Au temps de Louis XIV

Il faut saluer ici la très rapide publication des actes d’un colloque qui s’est tenu à Rennes à l’automne 2008 sur les parlements au temps de Louis XIV. Le parlement de Paris y tient une place non négligeable, même si la problématique n’était évidemment pas centrée sur lui. Le livre, mis en œuvre par Gauthier Aubert et Olivier Chaline, est sorti ces derniers jours aux Presses universitaires de Rennes. Vous pourrez en trouver la référence grâce à ce lien : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2307

Bonne lecture !

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Le parlement de Paris dans les travaux du Professeur Jacques Krynen

Simples notes de lecture

Ce billet n’a pas pour but de faire un compte rendu du dernier livre de M. Krynen. Il y en a eu beaucoup, dans la presse quotidienne, sur Internet, sur nonfiction.fr, et ailleurs. Personne n’a envie de passer à côté de cet ouvrage : il faut s’en réjouir sans détour, parce que la médiatisation d’un travail qui brille autant par son érudition que par la qualité de son style est, avouons-le, assez rare. Il y a quelque chose, non pas de passionné, dans le ton de M. Krynen, mais de « sensible », de chaleureux, et certainement de passionnant. Le projet, le sujet, leur traitement par l’auteur, ne peuvent laisser indifférent. La rédaction d’une revue scientifique m’a demandé déjà une recension et j’ai donné un texte qu’en aucun cas je ne me permettrais de « doubler » ici. Il est bon aussi de faire « refroidir » un peu l’information bibliographique…

A lire, cependant, tous les commentaires que ce livre provoque, à chaud justement, sur la toile, dans les média, demain dans un débat universitaire[1], il m’apparaît seulement nécessaire de poser la question du lien précis qui s’est établi, ou que l’on est en droit d’établir, entre le parlement de Paris et ce que M. Krynen appelle l’« idéologie » de la magistrature ancienne. Quelle est, en effet, exactement la part du parlement de Paris dans l’élaboration de cette doctrine que M. Krynen a décrite avec tant de talent ? Très grande, on s’en doute. Mais il faut poser finalement la question des sources d’une telle entreprise, en l’absence, pour l’instant – il s’agit du tome 1 d’une œuvre qui en comportera 2 – d’une recension générale des sources et de la bibliographie utilisée.

Déjà, pour la période médiévale, du XIIIe au XVe siècle, l’œuvre doctrinale propre au parlement de Paris, au sens strict, c’est-à-dire, issue directement de magistrats du Parlement ou de juristes intimement liés au développement de l’institution ne peut que très difficilement être isolée de celle qui est issue de l’Université ou de l’Eglise. Dès le XVe siècle, et au XVIe siècle encore, la magistrature de province, tout particulièrement celle de Toulouse, contribue évidemment à un essor considérable de la doctrine et elle nourrit de façon essentielle cette « idéologie » qui ne cesse de s’affirmer en face du pouvoir monarchique avec plus de nettement, et plus d’audace aussi, à partir de Louis XII et de François Ier. Après Jean Bodin, dont il est impossible de nier le rôle dans le tournant décisif de la conception de la souveraineté – d’une souveraineté conçue essentiellement en termes de juridiction à une souveraineté concentrée autour du pouvoir législatif – la perception de l’idéologie parlementaire par Jacques Krynen repose autant, voire plus, sur l’œuvre de magistrats et d’auteurs de province, tel Bernard de La Roche Flavin, que directement du parlement de Paris. Restent, pour le XVIIIe siècle, bien sûr, des monuments dans lesquels M. Krynen a puisé avec profit, ceux, par exemple, du chancelier d’Aguesseau ou le corpus des remontrances du parlement de Paris éditées précocement.

Nuances et interrogations

Il semble pourtant que l’esprit du « Parlement » ne peut être saisi, je le crains, ni dans son ensemble, ni dans sa complexité, ni dans sa réalité quotidienne, à partir de cette seule catégorie de sources : une approche sociologique et historique, insérant intimement les déclarations de principes et les ouvrages doctrinaux dans leur contexte (leur contingence ?), politique et social, même économique et financier, met cette doctrine à l’épreuve des faits[2]. Dans ce cadre, des sources récemment éditées, comme les Débats du Parlement de Paris pendant la Minorité de Louis XIV[3], me paraissent d’une extrême utilité. D’autres, restées manuscrites, et encore peu accessibles, comme les innombrables feuillets de « journal du Parlement » laissés par le modeste commis greffier Jean-Gilbert Delisle, au XVIIIe siècle, confirment les impressions retirées de ce type de lecture. Non que ces sources renversent la construction si intelligemment esquissée par M. Krynen, de cette « idéologie » de la magistrature, mais elle en tempère l’aspect trop « lisse », c’est-à-dire trop unitaire, trop univoque. Associées aux correspondances privées, conservées dans les fonds des archives familiales de grands magistrats du parlement de Paris, comme les Joly de Fleury, comme Robert de Saint-Vincent, ou bien de membres du Conseil du Roi en contact permanent, tels les d’Argenson, avec le premier président du Parlement ou des membres du Parquet de Paris, ces sources obligent l’historien à se poser quelques questions majeures : y a-t-il dans le conflit avec la monarchie une simple confrontation idéologique, deux façons opposées d’envisager le pouvoir ? Si oui, quel est ce « dogme absolutiste » dont parle M. Krynen et quelles en sont les sources et les composantes ? Si non, quelle est le rôle joué, premièrement, par l’évolution des institutions et le développement de la pyramide juridictionnelle, deuxièmement et surtout, par le statut de l’office sous l’Ancien Régime, dans ces conflits politiques de l’époque moderne ? Quelle est la place des options personnelles et des conflits d’intérêt dans cette confrontation ? La plupart des soutiens les plus résolus de ce que le Parlement commença, vers 1730, à appeler le « despotisme ministériel » étaient de hauts magistrats, spécialement de Paris – les d’Aguesseau, L’Averdy, Maupeou, Lamoignon, etc., aussi célèbres dans leur défense des droits du Parlement (le d’Aguesseau des Mercuriales) que dénigrés dans leur gouvernement (le d’Aguesseau de 1720 et 1730-32). L’incapacité de la magistrature, même d’un d’Aguesseau qui se déclarait impuissant, à se purger, au nom même de cette éthique dont elle faisait vibrer les lambris de la Grand Chambre, d’un statut de l’office devenu fleuron des fortunes et des honneurs familiaux, n’est-il pas l’un des nœuds de la destinée parlementaire au XVIIIe siècle ? La question, certes, n’est pas la seule, mais elle mérite d’être posée. Alors peut-être bien que le réponse à la première question sera, à la normande, oui et non…


[1] « De l’éminente dignité des juges… Autour de L’idéologie de la magistrature ancienne de J. Krynen, CERAL, 24 mars 2010, amphi D Institut Galilée, Université de Paris 13-Villetaneuse.

[2] Une démarche dans laquelle excelle toute une génération d’historiens français (je pense spécialement aux travaux de Robert Descimon) et étrangers, en particulier anglo-saxons.

[3] Du conseiller Jean Le Boindre, édition Librairie Champion-Slatkine, 1997 et 2002, 2 vol.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Nature et objectifs de ce carnet de recherche

Après un an de mise en ligne

« Parlement de Paris » se doit de s’expliquer… un peu. Avec un flux croissant de visiteurs, il prend aujourd’hui une allure un peu différente, vous l’aurez compris, pour une meilleure lisibilité de l’information qu’il contient : classés par catégories hiérarchisées (ligne active supérieure au bas du bandeau d’accueil), les billets sont donc plus faciles à identifier, plus faciles à retrouver. Les pages statiques (ligne inférieure au bas du bandeau) continuent de jouer le rôle de repères stables, de fil d’Ariane, et d’éléments de synthèse des principaux centres d’intérêt de cette « chronique d’une recherche dans des archives hors norme ». Les colonnes latérales fournissent des renseignements complémentaires (tel ce nuage de mots-clefs qui renvoient aux billets concernés) : ils facilitent aussi la navigation ; elles établissent les liens avec les sites proches ou complémentaires1.

Derrière cette entreprise minuscule

Il y a surtout une équipe épatante, celle du CLEO, entièrement consacrée à la promotion de l’édition électronique ouverte, une équipe « invisible » au lecteur de ce carnet, mais toujours présente, efficace, pédagogue. Il y a donc un esprit « Hypothèses » et une charte de confiance de l’utilisateur à laquelle il serait inconcevable de déroger : cet esprit est fait à la fois de rigueur scientifique, parce que nous appartenons à un grand organisme de recherche, et de générosité, parce que l’objectif premier de ce blog scientifique n’est pas certes de « se » raconter, mais bien de tendre un peu le flux de la communication scientifique, d’activer, si cela est possible, la « réactivité » de nos recherches en acceptant de les confronter au fur et à mesure à l’expérience des autres, donc à l’éventuelle critique. Ce carnet est bien un blog parce qu’il ouvre au lecteur un espace de discussion qui, écrasant les distances, rapproche les points de vue et stimule la réflexion pour un progrès véritablement collectif de la connaissance. Dans le domaine si spécifique du Parlement de Paris, une institution sans exemple, aux archives hors norme, c’est plus indispensable que dans bien d’autres domaines. A la confluence de l’histoire de l’Etat, du droit et des institutions, des mœurs et de la société, des crises et des conflits politiques, des violences et des crimes, des propriétés et des modes de transmission, de la culture… le Parlement requiert du chercheur une modestie à la mesure de sa persévérance, et réciproquement.

Offre de collaboration nationale et internationale

Répondant à ses objectifs premiers2, ce carnet de recherche n’est pas une aventure solitaire. Parce que les recherches « en Parlement » sont hors des limites d’une vie, et même d’une seule équipe de recherche, cette entreprise a toujours été conçue comme le lieu d’une collaboration aussi ouverte que possible, tant sur le plan des disciplines que de la géographie. Lieu privilégié de l’interdisciplinarité, le Parlement est aussi l’occasion de multiples rencontres. Il y a dans la supranationalité d’Internet et dans sa réactivité le moyen de créer ou de rendre visible une véritable petite « République » des lettres parlementaires. Qu’on l’appelle réseau de recherche ou autrement, peu importe pourvu que la réalité corresponde à cet idéal.

Ce que l’on peut lire et écrire sur « Parlement de Paris »

Contrairement à une revue, même électronique, un carnet de recherche n’a pas pour vocation de porter des articles scientifiques achevés. Pourtant, véritable entreprise d’édition, il est un lieu de publication. S’il peut être fondamentalement beaucoup de choses différentes, « Parlement de Paris » est un site qui s’est fixé principalement trois objectifs :

1° la divulgation d’hypothèses, donc le dévoilement de projets de recherche en cours de réalisation ou « sur rampe de lancement ». La recherche dans ce domaine particulièrement complexe du Parlement ne peut aboutir souvent qu’en de nombreuses années. Délimiter un champ d’investigation, dater le début d’une entreprise, tout cela est aussi indispensable que de confronter, quand il en est encore temps, ses intuitions à la réalité de l’expérience d’autrui. Affaire de rendre à César, ce qui lui appartient…

2° l’orientation de tous ceux qui s’aventurent sur ce terrain dans le dédale des sources et de la bibliographie. L’inflation éditoriale dans notre secteur est à la mesure du regain d’intérêt que lui manifeste notre génération.

3° l’accompagnement de projets de publication. Qu’il s’agisse de livres, par exemple d’éditions de sources manuscrites, ou de comptes rendus et d’articles, les premières ébauches, les réflexions préliminaires, les esquisses ne retirent rien, au contraire, à l’intérêt de la publication définitive. Mieux préparée, elle n’en sera que plus attendue.

Alors, laissez-vous tenter…

  1. Avis à ceux qui seraient chagrinés de ne pas figurer dans la liste actuelle : il suffit de se signaler à l’administrateur du carnet. Merci d’avance []
  2. Cf. le premier billet de ce blog, février 2009 []

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts