Retour sur la noblesse de robe : une passionnante séance d’histoire sociale

Comme je l’avais annoncé le 20 janvier dernier, en attirant l’attention sur l’importance sociale de la question des offices à partir d’Henri IV, la dernière séance du séminaire Parlement(s) et cours souveraines s’est tenue vendredi dernier. Excusé parce qu’il était retenu par une réunion du CnCNRS, Élie Haddad a laissé Robert Descimon nous exposer les données de l’un des derniers « dossiers » de leur recherche collective « Épreuves de noblesse »[1] : « le cas Broë ».

Robert Descimon a replacé d’abord le sujet dans son parcours scientifique personnel : se proclamant – à prendre avec tout l’humour qu’il a su développer tout au long de son propos – « pur historien social », l’orateur qui a reconnu quelques « incursions » passées dans l’histoire politique et institutionnelle, se faisait rapidement l’écho de ce qu’il a récemment publié dans le dernier Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France[2] : se rapportant d’ailleurs à la mémoire (« trop oubliée ») de Roland Mousnier, Robert Descimon y remarque en effet que « l’histoire politique (ou l’histoire des institutions) et l’histoire sociale ne sont pas des approches séparées, elles sont indissociables. »[3] C’est (une évidence pour tous ceux qui fréquentent notre séminaire depuis longtemps) le postulat fondateur de notre recherche collective dans ce cadre des « Parlement(s) et cours souveraines d’Ancien Régime » : savoir que les institutions ne sont pas séparables des hommes, que les idées sont  indissociables de la vie réelle, des circonstances et de l’événement,  que les hommes (du latin : homo, hominis : être et personne humaine) sont incompréhensibles sans la connaissance de l’univers institutionnel, professionnel, social, culturel et spirituel dans lequel ils ont grandi, ils se sont formés, ils ont fait carrière, ils ont vécu, ils ont écrit parfois, ils sont morts et nous ont donc laissé un héritage (temporel et spirituel), notre patrimoine.

La question de Robert Descimon n’est donc pas de savoir délimiter les critères institutionnels de la noblesse « de robe », mais de poser la subtile question de la manière, par exemple, dont l’accession à la noblesse de robe a été vécue par ceux-là mêmes (et celles (!) en particulier les épouses) qui en étaient à la fois les sujets et les objets, les acteurs et les résultats.

Une remarque introductive paraît essentielle à intégrer : c’est que, du XVIe siècle au XVIIIe siècle, lorsque se développent en nombre et en puissance les offices royaux, de judicature ou de finance, dans l’organisation progressive de ce que le XVIIIe siècle, seulement, va appeler « Administration », la transmission des offices, à l’intérieur des familles, a changé dans son mode majoritaire de passation des fonctions et charges : jusqu’à Henri IV et à l’Édit de Paulet (1604) si célèbre – mais ce moment n’est pas un seuil radical – la transmission des offices est majoritairement « collatérale », c’est-à-dire qu’elle se fait le plus souvent, sur le modèle de la transmission des bénéfices ecclésiastiques, d’oncle à neveu ou au mari d’une nièce (c’est ce que Robert Descimon appelle la « transmission népotique », au sens étymologique du terme évidemment). C’est donc une transmission indirecte qui ne peut, à elle seule, poser les bases d’une « famille noble ». Après la Paulette, c’est justement la transmission directe, de père en fils qui va prévaloir d’où la naissance d’une « noblesse » – et le livre de 2010 en découvre toutes les conséquences, jusques dans la contradiction éventuelle.

À cet égard, les Broë dont Élie Hadad et Robert Descimon ont suivi les péripéties de carrière dans la robe, et, dans ce but, les alliances des alentours de 1550 au début du règne personnel de Louis XIV (1660-1668), sont exemplaires : certes, c’est au départ un office de conseiller-clerc que reçoit Bon Broë (au passage, intéressantes considérations sur les prénoms de l’époque) et, clerc lui-même, il ne peut que résigner sa charge au profit d’un parent indirect. Pour autant, mariés ou non, les Broë ne parviennent pas à «faire lignage». Pourtant ils sont environnés de belles alliances : les Villars, qui donneront un maréchal de France, les d’Argouges, les Serres…

Sans déflorer plus avant une probable publication de cette histoire d’une famille « moyenne » de la robe parisienne, je remarquerai seulement qu’une heure et demi de séminaire n’a pu, évidemment, épuiser la richesse du sujet ni permettre à l’auditoire de formuler toutes les questions et de soulever tous les problèmes que l’exposé de Robert Descimon a évoqué. Le thème mériterait une table ronde, élargie à la noblesse d’Ancien Régime, son « esprit », son évolution, ses crises. En attendant, nous remercions très vivement Robert Descimon et, par lui Élie Haddad, d’avoir apporté cette nouvelle « pierre » à la grande « maison » des Parlement(s) et cours souveraines que nous essayons de construire.

[1] Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (XVIe-XVIIIe siècle), Textes réunis (pour partie écrits) par Robert Descimon et Élie Haddad, Paris : Les Belles Lettres, 2010, 459 p. (avec la contribution de : Patrice Alex, Martine Bennini, Claire Chatelain, Laurence Croq, Simone Geoffroy-Poisson, Camille Le Fauconnier, Nicolas Lyon-Caen, Mathieu Maraud, Élodie Milles, Pavel Ouranov, Éric Viguier).

[2] Année 2015, Paris : Au siège de la Société, 2019, Extrait : « Colbert, la dette publique et la haute robe parisienne », 68 p.

[3] Ibid., p. 3.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.