Archives par mot-clé : Delisle

Delisle : suite et fin de son journal pour l’année 1725 (V)

La fin de ce volume est particulièrement remarquable, par son pittoresque sans doute, mais surtout par l’habitude que prend alors Delisle, à la fin de l’année judiciaire, de procéder, mois par mois, à une sorte de récapitulatif. Sa méthode se retrouve dans les volumes des années suivantes.

fol. 504 : « Toujours le pain cher. Cependant un peu diminué. Nouvelles que le lieutenant de police de cette ville et le prévost des marchands sont révoquéz et d’autre nomméz en leur place.

Le samedy 25 aoust 1725. Feste de St. Louis roy de France et jour de marché. Le pain plus abondant que le marché précédent, cependant encore cher et valant 6s et 6s et demy le pain bis blanc, mais sur la fin du marché, il a un peu diminué à 5s et 5s et demy ainsi que le pain bis, ce qui donne toute espérance qu’il diminuera encore au premier jour de marché, les premiers magistrats s’estans depuis plusieurs jours assembléz à cet effet chez Mr le Premier Président et souvent jusqu’à plus de 10 heures du soir. Continuer la lecture de Delisle : suite et fin de son journal pour l’année 1725 (V)

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Jean-Gilbert Delisle : son journal pour 1725 (IV)

La suite contient des éléments très intéressants sur le climat parisien à l’occasion du renchérissement des blés, d’une part, et sur la préparation du mariage de Louis XV, d’autre part :

fol. 384-409 : séances, arrêts et imprimés. Dont fol. 392 : cause de Mlle de Choiseul ; fol. 395 : descente de la chasse de Sainte Geneviève.

fol. 410 : « 1er juillet 1725.

Arrivée de la Reyne d’Espagne à Vincennes où elle doit faire sa demeure… » (une petite page de « journal »).

fol. 411-412 : arrêt imprimé.

fol. 413 : « 31 juillet 1725.

« Concernant le lit de justice tenu le 8 juin dernier qui n’a esté donné que cejourdhyt 31 juillet 1725 au public… (« journal »). « Na que la minute du lit de justice, qui avoit esté mise au net chez M. Ysabeau l’un des principaux commis au greffe pour estre signée, ne l’a point esté, et qu’elle a esté changée et refaite à chantilly chez M. le Duc ou chez M. le Garde des Sceaux qui l’a signée ainsi qu’il est marqué dans l’imprimé ».

fol. 414 : « 2 aoust 1725.

« En la Tournelle,

Le jeudy 2e aoust 1725, le sr de La Barre, lieutenant du prévost de l’Isle de France, sa femme fort jolie, et autres accuséz, prisonniers depuis plus [surchargé : près ?] d’un an pour raison de la suite de l’affaire de M. Le Blanc et de plusieurs assassins et gens pendus dans differentes maisons et surtout dans celle dud. sr de La Barre, tous jugéz et renvoyéz de l’accusation, et par conséquent mis hors des prisons de la conciergerie, sur quoy plusieurs personnes disoient que ce procès criminel ne feroit pas d’honneur à M. le Procureur général.

La charge dud. sr de La Barre étoit exercée + [en marge : pendant ce temps là] par le sr Collart qui étoit cy devant huissier du Parlement dans laquelle il va rentrer. » Continuer la lecture de Jean-Gilbert Delisle : son journal pour 1725 (IV)

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Toujours Delisle : son journal pour l’année 1725 (suite III)

Pour mémoire : l’extrait ci-dessous est la suite du « journal » rédigé par le commis-greffier Jean Gilbert Delisle. Le texte a été saisi et établi ce façon qu’il soit facilement accessible (restitution de la ponctuation, des accents, des majuscules…), mais les mises en forme doivent encore être harmonisées. Cf. les billets du 31 août et du 9 septembre 2009. 

fol. 300-301 : imprimé.

fol. 302-303 (blanc) : « Lettre de cachet du Roy pour venir au Parlement tenir son lit de justice… »

fol. 304-307 : imprimés.

fol. 307 : « Cause de Mlle de Choiseul remise à la 8ne [huitaine]. Du mercredy 6e juin 1725. Ce jour la cause de la Damoiselle de Choiseul contre Mr de La Vallière, qui devoit estre plaidée ce matin, ne la point esté, le procès verbal ordonné estre fait du registre de l’accoucheuse par Mr Pucelle , conseiller commis, n’ayant pu estre encore achevé, et elle a esté remise à la 8ne, ce que le Premier Président a fait scavoir à M. le Prince de Conty qui devoit y assister ».

fol. 309-310 : imprimé.

fol. 311-367 : Lit de justice du 8 juin 1725 et arrêté qui a suivi. Manuscrits et imprimés des édits et déclarations.  Conséquences : fol. 366 : « Concernant la déclaration du Roy contre Mrs les coners des Enqtes et des Reqtes du palais.

« Le dimanche 10e juin 1725, Mr le Premier Président envoye chez Messieurs les anciens Présidens des chambres des Enquestes et des Requestes du Palais pour les prier de vouloir bien venir chez luy sur les 11 heures, ce qu’ils ont fait. C’estoit pour conférer avec eux sur la Déclaration du Roy registrée le jour du Lit de justice, qui exclut Mrs les Conseillers des Enquestes et des Requestes qui n’ont pas 10 années de réception des délibérations qui se feront en la Cour sur les Edits et Déclarations du Roy qui y seront envoyées. Continuer la lecture de Toujours Delisle : son journal pour l’année 1725 (suite III)

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Toujours Delisle : son journal en 1725 (II)

Suite du billet du 31 août 2009 :

fol. 147-148 : séances du 7, 9, 16, 21, 23 février 1725 concernant la cause de Mlle de Choiseul. « Na l’on ma dit qu’il y avoit eu 20 voix pour l’arrest et 7 à joindre conformément aux conclusions adjoutant differentes choses dans leurs advis dont un de Mrs à faire des deffenses à tous chirurgiens et accoucheurs de tenir de pareils registres » (148).

fol. 149 : 7 février 1725. Jean Bonain reçu greffier garde-sacs des Enquêtes et du dépôt civil du Parlement. Lettres de provision du 15 janvier 1725. « Par contrat passé devant Valet et son confrères, notaires à Paris, le 12 janvier 1725, dont ledit Valet a la minutte, led. Mr Jean Bonain a aquis de Mr Louis Jacques Landrin led. office aux honneurs, gages et émolumens y attribués sur la procuration ad resignandum d’Alexandre Guyot dernier pourvu dud. office auquel led. Landrin ne s’étoit pas fait recevoir pour par led. sr. Bonain jouir des émolumens à commencer du premier janvier mil sept cent vingtcinq. » Continuer la lecture de Toujours Delisle : son journal en 1725 (II)

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Toujours Delisle: son journal du Parlement en 1725 (I)

La collection « Conseil secret de Delisle » (voir sa présentation à la page Greffe) est tellement riche que son exploitation scientifique risque de prendre du temps, trop de temps. J’opte donc pour une mise à disposition provisoire, et progressive, de mes travaux d’analyse. Voici une première livraison.

Arch. nat. U 368

 

Nov 1724 à octobre 1725. Page d’en-tête habituelle : « De Lisle »

[591 fol. et feuillets insérés, foliotés par moi-même]

 

fol.1-7 : imprimé de la relation de la mort de Louis Ier d’Espagne.

fol. 8-9 : imprimé de la déclaration du 26 sept. 1724

fol. 10 : petit papier imprimé avec date à la main : 10 novembre 1724 : « Monsieur le President Portail est venu pour avoir l’honneur de voir Monsieur & le suplier d’être favorable à sa Reception en l’Estat & office de Premier President, indiquée à lundy prochain 13 Novembre 1724 ».

fol. 11-12 : imprimé d’un arrêt du Conseil (jansénisme). Continuer la lecture de Toujours Delisle: son journal du Parlement en 1725 (I)

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Entendre aussi résonner les rires du passé…

Le Parlement, à n’en pas douter, est une institution fort sérieuse. Pourtant nos dignes magistrats – tout comme les curés – ont pu y contracter quelques fous-rires mémorables. Rares sont les sources qui nous en donnent les échos. Sous la Fronde, le conseiller Jean Le Boindre, au vol de ses Débats du Parlement sous la Minorité de Louis XIV[1], surprend son lecteur par quelques anecdotes particulièrement burlesques, peu nombreuses, c’est vrai, mais qui nous font comme entendre le rire du passé. Aujourd’hui, je voudrai vous faire partager l’humour qui ressort du journal de Jean-Gilbert Delisle dont on ne finit pas de savourer les richesses. Voici la scène.

Dans les derniers jours d’août 1725, la magistrature parisienne au grand complet est invitée à venir à Fontainebleau faire ses compliments à la nouvelle reine[2] et féliciter le roi : Louis XV et Marie Leszczynska viennent de se marier. La France entière partage cette « fête de famille » et, tout le premier, notre secrétaire-commis au greffe du parlement de Paris[3]. A l’affût des nouvelles, il note ingénument dans son journal les mille et un bruits qui courent :

Arch. nat., U 368, fol. 552 : « Sire, etc… J’ay le compliment [du Premier président] au 28 novembre suivant, jour que le recit de la députation a esté fait. » [… ] Fol. 553 : « La Reyne est jolie sans estre belle, des traits qui plaisent après l’avoir un peu regardée, et très gracieuse de visage et de parolles, et qui fait tous les jours l’admiration de toute la Cour par sa piété et par toutes ses vertus. Dieu veüille qu’elle continüe de plus en plus et qu’elle inspire au Roy ces mesmes vertus et du soulagement pour son peuple qui en a grand besoin ». Fol. 554 : « Mr de Massol, advocat general de la chambre des Comptes, fit son compliment à Mme la Maréchale d’Estrées au lieu de la faire à la Reyne et quoy qu’on luy fist signe et qu’on luy dist que ce n’étoit point la Reyne, il continua, et ayant fini, la Reyne dit en riant à Mme la maréchalle d’Estrées : Madame, Votre Majesté me permet-elle de me lever et de m’en aller ?, ce qui l’a rejoüit (sic) fort et toute sa cour, et dont on a rit bien des fois depuis, et la Reyne la première. »

Pense-t-on parfois au rire des rois et des grands ?


[1] Edités par Orest et Patricia Ranum, avec une étude de Robert Descimon, pour le tome 1 (1648-1649), par Isabelle Storez-Brancourt, avec une table des magistrats pour le tome 2 (1650-1653), publiés par les Editions Honoré Champion-Slatkine, Paris-Genève, 1997 et 2002.

[2] « Mrs les deputez du Parlement au nombre de 50 comptant les Gens du Roy vont a Fontainebleau faire compliment au Roy et a la Reyne sur leur heureux mariage » (Arch.nat., U 368, fol. 552).

[3] « Le mercredy 29 aoust 1725, jour de marché […] Le Roy envoye au-devant de la Reyne pour luy faire avancer son voyage. Grande esperance et bonne augure de l’union et parfaite amitié par avance de leur heureux mariage » (ibid, fol. 510).

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts