Montesquieu : une histoire de France à travers les Lettres persanes (II)

II – L’histoire de France dans les Lettres

Directement, explicitement, l’Histoire apparaît comme un arrière-plan d’importance majeure au « roman » qui sert de couverture, en le sait, à l’expression d’une critique souvent virulente des contextes, politique, philosophique et religieux, dans lesquels Montesquieu a grandi et vécu jusque-là. Trois plans historiques se détachent alors, trois « décors » au Paris de nos Persans qui ne jouent pas, dans la réflexion de l’auteur, le même rôle.

(En raison de la longueur inattendue qu’a prise cette passionnante recherche de « l’Histoire » dans les Lettres persanes, cette deuxième partie fera elle-même l’objet de deux articles successifs dans ce carnet)

II. 1.            L’histoire « ancienne » de la France

Outre les allusions au temps de Philippe Auguste (Lettre CII, p. 324), à Louis IX ou à Philippe le Bel[1], le passé de la France intéresse Montesquieu, ici, en un moment essentiel : le temps des « origines » germaniques, des premiers royaumes francs, de ces premières « races » de nos rois comme l’on disait alors.

Les « grandes » invasions, invasions de « peuples barbares », selon les termes déjà classiques et repris par Montesquieu (p. 417), sont évoquées dans deux lettres, mais en quatre endroits remarquables : dans la lettre CXXXI (p. 404), il est question de la «liberté» des peuples germaniques et du Nord, décrits comme en « royauté » non pas en raison d’une organisation politique qui serait « monarchique », mais seulement par simple assimilation ultérieure de leurs « chefs » (de guerre, bien sûr !) à des rois ; plus explicitement, la lettre CXXXVI (p. 416-417) rapporte la version classique de « la décadence du formidable empire romain » sous les coups des peuples germaniques, dont les Francs, qui « l’inondèrent, le ravagèrent, le dépecèrent ». Dans l’esprit de l’auteur, c’est pour mieux renverser les conclusions habituelles des historiens : ces peuples « qui n’étaient point proprement barbares, puisqu’ils étaient libres » le sont devenus depuis, selon Montesquieu, puisque partout ou presque, ils ont été soumis à « la puissance absolue»… A ce propos tout politique, répond la longue dissertation de Rhédi à Rica (lettre CXXXI, déjà citée, p. 405-406) qui revient, en termes très proches, sur l’effondrement de l’empire romain : « une infinité de nations inconnues sortirent du Nord, se répandirent comme des torrents dans les provinces romaines, et, trouvant autant de facilité à faire des conquêtes qu’à exercer leurs pirateries, elles démembrèrent l’Empire et fondèrent des royaumes » (p. 405). Une vision quelque peu apocalyptique de la décadence de l’empire romain que l’historiographie contemporaine tend, évidemment, à relativiser[2] : les « conquêtes » furent davantage une pression migratoire pluriséculaire aux abords du fameux limes, plus ou moins forte, selon les zones géographiques, et sporadique. Une vision catastrophique que partageaient néanmoins les historiens du temps, tels Mézeray[3] ou l’abbé Dubos[4] et le Président Hénault[5], et que devait, après eux, véhiculer longtemps la vulgate historique de l’enseignement élémentaire. Il est non moins certain que c’est bien l’incapacité du gouvernement de l’Empire à donner une forme politique pérenne[6] à cette intégration forcée de l’immigration germanique qui représente le facteur historique majeur, mais non unique, de l’effondrement de l’Empire.

Dans la lettre CXXXVI, le savant bibliothécaire de St. Victor expose à Rica le mouvement naturel qui a animé les dynasties franques, où l’on voit « la puissance des rois se former » (p. 417) : c’est à Clovis que pense ici l’auteur ; du chef des Saliens qu’il est en 481, à la mort de son père, Clovis devient le premier « roi des Francs », conquiert et soumet la quasi totalité de l’ancienne Gaule entre 486 (défaite du dernier « romain » Syagrius) et 507 (victoire de Vouillé, qui fait entrer l’Aquitaine wisigothique dans le royaume). En fait, le pouvoir de Clovis n’est pas seulement celui d’un conquérant : en se faisant baptiser dans la religion chrétienne et catholique[7] par saint Rémi, à Reims, le jour de Noël 499[8], le roi des Francs unit à son pouvoir une autorité d’origine divine et morale ; il avait su de même récupérer de la Rome antique le prestige du consul dont il est revêtu en 4 ? et qui en fait un législateur de droit[9]. Ce seront les ingrédients durables de l’idéologie royale ancienne.

Cette « puissance des rois », Montesquieu la dit « mourir deux fois » (p. 417) : il pointe alors la fin, en 751, de la dynastie mérovingienne (issue de Clovis), et l’échec, en 987, de la dynastie carolingienne, issue de Pépin le Bref bien que son roi éponyme soit Charles « le Grand », Carolus Magnus (768-814). Vieillissement suivi de « mort », en effet, dans les deux cas : les derniers héritiers légitimes de ces dynasties franques commencent par se montrer incapables de répondre à la fonction majeure et première du pouvoir : assurer la protection du territoire et de la société contre l’envahisseur :

–       les Arabes dit Sarrazins, au début du VIIIème siècle, jusqu’à la bataille de Poitiers de 732 remportée par le père de Pépin, Charles Martel, maire du Palais, c’est-à-dire ministre, et non roi, du Mérovingien ;

–       les Normands ou Vikings, au début du Xème siècle, qui révèlent l’incurie ou l’incompétence du Carolingien et la valeur des Robertiens, aïeux d’Hugues Capet.

Enfin « la puissance des rois », comparée au flux de rivières à résurgence[10], va « renaître de même » (p. 417), avec Hugues Capet, élu des Grands (barons et évêques), à Noyon, le 5 juillet 987, mais – grâce au Ciel ! pensait Montesquieu (si fort, si fort, que nous en ressentons encore son soulagement) – cette monarchie allait « languir ensuite pendant plusieurs siècles » (p. 417)…

Car il n’y a rien d’anodin, on s’en doute, dans cette insistance de Montesquieu sur les premiers siècles de la royauté française. Au propos « historique » du bon « dervis » correspondent en effet, une fois encore, les enseignements de Rhédi à Rica dans la lettre CXXXI : certes, le « royaume » fut « fondé » dès les origines de la France, mais il n’empêche que les Francs « étaient libres, et ils bornaient si fort l’autorité de leurs rois… Ainsi ces royaumes, quoique fondés par la force, ne sentirent point le joug du vainqueur. » (p. 405). Montesquieu insiste : « l’autorité du prince était bornée de mille manières différentes » (p. 406) : partage du pouvoir avec les seigneurs, même pour décider la guerre, répartition égalitaire du butin, consentement à l’impôt… Et, in cauda venenum : « les lois étaient faites dans les assemblée de la nation » (p. 406) : Montesquieu, envers et contre l’évolution du processus par lequel le roi a été progressivement proclamé « absolu » dans l’édiction de la loi[11], se déclare ici formellement pour la doctrine « parlementaire », contre la vision monarchique qui s’impose en France « légalement » au moins depuis la célèbre Ordonnance civile, art. ??. Depuis le XVIème siècle, les Parlements insistent sur leur nécessaire participation au processus législatif en tant que puissance « mitoyenne »[12] entre le roi et la nation. Plus sûrement encore, Montesquieu se fait déjà ici, avant L’Esprit des Lois, l’héritier direct de ceux que l’on a appelés les monarchomaques[13] (protestants, dans notre cas), Hotman, Théodore de Bèze[14], etc.,  et de la philosophie politique anglaise et protestante[15], telle qu’il la lit sans doute, dès sa diffusion en France, dans les célèbres Two Treatises of Government[16] (1690). Dès 1579, en effet, sous le pseudonyme de « Junius Brutus », les protestants Hubert Languet et Philippe Du Plessis Mornay[17] ont développé dans le Vindiciae contra tyrannos, comme François Hotman dans La Franco-Gallia en 1573, les principes de la limitation de l’autorité des rois par les magistrats et les « officiers », du droit à les déposer s’ils faillissent à leur mission[18], de la nécessaire collaboration à la législation des assemblées de la nation (Etats généraux ou, dans l’intervalle des réunions, Parlements, et d’abord celui de Paris auquel la famille d’Hotman appartenait)… Proches de Montesquieu également, les envolées d’un Omer Talon, avocat général au Parlement de Paris du temps de la Fronde, les remontrances des Parlements de la même époque et jusqu’en 1673, avaient nourri cette pensée déjà ancienne d’une « idéologie de la robe »[19], au demeurant assez ambiguë[20], qui allait exploser, dès la Régence, en un « constitutionnalisme » à prétention limitative de la puissance du roi par les cours souveraines[21]. Une forme de ce demi-contractualisme politique à la manière des gens du Parlement, que ces préliminaires induisent, est sous-jacent en différents endroits de l’œuvre, par exemple au début de la lettre LXXVI (p. 254) ou à la fin de la lettre LXXVII (p. 259), même si, contre Hobbes, Montesquieu est un ferme partisan du caractère naturel de la société (lettre XCIV, p. 301)[22].

II. 2.            Tout près, le règne de Louis XIV

Au-delà de ce qui précède, l’Histoire de France se focalise dans les Lettres sur le règne de Louis XIV (1643-1715), le plus long de tous les règnes de ses prédécesseurs et finalement de l’histoire de France), comme l’annonce Montesquieu en effet (XXXVII, p. 155): 72 ans[23]. De ce règne, Montesquieu nous lègue une vision en cinq points : la Fronde (lettre CXI, p. 343), Colbert (LIX, p. 211), la Révocation (LXXXV, p. 280-285), la Cour (XXXVII, p. 156), enfin la mort du roi et la grande affaire de son Testament (XCII, p. 298). On notera d’emblée que c’est à peu de chose près ce que l’opinion ordinaire, que nos amis du XVIIIème siècle appelait «vulgaire », retient aujourd’hui de nos manuels d’histoire sur Louis XIV. C’est ici une grande part de la force historiographique de l’œuvre.

La lettre CXI d’Usbek qui rappelle la Fronde est datée de 1717. A l’appui des notes explicatives des p. 343 à 345, il faut rappeler que les troubles de la minorité de Louis XIV (1648-1653) furent un des événements les plus importants de notre histoire, non seulement par les faits et la complexité de leur déroulement et de leurs causes, mais aussi par leurs effets et les circonstances de la fin du mouvement[24]. L’intérêt de cette période pour les contemporains des Lettres tenait, bien sûr, à la minorité de Louis XV, sur laquelle il faudra revenir. En fait, la comparaison était largement artificielle, elle relevait davantage d’aspirations vagues, dans le milieu restreint d’une certaine aristocratie, plutôt que d’un parallèle pertinent, car le contexte politique et institutionnel était profondément, et je dirai irrémédiablement, différent. Montesquieu ne s’intéresse pas aux prémices de la révolte, aux différentes composantes de la rébellion (magistratures des cours souveraines, princes du sang et « Grands », petite noblesse pauvre des provinces, clergé et peuple de Paris…), ni aux événements en eux-mêmes[25]. La lettre ne retient finalement que trois éléments :

1) la Fronde est une « guerre » (« conseil de guerre », p. 343, « nos troupes », p. 344), une guerre civile (« partisans », p. 345) et une guerre coûteuse (« pertes », p. 344)[26], enfin un « échec » (id.), « notre défaite », écrit-il p. 345 (celle des Parlements ?) ;

2) Mazarin est le cœur du problème (p. 344) parce qu’il est haï, comme étranger, incapable d’apprendre à parler correctement notre langue et donc ridicule ; le « mot générique » (p. 345) de mazarins qui se répandit en effet, surtout après 1651, désigna bien des gens sans aveu, non des esclaves, mais des traîtres, des agents doubles[27] ;

3) l’épisode donne lieu à l’une des plus formidables campagnes d’opinion[28], celle des Mazarinades.

Vu du début du XVIIIème siècle, les profondes raisons qui se sont accumulées progressivement depuis la mort de Louis XIII pour expliquer l’ampleur du mouvement insurrectionnel de la Fronde, semblent échapper : contre la politique menée par Richelieu et le roi, depuis l’entrée de la France dans la Guerre de Trente Ans[29] et dont le cardinal[30] Giulio Mazarini[31] se fait le fidèle exécutant après 1643, une coalition de mécontents[32] s’est formée, très vite au sein de l’aristocratie proche de la monarchie[33], plus lentement au sein de la magistrature des cours de justice, surtout parisiennes. Les raisons sont alors de défendre des intérêts financiers et les privilèges fiscaux de la haute bourgeoisie urbaine, entamés par l’alourdissement de la pression fiscale en raison de la poursuite de la guerre[34]. Dès lors, il n’était pas devenu très difficile d’exploiter la misère latente des populations dont les couches les plus pauvres représentent depuis des siècles un « matériel » d’émeute potentiel. Le lien qui unissait tout cet agrégat, sur le fond parfaitement incohérent, était le jeu séculaire des « fidélités » qui cimentent la société ancienne. Le règne de Louis XIV, dont les souvenirs de la Fronde guident la volonté de briser ces fidélités, de domestiquer la noblesse, de rendre direct, par l’administration de l’Etat, le lien entre le sujet et le roi, représente précisément dans ce domaine une rupture majeure : même si les « amitiés » demeurent au XVIIIème siècle un facteur de compréhension des conflits politiques, les fidélités ne joueront plus jamais (même et surtout au moment de la Révolution) en faveur d’une société dominée par le seigneur et par l’épée. Cela Montesquieu le savait, ou du moins le sentait : « On dit qu’il [le roi] possède à un très haut degré le talent de se faire obéir » (Lettre XXXVII, p. 155)…

L’allusion à Colbert (LIX, p. 211) est extrêmement fugitive, mais elle révèle, d’abord, la rapidité de la naissance du mythe du « parfait » ministre que Colbert doit incarner dans la mémoire de la France jusqu’à nos jours : « temps le plus miraculeux de notre invincible monarque ». Sous Louis XIV, heureusement qu’il y a eu Colbert ! Sinon… Econome, moderne, « cartésien » : « Le bel ordre qu’il y avait dans les finances ». Colbert certes a développé des principes heureux dans la comptabilité des deniers publics ; il est donc supposé avoir incarné, entre 1661 et 1683 (date de sa mort), la paix, la prospérité (« Tout le monde était à son aise »), la réforme de l’Etat[35], contre ceux que la « gloire » militaire démangeaient outrageusement (l’Epée, les Le Tellier-Louvois, etc.). La réalité est pourtant bien loin du mythe, Colbert ayant joué, par exemple, un rôle majeur dans le déclenchement de la guerre de Hollande, en 1672, une guerre qui fut longue (jusqu’en 1678) et extrêmement coûteuse. L’interdiction du duel ne date pas de Colbert, mais, la législation royale était devenue radicalement hostile au duel sous Louis XIII, sans succès décisif même encore au XVIIIème siècle[36]. Par ailleurs, la remarque de Montesquieu suggère un trait durable de la psychologie collective des Français : celui du « bon vieux temps », d’un « avant » qui est toujours « senti » comme meilleur, comme un modèle perdu, d’un âge d’or qui, en contraste, alimente la plainte permanente du Français sur le temps présent : dès Richelieu, on sait que le Français a beaucoup de qualités, MAIS qu’il est râleur, insatisfait, critique…

La question de la Révocation de l’édit de Nantes (1598) par l’édit de Fontainebleau du 18 octobre 1685 sort en partie de notre propos puisque la célèbre lettre LXXXV (p. 280-285) n’en traite que sous le camouflage prudent de la transposition pseudo historique de l’expulsion des Arméniens de Perse sous le shah Soliman. A priori, donc, une lecture « historique » doit faire ici la place à un propos politique et religieux qui prélude évidemment à L’Esprit des lois. « Quitter le royaume ou se faire mahométans » : c’est l’enjeu de la Révocation, alors même que le texte de 1685 ne prévoyait pas d’autre solution que l’abjuration du protestantisme que l’on supposait résiduel. Le chancelier Michel Le Tellier qui œuvra à l’édit de 1685 était persuadé que les « religionnaires », ceux de la RPR [Religion prétendue réformée] comme l’on disait alors, avaient été usés et par la conversion des élites (les Rohan, les Condé, les La Force, Turenne lui-même en 1668[37], etc), et par la politique de restriction progressive des libertés accordées par Henri IV et d’incitation à la conversion engagée dès avant Louis XIV[38]. L’impatience de ce dernier lui fait prendre un virage en 1679 : l’opinion populaire est hostile aux protestants, globalement plus riches, du moins aisés, souvent seigneurs et maîtres dans le Sud du royaume où l’aristocratie des campagnes reste « hérétique »… Après 1673, et surtout 1682, le roi rentre pour la deuxième fois de son règne en conflit grave avec le pape[39] et il est utile à son prestige de Roi Très Chrétien de paraître, sur le dos des protestants, plus papiste que le pape. Le rigorisme ambiant qui se développe partout avec le jansénisme[40], malgré la détestation du roi pour ce courant, favorise l’évolution générale vers le rejet pur et simple des protestants. Pourtant, contrairement à l’assertion de la lettre LIX, Colbert jusqu’à sa mort bloque la tentation de Révocation : nombreux sont les intendants de province qui le suivent, même un Henri d’Aguesseau qui, en Languedoc de 1673 à 1683, perçoit toute la complexité de l’affaire. En revanche, autour de Louvois, d’intendants comme Bâville en Languedoc après 1683, le parti de la rigueur se gargarise de chiffres de conversions peu crédibles et qui, de fait, ont trompé le roi sur la réalité de la situation. La dénonciation des effets de la Révocation dans la lettre LXXXV (exil des protestants,150 000 à 200 000, vers la Hollande, l’Angleterre, et le Brandebourg, p. 280 ; affaiblissement du négoce et de l’artisanat du royaume, « ruine de l’industrie », p. 283 ; « inhumanité » des persécutions, p. 286)[41] fut partagée, dans les milieux catholiques, par des personnalités diverses, tel le duc de Saint-Simon, alors même que la proximité de Montesquieu avec le protestantisme, par la famille de sa femme, donne une mesure de l’hostilité relancée des protestants, en France comme à l’étranger, contre le royaume, contre le catholicisme[42] après cet événement[43].

Reste la Cour évoquée dans la lettre XXXVII (p. 156). L’entourage du vieux roi se compose, en cercles concentriques, de sa famille, des officiers de l’hôtel du roi (grand chambellan, premier valet de chambre, etc…) et autres « domestiques », de ses conseillers et ministres qu’il voit chaque jour, en séance ou en particulier (dans ce cas, on parle du « travail du roi »), et des courtisans innombrables qui peuplent Versailles depuis qu’en 1682, le roi a décidé d’en faire sa résidence principale.

Tout ce dernier passage mérite un commentaire historique circonstancié qui marquera, dans le prochain billet, la transition avec la troisième partie de cette « histoire du règne » à travers les Lettres persanes.


[1] Voir « Montesquieu : Histoire de France et d’ailleurs, à travers les Lettres persanes (I) », 19/11/2013, sur http://parlementdeparis.hypotheses.org/1034, § I. 3.

[2] Se référer aux manuels de l’enseignement supérieur, à commencer par l’un des plus « classiques » : Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, Paris : Le Seuil (coll. « Points. Histoire »), 1978, t. 3 (284-395 ap. J.C.). Pour entrer plus avant dans la discussion, cf. l’intéressant article de Wikipédia, « Déclin de l’Empire romain d’Occident » (http://fr. wikipedia.org).

[3] L’Histoire de France, depuis Faramond jusqu’à maintenant… publiée par Mézeray en 1643 figure en trois rubriques dans le Catalogue de la Brède (n° 3010, 3011 et 3012), les deux premières fois sous la forme de l’Abrégé chronologique publié en 1668 (1 vol.) et 1690 (3 vol.), la troisième mention (sans doute intercalée) étant celle de l’édition princeps en 3 vol. in-fol.

[4] L’Histoire critique de l’établissement de la monarchie françoise dans les Gaules parut en  1734, à Paris, en 3 vol. in-4°. Elle est dans le Catalogue au n° 2930 dans cette édition.

[5] Le Nouvel abrégé chronologique de l’histoire de France contenant les événements de notre histoire depuis Clovis jusqu’à la mort de Louis XIV de Charles Jean François Hénault, président d’une chambre des Enquêtes du Parlement de Paris, devint rapidement un « classique » bien qu’il parût sans le nom de l’auteur, à Paris, en 1744. Ce petit volume in-12 entre également dans la bibliothèque de Montesquieu.

[6] Malgré des tentatives répétées d’adaptation, multiplication du nombre des empereurs (par exemple, la Tétrarchie du début du IIIème siècle), subdivision du territoire, rationalisation et « centralisation » de la structure administrative, rentabilisation du fisc, tentative de « codification » du droit romain (code Théodosien de 438-439 ap. J.C.). Sans compter la renaissance de l’Empire « romain » d’Orient à l’époque de Justinien (527-565) et la persistance d’un mythe de l’Empire « romain » pendant la période byzantine (jusqu’à la chute de Constantinople, en 1453).

[7] Précisément, puisque Clovis, à l’instigation de sa femme Clotilde, princesse burgonde, rejette l’arianisme qu’avait adopté tous les rois « barbares » contemporains.

[8] La date de 496 anciennement adoptée par les historiens a été revue par l’historiographie contemporaine (cf. Michel Rouche, Clovis, Paris : Fayard, 1996).

[9] Mise par écrit, en latin, de la loi salique qui comporte, en réalité, de forts emprunts au droit romain,  aux alentours (sans doute) de 507-511. Cf. Jean-Marie Carbasse, Les 100 dates du droit, « Que sais-je ? », Paris : PUF, 2011, p. 28-29.

[10] P. 417 : « semblable à des fleuves qui, dans leur course, perdent leurs eaux ou se cachent sous terre ; puis reparaissant de nouveau, grossis par les rivières qui s’y jettent… ». C’est le cas, en France, par exemple, de la Loue, affluent du Doubs dans le Jura français.

[11] Les fondements de cet « absolutisme » législatif se trouvent dans la résurgence du droit romain exprimé, dès la fin du XIIIème siècle, en des formules célèbres : « Rex legibus solutus est », « Quod principi placuit, legis habet vigorem », ou « si veult le roy, si veult la loy », etc.

[12] Expression du juriste Pasquier, au XVIème siècle. Cf. Arlette Jouanna, Le roi absolu. Naissance de l’imaginaire politique de la royauté, Paris : Gallimard, « L’esprit de la cité », 2013, p. 79, sq. Voir aussi : I. Brancourt, « Pasquier et son Parlement ‘mitoyen’, http://parlementdeparis.hypotheses.org/471, 1er octobre 2010 ; Ead., « Re : Pasquier et son Parlement ‘mitoyen’ », http://parlementdeparis.hypotheses.org/829, 22 juin 2012.

[13] Cf. Paul-Alexis Mellet, « ‘Le roy des mouches à miel…’: tyrannie présente et royauté parfaite dans les traités monarchomaques protestants (vers 1560-vers 1580) » in Archiv für Reformationsgeschichte / Archive for Reformation history, vol. 93, pp. 72-96, sous les auspices de Verein für Reformationsgeschichte /American Society for Reformation Research, G. Mohn, Gütersloh(Westf.), 2002.

[14] Le Catalogue de la bibliothèque de la Brède contient bien quatre œuvres juridiques d’Hotman, mais pas la Franco-Gallia (deux sont d’édition antérieure (1567, 1569), deux autres très spécialisées et d’édition très postérieure,1591, 1641) ; Théodore de Bèze n’apparaît pas nommément, ce qui ne manque pas d’étonner, sauf à reconnaître son pamphlet le plus incisif, Du droit des magistrats sur leurs sujets (1575), dans la mention du n° 2399 qui fait suite à d’autres traités : « tractatus de jure magistratuum in subditos, et officio subditorum erga magistratus ».

[15] Outre-Manche, on mentionne aussi George Buchanan dont à défaut du De jure regni apud Scotos (1578, contre Marie Stuart), Montesquieu possédait, au n° 3193 de son Catalogue, un très intéressant ouvrage, sans doute proche du premier écrit : Rerum Scoticarum historia libris 20. descripta, qui regionum situs, quod soli cœlique sit ingenium &c., éd. de Francfort chez Joannem Feyrabend, impensis haeredum Sigismondi Feyrabendii, de 1594 (in-8o, 1 vol.).

[16] Pour autant, l’œuvre n’apparaît pas non plus dans le Catalogue de la Brède, à moins qu’il ne faille le trouver dans cette édition de 1710, au titre vague, classée au n° 1490 : John Locke, Œuvres diverses, Rotterdam, 1710, 1 vol. in-12. Locke (1632-1704) est tôt diffusé en France, mais il faut attendre 1728 pour avoir la première édition en français du Traité du Gouvernement civil. Pour aller vite, préférer l’article en anglais de Wikipedia.org à son équivalent français.

[17] Le n° 2399 du Catalogue de la Brède réunit des textes de Machiavel et le fameux Vindiciae.

[18] « Quelques-uns même de ces peuples, comme les Vandales en Afrique, les Goths en Espagne, déposaient leurs rois dès qu’ils n’en étaient pas satisfaits » (Lettre CXXXI, p. 405-406).

[19] Cf. Francesco Di Donato, « Constitutionnalisme et idéologie de robe. L’évolution de la théorie juridico-politique de Murard et Le Paige à Chanlaire et Mably, Annales E. S. C., 1997, a. 52, n°4, p. 821-852.

[20] Cf. Jacques Krynen, L’idéologie de la magistrature ancienne, t. I de : L’État de justice . France, XIIIe-XXe siècle, Éditions Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 2009, 326 p..

[21] Le Catalogue mentionne bien (n° 2973) le « Journal de ce qui s’est passé au parlement de Paris, toutes les chambres assemblées sur le sujet des affaires du tems present ès années 1648. et 1649. », paru à Paris, chez Gervais Alliot et Jacques Langlois, dès 1649 en un volume in-4°, de même que les n° 2974 à 2976 sont le rapport de ce qui s’est passé au Parlement de Paris pendant ces années cruciales de l’histoire, 1647, 1648, 1649, par Jean Nicolas, sieur du Portail, ce qui semble, d’ailleurs être une autre édition du même texte (cf. sur https://books.google.fr/), Suite du vrai journal des assemblees du Parlement, contenant ce qui s’y est … Le sieur Du Portail y est dit « advocat en Parlement » (p. 2). On comprend que circulait dans ces premières années de la Régence, spécialement après 1718 (voir infra) les manuscrits les plus divers sur les événements de la Fronde. Peut-être – osera-t-on l’hypothèse ? – grâce à la libéralité de son fils Jean François Le Boindre, conseiller au Parlement dans ces années-là, Montesquieu eut-il connaissance de ces Débats du Parlement de Paris pendant la Minorité de Louis XIV, que le conseiller Jean Le Boindre avait légué à la mémoire des siècles (cf. chez Honoré Champion, t. I, 1997, par Orest, Patricia Ranum et Robert Descimon, et t. II, 2002, par Isabelle Storez-Brancourt).

[22] Voir l’importante note 1, p. 302.

[23] Une donnée qui est à relativiser par l’âge de Louis XIV à son avènement (né le 5 septembre 1638, en mai 1643, il a 4 ans et 8 mois) et donc la durée de la régence de sa mère, Anne d’Autriche (officiellement jusqu’au 5 septembre 1651, en fait, jusqu’à la mort de Mazarin, en mars 1661). Le règne de Louis XIII (1610-1643) avait paru long du fait du poids du ministériat de Richelieu (1626-1642), mais les autres longs règnes de rois de France faisaient remonter au Moyen Âge (43 ans pour Louis VII, pour Philippe Auguste, 44 pour Louis IX, 42 pour Charles VI…). On était loin du record de Louis XIV !

[24] Bibliographie pléthorique. Citons un grand classique : Michel Pernot, La Fronde, Editions de Fallois, Paris, 1994. L’une des meilleures recensions historiographiques se trouve dans : Orest Ranum, La Fronde, trad. de l’anglais, Paris : Seuil, 1995, 433p.

[25] L’historiographie distingue classiquement trois « Frondes », en trois épisodes qui se succèdent : Fronde « parlementaire » (1648-1649) jusqu’à la « paix de Rueil » (avril 1649) ; Fronde des Princes ou nobiliaire (1650-1651), l’ « union des Frondes » (fin 1651-1652) jusqu’au retour du roi à Paris et à la grande déclaration d’amnistie d’octobre 1652, alors même que Bordeaux résistera jusqu’en 1653. L’un des pires moments fut l’année 1652 qui se termina dans le sang par une terrible insurrection parisienne, le 2 juillet, dite « Journée des pailles » et par l’ordre royal donné au Parlement de Paris de se déplacer en corps à Pontoise (1ère translation du Parlement à Pontoise. Cf. Isabelle Storez-Brancourt, « Vers la solution », dans Le Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du Parlement de Paris. XVe-XVIIIe siècle (en collaboration avec S. Daubresse et M. Morgat-Bonnet), Paris : Honoré Champion, coll. « Histoire et archives », 2007, IIème partie, ch. 1 et 2 : p. 557-645.

[26] La combinaison de la guerre étrangère, de la guerre civile, de la désorganisation du marché des blés fragilisé de façon structurelle par les accidents climatiques et la faiblesse des rendements, enfin des épisodes infectieux et des maladies endémiques (« pestes », rougeoles…) entraîna un des plus forts pics de mortalité d’un XVIIème siècle déjà catastrophique sur le plan démographique, peut-être une baisse de 500 000 à 800 000.

[27] Des exemples multiples d’emploi du mot dans Débats du Parlement pendant la Minorité de Louis XIV (t. II, éd. I. Storez-Brancourt, op. cit.), en autres : « Mr le 1er président vouloit mettre le tout en délibération, lorsque Mr le duc d’Orléans a encore pris la parole et dit que les mazarins seroient bien aise de mettre le Clergé du party du Cardinal. Sur quoy s’étant élevé quelque bruit, Mr le duc d’Orléans reprit son discours : qu’il ne disoit pas qu’il y eût aucun mazarin dans la compagnie, mais que les mazarins seroient aises de commettre le parlement et le Clergé afin de fortiffier le Cardinal, lequel témoignoit avoir pas trop d’envie de sortir. » (p. 179) ; ou bien encore, le 11 janvier 1652 quand le Parlement ordonne la vente de la bibliothèque du Cardinal : « Sur quoi, le peuple s’étoit ému et crioit avec confusion de voix qu’il falloit vendre ladite bibliothèque en détail, et, se préparant à faire quelque violence à cet enchérisseur qu’ils appelloient mazarin » (p. 338).

[28] Cf. Hubert Carrier, La presse de la Fronde (1648-1653) : les Mazarinades, Genève, Librairie Droz, 1989-1991. Remarquable !

[29] La guerre de Trente Ans est une guerre européenne dont le point de départ se trouve, en 1718, dans la révolte de la Bohême contre l’Empereur (Habsbourg) (cf. Olivier Chaline, La bataille de la Montagne Blanche. Un mystique chez les guerriers, Paris : noesis, 1999). En ce qui concerne la participation de la France, on distingue habituellement guerre « couverte » (à partir de 1625) et guerre « ouverte » par la déclaration officielle de 1635.

[30] Cardinal de l’Eglise romaine, mais non prêtre, et seulement clerc tonsuré.

[31] En août 1643, la cabale des Importants met François de Vendôme, duc de Beaufort, à la tête d’une conjuration, au demeurant assez romanesque, contre Anne d’Autriche et Mazarin. Beaufort anime aussi la Fronde et en tire un véritable prestige populaire : il est connu sous le surnom de « roi des Halles ».

[32] Depuis la fin du XVIème siècle, on disait plus volontiers « malcontents ».

[33] C’est la cabale des Importants de 1643, qui protestent contre le choix (paradoxal) d’Anne d’Autriche de soutenir l’héritier de Richelieu, Mazarin, dont elle fait son principal ministre, contre les princes qui, traditionnellement, prétendaient au partage, au moins, de la décision en cas de minorité royale (les exemples étaient récurrents, depuis la minorité de Charles IX, en 1561, celle de Louis XIII, en 1614.

[34] Une série d’édits fiscaux (1644 : édit du Toisé ; 1646 : taxe des Aisés et édit du Tarif) avaient tenté d’élargir l’assiette de l’impôt à la bourgeoisie privilégiée et concernaient Paris au premier chef. En janvier puis avril 1648, le feu aux poudres est mis par un édit qui atteint les gages des officiers de justice et augmente la « paulette » ou « droit annuel » sur les offices de toutes les cours souveraines, sauf du Parlement de Paris. Vaine tentative pour diviser la magistrature : le Parlement par le célèbre « arrêt d’union » du 13 mai 1648 déclenche la révolte contre le gouvernement.

[35] Il est à l’origine de la première tentative de codification du droit, au moins dans le domaine de la procédure (Ordonnance civile de 1667, criminelle de 1670, de commerce…).

[36] Pour une bibliographie, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Colbert , sachant que l’historiographie reste encore assez partagée.

[37] Sous l’influence de Bossuet, mais après la mort de sa femme (1666), Anne de Caumont de la Force.

[38] En 1629, l’édit d’Alais (ou Alès) supprime tous les privilèges politiques et militaires consentis à Nantes ; l’application à la lettre des clauses religieuses implique des destructions de temples illégaux, puis, après 1664, se succèdent la création d’une caisse des conversions, la suppression des chambres mi-parties dans les Parlements… « A ce rythme », conclut François Bluche (protestant), « la France serait sans doute devenue totalement catholique entre 1730 et 1760 » (Louis XIV, Paris : Fayard, 1986, p. 599).

[39] C’est l’affaire de la Régale qui conduit à la très importante déclaration des Quatre articles, de 1682, que tous les clercs devaient jurer d’observer, un « serment » qui mit déjà le royaume en position de schisme non déclaré avec Rome, jusqu’à une réconciliation discrète en 1693-1695.

[40] Le chancelier Le Tellier a un frère évêque de « sensibilité jansénienne », comme l’on dirait aujourd’hui. Sous la Régence, un évêque Colbert, est l’un de ceux qui mènent le combat contre la bulle Unigenitus.

[41] L’histoire a énormément de peine à évaluer les conséquences objectives de la Révocation, puisque des émigrations se sont faites d’une province à l’autre, des compensations aussi avec l’arrivée de catholiques chassés d’Angleterre et de Scandinavie. Les protestants restent nombreux en France au XVIIIème siècle, et malgré une nouvelle législation coercitive en 1724, leur nombre impliqua une évolution progressive de la monarchie vers une certaine forme de reconnaissance, jusqu’à l’édit de 1787 sur la création d’un état-civil pour les protestants. Les conséquences « psychologiques » sont en revanche indiscutables.

[42] Cf. l’attitude du Pasteur Jurieux, de Bayle, de Locke, etc.

[43] L’historiographie est immense, dominée par de grands historiens protestants, telle Janine Garrisson.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *