Parution

Parution
Association des Amis de Guy Augé

Le Régent, la Robe et le commis-greffier. Introduction à l’édition intégrale du Journal du Parlement de Pontoise, en 1720

La Légitimité, Hors-série n° 1, 2012, ISSN 0153-2243, Association des Amis de Guy Augé, La Croix d’Epine, 61170 Saint-Agnan-sur-Sarthe, 2013, 359 p.

Publication soutenue par le Labex COMOD (Université de Lyon) et par la Société Historique et Archéologique de Pontoise du Val d’Oise et du Vexin (SHAPVOV).

BdC  (pour commander l’ouvrage)

Il n’est plus question ici de présenter notre secrétaire-commis du greffe du Parlement de Paris : tout le monde le connaît de longue date. En 1720, notre commis eut seulement plus de temps que d’habitude à consacrer à son humeur écrivassière et à sa plume journalistique : le Parlement de Paris est puni. À Pontoise « il fait pénitence, je pense, de quelque gros péché ». Ainsi chantonnait-on sur le Pont-Neuf… pour commenter la nouvelle du moment : le Régent Philippe d’Orléans a relégué sa très noble cour de Parlement qui rechigne à entériner des déclarations, arrêts du Conseil et autres édits. Ces derniers tentent in extremis de conjurer les effets désastreux de la banqueroute du « Système » de l’Écossais John Law. Le journal du sieur de L’Isle retranscrit intégralement dans le présent ouvrage est le tableau vivant d’une crise plus que remarquable… doit-on dire préfigurative ? exemplaire ? Micro-histoire de cinq mois passionnants d’une grande histoire de la France…

Avec son titre à la manière de La Fontaine, l’ouvrage répond à tous les critères « scientifiques » d’un travail de recherche ; il est conforme, dans toutes les règles de l’art, aux normes universitaires et spécialisées de l’édition critique d’une source originale et autographe du XVIIIe siècle : le Journal rédigé par le commis-greffier Jean Gilbert de L’Isle en 1720, manuscrit très largement inédit[1], conservé aux Archives nationales sous la cote U 747. Le texte établi avec le plus grand soin, relu, révisé, est introduit longuement (61 p.), abondamment annoté. L’ouvrage est assorti d’un index des noms de personnes et des principaux lieux ; il s’achève par une note d’orientation en forme de réflexion sur les sources, leur maniement, leur accès et sur les instruments de recherche bibliographique.

Mais il est aussi un livre grand public, par son format (celui qui s’emporte dans le train, qui se glisse dans un sac), par son volume (avec ses 359 pages, ce n’est pas un pavé), par ses illustrations extraites des recueils et registres des Archives nationales. L’introduction se veut un tout, un essai historique et littéraire pour comprendre le contexte, pour donner envie de lire davantage, d’entrer dans le cœur de l’aventure. Car le sujet en vaut la peine : haut en couleur, pittoresque, tragique dans sa simplicité, mais irrésistiblement comique dans ses détails. Et la présentation du Journal a tout fait pour relever cet humour – inconscient (?) – de notre gratte-papier du Parlement de Paris.

L’originalité du Journal tient essentiellement à son auteur : si bas dans l’échelle sociale (petit clerc de bureau d’origine rurale), si élevé dans le paysage politique de l’époque (porté par sa profession – et sa fidélité – en un lieu stratégiquement si important des institutions de l’époque). Son actualité tient à la nature de la crise politique qui secoue la France de 1720. La « Régence » et le « Système » ont engendré une déstabilisation profonde de l’opinion. Le désarroi est financier et économique – c’est vrai, comme en d’autres temps – mais plus subtilement, il est politique : on doute de l’autorité du moment, de sa compétence, de son intégrité, de son sérieux ; la crise est morale et religieuse : débats et contradictions entourant les affaires de l’Église après la publication de la bulle Unigenitus qui condamne le « jansénisme », entremêlent le religieux et le politique, le « laïc » et le « clérical », le canonique et le judiciaire. Alors les regards se portent vers les élites, mais : « Mr le Régent vivoit toujours à son ordinaire, ainsi que Mrs les princes et les ducs et pairs, ces grands soutiens de l’Etat… » Et il y a beaucoup d’ironie dans le mot ! Tel événement « […] devroit bien faire rentrer ces princes en eux-mêmes pour mieux servir Dieu, le Roy et l’Etat dont un jour on leur reprochera qu’ils ont esté les premiers la cause de sa perte et de toute la misère que l’on voit aujourd’huy ». Prémonitoire ? Au fond, personne n’y comprend rien, ou pas grand-chose, à ces affaires de finances et aux enjeux économiques : déficit, économies, réduction de la dette, banque d’Etat, spéculation ou agiot, dévaluation… mais on voit : le chômage, la misère, l’inquiétude, l’insécurité croissante (ou que l’on croit telle…). Toute politique d’assainissement des finances fait mal, très mal. Plus facile de murmurer, et le peuple crie sa colère, ose engager des grandes « bagarres » dans Paris, s’aventure à lancer pierres et fruits pourris sur les carrosses des Grands, mais à l’époque encore, on en appelle… à Dieu et à sa divine Providence pour leur conversion.


[1] En livrant au public de courts extraits, à peine introduits, Léon Lecestre a ignoré son auteur d’abord, et la richesse de ce texte. De fait il a enterré la source pour près d’un siècle. Cf. Léon Lecestre, Journal du Parlement séant à Pontoise depuis le 21 Juillet 1720, extrait de l’Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France (1923), publié en 1924 sous le titre de Journal inédit du Parlement de Paris exilé à Pontoise (21 juillet-17 décembre 1720), 36 p.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts