Jean-Gilbert Delisle : son journal pour 1725 (IV)

La suite contient des éléments très intéressants sur le climat parisien à l’occasion du renchérissement des blés, d’une part, et sur la préparation du mariage de Louis XV, d’autre part :

fol. 384-409 : séances, arrêts et imprimés. Dont fol. 392 : cause de Mlle de Choiseul ; fol. 395 : descente de la chasse de Sainte Geneviève.

fol. 410 : « 1er juillet 1725.

Arrivée de la Reyne d’Espagne à Vincennes où elle doit faire sa demeure… » (une petite page de « journal »).

fol. 411-412 : arrêt imprimé.

fol. 413 : « 31 juillet 1725.

« Concernant le lit de justice tenu le 8 juin dernier qui n’a esté donné que cejourdhyt 31 juillet 1725 au public… (« journal »). « Na que la minute du lit de justice, qui avoit esté mise au net chez M. Ysabeau l’un des principaux commis au greffe pour estre signée, ne l’a point esté, et qu’elle a esté changée et refaite à chantilly chez M. le Duc ou chez M. le Garde des Sceaux qui l’a signée ainsi qu’il est marqué dans l’imprimé ».

fol. 414 : « 2 aoust 1725.

« En la Tournelle,

Le jeudy 2e aoust 1725, le sr de La Barre, lieutenant du prévost de l’Isle de France, sa femme fort jolie, et autres accuséz, prisonniers depuis plus [surchargé : près ?] d’un an pour raison de la suite de l’affaire de M. Le Blanc et de plusieurs assassins et gens pendus dans differentes maisons et surtout dans celle dud. sr de La Barre, tous jugéz et renvoyéz de l’accusation, et par conséquent mis hors des prisons de la conciergerie, sur quoy plusieurs personnes disoient que ce procès criminel ne feroit pas d’honneur à M. le Procureur général.

La charge dud. sr de La Barre étoit exercée + [en marge : pendant ce temps là] par le sr Collart qui étoit cy devant huissier du Parlement dans laquelle il va rentrer. »

fol. 415 – 454 : imprimés, séances et arrêts. Dont fol. 432, à la fin : « Après la levée de la Cour, Mrs les Présidens se sont assembléz chez Mr le Premier Président qui les avoit prier de vouloir bien s’y rendre. Sçavoir ce que c’est, je nen scai rien ». Fol. 433 (à l’occasion de la procession du 15 aôut : « à pied quoy qu’il tombast alors un peu de pluye », puis fol. 434 : le même récit : « Copié sur la minute ».

fol. 455-467 : descente et procession de la chasse de Sainte Geneviève. Manuscrit et imprimé. Dont fol. 459 : « Remarques à faire sur le procès verbal de la Procession de la chasse de Ste Geneviève… pour les changemens du cérémonial et des places qui se sont faits depuis 1559 jusques à present « : « Il paroit premièrement par les registres… Il est encore marqué dans les registres… (v°) « Na que Mr l’archevesque de Paris en entrant dans l’église de Ste Genneviefve a donné (à ce que l’on m’a dit) la bénédiction, ce qu’il ne devoit pas faire ; luy aiant esté dit, en a fait excuse.

A la Procession, l’abbé de Ste Genneviefve estoit porté dans un fauteüil pour son grand âge et ses infirmités, cecy ne s’y [est] point marqué dans le procès verbal du Parlement.

La Procession rentrée à Ste Genneviefve, l’abbé étant trop fatigué ne donna point la bénédiction solennelle quoi que cela soit marqué dans le procès verbal mais étant un usage ancien l’on l’a ainsi marqué. »

fol. 468 : « Bagarre pour le pain renchery.

« Le lundy 9e juillet 1725 vers les 4 à 5 heures après midy, grande bagarre au faubourg St Antoine chez un boullanger pour le pain renchery à plusieurs particuliers ; grand nombre de peuple assemblé, le boullanger pillé ; les commissaires, le guet et autres archers s’y trouvent, plusieurs personnes blessées, un jeune garçon de 12 ans tué et apporté à la morgue, un mousquetaire tué en passant d’un coup perdu, l’hostel des mousquetaires fermé pour empêcher la suite du malheur arrivé, ainsi que la porte St Antoine pour éviter le grand nombre de peuple qui y couroit de tous costéz. Mr le Premier Président et Mr le Procureur Général s’y trouvent pour donner des ordres pour appaiser ce tumulte. Plusieurs bourgeois qui s’y estoient mesléz mis prisonniers. L’on disoit que l’on cherchoit le lieutenant de police (qui n’est point aimé et au contraire fort hay) pour le tuer.

Le mercredy 11. Jour de marché, le pain renchery et vendu 4s et demy, cependant point de bagarre ni aucun bruit, des officiers de police et autres dans les marchéz pour maintenir le peuple.

Depuis peu de jours, à Rouën, pareille bagarre pour le pain, Mr le duc de Luxembourg, gouverneur, une glace de son carosse cassée.

Et à Caën aussi, grand bagarre pour le pain dans le mois de juin précédent.

Misère à la campagne ainsi qu’à Paris. »

fol. 469 : réflexions à propos du lit de justice et des difficultés de d’Armenonville à le faire imprimer.

fol. 470-471 : service à St. Sulpice pour le président d’Aligre.

fol. 472 : « Le 15 juillet 1725. Nouvelles de Chantilly.

Que le Roy y chassoit souvent à son ordinaire, fatiguoit beaucoup ses officiers et que son souper se faisoit souvent fort tard ; que la compagnie n’y étoit pas nombreuse pour le Roy et que l’on joüoit peu faute d’argent.

Que le voyage de M. le duc d’Orléans pour aller à Strasbourg y espouser la Reyne au nom du Roy étoit retardé sans que l’on en dist la raison, que l’on luy donnoit pour son voyage (n’ayant point d’argent) cent mil escus, quelques personnes disoient mesme 500 mil francs.

Qu’il y avoit du broüillement dans le gouvernement, que M. le Duc ostoit les diamans de Me la comtesse de Prie, sa chère maitresse, qu’elle avoit receu 50 mil escus sur le 50e qui alloit estre levé le mois prochain, que cependant M. le garde des sceaux branlant dans le manche sans que l’on dit pourquoy, elle l’avoit raccommodé avec luy.

Que dans un mois ou deux, l’on verroit assurément du changement dans le gouvernement.

Dieu veüille que ce soit en mieux, tout le peuple en ayant grand besoin. »

fol. 473 : imprimé : sentence de mort contre Philippe Auger et Antoine Aubrot pour sédition dans le faubourg St. Antoine et pillage, pendus et 200 livres d’amende.

fol. 474 : « Baptesme du petit fils de M. le Premier Président.  

« Le Roy Stanislas avec la princesse Marie, notre future Reyne, arrivent à Strasbourg.

… J’ay veu ce matin 20 dud. mois une lettre de Strasbourg par laquelle il est marqué que le Roy Stanislas y étoit arrivé le 3e dudit mois de juillet avec la Princesse Marie sa fille, notre future  Reyne, que l’on dit maigrie depuis quelque temps, mais Princesse très aimable, l’air doux et qui paroist remplie de vertus ; que l’on fut au-devant de leurs Majestéz polonoises et les troupes rangées depuis la porte de la ville jusqu’au Palais où ils sont logéz, que l’on ne tira le canon qu’après leur arrivée crainte des accidens, que l’on leur a fait tous les honneurs deuës aux testes couronnées ; grande joye marquée par le peuple qui abondoit de tous costéz, qu’ils estoient gardéz par les troupes de la ville et que le soir il y avoit eu des feux et des illuminations avec devises aux armes de France et de Pologne. Que le lendemain 4e dud. mois, le Roy Stanislas avoit esté le matin rendre visite à M. le Cardinal de Rohan, et qu’ils estoient venus ensemble à l’église cathédralle où il avoit apparemment oüy la messe et, de là, disner au palais.

L’on disoit que leurs Majestéz polonoises n’étans pas en seureté à Wissembourg, étoient venus à Strasbourg où cependant l’on disoit qu’elles ne l’étoient pas plus qu’à Wissembourg.

Cela marque bien que l’Empereur, le Roy d’Espagne, le duc de Savoye et autres testes couronnées ne sont pas fort contents du mariage du Roy avec la princesse Marie. »

fol. 475-477 : imprimés.

fol. 478 : « Nouvelles du temps. Juillet et aoust 1725.

« Nouvelles du temps des mois de juillet et aoust 1725. Beaucoup de misère tant à Paris qu’à la campagne pour le pain renchery par l’enlèvement qui avoit esté fait et se faisoit des bléz de chez les fermiers et laboureurs, mesme dans les marchéz par des personnes préposéz par la Compagnie des Indes (à ce que l’on disoit) et autres personnes par des ordres supérieurs. Il valloit dans plusieurs provinces jusqu’à 5s, 5s 6d et mesme 6s. Le peuple malcontent et avec raison, voyant grâces à Dieu, une très belle récolte, chacun murmurant contre le gouvernement à ce sujet.

Le dimanche 22 juillet, l’on disoit nouvelle arrivée que M. le duc de Richelieu, ambassadeur pour le Roy vers l’Empereur à Vienne, n’i étoit point entré, l’Empereur voulant donner le pas sur luy à celuy d’Espagne, ce qui étoit contre la règle, le droit et l’ancien usage, l’ambassadeur de France aiant toujours le pas sur celuy d’Espagne, et que sur cela et suivant les ordres du Roy, il avoit sur le champ renvoyé ses équipages et revenoit. Ce qui faisoit dire que la guerre à la France conjointement avec le Roy d’Espagne et le duc de Savoye par le mescontentement qu’ils avoient du gouvernement et particulièrement du mariage du Roy avec la princesse Marie, fille du Roy Stanislas, qui se faisoit sans leur consentement. Cependant quelques jours après, l’on a mis dans les gazettes qu’il étoit arrivé à Vienne le 8e dud. mois , avoit vu M. le prince Eugesne, et qu’il avoit mesme audience de l’Empereur le 13, mais, dans celle de Hollande étoit marqué qu’il pourroit bien revenir de son ambassade avant la fin de cette année.

Au commencement du mois d’aoust, l’on disoit que M. le duc d’Orléans, lequel étoit en route pour aller à Strasbourg y espouser la Reyne au nom du Roy, aiant toujours du mécontentement de ce mariage, s’étoit arresté en chemin, dont l’on ne disoit point le sujet, qu’il y avoit eu des courriers de sa part au Roy, et d’autres de M. le Duc apparemment à ce sujet ; cependant quelques jours après, l’on disoit quil continuoit sa route. »

fol. 479-494 : séances et imprimés.

fol. 495 : « Concernant Mrs des chambres des Enquestes et Requestes pour lettres patentes contre eux registrées au dernier lit de justice le 8 juin 1725.

Mémoire. 27 juillet 1725.

« L’on m’a dit cedit jour que sur la fin du mois de juin dernier et dans ce présent mois de juillet, Mrs des chambres des Enquêtes et Requêtes du palais, voyant que le Roy n’avoit rien fait et ne faisoit rien répondre jusqu’à ce jour sur les très humbles supplications qui luy ont esté faites par Mr le Premier Président au nom de la compagnie pour la révocation des lettres [etc.] continuoient à dire bien des choses à ce sujet et qu’ils faisoient mesmes de grands mouvemens pour pouvoir obtenir cette révocation + [en marge : et plus particulièrement Mrs de la 3e et de la 5e ] ; et qu’il étoit à craindre qu’ils ne prissent le party de ne plus rien faire aucun service tant en leurs chambres qu’en la Tournelle ce que plusieurs avoient desja voulu faire, mais invitéz et priéz de ne le point faire. »

fol. 496-503 : imprimés.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.