Mon « carnet » Delisle : son Journal pour l’année 1730 (IV)

Comme suite du billet du 16 avril dernier, nous donnons une nouvelle livraison de notre inénarrable commis greffier. Pour citer cet article, voir le chapeau dudit billet du 16 avril.

Fol. 133 : Journal de Delisle. « Année 1730. Janvier »

(v°) Le lundy 16. Grande gelée et froid, mais beau soleil depuis 10 heures jusques sur les 3 à 4 heures après-midy. L’on parloit de la guerre, l’Empereur ne voulant point entrer dans le traité, et que l’on fait défiler 25 mil hommes dans le Dauphiné sous les ordres de M. d’Asfeld. Le mardy 17, St. Antoine et St. Sulpice, notre patron. Feste à la parroisse. Forte gelée et froid, cependant beau soleil sur les 10 heures jusques sur les 4 heures après midy. L’on met de la glace dans les glacières du Roy aux Tuilleries. Grand concours de peuple à voir le feu.

Le mercredy 18. Encore forte gelée comme hier avec un beau soleil comme les jours précédens. Grands préparatifs dans les Petits Augustins pour le repas que donne (sic) les ambassadeurs d’Espagne dans l’hôtel de Bouillon, où l’on travaille depuis plus de quinze jours. Le feu d’artifice remis, à ce que l’on dit, pour jeudy prochain ou samedy suivant où l’on dit aussi que le roy et la reyne doivent venir incognito, ne ce pouvant plus tost quoiqu’il y ait un grand nombre d’ouvriers qui y travaillent.

Le vendredy 20. Toujours forte gelée et froid avec beau soleil. L’on a le grand repas pour mardy prochain et le feu pour mercredy. L’on y travaille à grande force malgré la rigueur de la saison et il y a tous les jours un grand concours de peuple à voir les préparatifs, soit aux Petis Augustins pour les aprêts du repas, à l’hôtel de Bouillon où il se doit donner, et le feu sur la rivière.

Le samedy 21, Ste. Agnès. Grande feste à St. Eustache. Continuation de forte gelée avec beau soleil le reste de la journée. Aucunes nouvelles sinon que Mr le duc de Lorraine devoit venir en France au 1er jour pour y faire au roy la foy et hommage à l’ordinaire pour le duché de Bar, mais qu’il viendroit incognito sous un autre titre.

Le dimanche 22, St. Vincent. Le vin monte au sarment. Encore forte gelée et très froid avec beau soleil pendant la journée. On disoit que la dernière de Mesdames avoit eu de la fièvre, mais que ce n’étoit rien, et que M. le Dauphin se portoit à merveille. Mrs les Gens du roy vont à Versailles ; sçavoir le sujet de ledit voyage ?

Le lundy 23. Temps de brouillard et froid. L’on disoit que M. l’Archevesque se ralantissoit de toutes ses poursuites contre les jansénistes, qu’il a mesme rendu les pouvoirs aux Pères de l’Oratoire et à un grand nombre de prestres des parroisses suivant les ordres secrets de la Cour qui craint fort d’aigrir l’esprit des peuples si cela continuoit. L’on parloit d’épigrame contre Mr l’évesque de Soissons pour son livre de Marie Alacoque qui se vendoit mesme dans de petites boëttes comme des jeux d’enfans.

Le mardy 24. Le matin brouillard et froid, sur les 10 heures assés beau soleil, et sur l’après-midy du brouillard. La grande feste et le feu d’artifice sur la rivière en face de l’hôtel de Bouillon tiré le soir pour la naissance de Monsieur le Dauphin, feste des plus belles que l’on ait encore veu.

Le mercredy 25. Forte gelée et vent froid avec un beau soleil. Aucunes nouvelles. Toujours que l’Empereur n’avoit point encore signé la trêve.

Le jeudy 26. Encore forte gelée et grand froid avec beau soleil.

Le vendredy 27. Encore forte gelée, grand brouillard et très froid, des glaces sur la rivière, sur le midy assés beau soleil. Que le roy étoit fort enrumé.

Le 28, St. Charlemagne. Le Parlement a vacqué à l’ordinaire. Encore de la gelée et brouillard, avec beau soleil le reste de la journée. L’on m’a dit qu’il y a aujourd’huy 8 jours, que l’abbé Regnault, l’un des grands vicaires de Mr. l’Archevesque avoit pris possession d’une prébande de la Ste. Chappelle qu’il luy avoit fait donner par la mort de l’abbé Tournelly, juré crieur.

Le dimanche 29. Temps plus doux, brouillard avec une espèce de dégel. Le duc de Lorraine, arrivé en cette ville sur le soir, loge au Palais-Royal.

Le lundy 30. Temps doux et continuation de dégel. Mle Pallu épouse Roullier, maistre des requestes. Mr. le Président Le Peletier fort malade.

Le mardy 31 et dernier jour de janvier. Temps bas et doux. Mort de Mr. Le Peletier cy-devant Premier Président. Mort subite de M. l’abbé Chevalier, chanoine de Notre-Dame. Il prit hier une foiblesse au Palais à Mr. Talon, advocat général, une autre chez luy et on le seigna.

Fol. 134-135 : listes imprimées des membres du Parlement, chambre par chambre (sans les Requêtes du Palais).

Fol. 136 : dénombrement imprimé de toutes les personnes qui « demeurent et couchent dans l’ancienne Cour du Palais » (intéressant).

Fol. 137 : Journal du Parlement. Manuscrit. 4 janvier 1730. Requête du Parquet (portée par Pierre Gilbert de Voisins) contre le sieur Audras le jeune, procureur en la cour, pour l’admonester et requérir éventuel suspension, en raison d’une publicité contrevenant aux règles de la communauté des procureurs :

« Le dit Audras le Jeune, procureur, oüy, a dit : Messieurs, j’avoue que je suis un étourdy et que j’ay eu tort de faire ce que j’ay fait, c’étoit sans conséquence n’ayant jamais eu intention de faire aucun tort aux procureurs mes confrères, et suplie très humblement la Cour, etc. A quoy les procureurs de communauté le plus ancien portant la parole, ont dit etc. et suplié la cour etc.

Monsieur le Premier président a pris les advis comme à la petite audience et prononcé l’arrest… enjoint audit Audras d’estre plus circonspect à l’avenir et de plus user de pareilles voyes sous plus grandes peines s’il y échet.

Et se sont tous retiréz. Les procureurs de communauté n’ont point esté contens et ont eû un pied de néz, croyant le faire interdire au moins pour un temps… »

Fol. 138 : Même séance « copié sur la minute ».

Fol. 139 : blanc.

Fol. 140 : billet imprimé de requête personnelle.

Fol. 141 : blanc.

Fol. 142 : Journal du Parlement. Séance du 7 janvier. « Ce jour au conseil et ensuite à la petite audience jusqu’à neuf heures passées. Après quoy Mrs ont esté à la beuvette et peu de temps après revenûs pour l’audience du rolle, elle a esté tenüe jusqu’à dix heures sonnées, à la quelle a esté plaidée une cause pour raison du mariage de Mr Huault de Bernay, conseiller lay en la cour, avec la fille du greffier de Rozay-en-Brie, avec laquelle il prétend n’estre point marié et auquel mariage la dame sa mère avoit formé opposition, qui a esté remise à la huitaine ; quelques personnes le disoient actuellement en prison. »

Enregistrement des lettres de dispense d’âge de Jean-Baptiste François Petit de Villeneuve, avocat, pour être reçu conseiller lay, Mr de Tournemont conseiller rapporteur.

Fol. 143-144 : imprimé.

Fol. 145 : Séance du 10 janvier 1730. « Arrest de règlement au sujet des prisonniers. Lettres de rémission luës en la Grand’chambre par l’un des principaux commis au civil pour l’absence de ceux du criminel ».

Fol. 146-151 : imprimés (arrêt de règlement sur les prisonniers ; ordonnance du roi concernant les mousses).

Fol.152 : Journal du Parlement. Manuscrit. Mort du doyen Gaspard Braier. Mr Nicolas Soullet, conseiller en la 5e, monté en la GC. Mr Gabriel de La Porte devient doyen.

Fol. 153 : Samedi 14 janvier. « Assemblée chez M. le Premier président sur le projet du règlement à faire pour exclure de la compagnie tous gens de finances et autres dont la conduite sera suspecte par eux ou leur famille ». Présents : le Premier président, le P. Le Peletier, le P. de Longueil, le P. de Lamoignon, les conseillers de Vienne et Lorenchet, «  je crois deux autres », un des conseillers de chaque chambre et les Gens du Roi. En fait renouvellement de l’exécution de règlement de 1648 et de 1659 « pour n’y recevoir doresnavant que des personnages nobles et vertueux non entachéz de finance et exempts de tous reproches dans leur conduite ainsi que celle de leur famille, le tout pour le bien et l’honneur de la justice et la dignité de la compagnie »… « Il m’a esté dit qu’un grand nombre de Mrs dans les chambres ne vouloient guères de règlement parce que cela empêcheroit la vente de leurs charges. L’on en verra la suite.

« Je crois qu’il a esté parlé d’autres affaires dans cette assemblée, soit affaires du temps ou autrement, mais je n’ai pu apprendre ce qui en est.

« C’est pour une jurisprudence nouvelle tant pour le Parlement que pour les juges du ressort, droits et fonctions des officiers. Il s’est fait beaucoup d’assemblées et conférences à ce sujet pour y parvenir le plutost que faire se pourra ».

fol. 154-155 : imprimé.

Fol. 156 : copie d’arrêt.

Fol. 157 : billet privé manuscrit.

Fol. 158 : Journal du Parlement. Manuscrit. Séance du 18 janvier.

« Après laquelle (audience du rôle), toutes les chambres aiant esté assemblées…, il a esté procédé à la réception de Me François Jean Baptiste Petit de Villeneuve, advocat en la cour, en un état et office de conseiller lay en icelle en la manière accoutumée. Il a fait son compliment à l’ordinaire et fort bien répondu aux argumens latins et françois que luy a fait Mr le Premier président et au contentement de tous Mrs. Qui ont dit Omnes pour la réception… Estoient à sa réception grand nombre de Mrs ses parens, entre autres, Mr l’évesque d’Avranches qui est Le Blanc, et deux dames. Est aussi parent de Mrs Gilbert de Voisins, Meliand et autres.

« Ensuite Mrs des chambres estans retiréz et la Grand chambre estant restée seule, a esté jugé le délibéré ordonné dans la cause des procureurs de communauté contre les héritiers de Mr. Favières ancien procureur sur la fin du mois de décembre dernier, ce qui a duré au raport de Mr de Vienne jusqu’à près de midy que la cour s’est levée ».

fol. 159 : « 18 janvier 1730. Nouvelle tapisserie [plus loin : « de fleurs de lys tout simplement »] au Parquet des huissiers enfin fini cejourd’huy… depuis plus de trois ans que les ouvriers ont commencé à y travailler ».

fol. 160. Journal du Parlement. Manuscrit. Séance du 19 janvier. Après le décès de Claude Jacques Poitevin de Villiers « arrivé ce jour sur les 4 à 5 heures du matin », montée de « Crestien François Gorge de Roize » de la 4e des Enquêtes en la Grand chambre, qui  a « assisté à une audience extraordinaire tenüe jusqu’à onze heures et demies passées, à laquelle a esté plaidée une cause pour les sr. et dame marquise de Bacqueville (pour cause de séparation).

Fol. 161 : Journal du Parlement. Manuscrit. Séance du 20 janvier. Cause contre Charron, procureur. « Luy enjoint de porter honneur et révérence à ses anciens… »

Fol. 162-163 : imprimé.

Fol. 179 : Journal de Delisle « Fevrier 1730.

« Mercredy premier jour de février 1730. Temps bas le matin et doux, un peu de pluye et du soleil le reste de la journée. L’on a dit que M. le Duc de Lorraine avoit fait au Roy la foy et hommage pour le duché de Bar avec les cérémonies ordinaires et accoutumées, et que les bénéfices estoient donnéz.

Le jeudy 2, feste de la Purification de la Ste Vierge ou de la Chandeleur. Temps bas le matin et sur les 10 heures beau soleil et beau temps le reste de la journée [en marge : jusqu’à 4 heures qu’il a tombé de la pluye.] Plusieurs seigneurs nomméz chevaliers de l’ordre dont Mr le prince de Tingry, de la maison de Luxembourg, est du nombre, à ce que l’on m’a dit.

Le vendredy 3. Temps bas et assés doux et sur les 11 heures beau soleil. Le Parlement va jetter de l’eau bénite à deffunt Mr Le Peletier cy devant Premier président et assiste à son service à St. Germain, sa parroisse. Mort de la duchesse Sforce, à la mort de laquelle l’on disoit  que le roy d’Espagne gagnoit 60 mil livres de pension qu’il luy faisoit. Le sr. Delachault aussi mort à deux heures de cette duchesse, je croy qu’il étoit ancien officier.

Le samedy 4. Temps bas et assés doux avec peu de soleil. Mort de Madame Dorat, l’une de nos voisines sur le quay. Aucunes nouvelles.

Le dimanche 5 février, le dimanche de la Septuagésime. Encore temps bas avec du brouillard et le soir de la pluye, et presque toute la nuit.

Le lundy 6. Temps bas et pluvieux. L’on disoit que les trois présidens de la première chambre des Enquestes alloient changer, sçavoir Mr Bochart de Sarron donnant sa charge à son fils et les 2 autres vendoient.

Le mardy 7. Temps bas et pluvieux comme hier. Que l’on attendoit toujours des nouvelles de l’Empereur qui n’avoit point encore signé la trêve et que, si sur la fin du mois il ne l’avoit signée, que les trouppes devoient marcher vers l’Italie ; que l’on devoit nommer des maréchaux de France.

Le mercredy 8. Temps bas avec un peu de soleil. Que Mr. le duc de Lorraine prenoit goust à la Cour de France où on luy donnoit tous les jours de nouveaux plaisirs et qu’il pouroit bien y rester le reste du carnaval.

Le jeudy 9. Temps doux avec un beau soleil ; il avoit pleû la nuit.

Le vendredy 10. Grand vent et froid, de la neige, de la gresle et assés beau soleil ; il avoit encore pleû pendant la nuit […][1] Le roy et la reyne à Ma[rly][2].

Le samedy 11. Temps plus doux et assés beau soleil. Mort de Mr de La Porte, doyen des conseillers du Parlement, et le soir de la pluye. Que le roy y devoit alller demain au soir coucher à St. Ouën près St. Denis en la maison de Mr le duc de Gesvres, et le lundy aller à St. Denis faire sa prière au tombeau du feu roy et de ses pères, ce qui n’est pas ordinaire.

Le dimanche 12, de la Sexagésime. Grand brouillard et froid.

Le lundy 13. Gelée et grand brouillard le matin et sur les 10 heures beau soleil et le reste de la journée. L’on a dit la grossesse de la reyne déclarée depuis 5 ou 6 jours, et qu’elle l’étoit du mois de décembre dernier ; Dieu le veuille et qu’elle nous donne encore un prince. Aucunes autres nouvelles.

Le mardy 14. Gelée et froid, encore du soleil et temps couvert l’après-midy.

Le mercredy 15. Gelée et froid avec un temps couvert. Hier soir, grande feste et bal à Bagnolet chez Me la duchesse d’Orléans pour M. le duc de Loraine [en marge : qui est parti aujourd’huy pour s’en retourner. Le roy lui a fait présent de son portrait enrichy des diamans, d’un (?) de mesme et d’une tenture. La tapisserie des plus belles et des plus magnifiques, le tout vallant bien 5 (?) mil escus[3].] L’on parle toujours des affaires du temps pour la Cour de Rome, et de la guerre en Italie contre l’Empereur qui n’a point encore signé le traité avec les autres testes couronnées. M. l’advocat général et M. le procureur général vont chez le chancelier pour les affaires de Rome.

Le jeudy gras 16. Temps assés beau et froid le matin, et couvert l’après-midy. L’on parloit toujours des affaires du temps et que le Parlement étoit excommunié par le bref[4] du Pape qui cassoit les arrests des Parlemens au sujet de la Légende de Grégoire 7. Grands bals et jeux à la Cour.

Le vendredy 17. Temps bas et assés doux. La cause des médecins contre les chirurgiens où Mr. Gilbert de Voisins a parlé ce jour pendant plus de deux heures et demie, appointée.

(v°) Le samedy 18. Temps doux et beau soleil toute la journée ; il avoit plu la nuit précédente. Toujours grands discours dans le monde au sujet des affaires du temps, soit des brefs du Pape contre les Parlemens et contre M. l’évesque d’Auxerre, soit contre M. l’Archevesque où l’on avoit mis des placards qui le menaçoient de brûler son archevesché s’il continuoit davantage à faire ce qu’il faisoit. L’on disoit mesme qu’il y avoit plusieurs parroisses où il ni (sic) auroit point de sermon et qu’au 1er mars prochain où les pouvoirs des prestres finissoient, l’on pourroit voir beau jeu.

Le dimanche gras 19, de la Quinquagésime. Grand brouillard et froid. L’on a dit que M. le Cardinal de Fleury, principal ministre, alloit passer le carnaval à Maisons chez M. le Président de Maisons où plusieurs ministres devoient aussi se trouver avec grande compagnie. Il avoit plu la nuit précédente et sur le soir et presque toute la nuit encore de la pluye.

Le lundy gras 20. Encore temps pluvieux et de la neige. Les masques de la rue St. Antoine mouilléz hier sur le soir. Aucunes nouvelles.

Le mardy gras 21. Encore brouillard et temps pluvieux, cependant l’après-midy assés beau temps et peu de masques et de folies dans les rues.

Le mercredy 22, les Cendres. Temps bas et froid le matin et sur le midy assés beau et du soleil . J’ay esté à Notre-Dame au sermon du Père Segault, jésuite, où M. l’Archevesque étoit ; il a fait son sermon sur la mort ; Dieu nous préserve de mort subite et impréveüe et nous donne son Paradis !

Le jeudy 23. Temps pluvieux et froid. Arrest rendu au Parlement contre un prétendu libelle adressé à M. l’archevesque de Paris par les fidelles de son diocèse auxquels son instruction pastorale étoit adressée. Autre arrest contre des brefs du Pape qui cassoient l’arrest du Parlement et le mandement de M. l’évesque d’Auxerre sur la Légende de Grégoire 7.

Le vendredy 24, feste de St. Mathias, apostre. Encore temps pluvieux et froid. La rivière fort grossie. Mort du Czar ou empereur de Moscovie dont on doit porter le deuil à la Cour pendant 6 sepmaines. Le bruit couroit que M. le Duc[5] étoit mort subitement à Chantilly, ce qui s’est trouvé faux. L’on parle de Marie  Alacoque[6] dans les nouvelles éclésiastiques.

Le samedy 25. Temps bas le matin et assés beau l’après-midy avec un beau soleil. Il a esté mis au carcan un particulier pour avoir fait entrer à Paris des impressions de lettres pastoralles de M. l’évesque de Senèz, par jugement du lieutenant général de Police à qui toutes les affaires du temps sont renvoyées par des arrests du Conseil [en marge : L’on a dit qu’il n’y avoit point eu d’exécution parce que l’on craignoit une émotion par un grand nombre de personnes qui s’atroupoient à cet effet et, entre autres, un grand nombre de prestres et d’éclésiastiques. Le particulier étoit à la Bastille depuis 12 ou 15 mois.] Sur le soir plusieurs nuages de pluyes. M. l’Archevesque vient au logis remercier M. l’advocat général[7] de l’arrest qui a esté rendu le 23 de ce mois sur son réquisitoire et qui condamne au feu des remontrances à lui[8] faites par les fidelles de son diocèse à qui son instruction pastoralle du mois de septembre dernier étoit adressée et qui a tant fait de bruit.

Le dimanche 26 février, premier dimanche de Caresme, Invocabit. La nuit, de la pluye et encore ce matin avec un peu de soleil de temps en temps. Mr le Premier président et Mrs les Gens du Roy vont à Versailles voir le roy et la reyne qui estoient de retour d’hyer au soir de Marly où ils avoient passé une quinzaine de jours. Ils y ont esté faire leurs révérences et pour plusieurs brefs du Pape qui sont comme condamnéz par arrest du 23 de ce mois pour les affaires du temps, et pour y recevoir les ordres du roy s’il en avoit à leur donner. Que le roy, la reyne, Mr le Dauphin qui avoit desjà deux dents, et Mesdames estoient, grâces à Dieu, en parfaite santé. Aucune autres nouvelles.

Le lundy 27. Temps pluvieux. L’on parloit d’une lettre écrite au roy par M. l’Archevesque pour lui rendre compte de la conduite qu’il a tenue dans son diocèse de Paris, au sujet des affaires du temps, depuis qu’il en a pris la conduite. L’on disoit que c’estoit les jésuites qui l’avoient dressée, ainsi que la réponse que le roy luy a faite.

Le mardy 28 et dernier février. Encore temps pluvieux et grand vent. La lettre de M. l’Archevesque imprimée, rendue publique. L’on attendoit toujours le courier du roy à l’Empereur au sujet du traité, et l’on disoit que l’on pourroit bien s’arranger avec luy et se brouiller avec l’Angleterre[9]. Ainsi dans quelques temps, l’on en verra les suites ainsi que des affaires de Rome qui pourroient bien se brouiller. Jour de la naissance de ma fille Nanette qui entre aujourd’huy dans sa 14e année.


[1] Passage retiré en raison de la préparation d’un article à part.

[2] Le feuillet est taillé aux ciseaux trop près du texte. Le mot est incomplet, mais on peut supposer qu’il s’agit de Marly.

[3] Ce passage est coiné dans la reliure, et donc très difficile à lire.

[4] Lettre pontificale ayant, en général, un objet précis et une portée circonstancielle.

[5] Louis-Henri de Bourbon-Condé, dit Monsieur le Duc, chef du Conseil de Régence en 1715, principal ministre de Louis XV de la mort du Régent (2 décembre 1723) au 11 juin 1726, date où il fut exilé à Chantilly.

[6] Delisle orthographie ce nom « a la Coque ».

[7] Pierre Gilbert de Voisins.

[8] C’est-à-dire à l’archevêque de Paris.

[9] Ce serait l’un des premiers témoignages d’un projet de renversement des alliances que Louis XV opérera, en effet, près de 20 ans plus tard.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

La dispersion du Parlement. 1753-1754

🙂 Note de la rédaction :

Il faut saluer ici l’importante œuvre accomplie par Maître Durieux dans les collections de l’avocat Le Paige.  Indispensable Le Paige ! Le séminaire de Catherine Maire, à l’EHESS, sur l’Eglise dans l’Etat, a constitué le cadre de l’étude d’un lot particulier des papiers rassemblés par cet inlassable collectionneur et copiste que fut Louis-Adrien Le Paige. Catherine Maire vient de mettre en ligne le résultat de ce travail (plus de 400 pages !), qui est une édition de sources abondamment annotée. Le document qu’ouvre le lien placé ci-dessous :

https://www.scribd.com/full/31247434?access_key=key-nhyz4bdgxd0o3efq31e

est une collaboration remarquable à l’histoire du Parlement au XVIIIe siècle et à l’accès aux sources. Nous en félicitons l’auteur de tout cœur et lui souhaitons de nombreux lecteurs. Parmi ces derniers, ceux qui auront déjà jeté un œil à  Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du parlement de Paris (Librairie Honoré Champion, 2007), mesureront le caractère complémentaire des sources présentées par Maître Durieux et de celles qui ont été utilisées déjà pour l’histoire de l’exil de Pontoise. Preuve supplémentaire qu’en matière de Parlement, surtout au XVIIIe siècle, les regards multiples et croisés sont la condition de tout travail d’histoire. [I. Brancourt].

La crise parlementaire de 1753

Excédé par les Refus de sacrements, le parlement de Paris avait arrêté au mois d’avril 1753 de longues remontrances pour supplier le roi de « ne plus abandonner son autorité entre les mains des Ecclésiastiques qui en abusent avec indécence ». On sait que Louis XV n’ayant pas voulu les recevoir, les magistrats avaient décidé de cesser le service tant qu’il maintiendrait son refus ; les membres des Enquêtes et des Requêtes avaient été aussitôt frappés de relégation, et ceux de la Grand’Chambre invités à se rendre à Pontoise où le parlement était déplacé, avant que d’être relégués à Soissons. Une chambre royale composée de commissaires était chargée de remplacer le parlement ainsi dispersé, provoquant force sarcasmes, et l’hostilité des juridictions inférieures. Seize mois s’écouleront avant « l’heureux retour ».

Les documents collectionnés par l’avocat janséniste Louis Adrien Le Paige et conservés à la Bibliothèque des Amis de la Société de Port-Royal permettent de mieux comprendre les causes, les enjeux et les conséquences de ce long épisode qui a profondément marqué le milieu du dernier siècle de l’Ancien Régime. Ces pages sont riches en effet des grands principes défendus par le parlement, mais aussi des drames personnels vécus par les exilés ; elles font revivre avec une étonnante précision la pratique judiciaire quotidienne, les intrigues de la Cour et les luttes d’influence au sein du ministère ; elles montrent enfin comment circulait l’information entre les différentes « colonies » du  parlement dispersé.

C’est pourquoi il nous a paru utile de les mettre en ordre et de les commenter, pour les rendre facilement accessibles.

A.D.

Importance du gallicanisme dans la pensée parlementaire

Un récent commentaire m’a attiré l’attention sur la nécessité de pointer, une fois encore, l’importance du gallicanisme dans la construction de ce qu’il est convenu d’appeler « l’idéologie parlementaire ». Evidente à mes yeux dès le temps de mes travaux sur le chancelier d’Aguesseau, cette relation intime représente d’ailleurs l’une des possibles ambiguïtés de ce que l’on appelle le « jansénisme politique » au XVIIIe siècle. Un numéro récent de la Revue de l’histoire des religions (tome 226, 2009/3)1 donne de nouveaux éclairages sur cette question majeure de l’évolution de la pensée française et de la doctrine politique. Jacques Krynen, dans L’empire du roi (1993), a d’ailleurs analysé la force de ce ressort dans l’éclosion d’une doctrine politique royale et française à la fin du Moyen Âge. La part du Parlement dans cette construction intellectuelle est soulignée, en particulier, à travers les articles des auteurs suivants :

Tyler Lange, Gallicanisme et réforme : le constitutionnalisme de Cosme Guymier (1486), p. 293 à 313 ;

Marco Penzi, Tours contre Rome au début du règne d’Henri IV, p. 329 à 347 ;

Robert Descimon, Jacques Auguste de Thou (1553-1617) : une rupture intellectuelle, politique et sociale, p. 485 à 495 ;

Alexandre Tarrête, Un gallican sous la Ligue : Guillaume du Vair (1556-1621), p. 497 à 516.

L’ensemble du numéro intitulé La culture gallicane. Références et modèles (droit, ecclésiologie, histoire), avec, entre autres des auteurs comme Sylvio De Franceschi, Olivier Poncet, Marie-Hélène Blanchet, Anne Régent-Susini…, présente un grand intérêt.

  1. Voir en ligne https://www.cairn.info/revue-de-l-histoire-des-religions-2009-3.htm []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts