D’Aguesseau actualité

J’ai reçu hier l’hommage d’un tiré à part qu’il me faut d’urgence extraire des flots d’une production scientifique si vaste et inégale qu’il risquerait de s’y noyer dans une injuste indifférence. Extrait du Bulletin de la Société Historique de Meaux et sa Région[1], l’article de Maître Alain Durieux, ancien bâtonnier du barreau de Meaux, est intitulé : « Henri François d’Aguesseau en son château de Fresnes ». Loin d’une modeste contribution d’érudit local, ce texte que j’ai lu immédiatement, et méticuleusement, apporte une contribution remarquable à la science historique, tant par son esprit et par sa méthode, que par son contenu et par sa forme impeccable et classique. Croyez bien qu’il n’y a nulle flagornerie dans mon propos. L’histoire est faite de minuscules détails et l’esprit critique de l’auteur, qui n’est entaché ni de mépris ni de mesquines concurrences, permet des mises au point salutaires, des rectifications vraiment utiles, rompant ainsi des lignées historiographiques pour le plus grand bonheur de l’amoureux du vrai. Description architecturale du château de Fresnes acheté par le procureur général Henri-François d’Aguesseau en 1708 (le vrai, situé entre Claye et Meaux, et non celui de François d’O et des Hennequin à Ecquevilly …), environnement de la seigneurie (où le chancelier fut à deux reprises longuement relégué, et d’où vous expulserez un « canal de l’Ourcq » qui n’avait pas alors été creusé !), font l’objet d’une étude que j’ose dire définitive. L’auteur ne s’en tient pourtant pas à ce seul aspect : à partir de textes encore inexploités dans cet objectif, par exemple, les Mémoires et journal de l’abbé Ledieu, secrétaire de Bossuet, l’article dessine un portrait, non pas entièrement nouveau, mais du moins profondément renouvelé de notre grand chancelier. De plus, pour avoir utilisé, avec pertinence et sagacité, une autre source remarquable, Alain Durieux nous introduit dans la société de d’Aguesseau à Fresnes : les registres paroissiaux de Fresnes, déposés aux Archives départementales de Seine-et-Marne et mis à la disposition des lecteurs sur Internet, permettent, en effet, de connaître les habitants de Fresnes, les serviteurs des d’Aguesseau, les officiers de sa justice de seigneur[2] ; cuisinier, concierges, cocher prennent un nom et une épaisseur humaine ; la finesse de l’interprétation assure au lecteur la possibilité de connaître et de suivre les relations sociales, les fidélités, tissées par d’Aguesseau et autour de lui à la campagne. Dans le projet que je forme de reprendre entièrement mon travail publié en 1996, cet article trouvera une place d’honneur et m’ouvrira encore de nouvelles perspectives.


[1] Bulletin numéro 6, 2009, p. 97 à 132.

[2] Ce que ne m’avaient pas permis de faire mes recherches longues mais infructueuses de 1990-91, dans la série B, très mal classée et indexée à l’époque, des Archives départementales, à Melun.

Isabelle Brancourt

Agrégée d’Histoire (1986), docteur de l’Université de Lille (1992), HDR (2005).
Professeur dans l’enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l’Université d’Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd’hui à l’IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts