L’exil du Parlement à Pontoise comme « déclic » d’une vocation

Je me permets ici un rappel et une relance d’intérêt, en prélude à ma prochaine publication :

Un Gilbert méconnu. Magistrature et quotidien du Parlement de Paris dans le premier XVIIIe siècle1

Les volumes de la collection du Conseil secret du Parlement de Jean Gilbert, notre greffier « De L’Isle », sont de formation composite, complexe, évolutive. Le « journal » que le Canadien Blake T. Hanna avait cru découvrir, ne commence ni au début de la collection, ni sans hésitation. Dans cette aventure « littéraire » – le mot serait récusé par l’auteur comme inapproprié à l’objet et prétentieux – l’exil de Pontoise a joué incontestablement le rôle de « déclic » : parce qu’il dispose sans doute d’un peu plus de temps qu’à l’habitude, mais surtout parce qu’il remâche – solitaire – l’indignation de la punition que le Régent inflige alors au Parlement (donc à ses « chers » maîtres), Jean Gilbert a décidé, de façon manifestement très ferme, de laisser par écrit la mémoire de ces événements. Il « ouvre » donc un dossier spécial, en choisit le format, différent de celui de ses travaux ordinaires, et se met véritablement à écrire « son » journal : l’on peut dire que ce 21 juillet 1720, Jean Gilbert devient un « diariste ».

Les extraits qui suivent démontrent assez la particularité de la démarche et l’extraordinaire du contexte. Ils sont extraits du Journal du Parlement de Pontoise, édité sans les modernisations que présente l’orthographe des lignes suivantes, dans :

Le Régent, la Robe, et le commis-greffier. Introduction à l’édition intégrale du Journal du Parlement de Pontoise, en 1720, Paris-Saint-Agnan-sur-Sarthe : Association des Amis de Guy Augé, 2013, 359 p.2

Les foudres du Régent

[Fol. 2] Le dimanche 21 juillet 1720, sur les 3 à 4 heures du matin, un grand nombre d’officiers de la maison du Roi, dont presque tous étaient officiers des mousquetaires, et autres, ont porté des Lettres de cachet du Roi à tous Messieurs les présidents et conseillers du Parlement, à Mrs les gens du Roi, dont deux à M. le Procureur général, l’une pour lui en particulier, et l’autre pour faire avertir les avocats et les procureurs, même aux greffiers en chef et principaux commis des chambres, pour se rendre tous à Pontoise dans deux fois 24 heures pour y faire les fonctions de leurs charges, où l’on leur enverrait une Déclaration à cet effet, avec des défenses de s’assembler en la ville de Paris.

Et sur les 4 à 5 heures du matin, les gardes du Roi, avec leurs officiers à leur tête, se sont emparés de toutes les portes dedans du Palais, et plusieurs compagnies des gardes françaises et suisses des cours dont ils ont fermé toutes les portes et mis des sentinelles au-dedans. Il y avait même plusieurs soldats à la porte de Monsieur le Premier président et un exempt auprès de lui, et un sentinelle à la porte de M. Gilbert, greffier en chef, le tout pour empêcher que Messieurs ne puissent s’assembler au Palais ni chez M. le Premier président. Personne n’entrait dans les cours du Palais sans être connu, ce qui a fait grand bruit à Paris et y a fait aller grand nombre de personnes qui disaient, les uns, que le Roi allait venir au Palais tenir son lit de justice, et les autres, que c’était pour le déclarer majeur[1].

Sur les 8 heures du matin, M. le Chancelier fut mandé au Palais-Royal et d’y apporter les sceaux à Monsieur le duc d’Orléans, Régent, ce qu’il fit. Après quelque discussion sur les affaires présentes, M. le Chancelier les laissa à M. le Régent qui les garda pendant 7 heures. M. le Chancelier, revenu une seconde fois au Palais-Royal, supplia M. le Régent de le décharger des sceaux, ne pouvant servir ainsi le Roi de la manière dont il le souhaitait, mais M. le Régent lui ayant demandé ce qui lui faisait peine, si c’était de sceller la déclaration pour transférer le Parlement à Pontoise, à quoi il lui répondit qu’oui [v°] et encore pour toutes les Lettres de cachet envoyées pour cet effet, et tout ce qui se passait, M. le duc d’Orléans lui dit qu’il allait la sceller lui-même, ce qu’il fit, et dit à M. le Chancelier, après l’avoir mandé une seconde fois, qu’il voulait d’autorité qu’il les reprît et les gardât, et que c’était la volonté du Roi, ce qui fit que M. le Chancelier les reprit pour obéir et les reporta chez lui, après encore quelques instances faites pour les laisser et s’en décharger […].

Le lundi 22 juillet, plusieurs de Mrs les présidents et un grand nombre de Messieurs arrivèrent en cette ville de Pontoise (où j’écris ceci) suivant les ordres du Roi et ils eurent de la peine à trouver à se loger commodément n’y ayant eu aucuns ordres donnés pour marquer leurs logis, ainsi que l’on le devait faire (y étant venus par ordre du Roi !). M. Gilbert, greffier en chef[2] , y arriva aussi sur le soir, ainsi que plusieurs autres officiers, ce qui fit un grand mouvement dans la ville pour se loger. J’y arrivai sur les 2 heures après midi, et y fut voir le lieu où l’on devait mettre Messieurs du Parlement pour y tenir leur séance ; j’y trouvai la salle d’audience assez grande pour une ville comme Pontoise, mais le tout en mauvais équipage et mal rangé. Et il arriva encore toute la nuit beaucoup de monde.

[fol. 3] Le mardi 23 juillet, plusieurs de Mrs les présidents, presque tous Mrs les présidents des Enquêtes et des Requêtes du Palais et grand nombre de Mrs les conseillers arrivèrent encore ainsi que Mrs les gens du Roi, plusieurs greffiers, deux avocats (par curiosité), plusieurs huissiers, commis écrivant à la peau, buvetiers et autres officiers du Palais pour le service du Parlement. Sur le midi arriva M. le Premier président qui fut logé à l’abbaye Saint- Martin[3], dans la maison de M. le duc d’Albret, où il reçut l’après-midi la visite de tous Mrs les présidents, de Messieurs et de tous les autres officiers en habit noir et cravate seulement. Les officiers du bailliage et de la ville, au nombre de seize ou dix-huit, le furent aussi saluer, étant tous en robes, et lui firent un petit compliment, la parole portée par le lieutenant-général, à qui il fit un remerciement très honnête. M. Gilbert, greffier en chef, fut l’après-midi voir le lieu où l’on devait tenir la séance du Parlement pour donner des ordres pour l’accommoder, mais trouvant qu’il était difficile de le rendre commode et convenable pour la compagnie, il fut aux Cordeliers[4] voir si l’on trouverait un lieu plus commode et qui pût convenir, afin d’en rendre compte à M. le Premier président pour donner ses ordres sur ce qui convenait faire à ce sujet. Messieurs se sont aussi visités les uns les autres, et l’on voyait dans Pontoise grand nombre de personnes et d’équipages et chacun se logeait comme il pouvait.

Nota que Madame la comtesse de Lautrec et Mlle de Mesmes, filles de Monsieur le Premier président, et Madame la marquise de Fontenille, sa sœur, sont aussi venues et arrivées avec lui en cette ville.

Na Madame la procureuse générale et Messieurs ses enfants aussi venus avec M. le Procureur général […].

Le mercredi 24 juillet, plusieurs de Messieurs et autres officiers comme substituts de M. le procureur général, avocats, procureurs, huissiers et clercs arrivèrent encore en cette ville, ce qui faisait un grand concours de peuple dans les rues et fit renchérir les vivres tant pour les hommes que pour les chevaux, ce qui a obligé M. le [] Procureur général d’écrire treize lettres circulaires à ses substituts des villes des environs de celle-ci, que j’ai écrites, son secrétaire n’étant encore venu, pour faire venir des provisions de bouche, du bois, du foin et de la chandelle. La matinée fut employée par M. le greffier à visiter le château[5] avec plusieurs officiers du lieu pour y prendre les mesures convenables pour y mettre le Parlement en y faisant les réparations nécessaires qui coûteraient plus de dix mille écus. Il en rendit compte ensuite à M. le Premier président en présence d’un grand nombre de Messieurs et des gens du Roi, sans qu’il fût cependant rien décidé, et l’après-midi, il y retourna avec M. le Procureur général et quelques-uns de Messieurs, et ensuite aux Cordeliers et au Grand Vicariat[6] pour voir encore ce qui pouvait convenir pour le mieux, afin de pouvoir prendre le parti le plus convenable et le plus prompt pour assembler la compagnie samedi prochain, et ils tombèrent d’accord que ce serait aux Cordeliers dont Lopinot, tapissier, prit les mesures afin de faire venir de Paris des tapisseries et bancs propres à cet effet[7] […].

Une ambiance…

[Fol. 6] Le dimanche 28 juillet, sur les 2 à 3 heures du matin, M. le prince de Conti (à ce que l’on dit) passa en cette ville pour aller chasser à d’Ennery chez le sieur Charpentier[8]. M. le Premier président a tous les jours été visité d’un grand nombre de Messieurs et avait chez lui une table de 35 couverts. Mrs les présidents d’Aligre et de Lamoignon, Le Peletier, de Maisons[9] et Chauvelin, et M. de Lamoignon de Blancmesnil, avocat général, tenaient aussi table, ainsi que quelques-uns de Messieurs des plus riches, comme je l’ai marqué ci-devant, ce qui a toujours marqué une grande fraternité et une grande union entre tous Messieurs qui composent la compagnie qui, l’on peut dire, ne s’étaient jamais si bien connue que depuis qu’ils sont en cette ville. M. le greffier, très estimé de M. le Premier président et de tous Messieurs, était un des mieux venus chez M. le Premier président, chez Mrs les présidents et partout, même où il y avait des dames qui toutes le demandaient, lesquelles dames, ayant connu son esprit et son mérite, l’ont fait dans la suite coucher bien tard. Dans le cours de la journée, différentes nouvelles de Paris. M. le procureur général en arriva sur le soir et fut voir M. le Premier président à qui il rendit compte de son voyage. L’on m’a dit qu’il lui avait dit que M. le duc d’Orléans avait fort bien reçu l’enregistrement de la déclaration (pour la translation du Parlement), qu’il avait même approuvé que le Parlement l’eût fait de cette manière pour son honneur et sa dignité et qu’il pouvait en assurer la compagnie. Qu’il avait apporté beaucoup d’exemplaires en cette ville (de la déclaration qu’il avait fait imprimer), mais que sortant pour ainsi dire de dessous la presse, ils ne pourraient être distribués à Messieurs que demain. Que le Palais de Paris devait être demain libre et que l’on devait avertir ceux qui auraient donné les clefs aux officiers qui y commandaient, afin de donner des ordres pour qu’elles leur fussent rendues, soit des chambres, soit des greffes, ou des buvettes et autres endroits.

[] : L’on disait pour nouvelles de Paris que les mousquetaires qui gardaient le Palais s’étaient fort amusés et réjouis dans la Grand-Chambre de plusieurs sortes de manières et entre autre que l’un des jours de la semaine dernière, ils avoient pris un chien de Pincemaille[10], qui en est concierge – les autres disaient un chat – qu’ils avoient nommé Law, à qui ils firent le procès ayant nommé plusieurs d’entre eux, les uns présidents, les autres conseillers, et un greffier, que le procès étant instruit, ils le condamnèrent à la question pour savoir le Système[11], que n’en pouvant rien savoir, l’avoient condamné d’être rompu vif et avaient ensuite commué cette mort à celle d’être pendu, et qu’ils avoient tiré entre eux qui le pendrait, ce qui avait été exécuté. Ce qui ayant été su au Palais-Royal, quatre d’entre eux avoient été mis en prison. Quelques personnes contaient cette histoire différemment. Enfin ils devaient demain quitter le Palais qu’ils gardaient depuis huit jours, mais à ce qui a paru, fort inutilement […].

[1] Pratiquement, en juillet 1720, il s’en fallait encore de deux ans et demi pour que Louis XV, né le 15 février 1710, pût être déclaré majeur, comme il le sera effectivement, en lit de justice, le 22 février 1723. Le Journal de la Régence, de Jean Buvat (éd. É. Campardon, Paris, Henri Plon, 1865, t. II, p. 114) accrédite ce bruit d’une anticipation de la majorité ; la rumeur serait venue du Parlement.

[2] Il s’agit donc bien d’un Gilbert de Voisins, exemple significatif de la confusion possible du nom de ces Gilbert avec celui du commis Gilbert dont on comprend bien le « surnom » de De L’Isle.

[3] En fait, le logement était la somptueuse demeure des abbés commendataires de l’abbaye, construite selon les vœux du cardinal de Bouillon, à la fin du XVIIe siècle.

[4] « Grand et magnifique couvent », dit Expilly en rappelant qu’il avait servi de cadre à l’assemblée des États de 1561 (Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, 6 vol. in-fol., t. 5, p. 774).

[5] Sur le château de Pontoise et son histoire, voir I. Storez-Brancourt, « Vers la ‘punition’. Histoire politique et judiciaire des translations sous la Fronde et au XVIIIe siècle », dans S. Daubresse, M. Morgat-Bonnet et I. Storez-Brancourt, Le Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du Parlement de Paris, Paris: Librairie Honoré Champion, coll. « Histoire et archives », 2007, p. 590 et 702.

[6] Construit entre 1477 et 1483 à la demande de Guillaume d’Estouteville, archevêque de Rouen, le Grand Vicariat est encore aujourd’hui le Musée Tavet.

[7] L’étude de toutes les translations du Parlement révèle cette importance quasi sacrée du lieu même, de la disposition de ses meubles et de sa décoration. Le transfert du mobilier de Paris était donc plus qu’une commodité, un véritable rituel dans ces circonstances. Voir Le Parlement en exil…, op. cit., p. 64, 75, 81, etc.

[8] Très certainement Jacques Charpentier d’Ennery ou son fils Thomas Jacques.

[9] Ce président « de Maisons » et Jean René de Longueil ne sont qu’une seule et même personne.

[10] Il y avait alors plusieurs membres de la famille Pincemaille au Palais, tous receveurs des épices et vacations en la 1e, 2e et 3e des Enquêtes.

[11] Autrement dit, comprendre les dessous du « Système de Law », donc de la révolution institutionnelle réalisée, dans les finances de l’État, sous l’inspiration de l’Écossais.

  1. Paris: SFEDS, à paraître []
  2. La Légitimité, Hors-série n°1, ISSN 0153-2243, AAGA, La Croix d’Epine, 61170 Saint-Agnan-sur-Sarthe []

Isabelle Brancourt

Agrégée d’Histoire (1986), docteur de l’Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l’enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l’Université d’Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd’hui à l’IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Le Parlement et la mort des princes

Les feuillets « mémoriels » de Jean Gilbert de l’Isle dénotent, surtout dans les premières années, une étonnante « proximité » affective entre notre commis et la maison de France. Sa première « famille », si l’on en juge par le fait que ses toute premières notes insérées dans sa « Collection » ont pour sujet des naissances princières1, c’est bien celle de ses Rois ! Après la venue à la vie, c’est la mort, celle des princes2 qui seule mobilise sa plume de diariste. C’est ici la troisième insertion dans les volumes du Conseil secret du Parlement, d’une « chronique »  qui ne cessera de s’étoffer.

1709 – M. le prince de Conti est mort [U 350, fol 74-76]

Un étonnant témoignage de la verticalité de la société d’Ancien Régime et de la forme de la relation sociale, à l’intérieur de la noblesse, entre la Robe et l’Épée. Indépendamment de l’auréole que « le Grand Conti » s’acquit dans son engagement chrétien contre le Croissant, Jean Gilbert, sans doute, avait été particulièrement sensibilisé au destin de ce Prince du fait de son procès contre la duchesse de Nemours qui défraya la chronique judiciaire du Parlement dans les années 1694-1699 : il y avait défendu – en vain – ses droits sur la principauté de Neuchâtel.

« Cejourd’hui, vendredi vingt-deux février 1709, sur les huit heures du matin, est décédé François Louis de Bourbon, prince de Conti, prince du sang de France, à l’hôtel de Conti en cette ville de Paris, après avoir reçu les sacrements avec une piété aussi édifiante que l’avait été sa patience devant le cours d’une longue maladie, en sa quarante-cinquième année, étant né le 30 avril 1664. Il était second fils d’Armand de Bourbon, prince de Conti et d’Anne Marie Martinozzi, et petit-fils de Henri de Bourbon, prince de Condé. En 1672, après la mort de la Princesse, sa mère, le Roi le fit élever avec Louis Armand de Bourbon, prince de Conti, son frère aîné auprès de Monseigneur le Dauphin. Il a laissé de son mariage avec Marie-Thérèse de Bourbon, fille de Henri Jules de Bourbon, prince de Condé, Louis de Bourbon, comte de La Marche, et deux filles. Il avait fait avec le Prince son frère, la campagne de Hongrie en l’année 1683 et il s’était fort distingué à la bataille de Gran3, comme il avait fait ensuite en celles de Steinkerque et de Neerwinden4, et en plusieurs autres occasions où il avait donné des preuves de sa valeur et de son grand génie pour la guerre. Ce qui l’avait, avec toutes ses vertus, fait élever roi de Pologne en l’année [en blanc]5 et qui n’eut point son exécution y ayant des troubles dans le royaume. Son esprit aussi solide que cultivé par toute sorte de belles connaissances, sa bonté, son affabilité, [v°] et plusieurs autres grandes qualités le font généralement regretter.

Il fut vu le même jour sur son lit à visage découvert, ainsi que le lendemain. Le 24, il fut mis dans le cercueil et ensuite sur un lit de parade. Le même jour, le Roi prit le deuil en noir.

Le 25 et le 26, on accommoda les tentures et choses nécessaires pour la chapelle ardente où le corps fut mis le 27 au matin. La grande porte et toute la cour de hôtel étaient tendues de deuil, deux lais de velours noir dessus, avec des armoiries du défunt, et une plus grande sur la porte et à l’entrée de l’appartement, lequel était aussi tendu de deuil, de deux lais de velours et des armoiries. La chapelle ardente était la 3ème chambre de l’appartement d’en bas, sur le jardin, élevée sur une estrade de trois degrés et le collier de l’Ordre sur le corps, couvert d’un poêle de velours noir bordé d’hermines […].

[Fol. 75] Tout le reste du jour et les jours suivants, il y eut affluence de monde et on sortait par la porte de derrière, du jardin.

Le lendemain 28, le duc de Bourbon, le duc d’Enghien, princes du sang, le duc du Maine et le comte de Toulouse lui rendirent les mêmes devoirs, le matin.

Le même jour, sur les onze heures, le Parlement y fut par députés. Ils furent [v°] reçus à la descente de leurs carrosses par les officiers du défunt Prince et par le maître des cérémonies et son fils, aide, qui les conduisirent où était le corps. (J’ai ouï dire à gens qui y étaient que le roi d’armes ou l’un des hérauts disaient à haute-voix : ‘Monseigneur le Prince de Conti, voilà Messieurs du Parlement par députés qui viennent vous jeter de l’eau bénite’). Le De profundis fut chanté et tous Messieurs lui ayant jeté de l’eau bénite, ils furent reconduits comme ils avaient été reçus et revinrent chacun en leurs maisons. Les députés étaient Messieurs les présidents de la cour, six conseillers de la Grand-Chambre et quatre de chacune chambre des enquêtes et des requêtes du Palais, et Mrs les gens du Roi ayant tous leurs chapeaux ainsi qu’il est accoutumé allant par députés.

La Chambre des comptes, la Cour des aides et la Cour des monnaies y furent ensuite, et, l’après-dîner, l’Université et le Corps de Ville.

Le 1er mars (le cardinal de Noailles, accompagné des doyen et chanoines de l’église de Paris, y fut aussi en habit de chœur), les 2 (les Trésoriers de France y furent pareillement et les cordeliers et les Augustins), 3 et 4, il y eut toujours affluence de monde. Le mardi 5, les portes furent fermées. Le mercredi 6, sur les 9 heures du soir, le corps du défunt Prince fut porté à St-André, sa paroisse pour y être [fol. 76] enterré avec Madame sa mère, suivant son testament […] et toute la cérémonie fut assez simple.

[Fol. 80] Nota que ce fut M. le duc d’Enghien qui fut, hier, jeter de l’eau bénite au nom du Roi à M. le prince de Conti, suivant qu’il se pratique, avec les mêmes honneurs que si le Roi y était en personne (Tournez)…

[Fol. 82] Nota que le greffier de la Chambre des comptes vint peu de temps avant le départ de Messieurs, pour savoir si les parents recevaient les compagnies, comme il était marqué par les registres de la Chambre qu’il s’était pratiqué à défunt M. le prince de Condé en 1647 et 1594 au cardinal de Bourbon. Il lui fut répondu qu’il n’y en avait rien de marqué dans les registres de la cour, et qu’ainsi il était inutile de former ou faire une contestation ou innovation dans le moment que la compagnie allait partir.

Il n’y avait point d’huissiers ni le premier huissier, ni en allant point quand Messieurs vont par députés.

M. Dongois, secrétaire de la cour, y fut, sans prendre rang et seulement pour accompagner et faire plaisir à M. le Premier président.

Les parents n’ont pas reçu les compagnies6.

[Fol. 93] Du mercredi 6 mars 1709

Ce jour, Monsieur le Premier président a dit qu’hier, il était venu chez lui un gentilhomme de la part de Monsieur le prince de Condé et un de celle de Monsieur le duc de Bourbon, son fils, le prier de remercier en leur nom la compagnie de la peine qu’elle avait prise d’aller jeter de l’eau bénite à feu Monsieur le prince de Conti et de l’assurer qu’ils étaient très sensibles à cet honneur et qu’ils en étaient très redevables et très reconnaissants envers la compagnie.

  1. Cf. Un Gilbert méconnu, à paraître []
  2. A cette date, on ne sait jamais RIEN, à travers ses écrits, des décès survenus dans sa famille propre. Il faudra attendre la mort de ses filles, à la fin des années 1730 pour voir sous la plume du sieur de L’Isle la première mention d’un décès véritablement familial, au sens actuel du terme []
  3. Participation non officielle de Français, côté chrétien, à la ‘Grande guerre turque’ ou Guerre de la Sainte Ligue (1684) à la défense de Vienne assiégée par les Turcs. Menée par le Saint Empire (Habsbourg et alliés, dont la Pologne) contre l’Empire ottoman (Mehmed IV), la guerre se déroula essentiellement en Hongrie (1685-1699) En 1683 (1685, selon les autres), les Turcs sont défaits à la bataille de Gran (en allemand), aujourd’hui Esztergom, sur les bords du Danube. []
  4. Victoires célèbres sur la Ligue d’Augsbourg, respectivement le 3 août 1692 et le 29 juillet 1693. Le courage du Prince qui eut, à la première, deux chevaux tués sous lui et reçut, à la seconde, un coup de sabre à la cuisse avant de tuer son adversaire, était célébré dans la France entière. []
  5. En 1697, à la mort de Jean III Sobieski (1629-1696), héros de la guerre contre les Turcs. []
  6. Suit, fol. 83, le récit officiel de la délégation à l’hôtel de Conti, avec en apostille « copié sur la minute », le tout de la main de Jean Gilbert. []

Isabelle Brancourt

Agrégée d’Histoire (1986), docteur de l’Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l’enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l’Université d’Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd’hui à l’IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts