Archives par mot-clé : Michel Antoine

Décès d’un grand spécialiste

Avec un peu de retard, j’ai appris une triste nouvelle : Michel Antoine est décédé le 20 février 2015, dans sa quatre-vingt-dixième année. Il laisse derrière lui une œuvre exemplaire.

Archiviste paléographe, il a été, aux Archives nationales, le réalisateur de travaux d’inventaires essentiels pour l’intelligence de l’appareil du gouvernement de la Monarchie française, au XVIIIe siècle (principalement). Il nous a ouvert des pistes innombrables, à travers, en premier lieu, les archives du Conseil d’Etat (dont il a démêlé les ressorts particulièrement complexes); il avait une connaissance incroyablement précise des papiers de la famille d’Ormesson, de ceux des Gilbert de Voisins, des correspondances publiques et privées des personnalités les plus en cour, sous Louis XV… Réservé mais souriant, modeste mais sûr, quand on l’interrogeait, il était toujours d’excellent conseil pour orienter les débutants.

Historien, il nous a légué une bibliographie immense, d’où émerge son incontournable biographie de Louis XV, chez Fayard, en 1989. Une somme ! Et des articles sur tous les sujets (la Lorraine, la musique…), dont les parlements de la France ancienne. Dans ce domaine, il s’est signalé par son point de vue particulièrement critique – pour le XVIIIe siècle, du moins. Car Michel Antoine « n’aima pas » les parlements ! Je mets, bien sûr, des guillemets… En effet, contrairement à d’autres (qui « aiment » les parlements ?), je n’accuserai pas Michel Antoine de parti-pris « monarchiste » et « réactionnaire » : il connaissait Pierre Gaxote, c’est vrai, mais ces historiens « de droite », les Gustave Bord, Funck-Brentano, Bainville, Louis Bertrand, etc., n’ont pas été des médiocres, tant s’en faut ! Combien sont ceux qui les utilisent… sans les citer ? Michel Antoine ne s’est jamais caché de son appartenance à un milieu « d’Action française », à la manière des années 1930 et dans la complexité des enjeux du moment. C’est bon à savoir, comme il est nécessaire – et de bonne méthode – de connaître les écoles historiques, leurs présupposés idéologiques, leurs évolutions, et les appartenances de chacun.

Mais si Michel Antoine ne s’est pas départi de sa fidélité à son milieu d’origine, de même qu’un Ariès1 en son temps, on doit reconnaître dans son œuvre les effets souverains de sa formation de chartiste : ceux de son insatiable curiosité, de sa rigueur scientifique et de son aspiration à la vérité et à l’objectivité. Sa science immense et son travail incessant dans les archives lui ont permis d’avoir une profondeur extrême dans ses analyses.

Sur les parlements, son point de vue, cependant, a été, par nécessité, celui des sources qu’il a mises en lumières, les archives de « l’Etat » : pour le XVIIIe siècle, au tournant des règne de Louis XIV et Louis XV, à un moment où le conflit se crispe entre la magistrature des cours souveraines et le Conseil du Roi, entre les Grandes Robes et le ministère, entre le(s) « Parlement(s) »  et le gouvernement monarchique, Michel Antoine a vu des parlements ce que les ministres et la Robe du Conseil lui laissaient apercevoir, dans leur correspondance et dans leurs avis. Peut-être ces seules lumières2 n’étaient-elles pas suffisantes pour un éclairage complet d’une « scénographie » aussi compliquée que celle des luttes parlementaires du XVIIIe siècle ou des causes « parlementaires » de la Révolution française ? Je suis même persuadée que ce n’était pas suffisant : car, toujours, il faut croiser les regards, confronter les opinions et les témoignages… Comme Jean Egret, (du côté des parlements), Michel Antoine a au moins le mérite d’avoir fourni, inlassablement, les pierres de l’édifice de synthèse que nous appelons encore de nos vœux : une « histoire et dictionnaire amoureux » des parlements d’Ancien Régime qui soit aussi une histoire vraie et « sympathique » de la monarchie du XVIIIe siècle.

 

  1. Cf. Un historien du dimanche, en collaboration avec Michel Winock, Paris, Seuil, 1980 []
  2. Même aussi estimables que celles d’un d’Aguesseau, des Joly de Fleury, de Pierre Gilbert de Voisins, de l’avocat Barbier… []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts