Delisle : suite et fin de son journal pour l’année 1725 (V)

La fin de ce volume est particulièrement remarquable, par son pittoresque sans doute, mais surtout par l’habitude que prend alors Delisle, à la fin de l’année judiciaire, de procéder, mois par mois, à une sorte de récapitulatif. Sa méthode se retrouve dans les volumes des années suivantes.

fol. 504 : « Toujours le pain cher. Cependant un peu diminué. Nouvelles que le lieutenant de police de cette ville et le prévost des marchands sont révoquéz et d’autre nomméz en leur place.

Le samedy 25 aoust 1725. Feste de St. Louis roy de France et jour de marché. Le pain plus abondant que le marché précédent, cependant encore cher et valant 6s et 6s et demy le pain bis blanc, mais sur la fin du marché, il a un peu diminué à 5s et 5s et demy ainsi que le pain bis, ce qui donne toute espérance qu’il diminuera encore au premier jour de marché, les premiers magistrats s’estans depuis plusieurs jours assembléz à cet effet chez Mr le Premier Président et souvent jusqu’à plus de 10 heures du soir.

Ce mesme jour à minuit, nouvelle est arrivée de Fontainebleau que le Roy avoit révoqué + [en marge : grâces à Dieu] M. Ravot d’Ombreval, lieutenant général de police de cette ville de Paris, dont tous les honnestes gens et encore plus le peuple estoient très malcontents et avec grande raison puisqu’il étoit cause de la cherté du pain, ce qui a causé une grande joye dans Paris, ainsi que de M. de Chasteauneuf, prévost des marchands, pareillement révoqué dont on faisoit aussi peu de cas par tout ce que l’on disoit de luy. L’on disoit aussi que M. Hérault, Me des Requêtes et intendant de Tours, a esté nommé lieut. général de police et que l’on donnoit à M. Ravot l’intendance de Tours et que M. le président Lambert nommé ++ [en marge : il y a desja du temps] prévost des marchands, entroit en exercice.

Bonne action au Roy et à M. le Duc qui commencent apparemment à connoistre la verité. »

fol. 505-508 : imprimés.

fol. 509 : « Encore placarts affichéz.

M. le Duc fait donner 10 mil escus pour les pauvres de Paris.

Le lundy 27 aoust 1725, sur les 10 à 11 heures du matin, j’ay veu un petit placart affiché à l’une des portes du palais appellée la porte du may, en écriture comme mouslée ou imprimée.

Il y avoit en titre en grosses lettres ‘Charges à vendre’. Jy ay lû à peu près que le Parlement craignant d’aller à Pontoise ne fesoit point pendre les gens qui fesoient rencherir le pain et autres choses à peu près du mesme stile, mais assés mal rangées (quoy qu’assurément tous les 1es magistrats y ayent fait leur devoir et mesme fait révoquer ++ [en marge : de leurs charges ceux qui en estoient la cause principale et de la police]. Je l’ay veu enlever par un huissier du parlement qui s’est trouvé là, lequel l’a porté sur le champ à M. le Premier Président qu’il n’a point trouvé étant allé au Palais-Royal.

L’on ma dit ce matin que trois de Mrs les curéz de Paris étant alléz depuis peu de jours à Fontainebleau y représenter la pressante nécessité des pauvres, M. le Duc leur avoit fait donner un ordre pour recevoir dix mil escus pour les soullager et leur dit qu’il y auroit beaucoup de blé incessament et que le pain diminueroit.

Nouvelles couroient ce matin que Mr d’Ombreval, lieutenant de police, étoit à la Bastille, les autres qu’il étoit parti en poste pour aller à Tours. »

fol. 510 : « Nouvelles du temps.

Le mercredy 29 aoust 1725, jour de marché, le pain diminué, grâces à Dieu, cette espérance que samedi prochain il diminuera encore davantage arrivant incessament des bleds de tous costéz.

Le Roy envoye au-devant de la Reyne pour luy faire avancer son voyage. Grande espérance et bonne augure de l’union et parfaite amitié par avance de leur heureux mariage.

Le Roy donne deux mil escus de pension à Mr Ravot d’Ombreval, cy-devant lieutenant général de police, pour le récompenser de ses grandes et belles actions ainsi que de ses services. C’est M. son frère qui me l’a dit. »

fol. 511-551 : réception d’Hérault comme lieutenant général de police. Séances et surtout imprimés (mariage du roi).

fol. 552-558 : compliments à la Reine. Fol. 552 « Mrs les députez du Parlement au nombre de 50 comptant les Gens du Roy vont à Fontainebleau faire compliment au Roy et à la Reyne sur leur heureux mariage.

fol. 552… Sire, etc… J’ay le compliment [du 1er Président] au 28 novembre suivant, jour que le récit de la députation a esté fait. » … (v°) « Madame, etc… J’ay aussi le compliment [du 1er président] au 28 novembre jour du récit de la députation. »… Fol. 553 : « La Reyne est jolie sans estre belle, des traits qui plaisent après l’avoir un peu regardée, et très gracieuse de visage et de parolles, et qui fait tous les jours l’admiration de toute la Cour par sa piété et par toutes ses vertus. Dieu veüille qu’elle continüe de plus en plus et qu’elle inspire au Roy ces mesmes vertus et du soulagement pour son peuple qui en a grand besoin ». Fol. 554 : « Mr de Massol, advocat général de la chambre des Comptes fit son compliment à Mme la Maréchale d’Estrées au lieu de la faire à la Reyne et (quoy qu’on luy fist signe et qu’on luy dist que ce n’étoit point la Reyne, il continua, et ayant fini, la Reyne dit en riant à Me la maréchalle d’Estrées : Madame, Votres Majesté me permet-elle de me lever et de m’en aller, ce qui l’a rejoüit fort et toute sa cour, et dont on a rit bien des fois depuis, et la Reyne la première. »

fol. 559-564 : imprimés concernant la chambre des vacations.

fol. 565 : copie d’une lettre de M. le Duc du 27 septembre 1725 au Premier Président. Indignation contre des membres du parlement qui par « des discours également faux et séditieux nourissent les clameurs d’un peuple mal informé… ».

fol. 566 : « Septembre 1725.

« Dans le présent mois de septembre 1725, assemblées tenües chez Mr le Premier Président presque tous les jours pour parvenir à la diminution du pain qui a vallu jusqu’à 7s et demy et 8s la livre, et pour faire venir des bleds en cette ville, ainsi qu’il avoit desja esté fait dans le cours du mois d’aoust précédent. Mrs les Gens du Roy restéz à Paris à cet effet, y estans, le lieutenant de police du Chastelet, plusieurs marchands de bled et gens négotians et de commerce.

Le lundy 17 dud. mois, plusieurs batteaux de bled arrivéz en cette ville, la rivière qui avoit esté débordée se trouvant à présent navigable.

Le mercredy 19, jour des 4 temps et jour de marché, le pain toujours aussi cher et vallant encor 5s et demy et six sols.

Le samedy 22 septembre, jour de marché, le pain a renchery, le peuple malcontent et avec raison, plusieurs boullangers pilléz dans les marchéz, à ce que l’on m’a dit, plusieurs femmes aussi, à ce que l’on m’a dit, sont venües le matin chez M. le Premier Président y apporter leur pain et se plaindre.

Le mercredy 26. Jour de marché, plusieurs ont dit le pain renchery, d’autres comme le dernier marché, et plusieurs qu’il étoit un peu diminué : j’en ay veu à 6s qu’une femme venant du marché m’a montré et m’a dit qu’il y en avoit à 5s. Cependant beaucoup de gens s’en plaignoient disant que la halle étoit tous les jours depuis quelque temps remplie de farine et de bled et par conséquent que le pain devoit diminuer, ou bien qu’il y avoit du mal entendu, jurant contre M. le Duc, les Paris et la Compagnie des Indes.

Le samedy 29. Feste de St. Michel. Jour de marché, le pain diminué de six deniers par livre, quelques personnes disoient mesme plus, et d’autres comme le dernier marché. Voilà une espérance qu’il continüera à diminuer, cependant toujours des soldats dans les marchez pour empêcher le bruit et que les boulangers ne soient pilléz.

Le mercredy 3 octobre, jour de marché, le pain grâces à Dieu, de beaucoup diminué, à la halle le pain blanc 4s et 4s et demy jusqu’à 5s, le pain bis blanc 3s et 3s et demy, ce qui donne une entière espérance qu’il diminuera encore au premier marché arrivant tous les jours des bleds sur les ports et la halle très bien garnie et la farine ne valant plus que 58s la plus belle, 45 et 35 la moindre. »

fol. 567 : « Broüillerie de M. le duc d’Orléans avec M. le Duc à ce que l’on disoit dans le monde.

« Le mercredy 26 et le jeudy 27 septembre 1725. Le bruit s’est répandu en cette ville de Paris qu’il y avoit eu quelques parolles un peu fortes dites entre M. le Duc d’Orléans et M. le Duc sans en dire la raison, mais que l’on veut estre au sujet du gouvernemen, qu’ils s’estoient mesme dit de gros mots en présence du Roy et que s’estans trouvéz quelque temps après dans les jardins de Fontainebleau où la cour est encore actuellement M. le duc d’Orléans avoit blessé M. le duc d’un coup d’épée au bras. Les uns disoient cela vray et les autres très faux et que cela n’étoit point vray mais qu’il y avoit seulement de la broüillerie entre eux parce que M. le Duc aiant apris que la Reyne parloit quelquefois à Madame la duchesse d’Orléans en polonois dont elle sçavoit la langue et par là luy pouvant dire bien des choses sans que les personnes qui ont l’honneur d’estre auprès d’elle pussent l’entendre pour estre reportées à M. le Duc, il l’avoit dit au Roy apparemment pour bien des raisons et que le Roy avoit prié la Reyne de ne le plus faire. Sçavoir de tout cela ce qui en est vray, je n’en sçai rien.

Ce qu’il y a de vray, à ce que l’on m’a dit, c’est que la Maison d’Orléans avec celle de Condé ont presque toujours esté broüilléz et encore plus depuis que le mariage du Roy a esté déclaré avec la princesse Marie + [en marge : aujourd’huy notre Reyne], chaque princesse de l’Europe aiant espérance d’estre choisie pour Reyne et par conséquent la princesse de Lorraine qui est d’Orléans et princesse très jolie encore plutost qu’une autre.

Ce qu’il y a encore de vray, c’est que Me la Duchesse d’Orléans est revenüe à Paris led. jour 26, mais l’on dit en mesme temps que c’est à cause de sa grossesse, et cejourdhuy jeudy 27 sur les 3 heures après midy, j’y ay veu arriver M. le Duc d’Orléans au Palais Royal dans sa chaise de poste aiant peu de suite puisqu’il n’avoit qu’un page à cheval et un escuyer avec luy.

L’on sçaura dans la suite ce qui sera vrai. »

fol. 568 : « Octobre 1725.

Le vendredy 5e octobre 1725. Encore assemblée tenüe chez le Premier Président comme il a esté cy devant fait deux fois la sepmaine depuis le mois d’aoust dernier pour le pain, y estoient Mrs les Gens du Roy, restéz à Paris à cet effet, et pour y entendre les officiers de Police qui y rendoient compte de l’état et du prix des bleds et de la farine.

Samedy 6, jour de marché. Le pain encore un peu diminué, le blanc 4s et 4s un liard, le bis blanc et pain bis à proportion. Le peuple plus tranquille, grâces à Dieu, plus qu’à l’ordinaire. Cependant toujours misère publique et un grand nombre de pauvres dans les rües et par tout.

Le bruit s’est répandu depuis quelques jours comme il est vrai, que M. le Duc a écrit une lettre à M. le Premier Président [en marge : Na la lettre est du 27 septembre 1725.] qui est encore actuellement à Paris pour le bled et pour le pain, par laquelle il se plaint fort que plusieurs de Mrs du Parlement ainsi que beaucoup d’autres personnes, à ce qu’il avoit apris, avoient dit tout haut au Palais et ailleurs, que le Roy étoit marchand de bled, le faisant achepter et enlever dans toutes les provinces pour le faire ensuite revendre, que cela vouloit dire que c’étoit luy qui faisoit faire ce trafic, gouvernant le royaume sous son autorité, et qu’il y faisoit en mesme temps des menaces, qu’il fera punir ceux qui ont parlé s’il en peut estre informé.
Le mercredy 10e jour de marché, le pain comme le dernier jour, quelques personnes l’ont dit cependant encore un peu diminué, plusieurs batteaux de bled encore arrivéz sur les ports et la halle garni avec abondance.

Le samedy 13, jour de marché, le pain comme le dernier jour.

M. le Premier Président et Mrs les Gens du Roy qui estoient toujours restéz à Paris pour ce sujet, en sont partis cejourdhuy pour aller à leurs campagnes pour cependant en revenir de mardy prochain en 8 jours pour tenir encore une assemblée et voir comme les choses iront afin de donner des ordres pour la police s’il est ainsi jugé nécessaire.

Le mercredy 17, jour de marché, le pain comme le dernier jour et toujours soldats mis dans les marchéz et le guet à cheval comme cy-devant, cependant plusieurs batteaux de bled encore arrivéz sur le port.

Le samedy 20, jour de marché, le pain encore à ce que l’on m’a dit, comme le dernier jour, cependant plusieurs personnes l’ont dit diminué et que le beau ne valoit que 3s et demy, et d’assés beau 2s.

[v°]  Le mardy 23 octobre. M. le Premier Président étant revenû de sa campagne ainsi que Mrs les Gens du Roy, assemblée a esté tenüe chez luy pour le pain et autres raisons comme il a esté cy-devant fait.

Le mercredy 24 jour de marché, le pain comme le marché précédent.

Mrs les Gens du Roy sont retournéz ce jour à leur campagne mais M. le Premier Président est demeuré en cette ville pour ne plus retourner a sa campagne (sic); leur assemblée doit encore se tenir mardy prochain.

Le samedy 27, veille de St Simon et St Jude, jour de jeûne, que finit la chambre des Vacations et jour de marché, le pain diminué, le beau 3s un liard, l’autre 2s, cependant plusieurs personnes disoient l’avoir achepté 3s et demy.

Dimanche 28, feste de St. Simon et St. Jude apostres.

Lundy 29.

Mardy 30. Encore l’assemblée tenüe chez M. le Premier Président pour laquelle Mrs les Gens du Roy sont revenus de leur campagne.

Mercredy 31. Veille de la Toussaint, jeûne et jour de marché, le pain 3s et le bis blanc 18 deniers et 2s.

Jeudi 1er novembre, feste de tous les saints.

Vendredy 2, feste des Trépasséz.

Samedy 3, feste de St. Marcel et jour de marché, le pain comme le marché précédent.

Dimanche 4.

Lundy 5.

Mardy 6. Encore l’assemblée tenüe chez M. le Premier Président à laquelle Mrs les Gens du Roy, revenus encore de la campagne à cet effet, ont toujours assisté, excepté M. le Procureur Général qui s’est trouvé incommodé. Ce mesme jour, nouvelles de Fontainebleau que le Roy s’estoit trouvé incommodé mais ce n’est seulement qu’une indigestion qui n’a point eu de suite. L’on disoit aussi que la Reyne étoit grosse, l’on scaura dans la suite si cela et bien vray. Dieu le veüille.

Mercredy 7, le pain comme les marchéz précédens.
Samedy 10 novembre, jour de marché, le pain renchéry, le pain blanc 3s et demy et 4s moins un liard, l’autre à proportion.

Dimanche 11e. St. Martin. »

fol. 570. Rapport de la séance du 13 oct., chambre des vacations. Manuscrit.

fol. 571 : imprimé.

fol. 572 : « Nouvelles venües de Fontainebleau où le Roy et la Reyne sont toujours.

« Le mercredy 17 octobre 1725. Nouvelles se sont répandües dans cette ville que le Roy avoit rappellé M. Le Blanc, cy devant secretaire d’Estat pour la guerre, pour le remettre dans les fonctions de sa charge qu’il a toujours exercée avec beaucoup d’honneur et au contentement de tous les officiers et de tous les honnestes gens. Lesquelles se sont trouvées fausses.
Mr de Prye fait duc par Me de Prye, sa femme, maîtresse de M. le Duc, apparemment pour récompenser ses bons services, à ce que l’on disoit, ce qui s’est pareillement trouvé faux.

M. le comte de St. Florentin, secrétaire d’Etat par la mort de Mr de La Vrillière, son père, arrivée depuis quelque temps, aussi fait Duc, on n’en dit point la raison ni pourquoy, chose aussy fausse.

Les trouppes augmentées tant cavalerie qu’infanterie, ce qui voudroit dire que nous pourrions avoir la guerre, cependant l’on disoit, il y a quelque temps, les choses raccommandées (sic) avec l’Espagne et mesme qu’il y avoit un traité de conciliation.

L’on a dit aussi qu’estant arrivé il y a quelques jours à Vincennes où est la Reyne d’Espagne, un duel, dispute ou querelle entre Mr le comte de Brancas, son capitaine des gardes, et Mr le duc de Nevers, son premier escuyer, pourquoy led. sr. de Brancas s’estant sauvé comme étant l’agresseur, le Roy n’en avoit voulu connoistre et qu’il avoit renvoyé l’affaire à la Reyne d’Espagne pour + [en marge : en connoistre] la juger, la chose s’estant passée chéz elle et entre des officiers de sa maison comme étant princesse estrangère. L’on disoit que Mr de Brancas, l’agresseur, ayant tiré son espée et M. de Nevers la sienne, en féraillant, M. de Nevers luy donna un coup de fouet sur son espée qu’il luy fit tomber, que l’ayant ramassée, luy avoit rendüe, et remis la sienne croyant la chose finie, Mr de Brancas luy donna coup sur coup 3 coups d’épée dont il est fort blessé. L’on verra les suite de cette affaire qui ne fait point d’honneur à M. de Brancas.

fol. 573- 582 : imprimés. Plus feuillets blancs.

Fin du volume.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *