Dix ans déjà

Je dédie ce billet à la personne qui m’a fait découvrir, sur Internet, fin 2008, l’annonce de la création de la plateforme Hypothèses : une occasion que j’ai saisie. Cette collègue a pour nom Denise Lemaire, IT au Centre d’étude d’histoire judiciaire (département de l’Institut d’Histoire du Droit. UMR 7184). A elle, va ma reconnaissance affectueuse, en ce dixième anniversaire de la plateforme et, bientôt, en février, de ce carnet “Parlement de Paris”. C’était audacieux, peut-être, cela a étonné, sans doute, mais aujourd’hui, je sens plus que jamais la liberté créatrice que peut susciter l’administration d’un carnet de recherche. alors je souhaite partager ce retour d’expérience

Pour “célébrer” – au moins pour mettre en relief et procéder à un premier bilan décennal, un séminaire passionnant a été organisé aujourd’hui dans les locaux de l’Ecole des chartes, rue de Richelieu. Je n’ai pu assister qu’à la matinée. Dommage ! Mais je sais que l’ensemble des travaux de la journée seront publiés. Ne manquez pas d’aller sur les sites d’Hypothèses, du CLEO… sur https://hypotheses.org/, ou http://cleo.openedition.org/ . Marin Dacos, directeur du CLEO, a fait une tableau très riche du développement de la plateforme: son lancement par Pierre Mounier et lui-même, auquel peu croyaient, les étapes de sa croissance, son succès actuel, les questions que la situation pose à tous, carnetiers, utilisateurs, administrateurs… Son propos a été relayé par celui de François Pacaud, responsable du blogging scientifique sur Hypothèses qui nous apprit qu’il y avait aujourd’hui 4650 carnets dont 2760 placés au catalogue des carnets; qu’en 2018, il y eu 14,2 millions de visites. Précision des statistiques, des faits, des cartes, de l’organisation de l’équipe qui soutient quotidiennement les carnetiers, les conseillent, les orientent…, des perspectives et des questions actuels. A lui, à tous, nous redisons un immense merci !

Ont suivi quatre témoignages : celui de Karim Hammou, sociologue, pour son carnet Sur un son rap : http://surunsonrap.hypotheses.org/ , carnet de chercheur ; celui de Marie-Anne Paveau qui a débouché sur des publications importantes que j’ai pu ainsi découvrir : La pensée du discours sur http://penseedudiscours.hypotheses.org/ ; celui de Caroline Muller, historienne, spécialiste du XIXe siècle, carnet de thèse, intitulé – avec un humour qui transparut aussi dans l’exposé de cette aventure précoce – Acquis de conscience sur http://consciences.hypotheses.org/ ; enfin le carnet d’Anne Piponnier, carnet de programme de recherche créé “sur ordre” pour le Centre de recherche et d’études sur les médiations CREM (Université de Lorraine), intitulé Publics en question sur http://peq.hypotheses.org/. Je n’en dirai qu’une chose : REMARQUABLE ! Un véritable stimulant pour relancer cette aventure éditoriale originale qu’est le carnet de recherche… pour dix ans ? Avec tous ceux qui le voudront, ce sera plus sûr ! Alors n’hésitez pas : le carnet Parlement(s) de Paris et d’ailleurs. Chroniques des recherches dans des archives hors norme est ouvert à toute proposition de collaboration.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.