Séminaire “Parlement(s) : d’une séance à l’autre, fiscalité et consentement à l’impôt dans la relation des cours avec la Monarchie

Avec trop de retard, une fois de plus, et je m’en excuse auprès de mes lecteurs, je viens vous rendre un compte rapide de la dernière séance du séminaire “Parlements() et cours souveraines sous l’Ancien Régime, tout en vous annonçant la prochaine, comme vous le trouvez dans l’encart de droite consacré à cet effet.

Le vendredi 22 mars, nous avons eu l’honneur de recevoir Marie-Laure Legay, professeur d’Histoire moderne à l’Université de Lille, et dont la compétence en matière d’histoire des finances d’Etat n’est plus à démontrer.

Diplômée de IEP de Grenoble, agrégée d’histoire, docteur de l’Université de Lille et HDR, Marie-Laure Legay a fait sa thèse de doctorat sur un sujet très peu déblayé avant elle mais qui, grâce à nos collègues anglo-saxons a eu de beaux développements depuis, en attendant une délicate synthèse au niveau du royaume de France moderne : sous le titre d’Etats provinciaux dans la construction de l’Etat moderne. XVIe-XVIIIe siècle, Maie-Laure Legay a abordé par les provinces, c’est-à-dire par la réalité de la part majoritaire de la société française de l’Ancien Régime (et pas qu’un peu !) un objet d’étude que l’on était plutôt habitué à voir traiter d’en haut, du centre névralgique du pouvoir que Paris, le “centre” est devenu dans notre culture politique. Dans la foulée de son doctorat, Marie-Laure Legay a lancé avec son collègue Roger Baury, un audacieux programme de recherche auquel ils m’ont fait l’honneur de m’associer sur “etats provinciaux, aristocraties : nouvelle forme de ‘décentralisation’ au XVIIIe siècle” (2006) qui a donné lieu à une publication.

En 2011, Marie-Laure Legay publiait un livre dont le titre ne peut qu’interpeller l’attention de nos contemporains : La banqueroute de l’Etat moderne de Colbert à la Révolution. Je ne sais plus quel homme politique s’était fait réprimandé pour avoir employé les mots qui fâchent en avertissant l’opinion sur l’actuelle situation d’un “Etat en faillite”…

Parmi les rares historiens à s’être confrontés à ce que François-Xavier Emmanuelli a appelé “les rets financiers”, dans un manuel indémodable :

Etat et pouvoirs dans la France des XVIe-XVIIIe siècle. La métamorphose inachevée chez Nathan Université, coll. fac histoire, 1992, p. 171-185,

Marie-Laure Legay rejoint un groupe assez étroit des très bons connaisseurs des arcanes financières de la France ancienne, avec Françoise Bayard et Daniel dessert, Joël Félix et d’autres qui me pardonneront de n’être pas cités ici.

Avant le compte rendu complet qui sera couplé avec celui de la séance du 17 mai, je relève la remarque qui m’a paru la leçon la plus importante du propos de Marie-Laure Legay : contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les hauts magistrats des cours souveraines ont peu raisonner de la question du consentement à l’impôt, en tout cas avant 1787-1788. En revanche, et contrairement aux avocats plus audacieux en ce domaine, à partir du tournant des années 1759-1663, avec quelques crises prémonitoires comme en 1725 (tentative du Cinquantième), les remontrances des parlements ne contestent que la gestion des impôts, non leur légitimité intrinsèque. Nous verrons pour le temps de la Fronde si le discours est différent.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts