La dispersion du Parlement. 1753-1754

🙂 Note de la rĂ©daction :

Il faut saluer ici l’importante Ɠuvre accomplie par MaĂźtre Durieux dans les collections de l’avocat Le Paige.  Indispensable Le Paige ! Le sĂ©minaire de Catherine Maire, Ă  l’EHESS, sur l’Eglise dans l’Etat, a constituĂ© le cadre de l’Ă©tude d’un lot particulier des papiers rassemblĂ©s par cet inlassable collectionneur et copiste que fut Louis-Adrien Le Paige. Catherine Maire vient de mettre en ligne le rĂ©sultat de ce travail (plus de 400 pages !), qui est une Ă©dition de sources abondamment annotĂ©e. Le document qu’ouvre le lien placĂ© ci-dessous :

https://www.scribd.com/full/31247434?access_key=key-nhyz4bdgxd0o3efq31e

est une collaboration remarquable Ă  l’histoire du Parlement au XVIIIe siĂšcle et Ă  l’accĂšs aux sources. Nous en fĂ©licitons l’auteur de tout cƓur et lui souhaitons de nombreux lecteurs. Parmi ces derniers, ceux qui auront dĂ©jĂ  jetĂ© un Ɠil à  Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du parlement de Paris (Librairie HonorĂ© Champion, 2007), mesureront le caractĂšre complĂ©mentaire des sources prĂ©sentĂ©es par MaĂźtre Durieux et de celles qui ont Ă©tĂ© utilisĂ©es dĂ©jĂ  pour l’histoire de l’exil de Pontoise. Preuve supplĂ©mentaire qu’en matiĂšre de Parlement, surtout au XVIIIe siĂšcle, les regards multiples et croisĂ©s sont la condition de tout travail d’histoire. [I. Brancourt].

La crise parlementaire de 1753

ExcĂ©dĂ© par les Refus de sacrements, le parlement de Paris avait arrĂȘtĂ© au mois d’avril 1753 de longues remontrances pour supplier le roi de « ne plus abandonner son autoritĂ© entre les mains des EcclĂ©siastiques qui en abusent avec indĂ©cence ». On sait que Louis XV n’ayant pas voulu les recevoir, les magistrats avaient dĂ©cidĂ© de cesser le service tant qu’il maintiendrait son refus ; les membres des EnquĂȘtes et des RequĂȘtes avaient Ă©tĂ© aussitĂŽt frappĂ©s de relĂ©gation, et ceux de la Grand’Chambre invitĂ©s Ă  se rendre Ă  Pontoise oĂč le parlement Ă©tait dĂ©placĂ©, avant que d’ĂȘtre relĂ©guĂ©s Ă  Soissons. Une chambre royale composĂ©e de commissaires Ă©tait chargĂ©e de remplacer le parlement ainsi dispersĂ©, provoquant force sarcasmes, et l’hostilitĂ© des juridictions infĂ©rieures. Seize mois s’écouleront avant « l’heureux retour ».

Les documents collectionnĂ©s par l’avocat jansĂ©niste Louis Adrien Le Paige et conservĂ©s Ă  la BibliothĂšque des Amis de la SociĂ©tĂ© de Port-Royal permettent de mieux comprendre les causes, les enjeux et les consĂ©quences de ce long Ă©pisode qui a profondĂ©ment marquĂ© le milieu du dernier siĂšcle de l’Ancien RĂ©gime. Ces pages sont riches en effet des grands principes dĂ©fendus par le parlement, mais aussi des drames personnels vĂ©cus par les exilĂ©s ; elles font revivre avec une Ă©tonnante prĂ©cision la pratique judiciaire quotidienne, les intrigues de la Cour et les luttes d’influence au sein du ministĂšre ; elles montrent enfin comment circulait l’information entre les diffĂ©rentes « colonies » du  parlement dispersĂ©.

C’est pourquoi il nous a paru utile de les mettre en ordre et de les commenter, pour les rendre facilement accessibles.

A.D.



Citer ce billet
A. Durieux (2010, 16 mai). La dispersion du Parlement. 1753-1754. Parlement(s) de Paris et d'ailleurs (XIIIe-XVIIIe s.). ConsultĂ© le 20 mai 2024, Ă  l’adresse https://doi.org/10.58079/sqky

Une réflexion sur « La dispersion du Parlement. 1753-1754 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.