Des nouvelles de mon « carnet » Delisle

L’amateur des potins du Parlement a dû, ces dernières semaines, se sentir frustré : interrompu au milieu de l’année 1730, mon ‘carnet’ Delisle est devenu muet pendant quelque temps. Qu’on se rassure : je ne l’ai pas abandonné, bien au contraire.

La raison de ce silence est tout simplement que je mettais toute mon énergie dans l’achèvement de la préparation de l’édition du Journal du parlement de Pontoise, de 1720. Annoncé dès le temps de mon étude des translations du parlement de Paris1 , cette édition – en partie réédition – d’une source méritait d’être réalisée dans toutes les règles de l’art : introduction, apparat critique, bibliographie, index. Je souhaitais en faire un véritable instrument d’accès aux registres du parlement de Paris, conservés dans la série X des Archives nationales : les notes nombreuses que j’ai pu apporter au texte, fournissent en particulier cette clef d’accès en démontrant l’utilité de cet écrit sans prétention, d’un commis greffier, pour lever en partie le voile sur les mécanismes de la procédure au Parlement, pour comprendre, en partie aussi, le travail des magistrats, et pour saisir ainsi, d’une « lucarne » inattendue, la vie judiciaire de la première cour de justice du royaume de France, au début du XVIIIe siècle.

J’ai donc passé de nombreuses heures au milieu des différents registres de la série X qui concernaient l’été 1720, du registre du conseil secret au plumitif du conseil de la Tournelle, en passant par le registre des Lettres patentes et ordonnances, etc. La confirmation est ainsi apportée de la très grande exactitude des faits rapportés par Delisle. Les différentes étapes de l’enregistrement des lettres patentes, par exemple, apparaissent dans toute leur précision ; du même coup, la procédure s’inscrit dans le temps tout aussi exactement. De la même manière, se déroule en toute clarté la marche d’un magistrat vers sa réception dans un office, conformément aux ordonnances, mais très souvent aussi par les exceptions qu’autorisaient des lettres de chancellerie. Le Journal de Pontoise, enfin, permet de mesurer, à travers le regard de notre « bonhomme », le retentissement de certains procès, civils, mais surtout criminels, dans l’opinion.

Tout cela, vous vous en doutez, prend beaucoup de temps. Mais le travail d’introduction que je croyais en grande partie déblayé par mes précédentes recherches, devait me réserver une véritable surprise, une « divine » surprise même : ce sera mon petit « Noël » de chercheur. Car, feuilletant, par acquis de conscience, l’index d’un ouvrage général sur la magistrature pour compléter une note sur le greffier en chef civil Roger François Gilbert de Voisins, je tombai sur une note, minuscule, Nième d’un propos qui, en vérité, n’avait pas grand rapport avec mon commis greffier, Jean Gilbert Delisle. Il y était question… d’un testament…, d’un legs d’archives…, et d’un greffier « Gilbert de Lisle », parent de notre greffier en chef civil ! Le ciel m’était tombé sur la tête : avais-je pu, des années durant, me tromper si lourdement sur l’identité de mon auteur ?

Le reste de ma découverte, d’un acte de mariage au registre des insinuations de la ville de Paris, des Archives de la ville de Paris à celles des Yvelines, sera… le clou de mon livre à venir. Désolée ! Je ne vous en dirai aujourd’hui que le fait le plus sensationnel : Delisle n’est pas « Delisle », mais, contrairement à ce que pensait notre grande autorité, il n’est cependant pas un Gilbert (de Voisins) ! Pendant deux siècles, l’historiographie a évoqué – discrètement, il est vrai – notre « Delisle » sans qu’on ne l’ait véritablement identifié. Et oui, c’est ainsi que l’histoirien progresse… en reconnaissant son erreur.

  1. HDR, en 2005 et publication en 2007. []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts