Promotion du séminaire « Parlement(s) »

D’un démarrage parisien à son expansion en province

Le directeur, Pierre-François Moreau, et le conseil de l’UMR 5037, après évocation de la question en assemblée générale, et sur un projet concerté, ont validé la promotion  du séminaire « Parlement(s) et cours souveraines en France et en Europe, sous l’Ancien Régime » en « séminaire transversal » de l’UMR pour le cycle des deux années à venir. Pour autant, le séminaire ne largue pas complètement ses amarres parisiennes : il conserve des séances « mineures » et intercalaires, qui se tiendront à l’Université Panthéon-Assas (Paris II), en partenariat avec l’Institut d’Histoire du Droit dont le directeur, Olivier Descamps, a bien voulu renouveler l’accord amical avec nous.

Organisation et argumentaire

L’intitulé du séminaire est :

Parlement(s) et cours souveraines en France et en Europe, sous l’Ancien Régime.

Discours, pratiques judiciaires, sociabilité et théories politiques

Il est co-organisé par Isabelle Brancourt et Frédéric Gabriel, chargés de recherche CNRS à l’UMR 5037Il est possible de s’adresser à l’un ou à l’autre pour tout renseignement complémentaire ou pour toute proposition de communication pour l’année 2013-2014.

Ce séminaire est pensé en deux volets :

1) le séminaire commun de l’Institut d’histoire de la pensée classique (UMR 5037), avec quatre séances annuelles à Lyon, Clermont-Ferrand, Saint-Étienne ;

2) des séances complémentaires, qui se tiennent à Paris, en partenariat avec l’Institut d’Histoire du droit de Paris II.

Consacré à l’espace européen et à l’« Ancien Régime » au sens large, le séminaire est conçu dans le long terme. Il se fixe pour objectif de présenter les recherches actuelles sur le thème du « Parlement » élargi, en une perspective résolument interdisciplinaire, à toutes les grandes problématiques qui lui sont intimement liées : la centralisation du gouvernement, la souveraineté, l’« absolutisme » et sa remise en cause, le jeu des relations entre puissances spirituelle et temporelle dans l’évolution des conceptions et des institutions politiques. Il prendra également en compte le droit dans toute son ampleur, de l’écriture juridique jusqu’à la question de la politique des archives, en passant par les réflexions sur la magistrature. On s’intéressa aussi bien à la procédure qu’aux conceptions plus abstraites de la communauté politique.

Nous intègrerons à ces aspects traditionnels la dimension scripturaire et rhétorique de ces communautés que sont les Parlements : quelle est la part discursive dans la systématisation juridique ? Quels sont les outils qui se situent proprement à la croisée du rhétorique et du législatif ? La dimension d’énonciation du droit pourra être replacée au sein des réseaux ainsi créés entre éléments autonomes et hétéronomes, entre preuves internes et apports intégrés à nouveaux frais. Il s’agit, en somme, de ressaisir les juristes et leurs actions en société.

Son programme pour l’année 2012-2013

Samedi 24 novembre 2012, Saint-Étienne, 10h30-12h30 (salle R01-A de 10 h à 13 h, au rez-de-chaussée du numéro 10 de la rue Richard qui longe le Campus Tréfilerie) : Littérature et « philosophie » parlementaire. Frédéric Bidouze (Pau), « Hétérologie des pamphlets antiparlementaires de 1787 à 1790 : du beau mot de ‘Parlement’ à celui de gros mot » ; et Henri Duranton (Saint-Étienne), «Les Parlements sous le regard goguenard de la critique versifiée».

Samedi 15 décembre 2012, Lyon, ENS, 10h-13h (15 parvis René Descartes, salle R111) : L’historiographie face au défi de la technologie numérique, table ronde pour la présentation et le lancement de la base BibliParl. Présidence : Catherine Volpilhac (ENS Lyon) ; avec Peter Campbell (University of Sussex, Université de Versailles-Saint-Quentin), Julian Swann (Birkbeck College de Londres), Catherine Volpilhac, et Isabelle Brancourt.

Samedi 19 janvier 2013, Paris II, 10h30-12h30 (site Panthéon, salle des Commissions, 12 place du Panthéon, escalier F, 3e étage) : Éric Marquer (Paris I), « In former Parliaments there was noe true understanding betwixt my subjects and me : paroles d’autorité et paroles de vérité de Jacques Ier à Hobbes ».

Samedi 16 février 2013, Paris II, 10h30-12h30 (site Panthéon, salle des Commissions, 12 place du Panthéon, escalier F, 3e étage) : Arnaud Coulombel (Université de Chicago), «Claude Fauchet et la Cour des Monnaies ».

Samedi 16 mars 2013, Lyon, ENS, 10h30-16h00 (15 parvis René Descartes, salle R111) : Les choix et les prises de position de la magistrature parlementaire face à l’émergence de l’État. Avec : Marco Penzi (EHESS), « Louis Servin et l’Église de Rome, entre la Ligue et Venise » ; Sylvio De Franceschi (EPHE), « Gallicanisme et politique chez Louis Servin », Alberto Frigo (ENS de Lyon – Université de Caen) : « « Lier et délier » : l’analogie Église-parlement chez Pascal et Saint-Cyran ».

Samedi 6 avril 2013, Paris II, 10h30-12h30 (site Panthéon, salle des Commissions, 12 place du Panthéon, escalier F, 3e étage) : Fanny Cosandey (EHESS), « Le Parlement face aux conflits de préséances : politique et autodéfinition ».

Samedi 8 juin 2013, Clermont-Ferrand, 10h30-16h30 (lieu à préciser) : Port-Royal et le(s) Parlement(s). Intervenants : Francesco Di Donato (Naples), Nicolas Lyon-Caen (CNRS), Monique Cottret (Paris-Ouest), Pascal Bastien (Montréal), Alberto Frigo (ENS Lyon). Présidence : Dominique Descotes (Clermont-Ferrand). Répondant : Antony McKenna (Université Saint-Étienne).

Contacts : isabelle.brancourt@ens-lyon.fr ou frédéric.gabriel@gmail.com

 

Des nouvelles du libraire Hardy

Message de Sabine Juratic

Cher(-e)s collègues,

Nous avons le plaisir de vous informer de la publication, sous la  direction de Pascal Bastien, Sabine Juratic et Daniel Roche, du  troisième tome du journal du libraire parisien Siméon-Prosper Hardy,  Mes Loisirs, ou journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance, aux éditions Hermann dans la collection « République des Lettres ». L’ouvrage est précédé d’une introduction de Christophe Bosquillon  «La régénération impossible de la monarchie».
La parution de ce volume qui couvre les années 1773 et 1774, cruciales pour l’histoire politique française avec la mort de Louis XV et  l’accession au trône de son successeur, marque aussi une étape  importante pour l’entreprise d’édition du journal car elle donne accès  à une partie du document inédite à ce jour, l’ancienne édition de  Maurice Tourneux et Maurice Vitrac s’interrompant à l’année 1773.
À l’occasion de cette publication paraissent aussi de nouveau chez  Hermann les volumes I et II du journal.
Siméon Prosper Hardy, Mes Loisirs, ou Journal d’événemens tels qu’ils  parviennent à ma connoissance (1753-1789). Vol. I, 1753-1770, présentation de Daniel Roche et Pascal Bastien, Paris, Editions Hermann, 2012, 800 p. (ISBN 9782705683962).
Vol. II, 1771-1772, présentation de Nicolas Lyon-Caen, Paris, Editions  Hermann, 2012, 818 p (ISBN 9782705683979).
Vol. III, 1773-1774, présentation de Christophe Bosquillon. Paris,  Editions Hermann, 2012, 834 p. (ISBN 9782705683986).
http://www.editions-hermann.fr/catalogue.php?search=Hardy
Pour faciliter l’accès à ce texte foisonnant, la table des événements  relatés par Hardy et les index des noms de personnes et de lieux cités  sont mis en ligne au fur et à mesure de la parution des volumes et  librement accessibles sur le site  www.journaldehardy.org où l’on  trouvera aussi une présentation du projet et de l’équipe d’édition.

Sabine Juratic Chargée de recherche IHMC (CNRS-ENS) 45 rue d’Ulm 75005 Paris

International intérêt

Quand l’information nous vient… du Danemark :

http://medievalhistories.com/quills-of-clerks/

Une exposition remarquable met, en ce moment même, le Parlement médiéval en vedette : à Lille, du 1er au 26 octobre, à l’Espace Culture de l’Université de Lille 2, Droit et Santé :

« Plumes de greffiers : la Lettre et l’Image dans les archives du Parlement »

présente un vaste échantillon des reproductions d’images et de lettrines qui sont de la main des greffiers du XVème siècle. Sans doute cette exposition fait-elle une belle place à l’œuvre orginale de Clément de Fauquembergue ? Beau temps où les écritures n’étaient pas si nombreuses et si longues que l’on avait le temps d’enjoliver les registres ! Sur les quelque onze mille registres que conservent les Archives nationales, moins de 300 au civil, et quelques dizaines au criminel, concernent les XIVème et XVème siècle. Au XVIIIème siècle, les séries et sous-séries se sont multipliées, rendant compte de la complexité du fonctionnement de la cour, et ce sont environ cinquante registres qu’il faut remplir chaque année. A partir du XVIème siècle, donc, l’inflation de l’activité du Parlement, spécialement au civil, multiplie les registres à tel point que les commis « écrivains à la peau », comme l’on appelait ces bas officiers du greffe chargés de l’enregistrement sur parchemin des actes du Parlement, ne pouvaient plus guère se laisser aller à leur inspiration artistique.

Félicitations à Monique Morgat-Bonnet, à Ghislain Brunel, et à Louis de Carbonnières !

Des nouvelles de la Pré-Révolution au Parlement

Le Professeur Michel Bottin a eu l’amabilité de me signaler une récente publication qu’il a faite, des procès verbaux des assemblées des chambres du Parlement de Paris des mois d’avril et mai 1788. Vous trouverez l’explication de cette source et la transcription ici :

http://www.michel-bottin.com/article.php?article=277&page=1

 

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts