Français toujours : coup de… contre le massacre de la langue

Non, vraiment, ce n’est pas supportable ! Il y a une poignée de jours, dans la bouche d’une scientifique, climatologue, sur France Inter (service public…), j’entendis  : “on peut se demander quand est-ce qu’il faudra…“, et une seconde après “re-remplir les nappes”. Oui, même quand on s’émeut de la sécheresse, il est mieux de ne pas écorcher les oreilles des auditeurs : 1° pas de mélange entre discours direct et discours indirect : “on peut se demander quand il faudra…” ; cela suffit, c’est fluide, léger. 2° Quant à remplir, ce verbe inclut la répétition du geste qui consiste à emplir un vase, un récipient… Pour un premier geste, emplir est parfait, et lorsque se reproduit la manœuvre, remplir est tout à fait explicite. Toujours choisir la simplicité… 

L’un des derniers contempteurs (vous connaissez encore ce mot ! cela va sans dire) de la décadence récente de la langue française, Michel Fize1 en établit un diagnostique sans appel : pauvreté du vocabulaire, en déclin constant depuis 50 ans2 ; méconnaissance de la grammaire, de la conjugaison et de l’usage des temps et des modes, de la syntaxe et de l’orthographe ; barbarismes, impropriétés des termes, confusions et lapsus. A l’appui de son propos, je vous livre quelques exemples personnellement recueillis pour la plupart dans les médias : une tentative d’accaparation (sic) pour accaparement, la langue “véhiculaire” pour vernaculaire ; “fromenter” un complot pour “fomenter” ; dans le cadre d’une procédure judiciaire, des “interrogations” pour interrogatoires,  “des victimes sont jonchées au sol”,  pour “jonchent le sol”… Quant à la permutation constante des y et des en, des le et des lui, n’en parlons même pas : l’un soutient la cause de son client dans un appel “comme la loi l’en autorise”, pour l’y autorise (et c’est un avocat !) ; l’autre raconte que le procureur “l’enjoint de procéder” pour “lui enjoint…” La liste serait interminable. Et je me dispense de tout commentaire sur l’orthographe contemporaine.

Le drame est que le style écrit est profondément entaché de lourdeurs : la multiplication des adverbes, comme si le sens des mots, dévalué, devait constamment être soutenu (sans revenir au sens originel du terme “étonnant” – qui surprend comme le tonnerre – on peut néanmoins éviter le “très” charmant, le “bien” évidemment, le “absolument” superbe…) ; participes présents à tout va, surtout en début de phrase ; le développement de tournures qui sont clairement importées de l’anglais : “Vous avez une idée de qui aurait pu faire cela ? ” (c’est pris sur le vif, parole !). Comme la marée noire du mauvais français a gagné de l’école à l’université, puis à la formation des maîtres, à l’enseignement universitaire, à la formation des journalistes et autres écoles de l’audiovisuel, notre univers sonore d’abord, puis les productions écrites (or il n’y a rien de plus contagieux !) sont pollués, entièrement. Alors, si le ministre dit “impacter” (un anglicisme) pour “concerner”, le chef de l’Etat “initier” (en ce sens, anglicisme aussi) pour lancer, commencer, promouvoir, débuter, etc, pourquoi se l’interdire ? Alors les stéréotypes envahissent la langue, l’imagination créatrice se sclérose, le sens de la beauté du français se perd. Les faux-sens, devenus comme des faux-amis internes à notre langue, sont consacrés par l’usage sans que les (trop) rares avertissements de l’Académie française produisent autre chose qu’un haussement moral de toutes les épaules. Nous sommes tous guettés par la négligence mimétique : qui sait aujourd’hui que “parcellaire” n’est pas synonyme de “partiel” ni d'”incomplet” (même sous la plume de Michel Fize, p. 68) ? Il est un terme du vocabulaire géographique (essentiellement un nom commun, rarement adjectif sauf dans le cadre administratif) se rapportant à l’organisation des “parcelles” agricoles et rurales. 

Il y a longtemps que nous sommes un petit nombre à vouloir conserver à la langue française ce qui a fait sa renommée internationale pendant au moins trois siècles : sa précision, sa clarté, sa fluidité, sa musicalité. C’était la force de l’enseignement classique, celui des “Humanités”, comme l’on disait encore dans les grands collèges jésuites, pour désigner la classe de Seconde : celle où se façonnaient les bons usages, sur les bases solides des apprentissages de l’école et du collège en grammaire, vocabulaire, orthographe, lecture (la vraie, celle qui permet de comprendre, d’étudier et d’apprendre) et rédaction (la vraie aussi, celle qui permet de se faire comprendre, de raconter, de s’exprimer). Exigeant ? Eh bien, oui ! Mais la vie n’est-elle pas exigeante ? Depuis Erasme3 jusqu’à ce que le pédagogue laisse la place aux “pédagogistes”, tous les auteurs qui ont écrit sur la transmission, et donc sur le langage, la langue parlée ou écrite, sur l’art de l’éloquence, de la rhétorique, sur la grammaire (XVIIe-XVIIIe  siècle) en un mot, sur les “Belles Lettres” françaises, tous ont insisté à la fois sur les qualités intrinsèques de notre langue et sur la nécessité de les cultiver :

Je citerai plutôt que Jean Boileau (chacun connaît : “Surtout, qu’en vos écrits  la langue révérée / dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée”…4, son ami et disciple Henri François d’Aguesseau, chancelier de France :

« Chaque Profession a sa langue qui lui est propre, et celle des Jurisconsultes Romains est une des plus pures. Il est d’ailleurs d’une utilité infinie de s’accoutumer à parler en termes propres : c’est une des plus grandes parties de l’élégance du style ; et quand on en a pris l’habitude dans une matière, on la porte aisément dans toutes les autres… ».5 

Que les enfants et les jeunes aient leurs codes propres, nous n’y voyions aucun inconvénient pourvu que ce ne soient que des codes temporaires, une langue “de passage”, pourvu que l’adulte, surtout dans sa vie professionnelle ou publique, sache abandonner ce code pour le langage approprié. Que subsiste partout dans les différentes parties de la France, de la capitale à l’ensemble de nos provinces traditionnelles, des variantes linguistiques, que l’on disait parfois “patoisantes”, pourquoi pas… Jusqu’à la Révolution française, l’unification de la France autour de sa langue, le français, n’avait pour but (contre le latin pratiqué dans les tribunaux jusqu’au XVIe siècle, dans les universités jusqu’au XIXe siècle, au moins de façon résiduelle) que de favoriser le développement d’une culture, d’abord administrative et juridique, commune à l’élite sociale impliquée directement dans la vie publique, commune à l’ensemble de ceux qui désiraient s’élever dans la société et asseoir leur promotion sociale sur l’excellence de leur français, parlé et écrit. Restaient les accents, roulants ou chantants : peu importait, ou presque, pourvu que l’on se comprît. La richesse des apports régionaux faisaient “le Thrésor de la langue françoyse tant ancienne que moderne”6. Oui, on savait que la langue aussi est vivante ; elle évolue… en principe pour s’enrichir, non pas pour s’appauvrir. En sommes-nous donc, en France, à sa fin de vie ? Je ne peux m’y résoudre ! A nous de nous faire les apôtres d’une restauration : à la veille des Journées du Patrimoine, n’oublions pas que le patrimoine linguistique est essentiel à la survie d’une Nation. 

 

  1. L’école à la ramasse. L’éducation nationale en faillite, Paris: L’Archipel, 2019, 219 pp. []
  2. En 1995, il fallait définir le mot “cardinaux” dans un cours d’histoire moderne de première année de Licence d’une faculté du Nord… []
  3. En 1987, un test en première année d’une université de province révélait, hélas, que, déjà, AUCUN des 90 étudiants interrogés ne connaissait Erasme, même pour le situer dans un vague courant, dans un siècle donné… []
  4. Cf. https://www.laculturegenerale.com/boileau-ce-que-lon-concoit-bien-senonce-clairement/ []
  5. Instructions sur les études propres à former un magistrat, Œuvres de M. le Chancelier d’Aguesseau, Paris, Les Libraires associés, in-4°, t. I, p. 277 []
  6. Jean Nicot, 1606 []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts