Séminaire Montesquieu de l’UMR 5037 (ENS_Lyon) – 2011-2012

Après la rencontre du 27 novembre 2011 (http://montesquieu.ens-lyon.fr/spip.php?article887), le deuxième volet du Séminaire (Re)lire L’Esprit des Lois aura lieu le vendredi 30 mars à l’ENS de Lyon. Une affiche de la journée est en préparation qui sera accessible prochainement. Le programme est actuellement le suivant :


Ouverture : 10h30
Denis de CASABIANCA (Marseille), Une politique tirée de l’Écriture sainte. Montesquieu versus Bossuet : qu’est-ce qu’un « écrivain politique » ?
Norbert CAMPAGNA (Luxembourg), Montesquieu et le pouvoir de juger
Reprise : 14h 30
Isabelle BRANCOURT (UMR 5037, Lyon), D’Aguesseau et Montesquieu : influence réciproque ou parallélisme concurrent ? (résumé ci-dessous)
Antoine JANVIER (Université de Liège), Montesquieu, Althusser et le problème de l’éducation.

Giovanni PAOLETTI (université de Pise), Traduire L’Esprit des lois en italien (livres XX-XXXI)

Le séminaire est organisé et animé par Catherine Volpilhac-Auger et Luigi Delia

Pour tout renseignement : Luigi DELIA
Chercheur de l’École pratique des hautes études
LabEx HASTEC – UPR 76 Centre Jean Pépin du CNRS  luigidel@gmail.com

« D’Aguesseau et Montesquieu : influence réciproque ou parallélisme concurrent ? » par Isabelle Brancourt

Résumé 

Une connaissance un peu approfondie de la personnalité, de la carrière, des œuvres et de la postérité d’Henri François d’Aguesseau, attire inévitablement l’attention sur de nombreux paradoxes et interrogations.  Parmi elles, la question des relations entre le chancelier et Montesquieu, de vingt ans son cadet, de la réception et de l’influence comparées de leurs écrits et de leur pensée.  

Du Napoléon du Code civil à 1848, au moins, la pensée politique française a hissé d’Aguesseau et Montesquieu, côte à côte, au rang de piliers du droit et de la modernité. Statuaire des Palais de justice (comme à Amiens) et discours de la magistrature ou de l’Université illustrent cette fraternité intellectuelle supposée. Dès les années 1780, le familier des écrits juridiques et politiques est frappé de la fréquence des citations associées ou alternées de ces deux illustrations de la Robe. Ainsi en est-il, entre autres, du « Discours sur l’étude de la procédure » d’Eustache-Nicolas Pigeau, introduction maintes fois rééditée de sa somme en 2 volumes in-4°, La Procédure civile du Châtelet etc. De part et d’autre de la Révolution, inspirateur direct du Code de procédure civile de 1806, Pigeau est représentatif d’une génération qui ne concevait pas autrement D’Aguesseau et Montesquieu que conjointement et complémentairement. Pourtant, l’un n’est-il pas plutôt symbolique de la tradition monarchique et le second de l’émergence des Lumières ?

D’Aguesseau a-t-il seulement rencontré, connu, eu quelque relation avec Montesquieu ? L’hypothèse, bien que peu probable en l’état actuel de nos connaissances, mérite d’être approfondie par l’étude des cercles et réseaux intellectuels fréquentés par nos deux grands magistrats. Plus profondément, la pensée de d’Aguesseau, telle qu’elle apparaît dans ses œuvres principales (Essai d’une institution au droit public, Méditations métaphysiques, Fragments sur l’origine du droit de remontrance, ses lettres philosophiques), frappe l’oreille du lecteur attentif d’une résonance singulièrement proche de L’esprit des Lois. « Re(Lire) Montesquieu » à la lumière de d’Aguesseau, c’est s’interroger sur les origines communes de leur inspiration et sur leurs points de convergence ou de divergence.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.