La réédition du Répertoire numérique de Campardon

Cette entreprise a été lancée, en 2006, par Françoise Hildesheimer qui, après m’avoir associée, a bien voulu en faire un véritable partenariat de la section ancienne des Archives nationales et de mon laboratoire, le Centre d’étude d’histoire juridique [CEHJ], département de l’Institut d’histoire du droit [IHD] (UMR 7184-Université Panthéon-Assas-Paris II-CNRS). Son but est aujourd’hui partiellement atteint[1]. Le projet consiste à procéder à la réédition remise à jour du Répertoire numérique de Campardon de 1889[2], assorti d’une longue introduction explicative et de documents annexes. Cet instrument de recherche est la table, réalisée à la fin du XIXe siècle, qui répertorie, numéro par numéro, les séries et sous-séries des registres et cartons de minutes des archives du parlement de Paris conservées aux Archives nationales, à Paris, dans la majestueuse « galerie du Parlement »[3], sous la cote générale X.

Sur le site web du Centre historique des Archives nationales [CHAN], l’introduction et les documents annexes ont été mis en ligne séparément du répertoire lui-même, sous la forme d’un document PDF doté d’un moteur de reconnaissance textuelle. L’introduction présente l’institution et les circonstances de la formation de cette exceptionnelle mémoire de la justice d’Ancien Régime, puis de sa constitution en un fonds d’archives spécifique hors norme, au XIXe siècle. Elle s’accompagne d’une bibliographie générale, de tables des ressources manuscrites et archivistiques de la Bibliothèque nationale de France et dans des séries complémentaires des Archives nationales (par exemple, U, K et KK, AP, etc.).

Malheureusement mal référencé par Google, sous la forme « Répertoire numérique des archives du Paris » (sic), ce travail très utile passe trop souvent inaperçu. Jusqu’à la publication de l’Etat méthodique (2011), on l’a trouver longtemps grâce ce lien :

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/sa/Introduction_X.pdf

Je découvre, ce jour, que l’Etat méthodique a été mis en ligne par les Archives nationales : on trouvera donc ce document important pour la recherche “en Parlement” sous ce lien :

https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_059866

Revenons à la réédition du Répertoire de Campardon :

Datée de 2008, cette présentation générale, de 100 p., est répartie en cinq rubriques :

  • – Introduction
  • – Instruments de recherches
  • – Les Archivistes du Parlement
  • – Editions de textes et travaux sur le parlement de Paris
  • – Annexes.

L’Introduction traite, en six parties : I – de l’« Histoire et des attributions du parlement de Paris » (p. 2-4) ; II – du passage « Des greffes du Parlement à la série X des Archives nationales » (p. 4-8) ; III – de l’« Élaboration des instruments de recherche » (p. 8-15) ; IV – du lien effectif et nécessaire entre « Archives du Parlement et recherche historique » (p. 15-19) ; V – des « Lacunes » qui affectent ce fonds (p. 19-22) ; enfin VI – des « Sources complémentaires » (p. 22-27).

Les Instruments de recherche se répartissent en deux catégories : ceux qui traitent de l’ « Ensemble du fonds (par ordre chronologique de publication) » (p. 28), et ceux qui concernent des séries partielles (par ordre de cotes) (p. 28-32).

La rubrique « Archivistes du Parlement » (p. 33-37) fournit des renseignements biographiques des principaux responsables de la formation, de l’analyse et de la classification du fonds du Parlement, tel Emile Campardon justement.

La quatrième rubrique est une imposante bibliographie, classée en ordre alphabétique des auteurs.

La dernière rubrique est celle des Annexes (p. 60). Elle fournit successivement :

  • – Le Répertoire des documents concernant le Parlement conservés dans la série K. Monuments historiques (p. 60-63).
  • – Le Répertoire des documents concernant le Parlement conservés dans la série U. Collections d’extraits et documents divers (sauf collection Le Nain) (p. 63-84).
  • – Le Répertoire des documents concernant le Parlement conservés dans la série U (suite) et à la Bibliothèque de l’Assemblée nationale. Collection Le Nain.(p. 84-100)

Un paragraphe concernant les « Abréviations en usage au Parlement criminel »  est actuellement en blanc.

Il faut mettre ce document en relation avec les autres moyens électroniques mis par le CHAN à la disposition des chercheurs :

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/guideorientation/introduction.htm

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/guideorientation/II-1-1-parlement.htm

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sa/x/xintro.htm


[1] Outre la mise en ligne sur le site des Archives nationales d’une remarquable introduction et un probable tirage papier mis à la disposition des chercheurs au CARAN, on attend la publication (en ligne et sur support classique) de l’ensemble de cet indispensable instrument de recherche.

[2] Archives nationales, Répertoire numérique des Archives du parlement de Paris, par Émile Campardon, Paris, 1889. Réimpression en 1977 par Krauss Reprints, avec en annexe la liste des inventaires anciens provenant des greffes du parlement de Paris, un répertoire numérique de X1C (par Robert André-Michel) et un Répertoire des registres criminels X2A 4-69 (1339-1514).

Cf. http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sa/x/xintro.htm

[3] Et ses nombreuses annexes.



Citer ce billet
Isabelle Brancourt (2023, 14 janvier). La réédition du Répertoire numérique de Campardon. Parlement(s) de Paris et d'ailleurs (XIIIe-XVIIIe s.). Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqpm

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à IHD-Jean Gaudemet (Université Paris 2-Panthéon-Assas - CNRS), en partenariat avec l'IHRIM (ENS Lyon - CNRS) pour le séminaire "Parlement(s), lui-même soutenu par le LabEx COMOD depuis 2012.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.