Montesquieu : Histoire de France et d’ailleurs, à travers les Lettres persanes (III)

Reste la Cour évoquée dans la lettre XXXVII (p. 156). Tout le passage mérite un commentaire historique circonstancié qui fait transition avec le précédent billet, pour cette dernière partie de  l’« histoire du règne » de Louis XIV à travers les Lettres persanes.

L’entourage du vieux roi se compose, en cercles concentriques, de sa famille, des officiers de l’hôtel du roi (grand chambellan, premier valet de chambre, etc…) et autres « domestiques », de ses conseillers et ministres qu’il voit chaque jour ou presque, en séance ou en particulier (dans ce cas, on parle du « travail du roi »), et enfin des courtisans innombrables qui peuplent Versailles depuis qu’en 1682, le roi a décidé d’en faire sa résidence principale.

De la famille du roi, Montesquieu n’évoque, dans la lettre XXXVII, que la vieille « maîtresse » de quatre-vingts ans : sauf à entendre le terme en son sens figuré, en fait – on le sait – Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon[1], déjà aimée, était devenue l’épouse du roi, jamais plus trompée. Mariage légitime de deux veufs, datant de la nuit du 9 au 10 octobre 1683, mais mariage « secret » et morganatique, dont personne, évidemment, ne doutait plus à la cour dans les années 1700-1715 ! Pour autant elle n’était guère appréciée du « public », sauf d’un cercle d’intimes, de parents et d’amis qu’on se plaisait à croire relativement étroit. La célèbre Palatine[2] lui décoche mille et uns surnoms désobligeants : Madame de Maintenon est, pour elle, « la vieille ripopée », « chiffon » ou « l’ordure du grand homme »[3]. Le duc de Saint-Simon, pour sa part, ne décolère pas de s’être laissé souffler son avancement dans l’armée au profit d’un neveu de l’ultime et définitive « favorite » ; l’influence qu’il lui suppose alors en politique conduit le duc, comme beaucoup d’autres, à l’accuser d’ingérence dans le gouvernement : elle en devient ainsi, sous la plume acerbe du grand seigneur, le « concapitaine » du navire de l’Etat, comme son amie, Madame des Ursins[4], est taxée de « conlieutenant »… Montesquieu, sans insistance toutefois, participe donc dans ce passage des Lettres à une opinion assez commune qui présume une certaine forme de mise en tutelle de la volonté du vieux roi : de fait, Madame de Maintenon a sans doute joué un rôle réel dans l’ascension des bâtards royaux, entre 1711 et 1714. Elle avait été la gouvernante et l’éducatrice des enfants adultérins du roi et de Madame de Montespan, entre autres du duc du Maine et du comte de Toulouse. Elle fut pour eux une véritable mère de substitution. Ils furent pour elle les enfants très aimés qu’elle n’avait pu mettre au monde. Le caractère absolument inédit de l’habilitation des bâtards, et de leur descendance, à succéder au trône en cas d’extinction complète de la Maison de Bourbon (édit de juillet 1714), devait alimenter une controverse très active au sein de l’aristocratie, et son rejet scandalisé de la part de tous les princes du sang. L’édit du 1er juillet 1717 proclama que ladite habilitation était annulée comme contraire « aux lois fondamentales du royaume » : hormis l’Edit d’Union de 1588 (qu’on avait imposé en réalité au roi Henri III), c’était la première fois qu’un texte royal argumentait juridiquement sur ces fameuses « lois » (dont le nom était apparu dans la littérature politique aux alentours de 1576) pour invalider un acte antérieur. Les termes de l’édit de 1717 étaient de la plume d’un juriste, grand « parlementaire » : le chancelier d’Aguesseau. Pour le reste, l’empire supposé de Madame de Maintenon sur l’esprit du roi ne résiste pas à l’analyse objective du règne. Sans L’Allée du Roi de Françoise Chandernagor et le film à succès qui en fut tiré[5], la vérité sur la « Porteuse d’ombre »[6] n’eût cependant jamais passé le barrage de l’érudition et la légende serait encore ancrée dans l’opinion ordinaire des Français…

Des ministres du Grand Roi, Montesquieu n’en trace l’image, par contraste, que de l’extrême jeunesse, suggérant peut-être inexpérience et incurie. Outre que l’âge de dix-huit ans ne paraissait sans doute pas si juvénile à des hommes habitués à une espérance de vie extrêmement courte (de l’ordre de 30 à 35 ans), la précocité de certains ministres tient à un facteur essentiel que Montesquieu ne renie pas nécessairement : la transmission héréditaire des offices d’une part, et l’universalité de l’apprentissage familial des charges, fonctions et métiers. Que ce « ministre » de « dix-huit ans » soit Barbezieux ou le marquis de Cany[7] importe peu : l’entrée « en charge » est le plus souvent fort précoce. Louvois lui-même[8], Seignelay[9], les Phélypeaux – de La Vrillière[10] ou de Pontchartrain[11] –, et d’autres, au Conseil du roi, ou Henri François d’Aguesseau, au Parlement de Paris, connurent fort jeunes de lourdes responsabilités. Un point de vocabulaire circonscrit cependant le propos de Montesquieu : le terme de « ministre » était réservé au petit nombre d’élus que le roi appelait à la séance la plus importante du Conseil du roi, le Conseil d’En-Haut, organe central du gouvernement. Sous Louis XIV, ce personnel gouvernemental restreint atteint un degré exemplaire de stabilité. En 1715, le chancelier Daniel Voysin, d’abord comme secrétaire d’Etat de la Guerre[12], le contrôleur général des finances Nicolas Desmaretz[13], les trois autres secrétaires d’Etat : Torcy[14], Jérôme Phélypeaux en charge de la Marine et de la Maison du roi, enfin La Vrillière, étaient seuls « Ministres d’Etat » : leur moyenne d’âge était d’à peu près cinquante-deux ans et demi. Difficile de parler d’inexpérience… Tous, sauf Voysin, étaient des fils ou parents de ministres de la génération précédente, mais la « méritocratie » du temps ne paraissait nullement contradictoire avec ce que nous considérons comme du népotisme, au contraire ! Car non seulement, Montesquieu pense sincèrement, encore, que : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », mais aussi, il estime que la vénalité des charges et leur transmission héréditaire, exemples mêmes de ces « abus qui ont esté introduits come tels et tollerés come tels », « se trouvent avoir esté dans la suitte tres utiles |et| plus meme que les loix les plus raisonables »[15]

Le reste de la lettre XXXVI concerne un tableau impressionniste de deux aspects de la France du début du XVIIIème siècle. D’une part, il décrit le mode de relation établie par Louis XIV avec ceux qui le servent, une relation qui ne serait plus féodale, mais asservissante : c’est le « système » de cour qui est peint, et dénoncé, ici. D’autre part, il brosse à grands traits – sans conviction ? – les lignes de force de la puissance générale d’un royaume que l’on reconnaît depuis plus de cinquante ans pour le premier des royaumes du « monde »[16].

« Le monarque qui a si longtemps régné n’est plus » (lettre XCII, p. 298) : le 1er septembre 1715, cinq jours avant son soixante-dix-septième anniversaire, Louis XIV s’est éteint à Versailles, au terme du plus long règne de l’Histoire. Un souffle d’émotion soulève, pour quelques courts instants, la verve de Montesquieu : « Il a bien fait parler des gens pendant sa vie : tout le monde s’est tu à sa mort. » Ô temps, suspend ton vol… Montesquieu est sensible au caractère exceptionnel des circonstances, non de la mort d’un homme – même roi – parce que le grand âge de cet homme-là fait présumer depuis plusieurs semaines de l’issue de sa maladie : « il a paru ne céder qu’au destin »… Non plus de l’extrême jeunesse de son successeur : l’enfant Louis qui devient, en ce jour, le Quinzième du nom, n’a que cinq ans, six mois et dix-sept jours, mais Louis XIV était lui-même encore plus jeune le jour de la mort de son père et prédécesseur[17].  En revanche, la menace qui plane sur la succession royale est apparente et véritablement inédite : arrière-petit-fils du Grand Roi, Louis XV est l’unique rejeton de sa race en ligne directe, d’une santé fragile, plus que menacée déjà, en 1712, au moment où furent fauchés successivement sa mère, son père, son frère aîné. « Je m’en vais, mais l’Etat demeurera toujours », avait murmuré Louis XIV : un Etat monarchique, qui ne pourrait rester « royal » sans le soutien de la dynastie. Ce « grand événement » remplit les esprits d’un certain effroi, comme s’il n’était pas possible que l’astre royal que l’on s’était habitué depuis si longtemps à contempler (à supporter ?), ne s’éteigne sans emporter un bouleversement quasi sismique. Les échoppes se garnirent d’une multitude de ces gravures à quatre sous qui, depuis des lustres, répandaient dans le public et l’amour et la gloire des monarques : Jean Gilbert, sieur de L’Isle, modeste secrétaire du greffier en chef civil du Parlement de Paris, ne manque pas cette occasion pour enrichir les archives de son maître de toutes les gravures qui lui tombèrent sous la main. Dans cette démarche, il faut bien lire, comme le suggère la lettre XCII, la gravité de l’événement, la curiosité pour les conséquences, la  stupeur – au sens propre – de tous les Français.

[photo en attente d’autorisation de reproduction]

Le peuple de France, de Paris encore davantage, se penchait sur cette image naïve et stéréotypée : « Cette chambre estoit ornée de riches tapisseries relevées d’or et d’argent. Sur une estrade à trois degrés estoit un lit à ciel et pente de drap d’or couvert d’un grand poisle de velour noir croisé de satin blanc… ». Et chacun de s’imaginer participer ainsi, petitement, au deuil de la France.

[photo en attente d’autorisation de reproduction ]

Des « réflexions morales », on en fit, assurément : à la Sainte-Chapelle, à la cathédrale Notre-Dame de Paris, à l’église des Jésuites de Paris[18], à l’abbaye de Saint-Denis, la pompe funèbre du Grand Roi s’accompagna de la rhétorique religieuse sublime des Reboul et autres prédicateurs : au célèbre « Dieu seul est grand, mes frères ! » de l’Oratorien Massillon[19], semble répondre ce laconique « Ainsi mourut le grand Chah Abas, après avoir rempli toute la terre de son nom » de Montesquieu. Tournant le dos au cortège mortuaire, la France, celle qui compte en politique, avait rendez-vous avec le « changement » : la régence du royaume.

III – Le présent des Lettres

L’histoire « immédiate » qui sert de décor aux Persans des Lettres est celle de la Régence : de 1715 à la majorité légale du roi Louis XV, en 1723, le royaume fut gouverné par le plus proche parent mâle « légitime » de Louis XV. C’était là une « tradition » avec laquelle, en réalité, il fallut renouer – non sans amertume – faute, pour le jeune enfant, de jouir de la tutelle naturelle d’une mère vivante[20]. Or depuis Charles VIII, en 1483, toutes les régences avaient été exercées par des femmes[21]. C’est dire si la position de Philippe d’Orléans, neveu du roi défunt, paraissait finalement nouvelle, inédite même, et fort peu confortable !

« Le roi, arrière-petit-fils du monarque défunt, n’ayant que cinq ans, un prince, son oncle, a été déclaré régent du royaume. » (XCII, p. 298)

En fait, d’un point de vue strictement généalogique, Philippe d’Orléans n’est pas exactement « l’oncle » de Louis XV, mais le fils de son arrière-grand-oncle. En revanche, le duc du Maine, « légitimé de France » comme fils aîné adultérin de Louis XIV et de Madame de Montespan, était, lui, le grand-oncle, et plus proche parent par le sang, de l’enfant-roi : un conflit d’influence (indicible, mais bien réel) était né entre Maine et d’Orléans pour la manutention de l’éducation de Louis XV et même pour l’exercice du gouvernement. Dès lors que Louis XIV avait su inévitable – au moins plus que probable – une longue régence du royaume, en 1714, son cœur voulut donner aux liens du sang – au profit de son fils bâtard – ce que l’ordre traditionnel de la monarchie donnait exclusivement au premier prince du sang. Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine, fut, avec son plus jeune frère, le comte de Toulouse, élevé au rang de prince du sang, puis, avec lui, habilité à succéder à la Couronne. Enfin, par le fameux « testament » dont parle Montesquieu, il fut introduit, ainsi que Toulouse, au Conseil de Régence : comme « surintendant de l’éducation » du jeune roi, il devenait ainsi la pièce maîtresse de l’influence que Louis XIV entendait faire peser, au-delà de sa mort[22], sur le Régent[23] en titre, qu’imposait au roi la coutume du royaume. Il avait quarante-cinq ans, le duc d’Orléans était son cadet de quatre ans. La France entière était au courant, bien avant que le testament ne fût ouvert. A la Cour, un puissant parti « réactionnaire » se forma autour du futur Régent et le duc de Saint-Simon en fut l’un des soutiens les plus ardents[24]. Des princes du sang hésitaient encore[25]. Le Parlement de Paris allait servir d’arbitre.

III. 1. « Ce prince habile a été au Parlement »

Cette séance du Parlement de Paris du 2 septembre 1715 est certainement l’une des plus célèbres de l’histoire de la vénérable institution[26]. Philippe d’Orléans vint en la Grand’Chambre demander l’ouverture du testament conservé dans une niche murée du greffe civil du Palais. Dans la foulée, il voulait obtenir la proclamation de son droit exclusif à exercer « absolument » la Régence. C’était réclamer de fait l’annulation de la disposition qui soumettait entièrement son autorité à la majorité des voix d’un Conseil de Régence dont il n’aurait pas la maîtrise de la composition. Appuyé des conclusions du procureur général[27] et d’un avis sommaire, mais décisif, du premier avocat général du roi[28], le discours de Philippe d’Orléans emporta la décision de l’assemblée, princes, pairs et magistrats réunis. Y eut-il négociations préalables ? échanges « de rhubarbe et de séné » ? de promesses et de récompenses ? On le supposa. On le murmura… Enfin, si le testament de Louis XIV ne fut pas à proprement parler « cassé »[29], ses dispositions furent considérablement aménagées, comme nous dirions aujourd’hui. Les contemporains ne s’y trompèrent pas : pour Montesquieu aussi, il y eut « cassation », et les contraintes du testament à l’endroit du Régent furent enterrées… Cela n’avait pourtant rien de surprenant. Ainsi en avait-il été, en mai 1643, du testament de Louis XIII, et d’ailleurs, Louis XIV s’en était parfaitement souvenu en dictant ses propres dispositions testamentaires. Paradoxe d’une monarchie « absolue » dans laquelle les volontés du roi, autres que législatives, n’ont jamais passé le Styx…

Montesquieu ne fut pas le seul à conserver des pièces relatives à cet événement. Au Parlement de Paris, tous ces arrêtés sont évidemment, et religieusement, consignés dans les registres[30], mais il n’existait pas, formellement, de procès-verbaux des séances, dont on ne retenait qu’une mémoire soigneusement sélectionnée par le greffier en chef et validée par le Premier président. On juge donc de l’intérêt extrême que prend le dossier constitué par le secrétaire du greffier en chef, notre inénarrable commis Jean Gilbert, dit « De L’Isle »[31]. Dans sa collection du « Conseil secret du Parlement »[32], l’année 1715 occupe, pour la première fois depuis le début du siècle, deux volumes imposants : le deuxième est consacré en grande partie à la mort de Louis XIV et à l’établissement de la Régence[33]. On a donc, en plus de cent feuillets, un entremêlé de documents divers, brouillons de minutes et listes diverses, griffonnés en cours de séance par Nicolas Dongois, greffier en chef, mises au propre de l’écriture de ses secrétaires, dont De L’Isle, copies des minutes définitives confiées aux écrivains « à la peau » spécialisés dans la confection, sur cahiers de parchemin, des registres du Parlement. On trouve aussi des imprimés, mais surtout des notes de De L’Isle qui rapportent, sans régularité encore, les « nouvelles du temps » et des faits qui l’ont frappés. Le dossier comprend enfin des croquis, dessins et estampes réalisés à cette époque. On retiendra spécialement les représentations de l’événement marquant de l’inauguration du règne nouveau : la venue de l’enfant-roi à Paris pour la séance la plus spectaculaire, le « Lit de justice »[34] du 12 septembre 1715. Montesquieu, pourtant, ne s’arrête lui qu’à la venue de Philippe d’Orléans pour glisser aussitôt sur des considérations fort remarquables à propos du Parlement et sur lesquelles nous reviendrons un peu plus loin.

[3 photos en attente d’autorisation de reproduction]

III. 2. Au-delà de cette « intronisation » surprise de l’autorité absolue de Philippe d’Orléans, la Régence est fortement présente dans les Lettres sous tous les aspects que l’historiographie a retenus comme significatifs de la période :

–          le plus symbolique : la polysynodie

–          le plus nettement précurseur : les déboires du Parlement de Paris

–          le plus spectaculaire : la banqueroute de Law.

Un dernier élément du contexte historique des Lettres est constitué par l’un des centres d’intérêt majeur de la réflexion de Montesquieu : la politique étrangère et le climat international. Avec l’ambassade persane de 1715, dont des gravures répandirent à Paris la nouvelle, les nouvelles rapportées par nos Persans sont celles que diffusent les gazettes, dont celle d’Amsterdam : conjuration de Cellamare (CXXVI, p. 387) qui précipite le renversement des alliances de la France au profit de l’Angleterre (c’est Dubois qui en est l’un des principaux inspirateurs) et rompt la paix franco-espagnole (CXXVIII, p. 392), la guerre entre la Suède et la Norvège (CXXVII, p. 388-390)… On pourrait multiplier les citations, mais, faute de compétences spécialisées dans ce domaine, on se concentrera sur la politique intérieure.

a) La « polysynodie »[35] se définit comme le gouvernement « par plusieurs conseils »[36]. Elle est restée, dans l’historiographie[37], attachée exclusivement au mode de gouvernement des premières années de la Régence. Pour Montesquieu, c’est bien un gouvernement de rupture : « Dès que le feu roi eut fermé les yeux, on pensa à établir une nouvelle administration » (lettres CXXXVIII, p. 423).

« On » pensa… En fait, autour de 1709-1710, il s’était développé dans l’entourage du duc de Bourgogne un groupe de réflexion politique animé, entre autres, par les ducs de Chevreuse et de Beauvillier, ou Fénelon[38]. Sur fond d’une guerre qui n’en finissait pas[39], on s’inquiétait et l’on attribuait les malheurs de la France à une dérive progressive du gouvernement monarchique. Le 15 septembre 1715, le Régent édictait, sous le nom de Louis XV, la déclaration qui créait le principe de la polysynodie[40] : « Cette forme de gouvernement », faisait-on dire au petit roi, « a paru d’autant plus convenable à notre très cher oncle le duc d’Orléans…, qu’il sait que le plan en avait déjà été tracé par notre très honoré père… Nous ferons donc, au moins, revivre [son] esprit… en établissant des conseils si avantageux au bien de nos Etats »[41].

En fait, la tête pensante la plus originale du cercle du duc de Bourgogne était le duc de Saint-Simon. « En trois fort petits cahiers écrits de [sa] main », Louis de Rouvroy de Saint-Simon reconnaît, dans ses Mémoires si célèbres, avoir consigné, vers 1707-1708, son diagnostique et son « projet » pour réformer le gouvernement[42]. Après la mort du duc de Bourgogne, Saint-Simon se rapprocha – sans trop d’illusions, il est vrai – du duc d’Orléans. De fait, immédiatement après l’affaire du testament de Louis XIV, le Régent accorda à ses soutiens ce qui parut une véritable révolution : ce fut, pour paraphraser Montesquieu, la suppression des « ministres » (p. 423) : il s’agit en fait des secrétaires d’Etat dont le rôle ministériel fut transféré à des conseils spécialisés. Comme le dit Montesquieu avec justesse, ce furent bien sept conseils qui prirent la direction des affaires[43] : Conscience pour les questions religieuses, Affaires étrangères, Guerre, Marine, Finances, Affaires du Dedans pour ce que nous appellerions « Intérieur » et Commerce. Le but était de rabaisser le pouvoir, jugé omnipotent, des secrétaires d’Etat, en leur ôtant ce que Saint-Simon dénonçait comme « toutes les plumes étrangères que ces oiseaux de proie avaient arrachées à tous et partout »[44] ; ils devenaient les simples assistants du chef du conseil, le rouage, purement technique, d’un conseil formant, lui, une sorte de ministère[45].

Pour Montesquieu aussi, c’était dépouiller utilement des ministres dont « l’autorité sans bornes » était condamnée comme la cause de l’« accablement » de tout le « corps » de la France (p. 423)[46]. On trouve là encore comme un écho des termes mêmes de Saint-Simon : « Cependant tout périssoit peu à peu ou plutôt à vue d’œil ; le royaume [était] entièrement épuisé… »[47]. Rien des écrits du duc n’était pourtant publié au moment où parurent les Lettres persanes, mais l’influence dominante de Saint-Simon auprès du Régent n’était un secret pour personne – même pas pour le modeste De L’Isle[48] ! Montesquieu participe donc pleinement, sur ce point, à l’esprit de cette « réforme » de la monarchie : on l’a dite « aristocratique », cette révolution, tentative pour la grande noblesse d’épée de reprendre en main la direction de l’Etat accaparée par la robe. Pour preuve, l’historiographie traditionnelle cite les noms des chefs des différents conseils : (dans l’ordre) le Cardinal de Noailles, les Maréchaux d’Huxelles et de Villars, le comte de Toulouse associé au duc d’Estrées, le duc de Noailles, le duc d’Antin, tous ducs et pairs de France ; enfin, exception qui devait confirmer le règle, pour le dernier venu des conseils, celui du Commerce, la présidence réelle revint à Jean Amelot de Gournay, un robin, sous le couvert du Maréchal-duc de Villeroy, gouverneur de Louis XV. Et la vulgate de conclure : la méconnaissance des affaires affichée par les grands seigneurs les discrédita et, avec eux, la polysynodie… Revanche manquée de l’épée sur la robe !

C’était oublier beaucoup de choses : la première est que le véritable gouvernement résidait, comme pendant le règne de Louis XIV, dans le Conseil de régence, présidé par le fauteuil (vide jusqu’au 18 février 1720) du roi, et dont le rôle n’était pas mentionné par la déclaration du 15 septembre : « Il n’y fut pas mention du Conseil de régence », remarque Saint-Simon dans ses Mémoires, « comme étant le Conseil du roi et le gouvernement même »[49]. Deuxièmement, le nombre élevé des conseillers d’Etat parmi les membres des conseils et même des magistrats du Parlement, assurait une continuité réelle et la compétence de ce personnel. Aux finances, enfin, alors que Desmaretz avait été contraint à démissionner du contrôle général[50], « ce fut peut-être dans le ministère des Colbert et des Desmaretz que la polysynodie apporta le moins de changements profonds de structure et bouleversa le moins les usages et les habitudes »[51] : la compétence de Noailles ne fut mise en cause par personne, certainement pas par Montesquieu : « N… prit le fer à la main, retrancha les chairs inutiles, et appliqua quelques remèdes topiques » (CXXXVIII, p. 423) ; au moins évita-t-il la banqueroute au pays.

Le 24 septembre 1718, quatre conseils sur sept sont supprimés par le Régent au lendemain d’une demande du Cardinal de Noailles, président du Conseil de conscience, de publier son appel au concile de la bulle Unigenitus : car « on parle toujours ici de la Constitution… » (CI, p. 320). La « durée courte » de la polysynodie (p. 423) se résout en effet à trois ans tout juste. Les Conseils des finances, de la marine et du commerce survécurent un temps, même celui de la marine jusqu’en 1723. La présidence des finances était passée à d’Argenson à la fin de janvier 1718 alors même que montait l’espoir du moment et « l’homme » de la circonstance : John Law. Les secrétaires d’Etat réapparurent : Le Blanc à la Guerre, Dubois aux Affaires étrangères… Et l’histoire de conclure à un « échec »[52]. Avec Saint-Simon, désappointé, et l’abbé de Saint-Pierre, Montesquieu est l’une des rares personnes en France à regretter cette brève expérience : « et ce ministère est peut-être celui de tous qui a gouverné la France avec plus de sens » (p. 423). Même le Parlement de Paris, dès février 1718, avait  « supplié »[53] le Régent de considérer les défauts des conseils particuliers dont « la décision [est] plus lente » et en qui « le public n’y a point de confiance »[54]

b) Les Parlements  d’Ancien Régime n’apparaissent que deux fois explicitement dans les Lettres persanes. Tout « parlementaire »[55] qu’il est, Montesquieu n’insiste guère sur ce sujet pourtant crucial dans l’histoire de la France moderne, sauf à voir par-ci par-là des allusions à ce qui s’y rapporte : la vénalité des offices, la transmission héréditaires des charges, le niveau de compétence (ou d’incompétence…) des juges, etc. « Ces grands corps » (p. 299), quels sont-ils ?

Il n’est sans doute pas inutile de rappeler un élémentaire trop souvent oublié ou mal compris : le premier créé des Parlements, LE Parlement par excellence, est un détachement du Conseil du roi médiéval (ou Curia regis), daté de 1254 : ce parlamentum, assemblée où l’on délibère, se vit confier spécialement par Saint Louis la distribution de la justice d’appel : avec ou sans sa présence, le roi entendait exercer, par lui, sa juridiction « souveraine » sur tous les sujets qui le réclamaient. En 1378, pour la première fois, une ordonnance de Philippe III avait réglé la tenue des sessions de la justice du roi, les parlamenta. En 1302, il est un fait avéré que le Parlement reste à Paris et ne suit plus le roi dans ses déplacements. Entre 1308-1311, une « grande salle » était construite au Palais pour être affectée spécialement à la justice du roi. Au XVème siècle, malgré le frein du Parlement « séant à Paris », il devint évident que les appels étaient beaucoup trop nombreux en provenance d’un domaine royal agrandi et d’un royaume en pleine expansion : il fallut procéder aux créations progressives des Parlements de province : Toulouse, Grenoble, Bordeaux… En 1715, il y avait douze Parlements et quatre Conseils souverains (ou supérieurs) aux attributions sensiblement comparables. « Ils ne se mêlent guère plus que de rendre la justice » (XCII, p. 299) : en fait, les Parlements sont effectivement des cours de justice, jugeant en appel, mais aussi en première instance, un certain nombre de cas ou de personnes « privilégiés ». Pour autant, leur « autorité suprême », c’est-à-dire leur très haut degré de compétence et de science en même temps que leurs attributions juridictionnelles, leur ont donné un droit naturel à intervenir aussi bien dans ce que l’on appelait « la police », c’est-à-dire l’administration (vivres, état sanitaire, prisons, universités…), spécialement lors de grandes calamités publiques comme les famines, les épidémies, les menaces d’invasion, etc. A partir du XIVème siècle, le Parlement, et après le XVème siècle surtout celui de Paris, est consulté par les rois dans toutes les grandes affaires de droit et de politique, intérieure ou extérieure : « conseil » privilégié du prince, en l’absence de sessions périodiques des Etats généraux, le Parlement n’oublie pas de faire entendre (fort !) la voix de « la raison »[56], au prix parfois – souvent ? – de conflits plus ou moins durs avec le gouvernement royal. Usés sous Louis XIV, « ces grands corps ont suivi le destin des choses humaines : ils ont cédé au temps, qui détruit tout, à la corruption des mœurs, qui a tout affaibli, à l’autorité suprême, qui a tout abattu » (p. 299). Moribonds les Parlements, selon notre conseiller, bientôt président[57] ? Outre le peu d’intérêt qu’éprouva Montesquieu pour l’activité judiciaire qu’il dut exercer à Bordeaux jusqu’en 1726, son jugement sur les Parlements est pondéré, semble-t-il, par une réalité en demi-teinte : « corruption des mœurs » dans l’abaissement du niveau moral et intellectuel moyen des officiers des cours ? On a ici un exemple de la perspective déformante (si fréquente !) du point de vue de Montesquieu, qui aboutit à un discours finalement assez classique (on le trouve chez d’Aguesseau) sur la « décadence » des mœurs de la jeune magistrature, bien éloignée de ces « Caton » d’« ancienne roche » qui peuplaient les cours… dans le passé, les de Thou, les Harlay, les Lamoignon, les Talon… En fait, toutes les enquêtes (secrètes) que l’on a retrouvées (1661, 1720) sur la qualité de la magistrature laissent percevoir, bien sûr, les défauts de la transmission héréditaire des charges[58], mais aussi une bonne moitié de magistrats « bons », voire « très bons », un tiers de « médiocres », c’est-à-dire de moyens, et un petit quart seulement de « mauvais »[59]. Il y en a, c’est vrai, de « complètement gâteux » qui ne viennent jamais, il y a de « bons violons, mais mauvais magistrats »… Mais le caractère pléthorique[60] de ces chambres permet aux « bons » d’abattre tout le travail que les autres ne font pas, sans mettre en fait en péril la qualité de la justice rendue. Montesquieu met, enfin, en cause la politique royale, cette « autorité suprême » qui a arasé tous les sommets des pouvoirs anciens au profit d’une administration centralisée et méthodiquement hiérarchisée : il montre là son parti fermement « libéral », en faveur des pouvoirs intermédiaires, ce qu’il démontrera plus tard dans L’Esprit des lois, « image de la liberté publique » (p. 299), contre ce que nous appelons « absolutisme ». En cela, il est un vrai « parlementaire ».

On comprend dès lors sa ferme réprobation de la punition qu’infligea le Régent au Parlement de Paris, en 1720 : « Le Parlement de Paris vient d’être relégué dans une petite ville qu’on appelle Pontoise » (CXL, p. 428). Relégation ? Ce bon connaisseur du droit romain sait parfaitement que l’exil est une sanction légale – coutumière, mais légale – de la justice ancienne. Le statut de l’exilé était une autre manière de privation de liberté. C’est donc bien une punition de la justice du roi que cette translation du Parlement de Paris à Pontoise[61] ordonnée par lettre de cachet :

« Le dimanche 21 juillet 1720, sur les 3 à 4 heures du matin, un grand nombre d’officiers de la maison du Roy [dont presque tous étoient officiers des mousquetaires] et autres, ont porté des lettres de cachet du Roy à tous Messieurs les présidens et conseillers du Parlement, [à Mrs les gens du Roy, dont deux à Mr le procureur général[62], l’une pour luy en particulier, et l’autre pour faire advertir les advocats et les procureurs], mesme aux greffiers en chef et principaux commis des chambres, pour se rendre tous à Pontoise dans deux fois 24 heures pour y faire les fonctions de leurs charges, où l’on leur enverroit une déclaration à cet effet, avec des deffenses de s’assembler en la ville de Paris.

Et sur les 4 à 5 heures du matin, les gardes du Roy, avec leurs officiers à leur teste, se sont emparéz de toutes les portes dedans du palais, et plusieurs compagnies des gardes françoises et suisses des cours dont ils ont fermé toutes les portes et mis des sentinelles au-dedans[63]. »

Ce sont ici les premières lignes du Journal du Parlement de Pontoise, écrit par Jean Gilbert, sieur de L’Isle, tout au long de cet été, bien « chaud » – comme nous dirions aujourd’hui – d’exil politique du Parlement[64]. L’épreuve dura du 21 juillet au 18 décembre 1720. Montesquieu, qui semble bien écrire cette fois sous le coup de l’événement, n’évoque que la cause : le refus d’enregistrer une déclaration royale : « enregistrer ou approuver », fait-il dire à Rica. Sur la nuance, il faut se référer à tous les modes d’enregistrement, avec ou sans restriction, avec ou sans remontrances, avec ou sans lettres de jussion. Il n’y eut pas en juillet 1720 de menace de lit de justice pour contraindre les grandes robes à entériner la politique financière qui visait, en des mesures d’exception, à sauver ce qui était sauvable des finances de l’Etat[65]. La déclaration « qui […] déshonore » le Parlement, dont parle notre Président est celle de la translation, affront insupportable à la magistrature depuis quelques cuisantes expériences de 1649 et de 1652 ; l’arrêt d’enregistrement « qui déshonore le Conseil [du roi] » fut rendu le 27 juillet, « toutes chambres assemblées » – dans le grand réfectoire du couvent des Cordeliers de Pontoise transformé en Grand’Chambre – et il est retranscrit méticuleusement par De L’Isle dans son Journal :

« La cour toutes les chambres assemblées, a ordonné et ordonne que la déclaration du 21 juillet 1720 sera registrée au greffe d’icelle pour continuer par ladite cour ses fonctions ordinaires et estre rendu au Roy le service accoutumé tel qu’il a esté rendu jusques à présent avec la mesme attention et le mesme attachement pour le bien de l’Estat et du public qu’elle a eu dans tous les temps, continuant ladite cour de donner au Roy les marques de la mesme fidélité qu’elle a eu pour les Roys ses prédécesseurs et pour ledit seigneur Roy depuis son advènement à la Couronne jusques à présent, dont elle ne se départira jamais. Et sera ledit seigneur Roy très humblement supplié de faire attention à tous les inconvéniens et conséquences de la présente déclaration et de recevoir le présent enregistrement comme une nouvelle preuve de sa profonde soumission. Ordonne que copies collationnées de ladite déclaration ensemble du présent enregistrement seront envoyées aux baillages et sénéchaussées du ressort pour y estre lües, publiées et enregistrées, enjoint aux substituts du procureur général du Roy[66] d’y tenir la main et d’en certifier la cour dans un mois. Fait en Parlement séant à Pontoise, le 27 juillet 1720. »[67]

On a là les termes mêmes de la relation perpétuellement conflictuelle qui s’établit, dès 1718, entre le roi et le Parlement tout au long du règne de Louis XV, jusqu’à l’interruption violente du manège en 1771 – et pour moins de quatre ans – par ce que l’on a appelé la « révolution » du chancelier de Maupeou. Ambiguë et à fleurets mouchetés, l’opposition au roi du Parlement de Paris, suivi de presque tous les Parlements de province, est l’une des caractéristiques les plus importantes de la vie politique du royaume au XVIIIème siècle[68]. Face à elle, la monarchie usa, alternativement, et comme à l’aveuglette, de tous les moyens que lui léguait une lecture un peu courte du passé : lit de justice, exil sélectif et emprisonnement de meneurs, jeu interminable de négociations secrètes et d’achat de soutien, enfin la translation (en 1753, 1787). Une politique d’autorité – faible, en réalité – face à une désaffection profonde de la magistrature pour la personne du roi – et donc pour son service – au nom de la défense du « Roi »-Etat royal[69]. Deux aspects seulement doivent être soulignés dans ces événements de 1720 et dans l’appréciation de Rica (p. 428) : – 1° des causes de l’opposition qui soulève la grande robe contre la monarchie, deux, sur trois, sont présentes dans les événements de l’été 1720 : les affaires de finances et les affaires religieuses liées à la « Constitution » (lettres XXIV, p. 120-121 et CI, p. 320-322)[70], c’est-à-dire au jansénisme[71] ; Montesquieu ne dit pas, en fait, qu’à partir du 4 août, le retour du Parlement à Paris fut conditionné, et longtemps retardé, par l’enregistrement d’une déclaration royale, dite d’Accommodement, sur la bulle Unigenitus ; les magistrats voulurent absolument subordonner cet enregistrement à l’acceptation préalable de la déclaration par le Cardinal de Noailles (à son « mandement »[72]). Ces péripéties font toute la valeur du Journal de De L’Isle. – 2° Les Parlements, « ces compagnies » « toujours odieuses » – au pouvoir, bien sûr – sont, pour Montesquieu, l’antonyme du courtisan, véridiques quand il est flatteur, honnêtes quand il est fourbe, courageux quand il est veule : notre Président contribue ainsi à l’héroïsation des Parlements qui aboutit sous Louis XVI à les hisser au rang de Pères de la Patrie[73]. Jusqu’à ce qu’ils tombent brusquement de leur piédestal, en décembre 1788, pour se briser net… « Dépositaires » (p. 428) des « gémissements et des larmes » du peuple de France, les Parlements prétendent l’être aussi des « Loix ». C’est le thème dominant de leurs remontrances tout au long du siècle, œuvrant ainsi à l’élaboration d’un constitutionnalisme, ambivalent aux yeux des constitutionnalistes contemporains, mais profondément subversif de l’ordre établi.

c) L’expérience et la banqueroute de Law, enfin, retiennent l’attention de nos Persans bien davantage encore que le Parlement. Après le Régent et Dubois, le troisième personnage du théâtre de la Régence, c’est bien John Law. Car la grande affaire de la période, ce furent les finances : « Il n’y a point de pays au monde où la fortune soit si inconstante. Il arrive tous les dix ans[74] des révolutions qui précipitent le riche dans la misère… » (lettre XCVIII, p. 313). En réalité, dans une économie encore fondamentalement agricole, si la fluctuation de la conjoncture économique pouvait retentir parfois sur les fortunes privées, la situation des finances de l’Etat, elle, pouvait être qualifiée de constamment catastrophique. Pour y faire face, « le roi de France » qui n’a point de mines d’or… » (XXIV, p. 119), est obligé – nous le savons dès les premières lettres – de se faire « grand magicien », de jouer sur la vanité de ses sujets, « inépuisable », pour vendre des charges (inutiles !) et des lettres de noblesse (vanité des vanités !) ; il recours surtout à l’emprunt, émettant sans cesse, mais surtout en période de guerre, des souscriptions en billet, « morceau de papier » (p. 120), dont la dépréciation court aussi vite que les besoins et la voracité du Trésor… En 1716 et 1717, le Conseil des finances dirigé par le duc de Noailles employa des mesures « classiques » – parce qu’elles avaient été celles de Colbert en 1661-1665 : en fait partie cette tentative pour « faire rendre gorge » à tous les traitants, financiers, prêteurs, percepteurs (ce sont « ceux qui lèvent les tributs », p. 314) ; véritables boucs émissaires, ils étaient accusés d’avoir profité de la fin, plus calamiteuse que jamais dans ce domaine, du règne précédent : dans ce rôle de grande purgation de la dette publique, on créa la chambre de justice de 1716[75] qui défit quelques belles fortunes trop ostentatoires, celle d’un Paul Poisson de Bourvallais par exemple, dont l’hôtel parisien devint (au profit de d’Aguesseau, et pour toujours !) la Chancellerie de France[76]. Cette politique n’était peut-être pas très efficace, mais elle était populaire (p. 314). Occasion pour Montesquieu d’une méditation fort morale sur la richesse et sa vanité…

Dès 1717, cependant, le Régent tendit une oreille de plus en plus complaisante aux propositions de l’Ecossais John Law. L’ère des grandes turbulences était ouverte. Montesquieu dénonce alors l’instabilité de la gestion financière : « depuis trois ans, j’ai vu changer quatre fois de système sur les finances » (p. 422)[77]. Il n’est pas question ici de retracer l’histoire de cette révolution financière : un livre définitif – sur les faits du moins, pas forcément sur leur interprétation – a été écrit sur le sujet[78]. Il s’agit seulement d’apprécier la manière dont le « Système » et sa chute sont abordés par Montesquieu dans les Lettres persanes. Six lettres[79] s’attaquent à l’action de l’Ecossais : « algébriste » acrobatique et illuminé (p. 416), Law est bien, pour notre président, ce « faiseur de système » (p. 416, p. 423). Il s’attire d’emblée la réprobation, raisonnée et viscérale, de ceux qui avaient eu entre leurs mains, la plupart du temps, la manutention des finances de l’Etat : la grande robe des cours des Aides, des Comptes, même des Parlements et du Conseil du roi. Le chancelier d’Aguesseau, entraîné dans la chute du duc de Noailles en janvier 1718, occupe son premier exil à Fresnes, près de Meaux, à d’amères considérations sur le commerce des actions… Rappelé à la Chancellerie dans la débâcle du Système, en juin 1720, il s’offrit la prudence d’un triomphe modeste. Il allait de soi que son point de vue était partagé par la magistrature toute entière, parce que la robe avait pris, depuis belle lurette, de nombreux intérêts dans les « affaires » du roi, c’est-à-dire dans le financement des emprunts d’Etat. Dès le départ, les méthodes de Law engendraient, parmi les officiers, un grave conflit d’intérêt. En écho, on chantonnait sur le Pont-Neuf la « Généalogie du Systesme » :

                        Belzebud engendra     / Law       /Law engendra          / La Banque          /La Banque engendra            /Missicipy…          /Billan engendra                              / Idéal                / Idéal engendra               /Zéro            / Zéro engendra               / Nihil à qui la puissance d’engendrer fust ostée… »[80]

Dans les Lettres persanes, Law est ce ministre sans probité, sans foi ni loi (p. 462), incapable de tenir la parole consignée dans de justes contrats ; il est celui qui a fait la ruine du pays et le malheur d’honnêtes familles innombrables (p. 407-408 ; p. 463) ; il est le responsable d’un renversement inouï des mœurs et des fortunes[81] ; celui pour qui le contrôle général des finances fut rétabli (officiellement, après sa conversion au catholicisme en janvier 1720), est ce « purgatif », inspirateur de tous les moyens violents que la robe déplorent : arrêts du Conseil (p. 453) imposés par l’intimidation à l’enregistrement, sans oublier l’exil de Pontoise dont Montesquieu ne dit pas qu’il fut directement l’effet de la politique de Law et de son échec. L’intéressant de ces remarques, c’est qu’elles coïncident exactement avec les échos que l’on a de l’état d’esprit du peuple de France. En témoigne une fois de plus le Journal de Jean Gilbert de L’Isle[82] : le nom de Law porté plus de cinquante fois dans les cinquante-huit feuillets du récit de l’été 1720, n’est jamais prononcé qu’avec horreur. L’Ecossais est figuré par ce chat dont des soldats s’emparent au Palais pour lui faire son procès et le pendre, en juillet 1720 ; il est aussi cet homme haï, traqué, reclus volontaire du Palais-Royal sous la protection du Régent, dont le carrosse est attaqué à coup de pierres et de légumes pourris dans un Paris déchaîné ; il est la « peste » du royaume, infectant, en quelque sorte, tous ses suppôts (d’Orléans, Bourbon, Conti, d’Antin, etc…) de la boue immonde de l’enrichissement honteux, de l’immoralité et de l’irréligion… Il en résulte une dégradation très grave de l’esprit public :

« L’on me dit aussi que cejourd’huy après midy, l’on crioit tout haut dans la cour du Palais-Royal contre Mr le Régent et contre Law, les appellans B.[83] de chiens, B. de voleurs, etc. »[84]

Notre modeste bonhomme, scandalisé, se hasarde à quelques prophéties :

« Ce qui […] devroit bien faire rentrer ces princes en eux mesmes pour mieux servir Dieu, le Roy et l’Etat dont un jour on leur reprochera qu’ils ont esté les premiers la cause de sa perte et de toute la misère que l’on voit aujourd’huy. »[85]

Lorsque le « Système » s’effondre enfin, Jean Gilbert donne un tableau fort proche de celui des Lettres :

Mercredy 6e novembre. Que l’agiot se faisoit encore vers la Banque malgré qu’il y eût des archers dans différens endroits des rues pour l’empêcher ; que les billets de 100livres se payoient 20livres chéz les agens de change nouvellement établis et les autres à proportion, quelques fois moins ; que l’on travailloit actuellement au rolle des Missicipiens et des agioteurs ou fripons, et que l’on disoit qu’il n’y avoit personne d’épargné, pas mesme les princes, ducs, ny maréchaux de France et que Mr le Régent s’étoit expliqué ainsi, ce que je ne croy pas, que Mr le Duc devoit estre à la teste du rolle pour faire honneur à tous ces fripons et pour faire voir à la postérité la plus reculée la conduite indigne de nos princes et des ducs qui doivent estre le soutient de l’État, qui ont esté les premiers la cause de sa perte par une usure la plus énorme qui se soit jamais veüe ; que l’on disoit souvent à ce sujet que Mr le Duc avoit indignement remboursé depuis peu de temps [en billets] tous les officiers de sa maison qui luy avoient presté de l’argent d’abord que les billets avoient esté décriéz, mesme à Mr de Fortia, conseiller d’honneur au Parlement et chef de son conseil, quatre cens mil livres qui étoit tout son bien, dont chacun crioit fort contre luy. »[86]

Faut-il en ajouter ?

Conclusion

Les Lettres persanes ne sont pas un ouvrage d’histoire, tant s’en faut ! Leur auteur, anonyme à la parution, et pourtant transparent, n’y revêt pas le costume de l’« historien ». Il n’en reste pas moins que l’Histoire joue, dans l’œuvre, un rôle essentiel et différencié. Elle est, d’une part, l’un des ressorts les plus évidents de la réflexion politique de Montesquieu. Ce sera toujours le cas dans ses autres écrits, des Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence (1734) à L’Esprit des Lois (1748), qui le hante depuis les années 1710-1720. Il s’agit, dans ce cas, d’une histoire très focalisée, sur les « origines » de la France, de la société civile, du gouvernement. C’est donc un discours clairement orienté, nous dirions « politique », dans la mesure où l’histoire y est mise en relation avec ce qui fait l’une des caractéristiques les plus célèbres de l’œuvre du baron de la Brède : sa philosophie de la nature et du droit et son regard constamment comparatif des sociétés de son temps. Tout au long des Lettres, l’histoire de la France s’inscrit dans un univers qui est romano-centré alors même que l’état de l’Europe contemporaine de Montesquieu et les relations qu’entretiennent les différents Etats lui offrent l’occasion de profondes méditations morales et politiques. Le temps présent des Lettres, d’autre part, est une histoire esquissée, à grands traits, qui découvre un décor assez véridique, bien que caricaturé, de l’histoire de la Régence. Montesquieu y participe alors à une contestation du pouvoir en place, qui est largement partagée dans l’opinion du moment. Ce sentiment, que nous pourrions avouer « subversif » si le rire ne venait en atténuer la violence, est contrebalancé par une forme d’optimisme : l’âge tendre du petit roi ouvre dans tous les cœurs des espérances qui transparaissent clairement dans les propos de nos Persans : « J’ai vu le jeune monarque », se réjouit Rica… « Sa physionomie est majestueuse, mais charmante ; une belle éducation semble concourir avec un heureux naturel et promet déjà un grand prince » (lettre CVII, p. 336-337). Comme le pensent De L’Isle, d’Aguesseau, le Régent lui-même malgré ce que l’on en dit[87], la santé de Louis XV, « si précieuse à ses sujets » (p. 336), est, aux yeux de Montesquieu, un enjeu réel et sensible de l’avenir de la France. En 1721, il était donc possible de tout oser, même la provocation. La publication des Lettres persanes relevait de cette audace nécessaire pour que l’histoire de la France se détourne des errements passés et s’ouvre aux lumières du philosophe. Dans le regard étonné, faussement ingénu et parfois scandalisé, qu’Usbek et Rica jettent sur la France du Régent, il faut lire aussi les espoirs de Montesquieu.


[1] Née le 27 novembre1635, elle a bien 80 ans à la fin de l’année 1715, alors même que la date donnée par Montesquieu à la lettre XXXVII est 1713. Une preuve supplémentaire d’une datation complexe, sans doute a posteriori pour les lettres antérieures à 1715-1716. Madame de Maintenon meurt à Saint-Cyr le 15 avril 1719. Bibliographie utile sur Wikipédia.

[2] Elisabeth Charlotte de Bavière (1652-1722), deuxième épouse du frère de Louis XIV, Philippe d’Orléans, dit « Monsieur », mère du Régent. Elle est connue sous le titre de la Princesse Palatine ou encore de « Madame ». Son immense correspondance est l’une des grandes œuvres littéraires du genre.

[3] Dominique Basquiat, La Dame de Saint-Cloud, City Edition, 13 mars 2013, livre numérique Google, annexe « La famille d’Orléans ».

[4] Marie Anne de La Trémoille (1642-1722), princesse Orsini, dite « des Ursins », parlait parfaitement plusieurs langues, dont l’espagnol du fait d’un long séjour à Madrid. Par son intermédiaire, Louis XIV conserva une influence dominante sur son petit fils roi d’Espagne, Philippe V et sur la reine d’Espagne dont Madame des Ursins était devenue la camarera mayor (l’équivalent de Première dame d’honneur).

[5] Françoise Chandernagor, L’Allée du roi : souvenirs de Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon, épouse du Roi de France, Paris : Julliard, 1981. Véritable best-seller, l’ouvrage est une interpolation en forme de mémoires de la correspondance de Madame de Maintenon constituée de quelques quatre mille lettres arrivées jusqu’à nous. Téléfilm « L’Allée du Roi » de Nina Companéez, avec Dominique Blanc et Didier Sandre : à voir, c’est sûr !

[6] Cf. Eric Le Nabour, La Porteuse d’Ombre. Madame de Maintenon et le Roi Soleil, Paris : Tallandier, « Raconter l’histoire », 1999.

[7] Cf. la note 1 de la p. 156.

[8] Fils de Michel Le Tellier, François Michel Le Tellier, marquis de Louvois, survivancier de la charge de Michel à l’âge de 15 ans, est d’abord, pour son père, dès 1662 (à 21 ans), une véritable doublure, une sorte de ministre-bis. Il est secrétaire d’Etat de la Guerre en titre en 1677, à 36 ans.

[9] Jean-Baptiste Antoine Colbert (1651-1690), fils du « grand » Colbert, en a été le survivancier dès 1669, c’est-à-dire à 18 ans. Bien avant son entrée officielle en charge du secrétariat d’Etat de la Marine, en 1683, il est autorisé par le roi, en 1672 à 22 ans, à traiter personnellement des dossiers et à signer « des dépêches » (équivalent aujourd’hui de lettres administratives).

[10] Louis II Phélypeaux de Châteauneuf, marquis de La Vrillière (1672-1725), devint secrétaire d’Etat à 38 ans, et son fils (Louis Phélypeaux de La Vrillière, comte puis duc de Saint-Florentin – 1705-1777), en 1725, lui succéda dans ce ministère à l’âge de 20 ans.

[11] Déjà Premier président du Parlement de Bretagne, Louis II Phélypeaux, comte de Maurepas puis de Pontchartrain (1643-1727), devint contrôleur général des finances à 46 ans et réunit sous sa responsabilité les finances, la marine, le commerce, les colonies, le Clergé, Paris et la Maison du roi ; de 1699 à 1714, il fut chancelier de France, donc ministre de la justice et garde des sceaux. Il fut constamment aidé par son fils Jérôme, né en 1674 : ce dernier (1674-1747) que l’on connaît sous le titre de « comte de Maurepas » devint secrétaire d’Etat dès 1699, à 25 ans. Quant au fils de ce dernier, Jean Frédéric (1701-1781), le célèbre « Maurepas » des règnes de Louis XV et Louis XVI, il bat tous les records en devenant, en 1715, secrétaire d’Etat de la Maison du roi à l’âge de 14 ans et demi, sous la tutelle effective de son parent La Vrillière.

[12] Daniel François Voysin de La Noiraye (1654-1717), maître des requêtes à 29 ans, puis conseiller d’Etat en 1694, était devenu secrétaire d’Etat en 1709, à plus de cinquante ans. Si l’on ne peut parler dans son cas de « précocité », c’était – soufflait-on – que sa promotion n’était due qu’à la faveur de Madame de Maintenon…

[13] Il était neveu de Colbert. Né en 1648, il fut entièrement formé aux finances par son oncle dont il fut l’employé sous divers offices en titre (conseiller au Parlement de Paris, maître des requêtes, conseiller d’Etat) avant de devenir intendant des finances en 1678. Il était contrôleur général des finances depuis le 20 février 1708.

[14] Jean-Baptiste Colbert de Croissy, marquis de Torcy (1665-1746), avait succédé, à 31 ans en 1696, à son père, Charles, marquis de Croissy.

[15] Pensées, n° 19, édition en cours sous la direction de Philip Stewart et Catherine Volpilhac-Auger.

[16] Un « monde » évidemment euro- et romano-centré.

[17] Louis XIV est monté sur le trône à quatre ans, huit mois et neuf jours, le 14 mai 1643, à la mort de Louis XIII.

[18] Eglise Saint-Paul-Saint-Louis, rue Saint-Antoine, construite entre 1619 et 1641 par la volonté de Louis XIII.

[19] Cf. François Massillon, Oraison funèbre de Louis XIV, édition présentée et annotée par Paul Aizpurua, Paris : Editions Jérôme Millon,

[20] Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, puis Dauphine, est – nous le savons – décédée en 1712.

[21] Une sœur, Anne de France (dame de Beaujeu), et trois fois des mères de roi, Catherine de Médicis, Marie de Médicis et enfin, dernière en date, Anne d’Autriche.

[22] Jugement de Montesquieu à l’égard de Louis XIV : « …monarque, qui, voulant se survivre à lui-même, semblait avoir prétendu régner encore après sa mort. » (XCII, p. 298). En fait, le Grand Roi ne se faisait aucune illusion sur l’effet de ses dernières volontés, mais aurait, sur ce point, cédé aux instances de Madame de Maintenon. Sur la « constitutionnalité » de cet ensemble de mesures, cf. Jean-Pierre Brancourt, Le duc de Saint-Simon et la monarchie, Paris : Editions Cujas, 1971.

[23] Louis XIV réprouvait la vie peu édifiante de son neveu qui, malgré une intelligence vive et des capacités indéniables, y compris sur le plan militaire, souffrait d’une réputation absolument détestable au point que l’on n’hésita pas à faire peser sur lui d’horribles rumeurs, à le soupçonner même de crime d’empoisonnement à l’encontre des Dauphins successifs, décédés en 1711 et 1712.

[24] Ces événements inspirèrent à Saint-Simon des pages innombrables, dans ses Mémoires, mais aussi dans divers écrits tel, en  août 1720, son « Mémoire sur l’intérêt des princes du sang à empêcher tout agrandissement des enfants légitimés des rois… » (in Traités politiques et autres écrits, éd. Yves Coirault, coll. La Pléiade, Paris : Gallimard, 1996, p. 621). Pour le récit détaillé de la journée, lire dom Henri Leclercq, Histoire de la Régence pendant la minorité de Louis XV, Paris, 1921, 3 vol., t. I, p. 97-126.

[25] Le duc de Saint-Simon estime que la manœuvre machiavélique du duc du Maine consista à ranimer, dès le 2 septembre, la querelle « du bonnet » (opposition entre les présidents du Parlement et les princes au sujet du l’enlèvement par les premiers de leur bonnet pour entendre opiner les princes). Cf. Lettre « à Monsieur*** », volume cité précédemment, p. 563 : « Il faudrait presque des mémoires entiers de cette Régence pour vous instruire de tout… »

[26] Pour toute recherche concernant l’histoire générale du Parlement de Paris, cf. BibliParl, sur http://bibliparl.huma-num.fr

[27] Henri François d’Aguesseau.

[28] Guillaume François Joly de Fleury.

[29] Cf. Michel Antoine, Louis XV, Paris : Fayard, 1989, p. 33, sq.

[30] Dans la série dite du « conseil secret », Arch. nat., X1A . Un arrêté se distingue d’un arrêt en ce qu’il est une décision du Parlement issue d’une délibération hors de toute procédure contentieuse.

[31] Cf. I. Brancourt, « Un Gilbert méconnu. Histoire d’une identification et réappropriation d’une collection d’archives », Revue d’Histoire du droit français et étranger, jan.-mars, n°1-2011, p. 17-41.

[32] Arch. nat. U 338-397.

[33] Arch. nat. U 357.

[34] Le « lit de justice » est une séance du Parlement dans laquelle le roi est présent, en majesté, reconstituant ainsi symboliquement l’union « organique » de la tête (le roi) et du corps du Parlement en des circonstances particulièrement importantes, et non pas toujours conflictuelles.

[35] Ce nom n’est pas de Montesquieu, mais de l’abbé de Saint-Pierre, par son Discours sur la polysynodie où l’on démontre que la pluralité des conseils est la forme de ministère la plus avantageuse pour un roi et pour son royaume, publié à Londres, en 1719.

[36] Cf. l’excellente thèse d’Alexandre Dupilet (La Régence absolue : Philippe d’Orléans et la polysynodie, Seyssel : Champ Vallon, 2011 ; du même auteur, « La fausse révolution du Régent », L’Histoire, 2011/6 (n° 365).

[37] C’est du moins le point de vue de l’historiographie classique, reproduite dans les dictionnaires, dans l’article sommaire de Wikipédia. En changeant les perspectives, Alexandre Dupilet et Thierry Sarmant ont montré les racines anciennes de cette expérience et les modèles étrangers des monarchies européennes de la même époque. Cf. A. Dupilet et Th. Sarmant, « Polysynodie et gouvernement par conseil en France et en Europe du XVIIe aux XIXe siècle, Histoire, économie & société, 4/2007 (26e année), p. 51-65,  https://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe-2007-4-page-51.htm#no166 .

[38] L’archevêque de Cambrai, précepteur du duc de Bourgogne, avait été mis à l’écart de la Cour dès 1698-1699.

[39] Le guerre de Succession d’Espagne (1701-1713-14).

[40] Déclaration « portant établissement de plusieurs conseils pour la direction des affaires du royaume », collection du Conseil secret du Parlement, Arch. nat., U 357 (non folioté) classée à la date de l’enregistrement. Cf. Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises…, t. XXI, p. 36-40.

[41] Cité par J.-P. Brancourt, op. cit., p. 149.

[42] Cf. Jean-Pierre Brancourt, Le duc de Saint-Simon et la monarchie, Paris : Cujas, 1971, p. 145, sq. Les originaux dont parle Saint-Simon ont disparu.

[43] Cf. Michel Antoine, Le Conseil du roi sous le règne de Louis XV, Paris-Genève : Droz, 1970, p. 666.

[44] Cité par J.-P. Brancourt, op. cit., p. 148.

[45] Trois des quatre secrétaires d’Etat durent se démettre ; seul La Vrillière, ami de Saint-Simon, put conserver sa charge et une petite partie de ses attributions.

[46] Chacun des mots entre guillemets est tiré du paragraphe de la lettre CXXXVIII.

[47] Ibid. p. 145.

[48] Entre autres exemples : « Nota que Mr le duc de St Simon n’y est point venu s’en étant excusé quoy qu’il soit l’un des favoris et des tenans du Palais Royal. » (I. Brancourt, Le Régent, la Robe et le commis-greffier. Introduction à l’édition intégrale du Journal du Parlement de Pontoise, en 1720, Saint-Agnan : Ass. Des Amis de Guy Augé, 2013, p. 215.

[49] Mémoires, t. XXIX, p. 192. Le Conseil de régence comprit d’abord 16 membres en 1717, mais s’enfla ensuite progressivement, tout en perdant de son autorité réelle, au fur et à mesure que Philippe d’Orléans renoua avec la tradition gouvernemental du temps de Louis XIV. Il avait 35 membres en 1722.

[50] La fonction est suspendue, sans titulaire, jusqu’au 5 janvier 1720.

[51] Michel Antoine, Le Conseil du roi…, op. cit., p. 94.

[52] Ibid. p. 99.

[53] Terme usuel des remontrances du Parlement au roi pour lui « représenter » les défauts, inconvénients ou erreurs de telle ou telle mesure, institution ou pratique.

[54] Jules Flammermont, Les remontrances du Parlement de Paris, 7 février 1718, Paris, 1888, t. I, p. 66-67.

[55] Un adjectif substantivé à utiliser avec prudence : jusqu’au milieu du XVIIIème siècle, ce mot n’est employé en France soit pour désigner les membres du Parlement anglais, soit, en un sens péjoratif, pour galvauder les magistrats des cours souveraines, spécialement en temps de crise avec le gouvernement.

[56] Cf. Sylvie Daubresse, Le Parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève : Droz, 2005.

[57] Montesquieu hérite la charge de président au Parlement de Bordeaux en 1716. La lettre XCII est de 1715.

[58] Sous réserve cependant de conditions de grades universitaires, d’un apprentissage minimal et d’un âge minimal requis. Bien sûr, il y a de nombreuses dispenses, mais il ne faut tout de même pas imaginer que les juges entraient en fonction sur le simple argument de la propriété de leur charge. Le plus grave inconvénient de la vénalité des charges était l’inexistence de la promotion pour compétence, dans la carrière, et l’absence de toute possibilité de retraite.

[59] Cf. l’enquête ordonnée par d’Argenson en 1720, sur http://parlementdeparis.hypotheses.org, page « source ».

[60] C’est d’ailleurs un aspect majeur de la crise du XVIIIème siècle, engendrant une dépréciation grave des offices, et donc une fonte progressive du patrimoine des gens de robe.

[61] Isabelle Storez-Brancourt, « Vers la punition. Histoire politique et judiciaire des translations des XVIIe et XVIIIe siècles », , dans Le Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du parlement de Paris (XVe-XVIIIe siècles), avec la collaboration de Sylvie Daubresse et de Monique Morgat-Bonnet, Postface de F. Hildesheimer, Paris : Librairie Honoré Champion, collection « Histoire et archives », 2007 p. 537-731.

[62] Guillaume François Joly de Fleury (1675-1756), procureur général au Parlement depuis l’élévation de d’Aguesseau à la Chancellerie, le 2 février 1717.

[63] Récit exactement concordant de Saint-Simon (Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, Mémoires, éd. Boislisle), t. XXXVII, p. 361, sq.

[64] Cf. I. Brancourt, Le Régent, la Robe et le commis-greffier…, op. cit., p. 69.

[65] Cf. infra, le § sur la banqueroute.

[66] Il s’agit ici, non des substituts qui forment avec les gens du Roi le Parquet du Parlement, mais bien des procureurs du Roi près les juridictions inférieures et subalternes du ressort.

[67] Cf. I. Brancourt, Le Régent, la Robe et le commis-greffier…, op. cit., p. 87.

[68] Historiographie océanique, qui a beaucoup profité des travaux de nos collègues anglo-saxons et italiens. Cf. BibliParl, mots-clés « opposition parlementaire », « idéologie de la robe », « XVIIIe siècle ».

[69] En 2005, pour mon HDR (Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne), paraphrasant le titre volontairement paradoxal de Dale Van Kley (Les causes religieuses de la Révolution française, trad. Française, Paris : Le Seuil, 2002), c’est ce que j’ai appelé : « les causes absolutistes de la Révolution française ».

[70] Lire la note importante n° 2, p. 320.

[71] Il faudrait encore un livre entier pour rassembler tous les travaux sur ce thème, sur la réflexion dogmatique (le salut, la grâce, les sacrements, etc.), la discipline (la réforme de la vie religieuse, la juridiction ecclésiastique, etc) et ecclésiologique de l’époque (infaillibilité du pape, autorité du concile, place des curés dans l’Eglise…). On peut feuilleter avec profit la remarquable collection des Chroniques de Port-Royal. La genèse, le contenu et les conséquences de la publication par le pape de la bulle Unigenitus sont esquissés avec talent dans la lettre XXIV, y compris le rôle des femmes (des religieuses ?) dans la résistance et la mobilisation d’une partie du monde ecclésiastique contre la Constitution.

[72] Un mandement épiscopal était une lettre diocésaine par laquelle l’évêque exposait un ordre ou une directive. Il en est longuement question dans la lettre CI. Fleury, évoqué en note 1 p. 321, n’est probablement le seul évêque à qui on pourrait reprocher son parti-pris en faveur de la bulle, surtout en 1717. Au Conseil de conscience même, outre l’influence de Noailles que l’on aimait à taxer de « jansénisme » et qui, en tout cas, était très hostile aux jésuites, il fallait compter avec celle de prélats très « constitutionnaires », tel Henri-Pons de Thiard, cardinal de Bissy (1657-1737), fervent défenseur de la bulle et auteur d’un Traité Théologique sur la constitution Unigenitus : Saint-Simon le dit « à vendre et dépendre corps et âme, pour sa fortune, aux jésuites, et plus particulièrement encore au P. Tellier [dernier confesseur de Louis XIV]… » (Mémoires, t. XX, p. 335 ; voir aussi t. XXIII, p. 385-396). Le portrait physique que donne Montesquieu dans la lettre CI fait, cependant, davantage penser au Cardinal Armand Gaston Maximilien de Rohan-Soubise, archevêque de Strasbourg, dont l’étoile monte auprès du Régent jusqu’à son élévation, en 1722, au Conseil de Régence, évêque « très politique », et tout à fait pro-jésuite : Saint-Simon, rapportant les instance du jésuite Le Tellier auprès de lui, en 1713, tire de lui l’un de ses chefs d’œuvre de portrait dont il a le secret (Mémoires, t. XXIII, p. 398-399). En ce qui concerne la déclaration de 1720, elle fut enregistrée après bien des péripéties (y compris une menace de translation du Parlement à Blois), à Pontoise, le 4 décembre 1720.

[73] Cf. Clarisse Coulomb, Les pères de la patrie : la société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières, Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2006.

[74] Formule de style : entre la chambre de justice de 1661, au centre duquel se déroula le procès du surintendant Fouquet, et la chambre de justice de 1716, il n’y eut pas de purges spectaculaires du monde de la finance. En revanche, le contrôle général des finances, régulièrement, procédait à des « réductions de rentes », c’est-à-dire, en fait à des banqueroutes partielles qui atteignaient plus ou moins la richesse des rentiers, ceux qui avaient des créances sur l’Etat.

[75] Note n° 1 p. 314.

[76] Aujourd’hui ministère de la justice, place Vendôme.

[77] La note 2 p. 422 tente de justifier ces 4 « systèmes » des Finances dans les 3 années qui précèdent la date de la lettre 1720, par l’indication de 3 changement de ministres : Noailles, jusqu’en janvier 1718, d’Argenson, jusqu’à la suppression du Conseil des finances, en septembre 1718, puis Law, marquant l’incapacité où l’on se trouve de trouver le quatrième « système ». En réalité, dès le mois de septembre 1720, la direction des finances passe à deux vieux routiers de l’administration, Le Peletier des Forts et Le Blanc, conseillers d’Etat, qui tentèrent de contrôler la dévaluation des monnaies en réintroduisant le bimétallisme traditionnel et procédèrent à l’apurement de la banqueroute en « inscrivant » tous les détenteurs de billets et d’actions, de manière à retirer ceux-ci de la circulation. Cela ne se fit pas sans douleur, on s’en doute…

[78] Edgar Faure, La banqueroute de Law. 17 juillet 1720, Paris : Gallimard, coll. « Les Trente journées qui ont fait la France » (15), 1977, 742 p. [32 p. de pl.].

[79] Les lettres CXXXII, p. 407-408 ; CXXXV, p. 416 ; CXXXVIII (p. 422-424) ; CXLII (p. 439, sq.) ; CXLIII, p. 453 ; CXLVI (p. 462-464).

[80] Cf. Le Régent, la Robe et le commis…, op. cit., p. 226-227.

[81] Lire avec attention toutes les notes des pages relevées.

[82] Cf. I. Brancourt, Le Régent, la Robe et le commis…, op. cit.

[83] Sic, pour « bougres », terme ordurier que toute personne qui se respectait ne reproduisait qu’en abrégé.

[84] Ibid. p. 238.

[85] Ibid. p. 229.

[86] Ibid. p. 248.

[87] Le Maréchal-duc de Villeroy affectait les plus grandes précautions, même à l’encontre du duc d’Orléans, pour empêcher que l’enfant ne soit empoisonné. Ces simagrées exaspéraient le Régent qui se livra, avec Villeroy, à une lutte sourde. Villeroy fut finalement démis de sa fonction de gouverneur du roi et il fut exilé.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.