Dix ans déjà

Je dédie ce billet à la personne qui m’a fait découvrir, sur Internet, fin 2008, l’annonce de la création de la plateforme Hypothèses : une occasion que j’ai saisie. Cette collègue a pour nom Denise Lemaire, IT au Centre d’étude d’histoire judiciaire (département de l’Institut d’Histoire du Droit. UMR 7184). A elle, va ma reconnaissance affectueuse, en ce dixième anniversaire de la plateforme et, bientôt, en février, de ce carnet « Parlement de Paris ». C’était audacieux, peut-être, cela a étonné, sans doute, mais aujourd’hui, je sens plus que jamais la liberté créatrice que peut susciter l’administration d’un carnet de recherche. alors je souhaite partager ce retour d’expérience

Pour « célébrer » – au moins pour mettre en relief et procéder à un premier bilan décennal, un séminaire passionnant a été organisé aujourd’hui dans les locaux de l’Ecole des chartes, rue de Richelieu. Je n’ai pu assister qu’à la matinée. Dommage ! Mais je sais que l’ensemble des travaux de la journée seront publiés. Ne manquez pas d’aller sur les sites d’Hypothèses, du CLEO… sur https://hypotheses.org/, ou http://cleo.openedition.org/ . Marin Dacos, directeur du CLEO, a fait une tableau très riche du développement de la plateforme: son lancement par Pierre Mounier et lui-même, auquel peu croyaient, les étapes de sa croissance, son succès actuel, les questions que la situation pose à tous, carnetiers, utilisateurs, administrateurs… Son propos a été relayé par celui de François Pacaud, responsable du blogging scientifique sur Hypothèses qui nous apprit qu’il y avait aujourd’hui 4650 carnets dont 2760 placés au catalogue des carnets; qu’en 2018, il y eu 14,2 millions de visites. Précision des statistiques, des faits, des cartes, de l’organisation de l’équipe qui soutient quotidiennement les carnetiers, les conseillent, les orientent…, des perspectives et des questions actuels. A lui, à tous, nous redisons un immense merci !

Ont suivi quatre témoignages : celui de Karim Hammou, sociologue, pour son carnet Sur un son rap : http://surunsonrap.hypotheses.org/ , carnet de chercheur ; celui de Marie-Anne Paveau qui a débouché sur des publications importantes que j’ai pu ainsi découvrir : La pensée du discours sur http://penseedudiscours.hypotheses.org/ ; celui de Caroline Muller, historienne, spécialiste du XIXe siècle, carnet de thèse, intitulé – avec un humour qui transparut aussi dans l’exposé de cette aventure précoce – Acquis de conscience sur http://consciences.hypotheses.org/ ; enfin le carnet d’Anne Piponnier, carnet de programme de recherche créé « sur ordre » pour le Centre de recherche et d’études sur les médiations CREM (Université de Lorraine), intitulé Publics en question sur http://peq.hypotheses.org/. Je n’en dirai qu’une chose : REMARQUABLE ! Un véritable stimulant pour relancer cette aventure éditoriale originale qu’est le carnet de recherche… pour dix ans ? Avec tous ceux qui le voudront, ce sera plus sûr ! Alors n’hésitez pas : le carnet Parlement(s) de Paris et d’ailleurs. Chroniques des recherches dans des archives hors norme est ouvert à toute proposition de collaboration.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.