Récente soutenance de thèse : « Formes et réformes : la prison parisienne au XVIII siècle »

La Conciergerie

Le vendredi 22 septembre 2017, à Montréal, Sophie Abdela a soutenu brillamment sa thèse de doctorat sur le thème de :

Formes et réformes : la prison parisienne au XVIIIe siècle

sous la direction de notre ami Pascal Bastien, professeur d’Histoire  moderne à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et de M. Vincent Milliot, directeur de recherche au CNRS.

Argumentaire:

On sait bien peu de choses sur la prison parisienne du XVIIIe siècle. Si le péniten-cier du XIXe a fasciné les historiens, ceux-ci ont largement négligé la geôle d’Ancien Régime. La thèse de Sophie Abdela vise à combler une partie de cette lacune en explorant le monde carcéral du Paris du XVIIIe siècle. Elle propose de rompre avec l’historiographie traditionnelle qui voit dans cette prison pré-pénale un objet isolé: la geôle ordinaire d’Ancien Régime doit être intégrée à part entière dans l’histoire carcérale, celle-là même qui mène jusqu’au pénitencier. Pour le démontrer, l’argumentation explore trois dimensions de la prison.

D’abord, son aspect matériel, ses évolutions et, surtout, ses relations avec le cadre urbain environnant.

Le Grand Châtelet de Paris

Ensuite, son aspect financier: comment et par qui la prison parisienne du XVIIIe siècle est-elle financée? Qui sont ses partenaires commerciaux? Comment l’argent circule-t-il à l’intérieur même des établissements?

Le ferrement des forçats au départ de la prison de Bicêtre

Et, finalement, son aspect humain: les hommes, personnel comme détenus, structurent eux aussi la geôle, dictent en partie son fonction-nement et partici-pent activement à sa réforme.
À travers ces trois dimensions, la prison d’Ancien Régime apparaît sous un nouveau jour: loin de demeurer statique, elle est mise en mouvement par des réflexions administratives, urbanistiques et hygiénistes qui n’ont de cesse d’exiger d’elle de profondes transformations.


Pour réaliser ses travaux, Sophie Abdela a procédé à de profondes investigations dans les fonds des parlements, spécialement ceux du Parlement de Paris, aux Archives nationales. Elle a ainsi acquis une maîtrise certaine du maniement pourtant complexe de ce fonds océanique (série X en particulier), notamment à partir des minutes des requêtes du procureur général du Roi.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.