Nouvelles de la République des Lettres parlementaires

Après un temps de silence assez long, je dois à mes lecteurs une explication :

Un détail

je change de laboratoire et les démarches, rédaction de projets, demandes et lettres diverses, m’ont occupée entièrement avant que quelques vacances (pluvieuses !) ne viennent réparer de cette année de travail les réparables fatigues.

A la rentrée prochaine, je n’appartiendrai donc plus au Centre d’étude d’histoire juridique (CEHJ), ni à l’Institut d’histoire du droit, dont le CEHJ est un des départements. L’UMR 7184 ne sera plus le lien institutionnel principal de ce blog, pas plus que le premier de ses partenaires contractuels, les Archives nationales de France. Les premiers deviendront des liens privilégiés, éventuellement des occasions de collaboration. Ils resteront des lieux d’amitié.

Pour autant, ne quittant pas le CNRS, je n’abandonne pas non plus le terrain de ma recherche : le Parlement de Paris, plus largement, l’histoire de la justice ancienne, des institutions judiciaires, de l’Etat, des idées politiques et de la philosophie du droit. Intégrant l’Institut d’Histoire de la Pensée Classique, rattaché à l’ENS de Lyon (UMR 5037), j’y « importe » le Parlement, moins sous l’angle de la procédure judiciaire (encore que…) que sous l’angle essentiel de la « pensée » : pensée des juristes, idéologie parlementaire et enjeux politico-religieux du milieu de la Robe, à l’époque moderne, de la première modernité à la Révolution. Peut-être la magistrature prendra-t-elle le pas sur la procédure, mais rien de ce qui peut expliquer l’évolution générale de la civilisation française entre la Renaissance et les Temps contemporains ne sera exclus a priori du champ de ma recherche.

Aperçu de mon agenda

La reprise régulière de mon Carnet sera le reflet de mes travaux actuels, fixés par les échéances de l’automne :

          A la suite de mes notes de lecture du numéro 3. 2010 de la revue Histoire, Economie & Société intitulé « Cassation et évocations : le Conseil du Roi et les Parlements au XVIIIe siècle », je proposerai pour conclure une réflexion sur ce que l’on appelle « la justice retenue », thème déjà annoncé d’ailleurs dans de précédents billets.

          Parallèlement à la publication de mon prochain livre dont l’édition est en cours[1], je reprends les livraisons successives de mon « Carnet De L’Isle » : orthographe rectifiée, et pour cause : comme mes lecteurs le savent depuis décembre dernier, Delisle ne s’appelle pas « Delisle », mais Gilbert, « surnommé » De L’Isle. Je me suis arrêtée au milieu de l’année 1730, je reprendrai donc en juin de cette même année.

          En réponse à la demande de collaboration de M. Bruno Méniel pour son ANR Juslittera, je dois rédiger encore les notices biographiques de deux écrivains juristes du XVIIIe siècle, le président Hénault et l’avocat Mathieu Marais.

          Je termine pour la fin août le compte rendu d’une des toutes dernières publications sur le Parlement pour la revue Histoire, Economie & Société ; il s’agit de : Hommes et gens du roi dans les parlements de France à l’époque moderne (sous la direction de Caroline Le Mao), Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Bordeaux, 2011.

          Ajoutez pour novembre prochain deux contributions à des ouvrages sur le Parlement et ses archives, sur sa justice et ses juges…

Conclusion : beaucoup de travail passionnant en perspective !

 


[1] Le Régent, la Robe et le commis-greffier. Introduction au Journal du Parlement de Pontoise en 1720.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à IHD-Jean Gaudemet (Université Paris 2-Panthéon-Assas - CNRS), en partenariat avec l'IHRIM (ENS Lyon - CNRS) pour le séminaire "Parlement(s), lui-même soutenu par le LabEx COMOD depuis 2012.

More Posts


Une réflexion sur « Nouvelles de la République des Lettres parlementaires »

  1. Bonjour,
    J’ai cru comprendre qu’il existait une souscription pour l’ouvrage “Le Régent, la robe et le commis-greffier”, or, je ne la trouve nulle-part, aussi si vous aviez la possibilité et la gentillesse de me renseigner, je vous en serais très reconnaissant. Merci de votre réponse. H.L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.