Entrer dans le Parlement en suivant Jean Le Nain

Pour tous ceux qui ont travaillé sur le parlement de Paris, le nom de Jean Le Nain est attaché à l’un des rares instruments de recherche qui permettent d’aborder les archives gigantesques de l’institution : la célèbre Table de Le Nain. Pourtant, l’accès à ce document essentiel est loin d’être aussi aisé que le souhaiterait le chercheur. Un article ancien de Léon Le Grand, archiviste aux Archives nationales, a donné les premières pistes[1], mais le transfert de la collection de la Bibliothèque de l’Assemblée nationale aux Archives nationales, en 1959, et les habitudes actuelles des chercheurs nécessitent une remise à jour. En pratique, il y a trois ensembles à distinguer dans ce que Le Nain a produit ou permis de produire, et, pour comprendre les circonstances de cette production, il est nécessaire de brosser un rapide portrait du personnage.

I – Qui est Jean Le Nain ?

A défaut d’une biographie le concernant, Jean Le Nain reste mal connu. En dehors de notices anciennes, assez lacunaires, un seul article (à ma connaissance) a été consacré à ce personnage : il s’agit du travail de Bruno Neveu, intitulé « Un parlementaire parisien érudit et janséniste : Jean Le Nain (1609-1698) »[2]. Au XVIIIe siècle, le remarquable manuscrit qui est aujourd’hui édité sous le titre de Prosopographie des gens du Parlement de Paris[3], présente Le Nain comme la deuxième génération d’une longue dynastie de magistrats, tous prénommés Jean, d’un Jean Le Nain, seigneur de Beaumont, qui a exercé sous Henri IV, à Jean Vincent Claude mort précocement, en 1762, âgé de 38 ans. La famille était originaire de Tours et entra dans le monde des offices par une charge de secrétaire du roi qui la « décrassa » de la roture (comme aurait dit le duc de Saint-Simon). C’était en 1590. Désormais, les Le Nain portèrent « échiqueté d’or et d’azur de six traits ». Notre Jean Le Nain naquit en 1613. Comme son père l’avait été en 1604 en la 4e chambre des Enquêtes, il fut reçu conseiller au Parlement le 12 mars 1632, en la 2e des Enquêtes. Mais contrairement à son père qui, en 1636, était « monté » à la Grand Chambre, dans des circonstances d’ailleurs assez tumultueuses, et avait fini sa carrière sous doyen du Parlement en 1655, Jean Le Nain entra, le 21 février 1642, dans la robe du Conseil en devenant maître des requêtes de l’Hôtel. Il obtint des lettres d’honneur « le dernier février 1657 » et mourut, entouré de considération et de respect, le 9 février 1698, âgé de 85 ans.

Homme du Parlement, Jean Le Nain l’est par son père mais aussi par les alliances de sa lignée. Son père, marié à Anne de Bragelongne, lui apportait par cette alliance, dès la naissance, tout le soutien d’une maison distinguée dans la robe parisienne : Martin de Bragelongne, le beau-père, avait atteint non seulement la présidence d’une chambre des Enquêtes, mais aussi la prévôté des marchands de Paris et avait fini sa carrière comme conseiller d’Etat. Le 22 février 1632, notre Jean « le jeune » avait épousé Marie Le Ragois dont la famille, issue de la finance[4], comptait autant de magistrats du Parlement et du Conseil que d’officiers de maisons princières (Orléans). De ce mariage naquirent de nombreux enfants dont sept sont nommés dans la notice de la Prosopographie : Jean, Claude, Sébastien, Pierre, Bénigne-Louis, Marie-Madeleine et Marie-Marthe. L’aîné prit la suite de son père au Parlement, dès 1655, et le troisième, le très connu Le Nain de Tillemont, devint une illustration de l’érudition française[5]. C’est pourtant une des filles, Marie-Madeleine, qui attirera notre attention car elle fut mariée, le 20 février 1662, à Antoine Portail, grand chambrier du Parlement, membre de l’une des lignées montantes de la cour ; leur fils aîné, petit-fils de notre Jean Le Nain, devait jouer dans le sujet qui nous retient un rôle tout à fait essentiel, que nous évoquerons ultérieurement.

Des rapides investigations que j’ai faites dans les sources, j’ai pu glaner quelques brèves remarques sur le caractère de notre personnage. La Prosopographie rapporte que « Ce digne magistrat joignoit la piété avec la science », mais les Mémoires de Saint-Simon, évoquant le fils[6], restent muettes sur ce « digne » père. En revanche, Moreri rapporte de ce dernier, à propos de Le Nain de Tillemont, qu’ « il était l’un des plus dignes magistrats qui aient paru dans le XVIIe siècle ; d’un esprit vif et pénétrant, d’un zèle ardent pour la vérité, d’une droiture inflexible et d’une piété très exemplaire »[7]. Avec Bruno Neveu, nous sommes tentés de conclure : un prototype de janséniste… Et Moreri de renchérir : « tel enfin qu’on peut dire de lui, sans le flater, qu’il a plutot honoré les grands emplois par lesquels il a passé, qu’il n’en a été lui-même honoré »[8].

II – Les travaux de Le Nain dans les registres du Parlement

En tout état de cause, il fut un travailleur acharné : indépendamment des charges de ses fonctions[9], il fut capable de passer en revue, de lire même, de relire souvent, les différentes séries des registres conservés au Parlement, du début à… la fin ? Si la série du Conseil a été examinée jusque vers 1670, l’avancement des travaux est variable en fonction des séries[10]. Le Nain a marqué les registres en marge, il a dirigé des copistes pour en lever les extraits qu’il voulait ; enfin, il a relu et annoté les deux cent cinquante volumes d’extraits qu’il avait fait copier de façon à en composer une table des matières. De quoi passer de nombreuses heures, des soirées peut-être, car Le Nain a-t-il travaillé au Palais ? Il est permis d’en douter : selon une coutume que déploraient les greffiers, mais qui était universelle, les registres faisaient d’incessants va-et-vient entre les dépôts du greffe et les maisons des officiers de la cour. En tout cas, lorsqu’il mourut en 1698, Jean Le Nain laissa une œuvre qui ne semble pas à la mesure d’un seul homme.

Cette revue générale de la mémoire de la plus haute cour de France, Le Nain l’a commencée jeune, peut-être même dès sa réception au Parlement. On peut lire en effet, au fil de sa collection, des remarques autographes significatives, comme celle-ci, rencontrée au hasard de la recherche sur la rédaction des coutumes, dans le volume U 2025, au fol. 225 v°, tout en bas de la page : « Volume 52 perdu a ce qu’on dict mais j’en ay faict des extraicts en 1635. Ils sont cons doub. tom 2 p. 41 ». Le Nain multiplie ces remarques datées. Les recenser toutes donnerait peut-être de précieux renseignements sur la chronologie du travail de Le Nain. Il se mit donc à lire, inlassablement, les arrêts du Parlement. Dès que l’un d’entre eux retenait son attention, il apposait en marge un signe distinctif : soit un A, soit Ab, soit Abc (selon Léon Le Grand)[11], marques qui semblent parfois complétés par des petites croix marginales (« + ») et par des traits marquant la fin de l’extrait à lever. Pour ma part, je n’ai jamais rencontré que le « A » (d’ailleurs non barré selon les habitudes graphiques de l’époque) parce qu’il est de loin le plus fréquent, et des « Abc ». Sans doute Le Nain a-t-il ainsi signifié ces lectures successives des registres, des compléments qu’il voulait différencier des premiers extraits déjà levés.

Derrière notre magistrat,  un (ou des) copiste(s) professionnel(s) procéda(dèrent) à la levée des extraits ainsi cochés. Sur les ordres de leur maître, ils en composèrent, du vivant de Le Nain, deux cent quatre volumes. Comme, après sa mort, les dépouillements furent poursuivis dans le série du conseil secret, pour les années 1672 à 1751, sous les ordres d’un « continuateur anonyme »[12], la collection d’extraits totalise deux cent cinquante volumes[13]. A l’origine, ces derniers furent mis sous la dénomination générique de « Registres du parlement », et soigneusement numérotés et classés série par série. Depuis le XIVe siècle, en effet, l’enregistrement des arrêts a été distribué entre plusieurs collections qui correspondaient aux types de séances du Parlement dans lesquelles ces décisions étaient prises[14]. La structure de la collection des extraits de Le Nain reproduit donc cette organisation : Olim, Jugés, lettres et arrêts, conseil et conseil secret, plaidoiries, après-dînées ; des volumes distincts concernent les grands jours et les périodes de translation du Parlement[15]. Si quelque oubli, sans doute, venait interrompre cet ordre, Le Nain faisait intercaler le ou les volumes complémentaires en les affectant d’un bis ou d’un ter et en démultipliant les cotes en tomes 1 et 2. Voilà ce que cela donne, par exemple, en page de garde du volume U 2067 (et ce n’est pas l’écriture de Le Nain) :

Regist. Du Parlement

Tom. 68

Registres

du

Conseil

Depuis Nov. 1577

Jusques en Nov.

1579 part I


Les volumes suivants U 2068, 2069 concernent la séance du conseil, respectivement « Depuis nov. 1578 jusques en nov. 1583 », et « Depuis nov. 1579 jusques au 20 juin 1582 » (on observera les chevauchements de dates), et portent la classification suivante : « Vol. 41 part. 2 » et « Vol. 41 part. 3 ».

A partir d’un certain moment, notre magistrat prit conscience de la nécessité d’indexer, comme nous dirions aujourd’hui, les matières contenues dans tous ces volumes d’extraits. C’est l’origine de sa fameuse Table. Sans doute, ce travail est-il le révélateur du but que Le Nain s’était très probablement donné : écrire – ou faire écrire – l’histoire de son cher Parlement. C’est en tout cas ce que suggère, à l’évidence, les titres des différents volumes de la Table : presque tous concernent l’institution, ses origines, sa magistrature et ses offices, son autorité, ses fonctions, les péripéties de son histoire. Il lui fallait alors préparer son stock de preuves – on voit ainsi comment Le Nain appartient bien à la génération des Mabillon – et, dans cette perspective, il classa tous les renseignements qu’il avait collectés au fil de sa lecture des registres. Sa modernité éclate alors dans le procédé qu’il employa pour cette besogne : à défaut de nos fiches cartonnées (celles du moins qui ont précédé l’informatisation de nos recherches), Jean Le Nain rédigea ces notices sur un papier léger dans lequel il découpa une multitude de « fichettes » de toutes tailles, qu’il épingla, les unes après les autres, sur les feuillets de bon papier qui constituaient des volumes conséquents. En fait, des écritures différentes de celle de Le Nain, bien reconnaissable, démontre que ce travail fut une collaboration. En tout cas, furent confectionnés ainsi quatre-vingt-trois volumes d’une table « méthodique » d’une inestimable valeur[16]. Enfin, pour faciliter encore l’accès à la collection d’extraits, qu’une table en quatre-vingt-trois volumes n’ouvrait pas immédiatement à la curiosité du lecteur, Le Nain entreprit la confection d’une Table alphabétique des matières[17], selon les mêmes principes que la Table méthodique. Inachevé à sa mort, évidemment, ce travail fut poursuivi après Le Nain, sur les mêmes bases.

III – Les réalisations consécutives

Les Archives nationales, dans la série U, détiennent ainsi quatre types de collections de documents issus des travaux de Le Nain :

1)    le premier ensemble est constitué des originaux de l’œuvre de Le Nain, lui-même (ce que nous avons détaillé ci-dessus). A propos des Tables, Léon Le Grand remarque qu’elles sont difficiles à lire (l’écriture de Le Nain, reconnaissable, requiert quelque expérience paléographique), délicates à manier parce que les renvois n’y sont pas nécessairement très clairs : « ce n’est en somme qu’un brouillon », conclut-il[18].

2)    le second comprend les volumes de la Table méthodique et de la Table alphabétique, élaborés après la mort de Le Nain, en continuation de son travail. Il s’agit, d’une part, de la série de la « Minute sur fiches de la table méthodique de la partie complémentaire de la collection d’extraits » de 1665 à 1726 environ, cotée U 2412 à U 2430 ; d’autre part, de la « Minute sur fiches de la table alphabétique » de la même partie complémentaire, cotée U 2446 à U 2460[19]. Principes et méthode sont cependant, ici, identiques à ceux du premier ensemble.

3)    La mise au net, c’est-à-dire la première copie des originaux des Tables de Le Nain. C’est à cette étape qu’intervient le fils de Marie-Madeleine Le Nain et d’Antoine Portail, donc le petit-fils de Jean Le Nain. Il s’agit d’Antoine Portail (4e du nom) ; il était né le 18 mars 1674, avait été successivement avocat du roi au Châtelet (1694), puis conseiller au Parlement (1697), avocat général le 9 janvier 1698, enfin président à mortier en 1707. Cette brillante carrière le mènera à la première présidence du Parlement en 1724. Il mourut en 1736. Faut-il penser qu’il avait été associé, dans sa prime jeunesse, à l’immense œuvre de son grand-père ? Aucune source, pour l’instant, ne permet d’étayer cette hypothèse, au demeurant vraisemblable. Quoi qu’il en soit, aux alentours des années 1700-1706, il engagea un copiste pour mettre au propre la Table méthodique. La preuve se trouve dans la Table elle-même, sous la forme de remarques en latin de la main du copiste, nommé Jean de La Porte, insérées presque toujours à la fin des volumes de la mise au net : on la voit, par exemple, au volume coté U 2266 (tome XXI de la Table), p. 124[20]. Doit-on penser que, pour une part, du moins, c’est aussi à Antoine Portail que l’on doit l’initiative de la continuation des travaux de Le Nain mentionnée plus haut ? Il n’y aurait rien d’extraordinaire à les attribuer en effet à des proches, même à des descendants, de notre laborieux magistrat. Les dates retrouvées dans les volumes de cette mise au net de la Table méthodique s’échelonnent de 1706 à 1717[21], le travail de copie devant dater globalement du premier quart du XVIIIe siècle. La Table alphabétique, quant à elle, a été mise au propre en 1710-1711, par de La Porte également[22].

4)    Le quatrième ensemble, en fait la troisième génération issue des travaux de le Nain est celle des copies de la mise au propre des deux tables. On en trouve un exemplaire aux Archives nationales, coté U 493-590. On en trouve aussi, sous réserve d’inventaire ailleurs, à la BnF, au cabinet des manuscrits (au moins deux exemplaires complets et un partiel). C’est dire l’intérêt que la magistrature du XVIIIe siècle, hanté par le problème de ses origines, prêta à cet exceptionnel instrument d’accès à la mémoire « sacrée » du Parlement.

Pour conclure, il reste à rendre visible le fil d’Ariane qu’a tendu pour nous Le Nain, dans le dédale des registres du Parlement. Le mode d’emploi en est relativement simple pour peu que l’on commence par le bon bout, c’est à dire par la Table alphabétique, où l’on retrouve alors la référence à l’un des 83 volumes de la Table méthodique, dans lesquels, sauf exceptions rares, les matières sont classées par ordre chronologique. Enfin, de là, on se reporte, non pas aux registres de la série X naturellement, malgré l’indication « Registre du Parlement » qui désigne la collection d’extraits, mais à cette collection même avec indication du numéro d’ordre originel du volume. Le Répertoire de la série U, déjà plusieurs fois cité, fournit alors la correspondance entre la numérotation des volumes par Le Nain et ses continuateurs et la cotation contemporaine.

A tous les curieux, bonne route !


[1] Léon Le Grand, La Table de Le Nain et les registres du parlement de Paris, extrait du Bibliographe moderne, 1907, n° 2-3, Besançon, 1907, 20 p.

[2] Extrait des Mémoires Paris et Ile-de-France, tomes 16-17, 1965-1966.

[3] Prosopographie des gens du Parlement de Paris (1266-1753), publiée par Michel Popoff d’après les ms. fr. 7553 à 7555bis, éd. cf. Références, 1996, 1151 p., n° 1838, p. 747-749.

[4] Cf. Robert Descimon, « Le conseiller Jean Le Boindre (1620-1693) : un destin de vaincu », dans Jean Le Boindre, Débats du Parlement de Paris pendant la Minorité de Louis XIV, t. I, éd. R. Descimon, Orest et Patricia Ranum, Paris : Honoré Champion Editeur, 1997, p. 373.

[5] 1637-1698. Elève des « Petites écoles » de Port-Royal, auteur de L’Histoire des Empereurs, des Mémoires pour servir à l’histoire ecclésiastique et d’une Vie de saint Louis, entre autres. Cf. Bruno Neveu, Un historien à l’école de Port-Royal, Sébastien Le Nain de Tillemeont. 1637-1698, La Haye, 1966 ; Jean Mesnard, « Port-Royal et saint Louis », Port-Royal et l’Histoire, Chroniques de Port-Royal, Paris, 1998, p. 53-73 ; et S.- M. PELLISTRANDI e.a. (éds.), Le Nain de Tillemont et l’historiographie de l’antiquité romaine. Actes du Colloque international organisé… les 19 et 20 novembre 1998 et… le 21 novembre 1998, Paris, 2002. Il existe aujourd’hui un Centre Le Nain de Tillemont, département de l’UMR 8167 (cf. http://www.centre-lenain-de-tillemont.cnrs.fr/sousmenus/equipes_lenaindet.htm ).

[6] Jean Le Nain, 3e du nom au parlement de Paris, conseiller en 1655, fit, jusqu’à sa mort en 1719, une très longue carrière au Parlement dont il finit doyen. Il fut rapporteur dans un certain nombre de procès importants dont Saint-Simon parle, évidemment ; c’est pourquoi il est mentionné dans les Mémoires à plusieurs reprises. Saint-Simon le dit « magistrat très vénérable » (éd. Boislisle, t. XVII, p. 222), « un des plus estimés pour sa probité, son exactitude et ses lumières » (t. XIX, p. 116). A vrai dire, il fut sans doute l’un de ces piliers discrets de la magistrature, sans briller mais sans se discréditer. Aux alentours de 1661, en tout cas, les « notes secrètes » qui furent rédigées alors sur la magistrature, le mentionnent en ces termes : « a beaucoup de timidité et peu de feu, n’est pas d’esprit bien pénétrant, il réussit néanmoins à force d’estude et de la sagesse qu’il tient de son père, M. Le nain, maistre des requestes […] ; se pique et s’effarouche pour peu de chose » (Correspondance administrative, éd. G.B. Depping, Paris, 1851, t. II, p. 53).

[7] Louis Moreri, Le Grand dictionnaire historique ou le Mélange curieux de l’histoire sacrée et profane…, t. VII, Paris, 1759, p. 903.

[8] Ibidem.

[9] On aimerait pouvoir connaître la mesure de ce travail professionnel d’un conseiller au Parlement, ensuite maître des requêtes, au XVIIe siècle. Ma trop médiocre connaissance des archives, un tout petit peu supérieure pour le XVIIIe siècle que pour le XVIIe siècle, ne me permet pas même d’évoquer une norme quantitative de la masse de ces occupations, évidemment très disparate d’un magistrat à l’autre, à en juger par les quelques notes  « secrètes » qui ont été rédigées, vers 1660 ou en 1720.

[10] Cf. http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sa/u.htm , ouvrir le lien : « U 1 à 2510. Extraits et procédures judiciaires. Rép. num. détaillé par Fr. Hildesheimer, 2002 » et aller à la page 34.

[11] Art. cit., p. 95.

[12] Cf. http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sa/u.htm , ouvrir le lien : « U 1 à 2510. Extraits et procédures judiciaires. Rép. num. détaillé par Fr. Hildesheimer, 2002 », p. 34.

[13] Cf. Arch. nat., U 2000 à U 2249.

[14] Cf. Adolphe Grün, Notice sur les archives du parlement de Paris, 1863, dans: Actes du Parlement de Paris, par E. Boutaric, t.I(1), p.

[15] Cf. Sylvie Daubresse, Monique Morgat-Bonnet et Isabelle Storez-Brancourt, Le Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du parlement de Paris, Paris, Librairie Champion, 2007.

[16] Cf. Arch. nat., U 2329 à U 2411.

[17] Il y en a 15 volumes, réalisés du vivant de Le Nain. Cf. Arch. nat., U 2431 à U 2445.

[18] Article cité, p. 97.

[19] Cf. http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sa/u.htm , ouvrir le lien : « U 1 à 2510. Extraits et procédures judiciaires. Rép. num. détaillé par Fr. Hildesheimer, 2002 », p. 44-45 et 46.

[20] Ibidem, p. 41.

[21] Arch. nat., U 2250 à U 2328.

[22] Arch. nat., U 2461 à U 2475.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts


4 réflexions sur « Entrer dans le Parlement en suivant Jean Le Nain »

    1. Merci beaucoup ! Si vous travaillez sur le Parlement, n’hésitez pas à vous signaler par e-mail. Merci d’avance.

Répondre à bwin Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.