Le Parlement et la Loi

Une parution récente à noter

Elise Frêlon, maître de conférence à l’Université de Poitiers, publie sa thèse chez De Boccard .

Intitulé Le parlement de Bordeaux et la « loi » (1451-1547), l’ouvrage compte 738 pages, une recension des sources et de la bibliographie et un index des noms et des matières (p. 655 à 732). Dans la plus pure tradition des thèses d’histoire du droit, il se décompose en deux parties, la première consacrée au parlement de Bordeaux « auteur de la loi », la seconde au parlement « gardien de la loi ».

La lecture de la préface du Professeur Albert Rigaudière pose admirablement les enjeux et la problématique du travail d’Elise Frêlon. Il ne s’agit pas d’une « histoire » (de plus ?) du parlement de Guyenne. D’ailleurs, le créneau chronologique choisi, de la création première du parlement en 1451 (la date retenue dans l’historiographie, de 1462, marquant l’institution définitive par Louis XI d’une cours que la reconquête de la Guyenne sur les Anglais jusqu’à la bataille de Castillon, en 1453, a quelque peu perturbée) jusqu’à la mort de François Ier, fixe l’attention sur une période peu étudiée jusqu’à présent, du moins dans l’historiographie récente. Bien sûr, Elise Frêlon s’est attachée au contexte de son propos, jamùais elle n’élude le poids des circonstances, des événements, en somme « le cours de l’histoire », mais elle réalise ici un vrai travail d’histoire du droit : la conception, la création de la loi et le processus de son édiction, les fondements juridiques et doctrinaux de la législation, telle qu’elle se lit dans les registres du parlement de Bordeaux dont le ressort est l’un des plus importants de la France de la première « modernité », sont au centre d’un ouvrage dont un simple coup d’œil révèle d’emblée l’importance et l’intérêt. Avec audace et sûreté, l’auteur revient sur la « romanité » cachée de la « loi » édictée par le parlement. Une question qui, face à l’opinion répandue et ardemment défendue par certains auteurs de « la mise hors-la-loi » du droit romain dans la France d’Ancien Régime, mérite toute l’attention des spécialistes.

 


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.