Du coup d’État : considérations lexicologiques et historiques

Une communication récente m’a fait, sur le thème du coup d’État, rouvrir le passionnant dossier de « l’État » : interrogation récurrente, depuis près de quarante ans, au sujet de sa définition, de sa généalogie et de ses origines, de sa naissance et de sa « modernité » congénitale, et donc de sa datation.

La concomitance entre le développement de l’État monarchique au XVIIe siècle et la rédaction du premier ouvrage de l’histoire consacré au « coup d’État », celui de Gabriel Naudé[1], ne me paraissait pas anodine. Au contraire cela méritait la recherche d’une éventuelle coïncidence avec l’usage de l’expression pour désigner un certain type d’événements politique dont la définition contemporaine, a priori, ne posait aucune difficulté : le coup d’État, dans l’esprit de tous, ne s’assimile-t-il pas à une prise de l’État par la force ?  à une action menée par un petit nombre en vue de la captation des organes centraux de l’État, de la main mise sur le cœur institutionnel d’un pays, aboutissant à un changement de régime politique ? Rapproché du « putsch », du « pronunciamiento », le « coup d’État » ne trouve en général ses applications qu’à l’époque contemporaine.

Le tour d’horizon que j’ai mené dans la bibliographie conduit, à l’évidence dans l’immense majorité des cas, à rattacher un tel type d’événement à l’histoire de l’Amérique du Sud, de l’Asie du Sud-Est, et surtout de l’Afrique contemporaines. L’application la plus traditionnelle et la plus ancienne de l’historiographie en langue française se rapporte aux événements post-révolutionnaires des « coups » de Fructidor an V et, plus fréquemment encore, du 18 Brumaire an VIII.

Cette première exploration me conduit également à la constatation de la pertinence de la recherche, car, si très peu de livres ont été consacrés au coup d’État en tant que phénomène politique spécifique, deux colloques relativement récents, l’un de 1993, l’autre de 2003, avaient tenté une précédente approche du sujet que je m’étais proposé de traiter : le premier, de Machiavel à la Révolution, sous l’angle d’une étude des complots et conspirations à l’époque moderne[2] ; le second, de Maupeou à De Gaulle, sous l’angle de la pertinence ou non de l’application de l’expression de « coup d’État » par opposition au terme de « révolution » à de grands événements qui ont marqué notre histoire contemporaine depuis la fin du XVIIIe siècle[3].

Mon point de vue à moi s’est donc délibérément écarté de ces chemins déjà battus par la recherche : partant de Naudé, dont il faut bien avouer que ses Considérations politiques ont été trop peu lues, et rarement analysées en détail, j’ai tenté d’élargir les sources d’une histoire de la notion de « coup d’État ».

Une première démarche, lexicographique, m’a menée, d’un dictionnaire à l’autre, à constater l’entrée du terme dans la langue « officielle » avec les travaux d’Antoine Furetière, qui, là encore, a « court-circuité » l’Académie française dont il venait d’être exclu pour concurrence déloyale… C’était donc en 1690. Première conclusion : non seulement le terme n’apparaît qu’avec l’entrée officielle du mot « État » sous sa définition politique moderne, mais il y apparaît en un sens tellement éloigné de notre acception contemporaine de l’expression de coup d’État que cela ne pouvait manquer de me conduire, hors des dictionnaires, à la recherche de son emploi dans la littérature moderne.

Une enquête passionnante bien qu’impossible, avouons-le, du moins de façon exhaustive. J’ai repris mes propres travaux, retrouvé des textes, élargi au théâtre de Corneille… J’ai mobilisé mes amis, et je remercie très vivement Pascal Bastien, Étienne De Sève, Julian Swann qui m’ont fait part du résultat, d’ailleurs négatif, de cette enquête dans les sources qu’ils ont maniées de façon si approfondie au sujet des crises entre les Parlements et la Monarchie au XVIIIe siècle. L’enquête reste ouverte et je suis toujours amateur de quelques nouveautés dans ce domaine. Avis aux lecteurs bienveillants et collaboratifs.

 Du résultat final, je ne vous dirai rien ici puisque je mets la dernière main à la rédaction de cet article qui sera proposé à une revue spécialisée. Ainsi va la recherche aujourd’hui…

 

[1] Considérations politiques sur les Coups d’État, rédigé et publié en douze exemplaires à Rome, en 1639, édité en France, en 1667, « sur la copie de Rome ».

[2] Complots et conjurations dans l’Europe moderne, Actes du cooloque de Rome des 30 sept.-2 oct. 1993, publiés sous la direction d’Yves-Marie Bercé et Elena Fasano Guarini, École française de Rome (n° 220), 1996.

[3] Coups d’État et révolutions, études réunies par Sarah Delos-Hourtoule et Emmanuel Cherrier, Presses Universitaires de Valenciennes, 2005.


Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts