Archives par mot-clé : Unigenitus

Mon carnet « De L’Isle » : son Journal pour l’année 1730 (IX)

Toujours aussi étonnant, notre greffier ! Dans l’extrait qui suit, il faut souligner l’importance des pièces qui complètent et détaillent le journal récapitulatif. Il s’agit, d’une part, de la relation d’une procédure intentée contre un magistrat du Parlement, conseiller clerc, pour simonie ; d’autre part d’un arrêt, pris à la requête du procureur général, concernant les risques d’incendie et leur prévention.

Aoust 1730

Le mardy premier jour d’aoust 1730. Beau temps, beau soleil et très chaud. L’on fait partout la récolte des grains, qui sera bonne, grâces à Dieu, excepté quelques endroits où les orages et la gresle ont fait un grand tort.

Le mercredy 2. Beau temps comme hier, et très chaud. Le pauvre chevalier de Sailly qui alloit à son régiment, étant tombé malade en chemin à 6 ou 8 lieües de Paris, d’une dessente[1] qu’il avoit depuis 15 ans, étant revenû ce matin sur les 6 heures, et saigné 2 fois pour le disposer à lui faire ce soir l’opération, est mort sur les 3 à 4 heures aprèsmidy. C’est une perte pour sa famille, servant de père à Messieurs ses neveux[2].

Le jeudy 3. Continuation de beau temps et très chaud. M. le chevalier de Sailly enterré sur les 5 à 6 heures à St. Sulpice dans le cimetière. L’on a mis au carcan 3 particuliers, garçons imprimeurs de Rouen, pris à Paris et mis à la Bastille depuis 8 à 10 mois pour avoir, à ce que l’on dit, les Nouvelles Eclésiastiques, et qu’il y avoit plus de 400 archers pour les garder, de crainte que le peuple ne fît quelque soulèvement depuis le Chastelet jusqu’à la Grève.

Le vendredy 4. Toujours beau temps et grande chaleur, mesme pendant la nuit.

Le samedy 5. Encore grande chaleur et beau temps pour la récolte, mais sur le soir tonnerre et beaucoup d’éclairs, orages en quelques endroits. Aucunes nouvelles.

Le dimanche 6, la Transfiguration de Notre-Seigneur. Encore beau temps et chaux (sic) avec assés gros nuages et un grand vent. Aucunes nouvelles particulières.

Le lundy 7, St. Gaëtan, instituteur de l’ordre des Théatins[3]. Temps chaux, le matin plusieurs coups de tonnerre et de la pluye de temps en temps ainsi qu’une partie de la journée. Mort de M. le comte d’Alais, prince du sang, fils de feu M. le prince de Conty, âgé de 8 à 9 ans. Tragédie au Collège Mazarin. L’on disoit M. l’archevesque de Paris nommé au cardinalat.

Le mardy 8. Temps bas et chaud et de la pluye de temps en temps. M. le comte d’Alais porté le soir à St. André, sa parroisse, où il a esté inhumé avec M. le prince de Conty, son père, et son grand-père.

Le mercredy 9, veille de St. Laurent, jeûne. Temps couvert et chaud, un peu de pluye le matin. Mme la princesse de Conty, avec M. le prince de Conty son fils, vont à L’Isle-Adam pour y passer quelques jours.

Le jeudy 10, feste de St. Laurent. Temps bas et pluvieux, mais chaud. L’on n’a dit aucunes nouvelles. Le roy toujours à Compiègne en bonne santé, grâces à Dieu, où il chasse beaucoup à son ordinaire.

Le vendredy 11. Temps chaux (sic) avec nuages et assés grand vent et le soir, de la pluye. Bruit répandu de plusieurs grandes nouvelles : que M. le Cardinal Ministre vouloit se décharger des affaires et du gouvernement ; que M. Chauvelin, garde des sceaux, ne reviendroit point de Compiègne avec les sceaux et qu’il y auroit du changement ; que l’on devoit tenir un concile national à Avignon pour terminer les affaires de l’Eglise ; que M. Lefebvre de Laubrière, conseiller clerc en la cour, étoit nommé à l’évesché d’Angers, d’autres que celuy de Nevers avoit Angers et luy Nevers.

Le samedy 12. Beau temps et très chaud. L’on a dit la mort de Madame la duchesse [en marge : douairière] d’Hanover (sic)[4] arrivée ce matin assés subitement en sa maison [en marge : d’Asnières, près Paris]. Elle est de la maison des Princes [en marge : palatins de Bavières] et étoit sœur de Madame la Princesse[5].

Le dimanche 13. Encore beau temps et chaud. M. l’advocat général[6] va à Versailles faire sa révérence à la reyne, à M. le Dauphin et à Mesdames[7]. Sur les 7 heures, tonnerre, éclairs et grand orage dont j’ay eu ma part dans le jardin des Thuilleries. Grande feste à St. Sulpice pour St. Vincent de Paule (sic).

Le lundy 14, veille de l’Assomption, jeûne. Temps chaud avec nuages et cependant sans pluye. L’on m’a dit qu’il y avoit un mandement de M. l’Archevesque pour faire des prières pour l’heureux accouchement de la reyne.

Le mardy 15 aoust, feste de l’Assomption de la Ste. Vierge et feste de la reyne pour laquelle l’on a tiré du canon hier au soir et aujourd’huy. Temps bas et chaud, cependant point de pluye. L’on a dit que Madame la duchesse d’Hanover devoit estre enterrée aux Carmelittes.

Le mercredy 16, feste de St. Roch. Beau temps et chaux (sic). L’on a dit qu’aussitost après la mort de Madame la duchesse d’Hanover de Brunswick, M. l’envoyé de Madame[8] avoit fait apposer les scelléz tant à Luxembourg qu’à Asnières où elle étoit décédée.

Le jeudy 17 aoust. Continuation de beau temps et très chaud. Que le roy avançoit son retour de Compiègne de quelques jours et qu’il revenoit à Versailles samedy prochain ou dimanche au plus tard.

Le vendredy 18. Temps bas le matin et un peu de pluye et sur le midy beau soleil et très chaud comme les jours précédens. Messieurs les évesques continüent dans beaucoup de diocèses de rigoureuses poursuites contre les curéz, prestres , révérends et révérendes, pour la Constitution, mais on continuoit à leur donner au Parlement des arrests de déffenses contre ces poursuites. L’on a dit les nouvelles suivantes : mariage de M. le prince de Conty avec Mle de Chartres, celuy du jeune duc de Nevers avec Mle de Ponchartrain ; grand bruit à Compiègne : l’on disoit mesme des parolles[9] entre le roy et le Cardinal Ministre touchant le gouvernement, que le Cardinal vouloit quitter, devenant infirme et aiant une maladie sérieuse[10]. Que M. de Montmorency étoit à la Bastille pour lettre écrite à M. d’Angervilliers, et M. le duc d’Espernon exilé à son régiment sans qu’on dît pourquoy. Le duc de Grantmont, colonel des gardes françoises, est malade. Que M. le comte de Charolois demandoit la place.

Le samedy 19. Beau temps et chaud avec nuages. Que le roy doit partir de Compiègne ce soir à 8 heures pour arriver à 2 heures à Versailles.

Le dimanche 20. Temps bas, chaud et pluvieux, il avoit desjà plû une partie de la nuit, mais fort beau temps l’aprèsmidy. L’on dit que M. le Cardinal Ministre, revenu de Compiègne, avoit esté en cette ville aujourd’huy chez M. le duc d’Antin et qu’ensuite il avoit esté au Louvre à l’Imprimerie Royalle voir les médailles et à la Bibliothèque du Roy et, apparemment après coucher à Versailles.

Le lundy 21. Beau temps et chaud avec nuages. L’on a dit depuis deux jours un limonadier tué dans sa boutique vers la (?) Le roy arrive de Compiègne à Versailles, passe au bout du pont tournant des Thuilleries, sur les 7 heures et demie, grand nombre de peuple sur son passage où l’on crie « Vive le roy ! ». Mort de M. de Boissière, chanoine de la Ste Chappelle, sur les 2 heures aprèsmidy, enterré le lendemain ; fait sa servante sa légataire universelle.

Le mardy 22. Beau temps et très chaud. L’on a dit le convoy de Madame la duchesse d’Hanover de Brunswik hier au soir passé le long du Louvre, le Pont-Neuf, au Val de Grâce enterrée.

Le mercredy 23. Continuation du grand chaud. L’on parloit beaucoup des affaires du temps[11] et des persécutions faites dans l’Eglise.

Le jeudy 24, feste de St. Barthelemy apostre. Encore grand chaud. Mrs les Gens du Roy vont à Versailles faire la révérence au Roy à son retour de Compiègne et en mesme temps sçavoir le jour qu’il luy plaira recevoir les remontrances du Parlement sur l’édit portant restablissement d’un grand nombre de charges et droits à Paris.

Le vendredy 25, feste de St. Louis, roy de France et la feste du roy. Temps chaud et couvert. Grande feste et feu de joye à Versailles, le soir aux Thuilleries le concert de simphonie (sic) à l’ordinaire. Aucunes nouvelles.

Le samedy 26. Fin des jours caniculaires, temps assés couvert et (?). Le Parlement a vacqué. Dans l’aprèsmidy, les grosses et petites cloches que le roy de Portugal a fait fondre à Paris, ont esté suspendües et sonnent au port St. Nicolas où elles sont depuis plus d’un mois avant de les [(?) expédier].

Le dimanche 27. Beau temps et très chaud. Aucunes nouvelles.

Le lundy 28. St Augustin. Temps couvert et très chaud. M. l’abbé Dufranc nommé chanoine de la Ste Chappelle ; c’est un digne savant. Le bruit s’est répandu dans le Palais que la reyne étoit accouchée d’un fils, ce qui s’est trouvé faux ; c’estoit des boistes que l’on tiroit aux (?)

Le mardy 29. Beau temps avec un grand vent. L’assemblée du Clergé continue aux Augustins où l’on disoit qu’ils fesoient (sic) peu d’ouvrage.

Le mercredy 30, St. Fiacre, patron des jardiniers. Beau temps et chaud. Grande nouvelle : la reyne accouchée d’un prince nommé duc d’Anjou.

Le jeudy 31 et dernier aoust, St. Ovide. Grande dévotion aux Augustins. Beau temps et du vent comme hier. Que le roy viendra samedy prochain à Notre-Dame au Te Deum qui y sera chanté en action de grâce de l’heureux accouchement de la reyne et de la naissance de M. le duc d’Anjou.

[Fol. suivant]

« 3e des Enquestes. Cause importante pour simonie contre Mr de Bauldry, conseiller en la cour, et Mr. Le Sûr, clerc et advocat en la cour, dévolutaire.

Du mardy premier jour d’aoust 1730. Du matin.

Ce jour, en la 3e chambre des Enquestes, a esté continuée et jugée la cause d’entre Mr de Bauldry, conseiller clerc en la cour en la première chambre des Enquestes, et Mr Le Sûr, clerc et advocat en la cour, pour simonie de deux bénéfices pris à pension par ledit sieur de Bauldry du sieur abbé Harcoüet, dont ledit Le Sûr étoit dévolutaire, desjà plaidée pendant beaucoup d’audiences, et qui avoit cejourd’huy attiré un nombre infini d’eclésiastiques et autres personnes, la cause estant des plus importantes pour l’honneur des parties et pour l’intérest public. Les advocats des parties aiant conclû, M. Gilbert de Voisins, advocat général, y a porté la parole depuis dix heures jusqu’à plus d’une heure et demie aprèsmidy qu’il a conclu contre tous les deux, à ce que l’on m’a dit, aiant épargné Mr de Bauldry pour la simonie qu’il a rejettée sur le Père comme faisant distinction d’une grande et petite simonie, dont plusieurs personnes disoient qu’il se trompoit et qu’il n’y avoit qu’une seule sorte de simonie, ou parfaite ou imparfaite. Il a esté prononcé qu’il en sera délibéré, et la cour s’est levée.

Le lendemain mercredy 2e dudit mois, Mrs de la chambre se sont assembléz pour en délibérer, ce qu’ils ont fait depuis 7 heures du matin jusqu’à une heure passée après midy, qu’ils se sont levéz, sans avoir rien dit de ce qu’ils avoient jugé.

Et le lendemain jeudy 3e dudit mois, sur les 10 heures et demie, l’audience ouverte, l’arrest a esté prononcé, qui met les appellations et ce, émendant, déclare les bénéfices vacans et impétrables, despens compensez. Ce qui prouve entièrement la simonie par Mr de Bauldry et la confidence par ledit M. Le Sûr, dévolutaire.

Cet arrest ainsi prononcé a fait grand bruit dans tout le Palais et ensuite dans la ville, et fera beaucoup d’honneur à la compagnie et à Mrs de la 3e en particulier qui n’épargnent pas leurs confrères dans les fautes qu’ils peuvent faire.

Cela oblige Mr de Bauldry à se déffaire de sa charge, et l’advocat dévolutaire rayé du tableau.

[Fol. suivant]

« 4 aoust 1730. Arrest qui commet 2 conseillers de la cour, un trésorier de France et un architecte pour faire la visite du dedans du Palais et hors d’iceluy pour les incendies.

Veu par la cour la requeste à elle présentée par le Procureur général du roy contenant qu’il est arrivé depuis peu un incendie dans l’enclos du Palais qui n’a eû aucune suite fascheuse par le prompt secours qui y a esté apporté, mais que cet accident a fait connoiste un danger qui n’avoit point esté préveû jusqu’à présent, qu’en procurant les secours nécessaires à cet incendie, on a découvert qu’il provenoit d’une poutre sur laquelle une cheminée étoit construite, qu’on a remédié, à la vérité, au mal actuel dès qu’on en a eû connoissance, mais que cette découverte doit faire craindre que le funeste accident qui consomma, dans le dernier siècle, une partie du Palais et qui enveloppa aussi la plus grande partie des minutes des greffes, ne permet pas de négliger aucunes précautions que ce dernier incendie rend de plus en plus nécessaires ; que la cour a marqué dans tous les temps son attention à prévenir tous les accidens qui pouvoient arriver à l’occasion du feu, soit par rapport à l’intérieur du Palais, soit par rapport aux boutiques et aux échoppes qui en sont proches ; que l’on voit par les registres de la cour que, dès l’année 1549, un pareil accident estant arrivé le 16 novembre dans la cheminée de la chambre du Domaine, la cour manda le trésorier de France chargé des réparations du Palais pour en prendre connoissance et commit par son arrest du 26 novembre deux conseillers en la cour à l’effet de faire les visites nécessaires pour prévenir de pareils accidens ; qu’il en fut usé de mesme le 7 mars 1618, lors de l’incendie de la Grande Salle et autres lieux du Palais, le 18 novembre 1650, lors d’un autre incendie arrivé au bûché du Palais, qu’à l’occasion d’un incendie arrivé dans une boutique et causé par de la poudre à canon, la cour, par arrest du 28 janvier 1653, commit deux conseillers en icelle avec un des substituts du procureur général du roy pour faire la visite de tous les lieux et endroits du Palais afin qu’il n’y eût aucune poudre à canon. Par arrest du 4 avril 1658, elle commit de mesme un des conseillers d’icelle pour voir et visiter les échopes et boutiques qui sont au-dessous et dans les murs du Palais ou adosséz contre iceux, occupéz par des marchands qui faisoient le mesme trafic, vente et débit, ou ayant des fourneaux ou des tuyaux de cheminées, à l’effet d’en estre dressée procès verbal ; que sur ce procès verbal, la cour donna un second arrest, le 9 avril audit an, qui fit deffenses à toutes sortes de personnes de tenir de la poudre à canon dans lesdites échopes ou boutiques, et qui ordonna que tous les fourneaux et cheminées estants esdites échopes et boutiques adosséz contre les murs du Palais seroient incessament abbatus et démolis, avec deffenses de rétablir et tenir esdits lieux aucunes forges, fourneaux, et d’y avoir aucunes cheminées, à peine de 500 livres d’amende, et de punition exemplaire. Que la disposition de cet arrest a esté estendüe par un autre du 27 juillet 1676 au quay des Morfondus, pour raison duquel a esté ordonné que toutes les cheminées et fourneaux estant èz boutiques et échopes dudit quay seroient incessament abbatües. Que jamais la précaution d’une visite exacte ne fut si nécessaire après la découverte que le hazard a fait faire d’une cheminée dont la construction étoit si dangereuse et qui fait craindre qu’il n’y en ait un grand nombre d’autres d’une construction pareille. Qu’un lieu aussi sacré et qui contient des dépôts aussi précieux semble exiger qu’on réûnisse en cette occasion toutes les précautions que l’on peut prendre contre tous les dangers du feu. Que c’est dans cette veüe que le procureur général du roy croit devoir proposer à la cour qu’il luy plaise ordonner que par tel des conseillers qu’il luy plaira commettre, avec eux appellé le trésorier de France aiant le soin des réparations du palais, et tel architecte qu’elle avisera, il sera fait en présence d’un des substituts du procureur général du roy, visite de tous les lieux, chambres, salles, greffes, boutiques, échoppes, tant de l’intérieur que de l’extérieur du palais, mesme de la prison de la Conciergerie, boutiques et échoppes estans sous et contre les murs du Palais, y compris le quay des Morfondus, à l’effet de dresser procès verbal de l’état des cheminées, poesles, fourneaux, qui, par leur situation ou par le deffaut de construction ou autrement, pourroient estre sujets à quelque danger, ensemble des boutiques, échoppes ou autres lieux construits en contravention des arrests  cy-devant rendus, ou dans lesquels il y auroit de la poudre à canon, artifice ou autre matière deffendüe par les arrests. Lesdits conseillers pourront en cas de danger évident donner telles ordonnances provisoires, mesme pour la démolition desdits poësles, cheminées, fourneaux, ou autres, lesquelles seront exécutéz nonobstant oppositions ou appellations quelconques, pour le procès verbal rapporté en la cour et communiqué au procureur général du roy, estre ordonné ce qu’il appartiendra, ladite requeste signée du procureur général du roy, oüy le rapport de Mr. Louis de Vienne, conseiller, et tout considéré,

La cour ordonne que, par le conseiller raporteur du présent arrest et Mr Nicolas Soulet, conseiller en icelle, avec eux appellé François Lorne, trésorier de France aiant le soin des réparations du Palais, et Bosfranc, architecte qu’elle a commis, il sera fait en présence de l’un des substituts du procureur général du roy, visite de tous les lieux, chambres, salles, greffes, boutiques, échoppes tant de l’intérieur que de l’extérieur du Palais, mesme de la prison de la Conciergerie, boutiques et échoppes estant sous et contre les murs du Palais, y compris le quay des Morfondus, à l’effet de dresser procès verbal de l’état des cheminées, poësles, fourneaux, qui par leur scituation, ou par le déffaut de construction ou autre, pourroient estre sujets à quelque danger, ensemble des boutiques, échoppes ou autres lieux construits en contravention des arrests cy-devant rendus, ou dans lesquels il y auroit de la poudre à canon, artifice ou autre matière deffendüe par les arrests, lesquels conseillers pourront en cas de danger évident, donner des ordonnances provisoires, mesme pour la démolition desdits poësles, cheminées, fourneaux ou autres, lesquelles seront exécutées nonobstant oppositions ou appellations quelconques, pour estre le procès verbal rapporté en la cour et communiqué au procureur général du roy, estre ordonné ce qu’il appartiendra. Fait en Parlement, le quatre aoust mil sept cens trente.

Portail                                                            De Vienne 

 

[Dans le même volume ] en haut d’une copie de remontrances du Parlement concernant un édit (création d’offices) : « Copié sur la minute par mes trois filles ».

 

[A la fin du mois d’août]

« Naissance d’un second fils de France nommé duc d’Anjou.

Cejourd’huy, mercredy 30e aoust 1730, sur les dix heures du matin, nouvelle s’est répandüe en cette ville que la reyne estoit accouchée sur les 9 heures, d’un second prince nommé par le roy duc d’Anjou. Aussi tost, pour en marquer la joye publique, le canon de la ville et de l’arsenal ont tiré ; sur les 11 heures, l’horloge du Palais a esté carillonnée, ce qui a esté continué pendant la journée, ce qui a pareillement esté fait à celle de la ville et de la Samaritaine ; le soir, feux de joye et des illuminations presque par toutes les rües ; l’Hôtel de Ville illuminé, le canon tiré et fuzées volantes et autres artifices tiréz ainsi qu’en beaucoup d’endroits de la ville. Cependant l’on ne voyoit pas pour ainsi dire une joye publique dans les rües.

Le jeudy 31 aoust, encore le canon tiré le matin et le soir, avec fuzées volantes en beaucoup d’endroits de la ville, aux hostels et maisons des gens de la première condition, pour en marquer leur joye et se distinguer en cette occasion.


[1] S’agit-il d’une descente d’organe ou prolapsus ? Le contexte ne permet pas de l’assurer, mais rend cette hypothèse possible.

[2] Il doit s’agir du frère du marquis Aymar-Louis de Sailly, mort en 1725, lieutenant-général et gouverneur de Saint-Venant. Cf. A. de Boislisle, note aux Mémoires de M. le duc de Saint-Simon, t. XV, p. 193.

[3] En 1523-1524, saint Gaétan (ou Gaëtan), de la noble famille de Thienne (ou Thiène), né à Vicence (près de Venise) en 1480, mort en 1547, est le co-fondateur (avec Jean-Pierre Carafa, alors évêque de Théate – ou Chieti – dans le royaume de Naples, futur pape Paul IV) de la première des congrégations de Clercs réguliers.

[4] Il s’agit de Bénédicte Henriette Philippe de Bavière, fille d’Edouard, comte Palatin, sœur cadette de la princesse de Condé, Anne, Palatine de Bavière. Née le 23 juillet 1652, elle mourut en effet le 12 août 1730. Boislisle dit qu’il est fréquemment question d’elle dans la Correspondance de la Princesse Palatine, duchesse d’Orléans, dont elle était la cousine germaine.

[5] Anne de Bavière, dite Madame la Princesse, était l’épouse du fils du Grand Condé, Henri-Jules de Bourbon-Condé, dit Monsieur le Prince.

[6] Guillaume-François Joly de Fleury.

[7] C’est ainsi que l’on désignait les filles de Louis XV. En 1730, elles étaient trois : Louis Elisabeth et sa jumelle, Anne Henriette, nées en 1727, et Marie Louise, née en 1728.

[8] Elisabeth Charlotte de Bavière, duchesse d’Orléans, dite Madame ou la Princesse Palatine.

[9] Nous dirions « des mots », désignant ainsi un désaccord.

[10] On sait qu’en fait, le cardinal de Fleury resta au gouvernement jusqu’à sa mort, en janvier 1743.

[11] Expression convenue de l’époque pour désigner les troubles engendrés par la bulle Unigenitus.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Mon « carnet » De L’Isle : son journal pour l’année 1730 (VII)

Peut-être que la longue interruption des livraisons de ce journal aura fait perdre au lecteur le fil des événements ? Il est donc utile de se rappeler, d’une part, le caractère vraiment crucial de la crise du printemps 1730 dans l’histoire des relations entre le Parlement et la Monarchie, d’autre part l’extrême attention que De L’Isle porte à tout ce qui concerne les « affaires du temps », c’est-à-dire, les conséquences de la bulle Unigenitus dans la vie de l’Eglise de France. Le climat de Paris, tel que nous le présente De L’Isle, ne semble pas bon, d’autant que les relations internationales laissent présager une guerre prochaine.

U 374. Fol. 1 « Conseil secret du Parlement, may en octobre 1730. Tom. 2 »

Fol. 2 : en blanc

Fol. 3 : Journal de Delisle : « May 1730

« Lundy premier jour de may 1730, feste de St. Jacques St. Philippes, apostres. Beau temps et beau soleil. Les députéz mandéz à Fontainebleau.

Mardy 2, St. Gatien. Le Parlement a vacqué ainsi qu’il est accoutumé. Beau temps, beau soleil mais grand vent. Toujours nouvelles du temps.

Mercredy 3, l’Invention de la Ste Croix. Beau temps, beau soleil et grand vent comme hier. Quelques nuages de pluye.

Jeudy 4. beau temps et chaud. Le congrèz devoit recommencer1. Sçavoir s’il aura tenu ? Les trouppes et les équipages filent pour les camps qu’il doit y avoir, un sur la Meuse, l’autre sur la Sambre et le 3e sur la Mozelle, commandéz par M. le prince de Tingry, le duc de Lévy et le comte de Belle-Isle. La supérieure des religieuses du St. Sacrement, rue St. Louis au Marais, morte subitement.

Le vendredy 5. Beau temps, beau soleil et chaud. L’on parloit de plusieurs meurtres et accidens arrivéz ces jours passéz, plusieurs personnes mises à la morgue. Que le retour du roy seroit avant la Pentecoste.

Le samedy 6. temps bas et froid le matin, et asséz beau l’apresmidy.

Le dimanche 7. Temps bas et froid le matin comme hier et asséz beau sur le midy. L’on disoit que le roy s’ennuyoit à Fontainebleau.

Le lundy 8. Beau temps et beau soleil chaud. Le bruit s’est répandu de la mort de M. le prince de Courtenay, dernier de la tige de Louis le Gros, de la maison royalle ; les uns disoient qu’il s’estoit tué d’un coup de pistollet, les autres mort d’apoplexie.
Le mardy 9, St. Nicolas. Beau temps comme hier, encore du vent.

Le mercredy 10. Beau temps et chaud comme hier avec du vent. Mr Hodier, chanoine de Notre-Dame, mort d’hier, en terre cejourd’huy. L’on m’a dit que M. Maulnory, conseiller au Parlement, étoit tombé malheureusement de cheval en venant de la campagne, qu’il s’estoit cassé une jambe qu’il luy falloit coupler.

Le jeudy 11. Beau temps et chaud avec du vent comme les jours précédens. Il s’est répandu une nouvelle qu’un grand vicaire de M. l’évesque de Rennes avoit esté tué et déchiré par des habitans qui assistoient au service de leur curé, voulant faire cesser le service, disant qu’il estoit mort hérétique. Ce sont, à ce que l’on m’a dit, des fruits de la Constitution. Le bruit couroit que la sorbonne étoit mandée à Fontainebleau.

Le vendredy 12. Beau temps et grand vent comme hier. L’on a dit qu’il y avoit beaucoup de rougeolle aux Jésuites. Toujours plusieurs meurtres à Paris, gens assassinéz, enfans coupéz.

Le samedy 13. Temps couvert et gros nuages presque toute la journée avec du vent, cependant assés beau temps et quelques gouttes de pluye. Thèze soutenue en Sorbonne encore pire que celle soutenue aux Jésuites, desnoncée par M. Pucelle à la Grand-Chambre, mise entre les mains du Procureur général. Requeste par luy rapportée, présentée par un grand nombre de docteurs contre la conclusion de Sorbonne qui accepte la Constitution ; viennent les parties avec les Gens du roy. L’on parle toujours des affaires du temps et de Fontainebleau.

Le dimanche 14. Temps bas et froid avec du vent, et sur le soir de la pluye ainsi qu’une partie de la nuit. M. le Président2bien mieux et presque sans fièvre, grande joye si cela continue.

Le lundy 15, les Rogations. De la pluye une partie de la matinée, les processions n’ont pas beau temps. M. le duc de Bouillon étant fort mal les jours précédens, avoit receû ses sacremens qui lui furent administréz par M. le curé de St. Sulpice, sa parroisse et la nôtre. Beaucoup de troupes défilent sur la frontière d’Italie et d’autres pour les 3 camps que l’on doit faire en Flandre et autres endroits.

Le mardy 16. Continuation de la pluye le matin et assés beau l’apresmidy. Sur le minuit ou minuit un quart est mort Mr. le duc de Bouillon après une longue maladie. Il a fait un [v°] testament où il a fait plusieurs legs en faveur de ses domestiques, veut estre enterré aux Théatins auprès de sa mère et sa dernière femme, sans pompe ni beaucoup de cérémonie.

Le mercredy 17. De la pluye encore le matin et assés beau l’après midy. Arrest contre une thèze soutenue en Sorbonne, il est à lire. L’on a dit depuis quelques jours la mort de M. de Bérulles, Premier président de Grenoble, qui avoit esté enterré aux Pères de l’Oratoire où est son père avec le Cardinal de Bérulle, leur fondateur, et leur famille.

Le jeudy 18, feste de l’Ascension de N.-S., Viri Galilei. Le matin assés beau temps ainsi que l’après midy sans pluye.

Le vendredy 19. Temps bas et assés beau. Que mercredy dernier, sur les 4 heures du matin, M. le comte de Charollois, rentrant chez luy avec un gentilhomme et 3 de ses gens, tous habilléz de vert, il avoit esté attcqué par 5 Anglois, l’épée à la main, qu’il en avoit blessé un, qu’il s’estoit ensuite fait connoistre et qu’ils avoient esté mis tous 5 en prison au Fort-L’Evesque où ils estoient encore.

Le samedy 20. Beau temps pour tous les biens de la terre dont il paroist une abondante récolte, le Seigneur les conserve et nous fasse la grâce d’en bien user ! L’on parle toujours de guerre.

Le dimanche 21. Encore continuation de beau temps et sur l’après midy de la pluye jusqu’au soir et presque toute la nuit.

Le lundy 22. Beau temps et de la pluye de temps en temps. Que la reyne devoir revenir jeudy prochain de Fontainebleau et le roy le lendemain vendredy, aiant avancé son retour. Que M. le Cardinal de Fleury avoit eu 6 voix au conclave pour estre élû à la papauté.

Le mardy 23. Temps bas et chaud et de la pluye de temps en temps.

Le mercredy 24. Temps bas et chaud comme hier après avoir tombé de la pluye toute la nuit, et encore le soir de la pluye. L’on a dit que M. le comte de La Rochefoucauld alloit estre duc de La Rocheguyon en épousant Mle de La Rocheguyon, sa niepce. Toujours nouvelles du temps et des prestres et religieux morts réappellans.

Le jeudy 25. Temps chaud et pluvieux avec un assés grand vent. L’on a dit qu’il a esté vollé depuis quelques jours à M. le duc de Béthune-Charrost 60 actions dont 30 ne sont point à luy, dont l’on disoit le gouverneur du jeune duc de Charrost l’autheur du vol, mais que M. le duc de Charost n’avoit pas voulu qu’il fust mis entre les mains de la justice, mesme qu’il avoit obtenu sa grâce. L’on a fait cejourd’huy 25 l’ouverture de l’assemblée du Clergé chez M. l’Archevesque qui y doit présider, lequel a régalé l’assemblée magnifiquement.

Le vendredy 26. Beau temps et chaud soleil et pluye de temps en temps. Que le roy ne revenoit que pour la feste du St. Sacrement et la reyne le lendemain des festes. M. le duc de Villeroy nommé pour gouverneur de M. le Dauphin. M. le duc d’Orléans fait oster l’opéra du Palais-Royal, et fait faire à sa place une chapelle où il fonde 6 chanoines. L’on met l’opéra à l’hostel de Soissons.

Le samedy 27, veille de la Pentecoste, jeûne. Beau temps et chaud avec de la pluye sur le soir. L’on n’a dit aucunes nouvelles.

Le dimanche 28 may, feste de la Pentecoste, Spiritus domini. Temps bas et chaud avec de la pluye et tonnerre l’après midy.

Le lundy 29, encore feste de la Pentecoste. Continuation de temps chaud avec nuages et pluyes, plusieurs coups de tonnerre.

Le mardy 30, encore feste de la Pentecoste. Temps comme hier avec de la pluye. Nouvelle d’une montagne qui marche par-delà Soissons.

Le mercredy 31 et dernier jour de may, les 4 Temps. Temps bas, grand vent et froid avec de la pluye. Que depuis quelques jours, le roy avoit manqué d’estre blessé à la chasse par un sanglier, qu’il avoit lu la lettre de M. de Montpellier et que M. le Cardinal ministre l’aiant trouvé la lisant, lui avoit demandé qui lui avoit donnée ; le roy lui avoit dit : ‘C’est ce que j’ay à vous dire’. Dieu veuille qu’il y fasse réflexion et sur tout ce qui passe aujourd’huy dans l’Eglise pour y mettre la paix. »

Fol. 4 : « 1er may 1730 Nouvelles que les députez du Parlement avoient esté bien receûs à Fontainebleau  » (Journal de Delisle, plus détaillé).

Fol. 5-10 : imprimés.

Fol. 11-12 : Journal du Parlement. Manuscrit. 3 mai. « Récit de la députation faite à Fontainebleau sur les affaires du temps ».

v° « mais je n’ai pu entendre ce qui lui a esté dit… Plusieurs ont encore parlé et n’estoient pas tous contents ; il ne leur a esté rien répondu…

« Voicy les mémoires et nouvelles écrites de Fontainebleau et débitées à Paris à ce sujet ; bonnes ou fausses.

« Le roy a dit : Je vous ai mandez pour vous faire sçavoir mon mescontentement de tout ce que vous avies fait depuis le 3e avril dernier. Mon chancelier va vous expliquer mes intentions.

M. le chancelier a dit : « Le roi vous déffend de plus vous assembler à l’avenir que par son expresse permission et vous ordonne de ne jamais vous assembler que M. le Premier président ne soit à vostre teste. Il vous ordonne de vous assembler incessament pour annuler tout ce que vous avés fait depuis son dernier lit de justice et de luy faire sçavoir [fol. 12] le résultat de l’assemblée dans laquelle il vous deffend de traiter d’autres chioses que de la manière dont vous devés annuler tout ce que vous avés fait afin qu’il n’en reste aucun vestige.

Il vous a traité jusqu’à présent en père. Si vous continuez votre désobéissance, il vous traitera en maître et en roy.

Le roi a repris la parolle et a dit : « Je vous commande d’exécuter mes intentions et de ni (sic) pas manquer. »

« En parlant aux gens du roy, il leur a dit : Je suis content de vous.

« M. le Prémier président a dit : Sire, la compagnie est dans un vrai regret d’avoir mérité les justes reproches que V.M. vient de luy faire et elle fera tout ce qui est en elle pour les effacer de la mémoire de V.M.

« Voici ce que l’on dit avoir esté dit au roy par les députéz des chambres des Enquestes : Sire. Nous venons nous jetter aux pieds de V.M. pour la supplier de soutenir les droits de Sa Couronne, de Sa personne sacrée, de l’Etat et de la Religion. Un ennemi trop connu veut vous les enlever. La seule grâce que nous demandons à V.M. c’est de vouloir bien estre juge entre nous et M. le cardinal Fleury. Nous sommes prêts à mettre nos testes aux pieds de V.M. pour soufrir tout ce qu’elle voudra si nous ne sommes en état de procurer ce que nous avons avancé. »

Fol. 13-14 : minute ou copie de minute. 3 mai.

Fol. 15 : Journal de Delisle. 3 mai.

16-26 : imprimés dont « Mémoire sur la déclaration du Roi du 24 mars 1730 », une condamnation à mort de la Prévôté de l’Hôtel d’Antoinette Poussolle, dite la Vernes et de Barbe Halm, pour vol d’effets provenant de la garde robe de la Reine, sentences de police, et Nouvelles ecclésiastique du 7 mai 1730.

Fol. 27 : Journal du Parlement. Manuscrit. 8 mai.

Fol. 28-29 : copie manuscrite (autre main que Delisle) des provisions de Grand Chambellan de France pour M. le duc de Bouillon. Enregistrées.

Fol. 30-31 : imprimés.

Fol. 32-33 : Journal du Parlement. Manuscrit. 10 mai. « Arrest contre une thèze soutenue aux Jésuites supprimée. Affaire de l’Eglise.

« … Me Pierre Gilbert de Voisins… portant la parolle : « Messieurs, etc. Beau discours contre une thèze soutenue aux Jésuites sur l’infaillibilité du Pape et contre les loix de l’Eglise, les ordonnances et les maximes du royaume, les droits de la Couronne, le bien de l’Etat et de la Religion, etc.

« M. Robert a dit que c’estoit chose terrible que depuis que les jésuites sont en France, ils ont toujours soutenu la mesme doctrine et persécuté l’Eglise et la Religion, que l’on avoit fait dans tous les temps ce que l’on avoit pu pour y apporter le remède sans pouvoir y réussir ; que c’estoit tous les jours choses nouvelles malgré toutes les deffenses qui leur estoient faites et que l’on ne pouvoit parvenir à les maintenir dans leur règle ; qu’ils faisoient tout, se mesloient de tout et que c’estoit tous les jours de pis en pis sans que l’on pût venir à bout de rien par toutes les bonnes volontéz que les magistrats marquoient pour remplir leur devoir. Il s’est ensuite étendu sur ce qui etoit soutenu dans cette thèze qui méritoit d’estre brûlée… qu’il falloit mesme mettre dans l’arrêt ce qui avoit esté mis en 1663 dans une [v°] pareille occasion dont il ne se souvenoit pas bien ; que l’on pouvoit encore suivre l’exemple de ce qui avoit esté fait en 1713 pour le livre du Père Jouvency, les mander et leur faire donner un acte de rétractation…

« M. d’Averdoing… qu’ils n’avoient qu’à suivre les articles et l’édit de 1682… »

[Très intéressant. Discussion âpre entre les magistrats. Hostilité à l’égard du Parquet. Longueur de la séance, donc pas d’audience du rôle]

fol. 34-39 : imprimé.

Fol. 40-42 : copie d’arrêt.

Fol. 43 : blanc

Fol. 44 : Journal du Parlement. Manuscrit. 11 mai « Lettres pour M. le duc de Bouillon, donation et substitution du comté d’Evreux à son fils aîné, cause pour M. le duc de Bourbon continuée. Triste nouvelle au sujet de la Constitution.

[Très intéressant. Rapporte le lynchage d’un grand vicaire venu interrompre les obsèques d’un curé appelant, « terrible suite de la Constitution »]

fol. 45-50 : copie d’arrêt.

Fol. 51 : Journal de Delisle.

« Cejourd’huy vendredy 12 may 1730, l’on a continué à bien dire des choses par rapport aux affaires du temps…

Que M. la chancelier n’avoit point encore renvoyé la minute du lit de justice qu’il avoit emportée à Fontainebleau, qu’il gardoit toujours, quoi qu’il eût dit à l’imprimeur du Parlement qu’il luy renverroit pour l’imprimer, et qu’il soit du 3 avril dernier…

« L’on disoit encore bien des choses à ce sujet contre les docteurs qui la composent [la Sorbonne] aujourd’huy qui sont tous gens affidéz et qui convenoient aux temps.

« Que l’assemblée du Clergé devoit ouvrir le 25 de ce mois… Qu’ils avoient desja plein trois chambres de papiers du revenu de tous les bénéfices du royaume qui avoient esté envoyéz en vertu de lettres de cachet, et qu’ainsi M. le Cardinal ministre jouoit au fin pour la suite de toutes les taxes qui pourroient estre faites. »

fol. 52 : imprimé.

Fol. 53-55 : Journal du Parlement. 13 mai. « M. Pucelle desnonce à la cour une thèze soutenue en Sorbonne…

« … v° Mr. le Premier président a pris les advis comme quand il n’y a point de rapporteur, et commençant par Mrs les Présidens… »

fol. 54 v° : « … et comme il étoit près de 10 heures et demie je me suis retiré. L’on m’a dit qu’il y avoit eu une longue discution par plusieurs de Messieurs sur la matière en opinant… Et la cour s’est levée à 11 heures et demies passées. Plusieurs de Mrs des chambres ont passé dans les greffes pour sçavoir ce qui s’estoit passé en la Grand Chambre du sujet cy-dessus, dont ils ont marqué de la joye, ce qui fait voir qu’ils ont toujours la bonne volonté de concourir avec la Grand Chambre au bien de la chose ainsi qu’ils l’ont cy-devant marqué depuis la tenue du lit de justice. »

fol. 56-57 : Nouvelles ecclésiastiques.

Fol. 58-59 : extrait d’une lettre.

Fol. 60-67 : imprimés.

Fol. 68 : Journal de Delisle. Mort du duc de Bouillon. 16 mai.

Fol. 69-70 : Journal du Parlement. 17 mai. Arrêt contre une thèse de Sorbonne.

[fol. 70 : « M. Lorenchet a dit peu de choses que je n’ai pu entendre, ni de quel advis il étoit »… Delisle a semble-t-il des relations avec l’imprimeur de la cour.

Fol. 71-74 : imprimés.

Fol. 75 : Journal du Parlement. 19 mai.

Fol. 76-89 : imprimés.

Fol. 90 : Journal de Delisle. 23 mai. « Je crois que Mrs des Chambres prétendent en connoistre dans leurs chambres et qu’ils en ont des exemples, ou bien venir en la Grand Chambre y rendre leur plainte pour y estre pourveu sur la réquisition des gens du roy.

Ce qui forme une contestation dont on verra la suite. J’en ai fait un mémoire que j’ai mis dans la table des registres du Parlement. Lire 25 may et 9 juin présente année 1730. Arrests rendus en la 2e chambre des Enquestes à ce sujet… »

Fol. 91-100 : imprimés.

Fol. 101-103 : Journal du Parlement et de Delisle. 24-25 mai.

Fol. 104-109 : Copie de l’arrêt et devis pour ouvrages à faire sur les voûtes de la Grande Salle du Palais pour y placer les registres du Parlement. Pour dépôt des registres civils. Devis fait par Boffrand, architecte. Dépôt du devis au greffe.

Devis

« ledits registres au nombre d’environ cinq mil volumes contiennent les copies des ordonnances des rois, édits, lettres patentes, et des arrests du Parlement écrites sur du parchemin, dont les minutes sont déposés au-dessus de la gallerie des Prisonniers. Les copies sont séparées des minutes afin qu’en cas d’accident du feu on puisse avoir recours à l’une des deux restantes, et sont placées présentement dans les chambres et greniers des tours du greffe où elles sont exposées à la pluye et aux autres injures du temps auxquels il est mesme difficile de communiquer et contiennent un trop petit espace pour le nombre de volumes.

Il est nécessaire aussi de placer plusieurs rouleaux de parchemins anciens dont quelques-uns contiennent des transactions avec plusieurs particuliers et mesme avec le roy.

Tous ces actes tant publics que particuliers ne peuvent estre contenus dans les endroits où ils sont placéz présentement où ils sont entassez sans pouvoir y mettre un ordre convenable, et cependant ils établissent les droits de la couronne et la fortune de plusieurs particuliers.

Il est nécessaire de les déposer dans un lieu plus vaste dans lequel on puisse les arranger suivant la succession des tems et dont on puisse faire facilement la recherche. Pour cet effet, il a esté jugé à propos de placer ce dépôt public sur les voûtes de la Grand Salle du Palais où ils seront moins en danger de feu qu’en aucun autre endroit du Palais, plus à portée des magistrats qui en ont l’inspection et des commis préposéz pour y mettre l’ordre. Pourquoy il y sera fait les ouvrages suivans :… »

Fol. 110-111 : copie d’un arrêt de la 2e chambre des enquêtes.

Fol. 112-117 : imprimés dont Nouvelles ecclésiastiques.

Fol. 118 : Journal de Delisle « Juin 1730

« Le jeudy premier jour de juin 1730. Beau temps et point de pluye. La reyne arriva hier de Fontainebleau à Versailles en bonne santé. L’on dispose tout aux Grands Augustins pour la tenue de l’assemblée du Clergé.

Le vendredy des 4 Temps, 2e dudi mois, continuation de beau temps et chaud. L’on a dit Mr de Coetlogon, ancien lieutenant général des armées royales, nommé maréchal de France, mais qu’il étoit fort âgé et fort malade. Que le roy revenoit mardy prochainj de Fontainebleau à Versailles.

Le samedy des 4 Temps, 3e dudit mois. Temps bas et chaud, bon pour tous les biens de la terre dont la récolte, grâces à Dieu, paroist des plus belles, des plus hâtives et des meilleures que le Seigneur nous puisse donner, et sur le midy et après de la pluye de temps en temps. Un homme égorge sa femme l’après-midy, dans la cour de l’Abbaye ; il n’avoit pas la teste à luy.

Le dimanche de la Très Sainte Trinité, 4e dudit mois, Benedicta sit Sancta Trinitas. Temps bas et chaud et de la pluye comme hier de temps en temps, mais peu.

Le lundy 5. Beau temps et chaud. St. Germain évesque de Paris, feste dans tout le fauxbourg S. Germain et à notre parroisse remise à ce jour du 28 may dernier, jour et feste de la Pentecoste. L’après-midy, le pauvre Bruère, l’un des gens de Me de Voisins, tombe au logis du haut d’une échelle, se casse la teste et démet les deux poignets. L’on croyoit d’abord qu’il le faudroit trépaner, mais l’on espère qu’il n’y aura point d’accident des saignées du pied et point de trépan. M. le Président beaucoup mieux par le remède qu’il a pris depuis deux jours d’un chirurgien de M. le duc de Luxembourg pour la fièvre.

Le mardy 6. Beau temps et chaud comme hier avec de la pluye dans l’après-midy. Le roy revenu de Fontainebleau à Versailles, où l’on a dit que depuis quelques jours il avoit perdu au jeu 5600 louis d’or que Mr de Firmacon ( ?) avoit gagnéz et M. le duc de Richelieu 10 mil escuz.

Le mercredy 7. Encore beau temps et chaud. Qu’hyer, sur les 6 heures du soir, M. Masson, cy-devant greffier de la 5e Chambre des Enquestes estoit mort subitement, enterré& ce soir à St. Barthelemy, sa parroisse. Toujours grands discours sur la Sorbonne au sujet de la requeste q’elle a présentée au roy contre l’arrest donné par le Parlement, le mois de may dernier, contre une thèze soutenue en Sorbonne, et le discours du sindic à ce sujet.

Le jeudy 8, feste du St. Sacrement, Cibavit. Beau temps et chaud pour les processions ; celle de St. Sulpice, notre parroisse, toujours belle, nombreuse et bien rangée à l’ordinaire, à laquelle ont assisté 10 évesques en rochet et camail.

Le vendredy 9. Temps bas le matin avec de la pluye sur le midy, le reste du jour beau soleil et chaud avec un très grand vent qui est tombé sur le soir.

Le samedy 10. Temps bas, de la pluye et un grand vent. L’on parloit toujours de la requeste de Sorbonne présentée au roy et qu’il y avoit encore eu des thèzes soutenues en Sorbonne depuis quelquies jours.

Le dimanche 11, St. Barnabé apôstre. Le plus long jour de l’esté sans y estre. Temps bas comme hier mais peu de vent. M. Le Premier président, plusieurs de Mrs les Présidens et Mrs les gens du roy vont à Versailles saluer le roy et la reyne à leur retour de Fontainebleau. L’on disoit qu’ils y alloient aussi au sujet de la requeste présentée au roy par la Sorbonne contre l’arrest du Parlement donné le mois dernier contre une thèze soutenue en Sorbonne ce qui faisoit beaucoup dire dans le monde et parler contre eux sur tout ce qui s’estoit fait au Parlement par eux pour la Déclaration.

Le lundy 12. Beau temps et chaud. Toujours discours sur les affaires du temps et sur la légende de Grégoire 7 mise dans le Bréviaire de Lyon.

Le mardy 13. Beau temps, beau soleil et très chaud. Toujours plusieurs factions dans le conclave qui ne seroit pas sitost fini et qu’à cause des grandes chaleurs qu’il alloit cesser jusqu’au mois de septembre.

Le mercredy 14. Temps bas et chaud. Le petit Père Charlemagne des Petits Augustins arrivé des eaues de Bourbon où il étoit allé l’année dernière pour une apoplexie tournée en paralisie où il étoit tombé le dimanche 29 may 1729.

Le jeudy 15, l’octave de la feste Dieu. Temps bas et chaud comme hier, les processions faites à l’ordinaire. L’on parloit des nouvelles tapisseries du mariage du roy exposées aux Gobelins pour la première fois qui sont des plus belles et des plus magnifiques.

(v°) Le vendredy 16. Beau temps et très chaud. Bon pour tous les biens de la terre et surtout pour la fleurison de la vigne. L’on dit qu’à Argenteuil, gros vignoble, le vert s’estoit mis dans la grape et la faisoit tomber, que pour ce sujet, l’on alloit y faire une procession, que depuis deux jours l’on avoit arresté 2 fameux voleurs, rue Tarain ( ?), trouvé chez eux beaucoup d’argent comptant et de la vaisselle d’argent et qu’ils avoient une maîtresse qie l’on cherchoit aux environs de Paris.

Le samedy 17. De la pluye la nuit et une partie de la matinée et sur l’après-midy assés beau soleil et chaud, mais grand vent et froid. L’on disoit que l’on devoit juger aujourd’huy au Chastelet le gouverneur du jeune duc de Charost tiré de la Bastille où il avoit esté mis après son vol.

Le dimanche 18. Beau temps et beau soleil, cependant des nuages. Le roy et la reyne toujours à Marly où ils sont depuis le 16 jusqu’au commencement de juillet que le roy doit aller à Compiègne jusques aux couches de la reyne. Le clergé fait grand chère chez Mr. de Senozan.

Le lundy 19, St. Gervais et St. Prothais, jour de la naissance de ma fille Jeanneton qui entre aujourd’huy dans sa 17e année. Elle est la plus grande de ses sœurs. Dieu leur donne à toutes trois sa Ste Bénédiction. Temps bas et chaud et point de pluye. La reyne dans le 7e mois de grossesse. M. le Deauphin et Mesdames, grâces à Dieu, en parfaite santé.

Le mardy 20. Beau temps et très chaud pour la fleurison de la vigne, et le soir de la pluye. Que la lotterie des rentes de la Ville changeoit et qu’on allaoit la faire à présent comme celle de la Compagnie des Indes.

Le mercredy 21. Temps bas et de la pluye presque toute la matinée, et de temps en temps l’après-midy. L’on parloit toujours de la Sorbonne.

Le jeudy 22. Beau temps et chaud. L’on a apporté le Bon Dieu ce matin à Mr le Président sur les 7 à 8 heures, ainsi qu’il l’avoit demandé depuis quelque temps se sentant toujours très foible avec toujours mde la fièvre depuis près de 6 mois. M. le Curé de St. Sulpice, notre parroisse, l’a administré [en] présence de toute sa famille dont il a toujours esté le digne chef et l’édification par sa grande piété. J’ay eu aujourd’huy un grand débordemùent de bille (sic). L’on a commencé à abatre la porte de la Conférence pour continuer le parapet le long de la rivière jusqu’à la rivière (sic), ce qui sera une besogne.

Le vendredy 23, veille de la St. Jean Baptiste, jeûne. Temps bas et pluye. Je n’ai point esté au Palais, ma femme m’en aiant empesché.

Le samedy 24, feste de la Nativité de St. Jean Baptiste. Temps bas et pluvieux comme hier aiant plu presque toute la journée.

Le dimanche 25. Encore temps pluvieux avec un grand vent assés fort.. Le roy et la reyne toujours à Marly et grâces à Dieu, en bonne santé. L’on voit depuis quelques jours, au port St. Nicolas, 2 grosses cloches que le roy de Portugal a fait fondre en cette ville pour estre mises dans un bateau et transportées à Lisbonne, saville capitale.

Le lundy 26. Soleil le matin et sur le midy et le reste de la journée de la pluye. L’on disoit que M. Maréchal, maistre des Comptes, étoit malade et avoit receu ses sacremens, mais que c’étoit par sa faute ayant voulu faire le chimiste ou l’apoticaire où il s’estoit comme empoisonné. L’on arreste un homme et une femme dns le Palais pour fausse monnoye.

Le mardy 27. Assés beau temps le matin, l’après-midy un coup de tonnerre et peu de pluye, le reste de la journée beau temps. L’on dit que la banqueroute de GAlpin étoit de 2 millions 400 mil livres et que M. Terrasson, beau-père de M. Ysabeau le fils, avoit signé pour 1100 mil livres de billets. Un cocher de M. le duc de Brissac arresté dans notre rue.

Le mercredy 28, veille de St. Pierre, jeûne. Temps pluvieux. Grosse pluye toute l’après-midy et presque toute la nuit. Le roy toujours à Marly.

Le jeudy 29. Feste de St. Pierre et St. Paul apostres. Encore temps pluvieux. J’ay pris médecine par précaution après avoir eu mouvement de bille (sic).

Le vendredy 30 et dernier jour de juin. Encore temps pluvieux. L’on a dit que le roy faisoit aujourd’huy la reveüe des Gardes, demain ou lundy celle de ses Mousquetaires et qu’il partoit le mardy ou le mercredy pour Compiègne où il doit demeurer jusqu’aux couches de la reyne.

  1. Il s’agit du congrès des puissances internationales []
  2. Il s’agit du président Pierre Gilbert de Voisins []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Jansénisme : participez à une enquête

Objet

Quels sont les critères que vous retiendriez pour qualifier de « janséniste » un magistrat, un clerc, un parisien, un(e ) Français(e) du XVIIIe siècle ? La question est délicate à en juger par les doutes, les contradictions, fréquent(e)s, qui apparaissent dans les travaux des plus spécialisés. Si vous avez-une minute, laissez, s’il vous plaît, votre avis en commentaire à ce billet, vous pourriez faire avancer la réflexion. D’avance, merci.  

Retour d’un séminaire

La 3ème séance, hier, 2 mai 2011, du séminaire « Parlement et cours souveraines » a été consacrée au jansénisme. Je l’avais intitulée :

Comment « taxer » un magistrat de jansénisme ? Autour du « jansénisme » du chancelier d’Aguesseau.

Le sujet répond à une interrogation récurente : d’Aguesseau était-il janséniste ? Depuis 1969, au moins, cette question a reçu une réponse négative de la part de Georges Frêche dont un mémoire de DES de la Faculté de Droit de Paris a été publié à cette date sous le titre : « Un chancelier gallican : Daguesseau »1. Depuis, un doute constant touche à la pertinence de cette qualification quand il s’agit d’Henri François d’Aguesseau.

La raison

De son vivant, d’Aguesseau a été « taxé » de jansénisme. En témoignent , entre autres :

– le duc de Saint-Simon : il déplore « le soupçon de jansénisme si aisé à donner et à prendre, et dont le père et le fils n’étoient point exempts »;

– le marquis d’Argenson : « tous ces messieurs d’Aguesseau, pour avoir eu des mœurs trop belles et trop d’enfoncement dans l’étude, sont devenus sauvages ou anthropophages (sic), et non amis de l’Homme, n’ayant jamais été au spectacle, ne buvant point bouteille, ne voyant point de filles… » ; 

– Voltaire, qui le traite de « plat janséniste »…

Par ailleurs, après août 1720, le chancelier est dénoncé comme un « traître », par les mémorialistes et par les pamphlets qui relatent ou véhiculent la résonnance publique de la décision de d’Aguesseau d’appuyer et même d’œuvrer à la politique du Régent : Philippe d’Orléans, malgré son indifférence foncière de la question, avait la ferme volonté de promouvoir un « accommodement » entre les évêques et clercs « appelants » de la fameuse bulle Unigenitus qui depuis sa publication, le 8 septembre 1713, divisait l’opinion religieuse en France, et ceux qui, au contraire, y étaient favorables. « C’est un puits de science, voilà tout », déplore l’avocat Barbier dans les années 1721-22… « Son histoire ne sera pas belle… » Le 4 avril 1730, comme le rapporte notre commis-greffier préféré, en plein lit de justice pour l’enregistrement d’une déclaration qui découlait des « affaires du temps » (c’est ainsi que l’on appelle, à Paris, les troubles politico-religieux), un conseiller de la grand-chambre apostrophe le chancelier : « et lui avoit dit en latin, en ces termes », écrit Jean Gilbert, sieur de L’Isle, « Quantum mutatus ab illo, vous étiez autrefois un homme et aujourd’hui vous changez ! » Notons au passage : si l’on accuse d’Aguesseau d’avoir trahi la cause du jansénisme (et du Parlement, d’ailleurs), c’est que l’opinion générale partageait le soupçon de jansénisme que l’on faisait porter sur lui depuis que Louis XIV l’avait vu s’opposer successivement, dès 1703, comme procureur général du roi au Parlement de Paris,  à l’enregistrement de toutes les déclarations, bulles et lettres qui touchaient à cette question brûlante du « jansénisme ».

Gallicanisme ou « jansénisme » ?

Nul doute que, dans l’argumentation développée par Henri François d’Aguesseau pour justifier son opposition à toutes les décisions qui mettaient des fauteurs de jansénisme sur la sellette (morale, bien sûr, mais pas seulement) et les soumettaient à la censure romaine la plus catégorique, il n’y avait pas la moindre discussion de fond sur la doctrine théologique que l’on prêtait aux « jansénistes ». Depuis les premières condamnations de l’Augustinus (1643 et 1653), la distinction promue par les Messieurs de Port-Royal du Droit (légitimité de la condamnation des propositions rapportées dans les lettres pontificales) et du Fait (présence effective de ces propositions dans l’œuvre de l’évêque Jansen, auteur de l’Augustinus) avait nourri la polémique doctrinale pendant des décennies, mais d’Aguesseau était alors beaucoup trop jeune pour qu’il puisse ensuite oser, à sa génération, et dans sa fonction de magistrat du Parquet, donner un avis « autorisé » sur ce point et relancer un débat théologique sur lequel pesaient plusieurs « lois du silence ». Incontestablement, ce sont les principes de défense « des libertés de l’Eglise gallicane » qui fondent son argumentation ; et la plupart étaient largement antérieurs à l’apparition même de « jansénistes » en France. Il s’agissait là d’un ensemble doctrinal très puissant, très cohérent, né progressivement des conflits médiévaux entre le Spirituel et le Temporel, entre « les Deux Puissances » ou deux « glaives », dont les avatars les plus connus étaient la querelle de Philippe le Bel et du pape Boniface VIII (début XIVe siècle), la Pragmatique Sanction de Bourges (1438) et son corollaire, le Concordat de 1516.

Reste à savoir quelle était la part de « stratégie » dans cette défense de d’Aguesseau qui lui permettait, comme bon nombre de ses collègues, de s’opposer, de fait, à toute censure, pontificale mais aussi royale, contre les jansénistes. Ce lien intime du gallicanisme-jansénisme a fait, selon René Tavenaux, la spécificité du « jansénisme » du XVIIIe siècle, et les travaux récents, de Catherine Maire à Dale Van Kley, ne contredisent pas cette caractéristique. C’est ce que l’on avait appelé, improprement peut-être, le « jansénisme politique ».

Nature du jansénisme

La difficulté gît évidemment dans la nature même du « jansénisme ». Comme l’évrivent Jean Lesaulnier et Antony McKenna au début du si remarquable Dictionnaire de Port-Royal, le « jansénisme » (que ces auteurs ne manquent pas d’écrire entre guillements !) est un ensemble de « convictions religieuses et de valeurs morales », mais aussi une « culture philosophique, littéraire et artistique » qui constituent une caractéristique fondamentale de ce que l’on peut le « classicisme », une marque essentielle du XVIIe siècle. C’est une « nébuleuse composée d’éléments polémiques, doctrinaux, politiques, moraux et sociaux ». Si tel est le cas du « jansénisme » du XVIIe siècle, que penser alors de sa descendance du « jansénisme » du XVIIIe siècle ? Il semble qu’il soit impossible de séparer les éléments politiques des autres composantes du mouvement. Dans l’attitude connue de d’Aguesseau, il pourrait bien y avoir essentiellement l’aspect « politique », lié à sa conception des relations entre les Puissances. Pourtant ses écrits, sa correspondance, au-delà même de témoignages qui ne sont jamais parfaitement objectifs, nous invitent à poser la question d’un « jansénisme » religieux et « philosophique » de d’Aguesseau qui nécessite justement une précise mise au point des critères de « jansénisme ».

  1. Paris, PUF, 1969. Notons au passage l’orthographe retenue pour le nom du chancelier; c’était celle adoptée par les juristes, au moins depuis les remarquables travaux d’Henri Regnault, dans les années 1928-1940 []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Mon « carnet » Delisle : son Journal pour 1730 (VI)

Les événements du mois d’avril 1730 représentent un moment particulièrement important du règne de Louis XV. Je viens d’exploiter le contenu de ce document dans un article à paraître début 2011. Je le livre maintenant à votre curiosité, et à votre méditation.

Arch. nat, U 373, fol. 331 : Journal de Delisle

« Avril 1730.

Samedy premier jour d’avril 1730. Temps pluvieux avec un grand vent. Plusieurs nouvelles débitées et toujours que le roy devoit venir lundy prochain au Parlement y tenir son lit de justice pour l’enregistrement de la déclaration concernant les affaires de l’Eglise et de la Constitution[1].

Dimanche des Rameaux ou Pasques fleuries, 2e avril. Encore temps pluvieux presque toute la journée. Grands discours pour la Constitution [Unigenitus].

Lundy Saint, 3 avril. Temps bas et froid. Enfin le roy vient au Parlement pour l’enregistrement de la déclaration concernant la Constitution.

Mardy Saint, 4 avril. Beau soleil et assés beau temps toute la journée. L’on crie dans les rues la déclaration du roy pour la Constitution contre laquelle l’on parloit beaucoup. Dieu veüille que les suites n’en soient que bonnes.

Mercredy Saint, 5. Avoit gelé la nuit, beau temps et beau soleil. Que le roy parloit pour aller à Fontainebleau le lendemain de Quasimodo où il devoit demeurer jusqu’à la Feste-Dieu qu’il reviendroit à Versailles.

Le jeudy Saint, 6 avril. Beau soleil et beau temps. J’ay eu le bonheur de faire mes Pasques à St. Sulpice, notre parroisse, avec ma femme et nos enfans. Le bruit s’est répandu ce matin que Mr. notre archevesque étoit mort cette nuit subitement, ce qui s’est trouvé faux, grâces à Dieu, aiant mesme fait l’office ce matin à Notre-Dame, à ce que l’on m’a dit.

Le vendredy Saint, 7 avril. Temps bas avec un peu de pluye. Il a couru un bruit que Mr. Pucelle, conseiller clerc en la Grand Chambre, avoit donné sa démission d’une abbaye qu’il a et qui vaut 12 à 15 mil livres de rente, depuis l’enregistrement fait de la déclaration concernant la Constitution.

Le samedy Saint, 8 avril. Temps bas [le matin[2]], mais assés beau avec soleil[3] l’aprèsmidy jusqu’au soir. Grande nouvelle que l’on ostoit à la Compagnie des Indes la ferme du tabac et les controlles, et que l’on alloit faire rendre compte aux fermiers qui estoient riches, le roy aiant besoin d’argent. Mr. le Président[4] beaucoup mieux, ses forces reviennent.

Le dimanche 9, la grande feste de Pasques, Resurexi. Beau temps et beau soleil avec du vent. Que le congrès de Soissons étoit indiqué au 4 may prochain pour la signature du traité, toutes choses étant comme d’accord. Que le roy iroit à Compiègne où il y auroit un camp, ou sur la Meuse ; qu’il défiloit des troupes en Italie, environ 6000 hommes.

Le lundy 10 [encore][5] feste de Pasque (sic)[6]. Beau temps et beau soleil pour tous les pellerinages de Nanterre et des environs de Paris. Le roy et sa Cour prennent le deuil pour la mort de l’Electrice de Bavière, parente du roy. Mort de M. le Maréchal d’Huxelles, très regretté étant un digne homme.

Le mardy 11, encore feste de Pasques. Toujours beau temps et beau soleil.
Le mercredy 12, temps bas le matin et sur les 10 heures, beau soleil avec un grand vent le reste de la journée. L’on a dit que lundy dernier, le roy aiant soupé à la Muette, il avoit eu une indigestion la nuit, cependant sans fièvre, Dieu mercy, et que le lendemain mardy, il n’avoit disné qu’à 3 heures après midy. Le mesme jour mardy, le duc de Guiche fit la reveüe des Gardes françoises et suisses l’après-midy dans la plaine de Neuilly.

Le jeudy 13. Le temps comme hier avec grand vent. Le roy fait sa reveüe des gardes françoises et suisses l’après-midy dans la pleine de Neüilly, nombre infini de carosses, [de] chevaux et de peuple ; chasse ensuite et soupé à la Muette. Que le mandement de Mr. l’archevesque sur la déclaration du roy concernant la Constitution, qui étoit mesme fait avant qu’elle fût enregistrée, devoit estre publié dimanche prochain. Sçavoir si les curez le publieront ; l’on dit non.

Le vendredy 14. Beau temps et beau soleil. Mr. le Président va, grâces à Dieu, à St. Sulpice, notre parroisse, y faire ses Pasques. Le Seigneur le conserve. Réduction de Paris sous Charles 7 : Messieurs du Parlement vont à N.-D. en robes noires. L’on a veu M. l’archevesque qui revenoit de l’ordre, à ce que l’on disoit, et en mesme temps de prendre congé du roy avant son départ pour Fontainebleau.

Le samedy 15. Il avoit plû la nuit assés considérablement ; encore temps couvert une partie de la journée avec un peu de soleil. Mort de Mr. de Paris, capitaine aux gardes, frère du coadjuteur de l’évesque d’Orléans dont il est neveu ; qu’il ne l’imite pas pour la Constitution ! La reyne est saignée depuis quelques jours entrant dans le 5e mois de sa grossesse, grâces à Dieu, en parfaite santé. Le Seigneur la conserve !

Le dimanche de Quasimodo[7], 16 avril, dernières Pasques. Temps bas le matin et froid, sur le midy assés beau soleil et le reste de la journée. Le mandement de Mr. l’archevesque qui devoit estre publié cejourd’huy [v°], à ce que l’on disoit, ne l’a point esté et qu’il a mesme receu ordre à le surceoir (sic) pour 4 mois pour ne point aigrir les esprits et voir pendant quelque temps ce qui se passera et l’air du bureau pour le faire. Mort subite de M. le comte de Sassenage.

Le jeudy 17. Temps bas le matin, mais sur le midy beau soleil et le reste de la journée. Le roy part pour son voyage de Fontainebleau où il doit demeurer jusqu’après la Pentecoste. Qu’hier dimanche, l’on avoit arresté dans les Thuilleries les demoiselles Moreau et Boivin qui sont de la rue St. Jacques, qui avoient esté menées à la Bastille pour avoir mis, à ce que l’on disoit, des affiches aux arbres concernant les affaires du temps.

Le mardy 18. Beau temps et beau soleil. M. le Président qui avoit esté saigné hier, l’a encore esté ce matin quoi qu’il fûst assés bien grâces à Dieu. Depuis la saignée, plus tranquille.

Le mercredy 19. Temps pluvieux le matin et sur l’après-midy beau temps et beau soleil. Mercurialle à l’ordinaire comme après Pasques, après laquelle il a esté parlé au sujet de la déclaration du roy concernant la Constitution enregistrée le roy présent.

Le jeudy 20. Temps pluvieux presque toute la journée. Mr. le Président beaucoup mieux et plus tranquille, cependant toujours un peu de fièvre. Que depuis quelques jours [en marge : c’étoit le mardy des festes de Pasques, 11e de ce mois], il avoit esté tiré plusieurs coups de pistollet dans les fenestres de l’archevesché, dont on faisoit la recherche. Qu’un Suisse de Madame de Mailly, dame d’atour de la reyne, avoit volé avec sa femme 2 garnitures de la reyne depuis quelques jours et qu’ils étoient en prison à Versailles.

Le vendredy 21. Encore temps pluvieux presque toute la journée. Grande feste et les 3 jours suivans aux capucins pour la canonisation de St. Fidel, religieux de leur ordre. L’on a dit un soulèvement à Bicestre ou Hôpital général par 300 hommes qui battoient du ciment, qui a esté appaisé.

Le samedy 22. Beau temps et du soleil de temps en temps. M. le Président a pris médecine et est mieux. Que la reyne part lundy prochain pour aller trouver le roy à Fontainebleau, doit coucher lundy à Sceaux, le mardy à Petit Bourg et se rendre le mercredy à Fontainebleau. D’autres ont dit le contraire et que le roy Stanislas, son père, venoit passer une 8aine à Versailles pour l’empêcher d’y aller et pour la consoler.

Le dimanche 23. St. Georges. Temps assés beau mais grand vent et un peu de pluye. Le roy chasse souvent à Fontainebleau.

Le lundy 24. Beau temps. Beau soleil et chaud. Grande foule de monde aux Capucins pour la canonisation de leur St. Fidel.

Le mardy 25. St. Marc. Abstinence et processions à l’ordinaire pour la conservation des biens de la terre. Beau temps et chaud.

Le mercredy 26. Beau temps et chaud comme hier. Feste de la Dédicace de la Ste Chapelle. M. le Président est mieux.

Le jeudy 27. Temps pluvieux presque toute la journée. La nouvelle s’est répandue l’après-midy que le cardinal Colonne a esté eslu Pape. Sçavoir si cela est bien vrai… Toujours grand discours à la Cour et à la Ville des affaires du temps, surtout du lit de justice et de ce qui s’y est passé, bien décrit dans les Nouvelles ecclésiastiques[8], et ce qui se passoit tous les jours au Parlement dont on parloit beaucoup.

Le vendredy 28. De la pluye la nuit et presque toutte la journée avec de la gresle, soleil de temps en temps. L’on a dit qu’il avoit tonné et éclairé. Cérémonie aux Capucins du [en marge : Marais pour leur St. Fidel, comme il a esté fait à ceux de la rue St. Honoré].

Le samedy 29. Encore temps pluvieux avec un grand vent. Lettre de cachet du roy au Parlement pour aller par députation (?)[9] lundy prochain le trouver à Fontainebleau. Le roy et la reyne [en marge : y sont, Dieu mercy en bonne santé].

Le dimanche 30 et dernier avril. Soleil mais grand vent et froid, avec un peu de pluye. M. le Président mieux grâces à Dieu, mais bien maigry et plus foible. Grande joye pour toute sa famille et pour nous qu’il n’y a point à craindre. L’on parle toujours beaucoup des affaires du temps et le retour des députez alléz ce jour à Fontainebleau nous en aprendra davantage. »

Fol. 332. Détail du journal de Delisle. Séance du 1er avril 1730. Apostille : « Point encore de lettre de cachet pour la tenue du lit de justice quoique le bruit en courût toujours pour lundy prochain. Encore nouvelles pour le changement du ministère.

Allusion « au sr. Legoux, beuvetier de la grand chambre ».

« L’on débitoit aussi les nouvelles suivantes : Que M. Chauvelin, garde des seaux (sic) alloit estre Secretaire général de l’Etat qui étoit une nouvelle dignité et que les quatre autres secrétaires d’Etat devoient travailler sous luy ; ce qui faisoit murmurer bien des gens et les feroit quitter. Que Mr. d’Angervilliers, ministre de la guerre, quittoit et Mr. de Breteuil qui l’avoit desjà esté, prenoit sa place.

Mr. de Maurepas quitoit aussi, sans dire qui prenoit sa place. Et Mr. de St. Florentin pareillement et que l’on donnoit sa place à M. Talon, advocat général.

Voilà bien du changement à la Cour en peu de temps, si tout cela est vrai. »

Fol. 333 : « nouvelles que le Roy vient demain au Parlement y tenir son lit de justice.

« Cejourd’huy dimanche des Rameaux ou Pasques fleuries, 2e jour d’avril 1730. Nouvelles se sont répandues en cette ville que le roy venoit demain lundy Saint au Parlement y tenir son lit de justice pour l’enregistrement d’une déclaration par luy envoyée le 28 du mois dernier concernant les affaires de l’Eglise et la Constitution Unigenitus, bien importante pour la religion, l’Eglise et le royaume, dont les suites ne peuvent estre que très fâcheuses. Ce que Mrs. les gens du roy ont aussi dit hier au soir à leur retour de Versailles. Mr. le Premier Président qui étoit de retour avant eux donna au Palais les ordres pour faire tendre le lit de justice et que toutes choses soient disposées pour lundy matin. Ce qui a bien faire (sic) dire des choses à ce sujet. »

[Delisle écrit cette note sur une feuille à part]

Fol. 334-335 : Journal de Delisle : « Le roy vient au Parlement y tenir son lit de justice pour l’enregistrement… » Très détaillé.

« Cejourd’huy lundy Saint, troisième jour d’avril 1730. Temps bas et froid, bon jour, bonne œuvre. Le roy Louis 15e du nom… ». Très important pour l’état d’esprit des jansénistes. En marge, Delisle écrit : « J’étois sur la terrasse des Thuilleries lorsque le roy est arrivé et s’en est retourné ; il est beau prince et il étoit bien frizé et poudré ». Delisle remarque qu’il n’y a pas eu d’acclamations au roi sur son passage.

[v°] « Messieurs… l’ont conduit en son lit de justice avec les cérémonies accoutumées, le tout ainsi qu’il sera marqué dans le registre qui en sera fait, ce qui s’appelle le lit de justice, tant pour ceux qui y sont présens et qui y assistent que pour la mattière qui y a esté traitée. Na que M. le Cardinal de Fleury, ministre, étoit [en marge : dans la lanterne du costé du greffe avec plusieurs seigneurs et l’abbé Brissart, son homme de confiance…]

« Comme je n’y étois pas, voicy ce que j’en ay oüy dire :

Le roy étant en sa place… » Les discours de chacun sont remplacés par : « etc. ».

Delisle note l’absence et l’indisposition de Gilbert, greffier en chef, son maître. L’ordre des avis est inversé par rapport à l’habituel rite de la cour pour les arrêts : des princes aux conseillers, en passant par les présidents : « l’on a mesme dit que les opinions avoient duré plus d’une heure ; que Mr. Leclerc de Lesseville, conseiller d’honneur[10], s’étoit levé et que s’estant tourné vers le roy, luy avoit dit tout haut : ‘Sire, on vous oste aujourd’huy le sceptre de la main. Je suplie très humblement Vostre Majesté d’y faire attention’. A quoi Mr. le Chancelier lui avoit dit qu’il manquoit de respect en la présence du roy, n’étant pas son tour d’opiner, lequel lui avoit répondu quelque chose sur cela… ». Fol. 335 : « …contraire aux Loix de l’Eglise et de l’Etat… ».

« … plusieurs avoient apostrophé Mr. le Chancelier, entre autres Mr. Robert, conseiller de la Grand Chambre, qui lui avoit dit en latin, en ces termes : ‘Quantum mutatus ab illo, vous étiez autrefois un homme et aujourd’huy vous changez’. Il vouloit encore en dire davantage sur le passé à mesme sujet, mais un de Messieurs près de luy, l’en empêcha et lui dit que c’en étoit asséz. Que Mrs. Pucelle, D’Elpech, Nigot et plusieurs autres avoient aussi parlé très fortement. » Delisle affirme qu’il y eut, à ce qu’on lui dit, 3 avis différents. A propos du retour du roi : « C’étoit encore la mesme marche et dans le mesme ordre que lorsqu’il étoit venu, sans que le peuple ait marqué la moindre acclamation de joye ni crié Vive le roy, comme on l’a toujours fait, le peuple l’aimant naturellement, dont beaucoup d’officiers de sa suite ont esté assés surpris ainsi que beaucoup de personnes, peut estre le roy luy-mesme, qui parut assés sérieux en s’en retournant. L’on dit mesme qu’il se soit fort ennuyé dans son lit de justice ».

Fol. 336-339 : Exemplaire des Nouvelles ecclésiastiques, sur la Relation de ce qui s’est passé au Parlement de Paris… Le texte développe clairement toutes les attaques qui furent assénées à d’Aguesseau dont l’attitude de 1715 fut opposé à la sienne de 1730.

Fol. 339-342 : texte imprimé de la Déclaration du 24 mars 1730.

Fol. 343 : Journal du Parlement manuscrit. Séance du 4 avril. Les conseillers des Enquêtes et Requêtes viennent en la grand chambre « pour proposer ce qui étoit à faire contre la déclaration… »

[v°], en marge : Delisle note que d’Aguesseau est contesté fortement pour avoir rapporté au roi qu’il y aurait eu 3 avis dont « le 3e à l’enregistrement qui étoit le plus grand nombre, un grand nombre de Mrs. s’étoient récriéz sur cela et dit que cela étoit faux ».

Fol. 344 : Feuillet du journal de Delisle sur « la réduction des Anglois ».

Fol. 345-349 : Journal du parlement. Fol. 345, 17 avril. Intéressant sur les avocats (en particulier Aubry et Cochin). Fol. 347, 19 avril.

Fol. 350 : en blanc.

Fol. 351 : séance du 19 avril, « copié sur la minute ».

Fol. 352-353 : Nouvelles ecclésiastiques.

Fol. 354-363 : Copie des « registres des chambres des Enquêtes et des Requêtes du Palais » d’une autre main. Apostillée par Delisle : « Copie sur l’imprimé que j’en ai veû. »

Fol. 364-365 : Imprimé d’une ordonnance du lieutenant général de police Hérault.

Fol. 366 : Journal manuscrit du Parlement. 20 avril. Intéressant sur le contexte.

Fol. 367-374 : imprimés.

Fol. 375 : Journal manuscrit du Parlement. 21 avril. Intéressant sur le contexte, troubles dans le Parlement : « un acte de protestation par eux dressé et signé de tous Mrs. des chambres desdistes Enquestes et Requestes (quoi qu’il y en eûst pour estre beaucoup de sentimens contraires) »

[v°] « Lon disoit qu’ils avoient tous signé cet acte de protestation excepté un de Mrs. de la 3e qui l’avoit refusé, pourquoy ils l’avoient comme répudié de la chambre ».

Fol. 376-379 : imprimés.

Fol. 380 : Journal manuscrit du Parlement. 22 avril.

[v°] : « L’on a trouvé cedit jour 22 avril des cordages et outils de fer, dans le cabinet de Mr. Ferrand, gallerie des prisonniers, qu’apparemment des prisonniers qui se sont sauvéz de la Conciergerie, y ont laisséz en se sauvant, ce qui se sçaura dans la suite ».

fol. 381-384 : Imprimé de la vie de saint Fidel.

Fol. 385-386 : Journal manuscrit du Parlement. 24 avril : « …ont dit (à peu près, à ce que l’on m’a dit, n’ayant pû entendre)… ». Intéressant sur les affaires du moment. Fol. 386 : « Na que l’on m’a dit, que lors que Mrs. des chambres [v°] se sont retiréz de la Grand Chambre, tous fort malcontens et en murmurant, Mr. Fornier, conseiller en la première chambre des Enquestes, a dit à plusieurs advocats, étans au banc du premier huissier : ‘nous sommes refuséz en tout ; plaiderez-vous après cela ?’ ». Delisle précise en fin de ce feuillet que les protestations des Enquêtes et Requêtes avaient été signées par tous les présidents et conseillers des chambres « au nombre de 180, et cinq seulement ont refusé de les signer ».

Fol. 387 : « Mémoire à mettre au 4 et 24 avril 1730.

« Messieurs des chambres des Enquestes

Assemblées des chambres par eux demandées… » (la liste des dates commence le 7 juillet 1525).

Fol. 389-390 : 24 avril. Copie du projet des remontrances dressées par Mrs des Enquêtes et Requêtes.

Fol. 391 : 24 avril ; Copie manuscrite de la protestation des conseillers des Enq. et Req.

Fol. 392 : en blanc.

Fol. 393 : Journal manuscrit du Parlement. 25 avril.

Fol. 394 : Journal de Delisle. « … que l’on continuoit tous les jours de parler dans le monde et à la Cour et à la Ville des affaires du temps…, de Monsieur le Chancelier qui estoit joué à la Cour ainsi qu’à Paris sur ses hauts faits du lit de justice comme on faisoit aussi de Mr. le Premier Président et de Mrs. les Gens du roy. L’on disoit aussi que Mr. le Chancelier n’avoit point encore signé la feuille du lit de justice et l’avoit emportée avec luy à Fontainebleau pour apparemment en conférer et la revoir avec Mr. le Cardinal Ministre avant de le faire ; et que peut estre il la vouloit garder pour n’estre point mise dans les registres du Parlement comme fit M. le chancelier Séguier celle du 29 avril 1665 à mesme sujet qui ne se trouve point dans les registres et dont il a esté fait un nota. »

Fol. 395-396 : Journal manuscrit du Parlement. 26 avril. Allusion à une lettre que d’Aguesseau aurait adressé au Parlement pour lui demander de cesser son agitation en échange de la pleine satisfaction de ses demandes. Et 27 avril.

Fol. 397-398 : arrêt imprimé contre Marie Grinjean (pendaison pour non déclaration de grossesse).

Fol. 399 : Journal du Parlement. 28 avril.

Fol. 400-403 : imprimé (format des Nouvelles ecclésiastiques, sans le titre). Plusieurs indications ont été cachées à l’encre épaisse.

Fol. 404-405 : Imprimé d’une sentence de police.

Fol. 406-407 : Journal du Parlement. 29 avril.

Fol. 408-409 : « mémoire à mettre au 29 avril 1730.

« Roys de France

Députéz par eux mandéz… » (la 1ère indication du fait porte la date du 2 mars 1409, puis on passe au 21 avril 1532 ; pour le règne de Louis XIV la dernière date est le 7 mai 1692 « avant d’aller à la guerre. Rien davantage du feu roy » (f° 409).)

Fol. 410 : « Les députéz mandéz vont à Fontainebleau » (30 avril).


[1] Pour rappel, la « Constitution » est la bulle Unigenitus.

[2] En surcharge.

[3] « un peu de » raturé avant « soleil ».

[4] Il s’agit de Pierre Gilbert, seigneur de Voisins, reçu conseiller au Parlement le 14 mai 1683, en la 2e des Enquêtes dont il fut reçu président en 1694. Il avait épousé Françoise Dongois, fille du greffier en chef civil.

[5] En surcharge.

[6] Dans la tradition catholique, les festivités de Pâques se prolongeaient toute la semaine jusqu’au dimanche suivant, période pendant laquelle les nouveaux baptisés conservaient leur habit blanc, d’où le nom de semaine in albis.

[7] Dénomination traditionnelle du premier dimanche après Pâques, par le premier mot latin de l’Introït.

[8] C’est, à ma connaissance, la première allusion formelle de Delisle à ce périodique clandestin si important pour l’histoire du jansénisme au XVIIIe siècle.

[9] Lecture difficile, mot probable. L’expression signifie que le Parlement est convoqué auprès du roi, non en corps, mais par délégation.

[10] Les Nouvelles ecclésiastiques disent qu’il avait 86 ans.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Delisle et le jansénisme en 1730. Son journal pour 1730 (V)

Notre commis-greffier, désormais fameux, est un « fieffé » janséniste ! C’est ainsi que l’aurait « taxé » le parti adverse, c’est-à-dire, en 1730, d’abord, les partisans de l’épiscopat et du cardinal de Fleury. De fait, depuis 1720 au moins, sans doute dès 1717, il est très apparent, dans son journal, que Jean-Gilbert Delisle tient, selon les termes de l’époque, « la partie » des « Appelants », c’est-à-dire des opposants à la bulle Unigenitus. Il n’est jamais inutile de rappeler à ce propos que cette bulle apparaît toujours dans les sources de l’époque sous la dénomination de : « la constitution ». La lettre pontificale, en effet, a été prononcée en forme de loi de l’Eglise ou, selon la tradition romaine, en forme de « constitution ». A l’ère de la lecture rapide et de la reconnaissance textuelle, cette mise au point de vocabulaire est indispensable sous peine d’imaginer, à contre-temps, nos Français du début du XVIIIe siècle anticipant sur la Révolution française en matière de constitution politique de l’Etat…

L’année 1730, comme l’a fortement souligné l’historien Dale Van Kley dans sa remarquable étude sur Les origines religieuses de la Révolution française, marque un incontestable tournant dans l’histoire du jansénisme et dans le processus de « politisation » de ce courant religieux. Si l’expression de « jansénisme politique » peut être – et a été –  discutée, celle employée par Dale Van Kley de « jansénisme judiciaire » se justifie très particulièrement à partir de 1730. Le journal de Delisle prend, à partir de cette année-là, des proportions tout à fait impressionnantes et « les affaires du temps » qui désignent, en langage janséniste, les troubles liés à l’affrontement entre « jansénistes » et non jansénistes, occupent presque chaque jour une place grandissante où se lisent, d’une part, l’attachement partisan de Delisle pour tout ce qui touche aux « jansénistes » : le diacre Paris, les « miracles » du cimetière Saint-Médard, les engagements d’avocats ou de magistrats pour défendre les positions jansénistes ; d’autre part, son indignation de toute action de « répression », tant en provenance de l’épiscopat que du lieutenant de police de Paris et du Ministère.

On comprendra, dans ces conditions, que les volumes de la collection du « Conseil secret du Parlement » dont nous avons commencé à divulguer sur ce blog les analyses, deviennent en 1730 d’un tel intérêt que nous avons choisi désormais de n’en publier que les feuillets récapitulatifs mensuels, réservant à un article ultérieur, d’en proposer une synthèse.

Ce qui suit est donc à relier au billet du 27 mai dernier.

Arch. nat. U 373, fol. 255 : Journal de Delisle. « Mars 1730

« Le mercredy premier jour de mars 1730, les 4 Temps[1] du Caresme. Temps pluvieux comme hier une grande partie de la journée. Toujours que l’Empereur n’avoit point encore signé le traité d’alliance et que nous pourrions avoir la guerre dans quelques mois s’il n’y avoit d’autres nouvelles.

Le jeudy 2. Encore de la pluye toutte la nuit et presque toutte la journée. L’on a dit Mr le marquis de Brancas, ambassadeur en Espagne, fait grand d’Espagne. Un particulier que l’on a dit estre diacre et digne éclésiastique, prisonnier en la Bastille depuis près de 15 mois pour les affaires du temps et avoir distribué des instructions de Mr. de Senèz, mis enfin cejourd’huy au carcan en la place de Grève avec un écriteau devant et derrière : Colporteur, etc., ce qui est criant et que l’on n’a ozé faire les jours de marchéz précédens, crainte de sédition. L’on a apris l’après-midy la mort du Pape[2] par un courier que le roy avoit receû le matin, ce qui a bien fait dire des choses pour les affaires du temps, et que Mrs. les cardinaux de Rohan et de Bissy partoient pour Rome.

Le vendredy 3. Temps bas et un peu de pluye, la rivière très grosse.

Le samedy 4. Toujours temps bas et pluvieux avec un grand vent. Jour de la naissance de ma fille aisnée qui entre aujourd’huy dans sa 21e année. Le Seigneur la bénisse ainsi que ses sœurs. Aucunes nouvelles.

Le dimanche 5 février, 2e dimanche du Caresme, Reminiscere. Temps plus froid, et encore grand vent avec du soleil de temps en temps. Toujours du mouvement pour les affaires du temps, point de prosne à St. Estienne du Mont ; le vicaire et 11 prestres des plus employéz de la parroisse n’ont plus de pouvoirs ; grand bruit dans l’église à ce sujet ainsi que dans la place par un grand nombre de parroissiens.

Le lundy 6. Temps froid, neige et gresle de temps en temps. Mr. le cardinal de Bissy part pour Rome pour se trouver au conclave. L’on disoit que Mr notre archevesque avoit regret d’avoir quitté Aix pour venir à Paris. Encore plusieurs parroisses beaucoup de prestres sans pouvoirs ; l’on discouroit fort dans cette ville à ce sujet et autres affaires.

Le mardy 7. La nuit gelée blanche, soleil et de la pluye de temps en temps. Mr. le cardinal de Rohan doit aussi partir demain pour le conclave.

Le mercredy 8. Temps assés froid, mais assés beau soleil comme hier l’après-midy. L’on débite depuis peu de jours sous le manteau la consultation des advocats contre le bref du Pape qui condamnoit le mandement de Mr. l’évesque d’Auxerre au sujet de la Légende de Grégoire 7.

Le jeudy 9. De la pluye presque toute la journée. Il couroit depuis quelques jours un écrit en vers contre Mrs. du Parlement intitulé Le brevet de la Calotte au sujet des affaires du temps et pour le bruslement des remontrances des fidelles du diocèse de Paris à Mr. leur archevesque, où Mr le Premier Président et Mrs les Gens du Roy sont railléz sur toutes les affaires du temps et sur la bruslure.

Le vendredy 10. Assés beau soleil mais grand vent. Il couroit un bruit dans le monde qu’il y avoit eu depuis peu de jours une grande contestation entre Mr le Garde des sceaux et M. le Peletier des Forts, controlleur général des finances, qui faisoit grand bruit sans dire le sujet. Que l’Empereur faisoit filer 60 mil hommes en Italie et que l’on parloit de guerre.

Le samedy 11. Temps bas et pluvieux. Mr le Premier président et Mrs les Gens du Roy vont coucher à Versailles comme apparemment étant mandéz. Il couroit bien des bruits pour les affaires du temps [en marge : L’on m’a dit qu’ils avoient esté près de 5 heures en conférence chez M. le cardinal de Fleury avec Mr. le Chancelier et M. le Garde des sceaux, qui avoit duré jusqu’à 9 heures du soir ; l’on n’a point seu ce dont il étoit question.

Le dimanche 12 février, 3e dimanche du Caresme, Oculi. Temps assés beau mais froid, l’après-midy assés beau. Mr le Premier président et Mrs les Gens du Roy revenus le matin sans avoir veu le roy, seulement M. le Cardinal.

Lundy 13. Temps assés beau. Mr le maréchal d’Huxelles fort malade.

Le mardy 14. Temps bas et pluvieux. L’on a dit qu’hyer, le procès d’entre Mr le duc de Sully et Mr de Béthune d’Orval pour la pairie de Sully avoit esté jugé au Conseil[3] et que M. le duc de Sully avoit gagné son procès en remboursant à M. de Béthune d’Orval le prix du duché dont on luy donna la propriété, le tout suivant l’édit du roy portant règlement pour les pairies.

Le mercredy 15. Temps bas le matin et assés beau l’après-midy. L’on publie une ordonnance du roy pour faire la reveüe de toutes les milices, ce qui a fait dire à bien des gens que nous allions avoir la guerre.

(v°) Le jeudy 16 mars [en surcharge : la my Caresme]. Temps bas et pluvieux le matin et fort beau sur le midy, mais l’après-midy encore de la pluye et de la gresle. Le bruit s’est répandu que le roy de Prusse avoit esté tué par l’un de ses gardes.

Le vendredy 17. Encore temps pluvieux le matin et assés beau l’après-midy. L’on parloit de paix et de guerre tout ensemble, sçavoir ce qui arrivera. La procession du Recteur. L’on a dit la mort du roy de Prusse très fausse.

Le samedy 18. Encore temps pluvieux avec du soleil l’après-midy, mais peu, avec encore de la pluye le reste de la journée et un très grand vent qui a continué toute la nuit. Le roy ira après Pasques à Fontainebleau.

Le dimanche 19, St. Joseph et 4e dimanche du Caresme, Letare (sic). Assés beau soleil le matin avec du vent ainsi que l’après-midy, et sur le soir de la pluye.

Le lundy 20. Grand vent froid et de la pluye de temps en temps. La dame de Foucheran[4] fait amende honorable en la Grand Chambre pour avoir supposé un enfant dont elle se disoit accouchée après la mort de son mary. Nouvelle s’est répandue que Mr. Le Peletier des Forts n’étoit plus controlleur général des finances et que Mr. Orry, maistre des requestes et intendant, étoit mis en sa place. Mr le maréchal d’Huxelles à l’extrémité s’il n’est pas mort.

Le mardy 21. Gelée blanche et le matin beau temps et beau soleil ainsi que l’après-midy. L’on a dit le mariage de Mr le marquis de Mailly-Nesle avec Mle Bernard, fille de Samuel Bernard qui lui donnoit cinq millions. L’on a dit aussi que Mr. Nicolas qui tenoit les livres de la Compagnie des Indes et cy-devant à la Banque, avoit esté mis à la Bastille.

Le mercredy 22. Premier jour du printemps. Temps pluvieux. Réduction de Paris sous Henry 4e, le Parlement va en robes rouges aux Augustins.

Le jeudy 23. Temps pluvieux et grand vent. Le bruit a couru que Mr. le Garde des sceaux étoit surintendant des finances, soit par le titre, soit par les fonctions, parce que Mr. Orry, aujourd’huy controleur général, devoit aller travailler chez luy, il a esté receû ce matin à la Chambre des comptes à l’ordinaire, à ce que l’on m’a dit.

Le vendredy 24. Assés beau soleil mais grand vent. L’on parloit fort de ce qui s’est passé à Rome, avant et depuis l’ouverture du conclave, contre deux cardinaux à qui l’on avoit pillé les équipages et contre deux autres qui avoient fait distribuer de l’argent pour estre éleûs ; plusieurs barricades brisées, gens tuéz et d’autres bien blesséz, plusieurs personnes assassinéz dans la ville sans aucune police.

Le samedy 25, feste de l’Annonciation de la Ste Vierge. Beau temps et beau soleil. Mle Badoüets accouchée hier de deux filles. Un homme du faubourg St. Marceau a jetté sa femme par la fenestre.

Le dimanche de la Passion 26, Judica. Temps couvert et assés froid le matin et plus beau sur le midy et l’après-midy. Qu’il devoit y avoir ce jour une grande nouvelle que l’on disoit estre du papier nouveau mis dans le commerce et le public pour argent comptant, ce qu’il faut espérer qui ne sera point après les malheurs que l’on a veu.

Le lundy 27. Temps couvert comme hier et de la pluye de temps en temps avec du vent, cependant assés beau. Le bruit couroit hier dans le monde qu’il devoit y avoir aujourd’huy quelque chose au Parlement concernant les affaires du temps, mais il n’y a rien eu.

Le mardy 28. Temps couvert avec un peu de pluye et du vent. Mrs. les Gens du roy apportent au Parlement une déclaration du roy concernant la Constitution. Commissaires nomméz pour l’examiner.

Le mercredy 29. De la pluye le matin et beau temps l’après-midy. L’on parloit fort des affaires du temps et surtout de la déclaration. L’on a dit M. Le Peletier des Forts, cy-devant controlleur général, exilé à sa terre de St. Fargeau, et que Paris de Montmartel étoit rappellé pour travailler avec Mr Orry, aujourd’huy controlleur général des finances, et autres nouvelles.

Le jeudy 30. Temps pluvieux presque toute la journée avec un grand vent. Nouvelles que l’on rendoit les sceaux à M. le Chancelier[5], que M. le Garde des sceaux étoit premier ministre en second, M. le duc de Noailles étoit surintendant des finances, que M. d’Angervilliers n’étoit plus secrétaire d’Etat de la guerre, et bien d’autres choses pour Paris.

Le vendredy 31 mars. Grand vent et de la pluye la nuit ainsi que le matin, mais sur le midy moins de vent et assés beau temps. Toujours discours sur la Constitution et que le roy devoit venir au Parlement lundy prochain pour y tenir son lit de justice pour enregistrer sa déclaration.


[1] Semaine de pénitence qui marquait le passage des quatre saisons. On jeûnait le mardi, le vendredi et le samedi.

[2] Benoît XIII, pape de 1724 à 1730.

[3] Il faudrait vérifier qu’il s’agit bien du Conseil du roi, non de la séance du conseil du Parlement, ce qui, au reste, est tout de même fort peu probable dans le contexte.

[4] Se lit « Soucheran », mais l’imprimé de l’arrêt rendu le 11 mars, qui se trouve archivé plus loin (fol. 282 à 286) porte la mention du nom « Foucherand ». Il s’agissait de Barbe Françoise Digard des Melettes, veuve de Claude Ferdinand de Piquet de Molien, seigneur de Foucherand.

[5] Ce qui ne devra se faire qu’en 1737.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Mon « carnet » Delisle : son Journal pour l’année 1730 (II)

Suite du billet du 9 février 2010.

Fol. 75 : Journal.

« Décembre 1729

Le jeudy, premier jour de décembre 1729. St. Eloy, feste des gens de marteau. Bien du vin bu. Assés beau temps et soleil.

Le vendredy 2. Encore assés beau temps et soleil, mais plus froid. Que le feu d’artifice de Versailles doit estre tiré dimanche prochain. Tous les jours nouvelles histoires de Mr l’archevesque et sur les affaires du temps.

Samedy 3. Gelée blanche, beau temps et beau soleil. L’on disoit que la Reyne avoit parlé au Roy de ce qui se passoit à Paris sur les affaires du temps dont il n’étoit pas instruit au vray, et que les choses pourroient bien changer. L’on a mesme dit Mr le Premier Président et M. le procureur général mandéz à ce sujet. Ils sont partis ce matin pour Versailles.

Dimanche 4 décembre, 2e dimanche de l’Advent, Populus Sion1. Gelée blanche, brouillard et froid. Que la trève pour 14 années étoit signée entre la France et l’Espagne, l’Angleterre et la Hollande, et entre eux une ligue offensive et deffensive, et qu’un courier étoit allé la faire signer à l’Empereur.

Lundi 5. Encore brouillard et froid le matin et l’apresmidy de la pluye. L’on tire ce soir le grand feu d’artifice à Versailles.

Mardy 6. St. Nicolas. Le Parlement a vacqué à l’ordinaire. Grand vent et de la pluye toute la nuit ainsi que pendant toute la journée : la giröette de la tour de Montgommery2 tombée du grand vent, plusieurs cheminées dans les rues, quelque chose de la Chapelle-la-Reyne et en d’autres endroits. [en marge : mesme à l’hostel des Bouillon où tous le dessus de la salle du festin préparée dans le jardin pour le jour du feu sur l’eau, a esté enlevé par le grand vent et avec grand bruit, qui a fait grand peur aux petits Augustins.] Aucunes nouvelles de la Cour.

Le mercredy 7. Assés beau temps, mais un peu froid. L’on disoit que Mr le cardinal de Fleury quittoit le gouvernement, que l’on faisoit M. le comte de St. Florentin duc, Mr Le Peletier des Forts, contrôleur général, à sa place de secrétaire d’Etat, M. Hérault contrôleur général, et M. Roullier lieutenant de police au lieu de Mr. Hérault. Sur le soir de la pluye et toute la nuit.

Le jeudy 8, feste de la Conception de la Ste Vierge. Grand vent et vent extraordinaire toute le nuit comme avant-hier. Toute la charpente du feu qui se préparoit sur l’eau tombée. Le matin, le vent moins grand et assés beau soleil, cependant un peu de pluye l’apresmidy. Le Roy va à Marly pour 8 ou 10 jours. Aucunes nouvelles.

Le vendredy 9. La nuit encore du vent et de la pluye, pendant le jour assés beau soleil et beau temps pour la saison ; la rivière montée de 3 pieds en deux jours. Le Maréchal de Matignon…3

Le samedy 10. Temps bas et froid, avec un grand brouillard.

Le dimanche 11 décembre. 3e dimanche de l’Advent, Gaudete. De la pluye toute la nuit et une partie de la journée, cependant du soleil de temps en temps avec un assés beau temps ; la rivière fort haute.

Le lundy 12. Temps bas et encore de la pluye de temps en temps. Qu’hier dimanche, la Reyne avoit esté saignée et que l’on croyoit que c’étoit la rougeolle ou la petite vérolle. Anciennes nouvelles, le Roy toujours à Marly où il chassoit à son ordinaire.

Le mardy 13. Ste Luce. Du vent et de la pluye la nuit, le reste du jour beau temps et beau soleil. Beaucoup de maladies, de rhumes. Mr d’Antin saigné 4 fois pour un rhume et bien d’autres. Ma femme saignée pour la 3e fois d’un fort gros rhume qui lui dure depuis plus d’un mois, un peu soulagée, Dieu mercy. Depuis lundy, j’ay esté aussi enrumé avec un peu de fièvre, mais ce n’est rien, n’ayant pas eu de suite. Aucunes nouvelles.

Le mercredy 14, les 4 Temps [Quatre-Temps]4. Beau temps et beau soleil, le soir froid.

Le jeudy 15. Froid le matin ; sur le midy de la pluye et brouillard. Ma femme encore saignée pour la 4e ou la 5e fois ; rien de danger, Dieu mercy.

Le vendredy 16. Temps de brouillard et pluye. Ma femme mieux, mais toujours une toue qui fait tous son mal avec un peu d’opression. Madame la Présidente malade et Mr Gilbert, mais tous, Dieu mercy, sans danger, et moy guéry de mon rhume.

[f° 75 v°] Le samedy 17, des 4 Temps. Assés beau temps quoi qu’un grand vent la nuit et une partie du jour. L’on disoit que depuis quelques jours, le maître d’hôtel de M. l’archevesque, cherchant des écrevisses qui étoient rares ce jour-là, en avoit enfin trouvé, mais que la femme qui les lui avoit vendus 50 pour 50 escus, luy avoit dit qu’elles ne valoient que 20 francs, qu’elle prenoit et que le reste étoit pour les pauvres que son maître faisoit mourir de fain (sic). L’on disoit aussi que M. le cardinal de Fleury quitoit le ministère et que ce seroit M. le duc du Maine à sa place.

Le dimanche 18 décembre. 4e dimanche de l’Advent, Rorate. Grand vent et de la pluye de temps en temps. L’on a dit le mariage du jeune duc de La Force avec Mle de Noailles.

Le lundy 19. Beau temps et beau soleil. Mr l’archevesque de Paris receu au Parlement duc de St. Cloud, pair de France, a donné un grand disner à l’ordinaire. Ma femme a esté purgée, est beaucoup mieux.

Le mardy 20. Beau temps et encore beau soleil. Toujours beaucoup de rhumes, fièvres et maladies ; tout le Palais enrumé. La rivière fort haute. L’on recommence à travailler au feu sur l’eau.

Le mercredy 21, feste de St Thomas apostre. Grand vent et de la pluye presque toute la nuit et pendant la journée grand vent et assés beau soleil depuis le midy jusqu’au soir. Mr le Premier Président malade aussi du rhume, saigné ce matin et encore ce soir, à ce que l’on disoit, mais étant mieux ne l’a point esté. Mr le Procureur général aussi malade du rhume et plusieurs de Messieurs.

Le jeudy 22. Gelée blanche, mais beau temps et beau soleil.

Le vendredy 23. Grand brouillard et froid. Mr de Tournelly, l’un des chanoines de la Ste Chapelle et très zélé partisan de la Constitution, fort malade, a receu tous ces (sic) sacremens, 78 ans.

Le samedy 24, veille de Noël. Jeusne. Brouillard le matin et assés beau temps l’apresmidy, mais froid. Aucunes nouvelles.

Le dimanche 25, feste de Noël. Brouillard et froid noir. L’on disoit qu’hyer Mr l’archevesque, venant au chœur pour y officier à vespres, une femme, étant dans l’église, s’avança dans la ? [pré ?] pour le voir et qu’elle dit tout haut : « il n’est pas trop changé malgré les ennemis qu’il a », ce qui fit rire bien des gens.

Le lundy 26, feste de St. Estienne. Gelée blanche et brouillard froid, cependant assés beau soleil pendant la journée. Mort de M. l’abbé Tournelly, chanoine de la Ste Chapelle et grand [?] de la Constitution pour laquelle il avoit eu 3 bénéfices et deux pensions. Etant le dernier jour à la Sorbonne et voulant lire un cahier de sa composition touchant la Constitution, il perdit la veüe, tomba en apoplexie et en paralasie ; l’on le raporta chez luy où il est enfin mort cejourd’huy. Aucunes autres nouvelles.

Le mardy 27, feste de St Jean apostre et évangéliste. Forte gelée à glace, temps froid mais beau soleil pendant la journée.

Le mercredy 28, les Saints Innocens. Grand brouillard et froid pendant toute la journée. Que le jour de Noël, M. l’abbé Lorenchet, conseiller clerc en la cour et chanoine de Notre-Dame, s’étoit trouvé très mal à vespres comme espèce d’apoplexie, étoit beaucoup mieux. Toujours rhumes et fièvres.
Le jeudy 29. Brouillard et mesme de la pluye presque toute la journée. Mr l’abbé Pucelle se trouve mal à la Grand Chambre, mais ce n’est rien, Dieu mercy ; on l’a remené chez luy. Mr le Maréchal d’Huxelles se retire du Conseil du Roy, la place remplie par Mr. d’Angervilliers et celle de M. le Maréchal de Tallard par M. Le Peletier des Forts, contrôleur général. Aucunes autres nouvelles.

Le vendredy 30. Temps plus doux et beau soleil. Mort d’un chanoine de Notre-Dame, et de l’abbé Laurens, l’un des chappelains ; je l’ai veu enfant de chœur à la Ste Chappelle, belle voix.

Le samedy 31 et dernier décembre. Mort de l’abbé de Thésu depuis peu de jours, laisse 24 abbayes, plus de 700 mil livres tant en argent, vaisselle, meubles et bijoux ; fait Mr d’Aguesseau de Fresne, fils de M. le Chancelier, son légataire universel. Temps bas et doux.

Fol. 76 : petit billet imprimé : « Mr. Chauvelin Conseiller au Parlement, est venu pour avoir l’honneur de voir Monsieur, et le prier d’être favorable à l’enregistrement des Lettres de Provisions, pour la Charge d’Avocat General, qu’il a plû au Roy de lui accorder ». Plus bas, à la plume : « Cela est mal, c’est pour ses lettres de dispense ». Puis : « receu le 3 décembre 1729 ».

Fol. 77 : « Contre un Bref du Pape qui casse un mandement de M. l’evesque d’Auxerre.

Chambres assemblées. Dispences pour Mr Chauvelin estre recû advocat général concernant renvoy des procès d’un Parlement dans un autre. 5 remissionnaires.

Du jeudy premier jour de décembre 1729. Du matin

Ce jour à la levée de la petite audience, Mr René Pucelle, conseiller, a dit qu’il lui avoit esté remis hier au soir un Bref du Pape… [affaires jansénistes] … en suivant l’exemple de ce qui avoit esté fait par la cour et par plusieurs autres Parlements… et après une petite discution sur ce Bref et ce qui se passoit à ce sujet que l’on ne pouvoit taire comme chose très importante au bien de l’Eglise et de la Religion, à l’authorité du Roy, aux règles de nos libertéz, à l’honneur et à la dignité de la compagnie, d’un commun vœu les gens du Roy aiant esté mandéz, Monsieur le Premier président leur a dit…

[v°] Après quoy Monsieur le Premier président a dit à la compagnie que Monsieur le Chancelier, pour parvenir à un règlement touchant les procèz renvoyéz d’un Parlement dans un autre, ce qui estoit assés fréquent, et souvent contre le bien de la justice, après luy avoir fait l’honneur de luy en parler, luy avoit envoyé un mémoire à ce sujet dans lequel il y avoit plusieurs propositions ou articles de ce qui pouvoit estre fait et résolu tant pour le bien des parties que pour l’ordre de la justice ; qu’il prenoit la précaution avant de former ce règlement de demander l’advis de la compagnie sur ces articles afin de se conformer au plus grand nombre de sentimens dont il feroit toujours un grand cas ; que cet advis de la compagnie ne pouvant estre donné que par un nombre de députéz de chaque chambre qui pourroient s’assembler, il croyoit qu’un de Mrs de chacune des chambres et quatre de Mrs de la Grand chambre avec les gens du Roy suffiroit, la chose pressant, mais que ce qui pouroit retarder seroit que chaque député de chaque chambre voudroit en rendre compte à sa chambre avant que de donner son sentiment. Et sur ce que plusieurs de Mrs ont dit que Mrs des chambres n’estoient encore revenûs et rentréz en leurs chambres, il n’y a eû rien de délibéré et remis à le faire lorsque Mrs seront en plus grand nombre.

Messieurs ont ensuite esté à la beuvette et revenûs peu de temps après pour la grande audience, elle a esté tenüe jusqu’à 10 heures sonnées. Lecture a d’abord esté faite de lettres de remission pour cinq rémissionnaires, ensuite deux licentiéz présentéz au serment d’advocat, et la cause du rolle continuée.

Et la cour s’est levée. »

Fol. 78 : blanc.

Fol. 79 même séance du jeudy 1er décembre 1729, dans une version un peu différente, avec la mention : « copié sur la minute »5. Rien concernant la vie de la cour.

Fol. 81-90 : imprimés.

Fol. 91 : « Mr Chauvelin receû advocat général

M. Pereinc de Moras receû Me des requêtes, ses provisions sont de 1722.

Du samedy 3e décembre 1729. Du matin… Mr le Président de Maupeou luy aiant fait prester le serment accoutumé, lui a dit a peu près en ces termes, à ce que l’on m’a dit : …

Sur Perreinc de Moras, intéressant.

« Apres quoy la petite audience a esté tenüe jusqu’à 8 heures et demie passées, Mrs ont ensuite esté à la beuvette, et revenûs peu de temps après, l’audience sur placets a esté continuée jusqu’à dix heures sonnées que la cour s’est levée, et il n’y a point eu d’audience du rolle, la cause des procureurs desjà commencée n’ayant pû estre continuée par l’absence de Mr le Premier président et la maladie de Me Huart leur advocat qui avoit esté saigné hier après midy. »

fol. 92-93 : imprimé d’un jugement du lieutenant de police contre Scipion Toussaint, « nègre de nation » pour violence contre la garde de l’Opéra.

Fol. 94-95 : Journal du Parlement de Delisle. Manuscrit. « Arresté concernant le Bref du pape qui condamne le mandement de M. l’évesque d’Auxerre qui suprime la légende de Grégoire 7… 5 décembre 1729…

« Ce jour, sur les neuf heures, à la levée de la petite audience, Monsieur le Premier Président a fait récit à la cour, autant que je l’ai pu entendre, ce qui suit : …

… (v°) … « dont il a fait lectûre que je n’ai pas bien entendüe ». Très intéressant : sur les affaires jansénistes, sur conférence chez le cardinal de Fleury avec d’Aguesseau. Intéressant sur l’avis du président de Maupeou à faire des remontrances. Delisle donne le détail des avis des magistrats, soit à remontrance, soit à obéir. « Mr Pucelle a fait une assés longue discution sur ce que ce n’étoit point là des ordres du Roy dans les règles ordinaires pour que la compagnie les deûst recevoir et y avoir égard pour y obéir, qu’il les falloit par écrit et d’une autre manière … fol. 95 : que…6 que… Je n’ai point oüy son advis ».

fol. 96 : Journal du Parlement de Delisle. Manuscrit.  7 décembre.

Fol. 97 : idem. 9 décembre.

Fol. 98-101 : imprimés de sentences (jeu de Pharaon, altération de chandelles publiques).

  1. Premiers mots du texte latin de l’Introït de la messe []
  2. L’une des anciennes tours du Palais []
  3. mot illisible []
  4. Semaine de pénitence marquant le passage des quatre saisons; on jeûnait les mardi, vendredi et samedi de la semaine []
  5. La comparaison avec le récit qui précède est intéressante pour mesurer l’écart entre ce qui se disait effectivement au Parlement et ce qui en était conservé dans les registres []
  6. chaque conseiller donne son avis []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Mon « carnet » Delisle : son Journal pour l’année 1730 (I)

Dans la suite des billets d’août et septembre 2009, je reprends et poursuis la mise à disposition de mon carnet personnel d’analyse des recueils confectionnés par le commis greffier Jean-Gilbert Delisle, au service du greffier en chef civil du parlement de Paris dans la première moitié du XVIIIe siècle (cf. ci-contre, page « Greffe »). Le lecteur pourra mesurer l’intérêt extrême de ces papiers jusques-là sous-exploités dans les domaines de la météorologie et de l’histoire du climat, de la vie et du travail du Parlement, de l’histoire du jansénisme et de la « Constitution », c’est-à-dire de la bulle Unigenitus, enfin des faits divers. Ce qui suit (et suivra) concerne l’année judiciaire 1730, commençant, il faut le rappeler, à la Saint-Martin, c’est-à-dire au début du mois de novembre 1729. Continuer la lecture de Mon « carnet » Delisle : son Journal pour l’année 1730 (I)

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts