Archives de catégorie : Biblio

Un regard d’actualité : la peste de 1720, dans les recueils du commis-greffier Jean Gilbert

Extrait de :

Titre du recueil “De L’Isle” de 1720

Journal du Parlement séant à Pontoise depuis le 21 Juillet 1720 jusqu’au 11e novembre qu’il a esté tranféré à Blois

Par moy Jean Gilbert DeLisle, commis de Monsieur Gilbert, greffier en chef du Parlement, et l’un des commis au greffe…[1]

« [fol. 22] Samedy 31 et dernier jour d’aoust, […]

[v°] Que la peste estoit à Marseille et en Provence et que c’étoit une chose pitoyable par tout ce que l’on y voyoit à ce sujet, mesme que le Parlement de Provence a esté obligé de quitter sa demeure et d’aller où chacun le pouvoit pour éviter le mal […][2]. »

On trouve là, à cette date du dernier jour d’août 1720, la première allusion au fléau qui s’est abattu sur la Provence dans l’été 1720. Cette terrible peste « dite Grande peste de Marseille », parce qu’elle est entrée par son port, est dans toutes les sources narratives de l’époque. Elle est aussi relatée dans tous les grands ouvrages historiques sur la plus terrible de toutes les pandémies de l’histoire humaine, jusqu’à nos jours ; parce elle est enfin le dernier épisode pesteux enregistré en France.

En fait, la menace est bien là depuis plus d’un mois auparavant : la «contagion» est une évidence dès juillet, et est « reconnue » officiellement, à Marseille, en tant que « peste », le 1er août. La première annonce qui en est faite à Paris est celle de la Gazette d’Amsterdam du 6 août, se fondant sur une lettre du 19 juillet venue de Marseille.

L’origine du fléau est presque tout de suite connue aussi : l’arrivée le 25 mai, à l’entrée du port de Marseille, du Grand-Saint-Antoine[3] parti de Tripoli, de Syrie où sévit déjà la maladie de façon endémique. La Flûte "Le Grand-Saint-Antoine" à l'ancreLe capitaine, après quelques échanges discrets (et certainement peu véridiques) avec les armateurs (dont l’un des échevins de la ville), présenta bientôt une «patente nette», c’est-à-dire un certificat (toujours obligatoire), mais évidemment mensonger : il y avait eu à bord neuf morts, et cela dès le mouillage à Chypre (un turc, le 8 avril 1720), et le navire portait un matelot malade ! La patente “garantissait” la non-contamination de l’équipage et de sa cargaison, sous la responsabilité de l’administration du port de Livourne, dernière escale du vaisseau. Une quarantaine discrète fut néanmoins imposée, mais la hâte des armateurs et l’espérance des gains de la foire de Beaucaire avaient poussé à un déchargement en contrebande de la cargaison infectée. De là, cette peste qui n’en fut pas moins dramatique pour être la dernière.

Le Parlement de Provence, séant à Aix (à un peu plus de six lieues de Marseille, 31 km aujourd’hui), fut alerté dans les derniers jours de juin, malgré –dit-on sous cape – les efforts des autorités de Marseille à dissimuler l’ampleur de la catastrophe imminente. Selon les attributions de “grande police” (c’est-à-dire d’administration) qui revenaient à tous les parlements de France en cas de crise – frumentaire, sanitaire ou militaire et autres – les hauts magistrats d’Aix rendirent le 2 juillet un arrêté qui défendait, sous peine de la vie, toute communication entre les habitants de Marseille et ceux du reste de la Provence. Il n’était donc plus possible, plus permis du moins, de sortir ou d’entrer dans la ville : « En concentrant le mal », écrit l’un des premiers historiens du parlement de Provence, « cette décision menaça Marseille des horreurs de la disette, et excitait déjà le peuple à la révolte »1.

Comment assurer en effet le ravitaillement d’une cité pestiférée ? Les habitants de Marseille seraient d’abord obligés massivement de se confiner strictement dans leur logis, tandis qu’on leur distribuerait du pain, des viandes, et autres subsistances de base.

Pierre Chirac, Premier médecin du roi (1657-1732)

C’était du moins les préconisations de Chirac (Pierre, pas l’autre ;-), médecin et “conseil” du Régent.

La difficulté résidait dans la réalisation d’un tel programme tandis que les morts commençaient à se multiplier. On reprit une pratique ancienne qui consistait à brûler du soufre (un désinfectant de premier ordre, il est vrai) dans les rues, mais la chaleur de ces brasiers ajoutée à celle du soleil d’été rendait l’atmosphère irrespirable. Le Parlement d’Aix ordonna aux magistrats de la ville d’Aix, ou “consuls”, de s’adjoindre l’intendant de la province pour aller, aux barrières de Marseille, conférer avec ses échevins.

*

Point final, en quelque sorte, de la plus effroyable des séries épidémiques : la peste, probable dans des temps très anciens, certaine en Grèce au temps même de Périclès, a frappé l’Europe, de façon clairement identifiable et identifiée, du VIème au VIIIème siècle (peste « justinienne »), puis au XIVème (l’apocalyptique “Peste noire”) avec des « retours » jusqu’au XVIIème siècle (de 10 ans en dix ans, en moyenne, d’abord, un peu plus espacés sous Louis XIII et Louis XIV), enfin, en ce qui concerne le royaume de France, au XVIIIème siècle, en un seul épisode, violent, concentré tant du point de vue géographique que du point de vue temporel (environ deux ans) : celui qui fait l’objet de cet article. Depuis 1476, Marseille avait été atteinte par huit fois avant 1720. Ce fut donc le neuvième et dernier “retour” pesteux.

Alexandre Yersin

Ailleurs, la peste a continué à s’abattre au XIXème siècle dans tout le Moyen-Orient et surtout en Asie. C’est là-bas qu’en 1894, le bacille responsable fut isolé, décrit et nommé : Yersinia pestis, du nom de son découvreur : le médecin Alexandre Yersin (1863-1943), suisse, naturalisé Français en 1889, disciple de Louis Pasteur (1822-1895). Ce fut un explorateur de grande envergure, un voyageur infatigable qui, entré au service de santé colonial de la France, fut finalement mandaté par l’Institut Pasteur et le gouvernement français, à Hong Kong, lorsqu’une épidémie venue de Mongolie atteignit le sud de la Chine et la péninsule hongkongaise. Venue de Chine ou de l’aire mongo-chinoise, toujours, la peste était « mise à nue », enfin! dans son espace de prédilection.

Ce sont des médecins qui ont apporté à l’histoire de la peste les éclairages les plus convaincants et les avancées les plus significatives. De Jean-Noël Biraden (sa thèse magistrale est publiée en 1976) à Jean Vitaux (son Histoire de la peste paraît en 2010 et, en version électronique, en 2015), les médecins, les scientifiques, épidémiologistes, virologues, infectiologues, etc., fournissent avec précision les invariants des descriptions cliniques, les statistiques, les vecteurs, mais ils ne répondent pas encore à toutes nos questions. S’interroger encore : c’est le but de cet article…

En tout cas, la collaboration des scientifiques, y compris des démographes, avec des archivistes-paléographes, avec des historiens aux spécialisations diverses (administration, société, mentalités, arts-et-métiers…) permettent aujourd’hui un tableau – effarant! – mais plutôt complet des pestes d’antan, et spécialement de celle de 1720 qui nous intéresse plus directement.

*

« Vendredy six septembre […] Arrest sur la requeste du procureur général du Roy au sujet de la contagion à Marseille. […] »,

continue notre greffier, de Pontoise. N.B. le Parlement de Paris y est puni, et condamné par le Régent à rendre la justice de dernier ressort dans cette petite ville où il a déjà été appelé par le roi, en l’un des pires moments de son histoire houleuse. Le Parlement joue la montre et juge… mollement. D’ailleurs, les avocats font grèves : les magistrats s’en servent pour écarter toutes les causes d’appel qu’ils peuvent. En revanche, il veut bien enregistrer, sur requête du Procureur général, ici Guillaume François Joly de Fleury, des décisions d’ordre administrative, on parlait d’arrêts de police générale. Preuve ici que la peste, si loin que fût Marseille, est une affaire « d’État ». Le Parlement d’Aix, directement concerné, s’était vu pourtant retirer par le Conseil du roi la gestion de la crise, confiée au commandant de la province en collaboration avec l’intendant. Les grandes robes d’Aix furent piquées, mais le mal était arrivé aux portes de leur ville, de leur palais, de leurs maisons : il n’était pas question de remontrer, de résister, ni même d’élever une protestation. « Dès que la peste se manifesta à Aix », remarque Prosper Cabasse, « le Parlement se hâta de prendre des mesures pour en diminuer les ravages. Mais à peine s’occupa-t-il de ces précautions qui, dans toutes les occasions semblables, lui avaient été dictées par son zèle, qu’un arrêt du Conseil lui ravit cette juridiction particulière de police… »2. C’est bien cet arrêt du Conseil que le Parlement de Paris, à Pontoise, enregistre, comme le consigne De L’Isle. Notons que tout opposé qu’il fût à la politique du Régent, et exilé pour cela, le Parlement de Paris ne se solidarise aucunement avec ses collègues d’Aix : crainte de déplaire, d’en ajouter à son régime de rigueur, ou certitude qu’une gestion centralisée au profit de la plus haute autorité militaire de la région sera plus efficace ?

Notre greffier, on le sait, n’a plus grand-chose à faire. Alors il tue le temps en se faisant l’écho de toutes les petites nouvelles locales. Et la peste est dans les esprits de tous. Et pour cause :

« Dimanche 8e septembre, feste de la Nativité de la Ste Vierge, grande feste et foire en cette ville de Pontoise, à Notre-Dame qui est le fauxbourg de la ville, mesme procession généralle dans la ville en grande magnisence pour le vœu fait par la ville en 1638 pour la contagion dont elle fut délivrée[4]. »

Comme l’on voit, mystérieuse, la peste partait comme elle était venue, ici, là ou ailleurs. À l’époque on s’en remettait à la Providence, et l’on savait L’en remercier. À Paris, en 1720, l’on anticipait et l’on se préparait, à la manière du temps, par la prière publique, collective, en espérant conjurer le sort en se fondant sur la promesse du Christ (“Tout ce que vous demanderez en mon nom…”, Jean, XIV,13) :

« Mardy 10 septembre. […]

Pour nouvelles de Paris qu’il y avoit des prières publiques ordonnées par Mr le Cardinal[5], que le mandement par luy donné à cet effet étoit fort beau, qu’il y marquoit toutes les calamités publiques et y parloit fort de l’usure, mais trop tard[6], et que l’ouverture de ces prières avoit esté faite dimanche dernier à Notre-Dame, feste de la Ste Vierge, qu’il y recommandoit de prier pour les misères publiques et la contagion dont on estoit menacé, pour la conservation de la personne du Roy et de toute la famille royalle et de demander en particulier que Dieu répande Ses lumières sur Mr le Régent pour continuer de gouverner le royaume comme il a fait (ce qu’à Dieu ne plaise ! mais qu’il le gouverne tout autrement car on en a grand besoin).

Sous la régence (1715-1723) de Philippe, duc d’Orléans (1674-1723), le jeune roi Louis XV incarne le lien mystique qui fait « la France », la continuité de l’État, et le gage (unique) de la tranquille pérennité du royaume. On le savait de santé délicate. Alors l’on trembla pour la France entière – et le Régent pour son pouvoir…[7] Dès le début du mois d’août 1720, le Conseil de régence s’interroge sur l’opportunité, ou non, d’extraire l’enfant, âgé de 10 ans, d’une ville immense dont on sait, malgré les nombreux progrès réalisés sous Louis XIV, toutes les failles sanitaires. Finalement, le roi resta au Louvre et le Régent prit les dispositions administratives et politiques nécessaires pour bloquer toute progression de l’épidémie vers le Nord. On entoura tout la région Sud-Est d’un “mur de la peste”, strict cordon sanitaire.

En attendant, aux yeux de notre commis-greffier, il y avait une autre peste à Paris et en France, une peste “politique”, si l’on se permet :

« Le vendredy 13 septembre, j’allay à Paris où je n’avois point esté depuis le Parlement transféré à Pontoise, où j’arrivay sur les cinq heures du soir. J’y apris pour nouvelles qu’il y a quelques jours le sieur Law, qui sera toujours la peste du royaume, s’estant mis entre les mains de Mr l’abbé de Tancin[8], son ancien directeur, qui luy a fait faire une aumosne ou restitution dans toutes les paroisses de Paris, laquelle l’on disoit de plus de cent mil escus. Que la répartition en ayant esté faite, l’on fit dire à tous Mrs les curéz de venir à St Sulpice recevoir chacun pour leur paroisse. Que plusieurs y reçurent les sommes marquées pour leurs parroisses et que d’autres refusèrent, entre autres celuy de St Barthélemy[9] qui ne voulut recevoir soit par aumosne ou restitution pour donner aux pauvres d’un homme qu’il ne connoissoit point, ne vouloit connoistre et qui avoit vollé et pillé le peuple impunément, qu’il ne donneroit point de quittance d’avoir receu de Monseigneur Law comme l’on la demandoit, étant indigne à tout homme de son caractère de le faire, que si c’étoit le Roy qui faisoit une aumosne à son peuple ou une gratification, qu’il la recevroit comme il le devoit, mais qu’autrement, il n’en feroit rien ; […] »

Gilbert n’est pas le seul à mêler la peste à la grande politique. Le duc de Saint-Simon, le célèbre mémorialiste, écrit dans ses Mémoires : « Law avoit obtenu depuis quelque temps par des raisons de commerce que Marseille fût port franc » Entre nous, c’était faux : Marseille était port franc par Déclaration du 12 août 1669, et c’était à Colbert que l’on devait cette décision. Mais, comme dans la Fable, en 1720, « on cria haro sur le baudet »[10] et Law avait bon dos… « Cette franchise », poursuit notre duc, « y fit abonder les vaisseaux, surtout les bâtiments du Levant, qui y apportèrent la peste faute de précaution, […] et qui désola Marseille, la Provence, et les provinces les plus voisines. Les soins et les précautions qu’on prit la restreignirent autant qu’il fut possible, mais ne l’empêchèrent pas de durer fort longtemps, et de faire d’affreux désordres. Ce sont des détails si connus qu’on se dispensera d’y entrer ici. »[11]  Et les récits, en effet, sont à faire dresser les cheveux sur la tête !

Au-delà des faits en eux-mêmes, on comprend dans les extraits qui précèdent – côté Cour (Saint-Simon), côté « jardin » (Gilbert de L’Isle) – à la fois les divisions, la fragmentation oserait-on dire, de la société, qu’a engendrées la politique financière audacieuse de l’Écossais John Law ;

John Law (A.S. Belle)

mais aussi les résistances – il faut l’avouer – très «franco-françaises» du petit peuple qui n’y comprend goutte ; et le ton finalement extrêmement autoritaire en politique du Régent – que l’on savait particulièrement libertin à titre personnel… Tout cela faisait un cocktail explosif et ressemblait à une vraie “maladie” des élites et du gouvernement. En attendant, la vraie peste était là :

« L’on disoit la contagion augmentée à Marseille et dans tous les environs de la ville et mesme dans la Provence, que Mr l’évesque de Marseille étoit mort de cette maladie assistant luy mesme les malades et leur administrant les sacremens[12]. »

Et, pessimiste, Jean Gilbert ne perd pas cette occasion d’envoyer une pique aux prélats dont on réprouvait la vie, les mœurs ou les engagements politiques (il y en avait – peu, très peu – mais on en causait !) :

« Digne prélat qui doit servir d’exemple à tous les autres de ce temps-cy, dont je croy qu’ils ne profiteront guère. […] »

L’alarme est à son comble en septembre :

Jeudy 19 septembre. […]

Que la peste étoit toujours continuelle à Marseille et que la ville étoit comme abandonnée faute de vivres et de soulagement, qu’il n’y restoit plus que trois prestres, que l’on étoit prest à mettre le feu à la ville et que c’estoit une chose pitoyable, ainsi que dans tous les environs. […]

En fait, Marseille est l’arbre qui cache la forêt : malgré des précautions multipliées dès que la nouvelle de la contagion se répandit, le 11 juillet par exemple à Toulon, la contrebande de cargaison et de marchandises infectées, à La Ciotat, à Toulon, La Valette, Aix, bien sûr, etc., la fuite des populations qui s’en octroyaient les moyens, d’un point contaminé à un refuge supposé, tout cela étendit le mal comme une marée noire. En septembre Toulon est touchée, début octobre elle compte ses premiers morts qui atteindront le nombre atroce de 400 par jour (pour la ville seule!) au début de mai 1721… Partout, dans la Provence et le Languedoc oriental, on pourrait faire la même description apocalyptique, à Arles par exemple. Les sources sont nombreuses et presque chaque ville a son historien de la peste[13]. Seule la chronologie change, l’horrible spectacle reste le même, le décompte macabre partout terrifiant :

Jeudy 26 septembre. Pour nouvelles de Paris, que la peste étoit Dieu mercy appaisée à Marseille, mais qu’il s’y étoit passé des choses bien cruelles et bien extraordinaires, que plusieurs soldats, matelots, ou galériens, feignans de soulager les malades en avoient égorgé ou étouffé près de deux milles, que l’on en avoit pendus plusieurs [de ces assassins] ainsi qu’un nombre de juifs qui y estoient pour acheter ce qui leur seroit vendu par eux, et que Mr l’évesque de Marseille n’étoit point mort comme en l’avoit dit[14].[…]

Faux-bruits, rapines, tromperies, crimes, et boucs émissaires sont le triste tribut de l’ébranlement général des esprits sous l’effet de la peur de la mort, de la vue débilitante des malades abandonnés parfois dans les rues, de l’égoïsme : en tout temps de crises majeures, la stupidité et la méchanceté remontent comme rats à la surface des égouts. D’autant que le Parlement d’Aix, la “raison et la sagesse” de tous, est dispersé : après l’arrêt qui le dessaisissait de ses prérogatives de police, il rendit quelques jugements d’urgence contre des médecins et des sages-femmes, pour refus de soin et inhumanité ; puis il songea, comme le leur dictaient les précédents du XVIème siècle, à se transporter en corps dans une ville restée indemne. Ce n’était pas la première fois que la ville parlementaire était touchée par la peste : en 1649, déjà, le Parlement avait dû se transporter à Salon[15]. Dans cet été de 1720, la magistrature aixoise se détermina pour Saint-Rémy-de-Provence, mais les magistrats virent tant de conditions posées dans les lettres de translation promulguées par le gouvernement, qu’ils se dispersèrent dans leur propriété et à la campagne.

Heureusement, en balance des peurs, fuites, lâchetés, immondices et vilenies, les actes héroïques se multiplient : « Le tableau des infortunes auxquelles [Marseille] était livrée est affreux : nous n’avons heureusement pas à le reproduire », raconte Prosper Cabasse d’après des témoignages inédits ; « il coûterait trop à notre sensibilité. Mais du moins offre-t-il le consolant aspect d’un grand nombre d’hommes charitables et dévoués, à la tête desquels l’histoire place avec justice les Belzunce, les Adimar, les Moutiers, les Dieudé, les Peyssonnel (médecins, père et fils, dont l’un mourrut en effet de l’épidémie), auxquels on peut joindre, outre un grand nombre de particuliers, presque tous les pasteurs [d’âmes, donc les prêtres]”[16]

Mgr de Belsunce au secours des mourants

*

A l’heure où la science prétend expliquer toute l’origine des fléaux qui désolent encore régulièrement notre planète (tsunamis, ouragans, inondations, tempêtes extraordinaires, sécheresses, invasion d’insectes destructeurs, maladies nouvelles…) et trouver l’alpha et l’oméga des mécanismes, et donc des “responsabilités”, de ces calamités, à défaut – notons-le tout de même – d’être capable et de permettre d’anticiper, à plus forte raison de les éviter, il est bon de s’arrêter un instant sur les mentalités et “explications” de nos ancêtres, Et même encore au XVIIIème siècle !

Relisons La Fontaine : 

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre…

Quel Dieu “Bon” peut ainsi, aveuglément, punir son peuple et “inventer” de tels maux ? s’interroge l’homme raisonnable. Reprenant la Bible, nos amis déistes, athées, agnostiques, ou plus simplement sceptiques, mettent en lumière – avec pertinence – cette contradiction éclatante entre un Dieu Tout-Puissant et Bon et ce Dieu “vengeur”, “cruel” (Racine (le songe d’Athalie) : “le cruel Dieu des juifs l’emporte aussi sur toi”…) … Que répondaient les gens de 1720 à cela ? L’enseignement religieux, chrétiens de toute confession (protestantes ou catholiques), reprenait l’histoire du peuple juif : le Déluge, les dix plaies d’Egypte, le châtiment de Sodome et de Gomorrhe, la femme de Lot, mais aussi la Promesse, la miséricorde obtenue par Jonas pour Ninive. Sortant, d’ailleurs, du discours vétérotestamentaire, le discours religieux présentait la Croix, mais uniquement dans la perspective de la Résurrection, donc du Salut, des corps et des âmes. Certes, à suivre tant Michel Foucault que Jean Delumeau, l’Eglise (les églises) maniait la crainte, jusqu’à la peur, avec une dextérité que notre époque juge sévèrement. Mais, à Marseille, qu’entendaient ces gens, malades de la peste, potentiellement ou physiquement ? Des menaces, des erreurs, des naïvetés, des “exagérations” (voir plus loin) ? Sans doute; mais aussi : le réconfort d’apôtres “chrysostomes” (du grec χρυσόστομος, « à la bouche d’or »), de “missionnaires” infatigables, à l’exemple de leurs modèles : Vincent de Paul, Jeanne de Chantal, même Bossuet… parlant de miséricorde, de “Cœur” et d’amour, des douceurs de la justice (et non seulement de ses “foudres”) et de Vie. Notre Jean Gilbert est un fils de vigneron, certes fort proche d’une élite, qu’il sert, qu’il admire et qu’il aime, mais un homme simple : que dit-il au juste dans ces terribles circonstances ? 

  • D’abord, son admiration pour tous les clercs qui font dignement leur office, et qui parlent, écrivent juste et bien : “le mandement par luy donné à cet effet étoit fort beau” (voir plus haut, à propos des prières publiques demandées par l’archevêque de Paris, Mgr de Noailles);
  • Aussi, le recours ferme à la justice de Dieu : “Samedy 5e octobre”, note-t-il dans son journal. “Toujours plaintes et misère à Paris ainsi que partout par la rareté de l’argent, la cherté de toutes choses et par la continuation du dérangement général de toutes les familles et de tous les honnestes gens, et qu’il n’y avoit [d’heureux] que les fripons et les voleurs d’agioteurs usuriers dont Dieu fera bonne justice et les punira s’il luy plaist.”
  • Puis, la certitude que les hommes se font très bien eux-mêmes leur propre malheur : le 3 octobre, il recopie une chanson criée par les toits de Paris :

    “Voicy ce que j’ay receu de Paris cejourd’huy : Généalogie du Sistesme

    Bélzebud engendra

    Law

    Law engendra

                la Banque

    La Banque engendra

                Missicipy

    Missicipy engendra

                 Systesme

    Systesme engendra

               Papier

    Papier engendra

               Billet

    Billet engendra

                Agiot

    Agiot engendra

                 Larron

    Larron engendra […]   

                  Bilan

    Bilan engendra

                    Zéro

    Zéro engendra

                                                        Nihil à qui la puissance d’engendrer fust ostée, etc.” [en somme : ruine financière et stérilité économique]

    Et rapportant des propos, assez désabusés il est vrai, d’une jeune princesse, De l’Isle ajoute, sévèrement : “Ce qui est bien louable à cette princesse [de Conti] d’avoir parler ainsi suivant les bons sentimens qu’elle a toujours eus, et devroit bien faire rentrer ces princes en eux mesmes pour mieux servir Dieu, le Roy et l’Etat dont un jour on leur reprochera qu’ils ont esté les premiers la cause de sa perte et de toute la misère que l’on voit aujourd’huy.”
  • Enfin l’absolue confiance dans la miséricorde et la toute-puissance de Dieu pour rétablir l’équilibre des choses humaines, mêmes financières… : “Que l’on n’y parloit point de proroger les billets et que, grâces à Dieu, il y avoit espérance qu’à la fin ils seroient abolis pour toujours. Dieu le veüille et que jamais l’on ne voye pareille chose dans le royaume ! ” 🙄 

En fait, ce début du XVIIIe siècle marque un tournant assez intéressant dans le regard et l’interprétation d’événements aussi catastrophiques que la peste : reprenons ce qu’en dit Prosper Cabasse, au siècle suivant, parlant, on s’en souvient du “consolant” spectacle de : 

[…] ceux même des corps religieux [ordres et congrégations] qui, dans leurs exagérations aveugles, s’accusaient réciproquement d’avoir provoqué le fléau du Ciel. Les Jésuites firent des prodiges, et les Pères de l’Oratoire qui leur étaient opposés, ne se rendirent pas moins dignes de la reconnaissance publique. Interdits des fonctions de leur ministère, à l’occasion de la bulle [Unigenitus], ils n’en devinrent que plus ingénieux à trouver les moyens de se rendre utiles ; et on les vit s’engager avec le plus grand empressement à nourrir un grand nombre d’indigents, et à braver tous les dégoûts de la misère aux prises avec le désespoir et la mort, pour leur distribuer eux-mêmes des aliments. »

Pour être le “sel de la terre”, le Clergé commence à se voir attribuer la responsabilité de la colère divine, à lui-même et aux stériles (mais âpres) divisions qui l’affectent autour de l’acceptation (les Jésuites) ou le refus catégorique (les Oratoriens) de la bulle Unigenitus  condamnant le livre de Quesnel pour “jansénisme”. Un discours qui ne va pas cesser de monter, tout au long du siècle jusqu’à la Révolution, l’une des “causes religieuses de la Révolution française” ?((Cf. Dale Van Kley, Les Origines religieuses de la Révolution française : de Calvin à la Constitution Civile, 1560-1791, Paris, Le Seuil, 2002.))

*

De loin, De L’Isle se laisse abuser par le cas de Marseille. Vers la fin de l’année, il ne sait rien encore des ravages qui ne font que s’annoncer dans toutes les régions alentour :

“Le vendredy 29 novembre, veille de St André, jeûne. Pour nouvelles de Paris, que la ville de Marseille se rétablissoit grâces à Dieu, que les boutiques des marchands commençoient de s’ouvrir, que beaucoup de gens qui en estoient sortis y revenoient, et qu’il y avoit espérance que tout s’y remettroit dans quelque temps. Qu’à l’égard de la ville d’Aix et des environs, que ce n’étoit rien, qu’il n’y avoit presque point eu de mal contagieux, qui n’avoit eu, Dieu mercy, de suite, et qu’à présent ce n’étoit que des maladies ordinaires. […]”

Dans la région touchée elle-même, on reste en partie aveugle sur la réelle ampleur de l’épidémie :

« Samedy 7 décembre. Pour nouvelles, que l’ambassadeur du Grand Turc[17] étoit arrivé à Toulon avec 80 personnes à sa suite ; qu’il y feroit la quarantaine, y ayant eu de la contagion aux environs de Constantinople[18]. »

Curieusement on en revenait à l’Orient et à l’origine de la peste en Asie, là où elle devait encore faire tant de ravages. Dans ce pourtour méditerranéen, le pire, en décembre 1720, n’était pas toujours atteint. On n’était peut-être qu’à quelque 60 000 morts, sur un total évalué aujourd’hui par les historiens de 90 000 à 120 000. « Si l’on dresse un bilan », écrivent Michel Signoli et Stéfan Tzortzis, « on constate que le mal entré à Marseille par son lazaret au printemps et sorti de ses murs à l’été 1720 touche, en près de deux années d’assauts et de reflux, 242 communautés d’importances variées. Il entraîne la mort de 119 811 personnes sur les 394 369 habitants qu’elles regroupaient alors »… De replis en assauts virulents, la peste dura plus de dix-huit mois. Ce n’est que début 1723 que l’on officialisa la fin de l’épidémie : 

Te Deum en action de grâces de la cessation de la contagion dans ce royaume
Du vendredi 12e février 1723

[…]

Na qu’il y avait une ordonnance du Bureau de la Ville affichée d’après-midi qui ordonnait à tous les bourgeois et habitants de cette ville de Paris de faire des feux de joie au-devant de leurs maisons en signe de réjouissance publique de ce que la contagion avait cessé dans ce royaume, ce qui a été fait le soir et plusieurs fusées volantes tirées en plusieurs endroits de cette ville.

Comme ce temps malheureux de contagion avait commencé pendant le temps de la Régence, Dieu a permis qu’il y ait fini avant les autres malheurs et que M. le Régent ait eu la gloire d’en faire chanter le Te Deum avant qu’elle ait fini, puisque, grâces à Dieu, nous aurons le Roi pour maître mardi prochain, 16e du présent mois. Le Seigneur fasse cesser les autres et nous donne un règne doux et paisible pour le bien et le soulagement du peuple !

Le 16 février 1723, Louis XV était déclaré majeur, et donc roi de plein exercice. 

*

Quelques questions, pratiques, ingénues ou impertinentes

Quelle souche infectieuse pouvait bien être la cause d’une telle hécatombe ?

Les scientifiques nous répondent :

La peste est un bacille, non un virus, c’est-à-dire qu’elle est une bactérie en forme de bâtonnet, par opposition aux bactéries de forme sphérique, les cocci (ex. staphylocoques, les méningocoques). Le virus, lui, est un agent infectieux beaucoup plus difficile à détecter au microscope (surtout à l’époque de Pasteur et de Yersin). Pourtant, les premières hypothèses étant posées à partir de diverses observations, Pasteur appela les virus des «infrabactéries»; c’était le préalable à la découverte des premiers virus : celui de la fièvre aphteuse, et surtout, s’attaquant à l’homme, celui de la fièvre jaune. Au demeurant, en isolant la peste comme “bacille”, Yersin a permis la compréhension par les historiens de toute une série d’épidémies du passé, plus ou moins clairement nommées dans les sources.

Deux formes de la maladie ont été déterminée ; elles se sont toujours présentées, cohabitant ou plutôt se relayant, plus ou moins:

– la forme la plus fréquente, la mieux décrite aussi, est celle de la peste bubonique, du nom des « bubons » ou « bosses » qui se formaient à l’aine (à la naissance de la jambe), aux aisselles (sous les bras) et le long du cou : c’était le signe d’une « adénite inflammatoire », ou gonflement extrême des ganglions sous l’effet de la montée exponentielle des globules blancs pour lutter contre la maladie. Elle se développait dans un milieu chaud, donc en été. Avant les antibiotiques, cette forme de la maladie entraînait la mort de 30 à 40 % des personnes atteintes. Elle se transmettait à l’homme par la piqûre de la puce des rats noirs (qui pullulaient dans les villes, surtout dans les bas-quartiers sales et nauséabonds, dans les taudis de la population pauvre et dénuée de toute hygiène). La bactérie infectait les laines, les draps, mais aussi les boues terreuses, semble-t-il ; 

– la forme pulmonaire est une maladie à transmission directe, d’homme à homme, par la salive et les gouttelettes projetées par la bouche ou le nez du malade. Elle se manifestait par une fièvre courte, extrêmement élevée, suivie de la mort en deux ou trois jours. Elle sévissait plutôt l’hiver. Elle entraînait la mort dans 100 % des cas avant l’usage d’antibiotiques.

Cela, c’est ce qu’en disent les médecins et je vous recommande l’écoute de l’émission de France Culture de 2017 dont l’un des invités, le Dr. Vitaux, rappelle ces données : https://www.franceculture.fr/emissions/la-methode-scientifique/la-methode-scientifique-jeudi-14-decembre-2017

Vous pouvez vous étonner de deux choses : 1° que l’on parle ainsi de période antérieure et postérieure à la découverte des antibiotiques : c’est que contrairement à une idée reçue, la peste n’a pas disparu du globe (des épidémies à Madagascar ont fait des décès en nombre conséquent encore récemment), mais elle a quitté tous les espaces géographiques où l’hygiène collective et individuelle, d’abord, et l’usage récurrent des antibiotiques, ensuite, ne permettent plus au bacille de se multiplier. Je ne sache pas que l’on arrête la vie d’un pays, d’un continent, du monde entier lors du déclenchement d’une épidémie qui reste mortelle à un % dont je serais fort curieuse… 2° que la peste pulmonaire soit due au même bacille que la bubonique alors qu’elle présente toutes les formes caractéristiques des attaques virales contemporaines… Sur ce dernier point, j’aimerais qu’on me renseigne. Si virus pesteux il y eut, et peut y avoir encore, quelle létalité aurait une semblable attaque dans les conditions actuelles des soins dont on dispose ? Juste affaire de comprendre, et peut-être de relativiser d’autres situations ?

 


[1] Arch. nat., U 747. Édition intégrale dans : Le Régent, la Robe et le commis-greffier. Introduction au Journal du Parlement de Pontoise, en 1720, Cahier Hors-série n° 1 de l’AAGA, [ISSN 0153-2243], Saint-Agnan-sur-Sarthe, 2013, 359 p.       

[3] Les archéologues ont retrouvé l’épave en 1978. Cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Grand-Saint-Antoine_(navire)

[4] 1638 avait été la date de la troisième et plus terrible attaque de peste à Pontoise, depuis le début du XVIIe siècle. Les mémoires du temps font état de plus de « douze cents » victimes et de plus de deux mille malades. Jamais « de mémoire d’homme ne s’en estoit vu une [peste] si eschauffée ». La ville fit alors le vœu d’offrir à l’église Notre-Dame de Pontoise une statue d’argent d’une valeur de 600 livres et de placer l’image de la Vierge aux trois portes principales de la ville. La première procession avait eu lieu le 16 septembre 1640. Ce fut la dernière épidémie de peste que connut Pontoise. Cf. Pontoise. 2000 ans d’histoire, Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d’Oise et du Vexin, 1987, p. 86-87.

[5] Louis Antoine de Noailles (1651-1729), évêque de Cahors en 1679, transféré à Châlons-en-Champagne en 1680 ; archevêque de Paris depuis 1695 et cardinal en 1700, il devint chef du Conseil de conscience en 1715 dans le cadre de la Polysynodie. Favorable au « jansénisme », en tout cas très hostile aux jésuites qu’il frappa d’interdits divers, et à la bulle Unigenitus, il était l’objet de l’affection et de l’attentive soumission de la part de tout le petit monde du palais et du peuple dévot de la capitale.

[6] Pour rappel, on est en plein dans la crise dite du « Système de Law », banqueroute dont les péripéties, depuis au moins le printemps 1720, retiennent le souffle et l’attention de « tous les gens de bien », de ceux qui, comme les magistrats, défendent le « bien public » contre l’impéritie du gouvernement, contre les calamités et les scandales de l’égoïsme, de l’agiotage, de ce que nous appelons aujourd’hui les « délits d’initié », spectacle révoltant de princes et de grands « rafflant » littéralement la mise avant la dévaluation de la première véritable monnaie de papier qu’ait connue la France. Le Journal du Parlement – « séant à Pontoise », justement, dans les remous de la crise financière – en porte le témoignage à chaque page. Cf. Edgar Faure, La banqueroute de Law : 17 juillet 1720, Paris, Gallimard, coll. « Les Trente journées qui ont fait la France », 1977, 742 p. + 31 pl.

[7] À cette date, en cas de décès de Louis XV, arrière-petit-fils de Louis XIV et unique rejeton de la branche aînée, la succession royale aurait posé un problème crucial : d’une part, la branche cadette, celle de Philippe, duc d’Anjou, n’était installée sur le trône d’Espagne, après une longue guerre, qu’au prix de sa renonciation définitive pour lui et ses descendants, à la Couronne de France (1713. Renonciations dites « d’Utrecht »), et cela sous la pression de l’Angleterre ; d’autre part, nombreux étaient ceux, à commencer par la magistrature des parlements, à considérer cette renonciation comme nulle et non-avenue au regard des « Lois fondamentales du royaume » (non-écrites) qui faisaient de la Couronne un bien « successif », mais non-héréditaire, la transmission étant assurée par les règles de la coutume royale (dite Loi salique) sans que puisse y contrevenir une volonté personnelle, même royale. Un parti, autour (entre autres) du duc du Maine, fils légitimé de Louis XIV et de Mme de Montespan, s’était formé, dans la triste éventualité de la mort du petit Louis XV, pour soutenir les droits de Philippe V d’Espagne, contre les prétentions du duc d’Orléans à récupérer ainsi la succession à la Couronne. Mais Louis XV vécut…

[8] On écrivait Tancin ou Tencin. Pierre Guérin de Tencin (1679-1758) est un personnage central du règne de Louis XV, en particulier des affaires politico-religieuses du règne. En 1720, il est déjà bien en Cour ; il avait joué un rôle dans la conversion de Law au catholicisme. Une fois encore, le portrait de Saint-Simon est inénarrable : cet abbé étoit « prêtre et gueux » (Mémoires, t. XXXVII, p. 3), frère de Mme de Tencin dont le salon défraya la chronique dans les années 1720. L’abbé de Tencin, « que le diable a poussé depuis à une si étonnante fortune », écrit Saint-Simon (p. 2), allait devenir archevêque d’Embrun et cardinal, le représentant le plus avéré du « parti » des « constitutionnaires » (c’est-à-dire favorables à Unigenitus).

[9] La paroisse Saint-Barthélemy était dans l’île de la Cité, non loin du palais. L’église disparut dans les travaux du Second Empire présidés par le baron Haussmann.

[10] Jean de La Fontaine, « Les animaux malades de la peste » (1678) : https://gallica.bnf.fr/essentiels/fontaine/fables/animaux-malades-peste

[11] Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires, éd. Boislisle, Paris, Hachette, t. 37e, 1925, p. 372-373.

[12] Le dévouement de Mgr Henri François-Xavier de Belsunce-Castelmoron (né en 1671) fut connue dans toute la France. « C’étoit un saint prêtre », avait écrit Saint-Simon en 1709, au moment de son élévation à l’évêché de Marseille, « nourrisson favori du P. Tellier » ; « évêque, il imposa avec raison par la pureté de ses mœurs, par son zèle, par sa résidence et son application à son diocèse, et y devint illustre par les prodiges qu’il y fit dans le temps de la peste » (Mémoires, t. XVII, p. 228).

[13] Bibliographie en fin  d’article.

[14] En effet, il ne mourut pas de la contagion (comme le remarquera Gilbert de L’Isle un peu plus tard), mais seulement en 1755, ayant refusé l’honneur de l’élévation à des bénéfices épiscopaux plus prestigieux (Bordeaux, Laon).

[15] Cf. Mémoires de Charles de Grimaldi, marquis de Régusse, président au Parlement d’Aix, éd. Monique Cubells, Bordeaux : PUB, 2008, p. 79.

[16] Prosper Cabasse, op. cit., t. II, p. 176-177.

[17]  L’ambassadeur du Sultan (Achmed III, 1673-1736), autrement appelé ambassadeur de la Porte, était Tchelébi Méhémet Effendi, comme le remarque Boislisle (Mémoires de Saint-Simon, t. XXXVIII, p. 69, n. 2).

[18]  Saint-Simon rapporte cette ambassade de façon circonstanciée : « Le Grand Seigneur avoit nommé et fait partir un ambassadeur pour venir complimenter le Roi sur son avènement à la couronne. Comme c’est une chose fort peu usitée à l’orgueil de la Porte, notre cour en fut extrêmement flattée. Outre l’honneur et la considération des lieux saints de la Palestine, l’intérêt du commerce et de la bannière de France dans la Méditerranée ne contribua pas moins à en être touché » (Mémoires, t. XXXVIII, p. 69). En raison de la peste qui s’éteignait à peine lors de l’arrivée de l’ambassadeur devant Toulon, le 10 octobre, il fit quarantaine dans l’île de Maguelonne. Une escorte vint ensuite le chercher pour le conduire à Paris par Sètes, le canal du Midi, Toulouse, Bordeaux où il n’entra que le 8 février 1721. L’histoire de cette ambassade échappe donc au cadre chronologique du Journal du Parlement de Pontoise.

*

Pichatty de Croissainte, Journal abrégé de ce qui s’est passé en la Ville de Marseille, depuis qu’elle est affligée de la contagion, Paris, chez Henry Charpentier et Pierre Prault, 1721

Bibliographie indicative

Voir d’abord l’excellent article de Wikipédia l’Encyclopédie libre sur Internet, et sa bibliographie :  http://fr.wikipedia.org.

Jean-Noël Biraben. Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens. Tome I: La peste dans l’histoire. Tome II: Les hommes face à la peste. Paris-La Haye, Mouton, 1976. In-8°, 455 et 416 pages, 12 cartes et 30 graphiques dans le texte, 16 planches hors texte. Compte rendu par Philippe Contamine dans BEC, année 1978, 136-1, p. 170-173.

https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1978_num_136_1_450125_t1_0170_0000_3

et compte rendu de Jean-Pierre Goubert, dans Annales  Année 1981  36-3  pp. 521-522

https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1981_num_36_3_282760_t1_0521_0000_001

Prosper Cabasse, Essais historiques sur le Parlement de Provence, depuis son origine jusqu’à sa suppression, 1501-1790,  3 vol., Paris, A. Pihan Delaforest,1826 (t. III, p. 172-180).

Daniel Defoe, A Journal of the plague year [1722], Londres, Penguin Classics, 1986.

Jamel El Hadj, Les chirurgiens et l’organisation sanitaire contre la peste à Marseille xviiexviiie siècles, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Jean Boutier, EHESS, 2014.

Paul Gaffarel et Marquis de Duranty, La peste de 1720 à Marseille et en France d’après des documents inédits, Paris, Perrin et Cie, 1911.

Michel Goury, Un homme, un navire, la peste, Marseille, Jeanne Laffitte, 2013.

Françoise Hildesheimer, Le bureau de santé de Marseille sous l’Ancien Régime. Le renfermement de la contagion, Marseille, Fédération Historique de Provence, 1980.

Françoise Hildesheimer, « La protection sanitaire des côtes françaises au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1980, p. 443-467.

Daniel Panzac, Quarantaines et lazarets, l’Europe et la peste d’Orient, Aix-en-Provence, Edisud, 1986

Michel Signoli et Stéfan Tzortzis, « La peste à Marseille et dans le sud-est de la France en 1720-1722 : les épidémies d’Orient de retour en Europe », Cahiers de la Méditerranée [En ligne], 96 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 18 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/cdlm/10903 

Michel Vergé-Franceschi, « 1720-1721 : la peste ravage Toulon », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 114-4 | 2007, mis en ligne le 30 décembre 2009, consulté le 18 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/abpo/461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abpo.461

Alexandre Wenger, « Regulations in the struggle against the plague. Geneva facing the Great Plague of Marseille (1720-1723) », Gesnerus, vol. 60, no 1-2, 2003, p. 62-82.

  1. Prosper Cabasse, Essais historiques sur le Parlement de Provence, depuis son origine jusqu’à sa suppression, 1501-1790, 3 vol., t. III, A. Pihan Delaforest, 1826, p. 175-176. []
  2. op.cit., p. 177. []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Jean Papon, la province de Forez à l’honneur : le Parlement à travers l’oeuvre d’un juriste “humaniste”

Il me paraît nécessaire de revenir ici sur un ouvrage qui n’est plus aujourd’hui dans les actualités éditoriales et qui, malgré sa réelle qualité, et des comptes rendus scientifiques et critiques dans les revues spécialisées, a pu passer relativement inaperçu. Et c’est dommage. Il s’agit de :

Droit et humanisme. Autour de Jean Papon, juriste forézien , Mireille Delmas-Marty, Antoine Jeammaud et Olivier Clerc (dir.), Paris : Classiques Garnier, coll. « Esprit des Lois, esprit des Lettres », n° 6, 2015, 273 p. ISBN  978-2-8124-3599-7.

L’ouvrage est l’édition des actes d’un colloque des 3-5 octobre 2013, remarquable d’abord par le  lieu de son déroulement : le château de Goutelas est un haut lieu de l’humanisme, devenu Centre culturel de rencontre dont le fondateur, Paul Boucher, fait tous les honneurs en ouverture (p. 7-8)1.

Pourtant, si intéres-sant sur le plan patrimonial que soit Goutelas, en Forez, il n’est retenu ici que comme le cadre par excellence de la quasi « résurrection » d’un juriste peu connu, méconnu, sauf peut-être des historiens du droit : il s’agit de Jean Papon dont Goutelas fut la propriété et grâce auquel il devient symbolique de l’Humanisme, avec un grand H.  

L’une des tutelles de la rencontre, le Centre Claude Longeon, de l’Université de Saint-Etienne, revenait ainsi à ses sources : les travaux de l’universitaire éponyme, qui a laissé sur le rayonnement intellectuel du Forez l’une des meilleures synthèses.

Mais revenons à Papon et à la rencontre de 2013. Outre les annexes coutumières : bibliographie et index (des matières, ce qui est rare, et des noms de personnes), l’ouvrage se partage harmonieusement en deux parties, non pas égales, mais comparables par leur intérêt et par leur densité. Pour simplifier, la première est consacrée au passé, la seconde au présent; l’une à Papon, à son œuvre, et à ses contemporains, l’autre à ce qui reste – ou doit rester – d’humanisme dans le droit et dans la confrontation aux phénomènes qui agitent de façon majeure les sociétés contemporaines, la française au premier chef, « à l’heure de la mondialisation ». Si Papon se fait discret dans celle-ci, c’est pourtant bien l’humanisme qui reste le centre de tous les propos, et le droit français, même par comparaison avec ce qui s’est fait et se passe encore ailleurs. Cet « autour » de Jean Papon était une gageure intellectuelle : un personnage plus ou moins ignoré, parfois controversé (p. 7), à l’œuvre considérable et ardue de surplus ; une thématique audacieuse et constructive au regard des questionnements d’aujourd’hui et d’une certaine forme de pessimisme ambiant. Disons tout de suite que le pari est entièrement gagné ; l’ouvrage, brodant sur un humanisme en perpétuelle définition, fourmille de précieuses informations et des réflexions les plus profondes. Sur des thèmes variés, ce livre évoque une infinité des nuances de nos préoccupations juridiques et éthiques. Les lignes qui suivent ne concerneront que la première partie.

Il est revenu à Géraldine Cazals de présenter Jean Papon, le «mal aimé» (p. 15), et sa place dans le riche panorama des juristes français du XVIe siècle. On comprend vite, par les critiques soulevées en son temps à propos de son Recueil d’arrêts notables, l’oubli dans lequel il est tombé presque tout de suite. Un oubli injuste, non seulement par la réelle culture juridique de cet «écrivain-juriste », mais aussi par son véritable dévouement à l’œuvre de justice et son travail à s’instruire et s’« assurer pour entrer au service de la Republique » (p. 19). Dépasser les particularismes pour atteindre à une vision réellement comparatiste, donc très neuve, de la jurisprudence de son temps, c’était déjà ouvrir une voie vers cette fameuse «codification» qui mettra plus de deux siècles à se réaliser. Comme plus tard le chancelier d’Aguesseau, Papon a sans doute voulu s’en tenir à ce qui était alors possible et promouvoir l’objectif de «pareillement juger en cas semblable» (p. 21). On découvre au fil des pages le style délicieusement savoureux de la langue de Jean Papon : lorsqu’il recherche « l’accordance d’aucuns » arrêts, sans s’interroger sur les raisons des différentes cours de parlement, il s’assigne pour modeste intention, lui « simple recollecteur », de faire confiance, de «parangonner la grandeur du parlement de Paris, en toutes choses sur les autres » (p. 21), une suprématie du parlement de Paris qu’il tient pour certaine et sur laquelle il revient fréquemment. Sur les fondements philosophiques du néo-stoïcisme, sur la « grille de lecture » du Code Justinien (p. 22), Jean Papon a souhaité une «systématisation» que l’ordonnancement même de son œuvre démontre assez, tout en assurant, à travers spécialement ses Trois notaires, une mise en perspective historique du droit (p. 27). Son humanisme est une vision profondément chrétienne, pas franchement optimiste au départ, celle d’un homme-maître de l’univers déchu de sa puissance, «en tout rude, contumax et revêche», « sans justice et par consequent sans foy (sans fiabilité), sans paix, sans honneur et sans pouvoir jouir des commodités et du fruict de ceste vie humaine », et par là même obligé à la soumission. Car, salvation oblige, et c’est là tout l’optimisme de Papon, il est des hommes « prudens, vertueux, sages, courageux, forts, magnanimes »: ceux-là mêmes qui sont les rois établis d’abord législateurs pour la «conservation d’equalité et empeschement de l’ambition». Le droit et la justice ont suivi les méandres du perfectionnement (mais aussi de la corruption) des lois. Dans ce cadre la « loy des Roumains » lui paraissant l’un des progrès les plus significatifs dans l’ordre du droit, Papon se fixe pour objectif, loin de prétendre le « reléguer », de revêtir ce droit romain « d’une escharpe françoise » pour compléter le droit légué par Rome de la jurisprudence des parlements et des lois royales (p. 33). À l’heure de la tentation au pouvoir « absolu », Papon opte pour une conception tempérée de la monarchie en des formules qui eussent pu être tout aussi connues que celle d’un Pasquier. C’est l’apport vraiment remarquable du présent ouvrage.

Nicolas Shapira (p. 41-52) a focalisé son attention, et la nôtre, sur un des aspects de l’œuvre précédemment évoquée, à travers les Notaires de Papon : sa conception du « secrétaire », comme conseiller du prince, dont l’auteur recherche les racines et les modèles. Cette mise en perspective initie le lecteur à une littérature peu connue, d’Italie et de France (Étienne du Tronchet, Antoine de Laval ou François de Billon), pour une mise en lumière de ces secrétaires du roi qui « permet [à Papon] d’évoquer des pratiques politiques qui qualifient une évolution de la monarchie [celle des Valois] sur laquelle il porte un regard fort critique » (p. 42). Les « notaires » de Papon ne visent donc pas n’importe qui, mais les secrétaires du roi dont la montée en puissance autour des Valois révèle la mise en place, suivant N. Shapira, d’un « appareil d’État » (p. 47). Après les considérations si remarquables d’Arlette Jouanna sur le « pouvoir absolu », cet article montre comment Papon participe, dans ses considérations sur les origines des institutions civiles, à l’opposition entre « puissance ordinaire » (donc légitime) et « puissance absolue » (de laquelle la tyrannie n’est jamais très loin). On découvre ainsi un mouvement qui est voué à un très grand avenir dans le milieu de la haute magistrature : la volonté de limiter le pouvoir des rois (que les « malheurs des temps », c’est-à-dire les guerres de religion tendent à libérer) par « la loi » (p. 49). C’est tout le sens de l’État de justice, finalement, qui prend sa source dans cette définition de la légitimité par l’impérieux devoir de « justice », « conservation de l’equalité » (p. 49). Un terme qui n’est pas anodin, ni simple à définir et qui mériterait à lui seul un long développement…

D’emblée, en revenant sur la définition de l’humanisme (p. 53), et en passant par la « loi » selon Cicéron, Bruno Méniel introduit à la difficulté que pose « l’humanisme » des juristes humanistes. Il commence, à partir de la liste complète des œuvres de Jean Papon, par trier soigneusement ce qu’il y a d’authentiquement «humaniste» chez Papon (son intérêt pour la rhétorique à travers Démosthène et Cicéron, par exemple), de ce qui s’en distingue, s’en écarte ou même en est l’opposé (entre autres, le caractère doctement technique de son commentaire de la coutume de Bourbonnais). Du même coup, ce texte (p. 53-64) d’une belle langue classique, devient une contribution majeure à la définition de l’humanisme, trop facilement simpliste ou partielle ailleurs. Sur la question du juge, de ses qualités et de ses « passions », Papon dresse le portrait d’une figure éminente qui nourrira, jusqu’au XVIIIe siècle, la rhétorique judiciaire des mercuriales et discours de la haute magistrature des parlements. Parce que les allégations techniques l’emportent dans son œuvre, Papon, en citant Platon, Cicéron, Quintilien, Tite-Live ou Suétone, n’est pas spécifiquement un « humaniste », mais bien certainement un juriste « lettré ». Bruno Méniel saisit cette occasion pour resituer, dans l’œuvre de Papon, les différents juges, leurs attributions et les caractères de leur juridiction (« souveraine » ou, subalterne et «légitime») (p. 56-57). Outre une réflexion sur la vénalité qui s’institutionnalise dans cette période, et que Papon compare à la simonie (p. 59), les défauts des juges que sont « l’ambition » (p. 60), la prévention, la « compassion », l’ignorance, se profilent en creux de la très haute idée que Papon se fait de la justice. C’est bien Dieu qui est « chef de justice » et les juges, esclaves de la Vérité, n’en sont que ses « tesmoins » (p. 63).

Avec son hypothèse d’« une systématisation du droit » à travers les Notaires de Jean Papon, Laurent Pfister nous offre une étude d’histoire du droit privé de tout premier ordre (p. 65-111) et d’une rare précision. Une fois de plus, le propos s’ouvre sur Cicéron dont le souhait de « réduire le droit civil en art », c’est-à-dire de le mettre en ordre, de le « systématiser », étant parvenu jusqu’à Papon par bribes, dans le De oratore, avait abouti par le relais de Galien à la mise au point de la méthode dite « divisive » ou « diaïrétique » (p. 65). C’est cette dernière, très prisée des humanistes de Budé à Pierre de La Ramée ou François Le Douaren et d’autres, jusqu’à Jean Bodin, pour rompre avec l’héritage des « commentateurs »,  qui semble dominer la réflexion juridique au XIVe siècle aux côtés de l’ « historicisme » représenté par Cujas. C’est cette méthode, spécifiquement, qui paraît former, sans antagonisme et sans sectarisme, le fond de la démarche de Jean Papon car son œuvre « porte l’empreinte de l’humanisme juridique, sans qu’il soit aisé de l’y situer » (p. 71). D’abord praticien, Jean Papon représente un « humanisme vernaculaire » (p. 72). Nourri des écrits de l’Antiquité et de droit romain, plus attaché que d’autres humanistes praticiens au jus commune plutôt qu’aux sources nationales du droit, il est tout de même le premier à tenter de réaliser un panorama de la jurisprudence de toutes les cours souveraines de France, son Recueil d’arrests notables. Sous des titres différents, les « trois notaires » sont bien une seule et même « œuvre » dont l’élément fédérateur «consiste dans l’écriture du droit» dans le but précis de l’efficacité de la justice (p. 73). La contribution de Laurent Pfister développe ainsi «l’ordre général des trois Notaires », donc la méthode de Papon (p. 74-78), et ses fondements de l’ordre du droit (p. 78-83) : on comprend bien alors comment, par le droit naturel et sa théorie des origines de la cité, le propos de Papon prend une dimension politique, voué d’ailleurs à un réel avenir au sein de la haute magistrature, jusqu’au XVIIIe siècle, jusqu’à d’Aguesseau par exemple. La richesse extrême de cette longue contribution, sa technicité juridique impeccable, empêche de la résumer, sauf à pointer, entre autres choses, son apport dans le domaine du droit des contrats, l’intérêt de la discussion sur le « consensualisme » (p. 95-96), sur la définition du mariage, en note 3, p. 99 : qui est : «de naturel, & d’iceluy a prins son origine plus que tous autres contracts», et qui est aussi un « sacrement entre homme & femme (…) ordonné & institué de Dieu en paradis terrestre par société inséparable »… Une étude minutieuse et riche, pour conclure à « une œuvre singulière », mais pas forcément novatrice (p. 110), attachée au souci « de restituer fidèlement ‘l’intelligence’ du droit romain mais dans les limites de la méthode utilisée, parce que celle-ci « ne se veut pas créatrice de vérités ». Sans le dire, l’auteur, en soulignant que Papon circonscrit son ambition à « imposer ‘un ordre certain’ à des règles éparses » sans vouloir, surtout ! « inventer des loix (…) ny proposer ou produire novelletés » (p. 111), nous conduit ici aux sources mêmes de ce que l’on appellera, après la Révolution, le «conservatisme ».

Les trois contributions suivantes s’éloignent davantage de Jean Papon tout en restant intimement liées à son époque, au contexte comme au climat intellectuel dans lequel Papon évolue, et à l’humanisme juridique. La première d’Olivier Wagner, sur le livre juridique (p. 113-131), est un voyage intéressant et pittoresque, et pourtant remarquablement statistique, au pays de l’édition lyonnaise au XVIe siècle, « autour de Jean Papon ». Jean Bart, ensuite, décape, au nom de l’humanisme (dans lequel «il y a de tout»!, dit-il en paraphrasant Michel Villey), la littérature théologico-politique de la période Henri III-Henri IV (« période la plus sombre des guerres de religion ») et l’absolutisme naissant avec Jean Bodin, d’un certain nombre de confusions ou de facilités de langage, pour évaluer le rapport en « humanisme et absolutisme » (p. 133-147). La contribution qui suit (p. 149-174), de Vincent Grégoire, prend encore davantage de champ par rapport à Papon pour s’éloigner aussi géographiquement de la France et nous mener dans la Virginie du début du XVIIe siècle : un autre « voyage », d’une très grande nouveauté sur les bases « idéologiques », les contrastes et même les contradictions de la première colonisation anglaise au regard de «l’humanisme».

  1. http://www.chateaudegoutelas.fr []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Curiosité historiographique

Un opuscule qui vient de m’être adressé par les auteurs, que je remercie. Des documents iconographiques rares. Un travail d’amateurs et de retour aux sources, sans doute, à compte d’auteur, mais tout plein de renseignements généalogiques, historiques (c’est ce qui est naturellement le moins nouveau) et professionnels qui se rapportent au Parlement de Paris, accessoirement à quelques parlements de province.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Un Gilbert méconnu : quelques retours et compléments

Comme suite à la parution de la fin de novembre 2016 de :

Un Gilbert méconnu. Magistrature et quotidien du Parlement de Paris dans le premier XVIIIe siècle

Sfeds, 2016, 454 p., ISBN : 979-10-92328-07-3.

nous vous proposons ici quelques compléments. D’abord une liste d’errata, courte pour l’instant et, nous espérons, pour longtemps, et pour laquelle nous prions nos lecteurs de bien vouloir nous excuser :

  1. p. 4 : lire évidemment, dans la légende de la couverture : «minorité de Louis XV», et non de Louis XIV.
  2. p. 51 : note 102, ligne 8 : lire « aient » et non « ait ».
  3. p. 59 : note 127, débris de la note précédente. Ne correspond à aucun appel de note.
  4. p. 169 : lire “Hauteville” pour “Audeville”. Jean Gilbert a bien écrit de la 2e manière le nom de ce conseiller au Grand Conseil qui est embastillé en février 1726. Il y avait d’autant plus occasion de confusion que le sieur de Selve d’Audeville existe bel et bien. En fait, il s’agit de Denis Zacharie de Rochereau d’Hauteville, qui dut résigner son office (hérité de son père, Denis de Rochereau d’Hauteville, mort en 1728) assez peu d’années après l’affaire que relate notre “diariste” improvisé.

Ensuite, nous vous indiquons que l’index des noms de personnes  sera publié, dans les jours qui viennent, sur ce site, onglet : GILBERT-DE-L’ISLE. Cet index est plus détaillé que celui que nous avons publié dans la version papier du livre. Il est aussi beaucoup plus complet puisqu’il mentionne tous les noms propres, y compris des auteurs et personnes qui n’occupent pas généralement une place significative dans l’oeuvre même de Jean Gilbert, mais mentionnés dans le texte et dans les notes. Il a vocation à évoluer concernant la magistrature et le personnel du Parlement de Paris, par enrichissement progressif de tous les renseignements biographiques que nous pouvons glaner au cours d’autres recherches et lectures.

Enfin, ces quelques remarques, avec sa permission, d’un lecteur dont la culture à la fois juridique et historique, sur les parlements de France en particulier, doit bénéficier à tous, me semble-t-il, et nous est toujours un puissant stimulant à préciser, nuancer, rectifier des erreurs communément admises, sur un sujet dont la complexité infinie nous rappelle toujours à la vertu d’humilité. Cela formerait autant de notes supplémentaires à une édition remise à jour dont je renvoie la paternité à Me Alain Durieux, avec mes remerciements :

p. 82, § 2, ligne 6 : chaperon ravalé  : c’est-à-dire rabattu sur le dos en signe de deuil. (cf. J. Malliot, Recherches sur les costumes, les mœurs, les usages religieux, civils et militaires, Paris 1804, t.3, p. 88).

p. 189 : vendredi 20 septembre 1726, “bruit sourd” concernant le retour du chancelier. Peut-être la note 23 aurait-elle pu indiquer qu’en réalité (selon les témoignages concordant de Pierre Narbonne et de Mathieu Marais) d’Aguesseau ne reparaîtra à  Versailles que le 14 aout 1727. Cf. Isabelle Storez(-Brancourt), Le chancelier Henri François d’Aguesseau. Monarchiste et libéral,  Paris: Publisud, 1996, p. 271.

p. 205 : A propos de ce procès Maupeou c/ Polignac, voir dans les Œuvres de feu M. Cochin, Ecuyer, Avocat au Parlement, nouvelle édition, Paris 1763, tome 4, p. 636-657. Cochin était l’avocat du président de Maupeou (héritier d’Augustin de Maupeou, archevêque d’Auch de 1705 à 1712), défendeur à l’action engagée par le cardinal de Polignac, titulaire de ce même archevêché depuis 1726. La question à trancher était la suivante : « Si l’héritier d’un Evêque peut être inquiété au bout de vingt-quatre ans, pour les réparations, quand il rapporte des Procès-verbaux de visite & de réception, & qu’il a consigné dans le tems sa part de celles qu’il n’a pas faites, parce qu’il avoit des co-Obligés. »

p. 211 : mardi 4 juin 1737, bruit concernant le fils de M. Chauvelin, qui aurait été tué d’un coup de bâton. Encore un bobard. Il y a peut-être eu bagarre, mais non mort d’homme : il ne peut s’agir que de Claude Louis Chauvelin, né en 1718, donc encore en âge d’étudier (ce pourquoi M. de Meaux avait obtenu que Chauvelin père fût exilé à Bourges). Or ce fils ne mourra qu’en 1750… des suites d’une blessure reçue en duel (ce qui dénote de sa part un esprit querelleur qui a bien pu provoquer cette bastonnade de jeunesse.)

p. 221 : la note 57 aurait pu expliquer que la Susception de la Couronne rappelait la réception officielle de la Couronne d’épines (et autres reliques) par Saint Louis en la cathédrale de Sens, le 11 août 1239, le roi et son frère étant allés la chercher la veille à Villeneuve-sur-Yonne.

p. 267 : le commun des lecteurs sait-il ce qu’étaient « ces avocats qui doivent seoir sur les fleurs de lys » ? On lit dans les Lettres sur la Profession d’Avocat de Camus (4ème édition par Dupin, 1818, “Histoire abrégée de l’Ordre des Avocats par M. Boucher d’Argis”, p. 440) que les anciens avocats (qui ne plaidaient plus, mais restaient “conseillers” ou “consultants”) avaient “l’honneur de siéger sur les fleurs de lys, et personne ne devait prendre leur place. […] M. de Montholon, bâtonnier en 1661, fut prié par M. le premier Président de Bellievre, d’inviter les anciens de venir souvent prendre au Barreau les places qu’ils ont sur les fleurs de lys. Il serait à souhaiter qu’ils y vinssent plus souvent ; leur présence fait partie de la célébrité de l’audience. […] » On comprend alors pourquoi ces avocats doivent venir s’y asseoir. En tout cas, notre ami Gilbert nous donne une précision intéressante sur les conditions dans lesquelles ces anciens avocats (nous dirions aujourd’hui les avocats honoraires) sont choisis (à + ou – 26) et installés.

p. 282 : les notes 24 et 25 ne sont pas tout à fait exactes. Les décisions n’étant pas motivées, il n’est pas possible de dire que les vus correspondaient aux actuels attendus. Les attendus ou considérants (plus ou moins répétés) introduisent la motivation, laquelle répond à l’argumentation des parties. La décision proprement dite est contenue dans le dispositif (et non “partie dispositive”) ; elle seule a l’autorité de la chose jugée, ainsi que les motifs pouvant être considérés comme le soutien nécessaire de la décision.

p. 301 : sur les origines de cette Grande Confrérie, voir l’article d’André Vaquier, in Revue d’Histoire de l’Eglise de France, 1923, n° 43, p. 206-215, et l’ouvrage de Le Roux de Lincy, Paris, 1844.

p. 321 : on comprend que le curateur a dit qu’il ne savait rien ! les circonstances de la mort du conseiller Bergeron de la Goupillière étaient connues mais, s’agissant d’un suicide, il ne convenait pas de les livrer au public. (Cf. l’avocat Barbier, I, 128-129) Avant de se suicider, l’honorable (mais “médiocre” …) conseiller avait tiré sur son cocher…

p. 329 § 2 : il s’agit du conseiller dont on trouve le nom orthographié  Pierre Bance (écrit Bence dans l’évaluation secrète, où il figure comme “Ne vaut rien” !!!). Il était également maître des requêtes au conseil de la Maison du duc de Berry.

p. 331. M. le Trésorier : c’était le chef des maître-chapelains de la Sainte-Chapelle (dont il était en même temps le curé) : sa principale responsabilité était la garde du trésor.

p. 355 : note 76. Il faudrait préciser (mais ce serait l’objet d’un opuscule, tant la chose est importante !) la nature de ladite Consultation, vraisemblablement la 4ème de cette série célèbre, celle qui avait fait scandale parce qu’elle comportait le nom d’avocats qui ne l’avaient pas signée. Sur l’avocat Daunard, voir Barbier, II, p. 137.

p. 377 : il s’agit du chanoine Rivette (et non Rivet) ; il semble bien s’agir de la première affaire de refus de Sacrement. Pour demander l’assemblée des Chambres, les conseillers ont prétendu qu’elle mettait en cause la police générale du royaume dont le Parlement de Paris avait la charge. Cette prétention doit être relevée, mais ne semble pas avoir étonné ceux qui ont évoqué l’affaire (cf. J. Thibaut-Payen, Les morts, l’Eglise et l’Etat dans le ressort du parlement de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1977, p. 104, citant les Nouvelles ecclésiastiques 1737, p. 30 à 32.  et L. Mahieu, “L’Université, le Parlement et la ville de Douai au XVIIIsiècle pendant les querelles jansénistes”, Revue du Nord, année 1943, vol. 50, p. 287). Quelle suite a été donnée ? Le Roi a évoqué l’affaire, et chargé l’évêque d’Arras d’enquêter sur place … mais ce prélat était hostile aux jansénistes, et il semble que les choses en soient restées là !

p. 381 : On ne trouve pas trace de cette affaire dans les Œuvres de Cochin. Mais le Mercure de France de juillet 1749 (p. 200) nous a appris que les époux s’étaient mariés le 15 décembre 1717. Le mari est décédé le 13 mai 1749 ; il s’était remarié. Mais nous ignorons ce qu’est devenue Guillemette de Moura et pourquoi il y avait eu cette séparation judiciairement organisée.

 Je suis sûre que les lecteurs apprécieront.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Entre histoire d’une “réalité sociale, politique et constitutionnelle”, la perception d’un “modèle constitutionnel implicite”

Je reçois aujourd’hui, de l’auteur lui-même que je remercie vivement, un ouvrage dont le titre seul dit assez l’importance :

r-fournier

De la Hiérarchie à la souveraineté. Rangs, préséances et constitution du royaume de Louis XIII à la Régence

De Raphaël Fournier, publication de sa thèse de doctorat soutenue en décembre 2015 à l’Université Panthéon-Assas-Paris 2, sous la direction du Professeur François Saint-Bonnet, Paris, LGDJ-Lextenso, 2017, 456 p. ISBN: 978-2-275-05565-7.

Préface, remerciements et introduction disent d’emblée le caractère original de cet ouvrage, à la confluence de l’histoire sociale, de l’histoire du droit, de celle des institutions et du droit public, enfin de l’histoire de la justice. Cette interdisciplinarité assumée est, non pas une nouveauté puisqu’elle est un vœu institutionnel formulé dès les dernières décennies du XXème siècle, mais, ici, le résultat de la capacité réelle de l’auteur à unir les flux convergents de réflexion et de recherche en provenance des facultés de Droit comme des Lettres. L’ouvrage est, à n’en pas douter, le fruit bien sûr d’un énorme travail personnel de recherche, mais aussi celui des travaux de l’école doctorale d’une des premières facultés de Droit de France et des apports de séminaires et d’enseignements de l’EHESS, en particulier du séminaire pluri-annuel (lui-même interdisciplinaire) de Fanny Cosandey et de Pierre Bonin. Les sources distinguent significativement celles qui sont “théoriques et didactiques” (philosophie, idées politiques, théologie ou sciences juridiques), “normatives” (telle la Conférence des ordonnances de Louis XIV…, de Bornier), elles sont aussi “littéraires”, ce qui est finalement assez rare de façon aussi systématique ; enfin elles incluent des recueils issus de la pratique judiciaire, plaidoyers d’Antoine Le Maistre ou de d’Aguesseau, par exemple, ou recueil de factums, etc.

L’originalité aussi réside dans la période de référence : comme le souligne François Saint-Bonnet, “les années récentes ont été l’occasion d’un important renouvellement des études relatives à l’Ancien Régime, notamment celles qui concernent les différents mécanismes, juridiques ou non, par lesquels l’absolutisme de principe pouvait être tempéré”. Nous pensons alors évidemment aux très nombreux ouvrages qui ont placé les parlements de France, au premier rang desquels celui de Paris, à la proue de cet effort de “modération” de la puissance absolue, spécialement au XVIIIème siècle, crucial en ce domaine. Si le règne de Louis XIII et les années XVIIème siècle du règne du Grand Roi comprennent aussi de très belles études, ce “dix-septième siècle” reste néanmoins moins connu du public, même savant. Entre Tradition et Lumières, la période de la “modernité classique” (si je peux me permettre) est essentielle pour comprendre l’évolution des modes de penser la politique et la société sur fond de “constitution” coutumière “implicite.

Je nous souhaite, à moi comme à vous tous qui lirez ces quelques lignes de promotion, une prompte et passionnante lecture.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Avec le Parlement de Paris pour arrière-plan

p1030697

 

 

Aujourd’hui, j’ai pu entendre l’excellente conférence de M. Yannick Nekon, au grand Auditorium du Musée du château de Saint-Germain-en-Laye.

Archiviste-paléographe, conservateur général des bibliothèques, M. Nexon est actuellement responsable du département de la Réserve à la Bibliothèque Sainte-Geneviève. Sa causerie ne présentait pas, essentiellement, son livre paru en 2015, mais avait pour objectif de souligner les liens que Séguier avait entretenus avec Saint-Germain et ses alentours proches.  On sait peu qu’il y est mort, dans ce qui était alors l’hôtel du chancelier, en face du château, sur l’emplacement de l’actuel Hôtel-de-Ville. Les seigneuries de La Verrière, de Saint-Cyr, de L’Etang-la-Ville et de Fourqueux, appartinrent à la famille Séguier, sinon à Séguier lui-même. C’est avec le chancelier que les rois Louis XIII, puis Louis XIV négocièrent éventuellement l’achat de l’une ou l’autre, dont Saint-Cyr.

L’orateur a également insisté sur les liens, complexes d’abord, puis totalement confiants, qui lièrent le chancelier Séguier et la reine Anne d’Autriche. Manière, finalement, d’honorer la mémoire de la Reine, dont on devrait, en 2016, célébrer le trois cent cinquantième anniversaire du décès. Ce fut, de fait, si discrètement ! A croire que la Reine-Mère, écartée des affaires par son royal fils dès 1661, devrait toujours rester un peu dans l’oubli… Pour autant, Yannick Nexon a parfaitement établi l’entente qui s’est nouée entre le chancelier et Anne d’Autriche sur la question religieuse : l’un et l’autre sont “dévots”, mais certainement pas “port-royalistes” : détail peu connu : Séguier qui n’avait pas de fils avait mis tous ses espoirs de se prolonger (professionnellement) dans une manière de fils adoptif, Antoine Le Maistre. La décision de ce dernier de se “retirer” (il fut le premier “Solitaire”) a étrangement bouleversé son “père” adoptif et mentor. Séguier en conçut une exécration définitive pour la mouvance de Jansénius.

Alors même qu’il fut des années durant, à côté d’Anne d’Autriche et de saint Vincent de Paul, le “maître” (sic) de l’Eglise de France puisqu’il tint longtemps entièrement entre ses mains la nomination des évêques, Séguier meurt à Saint-Germain après quelques années de retraite1. Mais il n’a pas pu mesurer ce que “le jansénisme” allait bientôt, après sa mort en 1672 – et pour longtemps ! – causer de troubles dans les esprits comme dans l’Eglise et l’Etat. Sa piété forte lui fait avoir sous les yeux, dans son oratoire privé, pour une contemplation multi-quotidienne, et jusqu’à Saint-Germain, une piéta de Le Brun vraiment bouleversante2, preuve que le XVIIème siècle navigue parfaitement à l’aise sur un catholicisme à la fois sans concessions (ni à l’égard des protestants, ni à l’égard des intransigeances ou des postures outrées), et parfaitement ancré “dans le siècle”, c’est à dire dans le monde, parce que le salut est tout un : pour la vie d’ici-bas, comme pour l’âme.

Il y aurait beaucoup d’autres choses à relever dans cette conférence si riche, dont la collection des reproductions choisies pour illustration du propos. Il me reste surtout à lire le livre et à vous en donner un compte rendu pour retenir précisément ce que Séguier doit au Parlement et réciproquement.

  1. Sa santé décline fortement dès 1666-1667 []
  2. Aujourd’hui à la Réserve du Musée du Louvre, le tableau fit partie des quelque cinq œuvres d’art que le chancelier fait transporter dans sa dernière résidence, sur les cent cinquante tableaux dont il a enrichi une collection absolument remarquable, et trop souvent oubliée []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

L’exil du Parlement à Pontoise comme “déclic” d’une vocation

Je me permets ici un rappel et une relance d’intérêt, en prélude à ma prochaine publication :

Un Gilbert méconnu. Magistrature et quotidien du Parlement de Paris dans le premier XVIIIe siècle1

Les volumes de la collection du Conseil secret du Parlement de Jean Gilbert, notre greffier “De L’Isle”, sont de formation composite, complexe, évolutive. Le “journal” que le Canadien Blake T. Hanna avait cru découvrir, ne commence ni au début de la collection, ni sans hésitation. Dans cette aventure “littéraire” – le mot serait récusé par l’auteur comme inapproprié à l’objet et prétentieux – l’exil de Pontoise a joué incontestablement le rôle de “déclic” : parce qu’il dispose sans doute d’un peu plus de temps qu’à l’habitude, mais surtout parce qu’il remâche – solitaire – l’indignation de la punition que le Régent inflige alors au Parlement (donc à ses “chers” maîtres), Jean Gilbert a décidé, de façon manifestement très ferme, de laisser par écrit la mémoire de ces événements. Il “ouvre” donc un dossier spécial, en choisit le format, différent de celui de ses travaux ordinaires, et se met véritablement à écrire “son” journal : l’on peut dire que ce 21 juillet 1720, Jean Gilbert devient un “diariste”.

Les extraits qui suivent démontrent assez la particularité de la démarche et l’extraordinaire du contexte. Ils sont extraits du Journal du Parlement de Pontoise, édité sans les modernisations que présente l’orthographe des lignes suivantes, dans :

Le Régent, la Robe, et le commis-greffier. Introduction à l’édition intégrale du Journal du Parlement de Pontoise, en 1720, Paris-Saint-Agnan-sur-Sarthe : Association des Amis de Guy Augé, 2013, 359 p.2

Les foudres du Régent

[Fol. 2] Le dimanche 21 juillet 1720, sur les 3 à 4 heures du matin, un grand nombre d’officiers de la maison du Roi, dont presque tous étaient officiers des mousquetaires, et autres, ont porté des Lettres de cachet du Roi à tous Messieurs les présidents et conseillers du Parlement, à Mrs les gens du Roi, dont deux à M. le Procureur général, l’une pour lui en particulier, et l’autre pour faire avertir les avocats et les procureurs, même aux greffiers en chef et principaux commis des chambres, pour se rendre tous à Pontoise dans deux fois 24 heures pour y faire les fonctions de leurs charges, où l’on leur enverrait une Déclaration à cet effet, avec des défenses de s’assembler en la ville de Paris.

Et sur les 4 à 5 heures du matin, les gardes du Roi, avec leurs officiers à leur tête, se sont emparés de toutes les portes dedans du Palais, et plusieurs compagnies des gardes françaises et suisses des cours dont ils ont fermé toutes les portes et mis des sentinelles au-dedans. Il y avait même plusieurs soldats à la porte de Monsieur le Premier président et un exempt auprès de lui, et un sentinelle à la porte de M. Gilbert, greffier en chef, le tout pour empêcher que Messieurs ne puissent s’assembler au Palais ni chez M. le Premier président. Personne n’entrait dans les cours du Palais sans être connu, ce qui a fait grand bruit à Paris et y a fait aller grand nombre de personnes qui disaient, les uns, que le Roi allait venir au Palais tenir son lit de justice, et les autres, que c’était pour le déclarer majeur[1].

Sur les 8 heures du matin, M. le Chancelier fut mandé au Palais-Royal et d’y apporter les sceaux à Monsieur le duc d’Orléans, Régent, ce qu’il fit. Après quelque discussion sur les affaires présentes, M. le Chancelier les laissa à M. le Régent qui les garda pendant 7 heures. M. le Chancelier, revenu une seconde fois au Palais-Royal, supplia M. le Régent de le décharger des sceaux, ne pouvant servir ainsi le Roi de la manière dont il le souhaitait, mais M. le Régent lui ayant demandé ce qui lui faisait peine, si c’était de sceller la déclaration pour transférer le Parlement à Pontoise, à quoi il lui répondit qu’oui [v°] et encore pour toutes les Lettres de cachet envoyées pour cet effet, et tout ce qui se passait, M. le duc d’Orléans lui dit qu’il allait la sceller lui-même, ce qu’il fit, et dit à M. le Chancelier, après l’avoir mandé une seconde fois, qu’il voulait d’autorité qu’il les reprît et les gardât, et que c’était la volonté du Roi, ce qui fit que M. le Chancelier les reprit pour obéir et les reporta chez lui, après encore quelques instances faites pour les laisser et s’en décharger […].

Le lundi 22 juillet, plusieurs de Mrs les présidents et un grand nombre de Messieurs arrivèrent en cette ville de Pontoise (où j’écris ceci) suivant les ordres du Roi et ils eurent de la peine à trouver à se loger commodément n’y ayant eu aucuns ordres donnés pour marquer leurs logis, ainsi que l’on le devait faire (y étant venus par ordre du Roi !). M. Gilbert, greffier en chef[2] , y arriva aussi sur le soir, ainsi que plusieurs autres officiers, ce qui fit un grand mouvement dans la ville pour se loger. J’y arrivai sur les 2 heures après midi, et y fut voir le lieu où l’on devait mettre Messieurs du Parlement pour y tenir leur séance ; j’y trouvai la salle d’audience assez grande pour une ville comme Pontoise, mais le tout en mauvais équipage et mal rangé. Et il arriva encore toute la nuit beaucoup de monde.

[fol. 3] Le mardi 23 juillet, plusieurs de Mrs les présidents, presque tous Mrs les présidents des Enquêtes et des Requêtes du Palais et grand nombre de Mrs les conseillers arrivèrent encore ainsi que Mrs les gens du Roi, plusieurs greffiers, deux avocats (par curiosité), plusieurs huissiers, commis écrivant à la peau, buvetiers et autres officiers du Palais pour le service du Parlement. Sur le midi arriva M. le Premier président qui fut logé à l’abbaye Saint- Martin[3], dans la maison de M. le duc d’Albret, où il reçut l’après-midi la visite de tous Mrs les présidents, de Messieurs et de tous les autres officiers en habit noir et cravate seulement. Les officiers du bailliage et de la ville, au nombre de seize ou dix-huit, le furent aussi saluer, étant tous en robes, et lui firent un petit compliment, la parole portée par le lieutenant-général, à qui il fit un remerciement très honnête. M. Gilbert, greffier en chef, fut l’après-midi voir le lieu où l’on devait tenir la séance du Parlement pour donner des ordres pour l’accommoder, mais trouvant qu’il était difficile de le rendre commode et convenable pour la compagnie, il fut aux Cordeliers[4] voir si l’on trouverait un lieu plus commode et qui pût convenir, afin d’en rendre compte à M. le Premier président pour donner ses ordres sur ce qui convenait faire à ce sujet. Messieurs se sont aussi visités les uns les autres, et l’on voyait dans Pontoise grand nombre de personnes et d’équipages et chacun se logeait comme il pouvait.

Nota que Madame la comtesse de Lautrec et Mlle de Mesmes, filles de Monsieur le Premier président, et Madame la marquise de Fontenille, sa sœur, sont aussi venues et arrivées avec lui en cette ville.

Na Madame la procureuse générale et Messieurs ses enfants aussi venus avec M. le Procureur général […].

Le mercredi 24 juillet, plusieurs de Messieurs et autres officiers comme substituts de M. le procureur général, avocats, procureurs, huissiers et clercs arrivèrent encore en cette ville, ce qui faisait un grand concours de peuple dans les rues et fit renchérir les vivres tant pour les hommes que pour les chevaux, ce qui a obligé M. le [] Procureur général d’écrire treize lettres circulaires à ses substituts des villes des environs de celle-ci, que j’ai écrites, son secrétaire n’étant encore venu, pour faire venir des provisions de bouche, du bois, du foin et de la chandelle. La matinée fut employée par M. le greffier à visiter le château[5] avec plusieurs officiers du lieu pour y prendre les mesures convenables pour y mettre le Parlement en y faisant les réparations nécessaires qui coûteraient plus de dix mille écus. Il en rendit compte ensuite à M. le Premier président en présence d’un grand nombre de Messieurs et des gens du Roi, sans qu’il fût cependant rien décidé, et l’après-midi, il y retourna avec M. le Procureur général et quelques-uns de Messieurs, et ensuite aux Cordeliers et au Grand Vicariat[6] pour voir encore ce qui pouvait convenir pour le mieux, afin de pouvoir prendre le parti le plus convenable et le plus prompt pour assembler la compagnie samedi prochain, et ils tombèrent d’accord que ce serait aux Cordeliers dont Lopinot, tapissier, prit les mesures afin de faire venir de Paris des tapisseries et bancs propres à cet effet[7] […].

Une ambiance…

[Fol. 6] Le dimanche 28 juillet, sur les 2 à 3 heures du matin, M. le prince de Conti (à ce que l’on dit) passa en cette ville pour aller chasser à d’Ennery chez le sieur Charpentier[8]. M. le Premier président a tous les jours été visité d’un grand nombre de Messieurs et avait chez lui une table de 35 couverts. Mrs les présidents d’Aligre et de Lamoignon, Le Peletier, de Maisons[9] et Chauvelin, et M. de Lamoignon de Blancmesnil, avocat général, tenaient aussi table, ainsi que quelques-uns de Messieurs des plus riches, comme je l’ai marqué ci-devant, ce qui a toujours marqué une grande fraternité et une grande union entre tous Messieurs qui composent la compagnie qui, l’on peut dire, ne s’étaient jamais si bien connue que depuis qu’ils sont en cette ville. M. le greffier, très estimé de M. le Premier président et de tous Messieurs, était un des mieux venus chez M. le Premier président, chez Mrs les présidents et partout, même où il y avait des dames qui toutes le demandaient, lesquelles dames, ayant connu son esprit et son mérite, l’ont fait dans la suite coucher bien tard. Dans le cours de la journée, différentes nouvelles de Paris. M. le procureur général en arriva sur le soir et fut voir M. le Premier président à qui il rendit compte de son voyage. L’on m’a dit qu’il lui avait dit que M. le duc d’Orléans avait fort bien reçu l’enregistrement de la déclaration (pour la translation du Parlement), qu’il avait même approuvé que le Parlement l’eût fait de cette manière pour son honneur et sa dignité et qu’il pouvait en assurer la compagnie. Qu’il avait apporté beaucoup d’exemplaires en cette ville (de la déclaration qu’il avait fait imprimer), mais que sortant pour ainsi dire de dessous la presse, ils ne pourraient être distribués à Messieurs que demain. Que le Palais de Paris devait être demain libre et que l’on devait avertir ceux qui auraient donné les clefs aux officiers qui y commandaient, afin de donner des ordres pour qu’elles leur fussent rendues, soit des chambres, soit des greffes, ou des buvettes et autres endroits.

[] : L’on disait pour nouvelles de Paris que les mousquetaires qui gardaient le Palais s’étaient fort amusés et réjouis dans la Grand-Chambre de plusieurs sortes de manières et entre autre que l’un des jours de la semaine dernière, ils avoient pris un chien de Pincemaille[10], qui en est concierge – les autres disaient un chat – qu’ils avoient nommé Law, à qui ils firent le procès ayant nommé plusieurs d’entre eux, les uns présidents, les autres conseillers, et un greffier, que le procès étant instruit, ils le condamnèrent à la question pour savoir le Système[11], que n’en pouvant rien savoir, l’avoient condamné d’être rompu vif et avaient ensuite commué cette mort à celle d’être pendu, et qu’ils avoient tiré entre eux qui le pendrait, ce qui avait été exécuté. Ce qui ayant été su au Palais-Royal, quatre d’entre eux avoient été mis en prison. Quelques personnes contaient cette histoire différemment. Enfin ils devaient demain quitter le Palais qu’ils gardaient depuis huit jours, mais à ce qui a paru, fort inutilement […].

[1] Pratiquement, en juillet 1720, il s’en fallait encore de deux ans et demi pour que Louis XV, né le 15 février 1710, pût être déclaré majeur, comme il le sera effectivement, en lit de justice, le 22 février 1723. Le Journal de la Régence, de Jean Buvat (éd. É. Campardon, Paris, Henri Plon, 1865, t. II, p. 114) accrédite ce bruit d’une anticipation de la majorité ; la rumeur serait venue du Parlement.

[2] Il s’agit donc bien d’un Gilbert de Voisins, exemple significatif de la confusion possible du nom de ces Gilbert avec celui du commis Gilbert dont on comprend bien le « surnom » de De L’Isle.

[3] En fait, le logement était la somptueuse demeure des abbés commendataires de l’abbaye, construite selon les vœux du cardinal de Bouillon, à la fin du XVIIe siècle.

[4] « Grand et magnifique couvent », dit Expilly en rappelant qu’il avait servi de cadre à l’assemblée des États de 1561 (Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, 6 vol. in-fol., t. 5, p. 774).

[5] Sur le château de Pontoise et son histoire, voir I. Storez-Brancourt, « Vers la ‘punition’. Histoire politique et judiciaire des translations sous la Fronde et au XVIIIe siècle », dans S. Daubresse, M. Morgat-Bonnet et I. Storez-Brancourt, Le Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du Parlement de Paris, Paris: Librairie Honoré Champion, coll. “Histoire et archives”, 2007, p. 590 et 702.

[6] Construit entre 1477 et 1483 à la demande de Guillaume d’Estouteville, archevêque de Rouen, le Grand Vicariat est encore aujourd’hui le Musée Tavet.

[7] L’étude de toutes les translations du Parlement révèle cette importance quasi sacrée du lieu même, de la disposition de ses meubles et de sa décoration. Le transfert du mobilier de Paris était donc plus qu’une commodité, un véritable rituel dans ces circonstances. Voir Le Parlement en exil…, op. cit., p. 64, 75, 81, etc.

[8] Très certainement Jacques Charpentier d’Ennery ou son fils Thomas Jacques.

[9] Ce président « de Maisons » et Jean René de Longueil ne sont qu’une seule et même personne.

[10] Il y avait alors plusieurs membres de la famille Pincemaille au Palais, tous receveurs des épices et vacations en la 1e, 2e et 3e des Enquêtes.

[11] Autrement dit, comprendre les dessous du « Système de Law », donc de la révolution institutionnelle réalisée, dans les finances de l’État, sous l’inspiration de l’Écossais.

  1. Paris: SFEDS, à paraître []
  2. La Légitimité, Hors-série n°1, ISSN 0153-2243, AAGA, La Croix d’Epine, 61170 Saint-Agnan-sur-Sarthe []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

La Castille, son roi, les états : notes de lecture

Remis aux éditeurs depuis quelques semaines déjà, le compte rendu de l’ouvrage ci-contre1n’a pas sa place ici : vous pourrez le lire, si vous le souhaitez, dans la prochaine livraison de la Revue d’histoire du droit français et étranger (la bien connue RHD). Ce livre – il n’y paraît pas de prime abord – est un recueil de textes commentés. La présente note de lecture, rapide, reviendra en premier lieu sur la nécessité de ne pas laisser cet opuscule dans l’oubli ni dans l’obscurité : nous savons depuis longtemps, en particulier grâce aux travaux de Jacques Krynen, combien la fin du XIVème siècle et le XVème siècle sont, en France, une période fondatrice en matière d’idées politiques ou “d’idéologie” du pouvoir. Ceci est vrai aussi bien de l’action des rois – on pense spécialement à Charles V2-, que de la multiplication d’écrits, de traités politiques, dont la “doctrine” juridico-politique moderne est particulièrement redevable. Le contenu de l’ouvrage de Béatrice Leroy, Du franc parler en politique, ne démentira pas l’unité véritablement européenne, au moins occidentale, de la forme d’esprit et des principes qui ont présidé à l’émergence de l’ “Etat” dans un Occident (pré-)renaissant. Comme dans l’œuvre de Jean Jouvenel des Ursins, il y a au fond de tous les textes que l’on peut lire dans cet ouvrage, un humanisme foncier qui s’articule, encore au XVème siècle, à un ordre de l’univers, hiérarchique, dominé par Dieu et par la théologie chrétienne vis à vis de laquelle le domaine politique n’a pas alors d’autonomie théorique.

Ma deuxième remarque sera pour observer que, dans l’ensemble des pièces qui participent à l’ordonnancement d’un “bon gouvernement”, selon les auteurs castillans cités, les Cortes n’occupent pas la première place. Hasard du choix opéré par Mme Leroy ? Ou bien réalité du temps d’un effacement relatif de cette institution ? Ces “états” de Castille (et aussi d’Aragon) ne représentent pas, au XVème siècle, à leurs yeux, le contrepoids indispensable aux égarements des rois. Ils en sont un parmi d’autres, peut-être. Je n’ai pas vu, au moins à travers des extraits retenus, de “doctrines” d’un “gouvernement” des “états”. En revanche, l’idée d’un “ordre” intangible, de lois fondamentales, revient constamment d’un texte à l’autre.

Ma dernière remarque sera en forme de requête – ou de suggestion : les morceaux choisis ayant été édités dans une version traduite (par l’auteur de ce livre, sans doute), ne serait-il pas possible – sur un support électronique, par exemple, plus souple que l’édition classique – de donner maintenant une version synoptique des textes choisis : face à face, la version espagnole (on doit dire sûrement : castillane) et la traduction en français proposée ici ? C’est la présence fréquente de certains termes de notre langage commun, en politique, qui m’a amenée à me demander quels étaient les termes originaux. Mon attention a été retenue spécialement par l’emploi réitéré du terme “Etat” dans son acception, aujourd’hui banale, de “pouvoir”. Sauf à revoir les données anciennes de la date d’apparition de ce terme, autour de la parution, puis des traductions, du Prince de Machiavel, on aimerait vraiment s’assurer que les auteurs castillans ne s’en servent pas textuellement.  La balle est dans le camp de l’auteur : Madame Béatrice Leroy y trouvera, je l’espère, la marque de l’extrême attention que j’ai prêtée à la lecture de son travail, en tous points digne du plus grand intérêt.

  1. Béatrice Leroy, Du franc parler en politique. Aimer et devoir écrire aux souverains en Castille au XVe siècle, Limoges, PULIM, 2014 []
  2. Outre l’auteur cité plus haut, il faut se référer aux livres de Françoise Autrand, sa biographie de Charles V, mais aussi sa thèse sur le Parlement []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Avis de décès du “découvreur” de Gilbert de L’Isle, Blake T. Hanna

Le Professeur Benoît Melançon, directeur du Département des littératures de langue française à Université de Montréal1, publie chaque mois sur internet une notice bibliographique du plus grand intérêt sur les dernières publications en langues française et étrangères sur le XVIIIe siècle français. Il a la grande libéralité de faire profiter ses abonnés, dont j’ai l’honneur d’être, de l’actualité historiographique sur ce thème. Nous ne l’en remercierons jamais assez, puisqu’il nous permet, accessoirement, d’alimenter BibliParl de nouveautés historiographiques concernant le(s) Parlement(s) et cours souveraines.

Aujourd’hui, il vient d’adresser à ses correspondants un avis de décès : celui du regretté Professeur Blake Thompson Hanna. Ce dernier vient de mourir le 6 avril. Né en 1927, il s’est donc éteint à 88 ans. Longtemps professeur (passionné et, paraît-il, passionnant) au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal (1957-1992), il a publié des travaux sur la littérature du Siècle des Lumières, notamment sur Diderot, dont il a beaucoup étudié les années de formation, et sur d’Alembert et l’Encyclopédie.

Je me permets de lister ici l’extrait de sa bibliographie composé par le professeur Melançon :
– «Mémoires pour servir à l’histoire de la vie et des ouvrages de M. Diderot par Mme de Vandeul, sa fille», dans Diderot, Œuvres complètes, Paris, Hermann, 1975, vol. I. Texte présenté, établi et commenté par Arthur M. Wilson et Blake T. Hanna.
– «Diderot théologien», Revue d’histoire littéraire de la France, 78, 1, janvier-février 1978, p. 19-35.
– «Mather Flint et la prononciation de l’anglais vers 1750», dans Guy Rondeau, Gilles Bibeau, Gilles Gagné, Gilbert Taggart et Jean Darbelnet (édit.), Vingt-cinq ans de linguistique au Canada. Hommage à Jean-Paul Vinay par ses anciens élèves, Montréal, Centre éducatif et culturel, 1979, p. 363-375.
– «Le Frère Ange, Carme déchaussé, et Denis Diderot», Revue d’histoire littéraire de la France, 84, 3, 1984, p. 373-389.
– «Denis Diderot : formation traditionnelle et formation moderne», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 5, octobre 1988, p. 3-18.
– «Denis Diderot : formation traditionnelle et formation moderne», Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 264, 1989, p. 719-721.
– «D’Alembert à l’université», dans Ulla Kölving et Irène Passeron (édit.), Sciences, musiques, Lumières. Mélanges offerts à Anne-Marie Chouillet, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, coll. «Publications du Centre international d’étude du XVIIIe siècle», 11, 2002, p. 37-45.
– «Les archives Wilson», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 36, avril 2004, p. 159-163.
– «Glane. “Coup de boule” à Langres en 1730», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 43, 2008, p. 159-160.

Nous placerons à part un article qui a été à l’origine de ma propre identification du personnage qui retient majoritairement mon attention et mon temps de travail depuis au moins sept ans : Jean Gilbert, mon greffier préféré :

«Jean-Gilbert DeLisle, le Samuel Pepys français», Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 304, 1992, p. 885-888.

J’ai vainement cherché à joindre le Professeur Hanna fin 2004 et en 2005, par tous les moyens, téléphoniques et internet, mais sans réponse aucune. Or il a été le premier à exhumer ce personnage que j’ai découvert en 2001-2002 par des recueils de la série U des Archives nationales de France, qui lui étaient attribués ou bien sur lesquels il s’était explicitement identifié.  Vous savez tous qu’il est au centre de mes derniers travaux sur le Parlement de Paris. Or en 2005, j’avais une question cruciale à poser  à Blake T. Hanna  : il révélait dans son article avoir retrouvé, en date de 1735, le contrat de mariage de la fille de celui qu’il croyait pouvoir prénommer, à tort, Jean-Gilbert. Il s’agissait a priori d’une pièce du Minutier central parisien, et je n’ai jamais réussi à refaire le chemin de sa trouvaille. Je reste naturellement ouverte à toute suggestion !

Pour le détail de la vie de Blake T. Hanna, voir :

http://plus.lapresse.ca/avis-de-deces/13c828a5-ec2a-4c48-a815-658084d98021.html

A la famille, je présente mes condoléances les plus intellectuellement sincères.

  1. Directeur scientifique des Presses de l’Université de Montréal, Membre de la Société royale du Canada, Membre de l’Ordre des francophones d’Amérique []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Du nouveau sur les officiers des Princes et des Rois d’Ancien Régime, des Parlements à la justice seigneuriale,

Controler et punir couv. 120koAvis de parution : FOLLAIN, Antoine (dir.), Contrôler et punir les agents du pouvoir. XVe XVIIIe siècle, Dijon, EUD, 2015, 256 p.
ISSN : 2269-8000     ISBN : 978-2-36441-121-0

Contrôler et punir interroge l’Histoire sur certaines des plus graves inquiétudes politiques actuelles : l’insuffisance, l’indignité, voire la corruption, des dépositaires de l’autorité publique. Les onze contributions abordent à l’époque de création de l’« État moderne » les questions essentielles du statut des représentants du pouvoir, de leur choix, de leur responsabilité et de leur éventuelle punition. Il est difficile de trouver des cas qui soient suffisamment documentés, car souvent (déjà !) on préférait occulter les fautes et la punition des agents indignes. Mais plusieurs exemples ont été trouvés et sont traités complètement, depuis le lorrain Barisel jusqu’au financier breton François Miron, en passant par les Aoustenc en Languedoc qui, même au temps de Louis XIV, sont demeurés intouchables. L’illustration de couverture évoque la punition de l’un des personnages du livre qui pensait que sa fonction publique lui donnait davantage de droits qu’aux gens ordinaires. Son juge le fit « déquarteler » pour haute trahison, justement parce que sa fonction induisait tout au contraire des devoirs plus grands.

http://eud.u-bourgogne.fr/429-controler-et-punir-9782364411210.html

VONACH, Maryvonne, Introduction.

FIDE ET OBSEQUIO (partie 1)

MICHON, Cédric, « Les conseillers du Prince dans l’Europe de la renaissance, théorie et pratique » ;
SOLIGNAT, Anne-Valérie, « Administrer la seigneurie et l’Etat royal au XVIe siècle. Les officiers seigneuriaux d’Auvergne, premiers rouages administratifs et judiciaires du royaume » ;
BLANQUIE, Christophe, « Nommer et pourvoir aux offices royaux et seigneuriaux : des pratiques aux principes communs » ;
MEYZIE, Vincent, « L’autorité administrative des officiers moyens de justice : fondements, aspects et limites » ;
BRANCOURT, Isabelle, « Du Parquet à la Chancellerie de France : d’Aguesseau et le contrôle des juges d’après des sources inédites ».

‘OFFICIERS LARRONS FAULT METTRE EN ROUE’ : ETUDES DE CAS (partie 2)

FERSING, Antoine, « Une belle carrière qui finit mal : retour sur le procès fait à Claude Vallée, prévôt de Clermont, dans la première moitié du XVIe siècle » ;
LE PAGE, Dominique, « François Miron de Villeneuve ou les paradoxes d’une carrière d’officier de finances au XVIe siècle » ;
FOLLAIN, Antoine, « Blaison Barisel : le pire officier du duc de Lorraine, érigé en coupable exemplaire par Nicolas Remy en 1573 » ;
LARGUIER, Gilbert, « Officiers délinquants aux marges du royaume dans le diocèse civil d’Alet-Limoux en Languedoc (1639-1669) » ;
PIANT, Hervé, « Pour l’honneur de la magistrature : honnêteté et corruption des magistrats dans la justice d’Ancien Régime. Deux exemples lorrains au XVIIIe siècle ».

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts