Toujours Delisle : son journal en 1725 (II)

Suite du billet du 31 août 2009 :

fol. 147-148 : séances du 7, 9, 16, 21, 23 février 1725 concernant la cause de Mlle de Choiseul. « Na l’on ma dit qu’il y avoit eu 20 voix pour l’arrest et 7 à joindre conformément aux conclusions adjoutant differentes choses dans leurs advis dont un de Mrs à faire des deffenses à tous chirurgiens et accoucheurs de tenir de pareils registres » (148).

fol. 149 : 7 février 1725. Jean Bonain reçu greffier garde-sacs des Enquêtes et du dépôt civil du Parlement. Lettres de provision du 15 janvier 1725. « Par contrat passé devant Valet et son confrères, notaires à Paris, le 12 janvier 1725, dont ledit Valet a la minutte, led. Mr Jean Bonain a aquis de Mr Louis Jacques Landrin led. office aux honneurs, gages et émolumens y attribués sur la procuration ad resignandum d’Alexandre Guyot dernier pourvu dud. office auquel led. Landrin ne s’étoit pas fait recevoir pour par led. sr. Bonain jouir des émolumens à commencer du premier janvier mil sept cent vingtcinq. »

fol. 150-157 : imprimés.

fol. 158 : ouverture du rôle de Paris. Grande audience. Lundi 19 février 1725.

fol. 159-160 : manuscrit : « Maladie du roy ». Séance du 22 février : « l’inquiétude naturelle que la Cour a toujours sur une santé si chère à l’Estat et à la compagnie en particulier » (159).

fol. 161-165 : manuscrits. Séances. « Copié sur la minute que j’ai faite » (165).

fol. 166-167 : arrêt imprimé de condamnation à mort de Siméon Lempereur, soldat, pour assassinat.

fol. 168-170 : séances. Manuscrits.

fol. 171-196 : imprimés.

fol. 197-199 : manuscrit. Séance du 19 mars et arrêt. Réception du duc de Béthune-Charost. « Na je nai rien oüy dire du disner, scavoir s’il a regalé Mrs les Princes, pairs et un grand nombre de Mrs du Parlement ainsi qu’il a esté fait depuis quelques années suivant l’ancien usage ». (198).

fol. 200-207 : séances. Manuscrit.

fol. 208-211 : imprimé.

fol. 212 : séance/ manus.

fol. 213 : Apostille : « Réduction des Anglois sous Charles 7 ». Séance du 6 avril 1725 : « supplier la Cour d’assister à la messe et prières accoutumées estre faites à pareil jour en l’église de Notre Dame pour l’heureuse réduction de lad. ville sous l’obéissance du Roy Charles 7e »… « Na qu’à cette cérémonie Mrs du parlement sont meslés avec Mrs de la chambre des Comptes suivant l’ancien usage qui s’observe depuis 1436 ». Relation d’une contestation (protocole) entre les huissiers de la chambre des comptes et ceux du Parlement.

fol. 214-215 : séances ; manuscrits. (215 : Mercurialle. « J’ay la séance »… « Beau discours [de Pierre Gilbert] (que l’on peut dire un sermon) sur la concorde et l’union si nécessaires dans toutes les compagnies et parmi les magistrats qui composent cet auguste tribunal, pour le maintien de la justice, le bonheur de l’Etat, le service des citoyens et pour le bien public. Il en a marqué tout le bien et le repos de la conscience du magistrat [en marge : ainsi que des familles] et en mesme temps tous les effets funestes de la division, et ensuite il a parlé sur la parfaite union de la compagnie qui n’avoit jamais mieux paru que dans ce séjour estranger (à Pontoise en 1720) où elle étoit comme une seule famille et dont il a relevé l’obéissance et le courage ; et en finissant a fait des vœux pour que cette parfaite union régner (sic) dans tous les magistrats à la gloire du Sénat » (215). Puis à propos du discours du premier président : « Discours sur l’obligation qu’avoit le magistrat de la recherche de sa conduite que le public est en droit de luy demander, de ce qu’il avoir dû faire et de ce qu’il n’avoit pas fait… C’est ainsi que par une parfaite union nous concourerons tous au service du Roy, au bien de la justice, à la gloire de la patrie et en mesme temps à celle de cet auguste tribunal qui en doit estre le plus ferme appuy » (215 v°).

fol. 216 : séance. Manus.

fol. 217 : avec apostille : « Contestation, querelle ou dispute entre M. le garde des sceaux et M. le Premier President pour luy escrire dans les termes de monseigneur »… « Il luy répondit sur cela qu’il voyoit bien à quoy il tenoit, et qu’il demandoit qu’il luy écrivist en le traitant de Monseigneur, ce qu’il ne pouvoit et ne devoit pas faire. Mr le garde des sceaux luy dit le contraire et qu’il le devoit faire mesmes dans ces termes, representant Mr. le chancelier. A quoy M. le Premier luy répondit sur cela qu’il en faisoit bien les fonctions en son absence, mais qu’il ne le représentoit pas et de plus, que ne pouvant le présider dans la compagnie, il ne pouvoit ni ne devoit le faire ; à quoy M. le garde des sceaux insistant toujours, et M. le Premier Président au contraire, les choses en sont demeurées là jusqu’à ce jourdhuy 8e jour de may audit an.

Ce qui pourra durer un longtemps attendu que Mr le Premier Président a pris le parti de ne le pas faire, ainsi qu’il le doit, et tous Mrs de la compagnie estant dans ce mesme sentiment, à ce que l’on m’a dit » (217). Cf. fin de l’affaire au f° 285.

fol. 218 : « Madame la Princesse de Conty la jeune revenue avec son mari ».

fol. 219-230 : imprimé

fol. 231 : « concernant l’inventaire de feu M. le duc d’Orléans ».

fol. 232-284 : imprimés et séances manus. sans intérêt particulier.

fol. 255 : « Naissance de M. le duc de Chartres fils aîné de M. le duc d’Orléans ». … « Mais Dieu veuille que ce prince vallent mieux que M. le duc d’Orléans son grand père, qui a ruiné tout le royaume pendant sa Régence, et qu’il ressemble à M. le duc d’Orléans son père dont on dit beaucoup de bien ».

fol. 261 : « Le roy déclare enfin son mariage avec la princesse Marie, fille du Roy Stanislas ».

fol. 277 : imprimé : « Extrait de la cause de Mlle de Choiseul ».

fol. 279 : écriture différente et extraordinaire (Gilbert ?).

fol. 286 : « Les harangères de la halle vont faire compliment au roy de son mariage et font chanter le Te Deum »… « à ce que l’on ma dit… » (pittoresque).

fol. 287-298 : imprimés.

fol. 299 : affaire de La Jonchère.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.