Parution cette semaine : Un Gilbert méconnu. Magistrature et Quotidien du Parlement de Paris dans le premier XVIIIe siècle

SFEDS

COLLECTION DIX-HUITIÈME SIÈCLE
Note d’information de l’éditeur

TARIF SPÉCIAL pour les amis et collègues de l’auteur

– 10% sur le tarif public. Offre valable jusqu’au 30 janvier 2016

UN GILBERT MÉCONNU. MAGISTRATURE ET QUOTIDIEN DU PARLEMENT DE PARIS DANS LE PREMIER XVIIIe SIÈCLE

Texte présenté et annoté par Isabelle Brancourt

N°ISBN : 979-10-92328-07-3. Tarif public : 32 €

———————————————————————

Secrétaire, commis en charge d’un modeste office, Jean Gilbert est «l’archiviste» (avant la lettre) du greffe du parlement de Paris le plus créatif et prolifique après le grand Du Tillet. Il est de 1680 à 1745, une des meilleures « plumes » du temps, au service de Nicolas Dongois, puis de son petit-fils, Roger François Gilbert de Voisins, tous deux greffiers en chef civil. Pour éviter toute confusion, il fut appelé, et il signa, « De L’Isle ». Sa récente identification a permis de retracer son itinéraire personnel, lié à l’institution prestigieuse à laquelle il a consacré sa vie.

Quinze années d’investigations dans les dépôts de la série U des Archives nationales de France permettent aujourd’hui, de proposer, en forme d’anthologie, le panorama de la mémoire que Jean Gilbert a laissée. Les quelque cent trente volumes et recueils qui sont issus de son labeur passionné entremêlent tant de documents de nature variée qu’au-delà de leur plate description, cet ouvrage offre une sorte de vue « cavalière » du parlement de Paris en son contexte, sous le Grand Roi et dans la première moitié du règne de Louis XV. Pittoresque assuré et authenticité !

——————————————————————-

La Collection Dix-Huitième Siècle met à la disposition d’un public cultivé, des spécialistes, ou de tout amateur du patrimoine littéraire du XVIIIe siècle des ouvrages inédits ou actuellement indisponibles ou n’ayant pas bénéficié d’une édition scientifique. Tous les ouvrages présentent un apparat critique établi par des chercheurs, à la portée du plus grand nombre.

Éditée par la Société Française d’Étude du Dix-Huitième Siècle, elle est dirigée par Hélène Cussac et Marcel Dorigny.
La Collection est imprimée et diffusée par les Éditions du Net

Bon de commande

M. Mme. Mlle. ……………………………………………………………………………………………… Adresse : ………………………………………………………………………………………………………. …………………………………………………………………………………………………………………….. Commande : ………exemplaire(s) de : Un Gilbert méconnu.

Règle avec le Tarif spécial Amis et collègues de l’auteure la somme de : ………………………………………………………………………………€
Par chèque ci-joint (uniquement les chèques de banques françaises) ………………………………………………………………………………
Par Virement sur le compte de la SFEDS : BQ Postale SFEDS Paris – Établissement : 20041 – Guichet : 00001 – N° de compte : 0969798J020 – Clé RIB : 38 – IBAN : FR 80 20041 00001 0969798 J020 38 – BIC : PSSTFRPPPAR

Commande à faire parvenir à Hélène Cussac par email ou courrier postal : sfeds.tresor.helenecussac@orange.fr 166 avenue de Muret – BAL 28 – 31300 – Toulouse – France

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Un bel événement !

journee-16_11_16

 

 

depliant_retour-aux-sources_15-11-2016_envoi-par-mail-1

C’est une exposition et un bouquet de conférences.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Avec le Parlement de Paris pour arrière-plan

p1030697

 

 

Aujourd’hui, j’ai pu entendre l’excellente conférence de M. Yannick Nekon, au grand Auditorium du Musée du château de Saint-Germain-en-Laye.

Archiviste-paléographe, conservateur général des bibliothèques, M. Nexon est actuellement responsable du département de la Réserve à la Bibliothèque Sainte-Geneviève. Sa causerie ne présentait pas, essentiellement, son livre paru en 2015, mais avait pour objectif de souligner les liens que Séguier avait entretenus avec Saint-Germain et ses alentours proches.  On sait peu qu’il y est mort, dans ce qui était alors l’hôtel du chancelier, en face du château, sur l’emplacement de l’actuel Hôtel-de-Ville. Les seigneuries de La Verrière, de Saint-Cyr, de L’Etang-la-Ville et de Fourqueux, appartinrent à la famille Séguier, sinon à Séguier lui-même. C’est avec le chancelier que les rois Louis XIII, puis Louis XIV négocièrent éventuellement l’achat de l’une ou l’autre, dont Saint-Cyr.

L’orateur a également insisté sur les liens, complexes d’abord, puis totalement confiants, qui lièrent le chancelier Séguier et la reine Anne d’Autriche. Manière, finalement, d’honorer la mémoire de la Reine, dont on devrait, en 2016, célébrer le trois cent cinquantième anniversaire du décès. Ce fut, de fait, si discrètement ! A croire que la Reine-Mère, écartée des affaires par son royal fils dès 1661, devrait toujours rester un peu dans l’oubli… Pour autant, Yannick Nexon a parfaitement établi l’entente qui s’est nouée entre le chancelier et Anne d’Autriche sur la question religieuse : l’un et l’autre sont « dévots », mais certainement pas « port-royalistes » : détail peu connu : Séguier qui n’avait pas de fils avait mis tous ses espoirs de se prolonger (professionnellement) dans une manière de fils adoptif, Antoine Le Maistre. La décision de ce dernier de se « retirer » (il fut le premier « Solitaire ») a étrangement bouleversé son « père » adoptif et mentor. Séguier en conçut une exécration définitive pour la mouvance de Jansénius.

Alors même qu’il fut des années durant, à côté d’Anne d’Autriche et de saint Vincent de Paul, le « maître » (sic) de l’Eglise de France puisqu’il tint longtemps entièrement entre ses mains la nomination des évêques, Séguier meurt à Saint-Germain après quelques années de retraite1. Mais il n’a pas pu mesurer ce que « le jansénisme » allait bientôt, après sa mort en 1672 – et pour longtemps ! – causer de troubles dans les esprits comme dans l’Eglise et l’Etat. Sa piété forte lui fait avoir sous les yeux, dans son oratoire privé, pour une contemplation multi-quotidienne, et jusqu’à Saint-Germain, une piéta de Le Brun vraiment bouleversante2, preuve que le XVIIème siècle navigue parfaitement à l’aise sur un catholicisme à la fois sans concessions (ni à l’égard des protestants, ni à l’égard des intransigeances ou des postures outrées), et parfaitement ancré « dans le siècle », c’est à dire dans le monde, parce que le salut est tout un : pour la vie d’ici-bas, comme pour l’âme.

Il y aurait beaucoup d’autres choses à relever dans cette conférence si riche, dont la collection des reproductions choisies pour illustration du propos. Il me reste surtout à lire le livre et à vous en donner un compte rendu pour retenir précisément ce que Séguier doit au Parlement et réciproquement.

  1. Sa santé décline fortement dès 1666-1667 []
  2. Aujourd’hui à la Réserve du Musée du Louvre, le tableau fit partie des quelque cinq œuvres d’art que le chancelier fait transporter dans sa dernière résidence, sur les cent cinquante tableaux dont il a enrichi une collection absolument remarquable, et trop souvent oubliée []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

L’exil du Parlement à Pontoise comme « déclic » d’une vocation

Je me permets ici un rappel et une relance d’intérêt, en prélude à ma prochaine publication :

Un Gilbert méconnu. Magistrature et quotidien du Parlement de Paris dans le premier XVIIIe siècle1

Les volumes de la collection du Conseil secret du Parlement de Jean Gilbert, notre greffier « De L’Isle », sont de formation composite, complexe, évolutive. Le « journal » que le Canadien Blake T. Hanna avait cru découvrir, ne commence ni au début de la collection, ni sans hésitation. Dans cette aventure « littéraire » – le mot serait récusé par l’auteur comme inapproprié à l’objet et prétentieux – l’exil de Pontoise a joué incontestablement le rôle de « déclic » : parce qu’il dispose sans doute d’un peu plus de temps qu’à l’habitude, mais surtout parce qu’il remâche – solitaire – l’indignation de la punition que le Régent inflige alors au Parlement (donc à ses « chers » maîtres), Jean Gilbert a décidé, de façon manifestement très ferme, de laisser par écrit la mémoire de ces événements. Il « ouvre » donc un dossier spécial, en choisit le format, différent de celui de ses travaux ordinaires, et se met véritablement à écrire « son » journal : l’on peut dire que ce 21 juillet 1720, Jean Gilbert devient un « diariste ».

Les extraits qui suivent démontrent assez la particularité de la démarche et l’extraordinaire du contexte. Ils sont extraits du Journal du Parlement de Pontoise, édité sans les modernisations que présente l’orthographe des lignes suivantes, dans :

Le Régent, la Robe, et le commis-greffier. Introduction à l’édition intégrale du Journal du Parlement de Pontoise, en 1720, Paris-Saint-Agnan-sur-Sarthe : Association des Amis de Guy Augé, 2013, 359 p.2

Les foudres du Régent

[Fol. 2] Le dimanche 21 juillet 1720, sur les 3 à 4 heures du matin, un grand nombre d’officiers de la maison du Roi, dont presque tous étaient officiers des mousquetaires, et autres, ont porté des Lettres de cachet du Roi à tous Messieurs les présidents et conseillers du Parlement, à Mrs les gens du Roi, dont deux à M. le Procureur général, l’une pour lui en particulier, et l’autre pour faire avertir les avocats et les procureurs, même aux greffiers en chef et principaux commis des chambres, pour se rendre tous à Pontoise dans deux fois 24 heures pour y faire les fonctions de leurs charges, où l’on leur enverrait une Déclaration à cet effet, avec des défenses de s’assembler en la ville de Paris.

Et sur les 4 à 5 heures du matin, les gardes du Roi, avec leurs officiers à leur tête, se sont emparés de toutes les portes dedans du Palais, et plusieurs compagnies des gardes françaises et suisses des cours dont ils ont fermé toutes les portes et mis des sentinelles au-dedans. Il y avait même plusieurs soldats à la porte de Monsieur le Premier président et un exempt auprès de lui, et un sentinelle à la porte de M. Gilbert, greffier en chef, le tout pour empêcher que Messieurs ne puissent s’assembler au Palais ni chez M. le Premier président. Personne n’entrait dans les cours du Palais sans être connu, ce qui a fait grand bruit à Paris et y a fait aller grand nombre de personnes qui disaient, les uns, que le Roi allait venir au Palais tenir son lit de justice, et les autres, que c’était pour le déclarer majeur[1].

Sur les 8 heures du matin, M. le Chancelier fut mandé au Palais-Royal et d’y apporter les sceaux à Monsieur le duc d’Orléans, Régent, ce qu’il fit. Après quelque discussion sur les affaires présentes, M. le Chancelier les laissa à M. le Régent qui les garda pendant 7 heures. M. le Chancelier, revenu une seconde fois au Palais-Royal, supplia M. le Régent de le décharger des sceaux, ne pouvant servir ainsi le Roi de la manière dont il le souhaitait, mais M. le Régent lui ayant demandé ce qui lui faisait peine, si c’était de sceller la déclaration pour transférer le Parlement à Pontoise, à quoi il lui répondit qu’oui [v°] et encore pour toutes les Lettres de cachet envoyées pour cet effet, et tout ce qui se passait, M. le duc d’Orléans lui dit qu’il allait la sceller lui-même, ce qu’il fit, et dit à M. le Chancelier, après l’avoir mandé une seconde fois, qu’il voulait d’autorité qu’il les reprît et les gardât, et que c’était la volonté du Roi, ce qui fit que M. le Chancelier les reprit pour obéir et les reporta chez lui, après encore quelques instances faites pour les laisser et s’en décharger […].

Le lundi 22 juillet, plusieurs de Mrs les présidents et un grand nombre de Messieurs arrivèrent en cette ville de Pontoise (où j’écris ceci) suivant les ordres du Roi et ils eurent de la peine à trouver à se loger commodément n’y ayant eu aucuns ordres donnés pour marquer leurs logis, ainsi que l’on le devait faire (y étant venus par ordre du Roi !). M. Gilbert, greffier en chef[2] , y arriva aussi sur le soir, ainsi que plusieurs autres officiers, ce qui fit un grand mouvement dans la ville pour se loger. J’y arrivai sur les 2 heures après midi, et y fut voir le lieu où l’on devait mettre Messieurs du Parlement pour y tenir leur séance ; j’y trouvai la salle d’audience assez grande pour une ville comme Pontoise, mais le tout en mauvais équipage et mal rangé. Et il arriva encore toute la nuit beaucoup de monde.

[fol. 3] Le mardi 23 juillet, plusieurs de Mrs les présidents, presque tous Mrs les présidents des Enquêtes et des Requêtes du Palais et grand nombre de Mrs les conseillers arrivèrent encore ainsi que Mrs les gens du Roi, plusieurs greffiers, deux avocats (par curiosité), plusieurs huissiers, commis écrivant à la peau, buvetiers et autres officiers du Palais pour le service du Parlement. Sur le midi arriva M. le Premier président qui fut logé à l’abbaye Saint- Martin[3], dans la maison de M. le duc d’Albret, où il reçut l’après-midi la visite de tous Mrs les présidents, de Messieurs et de tous les autres officiers en habit noir et cravate seulement. Les officiers du bailliage et de la ville, au nombre de seize ou dix-huit, le furent aussi saluer, étant tous en robes, et lui firent un petit compliment, la parole portée par le lieutenant-général, à qui il fit un remerciement très honnête. M. Gilbert, greffier en chef, fut l’après-midi voir le lieu où l’on devait tenir la séance du Parlement pour donner des ordres pour l’accommoder, mais trouvant qu’il était difficile de le rendre commode et convenable pour la compagnie, il fut aux Cordeliers[4] voir si l’on trouverait un lieu plus commode et qui pût convenir, afin d’en rendre compte à M. le Premier président pour donner ses ordres sur ce qui convenait faire à ce sujet. Messieurs se sont aussi visités les uns les autres, et l’on voyait dans Pontoise grand nombre de personnes et d’équipages et chacun se logeait comme il pouvait.

Nota que Madame la comtesse de Lautrec et Mlle de Mesmes, filles de Monsieur le Premier président, et Madame la marquise de Fontenille, sa sœur, sont aussi venues et arrivées avec lui en cette ville.

Na Madame la procureuse générale et Messieurs ses enfants aussi venus avec M. le Procureur général […].

Le mercredi 24 juillet, plusieurs de Messieurs et autres officiers comme substituts de M. le procureur général, avocats, procureurs, huissiers et clercs arrivèrent encore en cette ville, ce qui faisait un grand concours de peuple dans les rues et fit renchérir les vivres tant pour les hommes que pour les chevaux, ce qui a obligé M. le [] Procureur général d’écrire treize lettres circulaires à ses substituts des villes des environs de celle-ci, que j’ai écrites, son secrétaire n’étant encore venu, pour faire venir des provisions de bouche, du bois, du foin et de la chandelle. La matinée fut employée par M. le greffier à visiter le château[5] avec plusieurs officiers du lieu pour y prendre les mesures convenables pour y mettre le Parlement en y faisant les réparations nécessaires qui coûteraient plus de dix mille écus. Il en rendit compte ensuite à M. le Premier président en présence d’un grand nombre de Messieurs et des gens du Roi, sans qu’il fût cependant rien décidé, et l’après-midi, il y retourna avec M. le Procureur général et quelques-uns de Messieurs, et ensuite aux Cordeliers et au Grand Vicariat[6] pour voir encore ce qui pouvait convenir pour le mieux, afin de pouvoir prendre le parti le plus convenable et le plus prompt pour assembler la compagnie samedi prochain, et ils tombèrent d’accord que ce serait aux Cordeliers dont Lopinot, tapissier, prit les mesures afin de faire venir de Paris des tapisseries et bancs propres à cet effet[7] […].

Une ambiance…

[Fol. 6] Le dimanche 28 juillet, sur les 2 à 3 heures du matin, M. le prince de Conti (à ce que l’on dit) passa en cette ville pour aller chasser à d’Ennery chez le sieur Charpentier[8]. M. le Premier président a tous les jours été visité d’un grand nombre de Messieurs et avait chez lui une table de 35 couverts. Mrs les présidents d’Aligre et de Lamoignon, Le Peletier, de Maisons[9] et Chauvelin, et M. de Lamoignon de Blancmesnil, avocat général, tenaient aussi table, ainsi que quelques-uns de Messieurs des plus riches, comme je l’ai marqué ci-devant, ce qui a toujours marqué une grande fraternité et une grande union entre tous Messieurs qui composent la compagnie qui, l’on peut dire, ne s’étaient jamais si bien connue que depuis qu’ils sont en cette ville. M. le greffier, très estimé de M. le Premier président et de tous Messieurs, était un des mieux venus chez M. le Premier président, chez Mrs les présidents et partout, même où il y avait des dames qui toutes le demandaient, lesquelles dames, ayant connu son esprit et son mérite, l’ont fait dans la suite coucher bien tard. Dans le cours de la journée, différentes nouvelles de Paris. M. le procureur général en arriva sur le soir et fut voir M. le Premier président à qui il rendit compte de son voyage. L’on m’a dit qu’il lui avait dit que M. le duc d’Orléans avait fort bien reçu l’enregistrement de la déclaration (pour la translation du Parlement), qu’il avait même approuvé que le Parlement l’eût fait de cette manière pour son honneur et sa dignité et qu’il pouvait en assurer la compagnie. Qu’il avait apporté beaucoup d’exemplaires en cette ville (de la déclaration qu’il avait fait imprimer), mais que sortant pour ainsi dire de dessous la presse, ils ne pourraient être distribués à Messieurs que demain. Que le Palais de Paris devait être demain libre et que l’on devait avertir ceux qui auraient donné les clefs aux officiers qui y commandaient, afin de donner des ordres pour qu’elles leur fussent rendues, soit des chambres, soit des greffes, ou des buvettes et autres endroits.

[] : L’on disait pour nouvelles de Paris que les mousquetaires qui gardaient le Palais s’étaient fort amusés et réjouis dans la Grand-Chambre de plusieurs sortes de manières et entre autre que l’un des jours de la semaine dernière, ils avoient pris un chien de Pincemaille[10], qui en est concierge – les autres disaient un chat – qu’ils avoient nommé Law, à qui ils firent le procès ayant nommé plusieurs d’entre eux, les uns présidents, les autres conseillers, et un greffier, que le procès étant instruit, ils le condamnèrent à la question pour savoir le Système[11], que n’en pouvant rien savoir, l’avoient condamné d’être rompu vif et avaient ensuite commué cette mort à celle d’être pendu, et qu’ils avoient tiré entre eux qui le pendrait, ce qui avait été exécuté. Ce qui ayant été su au Palais-Royal, quatre d’entre eux avoient été mis en prison. Quelques personnes contaient cette histoire différemment. Enfin ils devaient demain quitter le Palais qu’ils gardaient depuis huit jours, mais à ce qui a paru, fort inutilement […].

[1] Pratiquement, en juillet 1720, il s’en fallait encore de deux ans et demi pour que Louis XV, né le 15 février 1710, pût être déclaré majeur, comme il le sera effectivement, en lit de justice, le 22 février 1723. Le Journal de la Régence, de Jean Buvat (éd. É. Campardon, Paris, Henri Plon, 1865, t. II, p. 114) accrédite ce bruit d’une anticipation de la majorité ; la rumeur serait venue du Parlement.

[2] Il s’agit donc bien d’un Gilbert de Voisins, exemple significatif de la confusion possible du nom de ces Gilbert avec celui du commis Gilbert dont on comprend bien le « surnom » de De L’Isle.

[3] En fait, le logement était la somptueuse demeure des abbés commendataires de l’abbaye, construite selon les vœux du cardinal de Bouillon, à la fin du XVIIe siècle.

[4] « Grand et magnifique couvent », dit Expilly en rappelant qu’il avait servi de cadre à l’assemblée des États de 1561 (Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la France, Amsterdam, 6 vol. in-fol., t. 5, p. 774).

[5] Sur le château de Pontoise et son histoire, voir I. Storez-Brancourt, « Vers la ‘punition’. Histoire politique et judiciaire des translations sous la Fronde et au XVIIIe siècle », dans S. Daubresse, M. Morgat-Bonnet et I. Storez-Brancourt, Le Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du Parlement de Paris, Paris: Librairie Honoré Champion, coll. « Histoire et archives », 2007, p. 590 et 702.

[6] Construit entre 1477 et 1483 à la demande de Guillaume d’Estouteville, archevêque de Rouen, le Grand Vicariat est encore aujourd’hui le Musée Tavet.

[7] L’étude de toutes les translations du Parlement révèle cette importance quasi sacrée du lieu même, de la disposition de ses meubles et de sa décoration. Le transfert du mobilier de Paris était donc plus qu’une commodité, un véritable rituel dans ces circonstances. Voir Le Parlement en exil…, op. cit., p. 64, 75, 81, etc.

[8] Très certainement Jacques Charpentier d’Ennery ou son fils Thomas Jacques.

[9] Ce président « de Maisons » et Jean René de Longueil ne sont qu’une seule et même personne.

[10] Il y avait alors plusieurs membres de la famille Pincemaille au Palais, tous receveurs des épices et vacations en la 1e, 2e et 3e des Enquêtes.

[11] Autrement dit, comprendre les dessous du « Système de Law », donc de la révolution institutionnelle réalisée, dans les finances de l’État, sous l’inspiration de l’Écossais.

  1. Paris: SFEDS, à paraître []
  2. La Légitimité, Hors-série n°1, ISSN 0153-2243, AAGA, La Croix d’Epine, 61170 Saint-Agnan-sur-Sarthe []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Le Parlement et la mort des princes

Les feuillets « mémoriels » de Jean Gilbert de l’Isle dénotent, surtout dans les premières années, une étonnante « proximité » affective entre notre commis et la maison de France. Sa première « famille », si l’on en juge par le fait que ses toute premières notes insérées dans sa « Collection » ont pour sujet des naissances princières1, c’est bien celle de ses Rois ! Après la venue à la vie, c’est la mort, celle des princes2 qui seule mobilise sa plume de diariste. C’est ici la troisième insertion dans les volumes du Conseil secret du Parlement, d’une « chronique »  qui ne cessera de s’étoffer.

1709 – M. le prince de Conti est mort [U 350, fol 74-76]

Un étonnant témoignage de la verticalité de la société d’Ancien Régime et de la forme de la relation sociale, à l’intérieur de la noblesse, entre la Robe et l’Épée. Indépendamment de l’auréole que « le Grand Conti » s’acquit dans son engagement chrétien contre le Croissant, Jean Gilbert, sans doute, avait été particulièrement sensibilisé au destin de ce Prince du fait de son procès contre la duchesse de Nemours qui défraya la chronique judiciaire du Parlement dans les années 1694-1699 : il y avait défendu – en vain – ses droits sur la principauté de Neuchâtel.

« Cejourd’hui, vendredi vingt-deux février 1709, sur les huit heures du matin, est décédé François Louis de Bourbon, prince de Conti, prince du sang de France, à l’hôtel de Conti en cette ville de Paris, après avoir reçu les sacrements avec une piété aussi édifiante que l’avait été sa patience devant le cours d’une longue maladie, en sa quarante-cinquième année, étant né le 30 avril 1664. Il était second fils d’Armand de Bourbon, prince de Conti et d’Anne Marie Martinozzi, et petit-fils de Henri de Bourbon, prince de Condé. En 1672, après la mort de la Princesse, sa mère, le Roi le fit élever avec Louis Armand de Bourbon, prince de Conti, son frère aîné auprès de Monseigneur le Dauphin. Il a laissé de son mariage avec Marie-Thérèse de Bourbon, fille de Henri Jules de Bourbon, prince de Condé, Louis de Bourbon, comte de La Marche, et deux filles. Il avait fait avec le Prince son frère, la campagne de Hongrie en l’année 1683 et il s’était fort distingué à la bataille de Gran3, comme il avait fait ensuite en celles de Steinkerque et de Neerwinden4, et en plusieurs autres occasions où il avait donné des preuves de sa valeur et de son grand génie pour la guerre. Ce qui l’avait, avec toutes ses vertus, fait élever roi de Pologne en l’année [en blanc]5 et qui n’eut point son exécution y ayant des troubles dans le royaume. Son esprit aussi solide que cultivé par toute sorte de belles connaissances, sa bonté, son affabilité, [v°] et plusieurs autres grandes qualités le font généralement regretter.

Il fut vu le même jour sur son lit à visage découvert, ainsi que le lendemain. Le 24, il fut mis dans le cercueil et ensuite sur un lit de parade. Le même jour, le Roi prit le deuil en noir.

Le 25 et le 26, on accommoda les tentures et choses nécessaires pour la chapelle ardente où le corps fut mis le 27 au matin. La grande porte et toute la cour de hôtel étaient tendues de deuil, deux lais de velours noir dessus, avec des armoiries du défunt, et une plus grande sur la porte et à l’entrée de l’appartement, lequel était aussi tendu de deuil, de deux lais de velours et des armoiries. La chapelle ardente était la 3ème chambre de l’appartement d’en bas, sur le jardin, élevée sur une estrade de trois degrés et le collier de l’Ordre sur le corps, couvert d’un poêle de velours noir bordé d’hermines […].

[Fol. 75] Tout le reste du jour et les jours suivants, il y eut affluence de monde et on sortait par la porte de derrière, du jardin.

Le lendemain 28, le duc de Bourbon, le duc d’Enghien, princes du sang, le duc du Maine et le comte de Toulouse lui rendirent les mêmes devoirs, le matin.

Le même jour, sur les onze heures, le Parlement y fut par députés. Ils furent [v°] reçus à la descente de leurs carrosses par les officiers du défunt Prince et par le maître des cérémonies et son fils, aide, qui les conduisirent où était le corps. (J’ai ouï dire à gens qui y étaient que le roi d’armes ou l’un des hérauts disaient à haute-voix : ‘Monseigneur le Prince de Conti, voilà Messieurs du Parlement par députés qui viennent vous jeter de l’eau bénite’). Le De profundis fut chanté et tous Messieurs lui ayant jeté de l’eau bénite, ils furent reconduits comme ils avaient été reçus et revinrent chacun en leurs maisons. Les députés étaient Messieurs les présidents de la cour, six conseillers de la Grand-Chambre et quatre de chacune chambre des enquêtes et des requêtes du Palais, et Mrs les gens du Roi ayant tous leurs chapeaux ainsi qu’il est accoutumé allant par députés.

La Chambre des comptes, la Cour des aides et la Cour des monnaies y furent ensuite, et, l’après-dîner, l’Université et le Corps de Ville.

Le 1er mars (le cardinal de Noailles, accompagné des doyen et chanoines de l’église de Paris, y fut aussi en habit de chœur), les 2 (les Trésoriers de France y furent pareillement et les cordeliers et les Augustins), 3 et 4, il y eut toujours affluence de monde. Le mardi 5, les portes furent fermées. Le mercredi 6, sur les 9 heures du soir, le corps du défunt Prince fut porté à St-André, sa paroisse pour y être [fol. 76] enterré avec Madame sa mère, suivant son testament […] et toute la cérémonie fut assez simple.

[Fol. 80] Nota que ce fut M. le duc d’Enghien qui fut, hier, jeter de l’eau bénite au nom du Roi à M. le prince de Conti, suivant qu’il se pratique, avec les mêmes honneurs que si le Roi y était en personne (Tournez)…

[Fol. 82] Nota que le greffier de la Chambre des comptes vint peu de temps avant le départ de Messieurs, pour savoir si les parents recevaient les compagnies, comme il était marqué par les registres de la Chambre qu’il s’était pratiqué à défunt M. le prince de Condé en 1647 et 1594 au cardinal de Bourbon. Il lui fut répondu qu’il n’y en avait rien de marqué dans les registres de la cour, et qu’ainsi il était inutile de former ou faire une contestation ou innovation dans le moment que la compagnie allait partir.

Il n’y avait point d’huissiers ni le premier huissier, ni en allant point quand Messieurs vont par députés.

M. Dongois, secrétaire de la cour, y fut, sans prendre rang et seulement pour accompagner et faire plaisir à M. le Premier président.

Les parents n’ont pas reçu les compagnies6.

[Fol. 93] Du mercredi 6 mars 1709

Ce jour, Monsieur le Premier président a dit qu’hier, il était venu chez lui un gentilhomme de la part de Monsieur le prince de Condé et un de celle de Monsieur le duc de Bourbon, son fils, le prier de remercier en leur nom la compagnie de la peine qu’elle avait prise d’aller jeter de l’eau bénite à feu Monsieur le prince de Conti et de l’assurer qu’ils étaient très sensibles à cet honneur et qu’ils en étaient très redevables et très reconnaissants envers la compagnie.

  1. Cf. Un Gilbert méconnu, à paraître []
  2. A cette date, on ne sait jamais RIEN, à travers ses écrits, des décès survenus dans sa famille propre. Il faudra attendre la mort de ses filles, à la fin des années 1730 pour voir sous la plume du sieur de L’Isle la première mention d’un décès véritablement familial, au sens actuel du terme []
  3. Participation non officielle de Français, côté chrétien, à la ‘Grande guerre turque’ ou Guerre de la Sainte Ligue (1684) à la défense de Vienne assiégée par les Turcs. Menée par le Saint Empire (Habsbourg et alliés, dont la Pologne) contre l’Empire ottoman (Mehmed IV), la guerre se déroula essentiellement en Hongrie (1685-1699) En 1683 (1685, selon les autres), les Turcs sont défaits à la bataille de Gran (en allemand), aujourd’hui Esztergom, sur les bords du Danube. []
  4. Victoires célèbres sur la Ligue d’Augsbourg, respectivement le 3 août 1692 et le 29 juillet 1693. Le courage du Prince qui eut, à la première, deux chevaux tués sous lui et reçut, à la seconde, un coup de sabre à la cuisse avant de tuer son adversaire, était célébré dans la France entière. []
  5. En 1697, à la mort de Jean III Sobieski (1629-1696), héros de la guerre contre les Turcs. []
  6. Suit, fol. 83, le récit officiel de la délégation à l’hôtel de Conti, avec en apostille « copié sur la minute », le tout de la main de Jean Gilbert. []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Mon ‘carnet’ De L’Isle : les incendies de 1737

En marge de la prochaine publication par la Société d’Etude du Dix-huitième Siècle (SFEDS), que je remercie, d’une nouvelle livraison d’extraits des archives de Jean Gilbert, sieur de L’isle, dit « Delisle » ou « De L »Isle », ce carnet de recherche ouvre une page spéciale à Jean Gilbert. Pour rappel, et avec mes excuses pour le retard que j’ai  dû apporter à achever ce livre, l’ouvrage qui paraîtra à l’automne est intitulé :

Un Gilbert méconnu. Magistrature et quotidien du Parlement de Paris dans le premier XVIIIe siècle.

La page nouvellement créée, sous l’onglet « Gilbert-De-L’Isle », sera destinée à publier, ce qui ne peut l’être en version papier, en particulier, l’intégralité des index dont j’avais eu projet d’accompagner mon livre pour permettre une meilleure exploitation des richesses cachées de ce mémorialiste d’un genre exceptionnel. Par ailleurs, de très nombreux passages de ses notes journalières ou de ses « chroniques » périodiques n’ont pu trouver leur place dans la version papier. L’amateur pourra, sur ce site, découvrir ou redécouvrir les saveurs peu banales des archives de notre commis au greffe du Parlement de Paris. Manière de promouvoir un livre qui présente des pages choisies et qui n’est lui-même que l’une des étapes de la valorisation exhaustive d’une oeuvre hors du commun.

Contrairement à de précédents extraits, nous avons opté ici pour une transcription modernisée, qui ignore l’orthographe plus qu’aléatoire de l’original.

[Arch. nat., U 417]

Feu à l’hôtel-Dieu avec grand dommage et perte de beaucoup de personnes

Cejourd’hui, vendredi 2e août 1737, le feu a pris à l’Hôtel-Dieu dès hier au soir, 11 heures ou minuit. Les uns disent par la lingerie, les autres par la boulangerie. M. Hénin, conseiller en la cour, qui demeure dans le Cloître-Notre-Dame, s’en étant aperçu un des premiers, fit sonner le tocsin afin d’avoir du secours au plus tôt, ce qui fit en peu de temps amasser grand nombre de peuple qui a porté secours de toutes les manières, en abattant et jetant de l’eau partout où il était nécessaire de le faire. M. le Premier président en ayant été aussitôt averti, y est venu vers une heure du matin et y a donné ses ordres de son mieux jusqu’à plus de six heures, qu’il est revenu chez lui pour venir au Palais. M. le Procureur général, M. le Lieutenant général de police, M. le Prévôt des marchands et autres officiers y sont aussi venus et ont fait aussi de leur mieux. Mais l’on n’a pu empêcher le grand dommage et tous les malheurs qui y sont arrivés, y ayant eu la salle d’entrée toute brûlée et deux autres bien endommagées. C’était une chose pitoyable de voir enlever les pauvres malades et les transporter avec leurs lits dans l’église Notre-Dame dont on a fait ouvrir les portes, pour les mettre dans la nef, le long des piliers, au plus grand nombre que l’on a pu ; les autres aux Enfants-Trouvés et en d’autres endroits où l’on en a pu mettre. Et d’autres, ayant assez de force, s’en sont allés où ils ont pu pour se sauver. L’on a dit qu’il y a eu trois religieuses de tuées ou brûlées, plus de 40 soldats des gardes françaises tués (qui y travaillaient [à éteindre le feu]) par le plancher de l’une des salles qui est tombé tout à coup, d’autres blessés et estropiés et qu’une femme est accouchée dans l’église de Notre-Dame. C’était un triste spectacle à voir, et c’est une grande perte pour l’Hôtel-Dieu. Le feu n’était pas encore éteint l’après-midi. Sur le soir, les malades qui étaient dans Notre-Dame transportés à l’hôpital Saint-Louis, et ceux qui ont pu s’en retourner chez eux s’en sont allés. L’on ne sait point encore tous les malheurs qui y sont arrivés. Un capucin après y avoir beaucoup travaillé, y a été écrasé et beaucoup de gens estropiés et blessés.

Feu à la Chambre des comptes

Cejourd’hui, dimanche 27e jour d’octobre 1737. Sur les quatre heures du matin, le feu a pris à la Chambre des comptes sans que l’on ait pu savoir l’endroit par où il a pris, mais, apparemment, par les dessous, vers le milieu du grand et principal bâtiment qui commence par le grand escalier qui est dans la cour du Palais, qui monte au Grand et premier bureau, lesquels, par bonheur, ont été exceptés du feu.

Il y a toute apparence que le feu a couvé toute la nuit puisque dès les 11 heures du soir, l’on a vu une clarté assez grande du même côté où le feu a pris ; et l’on n’a eu véritablement du secours par le peuple et par les Pompes que sur les six heures et plus, ce qui a fait un grand embrasement du feu qui a été des plus grand que l’on ait vus aussi.

Tout le reste du bâtiment où étaient la chambre du conseil, d’autres chambres et bureaux, les Trésors des archives, les greffes et autres dépôts, qui vont jusque chez M. le Premier président où le gros mur du bâtiment fait la séparation, a été consommé entièrement par le feu, sans pouvoir donner de secours quoiqu’il y eût un nombre infini de peuple, d’officiers, de religieux, soldats et autres ouvriers pour tâcher d’empêcher un plus grand malheur pour le Palais. Et ce gros mur du bâtiment a pour ainsi dire sauvé le feu chez M. le Premier président, et par conséquent, au Palais, où je fus cependant à 7 heures du matin pour faire bien fermer la galerie des minutes, pour plus de sûreté, et au cabinet de M. Gilbert, d’où je retirai mes papiers et registres que je mis à la buvette, le vent étant extrêmement grand, et les marchands mêmes, des galeries, ôtant leurs marchandises de leurs boutiques par la cour Neuve, toutes les autres portes du Palais, ainsi que celles de la cour, étant fermées.

L’on a sauvé et emporté tout ce que l’on a pu de papiers et de registres que l’on a mis dans les maisons des chanoines, à la Trésorerie, à l’archevêché, chez M. de Nicolaÿ, premier président de la Chambre, et dans tous les endroits où l’on a pu en mettre quoiqu’il y en eût beaucoup de brûlés, de mouillés et de déchirés, et d’autres emportés par le vent jusque vers St. Eustache et dans tous les environs, même jusque hors de Paris. M. de Nicolaÿ, premier président de la Chambre des comptes, y arriva aussitôt qu’il eut appris ce malheur et y agit autant qu’on le pouvait faire, comme un simple particulier, et y eut deux de ses gens blessés, donnant des ordres partout quoiqu’il y eût du danger. Il portait lui-même des papiers et registres dans l’église St-Michel, et en envoyait à la Place Royale dans des charrettes et en grande quantité, sur lesquelles l’on mettait des tentes, et des archers pour les garder.

M. Hérault, lieutenant de police, et les commissaires et autres officiers de police qui s’y étaient aussi rendus, ainsi que M. le Prévôt des marchands, y donnèrent encore de bons ordres. M. le Premier président, qui était à Madrid[1], y arriva aussi sur les 8 heures du matin, et M. le Procureur général l’après-midi. L’on peut dire avec justice que tous ces magistrats s’y sont employés en tout ce qu’ils ont pu faire pour éviter bien des accidents et les malheurs qui auraient pu arriver pour le Palais. M. le Premier président de la Chambre a eu une attention particulière à faire donner du pain et du vin, avec du fromage, que l’on prenait chez les boulangers et épiciers [v°] à tous les soldats des gardes, suisses et archers, ouvriers et autres qui travaillaient, même des cervelas, et autres choses ; et de la viande rôtie, aux officiers et autres personnes de distinction ; et M. le Premier président du Parlement dans la cour duquel étaient toutes les gardes et grand nombre d’ouvriers, a fait aussi distribuer de son côté du pain et du vin avec tout ce que l’on a pu avoir.

Nota que le frère Eustache, capucin, et un religieux carmes y ont fait merveilles, et s’y sont fort exposés.

Les pompes et les seaux de la ville y étaient en grand nombre et bien servis par tous les bons ordres qu’il y avait, y ayant une pompe dans la rivière du côté du quai des orfèvres et l’autre sur le quai des Morfondus, qui fournissaient beaucoup d’eau chez M. le Premier président où l’on pompait, dans son réservoir, la fontaine du Palais et les puits qui en fournissaient dans la cour du Palais pour les seaux de la ville.

Le feu a ainsi brûlé ainsi tout le jour et la nuit, quoique sur le soir, il fût survenu une fort grosse pluie. Et même quelques-uns de nos principaux magistrats y ont passé la nuit, pendant laquelle, par de bons ordres, un grand nombre de lampions et de flambeaux faisaient une grande clarté pour tous ceux qui travaillaient, et partout, ce qui faisait comme une fête de réjouissances.

L’on craignait fort pour les caves où il y a plus de 200 voies de bois[2], sans le cotteret [sic][3] et le fagot, mais elles sont sous un autre bâtiment assez proche qui donne sur la rue, qui n’a point, grâces à Dieu, été endommagé. Mais par malheur, il y a eu plusieurs personnes qui y ont péri par le feu, et d’autres blessés (qui ont été portés à l’Hôtel-Dieu où M. le Premier président a été donner ordre pour en avoir grand soin), dont on ne sait pas le nombre, le feu étant un des plus grands et des plus à craindre que l’on ait vu.

Nota qu’il y est venu 6 jésuites qui ont aussi travaillé au feu comme les autres religieux, mais qu’il ne s’en est trouvé ensuite que 5, sans que l’on ait pu savoir ce qu’est devenu le 6e ; ce qu’ils vinrent dire à M. le Premier président, à quoi leur fut dit que le 6e se retrouverait et qu’il n’y avait rien à craindre pour les jésuites.

Le lendemain, lundi 28. Fête de saint Simon et saint Jude. Le feu a continué dans les bas du grand bâtiment qui était tout consommé, et les pompes et les seaux de la ville ont toujours été bien servis par les ordres des principaux magistrats qui n’ont point encore quitté de toute la journée. Et toujours la cour du Palais fermée et gardée à toutes les portes ainsi que chez M. le Premier président, pour la garde et conservation des registres et papiers que l’on tirait encore du feu et que l’on mettait encore en sûreté où l’on pouvait, ainsi que l’on avait fait le jour d’hier. Ces parchemins et titres regardant le Roi pour les Domaines et droits de la Couronne, et les provinces du royaume pour les fois et hommages et autres droits des particuliers.

Le mardi 29, au matin, je suis enfin parvenu, sur les neuf heures, à entrer chez M. le Premier président d’où l’on voyait tous les débris du feu, où étaient encore M. le Procureur général, M. le Prévôt des marchands, M. le Lieutenant criminel et autres magistrats, et plusieurs officiers de la Chambre des comptes qui donnaient des ordres au feu qui n’était pas encore tout à fait éteint, et d’où l’on retirait encore des registres [fol. suivant] ou parchemins, les uns entiers et les autres presque brûlés et mouillés, dont j’en regardai plusieurs, ce qui était bien pitoyable et fâcheux, et me fit une grande peine à les voir ainsi en cet état. J’eus l’honneur de voir et causer assez longuement avec ces Messieurs, et qui y avaient toujours été présents pendant ces trois jours, à donner des ordres, M. le Premier président étant allé se reposer d’une si longue fatigue, le feu paraissant bien diminué et presque comme éteint en plusieurs endroits, les pompes allant cependant toujours où l’on voyait le moindre feu, mais tous ces Messieurs étaient bien plus tranquilles, voyant le feu bien apaisé, ce qui n’a fini, cependant, qu’au soir et même la nuit.

Le mercredi 30. Le feu tout à fait éteint. J’allais encore chez M. le Premier président que j’eus l’honneur de voir, mais bien tranquille et bien gai, aussi bien que M. le Procureur général, M. le Prévôt des marchands et les autres magistrats qui les accompagnaient, voyant absolument le feu cessé. Aussi a-t-on commencé, dès le matin, à travailler aux décombrements du feu auxquels un grand nombre d’ouvriers et autres personnes ont été employés sous de bons ordres ; et tous les parchemins qui s’y sont trouvés, en ont été séparés et portés avec toute sûreté avec les autres dans les maisons des chanoines et autres endroits (même aux Grands-Augustins, dans un grand nombre de charrettes escortées par des officiers et archers), tous lesquels l’on transportait aussi, en même temps, avec des charrettes dans différents endroits pour leur sûreté. Il y avait toujours néanmoins plusieurs pompes toutes prêtes pour le feu qui pourrait se trouver sous ces décombrements. Comme toutes les portes du Palais et de la cour demeuraient toujours fermées, les marchandes du Palais vinrent le matin, chez M. le Premier président, le supplier de vouloir bien leur permettre qu’ils pussent aller à leurs boutiques, en donnant ordre qu’elles pussent entrer au Palais. Il les reçut très gracieusement et, sur le champ, donna ordre qu’elles eussent leur passage libre, mais seulement par la cour Neuve du Palais. À quoi j’eus l’honneur de lui dire qu’il venait de donner audience et juger, ce qui fit rire ces Messieurs.

M. le Premier président qui ne pouvait manger chez lui, par le grand embarras de soldats et de troupes qui y étaient toujours, avec ses cours pleines d’eau comme une rivière, a toujours mangé chez M. de Champigny, capitaine aux gardes, qui loge chez M. le Trésorier de la Sainte-Chapelle, son oncle, pendant ces 4 jours-ci, ainsi que M. le Procureur général et M. le Prévôt des marchands qui y ont été dîner plusieurs fois. Ces décombrements et le transport des registres et papiers dureront bien près de quinze jours, avec toujours les mêmes gardes pour la sûreté des officiers de la Chambre des comptes présents et un grand nombre d’ouvriers. M. le Premier président s’en est retourné sur le soir à Madrid pour s’y reposer, étant tout à fait hors d’inquiétude pour chez lui et pour le Palais.

Jeudi 31 et dernier jour d’octobre. Veille de la Toussaint. J’ai encore été chez M. le Premier président où M. le Procureur général est encore venu le matin, mais il y a demeuré peu de temps, voyant que toutes choses allaient bien et que l’on continuait ainsi les décombrements [sic]. M. le Lieutenant criminel et autres magistrats y étaient avec plusieurs de Messieurs de la Chambre des comptes. Toujours grand embarras chez M. le Premier président ainsi que dans la cour du palais dont toutes les portes sont encore fermées pour la sûreté des papiers et parchemins qui y sont encore, et pour ceux que l’on tire encore des décombrements.

Vendredi. Premier jour de novembre. Fête de tous les Saints.

Samedi 2. La mémoire des Trépassés.

Dimanche 3. St. Marcel. Et les jours suivants, l’on a continué à ôter les décombrements comme je l’ai marqué ci-dessus. Ce qui a duré jusqu’au cinquième de ce mois que les portes du Palais et de la cour ont enfin été libres.

Nota que le 3 mars 1682, il est marqué dans le registre de la Chambre des comptes, que le feu avait pris à la Chambre, mais qu’il n’y avait eu aucuns registres de brûlés.

Nota que depuis que le feu a cessé, l’on m’a dit que la veille que le feu a pris, qui était le samedi soir 26 du mois, le Suisse de M. le Premier président, faisant sa ronde à son ordinaire, avant de se coucher, a dit avoir entendu dans la Chambre des comptes plusieurs personnes qui s’y réjouissaient, et qu’apparemment, il y avait grande chère et grand feu, dont on ne peut savoir les suites fâcheuses et qui donnent à penser pour ce terrible accident.

Et l’on m’a dit aussi que plusieurs de Messieurs des Comptes, parlant au même Suisse comme si le feu avait pris par le côté de chez M. le Premier président, et que ce fût par sa faute, il leur avait dit en propres termes, et très hardiment, qu’ils n’y pensaient pas ! Qu’ils devaient de point faire de grand chère à leur chambre ni si grand feu, et mieux faire leur devoir, qu’ils lui parlaient en Suisses[4], mais que lui, il leur parlait français… Et autres pareils discours qui ne leur plurent pas, et se retirèrent.

 

[1] Le château de Madrid
[2] Une voie est ici une mesure de bois, équivalant à une demi-corde, soit la moitié d’environ quatre stères.
[3] Mot rare pour désigner un petit fagot de bois.
[4] En se moquant de l’accent des Suisses.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Séminaire Parlement(s) : retour aux origines

La dernière séance du séminaire « Parlement(s) et cours souveraines », pour cette année 2016, se tiendra le vendredi 24 juin, de 14h à 18h au Centre Sainte Barbe de l’Université Panthéon-Assas-Paris II, à  l’Institut d’Histoire du Droit.

(4 rue Valette, 75005 Paris, escalier de gauche sous le hall, 3ème étage, salle des cours, 1ère salle à gauche en entrant)

Le programme, qui sera présenté par Isabelle Brancourt, est le suivant :

Aux origines : Parlement et Grands Jours au Moyen Âge

  • Pierre-Anne Forcadet, (Centre de recherche juridique Pothier, Université d’Orléans, « Des ‘parlements’ avant le Parlement souverain » ;
  • Liêm Tuttle (Université de Bourgogne), « La compétence pénale devant la Cour du roi au XIIIe siècle » ;
  • Elisabeth Schmit (Université de Paris 1-Sorbonne-Panthéon), « Grands Jours du prince, Grands Jours du roi, Grands Jours du parlement : parcours d’un modèle institutionnel (XIIIe-XVe siècle) » ;

Variations autour du Parlement

Lorenzo Comensoli Antonini (Université de Padoue), « Le pouvoir cardinalice au XVIe siècle : la naissance d’une dignitas administrative ».

Que soient remerciés ici tous ceux qui contribuent depuis tant années à la tenue et au succès de ce séminaire interdisciplinaire, à commencer par les personnes qui ont accepté d’y donner un aperçu de leurs recherches ; également Frédéric Gabriel qui me seconde avec tant d’efficacité ; enfin les organismes qui en sont le support institutionnel et financier : mon laboratoire, l’IHPC aujourd’hui fusionné dans l’IHRIM (UMR 5317), le LabEx COMOD (Constitution de la Modernité) de l’Université de Lyon, l’Institut d’histoire du droit de Paris II qui est notre partenaire « historique ». Jusqu’à la fin de l’année, mon activité sera consacrée à réunir, lire et faire relire les contributions dans la perspective de la publication des Actes qui sont  d’ores et déjà financés par le LabEx COMOD. Le séminaire rependra à la mi-2017.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Séminaire Parlement(s) : des lettres et de l’esprit (XVIe et XVIIIe siècles)

La prochaine séance du séminaire « Parlement(s) et cours souveraines » (soutenu par le LabEx COMOD (Université de Lyon) est confirmée pour le vendredi 27 mai 2016, à partir de 14 h. En raison de notre partenariat avec l’IHD de l’Université Panthéon-Assas, le séminaire se tiendra en la salle Collinet, centre Sainte-Barbe, 4 rue Valette, 75005 Paris, escalier de gauche sous le hall, 3e étage.

En voici le programme :

Introduction par Isabelle Brancourt, sur l’actualité historiographique des « Parlements », et présentation des intervenants par Frédéric Gabriel et Isabelle Brancourt.

  • Bruno Méniel (Université de Nantes), « Le discours De la servitude volontaire de La Boétie et l’esprit du Parlement »;
  • Dante Fedele  (KU-Leuwen), « Prince et conseiller dans Le livre du Courtisan de Baldassarre Castiglione »;
  • Élise Frêlon (Université de Poitiers), « Montesquieu romaniste : juriste ou historien ? ».

Répondante : Isabelle Bouvignies.

La séance suivante, reportée du mois d’avril, se tiendra le 24 juin, à partir de 14h.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

La Castille, son roi, les états : notes de lecture

Remis aux éditeurs depuis quelques semaines déjà, le compte rendu de l’ouvrage ci-contre1n’a pas sa place ici : vous pourrez le lire, si vous le souhaitez, dans la prochaine livraison de la Revue d’histoire du droit français et étranger (la bien connue RHD). Ce livre – il n’y paraît pas de prime abord – est un recueil de textes commentés. La présente note de lecture, rapide, reviendra en premier lieu sur la nécessité de ne pas laisser cet opuscule dans l’oubli ni dans l’obscurité : nous savons depuis longtemps, en particulier grâce aux travaux de Jacques Krynen, combien la fin du XIVème siècle et le XVème siècle sont, en France, une période fondatrice en matière d’idées politiques ou « d’idéologie » du pouvoir. Ceci est vrai aussi bien de l’action des rois – on pense spécialement à Charles V2-, que de la multiplication d’écrits, de traités politiques, dont la « doctrine » juridico-politique moderne est particulièrement redevable. Le contenu de l’ouvrage de Béatrice Leroy, Du franc parler en politique, ne démentira pas l’unité véritablement européenne, au moins occidentale, de la forme d’esprit et des principes qui ont présidé à l’émergence de l’ « Etat » dans un Occident (pré-)renaissant. Comme dans l’œuvre de Jean Jouvenel des Ursins, il y a au fond de tous les textes que l’on peut lire dans cet ouvrage, un humanisme foncier qui s’articule, encore au XVème siècle, à un ordre de l’univers, hiérarchique, dominé par Dieu et par la théologie chrétienne vis à vis de laquelle le domaine politique n’a pas alors d’autonomie théorique.

Ma deuxième remarque sera pour observer que, dans l’ensemble des pièces qui participent à l’ordonnancement d’un « bon gouvernement », selon les auteurs castillans cités, les Cortes n’occupent pas la première place. Hasard du choix opéré par Mme Leroy ? Ou bien réalité du temps d’un effacement relatif de cette institution ? Ces « états » de Castille (et aussi d’Aragon) ne représentent pas, au XVème siècle, à leurs yeux, le contrepoids indispensable aux égarements des rois. Ils en sont un parmi d’autres, peut-être. Je n’ai pas vu, au moins à travers des extraits retenus, de « doctrines » d’un « gouvernement » des « états ». En revanche, l’idée d’un « ordre » intangible, de lois fondamentales, revient constamment d’un texte à l’autre.

Ma dernière remarque sera en forme de requête – ou de suggestion : les morceaux choisis ayant été édités dans une version traduite (par l’auteur de ce livre, sans doute), ne serait-il pas possible – sur un support électronique, par exemple, plus souple que l’édition classique – de donner maintenant une version synoptique des textes choisis : face à face, la version espagnole (on doit dire sûrement : castillane) et la traduction en français proposée ici ? C’est la présence fréquente de certains termes de notre langage commun, en politique, qui m’a amenée à me demander quels étaient les termes originaux. Mon attention a été retenue spécialement par l’emploi réitéré du terme « Etat » dans son acception, aujourd’hui banale, de « pouvoir ». Sauf à revoir les données anciennes de la date d’apparition de ce terme, autour de la parution, puis des traductions, du Prince de Machiavel, on aimerait vraiment s’assurer que les auteurs castillans ne s’en servent pas textuellement.  La balle est dans le camp de l’auteur : Madame Béatrice Leroy y trouvera, je l’espère, la marque de l’extrême attention que j’ai prêtée à la lecture de son travail, en tous points digne du plus grand intérêt.

  1. Béatrice Leroy, Du franc parler en politique. Aimer et devoir écrire aux souverains en Castille au XVe siècle, Limoges, PULIM, 2014 []
  2. Outre l’auteur cité plus haut, il faut se référer aux livres de Françoise Autrand, sa biographie de Charles V, mais aussi sa thèse sur le Parlement []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Avis de décès du « découvreur » de Gilbert de L’Isle, Blake T. Hanna

Le Professeur Benoît Melançon, directeur du Département des littératures de langue française à Université de Montréal1, publie chaque mois sur internet une notice bibliographique du plus grand intérêt sur les dernières publications en langues française et étrangères sur le XVIIIe siècle français. Il a la grande libéralité de faire profiter ses abonnés, dont j’ai l’honneur d’être, de l’actualité historiographique sur ce thème. Nous ne l’en remercierons jamais assez, puisqu’il nous permet, accessoirement, d’alimenter BibliParl de nouveautés historiographiques concernant le(s) Parlement(s) et cours souveraines.

Aujourd’hui, il vient d’adresser à ses correspondants un avis de décès : celui du regretté Professeur Blake Thompson Hanna. Ce dernier vient de mourir le 6 avril. Né en 1927, il s’est donc éteint à 88 ans. Longtemps professeur (passionné et, paraît-il, passionnant) au Département de linguistique et de traduction de l’Université de Montréal (1957-1992), il a publié des travaux sur la littérature du Siècle des Lumières, notamment sur Diderot, dont il a beaucoup étudié les années de formation, et sur d’Alembert et l’Encyclopédie.

Je me permets de lister ici l’extrait de sa bibliographie composé par le professeur Melançon :
– «Mémoires pour servir à l’histoire de la vie et des ouvrages de M. Diderot par Mme de Vandeul, sa fille», dans Diderot, Œuvres complètes, Paris, Hermann, 1975, vol. I. Texte présenté, établi et commenté par Arthur M. Wilson et Blake T. Hanna.
– «Diderot théologien», Revue d’histoire littéraire de la France, 78, 1, janvier-février 1978, p. 19-35.
– «Mather Flint et la prononciation de l’anglais vers 1750», dans Guy Rondeau, Gilles Bibeau, Gilles Gagné, Gilbert Taggart et Jean Darbelnet (édit.), Vingt-cinq ans de linguistique au Canada. Hommage à Jean-Paul Vinay par ses anciens élèves, Montréal, Centre éducatif et culturel, 1979, p. 363-375.
– «Le Frère Ange, Carme déchaussé, et Denis Diderot», Revue d’histoire littéraire de la France, 84, 3, 1984, p. 373-389.
– «Denis Diderot : formation traditionnelle et formation moderne», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 5, octobre 1988, p. 3-18.
– «Denis Diderot : formation traditionnelle et formation moderne», Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 264, 1989, p. 719-721.
– «D’Alembert à l’université», dans Ulla Kölving et Irène Passeron (édit.), Sciences, musiques, Lumières. Mélanges offerts à Anne-Marie Chouillet, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, coll. «Publications du Centre international d’étude du XVIIIe siècle», 11, 2002, p. 37-45.
– «Les archives Wilson», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 36, avril 2004, p. 159-163.
– «Glane. “Coup de boule” à Langres en 1730», Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 43, 2008, p. 159-160.

Nous placerons à part un article qui a été à l’origine de ma propre identification du personnage qui retient majoritairement mon attention et mon temps de travail depuis au moins sept ans : Jean Gilbert, mon greffier préféré :

«Jean-Gilbert DeLisle, le Samuel Pepys français», Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 304, 1992, p. 885-888.

J’ai vainement cherché à joindre le Professeur Hanna fin 2004 et en 2005, par tous les moyens, téléphoniques et internet, mais sans réponse aucune. Or il a été le premier à exhumer ce personnage que j’ai découvert en 2001-2002 par des recueils de la série U des Archives nationales de France, qui lui étaient attribués ou bien sur lesquels il s’était explicitement identifié.  Vous savez tous qu’il est au centre de mes derniers travaux sur le Parlement de Paris. Or en 2005, j’avais une question cruciale à poser  à Blake T. Hanna  : il révélait dans son article avoir retrouvé, en date de 1735, le contrat de mariage de la fille de celui qu’il croyait pouvoir prénommer, à tort, Jean-Gilbert. Il s’agissait a priori d’une pièce du Minutier central parisien, et je n’ai jamais réussi à refaire le chemin de sa trouvaille. Je reste naturellement ouverte à toute suggestion !

Pour le détail de la vie de Blake T. Hanna, voir :

http://plus.lapresse.ca/avis-de-deces/13c828a5-ec2a-4c48-a815-658084d98021.html

A la famille, je présente mes condoléances les plus intellectuellement sincères.

  1. Directeur scientifique des Presses de l’Université de Montréal, Membre de la Société royale du Canada, Membre de l’Ordre des francophones d’Amérique []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Chronique des recherches dans des archives hors norme