« La Grande Robe parisienne et les arts à travers l’exemple de Jean René de Longueil, président de Maisons » : compte rendu d’une passionnante séance de séminaire

Présentation de Béatrice Vivien

Ce vendredi 9 mars 2018, la reprise du séminaire «Parlement(s) et cours souveraines» s’est faite en beauté autour de l’une des figures les plus exemplaires de la haute magistrature du Parlement de Paris au XVIIIe siècle. Grâce à Béatrice Vivien, historienne de l’Art, docteur, et déléguée à la Conservation et au Patrimoine de Maisons-Laffitte, rien de Jean René de Longueil (on disait aussi Longueuil), dit le Président de Maisons (ou de Longueil, dans de nombreuses sources et archives du Parlement), de son patrimoine, de l’excellence de ses goûts, de ses collections et loisirs, ne nous échappe plus désormais1

Né le 14 juillet 1699, notre magistrat meurt de la petit vérole le 13 septembre 1731, à 32 ans. Comme son jeune fils, René Prosper, meurt tout enfant en 1732, Jean René de Longueil est le dernier du nom au Parlement de Paris : il représente pourtant, avec quelques rares autres familles comme les Lamoignon, l’une des premières lignées de la robe parisienne, constamment présente en la cour depuis la fin du XIVe siècle2. Depuis Jean II, mort en 1430 ou 31, il y avait eu un président de Longueil au Parlement presque à chaque génération, des conseillers de Longueil dans toutes sortes de cours souveraines. Au XVIIe siècle, René de Longueil (1596-1677), président à mortier, influent et respecté, fugitivement ministre à l’époque de la Fronde, modéré, parfois médiateur « entre la cour et la Cour » – entre le Parlement et le Roi – était devenu le premier marquis de Maisons (1658). Jean René en était l’arrière-petit-fils, le fils de René, Jean 9ème du nom (né en 1625) et son petit-fils Claude (né en 1668) étant morts, à bref intervalle, en 1705 et en 1715.

Jean René est né à Paris en l’hôtel dit de Bragelogne3, aussi hôtel de Cambacérès, actuellement au 21 rue de l’Université. Puis il habite l’hôtel de Maisons (51 rue de l’Université), du moins lorsqu’il n’est pas dans son château « des champs », à Maisons.

Photo I. Brancourt

Son père Claude a inauguré une tradition de vie brillante, aisée, mondaine, cultivée : c’est Claude en effet qui obtint les honneurs de la Cour, réservés, sauf exception à titre personnel, à une noblesse qui pouvait justifier de ses titres dès avant 14004. Il est ami du duc de Saint-Simon, et tout aussi grand courtisan auprès de Louis XIV, ayant – fait très rare – entrée libre à Marly, car, à quelque trois lieues de là, Claude de Longueil réunit aussi – chez lui – « sa » cour, une société de goût, lettrée. Sa 2ème épouse, Marie Madeleine Roque de Varengeville, tient un salon littéraire. Il était entré en somme, comme de plein pied et avant la lettre, dans le temps des Lumières.

Jean René reçoit donc une éducation raffinée, qui plus est encyclopédique, et – autre fait rare dans ce milieu de la Robe de la fin du règne de Grand Roi – très peu religieuse, si ce n’est impie.  Nous ne résistons pas à insérer ici le passage où le duc de Saint-Simon évoque le « scandale » – au moins l’étonnement – que devait alors représenter une telle attitude dans la société du temps, même si Jean René, ami très intime de Philippe d’Orléans, ne détonnait plus guère au temps de la Régence :

Il n’est malheureusement que trop commun de trouver de ces prétendus esprits forts qui se piquent de n’avoir point de religion, et qui, séduits par leurs mœurs et par ce qu’ils croient le bel air du monde, laissent volontiers voir ce qu’ils tâchent de se persuader là-dessus, sans toutefois en pouvoir venir à bout avec eux-mêmes. Mais il est bien rare d’en trouver qui n’aient point de religion, sans que, par leur état dans le monde, ils osent s’en parer. Pour le prodige que je vais exposer, je doute qu’il n’ait jamais eu d’exemple, en même temps que je n’en puis douter par ce que mes enfants et ceux qui étoient auprès d’eux m’en ont appris, qui, dès leur première jeunesse […] ont vécu avec le fils de Maisons dans la plus grande familiarité et dans l’amitié la plus intime, qui n’a fini [qu’]avec la vie de ce jeune magistrat. Son père étoit sans aucune religion. Veuf sans enfants (sic) fort jeune, il épousa la soeur aînée de la maréchale de Villars, qui se trouva n’avoir pas plus de religion que lui. Il eurent ce fils unique, pour lequel ils mirent tous leurs soins à chercher un homme d’esprit et de mise, qui joignit la connoissance du monde à une belle littérature, union bien rare, mais ce qu’il l’est encore plus, et dont le père et la mère firent également leur capital, un précepteur qui n’eût aucune religion, et qui, par principes, élevât avec soin leur fils à n’en point avoir. Pour leur malheur, ils rencontrèrent ce phénix accompli dans ces trois parties, d’agréable compagnie, qui se faisoit désirer dans la bonne [société], sage, mesuré, savant de beaucoup d’esprit, très corrompu en secret, mais d’un extérieur sans reproche, et, sans pédanterie, réservé dans ses discours. Pris sur le pied et pour le dessein d’ôter toute religion à son pupille, en gardant tous les dehors indispensables, il s’en acquitta avec tant de succès, qu’il le rendit sur la religion parfaitement semblable au père et à la mère, qui ne réussirent pas moins bien à en faire un homme du grand monde comme eux, et comme eux parfaitement décrassé des fatuités de la présidence, du langage de la robe, des airs aussi de petit-maître qui méprise son métier, auquel, avec du sens et beaucoup d’esprit, il s’adonna de façon à surpasser son père en tout, s’il eût vécu. Il étoit unique, et le père et la mère et lui s’aimoient passionnément5.

Du Marsais

Mais Saint-Simon ne dit nulle part que la veuve de Jean René de Longueil, Marie Louise Bauyn d’Angervilliers, se remaria le 21 janvier 1733… avec le propre fils cadet du grand mémorialiste, le marquis de Ruffec. Un silence inexpliqué. On apprend grâce à Dangeau que ce précepteur « remarqué » autant que remarquable, était César Chesneau du Marsais (ou Dumarsais), avocat au Parlement († 11 juin 1756), défenseur passionné – comme la plupart des avocats du Parlement de son temps – des « Libertés de l’Eglise gallicanes »6.

En attendant, son éducation fit du président de Longueil un collectionneur renommé, un amoureux de « curiosités » et des sciences, passionné d’expériences et créateur, chez lui à Paris comme à Maisons, de laboratoires audacieux, d’un jardin botanique de plantes rares. Relatant sa mort, qui surprit tout le monde, Mathieu Marais commente : « M. de Maisons laisse des dettes immenses ; il jouoit ; il bâtissoit ; il donnoit dans toutes les curiosités »7.  C’est Fontenelle qui, par son éloge funèbre du président de Maisons, en tant qu’« honoraire » de l’Académie des Sciences depuis le 22 août 1726, a fait le mieux connaître la diversité des dons et curiosités de notre éminent président. En 1731, Jean René meurt, dit-on, entre les bras de Voltaire…

La qualité particulière de l’exposé de Béatrice Vivien a tenu à deux choses : la première a été le support d’un florilège exceptionnel de documents photographiques, reconstituant au mieux et dans les règles de l’art et de la critique scientifique, le patrimoine des Longueil, ou ce qu’il en reste, l’environnement culturel et les goûts personnels de Jean René, d’abord pour les tableaux (dont il avait en partie importante hérité de son père Claude), aussi pour la musique, enfin – nouveauté par rapport aux générations précédentes – pour la chasse. La seconde a été de faire reposer son exposé sur des pièces d’archives d’un exceptionnel intérêt : contrat de son 2e mariage, avec Marie Louise Bauyn d’Angervilliers, et ses signatures royales et princières ; inventaires et états des possessions de 1728 et de 1731, enfin retrouvés , lesquels, pas à pas, évaluent les biens et les collections de « curiosités » : les médailles qu’en deux « cabinets », qui sont conservés, Longueil laissait en 1731 en un nombre impressionnant : 7582 pour une valeur estimée à 23 483 livres, ce qui en faisait la 2e collection de France après celle de Louis XIV ; sa bibliothèque qui était très importante, fait plus habituel dans la Robe ; les coquillages (pour 300 livres) ; les instruments d’expérimentation scientifique dont la description conforte les allégations de Fontenelle sur l’intérêt passionné qu’y apportait l’honoraire de l’Académie des sciences, « à 100% » – dit notre conférencière. Finalement, le mobilier de Maisons et de Paris, collections, bijoux et curiosités inclus, à la mort de Jean René de Longueil est évalué à 461 322 livres (sans doute, au bas mot, cinq fois plus que la valeur des effets en mobilier, jetons, bijoux, tableaux (hors sa bibliothèque qui est, en revanche, tout à fait exceptionnelle) que le chancelier d’Aguesseau laissera, en 1751, à ses héritiers…

Sur un point, nous nous permettons d’insister, en renvoyant à Saint-Simon : malgré sa renommée de collectionneur et d’esthète, ses manières de riche, aussi dispendieuses que généreuses tant vis-à-vis des artistes dont il est, comme tant de Grands, le mécène, que vis-à-vis de ses collègues moins aisés ; malgré cette flagrante mondanité, si aimable fût-elle, même aux petits (comme en témoigne notre commis Jean Gilbert…), Jean René de Longueil est aussi un pilier de la magistrature parisienne. Sa courte carrière professionnelle brille de tous les feux d’une compétence reconnue, d’un travail rigoureux, d’une participation ponctuelle aux séances du Parlement. Pourtant, il a à peine seize ans à la mort brutale, imprévisible, de son père. Et comme Claude de Longueil n’avait pas organisé la survivance de son office, il faut l’entremise de ses bons amis auprès du Régent pour qu’en dépit des formalités coutumières, il entre, avec dispense, au Parlement, dès janvier 1716 (même s’il ne siège pas avant 1719). Exactement à la même époque, Montesquieu fait un choix opposé, éloigné de la cour de Bordeaux dont le travail le rebute, fidèle des salons parisiens dont l’animation le fascine. L’un et l’autre « éclairés », le premier ne laisse aucune œuvre, ni scientifique, ni littéraire ; le second est entré de son vivant dans la célébrité, filant comme une étoile vers le panthéon de la République des Lettres.

Conclusion, un immense merci à Béatrice Vivien à qui nous souhaitons que sa thèse sur René de Longueil, président et marquis de Maisons soit bientôt publiée.

  1. Sur l’acquisition récente par le Château de Maisons de ce qui serait le portrait de Jean René de Longueil, voir http://amisduchateau.fr/sacm/evenements/jean-rene-de-longueil/.  []
  2. Cf. http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Longueil.pdf  []
  3. Autre belle lignée de conseillers et présidents des Enquêtes, mais non de présidents à mortier []
  4. Cf. l’article de Wikipédia, sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Honneurs_de_la_Cour : « les honneurs de la Cour ont consisté de manière fort large à pouvoir être présenté au roi ou à la reine, à assister à leurs bals et à leurs réceptions et à monter dans les carrosses de Sa Majesté pour l’accompagner à la chasse ». []
  5. Cf. Mémoires de M. le duc de Saint-Simon, éd. Boislisle, Paris: Hachette, t. XXVII (1915), p. 162-164. []
  6. Cf. son Exposition de la doctrine de L’Eglise gallicane par rapport aux prétentions de la Cour de Rome , publiée après sa mort en 1757. Il publie clandestinement en 1730 Le Philosophe, puis en 1743 Nouvelles libertés de penser, aussi en 1745, un Examen de la religion chrétienne. []
  7. Mémoires, t. IV, p. 296. []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts