Mon ‘carnet’ De L’Isle : les incendies de 1737

En marge de la prochaine publication par la Société d’Etude du Dix-huitième Siècle (SFEDS), que je remercie, d’une nouvelle livraison d’extraits des archives de Jean Gilbert, sieur de L’isle, dit « Delisle » ou « De L »Isle », ce carnet de recherche ouvre une page spéciale à Jean Gilbert. Pour rappel, et avec mes excuses pour le retard que j’ai  dû apporter à achever ce livre, l’ouvrage qui paraîtra à l’automne est intitulé :

Un Gilbert méconnu. Magistrature et quotidien du Parlement de Paris dans le premier XVIIIe siècle.

La page nouvellement créée, sous l’onglet « Gilbert-De-L’Isle », sera destinée à publier, ce qui ne peut l’être en version papier, en particulier, l’intégralité des index dont j’avais eu projet d’accompagner mon livre pour permettre une meilleure exploitation des richesses cachées de ce mémorialiste d’un genre exceptionnel. Par ailleurs, de très nombreux passages de ses notes journalières ou de ses « chroniques » périodiques n’ont pu trouver leur place dans la version papier. L’amateur pourra, sur ce site, découvrir ou redécouvrir les saveurs peu banales des archives de notre commis au greffe du Parlement de Paris. Manière de promouvoir un livre qui présente des pages choisies et qui n’est lui-même que l’une des étapes de la valorisation exhaustive d’une oeuvre hors du commun.

Contrairement à de précédents extraits, nous avons opté ici pour une transcription modernisée, qui ignore l’orthographe plus qu’aléatoire de l’original.

[Arch. nat., U 417]

Feu à l’hôtel-Dieu avec grand dommage et perte de beaucoup de personnes

Cejourd’hui, vendredi 2e août 1737, le feu a pris à l’Hôtel-Dieu dès hier au soir, 11 heures ou minuit. Les uns disent par la lingerie, les autres par la boulangerie. M. Hénin, conseiller en la cour, qui demeure dans le Cloître-Notre-Dame, s’en étant aperçu un des premiers, fit sonner le tocsin afin d’avoir du secours au plus tôt, ce qui fit en peu de temps amasser grand nombre de peuple qui a porté secours de toutes les manières, en abattant et jetant de l’eau partout où il était nécessaire de le faire. M. le Premier président en ayant été aussitôt averti, y est venu vers une heure du matin et y a donné ses ordres de son mieux jusqu’à plus de six heures, qu’il est revenu chez lui pour venir au Palais. M. le Procureur général, M. le Lieutenant général de police, M. le Prévôt des marchands et autres officiers y sont aussi venus et ont fait aussi de leur mieux. Mais l’on n’a pu empêcher le grand dommage et tous les malheurs qui y sont arrivés, y ayant eu la salle d’entrée toute brûlée et deux autres bien endommagées. C’était une chose pitoyable de voir enlever les pauvres malades et les transporter avec leurs lits dans l’église Notre-Dame dont on a fait ouvrir les portes, pour les mettre dans la nef, le long des piliers, au plus grand nombre que l’on a pu ; les autres aux Enfants-Trouvés et en d’autres endroits où l’on en a pu mettre. Et d’autres, ayant assez de force, s’en sont allés où ils ont pu pour se sauver. L’on a dit qu’il y a eu trois religieuses de tuées ou brûlées, plus de 40 soldats des gardes françaises tués (qui y travaillaient [à éteindre le feu]) par le plancher de l’une des salles qui est tombé tout à coup, d’autres blessés et estropiés et qu’une femme est accouchée dans l’église de Notre-Dame. C’était un triste spectacle à voir, et c’est une grande perte pour l’Hôtel-Dieu. Le feu n’était pas encore éteint l’après-midi. Sur le soir, les malades qui étaient dans Notre-Dame transportés à l’hôpital Saint-Louis, et ceux qui ont pu s’en retourner chez eux s’en sont allés. L’on ne sait point encore tous les malheurs qui y sont arrivés. Un capucin après y avoir beaucoup travaillé, y a été écrasé et beaucoup de gens estropiés et blessés.

Feu à la Chambre des comptes

Cejourd’hui, dimanche 27e jour d’octobre 1737. Sur les quatre heures du matin, le feu a pris à la Chambre des comptes sans que l’on ait pu savoir l’endroit par où il a pris, mais, apparemment, par les dessous, vers le milieu du grand et principal bâtiment qui commence par le grand escalier qui est dans la cour du Palais, qui monte au Grand et premier bureau, lesquels, par bonheur, ont été exceptés du feu.

Il y a toute apparence que le feu a couvé toute la nuit puisque dès les 11 heures du soir, l’on a vu une clarté assez grande du même côté où le feu a pris ; et l’on n’a eu véritablement du secours par le peuple et par les Pompes que sur les six heures et plus, ce qui a fait un grand embrasement du feu qui a été des plus grand que l’on ait vus aussi.

Tout le reste du bâtiment où étaient la chambre du conseil, d’autres chambres et bureaux, les Trésors des archives, les greffes et autres dépôts, qui vont jusque chez M. le Premier président où le gros mur du bâtiment fait la séparation, a été consommé entièrement par le feu, sans pouvoir donner de secours quoiqu’il y eût un nombre infini de peuple, d’officiers, de religieux, soldats et autres ouvriers pour tâcher d’empêcher un plus grand malheur pour le Palais. Et ce gros mur du bâtiment a pour ainsi dire sauvé le feu chez M. le Premier président, et par conséquent, au Palais, où je fus cependant à 7 heures du matin pour faire bien fermer la galerie des minutes, pour plus de sûreté, et au cabinet de M. Gilbert, d’où je retirai mes papiers et registres que je mis à la buvette, le vent étant extrêmement grand, et les marchands mêmes, des galeries, ôtant leurs marchandises de leurs boutiques par la cour Neuve, toutes les autres portes du Palais, ainsi que celles de la cour, étant fermées.

L’on a sauvé et emporté tout ce que l’on a pu de papiers et de registres que l’on a mis dans les maisons des chanoines, à la Trésorerie, à l’archevêché, chez M. de Nicolaÿ, premier président de la Chambre, et dans tous les endroits où l’on a pu en mettre quoiqu’il y en eût beaucoup de brûlés, de mouillés et de déchirés, et d’autres emportés par le vent jusque vers St. Eustache et dans tous les environs, même jusque hors de Paris. M. de Nicolaÿ, premier président de la Chambre des comptes, y arriva aussitôt qu’il eut appris ce malheur et y agit autant qu’on le pouvait faire, comme un simple particulier, et y eut deux de ses gens blessés, donnant des ordres partout quoiqu’il y eût du danger. Il portait lui-même des papiers et registres dans l’église St-Michel, et en envoyait à la Place Royale dans des charrettes et en grande quantité, sur lesquelles l’on mettait des tentes, et des archers pour les garder.

M. Hérault, lieutenant de police, et les commissaires et autres officiers de police qui s’y étaient aussi rendus, ainsi que M. le Prévôt des marchands, y donnèrent encore de bons ordres. M. le Premier président, qui était à Madrid[1], y arriva aussi sur les 8 heures du matin, et M. le Procureur général l’après-midi. L’on peut dire avec justice que tous ces magistrats s’y sont employés en tout ce qu’ils ont pu faire pour éviter bien des accidents et les malheurs qui auraient pu arriver pour le Palais. M. le Premier président de la Chambre a eu une attention particulière à faire donner du pain et du vin, avec du fromage, que l’on prenait chez les boulangers et épiciers [v°] à tous les soldats des gardes, suisses et archers, ouvriers et autres qui travaillaient, même des cervelas, et autres choses ; et de la viande rôtie, aux officiers et autres personnes de distinction ; et M. le Premier président du Parlement dans la cour duquel étaient toutes les gardes et grand nombre d’ouvriers, a fait aussi distribuer de son côté du pain et du vin avec tout ce que l’on a pu avoir.

Nota que le frère Eustache, capucin, et un religieux carmes y ont fait merveilles, et s’y sont fort exposés.

Les pompes et les seaux de la ville y étaient en grand nombre et bien servis par tous les bons ordres qu’il y avait, y ayant une pompe dans la rivière du côté du quai des orfèvres et l’autre sur le quai des Morfondus, qui fournissaient beaucoup d’eau chez M. le Premier président où l’on pompait, dans son réservoir, la fontaine du Palais et les puits qui en fournissaient dans la cour du Palais pour les seaux de la ville.

Le feu a ainsi brûlé ainsi tout le jour et la nuit, quoique sur le soir, il fût survenu une fort grosse pluie. Et même quelques-uns de nos principaux magistrats y ont passé la nuit, pendant laquelle, par de bons ordres, un grand nombre de lampions et de flambeaux faisaient une grande clarté pour tous ceux qui travaillaient, et partout, ce qui faisait comme une fête de réjouissances.

L’on craignait fort pour les caves où il y a plus de 200 voies de bois[2], sans le cotteret [sic][3] et le fagot, mais elles sont sous un autre bâtiment assez proche qui donne sur la rue, qui n’a point, grâces à Dieu, été endommagé. Mais par malheur, il y a eu plusieurs personnes qui y ont péri par le feu, et d’autres blessés (qui ont été portés à l’Hôtel-Dieu où M. le Premier président a été donner ordre pour en avoir grand soin), dont on ne sait pas le nombre, le feu étant un des plus grands et des plus à craindre que l’on ait vu.

Nota qu’il y est venu 6 jésuites qui ont aussi travaillé au feu comme les autres religieux, mais qu’il ne s’en est trouvé ensuite que 5, sans que l’on ait pu savoir ce qu’est devenu le 6e ; ce qu’ils vinrent dire à M. le Premier président, à quoi leur fut dit que le 6e se retrouverait et qu’il n’y avait rien à craindre pour les jésuites.

Le lendemain, lundi 28. Fête de saint Simon et saint Jude. Le feu a continué dans les bas du grand bâtiment qui était tout consommé, et les pompes et les seaux de la ville ont toujours été bien servis par les ordres des principaux magistrats qui n’ont point encore quitté de toute la journée. Et toujours la cour du Palais fermée et gardée à toutes les portes ainsi que chez M. le Premier président, pour la garde et conservation des registres et papiers que l’on tirait encore du feu et que l’on mettait encore en sûreté où l’on pouvait, ainsi que l’on avait fait le jour d’hier. Ces parchemins et titres regardant le Roi pour les Domaines et droits de la Couronne, et les provinces du royaume pour les fois et hommages et autres droits des particuliers.

Le mardi 29, au matin, je suis enfin parvenu, sur les neuf heures, à entrer chez M. le Premier président d’où l’on voyait tous les débris du feu, où étaient encore M. le Procureur général, M. le Prévôt des marchands, M. le Lieutenant criminel et autres magistrats, et plusieurs officiers de la Chambre des comptes qui donnaient des ordres au feu qui n’était pas encore tout à fait éteint, et d’où l’on retirait encore des registres [fol. suivant] ou parchemins, les uns entiers et les autres presque brûlés et mouillés, dont j’en regardai plusieurs, ce qui était bien pitoyable et fâcheux, et me fit une grande peine à les voir ainsi en cet état. J’eus l’honneur de voir et causer assez longuement avec ces Messieurs, et qui y avaient toujours été présents pendant ces trois jours, à donner des ordres, M. le Premier président étant allé se reposer d’une si longue fatigue, le feu paraissant bien diminué et presque comme éteint en plusieurs endroits, les pompes allant cependant toujours où l’on voyait le moindre feu, mais tous ces Messieurs étaient bien plus tranquilles, voyant le feu bien apaisé, ce qui n’a fini, cependant, qu’au soir et même la nuit.

Le mercredi 30. Le feu tout à fait éteint. J’allais encore chez M. le Premier président que j’eus l’honneur de voir, mais bien tranquille et bien gai, aussi bien que M. le Procureur général, M. le Prévôt des marchands et les autres magistrats qui les accompagnaient, voyant absolument le feu cessé. Aussi a-t-on commencé, dès le matin, à travailler aux décombrements du feu auxquels un grand nombre d’ouvriers et autres personnes ont été employés sous de bons ordres ; et tous les parchemins qui s’y sont trouvés, en ont été séparés et portés avec toute sûreté avec les autres dans les maisons des chanoines et autres endroits (même aux Grands-Augustins, dans un grand nombre de charrettes escortées par des officiers et archers), tous lesquels l’on transportait aussi, en même temps, avec des charrettes dans différents endroits pour leur sûreté. Il y avait toujours néanmoins plusieurs pompes toutes prêtes pour le feu qui pourrait se trouver sous ces décombrements. Comme toutes les portes du Palais et de la cour demeuraient toujours fermées, les marchandes du Palais vinrent le matin, chez M. le Premier président, le supplier de vouloir bien leur permettre qu’ils pussent aller à leurs boutiques, en donnant ordre qu’elles pussent entrer au Palais. Il les reçut très gracieusement et, sur le champ, donna ordre qu’elles eussent leur passage libre, mais seulement par la cour Neuve du Palais. À quoi j’eus l’honneur de lui dire qu’il venait de donner audience et juger, ce qui fit rire ces Messieurs.

M. le Premier président qui ne pouvait manger chez lui, par le grand embarras de soldats et de troupes qui y étaient toujours, avec ses cours pleines d’eau comme une rivière, a toujours mangé chez M. de Champigny, capitaine aux gardes, qui loge chez M. le Trésorier de la Sainte-Chapelle, son oncle, pendant ces 4 jours-ci, ainsi que M. le Procureur général et M. le Prévôt des marchands qui y ont été dîner plusieurs fois. Ces décombrements et le transport des registres et papiers dureront bien près de quinze jours, avec toujours les mêmes gardes pour la sûreté des officiers de la Chambre des comptes présents et un grand nombre d’ouvriers. M. le Premier président s’en est retourné sur le soir à Madrid pour s’y reposer, étant tout à fait hors d’inquiétude pour chez lui et pour le Palais.

Jeudi 31 et dernier jour d’octobre. Veille de la Toussaint. J’ai encore été chez M. le Premier président où M. le Procureur général est encore venu le matin, mais il y a demeuré peu de temps, voyant que toutes choses allaient bien et que l’on continuait ainsi les décombrements [sic]. M. le Lieutenant criminel et autres magistrats y étaient avec plusieurs de Messieurs de la Chambre des comptes. Toujours grand embarras chez M. le Premier président ainsi que dans la cour du palais dont toutes les portes sont encore fermées pour la sûreté des papiers et parchemins qui y sont encore, et pour ceux que l’on tire encore des décombrements.

Vendredi. Premier jour de novembre. Fête de tous les Saints.

Samedi 2. La mémoire des Trépassés.

Dimanche 3. St. Marcel. Et les jours suivants, l’on a continué à ôter les décombrements comme je l’ai marqué ci-dessus. Ce qui a duré jusqu’au cinquième de ce mois que les portes du Palais et de la cour ont enfin été libres.

Nota que le 3 mars 1682, il est marqué dans le registre de la Chambre des comptes, que le feu avait pris à la Chambre, mais qu’il n’y avait eu aucuns registres de brûlés.

Nota que depuis que le feu a cessé, l’on m’a dit que la veille que le feu a pris, qui était le samedi soir 26 du mois, le Suisse de M. le Premier président, faisant sa ronde à son ordinaire, avant de se coucher, a dit avoir entendu dans la Chambre des comptes plusieurs personnes qui s’y réjouissaient, et qu’apparemment, il y avait grande chère et grand feu, dont on ne peut savoir les suites fâcheuses et qui donnent à penser pour ce terrible accident.

Et l’on m’a dit aussi que plusieurs de Messieurs des Comptes, parlant au même Suisse comme si le feu avait pris par le côté de chez M. le Premier président, et que ce fût par sa faute, il leur avait dit en propres termes, et très hardiment, qu’ils n’y pensaient pas ! Qu’ils devaient de point faire de grand chère à leur chambre ni si grand feu, et mieux faire leur devoir, qu’ils lui parlaient en Suisses[4], mais que lui, il leur parlait français… Et autres pareils discours qui ne leur plurent pas, et se retirèrent.

 

[1] Le château de Madrid
[2] Une voie est ici une mesure de bois, équivalant à une demi-corde, soit la moitié d’environ quatre stères.
[3] Mot rare pour désigner un petit fagot de bois.
[4] En se moquant de l’accent des Suisses.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts