Relais d’information et question de curiosité : le(s) Parlement(s) sont-ils concernés ?

A l’initiative du Professeur Antoine Follain, de l’université de Strasbourg, le séminaire “Trop, c’est trop !” propose une séance qui mérite attention : le vendredi 1er avril, au Palais universitaire de Strasbourg a/c de 11h en salle 141. Il s’agira d’une séance double axée sur la répression de la délinquance des clercs à l’époque moderne.

Avec Kevin Saule, d’abord : « Trop, est-ce vraiment trop ? Paroisses et autorités judiciaires ecclésiastiques face aux curés délinquants au XVIIe siècle ». Résumé : Le Grand siècle est celui de la répression de la délinquance ecclésiastique. Ainsi, dans le seul diocèse de Beauvais, au XVIIe siècle, près de deux cents curés font l’objet de poursuites judiciaires pour avoir enfreint les règles imposées par l’Eglise en matière de discipline. Violents, âpres au gain, concubinaires, les curés délinquants du diocèse sont au cœur de l’entreprise de réformation des mœurs entamée dans le sillage du concile de Trente. Toutefois, nous montrerons qu’en dépit de la multitude des griefs reprochés aux curés, derrière les discours réprobateurs que certains villageois formulent à l’attention des autorités judiciaires, la paroisse et l’officialité elle-même firent preuve de clémence à l’endroit des prêtres scandaleux. En somme, l’intolérable et l’insupportable, s’ils sont pourtant clairement identifiés, ne donnèrent pas nécessairement lieu à condamnation.

Avec Sarah Dumortier, ensuite: « ‘Il est impossible de souffrir plu lontems les ordures qui se font au presbitaire.’ La paroisse, entre tolérance et condamnation de la sexualité des gens d’Église (XVIe-XVIIIe siècles) ». Résumé : Si la sexualité des gens d’Église est honnie et condamnée, si les justices ecclésiastique et séculière luttent pour normaliser l’absence de sexualité des ecclésiastiques, force est de constater via les sources judiciaires des officialités qu’une minorité dévoyée exerce dans les paroisses tout au long de l’époque moderne. Ces sources permettent au chercheur de découvrir un théâtre du quotidien où une sociabilité particulière règne entre le prêtre délinquant et ses fidèles. Cette sociabilité est bien éloignée des exigences de perfection pastorale où le bon prêtre doit porter les marques de son état, se tenir à l’écart et faire rejaillir sa sainteté sur ses ouailles. Le desservant de la paroisse est un proche qui partage un même mode de vie, des préoccupations communes et il se place avant tout au sein d’une communauté villageoise et non pas ecclésiastique. Ce ‘vivre ensemble’ est alors perturbé par la ou les liaisons de l’homme d’Église et il revient de s’interroger sur la perception et l’acceptation de la conjugalité et de la sexualité ecclésiastique par les paroissiens. L’attitude des fidèles est difficile à définir tant les interrogatoires menés sont orientés et passés au prisme d’une institution religieuse et masculine, cependant les recours collectifs à la justice ou la teneur des reproches qui apparaissent dans les procédures ex officio permettent de saisir les indulgences et les attitudes jugées inacceptables. L’analyse rigoureuse, et détachée d’une approche uniquement descriptive, des dossiers de procédure de six officialités (Beauvais, Cambrai, Châlons-en-Champagne, Paris, Reims et Troyes) permet de mettre en évidence le « seuil de tolérance » des paroissiens face à leur desservant dévoyé mais également les propres normes des communautés face à la sexualité ecclésiastique. Dès lors, le chercheur perçoit les matérialités inhérentes au siècle et à l’avancée de la réformation catholique, mais peut également établir les comportements acceptés, voire admirés, parfois moqués, et les différencier de ceux qui amènent les fidèles à se détourner de l’Église, à quérir de nouveaux confesseurs et à saisir la justice. Il faut donc s’interroger sur les limites des fidèles face aux frasques amoureuses du curé ou de ses auxiliaires, sur leurs représentations du hors-norme, sur les matérialités du scandale tel qu’ils le dépeignent mais également sur les réalités concrètes de leurs actions lorsque leur tolérance n’est plus de mise.

On aimerait savoir si les travaux de recherche ont pu concerner les archives du Parlement, en particulier si les procédures étudiées ont fait l’objet d’appels comme d’abus. Avis aux auteurs et aux auditeurs, s’ils veulent bien mettre une ligne de commentaire à ce billet. Merci d’avance pour nos lecteurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.