Mon « carnet » Delisle : son Journal pour l’année 1730 (I)

Dans la suite des billets d’août et septembre 2009, je reprends et poursuis la mise à disposition de mon carnet personnel d’analyse des recueils confectionnés par le commis greffier Jean-Gilbert Delisle, au service du greffier en chef civil du parlement de Paris dans la première moitié du XVIIIe siècle (cf. ci-contre, page « Greffe »). Le lecteur pourra mesurer l’intérêt extrême de ces papiers jusques-là sous-exploités dans les domaines de la météorologie et de l’histoire du climat, de la vie et du travail du Parlement, de l’histoire du jansénisme et de la « Constitution », c’est-à-dire de la bulle Unigenitus, enfin des faits divers. Ce qui suit (et suivra) concerne l’année judiciaire 1730, commençant, il faut le rappeler, à la Saint-Martin, c’est-à-dire au début du mois de novembre 1729.

Comme presque tous les recueils de Delisle, dans la collection dite du « Conseil secret du Parlement », ce volume est relié cuir (254/192 mm) et rassemble des feuillets de tailles diverses, le plus souvent autour de 233/167 mm. Il n’était pas folioté avant le présent travail et comporte des feuillets blancs, dont les trois premiers qui n’ont pas été foliotés.

Fol. 1 : en guise de page de garde :

« Conseil secret du Parlement depuis Novembre 1729 en Octobre 1730. De Lisle. 1730 »

(Des fioritures marquent, comme dans la plupart des cas, le soin et le plaisir que notre commis greffier prenait à rédiger ces recueils).

fol. 2 : en blanc.

fol. 3-16 : imprimés.

fol. 17 : « Novembre 1729

Le mardy premier jour de Novembre 1729. Feste de tous les Saints. L’on a dit que dimanche dernier, le curé de Ste Croix avoit monté en chaire fait son prosne et publié le mandement de Mr l’archevesque, mais que le vicaire qui disoit la grande messe, l’ayant ouÿ publier, étoit rentré dans la sacristie, quité les habits sacerdotaux et s’en étoit allé sans achever la messe, ce que plusieurs paroissiens avoient aussi fait, ce qui faisoit beaucoup parler. De la pluye presque toute la matinée jusqu’à 11 heures qu’il a fait soleil le reste de la journée.

Le mercredy 2, feste des Trépassez. Temps bas et de la pluye presque toute la journée et la nuit ; la rivière beaucoup augmentée. L’on travaille à Versailles pour un beau feu d’artifice qui doit estre tiré dans la sepmaine prochaine. Le Roy va à Rambouillet pour le St Hubert. Aucunes nouvelles. Beaucoup de maladies. Mr de Richelieu guéry.

Le jeudy 3, feste de St Marcel. Grand brouillard et encore de la pluye le matin, mais beau temps l’apresmidy. Que la Reyne viendra lundy prochain à Paris à Notre-Dame et à Ste Geneviefve pour y remercier Dieu de lui avoir donné un Dauphin, et qu’elle disnera ensuite aux Thuillerie (sic) où l’on commençoit à tout disposer pour cela. Que le feu que l’on doit faire sur l’eau aura 70 piéds de haut, mais que ce ne pourra estre que dans 3 sepmaines au plutost.

Le vendredy 4. Beau temps. Le Roy est à Rambouillet où il doit faire la St Martin. Que le Pape avoit donné un bref qui condamnoit les mandemens et les arrests des Parlemens qui avoient deffendu la feuille du Pape Grégoire 7 adjoutée au Bréviaire romain et qu’il y en avoit en France ( ? ou françois ?).

Le samedy 5. Assez beau temps. Bruit que toute la Sorbonne étoit exilée, c’est-à-dire que l’entrée de la Sorbonne et des assemblées a esté interdite à 150 docteurs qui sont du parti janséniste. Cependant l’on disoit que le Roy s’étoit expliqué, qu’il ne donneroit plus de lettres de cachet sans estre instruit des choses au vrai. L’on a dit aussi que le jour de la Toussaint, Mr l’archevesque sortant de matines, une pauvre femme, s’étant mise à genoux pour lui demander sa bénédiction, luy avoit donné son mandement apostillé et s’en étoit allée, que croyant que c’étoit un placet, il l’avoit remis à l’un de ses aumôniers, mais que l’ayant demandé et veu, il en fut fort courroucé.

Le dimanche 6. Temps bas et brouillard. Aucunes nouvelles.

Le lundy 7. La Reyne vient à Paris à Notre-Dame y remercier Dieu de luy avoir donné un Dauphin qu’elle étoit venu y demander au mois d’octobre de l’année dernière 1728, et elle a disné au Louvre où ses officiers sont venus pour le préparer. Grande joye et acclamations du peuple. Temps bas et brouillard, sur le soir des éclairs, chose assés extraordinaire au mois de Novembre.

Le mardy 8. Comme hier, temps bas et brouillard, cependant, sur le midy, beau soleil et beau temps. Assemblée tenue en Sorbonne pour l’acceptation de la Constitution. Aucunes nouvelles de la Cour.

Le mercredy 9. Beau temps et beau soleil. Enfin, par docteurs affidés et lettre de cachet, la Constitution acceptée hier en Sorbonne, ce qui est terrible, à ce que l’on dit, de forcer les consciences et la véritée. L’on disoit que Mr l’archevesque avec sa mistre ressembloit au grand Thomas. L’on a abattu cejourd’huy le mur du fond du jardin pour le refaire à neuf. Le Roy revenu de Rambouillet à Versailles.

Le jeudy 10. Temps bas, brouillard et froid. Visites chez tous les libraires et imprimeurs et précaution pour la Constitution. Aucunes autres nouvelles.

Le vendredy 11. Feste de St Martin. Grand brouillard et froid comme hier.

Le samedy 12. Ouverture du Parlement. La messe dite par Mr l’archevesque de Paris. Brouillard et froid comme hier. Le Roy est à Rambouillet pour jusqu’à jeudy au soir. Aucunes autres nouvelles.

Le dimanche 13. Beau temps et beau soleil presque toute la journée.

Le lundy 14. Beau temps et beau soleil comme hier.

Le mardy 15. Temps assés bas, il avoit plu la nuit. La Reyne vient à l’opéra avec les dames de la Cour. L’on joue Rolland qu’elle avoit demandé. Il a plu le matin sur les 9 à 10 heures, ensuite assés beau, et sur l’apresmidy, grand vent et de la pluye jusqu’au soir et une partie de la nuit. L’on travaille à force au feu de dessus la rivière et à l’hôtel de Bouillon.

[v°] Le mercredy 16. Beau temps et beau soleil toute la journée.

Le jeudy 17. Gelée blanche et beau temps toute la journée comme hier qu’il parut le soir un coenomene  (sic. On aimerait lire « phénomène, mais le terme écrit par Delisle est bien « coenomene », pour « phoenomène » comme le porte l’imprimé joint par Delisle à la suite) mais qui n’étoit pas si grand que celuy qui parut il y a 3 ans. Que le Roy ne revenoit de Rambouillet que demain au soir à Versailles et que le feu qu’il faisoit faire qui coûtoit 20 mil escus seroit tiré le 28 de ce mois. L’on a dit Mr le cardinal de Bissy malade.

Le vendredy 18. Grand brouillard et froid jusques vers les 10 heures du matin et beau soleil le reste de la journée. Aucunes nouvelles.

Le samedy 19. Grand brouillard et froid et de la pluye une partie de la journée. Mr le Premier Président et Mrs les Gens du Roy vont à Versailles pour demain faire leur cour.

Le dimanche 20 et le dernier dimanche de Pentecoste. Temps bas et de la pluye presque toute la journée. Nouvelle lune.

Le lundy 21. La présentation de la Ste Vierge. Ouverture des audiences du Parlement. Temps bas et grand vent.

Le mardy 22. Temps assés beau. Que Mr Chauvelin nommé advocat général épousoit Mle Daty (sic), fille d’un banquier ou financier à que l’on donnoit dix mil livres de rente, un oncle 500 mil francs comptans et assuré 500 mil livres par le contract de mariage. Me la Duchesse a la rougeolle, Mr d’Angervilliers la petite vérole. L’on disoit bien des vicaires et prestres exilés.

Le mercredy 23, jour de la Mercurialle. Assés beau mais de la pluye de temps en temps. Le Roy toujours à Rambouillet.

Le jeudy 24. Temps bas, de la pluye et grand vent froid. L’on a dit que depuis deux jours, il étoit arrivé un grand malheur dans une terre de M. le Président de Maupeou à 4 lieues de Liancourt, où le postillon de Me la duchesse de La Rochefoucault la jeune étoit, a mis le feu aux écuries, aiant bu, les chevaux et le postillon brûlés dans la ferme du chasteau, 2 granges, 600 [surcharge : 150] moutons et d’autres bastimens, le fermier et les domestiques s’estans tous sauvéz en chemise. Mariage de Mr Chauvelin[1] avec Mle de Vougny Daty. L’apresmidy, en Sorbonne, discours par l’Université pour la naissance du Dauphin [auquel ont assisté M. le Premier Président, et plusieurs de Mrs les Présidens et conseillers de la cour qui y avoient esté invitéz par le Recteur].

Le vendredy 25. Grand vent et de la pluye. Toujours grande désolation à Orléans et par tout le diocèse pour la persécution de la Constitution. La perte du feu chez Mr de Maupeou va à 30 000 livres.

Le samedy 26. Assés beau le matin, mais le temps s’est couvert sur le midy et de la pluye le reste de la journée.

Le dimanche 27. Premier dimanche de l’Advent, Ad te levavi. Le Roy revenu hier de Rambouillet à Versailles. Assés beau temps et soleil. Mr le Premier Président va à Versailles faire sa cour. L’on a dit que l’on avoit osté tous les prestres de la parroisse de St Germain le Vieil, parce qu’ils refusoient de signer l’acceptation de la Constitution et que Mr l’archevesque y aiant envoyé 3 jésuites pour y faire les catéchismes et les instructions et mesme y confesser pour aider à M. le curé, il les avoit receus fort gratieusement, mais que leur aiant dit que les prestres de sa parroisse n’ayant esté ostéz que parce qu’ils avoient refusé d’accepter, il leur demandoit, avant toutes choses, de signer et d’accepter ; de quoy s’estant occupéz, s’en sont alléz. Que cejourd’huy il avoit dit à son prosne, parlant des affaires du temps, que l’Antéchrit (sic) étoit sur la Terre voyant ce que l’on voyoit.

Le lundy 28. Temps bas et pluvieux presque toute la journée, la rivière bien haute. 30 ou 40 jacobins s’en sont alléz pour la Constitution.

Le mardy 29. Veille de St André. Jeûne. Assés beau temps, seulement un peu de pluye. Toujours nouvelles histoires de M. l’archevesque.

Le mercredy 30 et dernier novembre. Grand vent, temps bas et de la pluye une partie de la journée ainsi qu’il avoit fait la nuit précédente. Aucunes nouvelles particulières.

fol. 18 : imprimé : « L’ordre et la marche et les cérémonies qui seront observées à l’arrivée de la Reine à Paris, lundy sept Novembre 1729 »

fol. 19 : « 7 novembre 1729. La Reyne vient à Paris remercier Dieu de luy avoir donné un Dauphin.

« Cejourd’huy… [vérifier qu’il ne s’agit pas de la copie de la Gazette de France ou autre]

N.B. : « La Reyne étoit fort gaye et faisoit les honneurs de son disné fort bien : à l’entremets avec sa mesme gayeté et vivacité ordinaire, elle jeta des écrevisses sur toutes les assiettes des dames, et un capucin étant entré (quoi qu’il n’y entrast aucuns moynes l’aiant ainsi deffendu) lui présenta une salade de capucine sur laquelle il y avoit un bouquet de violette qu’elle prit et le mit à son costé. Il y eut grande simphonie. Elle se promena après son disné dans le jardin de son appartement, et peu de temps après, elle alla aux Capucins où elle entendit le Salut et s’en retourna ensuite sur les six heures à Versailles aux flambeaux. Dieu lui donne de longs jours et dans un an un duc d’Anjou. »

fol. 20-22 : imprimés.

fol. 23-24 : manuscrit. « Ouverture du Parlement, messe du St. Esprit dite par Mr l’archevesque de Paris. » Avec commentaires de Delisle.

« … et passant par le parquet des huissiers enfin rétabli à neuf (excepté la Tapisserie qui n’y étoit point encore)… »

« Mr L’archevesque, ostant son bonnet et le remetant, a répondu à ce compliment par un autre qu’il a lu mesme avec asséz de peine étant vieux et pesant, dans les termes qui suivent, autant que je l’ai pu entendre, parlant très bas,… » (fol. 24)

fol. 24 v° : « Na que la messe a commencé plus tard qu’à l’ordinaire, Mr l’archevesque aiant fait attendre la compagnie. Il vint de chez lui chez Mr le Trésorier de la Ste Chapelle après 10 heures sonnées où il prit ses habits d’Eglise pour venir au Palais.

« Il y avoit grand nombre de peuple dans la grande salle du Palais pour voir la cérémonie dont beaucoup estoient fâchéz de ce que c’étoit Mr L’archevesque qui disoit la messe pour la rentrée du Parlement disant en murmurant que cela ne convenoit point à Mrs du parlement dans l’occurrence des temps où la persécution étoit ouverte pour faire accepter la Constitution pour laquelle il metoit tout en œuvre pour la faire accepter.

L’ambassadeur de l’Empereur et un autre envoyé ont assisté à la messe pour voir la cérémonie et ensuite sont venus à la Grand Chambre y voir le reste pour les complimens et les sermens.

La cour a vacqué depuis ce jour jusqu’au lundy 21 de ce mois pour avoir la huitaine franche après la rentrée ainsi qu’il est accoutumé. »

fol. 25 : manuscrit. « Ouverture du Parlement. Copié sur la minute » (souligné par Delisle).

…« messieurs en grand nombre », alors que dans la version précédente, Delisle note les noms de 19 conseillers puis « et autres au nombre de 28 ».

fol. 26 : en blanc.

fol. 27 à 41 : imprimés.

fol. 42 : « Mr le Président de Maupeou monté à la Grand chambre par le déceds de M. le Président de Lamoignon.

« Du lundy 21 novembre 1729

Ce jour, à l’ouverture des audiences de ce Parlement, par le dédecds de Monsieur le Président de Lamoignon, second président de la cour, arrivé le 28 octobre dernier, Monsieur le Président de Maupeou qui présidoit à la Tournelle est venu prendre sa place en la Grand Chambre, et Monsieur le Président de Lamoignon de Blancménil, frère du deffunt, a présidé à la Tournelle au lieu de Monsieur le Président Chauvelin, garde des sceaux[2], en tour d’y présider. »

fol. 43 : « 21 novembre 1729. Ordonnance pour le payement du Te Deum que le Parlement a fait chanter dans la Grande salle du Palais le 5 septembre dernier pour l’heureuse naissance de M. le Dauphin. » (coût : 1000 livres).

fol. 44 : « Du vingt et un novembre 1729.

Monsieur le Premier Président

Ce jour la cour, attendu le déceds de Me Chrestien de Lamoignon, président en ladite cour, a commis Me de St Martin, conseiller, pour signer en son lieu l’arrest sur instance intervenu au rapport de Me François Genoud le 26 aoust 1729 entre Jullien Hautefeuille, appellant, et Claude Bezard et Margueritte Regnault sa femme, intiméz. Veu. Portail. » [copie]

fol. 45-46 : « Ouverture des audiences de ce Parlement »

Discours de Louis Denis Talon, avocat général, sur l’étude des lois[3].

fol. 47-50 : imprimés.

fol. 51-52 : « Mercurialle »

Discours du Premier Président puis de Joly de Fleury. Fol. 51 v° : éloge du fils d’Aguesseau. Fol. 52 : discours du Premier Président sur « la sévérité ».

fol. 52 v° : « Na La princesse de Léon, avec deux autres dames, estoient dans la lanterne du costé de la cheminée, et dans celle du costé du greffe, 2 dames dont l’une sœur de Madame Talon, l’advocate générale, qui est une fort aimable dame. »

fol. 53-55 : « Mercurialle. Récit de la députation faite au Roy sur la naissance de M. le dauphin » « Copié sur la minute. »

fol. 56 : en blanc.

fol. 57 : « Déclaration du Roy concernant les gardes, jurez ou sindics des pescheurs de poisson de mer… »

fol. 58-65 : imprimés.

fol. 66 : « Ce rolle est attaché sous le contrescel de la déclaration du Roy concernant les grâces accordées aux prisonniers à l’occasion de la naissance du dauphin… » (suit une liste de 59 noms).

fol. 67-70 : imprimés.

fol. 71-72 : « Concernant les docteurs de Sorbonne… » [important pour l’histoire du jansénisme]. Fol. 72 : « Mrs des chambres estoient en bien petit nombre, aucunes des chambres des Enquestes n’ayant entré, pas mesme la Tournelle, y estoient seulement 3 présidens, 3 conseillers des Requestes du Palais, sçavoir Mrs Rolland, Moreau et Ogier, Présidens, et Mrs Neyret, Roussel et Lefebure, conseillers ».

fol. 73-74 : imprimés.

(La suite au prochain numéro…)


[1] Il s’agit de Louis Chauvelin, seigneur de Crisenoy, né en 1706, avocat du roi au Châtelet, conseiller au Parlement en 1728, avocat général en 1729, président à mortier en 1736, mort en 1754.

[2] Il s’agit de Germain-Louis Chauvelin.

[3] Intéressant à mettre en rapport avec le dernier ouvrage de Jacques Krynen, L’idéologie de la magistrature ancienne, Paris : Gallimard, 2009.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

2 réflexions au sujet de « Mon « carnet » Delisle : son Journal pour l’année 1730 (I) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *