In memoriam

Hier, dimanche 15 décembre 2019, le Professeur Jean de Viguerie est décédé, vers 16 heures, sa fille Constance seule à côté de lui, à Verlhac près de Montauban. L’Histoire du XVIIIe siècle français perd encore un maître de l’art. 

Jusqu’à la toute fin il a été non seulement un exemplaire professionnel de l’Histoire et de l’enseignement, mais un vrai penseur, profond, subtil, libre. De cette liberté absolue, et pourtant encadrée, que donne la connaissance du passé et des témoignages qui en résultent, que porte aussi le recul des siècles à celui qui, humblement, patiemment, courageusement, veut bien soumettre son esprit et ses croyances au jugement des faits, de la vérité des hommes – des autres – et de la société humaine. Si l’on osait jouer au portrait, mon mari aurait été un officier des Gardes du corps du roi, Jean de Viguerie le chef du Conseil de conscience, le premier un polémiste, le second un philosophe. 

Jean de Viguerie est né en janvier 1935. Il allait toucher à ses 85 ans. Je ne ferai pas ici sa notice nécrologique en déroulant ses titres et qualités, la liste – impressionnante – de ses écrits, livres, articles, notices, compte rendus. Tout cela paraîtra en son temps, ailleurs. Je veux seulement exprimer ce qu’il fut pour moi et à mes yeux et vous inciter, non pas à prendre connaissance de sa carrière comme d’une curiosité, mais à le lire et/ou relire.

J’ai connu Jean de Viguerie lorsqu’il était Doyen de la faculté des Lettres de l’Université d’Angers, professeur d’histoire moderne, en 1978-79, pour mon inscription en Maîtrise. C’est à lui que je dois d’avoir travaillé, dès ce temps-là, sur un personnage méconnu – je n’en avais alors jamais entendu le nom : le chancelier d’Aguesseau, et plus précisément, d’abord sur « ses idées ». Jusqu’en 1992, en DEA et pour ma thèse de Doctorat, j’ai maintenu ce lien de maître à élève. Je me lançais donc en histoire, derrière Jean de Viguerie, dans un domaine que je n’ai jamais quitté à la confluence de trois disciplines que l’on retrouve aussi dans son œuvre :

  • l’histoire, bien sûr, et ses méthodes que le professeur Jean de Viguerie a contribué à me transmettre : travail inlassable dans les archives et les bibliothèques, inventaire méthodique et recours aux sources, lecture exhaustive et honnête de l’historiographie (savoir avouer des devanciers, même dans une historiographie peu conventionnelle…), prudence, rigueur et humilité dans les interprétations et conclusions (servir la vérité historique et ne pas « s’en servir »…). Viguerie avait, comme mon défunt mari († 23 juin 2019), comme feu Yves Durand, et tant d’autres vivants ou décédés, français ou étrangers, reçu ce précieux et vulnérable héritage de ses maîtres, spécialement de Roland Mousnier. A la génération qui suit, nous devenons les passeurs de ce legs si précieux.
  • le droit et l’histoire des institutions publiques de la France d’Ancien Régime : parce que d’Aguesseau est une sommité et l’éminence même en tant que juriste et comme ministre, serviteur de l’Etat et administrateur de la justice. Travailler sur les Œuvres et sur l’important ouvrage d’un magistrat et chancelier à la carrière, au Parlement puis au Conseil,  particulièrement longue (1690-1750) m’a définitivement orientée vers la découverte ou l’approfondissement de la modernité de l’Etat en France en même temps que je ressentais l’obligation d’aller aux sources mêmes de la justice et de la procédure auxquelles d’Aguesseau avait consacré sa vie. Au-delà, donc, de ses Méditations métaphysiques sur les vraies et fausses IDÉES (c’est moi qui souligne) de la justice, il fallait aller aux archives, les plus riches et les plus spectaculaires qui soient, de la pratique judiciaire quotidienne du parlement de Paris où d’Aguesseau avait exercé. Grâce à Jean de Viguerie, et d’autres, j’y suis encore et j’y reste…
  • la littérature, aux deux bouts de la discipline: 1° la connaissance des « Belles Lettres ». Inépuisable quête de ces écrivains, poètes, dramaturges, fabulistes…, qui, emplis des « Humanités » antiques, de la Grèce et de Rome, jalonnent notre histoire littéraire française d’œuvres impérissables. 2° le goût d’écrire bien, car il ne suffit pas d’écrire, il faut aussi le bien faire. Henri François d’Aguesseau a laissé des enseignements et recommandations d’une particulière actualité : à notre époque où le « franglais », les tics du langage oral, les fautes de français, la méconnaissance des règles les plus élémentaires de la langue écrite ou orale, se sont répandus jusque dans les plus hautes sphères intellectuelles (ne parlons même pas des milieux politiques ou médiatiques !), Jean de Viguerie et ses contemporains, cette génération des années 1930-1955, nous rappellent à notre DEVOIR de lutter pour la préservation de notre langue française, premier patrimoine à transmettre.

Lisez Jean de Viguerie, lisez-le, de grâce ! Son Itinéraire d’un historien. Etudes sur une crise de l’intelligence. XVIIe-XXe siècle (Dominique Martin Morin, 2000) ? Ou bien, cet ouvrage qui fut pour la jeune universitaire que j’étais alors à Arras, un véritable vademecum, son Histoire et Dictionnaire du temps des Lumières (coll. Bouquins, chez Robert Laffont, 1995) ? Le Pr. de Viguerie l’a réalisé tout seul et l’ouvrage y trouve ainsi une cohérence (à défaut d’une exhaustivité impossible, même ailleurs) tout à fait exceptionnelle. « Universitairement » solitaire ? Peut-être un peu, mais pas vraiment isolé, heureusement. Nous sommes nombreux qui ne l’oublierons pas.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.