Des A.S. au Parlement ? Des sources d’information du ministère sur la magistrature de Paris

Y eut-il des Agents Secrets au parlement de Paris ? A partir des années 1660, en tout cas, alors que se développent les enquêtes administratives à l’initiative de Colbert, puis de ses successeurs au contrôle général des finances ou bien dans les secrétariats d’Etat, plusieurs rapports anonymes laissent entendre que le gouvernement central de la monarchie française a éprouvé le besoin de se faire tenir au courant en général, de l’esprit public, et en particulier, de l’état de sa haute magistrature. Au XVIIe siècle, le Parquet fut peut-être à l’origine de cette information. Au XVIIIe siècle, la lieutenance générale de Police de Paris fut probablement, en concurrence avec le Parquet, l’un des promoteurs et des canaux de cette mission secrète. Pourtant la valeur des renseignements et la fiabilité du témoignage que fournissent les documents que nous avons rencontrés, restent problématiques. Continuer la lecture de Des A.S. au Parlement ? Des sources d’information du ministère sur la magistrature de Paris

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Mon « carnet » Delisle : son Journal pour l’année 1730 (I)

Dans la suite des billets d’août et septembre 2009, je reprends et poursuis la mise à disposition de mon carnet personnel d’analyse des recueils confectionnés par le commis greffier Jean-Gilbert Delisle, au service du greffier en chef civil du parlement de Paris dans la première moitié du XVIIIe siècle (cf. ci-contre, page « Greffe »). Le lecteur pourra mesurer l’intérêt extrême de ces papiers jusques-là sous-exploités dans les domaines de la météorologie et de l’histoire du climat, de la vie et du travail du Parlement, de l’histoire du jansénisme et de la « Constitution », c’est-à-dire de la bulle Unigenitus, enfin des faits divers. Ce qui suit (et suivra) concerne l’année judiciaire 1730, commençant, il faut le rappeler, à la Saint-Martin, c’est-à-dire au début du mois de novembre 1729. Continuer la lecture de Mon « carnet » Delisle : son Journal pour l’année 1730 (I)

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts