Archives par mot-clé : XVIIIe siècle

Récente soutenance de thèse : « Formes et réformes : la prison parisienne au XVIII siècle »

La Conciergerie

Le vendredi 22 septembre 2017, à Montréal, Sophie Abdela a soutenu brillamment sa thèse de doctorat sur le thème de :

Formes et réformes : la prison parisienne au XVIIIe siècle

sous la direction de notre ami Pascal Bastien, professeur d’Histoire  moderne à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et de M. Vincent Milliot, directeur de recherche au CNRS.

Argumentaire:

On sait bien peu de choses sur la prison parisienne du XVIIIe siècle. Si le péniten-cier du XIXe a fasciné les historiens, ceux-ci ont largement négligé la geôle d’Ancien Régime. La thèse de Sophie Abdela vise à combler une partie de cette lacune en explorant le monde carcéral du Paris du XVIIIe siècle. Elle propose de rompre avec l’historiographie traditionnelle qui voit dans cette prison pré-pénale un objet isolé: la geôle ordinaire d’Ancien Régime doit être intégrée à part entière dans l’histoire carcérale, celle-là même qui mène jusqu’au pénitencier. Pour le démontrer, l’argumentation explore trois dimensions de la prison.

D’abord, son aspect matériel, ses évolutions et, surtout, ses relations avec le cadre urbain environnant.

Le Grand Châtelet de Paris

Ensuite, son aspect financier: comment et par qui la prison parisienne du XVIIIe siècle est-elle financée? Qui sont ses partenaires commerciaux? Comment l’argent circule-t-il à l’intérieur même des établissements?

Le ferrement des forçats au départ de la prison de Bicêtre

Et, finalement, son aspect humain: les hommes, personnel comme détenus, structurent eux aussi la geôle, dictent en partie son fonction-nement et partici-pent activement à sa réforme.
À travers ces trois dimensions, la prison d’Ancien Régime apparaît sous un nouveau jour: loin de demeurer statique, elle est mise en mouvement par des réflexions administratives, urbanistiques et hygiénistes qui n’ont de cesse d’exiger d’elle de profondes transformations.


Pour réaliser ses travaux, Sophie Abdela a procédé à de profondes investigations dans les fonds des parlements, spécialement ceux du Parlement de Paris, aux Archives nationales. Elle a ainsi acquis une maîtrise certaine du maniement pourtant complexe de ce fonds océanique (série X en particulier), notamment à partir des minutes des requêtes du procureur général du Roi.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Quand la technologie se met au service de la science pour ressusciter le passé !

Grâce à l’un de nos plus fidèles collaborateurs, Philippe Paschel, je viens de prendre connaissance de la magnifique réalisation de la musicologue Mylène Pardoen.

bretez_maquette2_72dpi

Prenez ces quelques minutes, et savourez ! Le Parlement est tout proche. Peut-être un jour… mais n’anticipons pas. Il n’y manque que la voix de mon commis-greffier préféré : imaginez un peu, les images, les sons, la voix de Jean Gilbert, contant quelqu’une de ces anecdotes inénarrables qui émaillent ses archives: les « chiens écrasés » du passé à travers les rues du Plan « Turgot » réanimées grâce au projet « Bretez » !!!

En attendant, rendez-vous sur « Ecoutez le Paris du XVIIIe siècle » :

https://lejournal.cnrs.fr/articles/ecoutez-le-paris-du-xviiie-siecle

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Reprise du séminaire « Parlement(s) et cours souveraines »

Pour la deuxième année consécutive, le séminaire « Parlement(s) et cours souveraines, en France et en Europe, sous l’Ancien Régime » est séminaire transversal de l’Institut d’Histoire de la Pensée Classique (IHPC-UMR 5037-ENS-Lyon-CNRS). Cette activité est financée par le LabEx COMOD (Université de Lyon). Elle est soutenue par l’Institut d’Histoire du Droit (IHD-UMR 7184-Université Panthéon-Assas-CNRS). Le séminaire est dirigé, organisé et animé par Isabelle Brancourt et Frédéric Gabriel, chercheurs à l’IHPC. Après l’interrruption estivale, nos séances reprennent et la première se tient à Paris :

Vendredi 11 octobre 2013, Université Panthéon-Assas-Paris II, 17h-19h30 (Institut d’histoire du droit, Centre Sainte-Barbe, 4 rue Valette, 75005, bâtiment C, 3e étage, salle Collinet) :

– Ouverture de la session par le Professeur Olivier Descamps, directeur de l’Institut d’histoire du droit); 

– Émilie Leromain (Université de Strasbourg), « Une enquête sur la justice au xviiie siècle : “les états des crimes dignes de mort ou de peines afflictives”. Modalités, réception et exécution. L’exemple de la généralité de Rouen et de l’intendance d’Alsace » 

– Adrien Pitor (Université Paris IV), « L’architecture du Palais de justice à l’époque moderne : les travaux au Palais de la fin du XVIIe siècle à la Révolution ».

Ce séminaire, consacré à l’espace européen et à l’« Ancien Régime » au sens large, est conçu dans le long terme. Il se fixe pour objectif de présenter les recherches actuelles sur le thème du « Parlement » élargi, en une perspective résolument interdisciplinaire, à toutes les grandes problématiques qui lui sont intimement liées : la centralisation du gouvernement, la souveraineté, l’« absolutisme » et sa remise en cause, le jeu des relations entre puissances spirituelle et temporelle dans l’évolution des conceptions et des institutions politiques. Il prendra également en compte le droit dans toute son ampleur, de l’écriture juridique jusqu’à la question de la politique des archives, en passant par les réflexions sur la magistrature. On s’intéressa aussi bien à la procédure qu’aux conceptions plus abstraites de la communauté politique.

Nous intégrons à ces aspects traditionnels la dimension scripturaire et rhétorique de ces communautés que sont les Parlements : quelle est la part discursive dans la systématisation juridique ? Quels sont les outils qui se situent proprement à la croisée du rhétorique et du législatif ? La dimension d’énonciation du droit pourra être replacée au sein des réseaux ainsi créés entre éléments autonomes et hétéronomes, entre preuves internes et apports intégrés à nouveaux frais. Il s’agit, en somme, de ressaisir les juristes et leurs actions en société.