Entendre aussi résonner les rires du passé…

Le Parlement, à n’en pas douter, est une institution fort sérieuse. Pourtant nos dignes magistrats – tout comme les curés – ont pu y contracter quelques fous-rires mémorables. Rares sont les sources qui nous en donnent les échos. Sous la Fronde, le conseiller Jean Le Boindre, au vol de ses Débats du Parlement sous la Minorité de Louis XIV[1], surprend son lecteur par quelques anecdotes particulièrement burlesques, peu nombreuses, c’est vrai, mais qui nous font comme entendre le rire du passé. Aujourd’hui, je voudrai vous faire partager l’humour qui ressort du journal de Jean-Gilbert Delisle dont on ne finit pas de savourer les richesses. Voici la scène.

Dans les derniers jours d’août 1725, la magistrature parisienne au grand complet est invitée à venir à Fontainebleau faire ses compliments à la nouvelle reine[2] et féliciter le roi : Louis XV et Marie Leszczynska viennent de se marier. La France entière partage cette “fête de famille” et, tout le premier, notre secrétaire-commis au greffe du parlement de Paris[3]. A l’affût des nouvelles, il note ingénument dans son journal les mille et un bruits qui courent :

Arch. nat., U 368, fol. 552 : « Sire, etc… J’ay le compliment [du Premier président] au 28 novembre suivant, jour que le recit de la députation a esté fait. » [… ] Fol. 553 : « La Reyne est jolie sans estre belle, des traits qui plaisent après l’avoir un peu regardée, et très gracieuse de visage et de parolles, et qui fait tous les jours l’admiration de toute la Cour par sa piété et par toutes ses vertus. Dieu veüille qu’elle continüe de plus en plus et qu’elle inspire au Roy ces mesmes vertus et du soulagement pour son peuple qui en a grand besoin ». Fol. 554 : « Mr de Massol, advocat general de la chambre des Comptes, fit son compliment à Mme la Maréchale d’Estrées au lieu de la faire à la Reyne et quoy qu’on luy fist signe et qu’on luy dist que ce n’étoit point la Reyne, il continua, et ayant fini, la Reyne dit en riant à Mme la maréchalle d’Estrées : Madame, Votre Majesté me permet-elle de me lever et de m’en aller ?, ce qui l’a rejoüit (sic) fort et toute sa cour, et dont on a rit bien des fois depuis, et la Reyne la première. »

Pense-t-on parfois au rire des rois et des grands ?


[1] Edités par Orest et Patricia Ranum, avec une étude de Robert Descimon, pour le tome 1 (1648-1649), par Isabelle Storez-Brancourt, avec une table des magistrats pour le tome 2 (1650-1653), publiés par les Editions Honoré Champion-Slatkine, Paris-Genève, 1997 et 2002.

[2] « Mrs les deputez du Parlement au nombre de 50 comptant les Gens du Roy vont a Fontainebleau faire compliment au Roy et a la Reyne sur leur heureux mariage » (Arch.nat., U 368, fol. 552).

[3] « Le mercredy 29 aoust 1725, jour de marché […] Le Roy envoye au-devant de la Reyne pour luy faire avancer son voyage. Grande esperance et bonne augure de l’union et parfaite amitié par avance de leur heureux mariage » (ibid, fol. 510).



Citer ce billet
Isabelle Brancourt (2009, 19 août). Entendre aussi résonner les rires du passé… Parlement(s) de Paris et d'ailleurs (XIIIe-XVIIIe s.). Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sqkc

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à IHD-Jean Gaudemet (Université Paris 2-Panthéon-Assas - CNRS), en partenariat avec l'IHRIM (ENS Lyon - CNRS) pour le séminaire "Parlement(s), lui-même soutenu par le LabEx COMOD depuis 2012.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.