Une question majeure de l’histoire de la robe: l’office, sa transmissibilité et hérédité après Henri IV

La prochaine séance du séminaire « Parlement(s) et cours souveraines » se veut un maillon de plus dans la chaîne des recherches engagées sous la direction de Robert Descimon et d’Elie Haddad sur la naissance, les caractéristiques et spécificités de la « noblesse de robe ». Ce sera donc :

le vendredi 7 février, 13h-14h15. Robert Descimon et Élie Haddad (EHESS), « Les évolutions sociales de la noblesse de robe : le cas Broë ».

Cette séance s’inscrira donc dans la suite de l’ouvrage dirigé par les mêmes: « Épreuves de noblesse » (2010) :

 

C’est en préparant un texte (à paraître fin 2020 dans la revue Droits) dans le cadre du cycle de journées d’étude de Dogma (Institut pour l’étude des disciplines dogmatiques et l’Histoire générale des formes), que j’ai croisé le thème de la « noblesse de robe ». Dogma, en 2019, était consacré au thème général des Oligarchies. Cinq journées interdisciplinaires se sont tenues à l’Université de Paris II sur ce sujet (en juin et septembre). Le Pr. Stéphane Rials, l’un des directeurs de Dogma, m’a demandé une contribution que j’ai intitulée :

« Peut-on parler d’oligarchie parlementaire au XVIIIe siècle ? »

Outre les sources lexicographiques et mémorielles sur lesquelles j’ai fait reposer mon analyse, j’ai donc porté une attention toute particulière sur le livre susdit. Il pose toutes les questions importantes, me semble-t-il. La délicatesse de la matière à traiter, beaucoup plus grande qu’il n’y paraît en général à travers l’historiographie classique, laisse encore une grande place à la recherche. D’où le « cas » complémentaire que nous allons découvrir le 7 février. C’est non seulement l’histoire des mécanismes de la vénalité et de ses conséquences, mais aussi l’intelligence des évolutions socio-politiques des XVIIe-XVIIIe siècles, qui se trouvent profondément renouvelées. La discussion reste sans doute ouverte. Raison de plus pour venir nombreux…

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts