Re : Pasquier et son Parlement « mitoyen »

Un retour inattendu

Madame Arlette Jouanna, professeur émérite de l’Université de Montpellier III, dont les travaux sur la noblesse, sur le XVIème siècle, sur les Guerres de Religion, font l’unanimité de la communauté scientifique, a eu son attention attirée par le billet du 1er octobre 2010, sur Pasquier. Elle m’a fait part de son commentaire. Avec son autorisation expresse, je vous livre ses réflexions qui sont un complément indispensable en même temps qu’une importante rectification.

Un Parlement « mitoyen »

Madame Jouanna nous signale que l’expression de « Parlement mitoyen du roi et du Peuple » figure explicitement dans Le Pourparler du Prince, publié en 1560 avec le premier livre des Recherches, p. 103 dans l’édition donnée par Béatrice Sahyi-Périgot en 1995, chez Droz : “L’utilité d’un royaume d’avoir Parlement moitoyen entre le roy et le peuple”. Il s’agit, précise-t-elle, d’une manchette placée en marge d’un passage du discours du Politic.

Le passage du discours du Politic au regard duquel cette manchette figure expose l’histoire du président La Vacquerie, qui, au nom du Parlement, avait osé dire à Louis XI que lui et ses collègues préféraient la mort plutôt que de vérifier un édit injuste. Evidemment, le statut des manchettes est ambigu, poursuit Madame Jouanna ; il est difficile de savoir si elles sont de la main de Pasquier ou de l’éditeur de 1560. Néanmoins, cette manchette traduit bien, lui semble-t-il, la pensée de Pasquier, exprimée notamment par cette phrase bien connue des Recherches (livre II, chapitre VI, p. 361 du volume 1 de l’édition par Marie-Madeleine Fragonard et François Roudaut chez Champion, 1996): « Et encores chose pleine de merveille, que dès lors que quelque ordonnance a été publiée et vérifiée au parlement, soudain le peuple François y adhère sans murmure : comme si telle compagnie fust le lien qui nouäst l’obeyssance des sujets avec les commandemens de leur Prince.”

Nous avions conclu le billet en question sur l’indispensable retour aux sources. Madame Jouanna nous en donne, une fois de plus, une magistrale démonstration et nous l’en remercions.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Tout ce qui est « Archives » est nôtre

L’Institut International d’Histoire du Notariat organise avec les Archives nationales de France, à Paris, un colloque (13ème manifestation scientifique de l’Institut), intitulé :

« Nouveaux regards sur les archives notariales »

Cette journée de réflexion, du mardi 12 juin 2012, participe à la célébration du 80ème anniversaire de l’inauguration du Minutier central des notaires de Paris. Quand on sait l’importance des archives notariales pour une connaissance appronfondie de la magistrature, de son milieu, de son action, et même de ses choix, on comprend l’extrême proximité des archives notariales et de celles des Parlements de la France d’Ancien Régime : il n’est pas utile de la prouver, après les travaux de nombres d’historiens des Parlements de Paris et d’ailleurs, dont, entre beaucoup d’autres, François Bluche ou Robert Descimon. La difficulté du traitement de ce type d’archives nous ramène également au Parlement, par la nécessité d’enrichir toujours notre réflexion, et notre expérience, sur la méthode d’investigation scientifique dans ces fonds judiciaires et notariaux.

Pour information, voici le lieu :

Archives nationales, Hôtel de Soubise, Salon du Prince

60, rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris (Métro Hôtel de Ville ou Rambuteau)

et le programme :

Gnomon

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts