Archives par mot-clé : rites funéraires

Le Parlement et la mort des princes

Les feuillets « mémoriels » de Jean Gilbert de l’Isle dénotent, surtout dans les premières années, une étonnante « proximité » affective entre notre commis et la maison de France. Sa première « famille », si l’on en juge par le fait que ses toute premières notes insérées dans sa « Collection » ont pour sujet des naissances princières1, c’est bien celle de ses Rois ! Après la venue à la vie, c’est la mort, celle des princes2 qui seule mobilise sa plume de diariste. C’est ici la troisième insertion dans les volumes du Conseil secret du Parlement, d’une « chronique »  qui ne cessera de s’étoffer.

1709 – M. le prince de Conti est mort [U 350, fol 74-76]

Un étonnant témoignage de la verticalité de la société d’Ancien Régime et de la forme de la relation sociale, à l’intérieur de la noblesse, entre la Robe et l’Épée. Indépendamment de l’auréole que « le Grand Conti » s’acquit dans son engagement chrétien contre le Croissant, Jean Gilbert, sans doute, avait été particulièrement sensibilisé au destin de ce Prince du fait de son procès contre la duchesse de Nemours qui défraya la chronique judiciaire du Parlement dans les années 1694-1699 : il y avait défendu – en vain – ses droits sur la principauté de Neuchâtel.

« Cejourd’hui, vendredi vingt-deux février 1709, sur les huit heures du matin, est décédé François Louis de Bourbon, prince de Conti, prince du sang de France, à l’hôtel de Conti en cette ville de Paris, après avoir reçu les sacrements avec une piété aussi édifiante que l’avait été sa patience devant le cours d’une longue maladie, en sa quarante-cinquième année, étant né le 30 avril 1664. Il était second fils d’Armand de Bourbon, prince de Conti et d’Anne Marie Martinozzi, et petit-fils de Henri de Bourbon, prince de Condé. En 1672, après la mort de la Princesse, sa mère, le Roi le fit élever avec Louis Armand de Bourbon, prince de Conti, son frère aîné auprès de Monseigneur le Dauphin. Il a laissé de son mariage avec Marie-Thérèse de Bourbon, fille de Henri Jules de Bourbon, prince de Condé, Louis de Bourbon, comte de La Marche, et deux filles. Il avait fait avec le Prince son frère, la campagne de Hongrie en l’année 1683 et il s’était fort distingué à la bataille de Gran3, comme il avait fait ensuite en celles de Steinkerque et de Neerwinden4, et en plusieurs autres occasions où il avait donné des preuves de sa valeur et de son grand génie pour la guerre. Ce qui l’avait, avec toutes ses vertus, fait élever roi de Pologne en l’année [en blanc]5 et qui n’eut point son exécution y ayant des troubles dans le royaume. Son esprit aussi solide que cultivé par toute sorte de belles connaissances, sa bonté, son affabilité, [v°] et plusieurs autres grandes qualités le font généralement regretter.

Il fut vu le même jour sur son lit à visage découvert, ainsi que le lendemain. Le 24, il fut mis dans le cercueil et ensuite sur un lit de parade. Le même jour, le Roi prit le deuil en noir.

Le 25 et le 26, on accommoda les tentures et choses nécessaires pour la chapelle ardente où le corps fut mis le 27 au matin. La grande porte et toute la cour de hôtel étaient tendues de deuil, deux lais de velours noir dessus, avec des armoiries du défunt, et une plus grande sur la porte et à l’entrée de l’appartement, lequel était aussi tendu de deuil, de deux lais de velours et des armoiries. La chapelle ardente était la 3ème chambre de l’appartement d’en bas, sur le jardin, élevée sur une estrade de trois degrés et le collier de l’Ordre sur le corps, couvert d’un poêle de velours noir bordé d’hermines […].

[Fol. 75] Tout le reste du jour et les jours suivants, il y eut affluence de monde et on sortait par la porte de derrière, du jardin.

Le lendemain 28, le duc de Bourbon, le duc d’Enghien, princes du sang, le duc du Maine et le comte de Toulouse lui rendirent les mêmes devoirs, le matin.

Le même jour, sur les onze heures, le Parlement y fut par députés. Ils furent [v°] reçus à la descente de leurs carrosses par les officiers du défunt Prince et par le maître des cérémonies et son fils, aide, qui les conduisirent où était le corps. (J’ai ouï dire à gens qui y étaient que le roi d’armes ou l’un des hérauts disaient à haute-voix : ‘Monseigneur le Prince de Conti, voilà Messieurs du Parlement par députés qui viennent vous jeter de l’eau bénite’). Le De profundis fut chanté et tous Messieurs lui ayant jeté de l’eau bénite, ils furent reconduits comme ils avaient été reçus et revinrent chacun en leurs maisons. Les députés étaient Messieurs les présidents de la cour, six conseillers de la Grand-Chambre et quatre de chacune chambre des enquêtes et des requêtes du Palais, et Mrs les gens du Roi ayant tous leurs chapeaux ainsi qu’il est accoutumé allant par députés.

La Chambre des comptes, la Cour des aides et la Cour des monnaies y furent ensuite, et, l’après-dîner, l’Université et le Corps de Ville.

Le 1er mars (le cardinal de Noailles, accompagné des doyen et chanoines de l’église de Paris, y fut aussi en habit de chœur), les 2 (les Trésoriers de France y furent pareillement et les cordeliers et les Augustins), 3 et 4, il y eut toujours affluence de monde. Le mardi 5, les portes furent fermées. Le mercredi 6, sur les 9 heures du soir, le corps du défunt Prince fut porté à St-André, sa paroisse pour y être [fol. 76] enterré avec Madame sa mère, suivant son testament […] et toute la cérémonie fut assez simple.

[Fol. 80] Nota que ce fut M. le duc d’Enghien qui fut, hier, jeter de l’eau bénite au nom du Roi à M. le prince de Conti, suivant qu’il se pratique, avec les mêmes honneurs que si le Roi y était en personne (Tournez)…

[Fol. 82] Nota que le greffier de la Chambre des comptes vint peu de temps avant le départ de Messieurs, pour savoir si les parents recevaient les compagnies, comme il était marqué par les registres de la Chambre qu’il s’était pratiqué à défunt M. le prince de Condé en 1647 et 1594 au cardinal de Bourbon. Il lui fut répondu qu’il n’y en avait rien de marqué dans les registres de la cour, et qu’ainsi il était inutile de former ou faire une contestation ou innovation dans le moment que la compagnie allait partir.

Il n’y avait point d’huissiers ni le premier huissier, ni en allant point quand Messieurs vont par députés.

M. Dongois, secrétaire de la cour, y fut, sans prendre rang et seulement pour accompagner et faire plaisir à M. le Premier président.

Les parents n’ont pas reçu les compagnies6.

[Fol. 93] Du mercredi 6 mars 1709

Ce jour, Monsieur le Premier président a dit qu’hier, il était venu chez lui un gentilhomme de la part de Monsieur le prince de Condé et un de celle de Monsieur le duc de Bourbon, son fils, le prier de remercier en leur nom la compagnie de la peine qu’elle avait prise d’aller jeter de l’eau bénite à feu Monsieur le prince de Conti et de l’assurer qu’ils étaient très sensibles à cet honneur et qu’ils en étaient très redevables et très reconnaissants envers la compagnie.

  1. Cf. Un Gilbert méconnu, à paraître []
  2. A cette date, on ne sait jamais RIEN, à travers ses écrits, des décès survenus dans sa famille propre. Il faudra attendre la mort de ses filles, à la fin des années 1730 pour voir sous la plume du sieur de L’Isle la première mention d’un décès véritablement familial, au sens actuel du terme []
  3. Participation non officielle de Français, côté chrétien, à la ‘Grande guerre turque’ ou Guerre de la Sainte Ligue (1684) à la défense de Vienne assiégée par les Turcs. Menée par le Saint Empire (Habsbourg et alliés, dont la Pologne) contre l’Empire ottoman (Mehmed IV), la guerre se déroula essentiellement en Hongrie (1685-1699) En 1683 (1685, selon les autres), les Turcs sont défaits à la bataille de Gran (en allemand), aujourd’hui Esztergom, sur les bords du Danube. []
  4. Victoires célèbres sur la Ligue d’Augsbourg, respectivement le 3 août 1692 et le 29 juillet 1693. Le courage du Prince qui eut, à la première, deux chevaux tués sous lui et reçut, à la seconde, un coup de sabre à la cuisse avant de tuer son adversaire, était célébré dans la France entière. []
  5. En 1697, à la mort de Jean III Sobieski (1629-1696), héros de la guerre contre les Turcs. []
  6. Suit, fol. 83, le récit officiel de la délégation à l’hôtel de Conti, avec en apostille « copié sur la minute », le tout de la main de Jean Gilbert. []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts