Nature et objectifs de ce carnet de recherche

Après un an de mise en ligne

« Parlement de Paris » se doit de s’expliquer… un peu. Avec un flux croissant de visiteurs, il prend aujourd’hui une allure un peu différente, vous l’aurez compris, pour une meilleure lisibilité de l’information qu’il contient : classés par catégories hiérarchisées (ligne active supérieure au bas du bandeau d’accueil), les billets sont donc plus faciles à identifier, plus faciles à retrouver. Les pages statiques (ligne inférieure au bas du bandeau) continuent de jouer le rôle de repères stables, de fil d’Ariane, et d’éléments de synthèse des principaux centres d’intérêt de cette « chronique d’une recherche dans des archives hors norme ». Les colonnes latérales fournissent des renseignements complémentaires (tel ce nuage de mots-clefs qui renvoient aux billets concernés) : ils facilitent aussi la navigation ; elles établissent les liens avec les sites proches ou complémentaires1.

Derrière cette entreprise minuscule

Il y a surtout une équipe épatante, celle du CLEO, entièrement consacrée à la promotion de l’édition électronique ouverte, une équipe « invisible » au lecteur de ce carnet, mais toujours présente, efficace, pédagogue. Il y a donc un esprit « Hypothèses » et une charte de confiance de l’utilisateur à laquelle il serait inconcevable de déroger : cet esprit est fait à la fois de rigueur scientifique, parce que nous appartenons à un grand organisme de recherche, et de générosité, parce que l’objectif premier de ce blog scientifique n’est pas certes de « se » raconter, mais bien de tendre un peu le flux de la communication scientifique, d’activer, si cela est possible, la « réactivité » de nos recherches en acceptant de les confronter au fur et à mesure à l’expérience des autres, donc à l’éventuelle critique. Ce carnet est bien un blog parce qu’il ouvre au lecteur un espace de discussion qui, écrasant les distances, rapproche les points de vue et stimule la réflexion pour un progrès véritablement collectif de la connaissance. Dans le domaine si spécifique du Parlement de Paris, une institution sans exemple, aux archives hors norme, c’est plus indispensable que dans bien d’autres domaines. A la confluence de l’histoire de l’Etat, du droit et des institutions, des mœurs et de la société, des crises et des conflits politiques, des violences et des crimes, des propriétés et des modes de transmission, de la culture… le Parlement requiert du chercheur une modestie à la mesure de sa persévérance, et réciproquement.

Offre de collaboration nationale et internationale

Répondant à ses objectifs premiers2, ce carnet de recherche n’est pas une aventure solitaire. Parce que les recherches « en Parlement » sont hors des limites d’une vie, et même d’une seule équipe de recherche, cette entreprise a toujours été conçue comme le lieu d’une collaboration aussi ouverte que possible, tant sur le plan des disciplines que de la géographie. Lieu privilégié de l’interdisciplinarité, le Parlement est aussi l’occasion de multiples rencontres. Il y a dans la supranationalité d’Internet et dans sa réactivité le moyen de créer ou de rendre visible une véritable petite « République » des lettres parlementaires. Qu’on l’appelle réseau de recherche ou autrement, peu importe pourvu que la réalité corresponde à cet idéal.

Ce que l’on peut lire et écrire sur « Parlement de Paris »

Contrairement à une revue, même électronique, un carnet de recherche n’a pas pour vocation de porter des articles scientifiques achevés. Pourtant, véritable entreprise d’édition, il est un lieu de publication. S’il peut être fondamentalement beaucoup de choses différentes, « Parlement de Paris » est un site qui s’est fixé principalement trois objectifs :

1° la divulgation d’hypothèses, donc le dévoilement de projets de recherche en cours de réalisation ou « sur rampe de lancement ». La recherche dans ce domaine particulièrement complexe du Parlement ne peut aboutir souvent qu’en de nombreuses années. Délimiter un champ d’investigation, dater le début d’une entreprise, tout cela est aussi indispensable que de confronter, quand il en est encore temps, ses intuitions à la réalité de l’expérience d’autrui. Affaire de rendre à César, ce qui lui appartient…

2° l’orientation de tous ceux qui s’aventurent sur ce terrain dans le dédale des sources et de la bibliographie. L’inflation éditoriale dans notre secteur est à la mesure du regain d’intérêt que lui manifeste notre génération.

3° l’accompagnement de projets de publication. Qu’il s’agisse de livres, par exemple d’éditions de sources manuscrites, ou de comptes rendus et d’articles, les premières ébauches, les réflexions préliminaires, les esquisses ne retirent rien, au contraire, à l’intérêt de la publication définitive. Mieux préparée, elle n’en sera que plus attendue.

Alors, laissez-vous tenter…

  1. Avis à ceux qui seraient chagrinés de ne pas figurer dans la liste actuelle : il suffit de se signaler à l’administrateur du carnet. Merci d’avance []
  2. Cf. le premier billet de ce blog, février 2009 []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.