Florilège

Chacun travaille, et travaille bien ! Aussi me parvient-il de divers horizons quelques citations dont la poésie, la justesse ou la nouveauté,  mérite votre minute d’attention.

De Philippe Paschel (Ingénieur d’étude CNRS à l’Institut d’Histoire du Droit, département CEHJ),

un quatrain qu’il a trouvé en lisant les Œuvres de Saint-Amant (édition Bailbé, Paris, 1971, Tome I, p. 296, LIII Epigramme) :

« Certes, l’on vit un triste jeu,

« Quant (sic) à Paris Dame Justice,

« Pour avoir trop mangé d’espice,

« Se mit tout le palais en feu. »

Le Dictionnaire de Trévoux, à l’article « Epices », rapporte aussi ces vers, dans une version légèrement différente, preuve qu’au XVIIIe siècle, encore et même plus que jamais, les épices « taxées » par la magistrature sur les plaideurs avaient toujours mauvaise presse :

« Ce fut certes un triste jeu

« Quant à Paris Dame Justice,

« Pour avoir trop mangé d’épice,

« Se mit le Palais tout en feu »

On sait que le Palais de la Cité de Paris subit, en 1618, un terrible incendie qui ravagea la très fameuse Grand’Salle du Palais, construite à la fin du règne de Philippe IV le Bel, mais aussi les dépôts des minutes, et dont les registres ne réchappèrent que grâce au courage et à l’énergie du greffier en chef et de son personnel. Les bruits les plus incongrus coururent sur les raisons de cette catastrophe.

En préparant une communication sur le coup d’Etat,

la lecture de La Henriade, de Sébastien Garnier, m’a offert une expression renouvelée de la primauté de la Justice dans la monarchie française. Si « propagandiste » que puisse nous paraître cette source particulièrement « engagée », l’extrait reste significatif. Garnier met ainsi ces mots dans la bouche d’Henri IV :

« Et quoi, que diroit-on si je manquois de foi !

« Je ne mériterois ce beau tiltre de Roi.

« La foi est fondement de la Saincte Justice,

« Sans laquelle des Rois vaine seroit l’office ;

« Justice est le pilier qui maintient les grands Rois

« Sans elle ce n’est rien que de leurs belles loix. »

Malgré les enjeux religieux de l’époque et particulièrement de l’élévation d’Henri de Navarre au trône de France, il ne faut pas tomber dans un contresens sur le terme de « foi » : ici, il est synonyme, vous l’avez compris, de « parole donnée ».

A lire donc, même si la « pompe » vous paraît désuète : La Henriade et la Loyssée de Sebastian Garnier, procureur du Roi Henri IV, au comte et bailliage de Blois, seconde édition sur la copie imprimée à Blois, chez la Veuve Gomet en 1594 et en 1593, Paris, chez J.B.G. Musier, MDCCLXX (disponible en ligne).

 

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts