Le Parlement, Law, le Régent et la finance

Question de sources…

Beaucoup de choses ont déjà été trouvées et dites à propos de cet événement majeur de l’histoire financière de la France qu’est « la Banqueroute de Law ». Il reste cependant des sources encore non ou peu exploitées, en tout cas à revisiter ou à mettre en lumière. Pour répondre à la demande de Joël Félix, j’ai repris les références qui me semblent utiles dans la perspective d’une nouvelle recherche dans ce domaine.

Notre commis préféré : l’inénarrable sieur « De L’Isle »

Sans me répéter, je voudrai orienter d’abord le chercheur vers cette première référence : sa collection dite du « Conseil secret », qui se trouve aux Archives nationales aux cotes U 338-397, comprend évidemment pour les années 1718 à 1720, une mine d’informations peu connues, y compris des « bruits » de rue ou de couloir, qui en disent long sur le climat politique qui entoure l’affaire. Pourtant ces recueils, dont les cotes précises suivent, ne sont pas les seuls de la série à intéresser le sujet. Le cas de Pontoise en 1720 m’a permis d’établir le lien entre le volume U 747, du journal de De L’Isle et le volume U 748 de formation exactement comparable à celle des recueils de la collection du « Conseil secret » : c’était pour la période du 27 juillet au 17 décembre 1720 la continuation du volume U 363 qui s’achève en date du 17 juillet 1720 et le précédent du volume U 364 qui commence en date du 20 décembre de la même année. Par ailleurs le recueil U 416, sous le titre de « Journal du Parlement », double en quelque sorte le volume de l’année 1718, coté U 361, pour apporter des documents et des commentaires complémentaires ; c’est à peu près aussi la démarche de De L’Isle pendant la translation de 1720 où le recueil U 748 est doublé de son journal U 747 (édition critique à paraître).

Récapitulons les cotes utiles de cette collection : U 361-362-363, peut-être 364, U 416, U 448 (et accessoirement U 447 dont la transcription avant édition est accessible en ligne sur HAL-SHS).

Autres ressources des Archives nationales

Le recueil K 820 (f° 2) est le « Journal contenant les remontrances faites pendant la régence par la cour de parlement de Paris » ; mais, en prenant le recueil à l’envers, on trouve une copie anonyme peu exploitée : la Relation de ce qui s’est passé au parlement et qui a donné occasion de le faire transférer à Pontoise le 21 juillet 1720. Du 15 juillet 1720 (f° 55 v°-54). Il y est spécialement rapporté une entrevue du Chancelier et des commissaires du Parlement, en un « mot à mot » particulièrement évocateur.

Il faudrait aussi faire une investigation complémentaire dans les archives privées.

Sans oublier…

les papiers d’Argenson ! Le problème est qu’ils sont déposés à la Bibliothèque universitaire de Poitiers. Mais ce que j’ai pu en voir lors d’un court séjour dans ma recherche sur les translations du Parlement de Paris, ce qu’en a tiré le Professeur Rogister pour son ouvrage de 1995, en particulier, démontre assez l’importance de ces archives classées et libéralement offertes à la consultation des chercheurs par la famille d’Argenson.

 

 

 

 

Isabelle Brancourt

Agrégée d’Histoire (1986), docteur de l’Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l’enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l’Université d’Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd’hui à l’IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts