerait du pain, des viandes, et autres subsistances de base.

Pierre Chirac, Premier médecin du roi (1657-1732)

C’était du moins les préconisations de Chirac (Pierre, pas l’autre ;-), médecin et “conseil” du Régent.

La difficulté résidait dans la réalisation d’un tel programme tandis que les morts commençaient à se multiplier. On reprit une pratique ancienne qui consistait à brûler du soufre (un désinfectant de premier ordre, il est vrai) dans les rues, mais la chaleur de ces brasiers ajoutée à celle du soleil d’été rendait l’atmosphère irrespirable. Le Parlement d’Aix ordonna aux magistrats de la ville d’Aix, ou “consuls”, de s’adjoindre l’intendant de la province pour aller, aux barrières de Marseille, conférer avec ses échevins.

*

Point final, en quelque sorte, de la plus effroyable des séries épidémiques : la peste, probable dans des temps très anciens, certaine en Grèce au temps même de Périclès, a frappé l’Europe, de façon clairement identifiable et identifiée, du VIème au VIIIème siècle (peste « justinienne »), puis au XIVème (l’apocalyptique “Peste noire”) avec des « retours » jusqu’au XVIIème siècle (de 10 ans en dix ans, en moyenne, d’abord, un peu plus espacés sous Louis XIII et Louis XIV), enfin, en ce qui concerne le royaume de France, au XVIIIème siècle, en un seul épisode, violent, concentré tant du point de vue géographique que du point de vue temporel (environ deux ans) : celui qui fait l’objet de cet article. Depuis 1476, Marseille avait été atteinte par huit fois avant 1720. Ce fut donc le neuvième et dernier “retour” pesteux.

Alexandre Yersin

Ailleurs, la peste a continué à s’abattre au XIXème siècle dans tout le Moyen-Orient et surtout en Asie. C’est là-bas qu’en 1894, le bacille responsable fut isolé, décrit et nommé : Yersinia pestis, du nom de son découvreur : le médecin Alexandre Yersin (1863-1943), suisse, naturalisé Français en 1889, disciple de Louis Pasteur (1822-1895). Ce fut un explorateur de grande envergure, un voyageur infatigable qui, entré au service de santé colonial de la France, fut finalement mandaté par l’Institut Pasteur et le gouvernement français, à Hong Kong, lorsqu’une épidémie venue de Mongolie atteignit le sud de la Chine et la péninsule hongkongaise. Venue de Chine ou de l’aire mongo-chinoise, toujours, la peste était « mise à nue », enfin! dans son espace de prédilection.

Ce sont des médecins qui ont apporté à l’histoire de la peste les éclairages les plus convaincants et les avancées les plus significatives. De Jean-Noël Biraden (sa thèse magistrale est publiée en 1976) à Jean Vitaux (son Histoire de la peste paraît en 2010 et, en version électronique, en 2015), les médecins, les scientifiques, épidémiologistes, virologues, infectiologues, etc., fournissent avec précision les invariants des descriptions cliniques, les statistiques, les vecteurs, mais ils ne répondent pas encore à toutes nos questions. S’interroger encore : c’est le but de cet article…

En tout cas, la collaboration des scientifiques, y compris des démographes, avec des archivistes-paléographes, avec des historiens aux spécialisations diverses (administration, société, mentalités, arts-et-métiers…) permettent aujourd’hui un tableau – effarant! – mais plutôt complet des pestes d’antan, et spécialement de celle de 1720 qui nous intéresse plus directement.

*

« Vendredy six septembre […] Arrest sur la requeste du procureur général du Roy au sujet de la contagion à Marseille. […] »,

continue notre greffier, de Pontoise. N.B. le Parlement de Paris y est puni, et condamné par le Régent à rendre la justice de dernier ressort dans cette petite ville où il a déjà été appelé par le roi, en l’un des pires moments de son histoire houleuse. Le Parlement joue la montre et juge… mollement. D’ailleurs, les avocats font grèves : les magistrats s’en servent pour écarter toutes les causes d’appel qu’ils peuvent. En revanche, il veut bien enregistrer, sur requête du Procureur général, ici Guillaume François Joly de Fleury, des décisions d’ordre administrative, on parlait d’arrêts de police générale. Preuve ici que la peste, si loin que fût Marseille, est une affaire « d’État ». Le Parlement d’Aix, directement concerné, s’était vu pourtant retirer par le Conseil du roi la gestion de la crise, confiée au commandant de la province en collaboration avec l’intendant. Les grandes robes d’Aix furent piquées, mais le mal était arrivé aux portes de leur ville, de leur palais, de leurs maisons : il n’était pas question de remontrer, de résister, ni même d’élever une protestation. « Dès que la peste se manifesta à Aix », remarque Prosper Cabasse, « le Parlement se hâta de prendre des mesures pour en diminuer les ravages. Mais à peine s’occupa-t-il de ces précautions qui, dans toutes les occasions semblables, lui avaient été dictées par son zèle, qu’un arrêt du Conseil lui ravit cette juridiction particulière de police… »2. C’est bien cet arrêt du Conseil que le Parlement de Paris, à Pontoise, enregistre, comme le consigne De L’Isle. Notons que tout opposé qu’il fût à la politique du Régent, et exilé pour cela, le Parlement de Paris ne se solidarise aucunement avec ses collègues d’Aix : crainte de déplaire, d’en ajouter à son régime de rigueur, ou certitude qu’une gestion centralisée au profit de la plus haute autorité militaire de la région sera plus efficace ?

Notre greffier, on le sait, n’a plus grand-chose à faire. Alors il tue le temps en se faisant l’écho de toutes les petites nouvelles locales. Et la peste est dans les esprits de tous. Et pour cause :

« Dimanche 8e septembre, feste de la Nativité de la Ste Vierge, grande feste et foire en cette ville de Pontoise, à Notre-Dame qui est le fauxbourg de la ville, mesme procession généralle dans la ville en grande magnisence pour le vœu fait par la ville en 1638 pour la contagion dont elle fut délivrée[4]. »

Comme l’on voit, mystérieuse, la peste partait comme elle était venue, ici, là ou ailleurs. À l’époque on s’en remettait à la Providence, et l’on savait L’en remercier. À Paris, en 1720, l’on anticipait et l’on se préparait, à la manière du temps, par la prière publique, collective, en espérant conjurer le sort en se fondant sur la promesse du Christ (“Tout ce que vous demanderez en mon nom…”, Jean, XIV,13) :

« Mardy 10 septembre. […]

Pour nouvelles de Paris qu’il y avoit des prières publiques ordonnées par Mr le Cardinal[5], que le mandement par luy donné à cet effet étoit fort beau, qu’il y marquoit toutes les calamités publiques et y parloit fort de l’usure, mais trop tard[6], et que l’ouverture de ces prières avoit esté faite dimanche dernier à Notre-Dame, feste de la Ste Vierge, qu’il y recommandoit de prier pour les misères publiques et la contagion dont on estoit menacé, pour la conservation de la personne du Roy et de toute la famille royalle et de demander en particulier que Dieu répande Ses lumières sur Mr le Régent pour continuer de gouverner le royaume comme il a fait (ce qu’à Dieu ne plaise ! mais qu’il le gouverne tout autrement car on en a grand besoin).

Sous la régence (1715-1723) de Philippe, duc d’Orléans (1674-1723), le jeune roi Louis XV incarne le lien mystique qui fait « la France », la continuité de l’État, et le gage (unique) de la tranquille pérennité du royaume. On le savait de santé délicate. Alors l’on trembla pour la France entière – et le Régent pour son pouvoir…[7] Dès le début du mois d’août 1720, le Conseil de régence s’interroge sur l’opportunité, ou non, d’extraire l’enfant, âgé de 10 ans, d’une ville immense dont on sait, malgré les nombreux progrès réalisés sous Louis XIV, toutes les failles sanitaires. Finalement, le roi resta au Louvre et le Régent prit les dispositions administratives et politiques nécessaires pour bloquer toute progression de l’épidémie vers le Nord. On entoura tout la région Sud-Est d’un “mur de la peste”, strict cordon sanitaire.

En attendant, aux yeux de notre commis-greffier, il y avait une autre peste à Paris et en France, une peste “politique”, si l’on se permet :

« Le vendredy 13 septembre, j’allay à Paris où je n’avois point esté depuis le Parlement transféré à Pontoise, où j’arrivay sur les cinq heures du soir. J’y apris pour nouvelles qu’il y a quelques jours le sieur Law, qui sera toujours la peste du royaume, s’estant mis entre les mains de Mr l’abbé de Tancin[8], son ancien directeur, qui luy a fait faire une aumosne ou restitution dans toutes les paroisses de Paris, laquelle l’on disoit de plus de cent mil escus. Que la répartition en ayant esté faite, l’on fit dire à tous Mrs les curéz de venir à St Sulpice recevoir chacun pour leur paroisse. Que plusieurs y reçurent les sommes marquées pour leurs parroisses et que d’autres refusèrent, entre autres celuy de St Barthélemy[9] qui ne voulut recevoir soit par aumosne ou restitution pour donner aux pauvres d’un homme qu’il ne connoissoit point, ne vouloit connoistre et qui avoit vollé et pillé le peuple impunément, qu’il ne donneroit point de quittance d’avoir receu de Monseigneur Law comme l’on la demandoit, étant indigne à tout homme de son caractère de le faire, que si c’étoit le Roy qui faisoit une aumosne à son peuple ou une gratification, qu’il la recevroit comme il le devoit, mais qu’autrement, il n’en feroit rien ; […] »

Gilbert n’est pas le seul à mêler la peste à la grande politique. Le duc de Saint-Simon, le célèbre mémorialiste, écrit dans ses Mémoires : « Law avoit obtenu depuis quelque temps par des raisons de commerce que Marseille fût port franc » Entre nous, c’était faux : Marseille était port franc par Déclaration du 12 août 1669, et c’était à Colbert que l’on devait cette décision. Mais, comme dans la Fable, en 1720, « on cria haro sur le baudet »[10] et Law avait bon dos… « Cette franchise », poursuit notre duc, « y fit abonder les vaisseaux, surtout les bâtiments du Levant, qui y apportèrent la peste faute de précaution, […] et qui désola Marseille, la Provence, et les provinces les plus voisines. Les soins et les précautions qu’on prit la restreignirent autant qu’il fut possible, mais ne l’empêchèrent pas de durer fort longtemps, et de faire d’affreux désordres. Ce sont des détails si connus qu’on se dispensera d’y entrer ici. »[11]  Et les récits, en effet, sont à faire dresser les cheveux sur la tête !

Au-delà des faits en eux-mêmes, on comprend dans les extraits qui précèdent – côté Cour (Saint-Simon), côté « jardin » (Gilbert de L’Isle) – à la fois les divisions, la fragmentation oserait-on dire, de la société, qu’a engendrées la politique financière audacieuse de l’Écossais John Law ;

John Law (A.S. Belle)

mais aussi les résistances – il faut l’avouer – très «franco-françaises» du petit peuple qui n’y comprend goutte ; et le ton finalement extrêmement autoritaire en politique du Régent – que l’on savait particulièrement libertin à titre personnel… Tout cela faisait un cocktail explosif et ressemblait à une vraie “maladie” des élites et du gouvernement. En attendant, la vraie peste était là :

« L’on disoit la contagion augmentée à Marseille et dans tous les environs de la ville et mesme dans la Provence, que Mr l’évesque de Marseille étoit mort de cette maladie assistant luy mesme les malades et leur administrant les sacremens[12]. »

Et, pessimiste, Jean Gilbert ne perd pas cette occasion d’envoyer une pique aux prélats dont on réprouvait la vie, les mœurs ou les engagements politiques (il y en avait – peu, très peu – mais on en causait !) :

« Digne prélat qui doit servir d’exemple à tous les autres de ce temps-cy, dont je croy qu’ils ne profiteront guère. […] »

L’alarme est à son comble en septembre :

Jeudy 19 septembre. […]

Que la peste étoit toujours continuelle à Marseille et que la ville étoit comme abandonnée faute de vivres et de soulagement, qu’il n’y restoit plus que trois prestres, que l’on étoit prest à mettre le feu à la ville et que c’estoit une chose pitoyable, ainsi que dans tous les environs. […]

En fait, Marseille est l’arbre qui cache la forêt : malgré des précautions multipliées dès que la nouvelle de la contagion se répandit, le 11 juillet par exemple à Toulon, la contrebande de cargaison et de marchandises infectées, à La Ciotat, à Toulon, La Valette, Aix, bien sûr, etc., la fuite des populations qui s’en octroyaient les moyens, d’un point contaminé à un refuge supposé, tout cela étendit le mal comme une marée noire. En septembre Toulon est touchée, début octobre elle compte ses premiers morts qui atteindront le nombre atroce de 400 par jour (pour la ville seule!) au début de mai 1721… Partout, dans la Provence et le Languedoc oriental, on pourrait faire la même description apocalyptique, à Arles par exemple. Les sources sont nombreuses et presque chaque ville a son historien de la peste[13]. Seule la chronologie change, l’horrible spectacle reste le même, le décompte macabre partout terrifiant :

Jeudy 26 septembre. Pour nouvelles de Paris, que la peste étoit Dieu mercy appaisée à Marseille, mais qu’il s’y étoit passé des choses bien cruelles et bien extraordinaires, que plusieurs soldats, matelots, ou galériens, feignans de soulager les malades en avoient égorgé ou étouffé près de deux milles, que l’on en avoit pendus plusieurs [de ces assassins] ainsi qu’un nombre de juifs qui y estoient pour acheter ce qui leur seroit vendu par eux, et que Mr l’évesque de Marseille n’étoit point mort comme en l’avoit dit[14].[…]

Faux-bruits, rapines, tromperies, crimes, et boucs émissaires sont le triste tribut de l’ébranlement général des esprits sous l’effet de la peur de la mort, de la vue débilitante des malades abandonnés parfois dans les rues, de l’égoïsme : en tout temps de crises majeures, la stupidité et la méchanceté remontent comme rats à la surface des égouts. D’autant que le Parlement d’Aix, la “raison et la sagesse” de tous, est dispersé : après l’arrêt qui le dessaisissait de ses prérogatives de police, il rendit quelques jugements d’urgence contre des médecins et des sages-femmes, pour refus de soin et inhumanité ; puis il songea, comme le leur dictaient les précédents du XVIème siècle, à se transporter en corps dans une ville restée indemne. Ce n’était pas la première fois que la ville parlementaire était touchée par la peste : en 1649, déjà, le Parlement avait dû se transporter à Salon[15]. Dans cet été de 1720, la magistrature aixoise se détermina pour Saint-Rémy-de-Provence, mais les magistrats virent tant de conditions posées dans les lettres de translation promulguées par le gouvernement, qu’ils se dispersèrent dans leur propriété et à la campagne.

Heureusement, en balance des peurs, fuites, lâchetés, immondices et vilenies, les actes héroïques se multiplient : « Le tableau des infortunes auxquelles [Marseille] était livrée est affreux : nous n’avons heureusement pas à le reproduire », raconte Prosper Cabasse d’après des témoignages inédits ; « il coûterait trop à notre sensibilité. Mais du moins offre-t-il le consolant aspect d’un grand nombre d’hommes charitables et dévoués, à la tête desquels l’histoire place avec justice les Belzunce, les Adimar, les Moutiers, les Dieudé, les Peyssonnel (médecins, père et fils, dont l’un mourrut en effet de l’épidémie), auxquels on peut joindre, outre un grand nombre de particuliers, presque tous les pasteurs [d’âmes, donc les prêtres]”[16]

Mgr de Belsunce au secours des mourants

*

A l’heure où la science prétend expliquer toute l’origine des fléaux qui désolent encore régulièrement notre planète (tsunamis, ouragans, inondations, tempêtes extraordinaires, sécheresses, invasion d’insectes destructeurs, maladies nouvelles…) et trouver l’alpha et l’oméga des mécanismes, et donc des “responsabilités”, de ces calamités, à défaut – notons-le tout de même – d’être capable et de permettre d’anticiper, à plus forte raison de les éviter, il est bon de s’arrêter un instant sur les mentalités et “explications” de nos ancêtres, Et même encore au XVIIIème siècle !

Relisons La Fontaine : 

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre…

Quel Dieu “Bon” peut ainsi, aveuglément, punir son peuple et “inventer” de tels maux ? s’interroge l’homme raisonnable. Reprenant la Bible, nos amis déistes, athées, agnostiques, ou plus simplement sceptiques, mettent en lumière – avec pertinence – cette contradiction éclatante entre un Dieu Tout-Puissant et Bon et ce Dieu “vengeur”, “cruel” (Racine (le songe d’Athalie) : “le cruel Dieu des juifs l’emporte aussi sur toi”…) … Que répondaient les gens de 1720 à cela ? L’enseignement religieux, chrétiens de toute confession (protestantes ou catholiques), reprenait l’histoire du peuple juif : le Déluge, les dix plaies d’Egypte, le châtiment de Sodome et de Gomorrhe, la femme de Lot, mais aussi la Promesse, la miséricorde obtenue par Jonas pour Ninive. Sortant, d’ailleurs, du discours vétérotestamentaire, le discours religieux présentait la Croix, mais uniquement dans la perspective de la Résurrection, donc du Salut, des corps et des âmes. Certes, à suivre tant Michel Foucault que Jean Delumeau, l’Eglise (les églises) maniait la crainte, jusqu’à la peur, avec une dextérité que notre époque juge sévèrement. Mais, à Marseille, qu’entendaient ces gens, malades de la peste, potentiellement ou physiquement ? Des menaces, des erreurs, des naïvetés, des “exagérations” (voir plus loin) ? Sans doute; mais aussi : le réconfort d’apôtres “chrysostomes” (du grec χρυσόστομος, « à la bouche d’or »), de “missionnaires” infatigables, à l’exemple de leurs modèles : Vincent de Paul, Jeanne de Chantal, même Bossuet… parlant de miséricorde, de “Cœur” et d’amour, des douceurs de la justice (et non seulement de ses “foudres”) et de Vie. Notre Jean Gilbert est un fils de vigneron, certes fort proche d’une élite, qu’il sert, qu’il admire et qu’il aime, mais un homme simple : que dit-il au juste dans ces terribles circonstances ? 

  • D’abord, son admiration pour tous les clercs qui font dignement leur office, et qui parlent, écrivent juste et bien : “le mandement par luy donné à cet effet étoit fort beau” (voir plus haut, à propos des prières publiques demandées par l’archevêque de Paris, Mgr de Noailles);
  • Aussi, le recours ferme à la justice de Dieu : “Samedy 5e octobre”, note-t-il dans son journal. “Toujours plaintes et misère à Paris ainsi que partout par la rareté de l’argent, la cherté de toutes choses et par la continuation du dérangement général de toutes les familles et de tous les honnestes gens, et qu’il n’y avoit [d’heureux] que les fripons et les voleurs d’agioteurs usuriers dont Dieu fera bonne justice et les punira s’il luy plaist.”
  • Puis, la certitude que les hommes se font très bien eux-mêmes leur propre malheur : le 3 octobre, il recopie une chanson criée par les toits de Paris :

    “Voicy ce que j’ay receu de Paris cejourd’huy : Généalogie du Sistesme

    Bélzebud engendra

    Law

    Law engendra

                la Banque

    La Banque engendra

                Missicipy

    Missicipy engendra

                 Systesme

    Systesme engendra

               Papier

    Papier engendra

               Billet

    Billet engendra

                Agiot

    Agiot engendra

                 Larron

    Larron engendra […]   

                  Bilan

    Bilan engendra

                    Zéro

    Zéro engendra

                                                        Nihil à qui la puissance d’engendrer fust ostée, etc.” [en somme : ruine financière et stérilité économique]

    Et rapportant des propos, assez désabusés il est vrai, d’une jeune princesse, De l’Isle ajoute, sévèrement : “Ce qui est bien louable à cette princesse [de Conti] d’avoir parler ainsi suivant les bons sentimens qu’elle a toujours eus, et devroit bien faire rentrer ces princes en eux mesmes pour mieux servir Dieu, le Roy et l’Etat dont un jour on leur reprochera qu’ils ont esté les premiers la cause de sa perte et de toute la misère que l’on voit aujourd’huy.”
  • Enfin l’absolue confiance dans la miséricorde et la toute-puissance de Dieu pour rétablir l’équilibre des choses humaines, mêmes financières… : “Que l’on n’y parloit point de proroger les billets et que, grâces à Dieu, il y avoit espérance qu’à la fin ils seroient abolis pour toujours. Dieu le veüille et que jamais l’on ne voye pareille chose dans le royaume ! ” 🙄 

En fait, ce début du XVIIIe siècle marque un tournant assez intéressant dans le regard et l’interprétation d’événements aussi catastrophiques que la peste : reprenons ce qu’en dit Prosper Cabasse, au siècle suivant, parlant, on s’en souvient du “consolant” spectacle de : 

[…] ceux même des corps religieux [ordres et congrégations] qui, dans leurs exagérations aveugles, s’accusaient réciproquement d’avoir provoqué le fléau du Ciel. Les Jésuites firent des prodiges, et les Pères de l’Oratoire qui leur étaient opposés, ne se rendirent pas moins dignes de la reconnaissance publique. Interdits des fonctions de leur ministère, à l’occasion de la bulle [Unigenitus], ils n’en devinrent que plus ingénieux à trouver les moyens de se rendre utiles ; et on les vit s’engager avec le plus grand empressement à nourrir un grand nombre d’indigents, et à braver tous les dégoûts de la misère aux prises avec le désespoir et la mort, pour leur distribuer eux-mêmes des aliments. »

Pour être le “sel de la terre”, le Clergé commence à se voir attribuer la responsabilité de la colère divine, à lui-même et aux stériles (mais âpres) divisions qui l’affectent autour de l’acceptation (les Jésuites) ou le refus catégorique (les Oratoriens) de la bulle Unigenitus  condamnant le livre de Quesnel pour “jansénisme”. Un discours qui ne va pas cesser de monter, tout au long du siècle jusqu’à la Révolution, l’une des “causes religieuses de la Révolution française” ?((Cf. Dale Van Kley, Les Origines religieuses de la Révolution française : de Calvin à la Constitution Civile, 1560-1791, Paris, Le Seuil, 2002.))

*

De loin, De L’Isle se laisse abuser par le cas de Marseille. Vers la fin de l’année, il ne sait rien encore des ravages qui ne font que s’annoncer dans toutes les régions alentour :

“Le vendredy 29 novembre, veille de St André, jeûne. Pour nouvelles de Paris, que la ville de Marseille se rétablissoit grâces à Dieu, que les boutiques des marchands commençoient de s’ouvrir, que beaucoup de gens qui en estoient sortis y revenoient, et qu’il y avoit espérance que tout s’y remettroit dans quelque temps. Qu’à l’égard de la ville d’Aix et des environs, que ce n’étoit rien, qu’il n’y avoit presque point eu de mal contagieux, qui n’avoit eu, Dieu mercy, de suite, et qu’à présent ce n’étoit que des maladies ordinaires. […]”

Dans la région touchée elle-même, on reste en partie aveugle sur la réelle ampleur de l’épidémie :

« Samedy 7 décembre. Pour nouvelles, que l’ambassadeur du Grand Turc[17] étoit arrivé à Toulon avec 80 personnes à sa suite ; qu’il y feroit la quarantaine, y ayant eu de la contagion aux environs de Constantinople[18]. »

Curieusement on en revenait à l’Orient et à l’origine de la peste en Asie, là où elle devait encore faire tant de ravages. Dans ce pourtour méditerranéen, le pire, en décembre 1720, n’était pas toujours atteint. On n’était peut-être qu’à quelque 60 000 morts, sur un total évalué aujourd’hui par les historiens de 90 000 à 120 000. « Si l’on dresse un bilan », écrivent Michel Signoli et Stéfan Tzortzis, « on constate que le mal entré à Marseille par son lazaret au printemps et sorti de ses murs à l’été 1720 touche, en près de deux années d’assauts et de reflux, 242 communautés d’importances variées. Il entraîne la mort de 119 811 personnes sur les 394 369 habitants qu’elles regroupaient alors »… De replis en assauts virulents, la peste dura plus de dix-huit mois. Ce n’est que début 1723 que l’on officialisa la fin de l’épidémie : 

Te Deum en action de grâces de la cessation de la contagion dans ce royaume
Du vendredi 12e février 1723

[…]

Na qu’il y avait une ordonnance du Bureau de la Ville affichée d’après-midi qui ordonnait à tous les bourgeois et habitants de cette ville de Paris de faire des feux de joie au-devant de leurs maisons en signe de réjouissance publique de ce que la contagion avait cessé dans ce royaume, ce qui a été fait le soir et plusieurs fusées volantes tirées en plusieurs endroits de cette ville.

Comme ce temps malheureux de contagion avait commencé pendant le temps de la Régence, Dieu a permis qu’il y ait fini avant les autres malheurs et que M. le Régent ait eu la gloire d’en faire chanter le Te Deum avant qu’elle ait fini, puisque, grâces à Dieu, nous aurons le Roi pour maître mardi prochain, 16e du présent mois. Le Seigneur fasse cesser les autres et nous donne un règne doux et paisible pour le bien et le soulagement du peuple !

Le 16 février 1723, Louis XV était déclaré majeur, et donc roi de plein exercice. 

*

Quelques questions, pratiques, ingénues ou impertinentes

Quelle souche infectieuse pouvait bien être la cause d’une telle hécatombe ?

Les scientifiques nous répondent :

La peste est un bacille, non un virus, c’est-à-dire qu’elle est une bactérie en forme de bâtonnet, par opposition aux bactéries de forme sphérique, les cocci (ex. staphylocoques, les méningocoques). Le virus, lui, est un agent infectieux beaucoup plus difficile à détecter au microscope (surtout à l’époque de Pasteur et de Yersin). Pourtant, les premières hypothèses étant posées à partir de diverses observations, Pasteur appela les virus des «infrabactéries»; c’était le préalable à la découverte des premiers virus : celui de la fièvre aphteuse, et surtout, s’attaquant à l’homme, celui de la fièvre jaune. Au demeurant, en isolant la peste comme “bacille”, Yersin a permis la compréhension par les historiens de toute une série d’épidémies du passé, plus ou moins clairement nommées dans les sources.

Deux formes de la maladie ont été déterminée ; elles se sont toujours présentées, cohabitant ou plutôt se relayant, plus ou moins:

– la forme la plus fréquente, la mieux décrite aussi, est celle de la peste bubonique, du nom des « bubons » ou « bosses » qui se formaient à l’aine (à la naissance de la jambe), aux aisselles (sous les bras) et le long du cou : c’était le signe d’une « adénite inflammatoire », ou gonflement extrême des ganglions sous l’effet de la montée exponentielle des globules blancs pour lutter contre la maladie. Elle se développait dans un milieu chaud, donc en été. Avant les antibiotiques, cette forme de la maladie entraînait la mort de 30 à 40 % des personnes atteintes. Elle se transmettait à l’homme par la piqûre de la puce des rats noirs (qui pullulaient dans les villes, surtout dans les bas-quartiers sales et nauséabonds, dans les taudis de la population pauvre et dénuée de toute hygiène). La bactérie infectait les laines, les draps, mais aussi les boues terreuses, semble-t-il ; 

– la forme pulmonaire est une maladie à transmission directe, d’homme à homme, par la salive et les gouttelettes projetées par la bouche ou le nez du malade. Elle se manifestait par une fièvre courte, extrêmement élevée, suivie de la mort en deux ou trois jours. Elle sévissait plutôt l’hiver. Elle entraînait la mort dans 100 % des cas avant l’usage d’antibiotiques.

Cela, c’est ce qu’en disent les médecins et je vous recommande l’écoute de l’émission de France Culture de 2017 dont l’un des invités, le Dr. Vitaux, rappelle ces données : https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-jeudi-14-decembre-2017

Vous pouvez vous étonner de deux choses : 1° que l’on parle ainsi de période antérieure et postérieure à la découverte des antibiotiques : c’est que contrairement à une idée reçue, la peste n’a pas disparu du globe (des épidémies à Madagascar ont fait des décès en nombre conséquent encore récemment), mais elle a quitté tous les espaces géographiques où l’hygiène collective et individuelle, d’abord, et l’usage récurrent des antibiotiques, ensuite, ne permettent plus au bacille de se multiplier. Je ne sache pas que l’on arrête la vie d’un pays, d’un continent, du monde entier lors du déclenchement d’une épidémie qui reste mortelle à un % dont je serais fort curieuse… 2° que la peste pulmonaire soit due au même bacille que la bubonique alors qu’elle présente toutes les formes caractéristiques des attaques virales contemporaines… Sur ce dernier point, j’aimerais qu’on me renseigne. Si virus pesteux il y eut, et peut y avoir encore, quelle létalité aurait une semblable attaque dans les conditions actuelles des soins dont on dispose ? Juste affaire de comprendre, et peut-être de relativiser d’autres situations ?

 


[1] Arch. nat., U 747. Édition intégrale dans : Le Régent, la Robe et le commis-greffier. Introduction au Journal du Parlement de Pontoise, en 1720, Cahier Hors-série n° 1 de l’AAGA, [ISSN 0153-2243], Saint-Agnan-sur-Sarthe, 2013, 359 p.       

[3] Les archéologues ont retrouvé l’épave en 1978. Cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand-Saint-Antoine_(navire)

[4] 1638 avait été la date de la troisième et plus terrible attaque de peste à Pontoise, depuis le début du XVIIe siècle. Les mémoires du temps font état de plus de « douze cents » victimes et de plus de deux mille malades. Jamais « de mémoire d’homme ne s’en estoit vu une [peste] si eschauffée ». La ville fit alors le vœu d’offrir à l’église Notre-Dame de Pontoise une statue d’argent d’une valeur de 600 livres et de placer l’image de la Vierge aux trois portes principales de la ville. La première procession avait eu lieu le 16 septembre 1640. Ce fut la dernière épidémie de peste que connut Pontoise. Cf. Pontoise. 2000 ans d’histoire, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d’Oise et du Vexin, 1987, p. 86-87.

[5] Louis Antoine de Noailles (1651-1729), évêque de Cahors en 1679, transféré à Châlons-en-Champagne en 1680 ; archevêque de Paris depuis 1695 et cardinal en 1700, il devint chef du Conseil de conscience en 1715 dans le cadre de la Polysynodie. Favorable au « jansénisme », en tout cas très hostile aux jésuites qu’il frappa d’interdits divers, et à la bulle Unigenitus, il était l’objet de l’affection et de l’attentive soumission de la part de tout le petit monde du palais et du peuple dévot de la capitale.

[6] Pour rappel, on est en plein dans la crise dite du « Système de Law », banqueroute dont les péripéties, depuis au moins le printemps 1720, retiennent le souffle et l’attention de « tous les gens de bien », de ceux qui, comme les magistrats, défendent le « bien public » contre l’impéritie du gouvernement, contre les calamités et les scandales de l’égoïsme, de l’agiotage, de ce que nous appelons aujourd’hui les « délits d’initié », spectacle révoltant de princes et de grands « rafflant » littéralement la mise avant la dévaluation de la première véritable monnaie de papier qu’ait connue la France. Le Journal du Parlement – « séant à Pontoise », justement, dans les remous de la crise financière – en porte le témoignage à chaque page. Cf. Edgar Faure, La banqueroute de Law : 17 juillet 1720, Paris, Gallimard, coll. « Les Trente journées qui ont fait la France », 1977, 742 p. + 31 pl.

[7] À cette date, en cas de décès de Louis XV, arrière-petit-fils de Louis XIV et unique rejeton de la branche aînée, la succession royale aurait posé un problème crucial : d’une part, la branche cadette, celle de Philippe, duc d’Anjou, n’était installée sur le trône d’Espagne, après une longue guerre, qu’au prix de sa renonciation définitive pour lui et ses descendants, à la Couronne de France (1713. Renonciations dites « d’Utrecht »), et cela sous la pression de l’Angleterre ; d’autre part, nombreux étaient ceux, à commencer par la magistrature des parlements, à considérer cette renonciation comme nulle et non-avenue au regard des « Lois fondamentales du royaume » (non-écrites) qui faisaient de la Couronne un bien « successif », mais non-héréditaire, la transmission étant assurée par les règles de la coutume royale (dite Loi salique) sans que puisse y contrevenir une volonté personnelle, même royale. Un parti, autour (entre autres) du duc du Maine, fils légitimé de Louis XIV et de Mme de Montespan, s’était formé, dans la triste éventualité de la mort du petit Louis XV, pour soutenir les droits de Philippe V d’Espagne, contre les prétentions du duc d’Orléans à récupérer ainsi la succession à la Couronne. Mais Louis XV vécut…

[8] On écrivait Tancin ou Tencin. Pierre Guérin de Tencin (1679-1758) est un personnage central du règne de Louis XV, en particulier des affaires politico-religieuses du règne. En 1720, il est déjà bien en Cour ; il avait joué un rôle dans la conversion de Law au catholicisme. Une fois encore, le portrait de Saint-Simon est inénarrable : cet abbé étoit « prêtre et gueux » (Mémoires, t. XXXVII, p. 3), frère de Mme de Tencin dont le salon défraya la chronique dans les années 1720. L’abbé de Tencin, « que le diable a poussé depuis à une si étonnante fortune », écrit Saint-Simon (p. 2), allait devenir archevêque d’Embrun et cardinal, le représentant le plus avéré du « parti » des « constitutionnaires » (c’est-à-dire favorables à Unigenitus).

[9] La paroisse Saint-Barthélemy était dans l’île de la Cité, non loin du palais. L’église disparut dans les travaux du Second Empire présidés par le baron Haussmann.

[10] Jean de La Fontaine, « Les animaux malades de la peste » (1678) : https://gallica.bnf.fr/essentiels/fontaine/fables/animaux-malades-peste

[11] Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires, éd. Boislisle, Paris, Hachette, t. 37e, 1925, p. 372-373.

[12] Le dévouement de Mgr Henri François-Xavier de Belsunce-Castelmoron (né en 1671) fut connue dans toute la France. « C’étoit un saint prêtre », avait écrit Saint-Simon en 1709, au moment de son élévation à l’évêché de Marseille, « nourrisson favori du P. Tellier » ; « évêque, il imposa avec raison par la pureté de ses mœurs, par son zèle, par sa résidence et son application à son diocèse, et y devint illustre par les prodiges qu’il y fit dans le temps de la peste » (Mémoires, t. XVII, p. 228).

[13] Bibliographie en fin  d’article.

[14] En effet, il ne mourut pas de la contagion (comme le remarquera Gilbert de L’Isle un peu plus tard), mais seulement en 1755, ayant refusé l’honneur de l’élévation à des bénéfices épiscopaux plus prestigieux (Bordeaux, Laon).

[15] Cf. Mémoires de Charles de Grimaldi, marquis de Régusse, président au Parlement d’Aix, éd. Monique Cubells, Bordeaux : PUB, 2008, p. 79.

[16] Prosper Cabasse, op. cit., t. II, p. 176-177.

[17]  L’ambassadeur du Sultan (Achmed III, 1673-1736), autrement appelé ambassadeur de la Porte, était Tchelébi Méhémet Effendi, comme le remarque Boislisle (Mémoires de Saint-Simon, t. XXXVIII, p. 69, n. 2).

[18]  Saint-Simon rapporte cette ambassade de façon circonstanciée : « Le Grand Seigneur avoit nommé et fait partir un ambassadeur pour venir complimenter le Roi sur son avènement à la couronne. Comme c’est une chose fort peu usitée à l’orgueil de la Porte, notre cour en fut extrêmement flattée. Outre l’honneur et la considération des lieux saints de la Palestine, l’intérêt du commerce et de la bannière de France dans la Méditerranée ne contribua pas moins à en être touché » (Mémoires, t. XXXVIII, p. 69). En raison de la peste qui s’éteignait à peine lors de l’arrivée de l’ambassadeur devant Toulon, le 10 octobre, il fit quarantaine dans l’île de Maguelonne. Une escorte vint ensuite le chercher pour le conduire à Paris par Sètes, le canal du Midi, Toulouse, Bordeaux où il n’entra que le 8 février 1721. L’histoire de cette ambassade échappe donc au cadre chronologique du Journal du Parlement de Pontoise.

*

Pichatty de Croissainte, Journal abrégé de ce qui s’est passé en la Ville de Marseille, depuis qu’elle est affligée de la contagion, Paris, chez Henry Charpentier et Pierre Prault, 1721

Bibliographie indicative

Voir d’abord l’excellent article de Wikipédia l’Encyclopédie libre sur Internet, et sa bibliographie :  http://fr.wikipedia.org.

Jean-Noël Biraben. Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens. Tome I: La peste dans l’histoire. Tome II: Les hommes face à la peste. Paris-La Haye, Mouton, 1976. In-8°, 455 et 416 pages, 12 cartes et 30 graphiques dans le texte, 16 planches hors texte. Compte rendu par Philippe Contamine dans BEC, année 1978, 136-1, p. 170-173.

https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1978_num_136_1_450125_t1_0170_0000_3

et compte rendu de Jean-Pierre Goubert, dans Annales  Année 1981  36-3  pp. 521-522

https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1981_num_36_3_282760_t1_0521_0000_001

Prosper Cabasse, Essais historiques sur le Parlement de Provence, depuis son origine jusqu’à sa suppression, 1501-1790,  3 vol., Paris, A. Pihan Delaforest,1826 (t. III, p. 172-180).

Daniel Defoe, A Journal of the plague year [1722], Londres, Penguin Classics, 1986.

Jamel El Hadj, Les chirurgiens et l’organisation sanitaire contre la peste à Marseille xviiexviiie siècles, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Jean Boutier, EHESS, 2014.

Paul Gaffarel et Marquis de Duranty, La peste de 1720 à Marseille et en France d’après des documents inédits, Paris, Perrin et Cie, 1911.

Michel Goury, Un homme, un navire, la peste, Marseille, Jeanne Laffitte, 2013.

Françoise Hildesheimer, Le bureau de santé de Marseille sous l’Ancien Régime. Le renfermement de la contagion, Marseille, Fédération Historique de Provence, 1980.

Françoise Hildesheimer, « La protection sanitaire des côtes françaises au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1980, p. 443-467.

Daniel Panzac, Quarantaines et lazarets, l’Europe et la peste d’Orient, Aix-en-Provence, Edisud, 1986

Michel Signoli et Stéfan Tzortzis, « La peste à Marseille et dans le sud-est de la France en 1720-1722 : les épidémies d’Orient de retour en Europe », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 96 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/10903 

Michel Vergé-Franceschi, « 1720-1721 : la peste ravage Toulon », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 114-4 | 2007, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 18 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/abpo/461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.461

Alexandre Wenger, « Regulations in the struggle against the plague. Geneva facing the Great Plague of Marseille (1720-1723) », Gesnerus, vol. 60, no 1-2, 2003, p. 62-82.

  1. Prosper Cabasse, Essais historiques sur le Parlement de Provence, depuis son origine jusqu’à sa suppression, 1501-1790, 3 vol., t. III, A. Pihan Delaforest, 1826, p. 175-176. []
  2. op.cit., p. 177. []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts