Dans la tête de Julien Brodeau, avocat au Parlement de Paris

Ou qu’est-ce que l’analyse d’une bibliothèque peut nous apprendre de son artisan ?

Yves Le Guillou

[Ce texte est l’édition, avec sa permission et sous son contrôle, de la communication d’Yves Le Guillou, au séminaire “Parlement(s) et cours souveraines” du 21 avril 2023, à l’Institut d’Histoire du Droit Jean Gaudemet. NDLR]

Ma conférence va porter sur la présentation de mon livre

Topographie d’une bibliothèque : le portrait par ses livres d’un juriste dans la société parisienne du XVIIe siècle.

Chaque terme du titre a son importance : je suis parti d’un inventaire de bibliothèque pour en dresser un plan à la manière d’un archéologue sur un champ de fouilles. A partir de là, j’ai essayé de dessiner le portrait intellectuel et spirituel de l’artisan de cette bibliothèque, à savoir l’avocat au Parlement de Paris Julien Brodeau, tout en l’inscrivant dans le contexte social de l’époque. J’ai ainsi essayé d’établir un lien entre le patrimoine social et le patrimoine culturel de cet homme et de sa famille.

Ce travail apporte quelques éléments nouveaux sur l’histoire du monde judiciaire au XVIIe siècle, en particulier le monde des avocats. Afin d’éviter tout quiproquo, je dois préciser dès maintenant que ce travail est l’œuvre d’un bibliothécaire-historien et non celle d’un historien du droit.

L’objet de mon travail était aussi de proposer une méthode de calcul de la progression sociale au sein de l’univers judiciaire de l’Ancien régime. Ce qui m’a amené à réfléchir sur les classifications sociales en même temps que sur les classifications du savoir.

L’histoire de la bibliothèque de Julien Brodeau ne peut s’écrire en dehors de l’histoire de la famille Brodeau elle-même. Depuis François Brodeau, le grand-père, jusqu’à Julien, c’est-à-dire sur trois générations, les Brodeau font profession d’avocat au Parlement de Paris. Je savais depuis ma thèse d’Ecole des chartes que les avocats ne constituaient pas un monde homogène et que l’on comptait parmi eux aussi bien des gens désargentés que des grosses fortunes. La profession d’avocat était souvent exercée temporairement par des licenciés en droit dans l’attente d’acheter un office de judicature. Souvent, l’achat de l’office se faisait sur deux générations ; le père avocat accumulait la fortune qui permettait au(x) fils (qui pouvaient être plusieurs) d’acheter le ou les offices. C’est le cas par exemple des Bouthillier que j’ai étudiés dans ma thèse des Chartes. L’avocat Denis Bouthillier achète un office de trésorier de France à son fils Denis (fondateur de la branche des Bouthillier de Rancé) et un office de conseiller au Parlement de Paris à son fils Claude, qui deviendra plus tard surintendant des finances. On retrouve le même schéma chez les Brodeau.

J’ai retracé la vie de la bibliothèque de Julien Brodeau depuis sa naissance (de la bibliothèque), vers 1597, jusqu’à sa mort en 1698. Parallèlement à la vie de la bibliothèque, j’ai étudié la vie de la famille Brodeau dans un champ chronologique un peu plus large, depuis les années 1540 jusqu’en 1702, date de la mort de Julien Brodeau, fils de Julien Brodeau. Mais surtout, j’ai donné une édition de l’inventaire des livres de Julien Brodeau assortie de quelques index qui facilitent la navigation dans cette masse d’informations.

Aujourd’hui, je vais concentrer mon propos sur Julien Brodeau comme juriste et sur la partie de sa bibliothèque qui était consacrée au Droit. Je vais notamment décortiquer l’inventaire de la bibliothèque pour jauger ce que j’appellerai, par facilité, le gallicanisme de Brodeau, une question qui se situe à l’intersection du droit, du politique et du religieux. Mais avant cela, j’aimerais poser le contexte social dans lequel Julien Brodeau élabore sa bibliothèque.

Qui est Julien Brodeau, avocat au Parlement de Paris ?

Sur Julien Brodeau lui-même, les dictionnaires biographiques sont quasiment muets, à commencer par le plus récent d’entre eux, le Dictionnaire historique des juristes français, dont la dernière édition publiée en 2015, ne consacre pas plus de dix-sept lignes à cet avocat, dans une notice erronée quant à son lieu et sa date de naissance. Pourtant, l’historien et docteur en droit Adolphe Tardif (1824-1890), qui fut successivement avocat au barreau de Paris et titulaire de la chaire d’histoire du droit civil et canonique à l’École des chartes, souligne, dans son Histoire des sources du droit français, l’importance de l’oeuvre de Brodeau jusqu’au XIXème siècle. La simple consultation de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert nous révèle vingt-cinq citations de Brodeau dans vingt-trois articles différents.

Julien Brodeau naît en 1583 et non en 1585 comme l’indiquent les dictionnaires biographiques, à Paris et non à Tours. Il est issu d’une lignée d’avocats au Parlement de Paris.

Ses grands-pères François Brodeau et Julien Lepelletier et son père Charles étaient avocats. Julien Brodeau a un demi-frère, Jean Brodeau, qui sera aussi avocat au Parlement de Paris. Ce Jean Brodeau, qu’il ne faut pas confondre avec le chanoine de l’église Saint-Martin de Tours, oncle de Julien et éditeur de textes antiques, élaborera une belle bibliothèque à la fin du XVIe siècle, bibliothèque dont héritera Julien Brodeau à la mort de son frère en 1597.

Julien Brodeau est porté sur les fonts baptismaux par son oncle et parrain Julien Lepelletier (à ne pas confondre avec le grand-père du même nom), docteur régent en la faculté de théologie et curé de Saint-Jacques de la Boucherie. Ce Julien Lepelletier est un « ligueur de pointe », selon l’expression de Robert Descimon, qui pousse à l’attentat contre le président Brisson. Julien Brodeau naît et grandit dans une famille marquée par la Ligue.

En 1610, il épouse Marie Mérault, fille de Pierre Mérault, receveur des consignations des requêtes du Palais. Ce mariage sera déterminant dans l’évolution sociale de la famille Brodeau. Julien Brodeau contracte une alliance dans un milieu au poids social très nettement supérieur au sien. Pierre Mérault, son beau-père, a été trésorier du duc d’Aumale : c’est donc lui aussi un fervent partisan de la Ligue. La famille Mérault, étendue et anciennement parisienne, se trouve au cœur de parentèles qui se confondent avec un large groupe social, unissant les représentants de différents centres de pouvoir à Paris (Hôtel de Ville, cours souveraines, fermes fiscales, Châtelet etc.).

La famille Brodeau au Parlement de Paris

C’est par Julien Brodeau que la famille Brodeau va quitter le milieu des avocats et des procureurs au Parlement de Paris pour s’agréger à celui des conseillers. On a vu que par son mariage Julien Brodeau s’alliait au monde de la finance. Si lui-même ne quitte pas sa profession d’avocat, son fils et ses filles entreront dans le monde de la magistrature.

La première fille, Marie Brodeau, épouse en 1634 Pierre Lalement, alors conseiller au Parlement de Metz. Les Lalement constituent, comme les Mérault, une famille parisienne d’ancienne souche. Pierre Lalement deviendra conseiller au Pt de Paris en 1642 puis maître des requêtes ordinaires de l’hôtel en 1652.

La deuxième fille, Catherine Brodeau, épouse en 1643 François Quatresolz, conseiller au Parlement de Paris. Même si la famille Quatresolz n’a pas la surface sociale des Lalement, cette nouvelle alliance conforte l’installation des Brodeau dans le monde des magistrats du Parlement de Paris où les deux beaux-frères vont se côtoyer.

Quant à Julien II, son office de conseiller au Parlement de Paris est acheté en 1652 et Julien II est reçu au Parlement en 1654. En 1657, il épouse Madeleine Beschefer, fille du premier substitut du procureur général. Il faut noter que la charge de premier substitut du procureur général au Parlement que possédait Jean Beschefer, le père de la future, se classe loin derrière un office de conseiller dans une cour souveraine.

La famille Brodeau au sens large prend part d’une manière active à la Fronde, en particulier Pierre Lalement et François Quatresolz. Ces deux derniers jouent au Parlement un rôle certain dans le mouvement de révolte. On connaît leurs interventions dans les débats grâce au journal de Pierre Lalement lui-même et à celui du conseiller Jean Le Boindre. Les deux beaux-frères ne font pas partie des frondeurs extrémistes. Lalement et Quatresolz prennent même la défense des traitants, si détestés par la Cour. Il faut dire que leur oncle par alliance Pierre II Mérault est un des principaux traitants de l’époque. Si l’on connaît assez précisément la participation des conseillers Lalement et Quatresolz à la révolte de la Fronde, on connaît moins celle de l’avocat Julien Brodeau leur beau-père. Il semble cependant que ce dernier ait profité de la vente de la bibliothèque du cardinal Mazarin en 1652 pour enrichir sa propre bibliothèque.

A la mort de Julien Brodeau en 1653, la famille Brodeau a réalisé une progression sociale prodigieuse par rapport à la génération précédente. Julien Brodeau laisse une fortune que j’estime à environ 600 000 livres, ce qui la place au niveau des plus belles fortunes de conseillers au Parlement de Paris. L’agrégation de la famille Brodeau à la magistrature du Parlement de Paris est exemplaire, même si l’on sent, mais un peu plus tard en 1657, par son mariage hypogamique, que Julien II peine à asseoir sa légitimité sociale.

Après avoir posé ces quelques éléments du contexte social et familial, je vais maintenant aborder l’œuvre juridique de Julien Brodeau.

L’œuvre de Brodeau est directement liée à son métier : c’est l’œuvre d’un praticien. Brodeau commence à travailler à son œuvre dès 1610. C’est à cette date que le président au Parlement de Paris, Antoine Séguier, lui confie la tâche de continuer l’œuvre juridique du conseiller Georges Loüet et de reprendre ses commentaires des arrêts du Parlement.

Louis Séguier, conseiller au Parlement et frère du président, avait conservé le manuscrit de Georges Loüet. Sans doute avait-il commencé à travailler à la publication de ce texte mais la mort l’interrompit en 1610. Antoine Séguier choisit alors de confier la continuation de cet ouvrage à Julien Brodeau, jeune et brillant avocat. Continuateur de Loüet et peut-être des frères Séguier, Brodeau remet le travail sur le métier tout au long de sa vie et amplifie considérablement l’œuvre initiale. Le Recueil d’aucuns notables arrests, donnez en la cour de Parlement de Paris connaît plusieurs éditions concurrentes du vivant de Brodeau. La publication « officielle » ne connaît pas moins de dix éditions, à partir de 1612 chez Françoise de Louvain, veuve d’Abel L’Angelier, et jusqu’en 1650 chez Pierre Rocolet et Jean Guignard. Cette édition officielle sera concurrencée par des éditions sans privilège, voire des impressions pirates en Suisse.

En quarante ans, Julien Brodeau n’aura pas vu moins de vingt versions différentes de son œuvre, ce qui laisse penser que le Recueil d’aucuns notables arrests… fut un véritable succès de librairie.

La consultation de quelques inventaires de bibliothèque pris au hasard de mes recherches dans le minutier central des notaires parisiens montre que toutes les bonnes bibliothèques de juristes devaient posséder les commentaires des arrêts de Loüet.

Sans doute faudrait-il ajouter cette réussite éditoriale aux sources de la fortune matérielle de Brodeau, d’autant que celui-ci paraît avoir été le collaborateur de Françoise de Louvain pour les éditions juridiques.

Les œuvres posthumes : le commentaire sur la coutume de Paris et la vie de Charles Du Moulin

À sa mort, Julien Brodeau laisse deux œuvres inédites, qui seront publiées par son gendre Pierre Lalement et son fils Julien : une vie de Charles Du Moulin et un commentaire de la coutume de Paris.

Charles Du Moulin, éminent juriste du XVIème siècle, commentateur prolixe des coutumes du royaume, est un modèle de science pour Brodeau. Ce dernier possède sans doute la collection la plus complète des œuvres de Du Moulin qu’aucune bibliothèque ait jamais conservée, soit 57 titres. Curieusement, Du Moulin n’a jamais donné un commentaire complet de la coutume de Paris. Les commentaires qu’il a fait imprimer ne portent que sur soixante-trois articles de la coutume de Paris concernant les fiefs et les censives. En se plaçant sous l’égide de Du Moulin, Brodeau se voit sans doute comme son continuateur.

En 1658 paraît le Commentaire sur la coustume de la prévosté et vicomté de Paris, en édition partagée chez Pierre Rocolet, Jean Guignard et Denis Béchet. À la fin de l’Avis au lecteur, Julien II évoque quelques notes inédites de son père sur les coutumes générales qu’il a l’intention de faire paraître peu de temps après le commentaire sur la coutume de Paris, ce qui sera fait à l’occasion de la deuxième édition. Mais cette deuxième édition, qui paraît en 1669, semble être principalement le fait des libraires : Pierre Lalement est décédé en 1662 et Julien II n’ajoute rien aux textes liminaires existants.

Après 1662, ce sont les libraires qui reprennent les affaires en main. De manière générale, ces derniers jouent un grand rôle dans l’essor de l’arrestographie à cette époque. Ils décèlent, dans ce nouveau genre de littérature juridique, un marché prometteur.

La bibliothèque de Julien Brodeau

L’œuvre de Julien Brodeau ne se réduit pas aux textes juridiques que je viens de citer : je considère que sa bibliothèque fait partie de son œuvre. Du vivant de Brodeau, sa bibliothèque jouit d’une grande renommée : dès 1643, Gabriel Naudé dans son Bibliothecae cordesianae catalogus (catalogue de la bibliothèque du chanoine de Cordes) la place parmi les plus belles bibliothèques de la capitale. Louis Jacob lui accorde une place de choix dans son Traitté des plus belles bibliotecques publiques et particulieres, et Pierre Le Gallois continue de la mentionner en 1680 dans son Traité des plus belles bibliotheques de l’Europe.

On connaît précisément la composition de la bibliothèque de Julien Brodeau grâce à l’inventaire qui en est dressé en 1658 à la suite du mariage de Julien II avec Madeleine Beschefer et qui est conservé aujourd’hui au Minutier central des notaires parisiens.

Tableau synoptique par formats du classement de la bibliothèque de Julien Brodeau

En vert gras et majuscules : les divisions communes aux trois formats.

En vert maigre et minuscules : les divisions communes à deux formats.

En rouge : les divisions non communes. [Cliquer sur le tableau pour agrandir]

Tous formats confondus, l’inventaire, qui décrit 6063 volumes, est divisé en 27 matières distinctes qui vont des commentaires de la Bible et des Pères de l’Eglise à la démonologie et aux livres facétieux.

Fig. 1 Bibliothèque de Brodeau – Répartition des livres par catégories de la connaissance

Dans leurs grandes masses, les livres se répartissent de la manière suivante :

L’Histoire (42 %) constitue le morceau le plus gros, suivi, mais de loin, par le Droit (23 %). La Religion, les Sciences et les Belles-lettres se répartissent le tiers restant dans les proportions que vous pouvez voir sur la figure 1.

Concentrons-nous sur le domaine du droit, le deuxième plus important du point de vue du nombre, après l’Histoire. Dans les trois formats de livres (in-folio, in-4o, in-8o), Brodeau regroupe le droit romain (jus civile) et canonique sous la même rubrique (utriusque juris scriptores) et les sépare des coutumes et de la législation royale. Dans le format in-folio, il distingue en plus le droit français du droit étranger. Plus précisément, les titres se répartissent ainsi :

Fig. 2 Bibliothèque de Brodeau – Répartition des livres de droit

On constate une forte dominante du droit français suivi de près par le droit romain. Dans le domaine du droit religieux, pour affiner le classement de Brodeau, j’ai distingué le droit canonique du droit ecclésiastique. Le droit canonique règle le gouvernement de l’Eglise universelle tandis que le droit ecclésiastique régit la discipline d’une Eglise nationale. En France, aux XVIème et XVIIème siècles, le droit ecclésiastique se développe, comme fondement des libertés de l’Eglise gallicane et d’une certaine autonomie politique par rapport à la papauté.

Droit canonique et droit ecclésiastique : le « gallicanisme » de Julien Brodeau

C’est sous les rubriques du droit canonique et du droit ecclésiastique (qui regroupent 284 titres) que se loge en grande partie la question du degré d’adhésion de Brodeau aux idées gallicanes, en particulier dans la composition des traités relatifs aux rapports entre l’autorité ecclésiastique et l’autorité séculière.

Le système normatif de l’Eglise est constitué de deux sources principales : d’une part les décisions des papes et d’autre part les canons des conciles. Alors que, dans la bibliothèque de Brodeau, les décisions des papes sont quasiment toutes classées en droit canonique, les canons des conciles sont, pour la plupart, classés avec l’histoire ecclésiastique. Ce point n’est pas dénué d’importance quand on considère que la supériorité du concile sur le pape est une opinion qui sous-tend la doctrine gallicane. Quel sens peut avoir le classement opéré par Julien Brodeau ?

Pour le savoir, prenons comme exemple une autre bibliothèque classée par un bibliothécaire gallican. Quand il rédige le catalogue de la bibliothèque du chanoine Jean de Cordes, Gabriel Naudé classe les canons des conciles sous la rubrique du droit canonique. De la même manière, il y classe l’ouvrage de Pierre Pithou (Traitez des droictz et libertez de l’eglize gallicane) et celui de Pierre de Marca (De libertatibus ecclesiae gallicanae) alors que Brodeau les classe, eux aussi, avec l’histoire ecclésiastique. Doit-on voir une signification dans ces différences de classement ? Pour cela, établissons d’autres repères à partir de titres caractéristiques comme le Songe du vergier ou la Pragmatique sanction de Bourges, textes fondateurs du gallicanisme. Jean de Cordes ne possède pas le Songe du vergier et Brodeau classe les deux exemplaires qu’il possède sous deux rubriques distinctes : les Historici generales et les Politici. Et il classe ses trois exemplaires de la Pragmatique sanction dans la division du droit canonique comme le fait Gabriel Naudé dans le Catalogus bibliothecae cordesianae.

Pour Brodeau, ni les canons des conciles ni le Songe du vergier n’ont la même force d’actualité que la Pragmatique sanction, pourtant abrogée par le concordat de Bologne ; mais le texte ancien du Songe du vergier appartient autant à l’actualité politique qu’à l’Histoire. Si l’on devine un sens dans le classement de Brodeau, ce classement reste mouvant et les titres défendant les idées gallicanes appartiennent, selon lui, autant à l’histoire qu’aux idées politiques ou au droit canonique. Le classement de ces titres hors du noyau dur du droit ou des idées politiques n’en affaiblit pas pour autant l’importance : il leur donne simplement un sens un peu différent. Pour cette raison, mon analyse des titres soutenant les idées gallicanes ne s’est pas arrêtée au domaine du droit mais a pris en compte l’ensemble de la documentation, quel qu’en soit le classement.

Les ouvrages des opposants au pape ne manquent pas, et parmi les plus radicaux. On trouve, en vrac, les œuvres de Marco Antonio de Dominis, Paolo Sarpi, Pierre Pithou, Pierre Dupuy, Pierre de Marca (déjà évoqué), Jérôme Bignon, Jacques Gillot, Giacomo Antonio Marta, Simon Vigor, François Harlay de Champvallon et des auteurs peut-être un peu moins connus comme Michel Roussel ou le chanoine de Rouen Adrien Behotte.

Brodeau possède aussi un certain nombre d’ouvrages d’auteurs protestants qui traitent de l’autorité du pape en matière temporelle, comme les juristes Jean Bedé de La Gormandière, Innocent Gentillet, Denys Godefroy, Jean Hotmann, et l’inévitable Charles Du Moulin, qui, dans le conflit qui oppose Henri II au pape à propos de la collation des bénéfices, prône une soustraction d’obédience à l’instar de l’Eglise d’Angleterre.

À la différence de beaucoup d’autres sujets traités par la bibliothèque de Brodeau, le point de vue des opposants aux idées gallicanes est nettement sous-représenté. On ne trouve pas par exemple le De potestate summi pontificis in rebus temporalibus de Robert Bellarmin. Les ouvrages des théoriciens ultramontains comme Francesco Suarez ou Antonio Santarelli sont absents.

La nature de la documentation rassemblée par Julien Brodeau sur la question de l’autorité du pape en matière temporelle comme sur l’autorité des évêques ne laisse guère planer de doute sur l’adhésion de Brodeau aux idées gallicanes. On peut interpréter sa documentation en droit canonique et en droit ecclésiastique comme majoritairement tournée vers la question de l’autonomie de l’Eglise de France vis-à-vis du pouvoir pontifical. Aucun sujet n’est oublié : du traitement des bénéfices ecclésiastiques, qui représente la plus grande part des traités de droit canonique, à la querelle des réguliers et des séculiers, qui touche à l’autorité de l’évêque dans son diocèse face à des congrégations relevant directement de Rome comme les ordres mendiants ou les Jésuites.

Brodeau rassemble des textes qui donnent à sa documentation une teinte assez radicale. À travers sa bibliothèque, Brodeau reconnaît au pape toute son autorité spirituelle mais n’est pas loin de lui dénier toute autorité temporelle, séparant clairement la foi de la discipline.

Un centre d’intérêt de la collection juridique de Brodeau : la famille

Je vais continuer mon analyse de la bibliothèque de Brodeau en focalisant votre attention sur un thème qui me semble important de la pensée juridique de Brodeau : la famille. Dans le domaine du droit romain, qui contient 420 titres, les traités occupent la première place. J’ai tenté de regrouper ces traités par grandes catégories du droit :

Fig. 3 Bibliothèque de Brodeau – Répartition des traités de droit romain

Ces regroupements montrent selon moi l’importance de la famille, thème prépondérant dans la documentation de Julien Brodeau en droit romain si l’on y inclut les successions.

Avec 25 titres, les traités particuliers de droit français sont beaucoup moins nombreux que les traités particuliers de droit romain, au nombre de 204 dans la bibliothèque de Brodeau. La famille, si l’on y inclut les successions, ne représente que 20 % de ces traités particuliers de droit français. Pourtant, pour Brodeau, comme pour beaucoup de praticiens humanistes, le droit français est le seul véritable fondement de l’Etat et, à la base de l’Etat, la famille, comme l’énonce Brodeau lui-même à l’article « Chevaliers de Saint Jean de Jerusalem » des Arrêts de Loüet :

« il ne fauct point s’aheurter aux maximes du droict romain, qui ne s’observe point en France comme faisant loy, ains en tant que fondé en raison (…) mais a celle de nostre droict françois, qui nous sont particulieres & diametralement contraires pour ce regard au droict romain, comme estant fondees sur des motifs et considerations du tout differentes. Car les Français ont esté de tout temps ialoux et curieux de l’entretenement et conservation des familles par-dessus toutes les autres nations du monde & particulierement par-dessus les Romains, lesquels comme naturellement tous les peuples conquerans et belliqueux n’avoient rien en plus singuliere recommendation que l’accomplissement des volontez des particuliers qu’ils vouloient tenir lieu de loy, les faisant passer par-dessus toute consideration du commun devoir, du bien public et de l’utilité des familles, comme estant la vraye marque de leur liberté, de dominer souverainement en sa famille et y tenir tout esclave sous sa main. Au lieu que la pluspart des loys et coustumes generales du royaume de France n’ont autre but et autre fondement que le bien de l’Estat et l’entretenement des familles. »

Le « droit français de la famille » était-il sous-représenté dans la bibliothèque de Brodeau par rapport à la production éditoriale de l’époque ? C’est un problème qui reste à résoudre et je laisse aux historiens du droit le soin de s’emparer de cette question.

La collection de droit français

Après avoir brièvement évoqué le thème de la famille, je vais aborder la collection de droit français de la bibliothèque de Brodeau dans son ensemble. Julien Brodeau, dont l’œuvre traite uniquement du droit français, rassemble dans ce domaine une matière importante (489 titres) qui s’organise autour de deux pôles principaux : du point de vue de la norme, les coutumes, et, du point de vue de son application, les tribunaux :

Fig. 4 Bibliothèque de Brodeau – Répartition des livres de droit français

  1. Le droit français : la norme

Brodeau rassemble les sources du droit français, c’est-à-dire les édits et ordonnances des rois de France et les coutumes. En juriste historien, il remonte aussi loin que possible dans le temps, depuis les Antiquitates germanicae de Basilius Johannes Herold, qui traite, avec le droit germanique, du droit des Francs, jusqu’aux Formulae de Marculfe en passant par les capitulaires carolingiens. Il acquiert les recueils généraux de lois comme ceux d’Antoine Fontanon, Pierre Rebuffi, Pierre Guénois ou Pierre Néron dont les Édicts et ordonnances (…) sur le faict de justice, publiés en 1643 poussent jusqu’au début du règne de Louis XIV. Brodeau ne possède pas de recueil d’actes royaux postérieur à cette date. Certains volumes reprennent la législation de règnes particuliers depuis Charles VII jusqu’à Louis XIII. On doit noter la présence de soixante-trois volumes de recueils d’édits, déclarations et règlements des xvi e et xvii e siècles qui traitent de beaucoup de matières et, principalement, des impôts, des offices, des monnaies, des duels, des hôpitaux, de l’Université, etc. Trois ordonnances sont particulièrement commentées : l’ordonnance de 1539 sur le fait de justice, dite de Villers-Cotterêts (trois volumes), l’ordonnance de Moulins de 1566 (trois volumes) et l’ordonnance de Blois de 1579 (trois volumes). Certaines réglementations particulières retiennent plus l’attention de Brodeau comme les édits de pacification, la navigation et le commerce sur la Loire, les eaux et forêts, la gendarmerie ou les monnaies.

À côté de cette riche documentation réglementaire, Brodeau rassemble une documentation bien plus riche encore sur les coutumes. La date la plus ancienne qu’indique l’inventaire est 1460, ce qui montre que Brodeau a rassemblé des coutumiers parmi les plus anciens depuis que le roi a ordonné leur rédaction au xv e siècle. Le texte imprimé le plus vieux que nous ayons identifié date de 1486 et concerne la coutume de Poitou.

La documentation de Brodeau sur ce sujet est aussi complète que possible, intégrant les coutumes autant dans leur première rédaction que dans leur rédaction réformée et les commentaires sur ces coutumes. Selon les provinces, le nombre des titres traitant des coutumes se répartissent comme suit :

province concernée   province concernée  
coutume de Paris 19 coutumes de Provence 5
coutumes de Normandie 15 coutumes des Trois évêchés 4
coutumes d’Ile-de-France et de Picardie 14 coutume de Blois 3
coutumes d’Orléans et de l’Orléanais 13 coutumes du Bourbonnais 3
coutumes du Poitou 13 coutumes de Saintonge 3
coutumes d’Anjou 11 coutumes du Vermandois 3
coutumes de Champagne 10 coutumes du Nivernais 2
coutumes d’Auvergne 9 coutume de Lyon 2
coutumes de Bretagne 8 coutumes de l’Artois 1
coutumes du Maine 7 coutumes de Bresse 1
coutumes de Touraine 7 coutumes de Dombes 1
coutumes de Bourgogne 7 coutumes du Dauphiné 1
coutumes du Berry 6 coutumes du Barrois 1
coutume de Bordeaux (et Guyenne) 6 coutumes de la principauté de Sedan 1
coutumes du Languedoc 6 coutumes du Perche 1
coutumes d’Aunis et d’Angoumois 5    

Sans surprise, la coutume de Paris arrive en tête de la collection d’un juriste qui aura consacré sa vie à son commentaire sans pouvoir l’achever. Charles Du Moulin est, dans ce domaine également, l’auteur le plus cité.

              Les praticiens humanistes spécialistes du droit français conjuguent leurs recherches en matière juridique avec l’écriture de l’histoire. Pour eux, le droit est inséparable de l’histoire et beaucoup rédigent, en parallèle des commentaires de la coutume d’une province, l’histoire de cette province. Ils cherchent à travailler sur des sources directes et authentiques et passent leur vie à collecter des « preuves ». Comme l’écrit Quentin Epron dans sa thèse d’histoire du droit : « [Leur] méthode juridique (…) est traversée par une métaphysique dualiste selon laquelle le droit trouve sa véritable origine dans une réalité extra-juridique ». L’inventaire de la bibliothèque répertorie de nombreux auteurs qui accompagnent leurs commentaires d’une coutume d’une histoire de la province concernée. Le parangon du juriste historien est sans doute Etienne Pasquier dont les Recherches de la France sont abondamment utilisées par Brodeau, qui les cite trente-sept fois dans ses commentaires des arrêts de Loüet et pas moins de quarante-six fois dans les notes qu’il inscrit en marge de son exemplaire de l’histoire de Charles VI par Jean Juvénal des Ursins, exemplaire conservé aujourd’hui à la Réserve des livres rares de la BnF.

2. Le droit français : son interprétation

Pour terminer mon exposé, il me reste à aborder très rapidement la partie de la collection juridique de Brodeau qui est consacrée aux commentaires de décisions de justice de différentes cours, c’est-à-dire à l’interprétation du droit Je rapproche des recueils d’arrêts les recueils de plaidoyers, remontrances ou harangues d’avocats ou de magistrats célèbres dont Brodeau possède une belle collection, car ces recueils contribuent à l’interprétation du droit autant que les commentaires d’arrêts.

J’éviterai d’énumérer ici les nombreux recueils d’arrêts acquis par Brodeau en me contentant de souligner les lacunes. Il est tout d’abord remarquable que Brodeau ne possède pas toutes les éditions des commentaires des arrêts de Loüet, dont il est l’auteur : l’inventaire ne décrit que les éditions de 1612, 1644, 1650 et 1655, cette dernière ayant été classée dans la bibliothèque après la mort de Brodeau, alors que la publication « officielle » de cette œuvre du vivant de son auteur ne compte pas moins de dix éditions comme nous l’avons vu. Brodeau est d’ailleurs obligé de racheter un exemplaire de l’édition de 1612, qui porte un prix dans l’inventaire, après s’en être débarrassé peut-être un peu vite dans sa jeunesse. Nous remarquons aussi l’absence des célèbres Arrests de la Cour prononcez en robbes rouges par Jacques de Montholon, pourtant abondamment cités par Brodeau dans ses commentaires des arrêts de Loüet, ainsi que l’absence des 237 arrêts célèbres et mémorables du Parlement de Paris de Barnabé Le Vest, lui aussi abondamment cité. Ces absences remarquables posent la question de la complétude de l’inventaire. On imagine mal que Brodeau n’ait pas possédé, à un moment ou à un autre, des ouvrages qu’il cite si souvent. Julien II s’est-il débarrassé de certains livres entre 1653, date de la mort de son père, et 1658, date de la rédaction de l’inventaire ? Julien le père s’en était-il déjà débarrassé avant sa mort ? Ces livres étaient-ils rangés dans une autre pièce que le cabinet des livres au moment où l’inventaire fut dressé ? À côté de sa bibliothèque d’étude, Julien Brodeau entretenait-il une bibliothèque de travail, plus intime, qui aurait échappé à la rédaction de l’inventaire ?

La collection juridique de Julien Brodeau montre l’ampleur de la science de ce dernier dans le domaine du droit tant du point de vue du droit savant (droit canonique et droit romain) que de la pratique. Le praticien et théoricien Brodeau ne néglige pas les ouvrages de réflexion sur sa matière. Il acquiert notamment deux éditions du De jure belli ac pacis d’Hugo Grotius et semble vouer une grande admiration au célèbre juriste hollandais si l’on en croit les dix-huit titres de cet auteur présents dans l’inventaire. Peut-être Brodeau a-t-il eu l’occasion de rencontrer Grotius car celui-ci s’est réfugié à Paris à partir de 1621, chez Pierre Dupuy, avec d’autres arminiens persécutés.

L’analyse de sa collection juridique croisée avec celle de sa collection historique autorise à rattacher Julien Brodeau à la famille des praticiens humanistes. Si ses goûts et sa recherche continuelle de preuves le tournent vers le passé, Brodeau ne reste pas pour autant insensible à certaines idées nouvelles en matière juridique. Comme avocat, il élabore la « manière française du droit » (pour reprendre l’expression de Quentin Épron) en fondant son œuvre sur ses connaissances réelles du Palais.

La bibliothèque de Julien Brodeau représente non seulement un « conservatoire des lectures », un laboratoire dans lequel un juriste élabore le droit et où il partage avec d’autres des sources précieuses d’informations, mais c’est aussi un objet qui rend visibles les goûts, la spiritualité et la culture d’un homme qui a hérité des grands juristes du siècle précédent les méthodes humanistes et qui aspire à donner au droit français toute son autonomie. Et un peu plus loin que l’horizon du droit, nous voyons s’esquisser ce qui deviendra plus tard un projet politique, qui commence à émerger comme une certaine idée de l’État.



Citer ce billet
Isabelle Brancourt (2023, 22 août). Dans la tête de Julien Brodeau, avocat au Parlement de Paris. Parlement(s) de Paris et d'ailleurs (XIIIe-XVIIIe s.). Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqpr

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à IHD-Jean Gaudemet (Université Paris 2-Panthéon-Assas - CNRS), en partenariat avec l'IHRIM (ENS Lyon - CNRS) pour le séminaire "Parlement(s), lui-même soutenu par le LabEx COMOD depuis 2012.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.