La Saint-Martin : Une rentrée, vraiment, vous croyez ?

Un point du jour

Il y a quelques siècles, en ce jour, les parlements de France préparaient, en principe, leur rentrée pour le “lendemain de la Saint-Martin”, et donc, sauf si la date tombait un dimanche, demain, 12 novembre. Mais le 12 novembre 1720, vous vous en souvenez sûrement, le parlement de Paris est exilé : il

est à Pontoise / Sur Oise/ Par ordre du Régent. ../

Le Parlement fait pénitence / Je pense / Pour quelque grand péché…” (:-)1.

Le 12 novembre 1720, l’Ouverture n’eut pas lieu, alors même que l’on avait tout préparé dans l’église principale de la ville ; et nul ne savait pour l’heure quand (ni …) le Parlement pourrait rouvrir. Profitant des libertés qu’avait données la vacance annuelle depuis septembre, les présidents, conseillers, la plupart des officiers inférieurs ou des auxiliaires de justice, avaient quitté Pontoise. Chacun s’était retiré en sa famille, beaucoup avaient pris leurs quartiers à la campagne, dans ces châteaux et propriétés que la plupart des magistrats possédaient, à titre personnel ou au titre de leur famille, plus ou moins large, qui était traditionnellement accueillante. Notre commis-greffier, Jean Gilbert, voyagea pas mal, entre Pontoise, où le retenait encore le suivi de ses différentes missions professionnelles ; Paris, pour ses affaires familiales et personnelles, et Villennes-sur-Seine, où il avait aussi suivi ses maîtres, les Gilbert de Voisins.

La haute robe parisienne n’était pas tout à fait la seule à vivre, en 1720, une situation insolite – pour le moins – en ce jour de la Saint-Martin : en Provence, qui était atteinte de la peste2 depuis le début de l’été – l’une des plus virulentes qu’elle ait subi aux dires mêmes des médecins du temps – le Parlement d’Aix est dispersé. Après l’Arrêt du Conseil du roi du 14 septembre 1720 qui suspendait toutes les attributions de police de la cour souveraine pour établir une direction exclusive et centralisée de la lutte contre l’épidémie au profit de l’intendant et, surtout, du commandant en chef de la province3, les magistrats, alors qu’Aix est elle-même contaminée, ont tenté de réaliser la translation du Parlement en corps pour que le cours de la justice ne fût pas interrompu. La ville de Saint-Rémy-de-Provence, où s’était transporté le Premier président, Cardin Le Bret de Flacourt (d’ailleurs aussi intendant de la province), fut choisie, à une vingtaine de lieues d’Aix, peut-être parce qu’on la croyait à l’abri, grâce au massif des Alpilles, de ce vent fatal de la “contagion”. Mais les conditions qui avaient été mises par le gouvernement royal à l’obtention des Lettres de translation, avaient fait abandonner ce projet, d’autant que la peste était entrée dans Saint-Rémy, sans attendre. De longs mois encore passèrent sans que la cour souveraine puisse s’assembler. En tout cas, en ce 12 novembre 1720, le Palais d’Aix était resté désert, tout comme le Palais de la Cité.

Aujourd’hui, trois cents ans, exactement après, nous ressentons une curieuse impression, une menace inconnue qui pèse moins sur la santé de nos corps que sur celle de nos travaux, une sorte d’exil intérieur qui nous emprisonne depuis bientôt huit mois, sans nous empêcher en fait de bouger, ou si peu ! Quelle étrangeté, en comparaison de ces événements qui ont marqué la France, il y a juste trois siècles ! C’est la bizarrerie de ce temps qui nous impose un “confinement-restrictions diverses d’activité ou d’accès-reconfinement”. Une situation absolument inédite : jusqu’au 17 mars 2020, jamais – même en des temps de peste ou d’épidémie mortifère – jamais – même en temps de guerre – notre vie, en France, dans toute la France, n’avait été ainsi paralysée ou, plutôt, de cette manière. Alors, comment poursuivre ? Comment “reprendre” le fil de notre travail habituel, en particulier dans ce carnet ? Il fallait me soumettre à un bilan ; il fallait confronter raison et déraison des circonstances actuelles au regard du passé, pour envisager quelques perspectives.

Depuis le confinement obligatoire et généralisé imposé par le gouvernement à compter du 17 mars 2020, dans une situation constitutionnellement complètement inédite “d’état d’urgence sanitaire”, et malgré un déconfinement partiel puis à peu près complet pendant l’été 2020 (sauf dans la symbolique des masques généralisés dans l’espace public et des entreprises commerciales ou non), il faut bien préciser les importantes perturbations qui ont entravées notre travail, spécialement ce carnet de recherche : depuis des mois, l’accès aux bureaux de notre département de recherche nous est interdit, et en conséquence interdit aussi l’accès aux dépôts où reposent les documents sur lesquels nous travaillons et dont ce carnet nous permet, entre autres choses, de publier, au fil de l’eau, les transcriptions (au premier chef, l’excellent journal de Jean Gilbert de L’Isle). Alors, jusqu’à présent, nous avons fait… autre chose, autrement. Mais voilà qu’on joue les prolongations… Permettez-moi de m’interroger.

Dès octobre, on annonçait sur les ondes “une couleur rouge écarlate” de l’état sanitaire dans de nombreuses grosses régions de France, entraînant des restrictions d’activités, dont le fonctionnement de nombreuses universités françaises… COVID-19 oblige ! Depuis le 29 octobre, minuit, un confinement généralisé – mais “travaillé” – s’est annoncé (dans des conditions juridiques d’abord problématiques concernant le renouvellement d’un état d’urgence sanitaire qui n’a pas été voté sans difficulté) au milieu d’une montée impressionnantes des contradictions et contestations. Cette situation interroge, en toute indépendance, notre rigueur scientifique, nos facultés de travail et de recherche de l’information exacte, notre esprit critique et notre intégrité scientifique.

Ce carnet de recherche étant, sauf marginalement, le principal miroir de l’activité du groupe de recherche que j’anime et dont j’assure, à peu près seule, les publications sur ce site, les continuels reports, annulations, suspensions, etc. qui affectent notre travail collectif depuis des mois, m’ont découragée, d’abord, de publier dans ce cadre. Avec la rentrée universitaire, j’espérais reprendre et faire reprendre un rythme normal à notre groupe par l’organisation de la session 2020-2021 du séminaire “Parlement(s) et cours souveraines sous l’Ancien Régime”. Les dernières décisions m’ont incitée de nouveau à différer encore quelque temps avant des annonces qui risquent bien fort de couler.

A défaut d’annonces et de programme 2020-21, je me rabats sur un petit tour d’horizon sur mes dernières productions et sur quelques réflexions que m’inspirent mes dernières trouvailles.

Bilan d’un semestre « introuvable »

L’ouverture de l’année 2020, en raison même des données de l’année 2019 promettait une charge exceptionnelle de rattrapage en matière de rédaction de travaux et d’activité éditoriale. Il s’y ajoutait le premier résultat de ma bonne réintégration de l’IHD en 2019 : une demande de participation pérenne à la formation des étudiants de Master2 et des doctorants dans le cadre du département d’Histoire du Droit et de son École doctorale (dir. Pr. Sophie Démare-Lafont).

1 – Prévu… et effectif jusqu’au 17 mars

A – La première tâche qui s’imposait, et qui constitue un fort (mais hélas « invisible ») investissement en temps, était la prise en main, à la demande du Pr. Pascal Plas (Limoges), de la mise en œuvre de l’édition conjointe, en un seul volume, des actes des journées d’Aguesseau de Paris et de Limoges des 27 novembre et 6 décembre 2018, pour la commémoration du 350e anniversaire de la naissance du chancelier Henri François d’Aguesseau (1668-1751) : réunion des subventions promises4, recherche et mise en concurrence des éditeurs potentiels, rappel des derniers textes des retardataires, etc.

B – Quant à mes travaux personnels, y compris pour les actes d’Aguesseau, les échéances de rédaction s’établissaient ainsi :

  • dans les premières semaines de janvier 2020, les dernières corrections, vérifications, communications, pour la sortie des actes 2011-2018 de mon séminaire, réunis sous mon unique responsabilité, et dont la sortie était annoncée alors par Classiques Garnier (dans la collection du LabEx COMOD qui a soutenu toute l’entreprise) pour le 17 mars 2020, sous le titre :

Au cœur de l’État. Parlement(s) et cours souveraines sous l’Ancien Régime, coll. « Constitution de la Modernité » (dir. J.-Cl. Zancarini), Paris, Les Classiques Garnier, 2020, N° 20, 431 p., 15 x 22 cm, Broché, ISBN 978-2-406-09783-9, 46 €, Relié, ISBN 978-2-406-09784-6, 85 €

  • pour fin mars : la rédaction et la remise aux éditeurs scientifiques des trois textes de mes communications aux colloques de décembre 2018, avril et septembre 2019 (voir infra) ;
  • pour fin juin : la mise en œuvre du vol. 19 des Cahiers de l’Association des Amis de Guy Augé (n° 71 de La Légitimité. Revue universitaire d’Histoire et d’Idées politiques), ISSN 0153-2243, dont j’ai repris la direction à la suite de mon mari depuis 2017. Le numéro, prévu initialement pour 2019, centenaire des traités de Versailles (28 juin 1919) et évidemment retardé en raison des circonstances, et intitulé : La Paix, réunit des contributions d’universitaires et de chercheurs spécialisés dans les différentes périodes, médiévales, modernes et contemporaines de l’histoire, dans le respect d’une pluridisciplinarité qui a toujours été la tonalité spécifique de l’AAGA, depuis sa création en 1994 après le décès de Guy Augé, historien et philosophe du droit (Univ. de Paris II). Comme directrice de la rédaction, j’assure la rédaction des Bulletins de l’AAGA (déc. 2018 – n° 70, déc. 2019 – n° 72) ainsi que les introductions des Cahiers.

C – Parallèlement, je devais (et la programmation fut établie fin janvier) mettre en place pour l’École doctorale de Paris II un cours de paléographie et d’exploitation des archives judiciaires et notariales de l’époque moderne, dont une visite du fonds du Parlement de Paris aux Archives nationales (site de Paris), en partenariat avec la Section ancienne des AN (Michel Ollion). Les cours ont commencé le 11 février, puis 17 février, et ainsi de suite en mars, en général tous les quinze jours.

En continuité des années antérieures, enfin, j’avais relancé mon séminaire « Parlement(s) » avec une dynamique renouvelée à l’automne 2019. La séance de février, avec l’intervention de Robert Descimon sur  « Les évolutions sociales de la noblesse de robe : le cas Broë », puis celle de mars, avec Bertrand Marceau sur un sujet parfaitement complémentaire de celui du 7 février (« L’abbé de Cîteaux au parlement. Réseaux familiaux, pouvoirs économiques et justice à l’époque moderne ») ont été honorées, comme elles le méritaient, d’une audience en forte ascension.

D – Le dernier pôle de mon travail pour 2020 fut ma/mes réponse(s) à des sollicitations de plusieurs horizons (associatif, institutionnel en ce qui concerne l’École militaire de Paris, universitaire) concernant la célébration nationale du centenaire de la canonisation de Jeanne d’Arc, et surtout du centenaire de la loi de juillet 1920 qui établissait une fête nationale secondaire, dit « fête patriotique » en l’honneur de Jeanne d’Arc. L’ouverture de cette année se fit par une intervention, dans un amphithéâtre Foch de l’École militaire de Paris bondé, sur le procès dit de réhabilitation de Jeanne d’Arc de 1456-57, qui a donné lieu à des actes parus en mai 2020 dans la Revue Jeanne d’Arc, n° 10.

Appelée à l’aide par Sarah de Bogui, conservatrice-bibliothécaire de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale, je me suis rendue sur place pour une journée entière d’investigation, 4 février 2020. Il s’agissait de comprendre les origines et la circulation du manuscrit du procès de Jeanne d’Arc en 1431, expédition réalisée immédiatement après, peut-être pour l’évêque Cauchon lui-même, enfin la raison de son intégration dans le fonds ancien de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale. L’exemplaire dont la rare valeur n’empêcha pas sa circulation (très banale jusqu’à la fin de l’Ancien Régime), entre les mains curieuses de quelques magistrats qui étaient à l’affût de précédents et d’histoire de l’institution du parlement de Paris, est en effet évoqué par Étienne Pasquier (XVIe siècle) : en en faisant un commentaire circonstancié, Pasquier nous introduit à un aspect méconnu et de l’histoire de notre héroïne nationale, mais aussi de l’évolution des conceptions politiques entre le temps de Charles VII et celui des guerres de religion (article en projet).

Dans la foulée, j’ai été sollicitée, précisément sur un sujet proche, pour participer au Liber amicorum. Mélanges en l’honneur de Jean-Gabriel Nancey, intitulé « France mère des Arts, des Armes et des Lois ». Mon chapitre s’intitule : « Sacre, légitimité et continuité monarchique : Jeanne d’Arc ou le « droit » à l’épreuve des faits », et les épreuves, corrigées, sont désormais chez l’éditeur pour une parution imminente aux Éditions de la Vallée de L’Automne Cap Régions Éditions).

Je devais enfin participer à un colloque du centenaire, en mai. Mais…

2 – Quand la COVID-19 et le confinement général s’invitent au programme

Le 13 mars, jour de séance du séminaire, il régnait à l’IHD, rue Valette, une ambiance de « fin du monde ». Le soir, tombait la nouvelle du confinement généralisé pour le mardi 17 après-midi.

A – Sous le choc de cette enfermement commandé, absolument sans aucun précédent dans l’histoire, ni de la France, ni d’ailleurs du reste du monde, je me suis replongée dans l’histoire de la santé que j’avais autrefois abordée (j’ai écrit autrefois un travail sur les soins dentaires et l’organisation de la profession au XVIIIe siècle, à Paris) comme dans la démographie historique qui avait été mon thème de prédilection en Licence, sous la houlette de Marcel Lachiver, puis de Pierre Chaunu. Mis en relation avec mon diariste préféré que fut Gilbert de L’Isle dans la première moitié du XVIIIe siècle, autour de l’événement tragique que fut la dernière peste « française » de l’histoire, celle de la Provence en 1720 (triste centenaire…), ce retour à l’histoire sociale par les maladies et la démographie déboucha sur un article publié dans ce carnet de recherche le 25 mars.

B – Parallèlement, j’ai réorganisé tout de suite mes enseignements en utilisant toutes les ressources Internet mises à notre disposition par le CNRS (en l’occurrence, la visioconférence par Renater.fr, et Tixeo CNRS, et autres). Mes cours de paléographie ont donc repris très rapidement et, pour ne pas souffrir trop de la surcharge des réseaux, j’ai choisi un créneau court (1 heure-1heure et demie) et matinal (8h45), réalisant jusqu’à deux séances pour compenser la lenteur relative de l’apprentissage par visioconférence. J’ai poursuivi cet enseignement jusqu’au 25 mai, date de la fin théorique des enseignements à Paris II. De la dizaine d’étudiants que j’avais en janvier au moment du lancement de ce cours, je n’ai gardé qu’un carré irréductible de quatre doctorants très motivés. Cette expérience, évidemment très “périphérique”, doit cependant nous interpeler sur les contours, avantages, inconvénients et donc avenir de l’enseignement à distance. Soyons lucide : je doute fort que la haute technologie puisse tout compenser…

C – L’essentiel de mon activité s’est concentré sur la rédaction. J’ai donc réussi à écrire et/ou corriger et vérifier, envoyer aux éditeurs scientifiques quatre textes :

  • la communication du 6 janvier 2020, à l’École militaire, déjà évoquée, et publiée.
  • le texte de ma communication au colloque « D’Aguesseau méconnu » (Limoges, déc. 2018) sous le titre : « À l’heure de l’Alliance du Trône et de l’Autel, religion, droit et politique chez d’Aguesseau ». Étant en charge de l’édition, sous le contrôle de Pascal Plas, j’ai depuis rédigé la partie de l’introduction que nous écrirons à quatre mains ; j’ai surtout assuré la composition de la table des matières, activé la dernière personne qui n’avait pas rendu son texte ; j’ai enfin réussi à monter le projet définitif de l’édition par Mare et Martin (Paris) dans la collection « Droit & Science Politique (Arnaud Coutant et Fabrice Defferard dir.), avec échéance précise de remise du fichier général de l’édition (environs 400 pages), pour une parution début février 2021. L’ouvrage comportera une importante iconographie qu’il s’agissait de mettre en valeur dans un beau volume digne de la commémoration du personnage.
  • le texte de ma communication dans le cadre du cycle des rencontres DOGMA 2019, « Oligarchie(s) ». Intitulée : « Pouvait-on alors, peut-on aujourd’hui, parler « d’oligarchie parlementaire » dans la France des trois derniers Bourbon (1643-1789) ? » sortira dans la revue Droits n° 70, sous la responsabilité éditoriale des Pr. Denis Allan et Benoît Montay, avant la fin de l’année 2020.
  • ma contribution évoquée plus haut au Liber amicorum en l’honneur de Jean-Gabriel Nancey, (« Sacre, légitimité et continuité monarchique : Jeanne d’Arc ou le « droit » à l’épreuve des faits »), en mémoire de la collaboration de ce dernier avec mon mari à la Section d’Histoire du droit de l’Université de Paris.
  • ma contribution au colloque de Rennes 1 en 2019 : intitulée: “Monarchie ou royauté ? Royauté ou monarchie ? Question de légitimité politique ou de légitimation du politique“, c’est une interrogation sur l’évolution de l’usage de ces termes de Henri IV à Louis XVI sur fond de l’évolution de l’imaginaire politique à l’époque moderne , à paraître en décembre en hors-série n°2 de la collection des Cahiers de l’AAGA.

La part de l’activité qui a le plus souffert, par nécessité, des circonstances de retraite forcée dans lesquelles nous avons tous dû travailler, a été l’édition du « journal » de Jean Gilbert de L’Isle par livraisons successives dans mon carnet de recherche, en complément (annoncé) de l’édition classique que j’ai déjà donnée de parties de ce journal, en 2013 (AAGA) et en 2016 (SFEDS), faute d’être autorisée à accéder aux fonds, donc à pouvoir renouveler mes stocks de photos numériques de ces recueils manuscrits (fragiles) non encore accessibles en ligne, faute aussi de pouvoir réaliser les vérifications indispensables avant publication des parties du journal que j’ai saisies antérieurement ou pendant le confinement.

En conclusion, sur le plan scientifique, tous ces travaux m’ont fait considérablement progresser. Le retour à d’Aguesseau n’est pas une réutilisation d’anciens travaux, mais pour chacune des nouvelles circonstances qui m’ont obligée à y revenir, l’occasion de relire, volume par volume, les Œuvres complètes du chancelier d’Aguesseau, de prendre ainsi conscience à chaque lecture de nécessaires révisions (parfois de détails, certes) de mes points de vue de thèse, à la lumière des progrès de l’historiographie en français et en langues étrangères, sur d’Aguesseau lui-même (mais il n’y a pas grand-chose), surtout sur les différents contextes de sa vie (sociologie de la magistrature, historiographie des règnes de Louis XIV et Louis XV), de sa carrière (historiographie des parlements et cours souveraines, du Conseil du roi) et de sa réelle action personnelle comme ministre de la Monarchie (historiographie de la justice, de l’administration), etc.

La question des « Oligarchies », que le Pr. Rials m’a demandé d’examiner en relation avec la magistrature du parlement de Paris au temps de d’Aguesseau, m’a paru, au fur et à mesure de l’investigation, particulièrement « piégée » sur le plan intellectuel : jusque-là, on avait toujours envisagé le lien qui pouvait s’établir entre « aristocratie » et Parlement (d’Ancien Régime). Le sens d’« oligarchie », ramené précisément à celui que les contemporains donnaient à ce terme (Dictionnaires, ou sources majeures, comme Montesquieu), m’a amenée à approfondir, et à en goûter toute la valeur scientifique, les travaux progressivement élaborés par Robert Descimon et son équipe de l’EHESS, et autour d’eux, sur lesquels le livre Épreuves de noblesse (2010) ouvrait une fenêtre magistrale. Du grain à moudre… pour des années encore !

3 – Perspectives dans le contexte actuel

Reconfinement oblige, mon activité reste elle-même “confinée” à l’historiographie et à la rédaction. De toutes les activités “universitaires”, ne demeure prévue qu’une soutenance de thèse. Une heureuse fenêtre sur les autres : en l’occurrence, une biographique “politique” du conseiller et contrôleur général Lambert, l’une des grandes figures de la magistrature parisienne dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et de ce qu’il est convenu d’appeler “l’opposition parlementaire à la Monarchie” et néanmoins ministre de Louis XVI et finalement victime de la Révolution. Très intéressant ! A suivre…

A défaut de colloque, nous sommes invités à nous inscrire à des sessions de travail et de formation en visioconférence ou webinaire. Appréciable !

Quant à la rédaction, elle m’a lancée dans une étude passionnante. On m’a demandé sur le thème de la Guerre et de la Paix de reprendre mon travail sur la peste de 1720, avec les extensions nécessaires, pour une publication dans une revue scientifique. Guerre contre l’épidémie, paix sanitaire pour en assurer la fin et même l’éradication… J’ai donc mené une enquête historiographique la plus complète possible b(heureusement possible grâce à Internet) , tout en privilégiant le lien entre histoire de la peste et histoire des parlements. Dans un but comparatif, j’ai fait d’importantes recherches sur les données statistiques qui permettent de mesurer comparativement l’épidémie d’Ancien Régime et celle qui bouleverse la France contemporaine. Et là, j’avoue, je suis restée perplexe : autant les données chiffrées comparées de l’épidémie d’hier, entre les chiffres avancés sous le coup de l’événement (en particulier par le Dr. Bertrand déjà cité plus haut) et ceux, très exacts, qui résultent des travaux hautement scientifiques de démographie historique, restent stables à trois siècles d’intervalle (on parlait de 40 000 morts à Marseille dès 1721, de 100 000 décès en Provence dans l’Histoire du Parlement de Provence de cabasse au début du XIXème siècle ; on s’accorde aujourd’hui sur près de 120 000 pour l’ensemble de la zone touchée – presque 30% de la population totale avec des variations de 70% à 15 ou 18% selon les villes ! – dont presque 40 000 pour la seule ville de Marseille); autant les chiffres statistiquement enregistrés aujourd’hui par les moteurs de collecte automatique des données se révèlent spectaculairement en contradiction avec les données divulguées à cors et à cris dans toutes les publications médiatisées : en date du 22 octobre 2020, précisément, l’écart était considérable, jugez-en (source : Santé publique France. Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 22 octobre): (depuis le 1er mars)

Nombre de décès issus de la certification électronique des décès COVID: 13 226 (p. 30) ;

Signalement des cas COVID décédés en milieu hospitalier : 22 873 (p. 22) ;

Nombre de “décès liés à la COVID-19” : 33 885 (p. 1). C’est ce dernier chiffre qui est donné aux médias.

Notons bien à quelle page du bulletin intervient le chiffre relevé. Pour nous, il y a là un grave problème, au moins de méthode, sinon de politique d’information : qu’est-ce qu’un décès COVID ? Notons que dans la pire des évaluations “statistiques”, le nombre de 42 535 décès dus à la COVID-19 à ce jour, 11 novembre, doit être rapporté au nombre total de morts de la France pour l’année 2019, toutes causes confondues, qui est de 612 000 morts : cela donne une proportion de 6,95%… Une comparaison plus ample (chiffres, soins, politique de lutte, comportement devant la maladie…) dans mon prochain billet.

  1. Le Régent, la Robe et le commis-greffier…, texte introduit et annoté du journal du Parlement de Pontoise, en 1720, de Jean Gilbert de L’Isle, Cahiers de l’association des Amis de Guy Augé, hors-série n°1, AAGA, 2013, p. 117 []
  2. Voir l’article de ce carnet du 25 mars 2020 []
  3. Depuis 1714, cette responsabilité militaire essentielle revenait à Jacques Eleonor de Rouxel, comte de Grancey et de Médavy (1655-1725), l’un des brillants représentants de l’armée du roi Louis XIV. Sous l’intendant et le commandant de la province, Marseille fut placée directement sous l’autorité du subdélégué Rigord, et surtout du commandant en chef militaire Christophe Andrault de Langeron-Maulévrier, dit Langeron (confondu fréquemment avec son cousin Claude Charles, dans les récits que l’on trouve sur le web). Né en 1680, il réalise toute sa carrière dans la Marine royale ; en 1720, il est major des Galères du Levant, à Marseille, et son action si spectaculairement efficace pour sauver la ville d’un dépérissement total lui valut sa promotion au rang de Général des Galères. A la suppression des galères, il devient Lieutenant général des armées navales. Il meurt en 1768. Pour mémoire, dans les premiers jours de septembre, selon le Dr. Jean-Baptiste Bertrand, médecin marseillais, la catastrophe est telle que l’on atteint, dans la seule ville de Marseille, plus de 1000 décès par jour. La ville offre alors le spectacle horrifique de charniers immondes dans les rues et sur les places qu’aucune action, si héroïque fût-elle, de la part des autorités de la ville, ne parvient à résorber. Toutes les autorités locales sont obligées de s’avouer vaincues, dépassées. []
  4. Avec l’obstacle, concernant la subvention promise par la Délégation aux commémorations nationales de 3000 euros, de la « révolution de palais qui, en 2018, a mis fin au Comité ministériel… []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts