Toujours Delisle: son journal du Parlement en 1725 (I)

La collection « Conseil secret de Delisle » (voir sa présentation à la page Greffe) est tellement riche que son exploitation scientifique risque de prendre du temps, trop de temps. J’opte donc pour une mise à disposition provisoire, et progressive, de mes travaux d’analyse. Voici une première livraison.

Arch. nat. U 368

 

Nov 1724 à octobre 1725. Page d’en-tête habituelle : « De Lisle »

[591 fol. et feuillets insérés, foliotés par moi-même]

 

fol.1-7 : imprimé de la relation de la mort de Louis Ier d’Espagne.

fol. 8-9 : imprimé de la déclaration du 26 sept. 1724

fol. 10 : petit papier imprimé avec date à la main : 10 novembre 1724 : « Monsieur le President Portail est venu pour avoir l’honneur de voir Monsieur & le suplier d’être favorable à sa Reception en l’Estat & office de Premier President, indiquée à lundy prochain 13 Novembre 1724 ».

fol. 11-12 : imprimé d’un arrêt du Conseil (jansénisme). Continuer la lecture de Toujours Delisle: son journal du Parlement en 1725 (I)

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Entendre aussi résonner les rires du passé…

Le Parlement, à n’en pas douter, est une institution fort sérieuse. Pourtant nos dignes magistrats – tout comme les curés – ont pu y contracter quelques fous-rires mémorables. Rares sont les sources qui nous en donnent les échos. Sous la Fronde, le conseiller Jean Le Boindre, au vol de ses Débats du Parlement sous la Minorité de Louis XIV[1], surprend son lecteur par quelques anecdotes particulièrement burlesques, peu nombreuses, c’est vrai, mais qui nous font comme entendre le rire du passé. Aujourd’hui, je voudrai vous faire partager l’humour qui ressort du journal de Jean-Gilbert Delisle dont on ne finit pas de savourer les richesses. Voici la scène.

Dans les derniers jours d’août 1725, la magistrature parisienne au grand complet est invitée à venir à Fontainebleau faire ses compliments à la nouvelle reine[2] et féliciter le roi : Louis XV et Marie Leszczynska viennent de se marier. La France entière partage cette « fête de famille » et, tout le premier, notre secrétaire-commis au greffe du parlement de Paris[3]. A l’affût des nouvelles, il note ingénument dans son journal les mille et un bruits qui courent :

Arch. nat., U 368, fol. 552 : « Sire, etc… J’ay le compliment [du Premier président] au 28 novembre suivant, jour que le recit de la députation a esté fait. » [… ] Fol. 553 : « La Reyne est jolie sans estre belle, des traits qui plaisent après l’avoir un peu regardée, et très gracieuse de visage et de parolles, et qui fait tous les jours l’admiration de toute la Cour par sa piété et par toutes ses vertus. Dieu veüille qu’elle continüe de plus en plus et qu’elle inspire au Roy ces mesmes vertus et du soulagement pour son peuple qui en a grand besoin ». Fol. 554 : « Mr de Massol, advocat general de la chambre des Comptes, fit son compliment à Mme la Maréchale d’Estrées au lieu de la faire à la Reyne et quoy qu’on luy fist signe et qu’on luy dist que ce n’étoit point la Reyne, il continua, et ayant fini, la Reyne dit en riant à Mme la maréchalle d’Estrées : Madame, Votre Majesté me permet-elle de me lever et de m’en aller ?, ce qui l’a rejoüit (sic) fort et toute sa cour, et dont on a rit bien des fois depuis, et la Reyne la première. »

Pense-t-on parfois au rire des rois et des grands ?


[1] Edités par Orest et Patricia Ranum, avec une étude de Robert Descimon, pour le tome 1 (1648-1649), par Isabelle Storez-Brancourt, avec une table des magistrats pour le tome 2 (1650-1653), publiés par les Editions Honoré Champion-Slatkine, Paris-Genève, 1997 et 2002.

[2] « Mrs les deputez du Parlement au nombre de 50 comptant les Gens du Roy vont a Fontainebleau faire compliment au Roy et a la Reyne sur leur heureux mariage » (Arch.nat., U 368, fol. 552).

[3] « Le mercredy 29 aoust 1725, jour de marché […] Le Roy envoye au-devant de la Reyne pour luy faire avancer son voyage. Grande esperance et bonne augure de l’union et parfaite amitié par avance de leur heureux mariage » (ibid, fol. 510).

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

Pour sortir des vacances : le casse-tête bibliographique du parlement de Paris

Un commentaire apporté à l’un des billets antérieurs posait une question importante sur laquelle (après une pause estivale, nécessaire, profitable et pourtant… trop courte), il me semble nécessaire de revenir : y avait-t-il une bibliographie récente et exhaustive sur le parlement de Paris ? Excellente et stimulante question.

1 Une bibliographie récente : oui. À l’occasion de la publication de l’ouvrage collectif issu des travaux de notre laboratoire (IHD-C.E.H.J.) : Le Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du parlement de Paris (XVe-XVIIIe siècle)[1], les trois auteurs[2] ont entrepris et mis en commun une récapitulation de la bibliographie concernant le parlement de Paris. Celle-ci se trouve en annexe, p. 763 à 795. Elle rassemble ouvrages et articles de façon purement alphabétique. À la page « Biblio » du présent carnet de recherche, le lecteur pourra trouver l’extrait de cette bibliographie concernant la période moderne, en cours de révision et de mise à jour. Un effort de classement a été effectué si délicat soit cet exercice quand il s’agit du Parlement ; ce début de classification sera amélioré peu à peu. La plupart des ouvrages sur le parlement de Paris, en effet, abordent plusieurs points de vue différents et la dominante (institutionnelle, sociologique, judiciaire, par exemple) n’est pas toujours aisée à percevoir ni suffisante à rendre compte des apports historiographiques du travail. L’un des objectifs de cette page « Biblio » est de constituer un guide pour le néophyte. Par conséquent, elle a vocation à devenir une bibliographie critique et commentée. Un tel propos dépasse une fois encore mes seules forces et suppose une collaboration aussi ouverte que possible.

2  Une bibliographie exhaustive : hélas ! non. Ce serait trop beau. Nous avons fait certainement un ample tour d’horizon, mais il reste des lacunes, trop nombreuses à notre goût. Elles se situent d’abord dans le domaine de la bibliographie étrangère. Il est important de s’arrêter un instant sur la bibliographie anglo-saxonne : concernant l’époque moderne surtout, nos collègues anglais et américains ont profondément renouvelé les approches traditionnellement adoptées en France sur ce sujet. Une série étonnante couvre ainsi l’histoire de l’institution « parlement de Paris » et de ses relations avec la monarchie du milieu du XVIIe siècle à la Révolution française. Il s’agit, en suivant l’ordre chronologique des périodes étudiées, des travaux de A. Lloyd Moote, Albert N. Hamscher, John H. Shennan, John J. Hurt, Peter R. Campbell, John M. G. Rogister, Julian Swann et Bailey D. Stone. Encore cette énumération ne tient-elle pas compte de tous les remarquables ouvrages qui ont été publiés sur des sujets proches et qui touchent essentiellement au parlement de Paris, comme le jansénisme, la culture politique, le livre et les changements du climat intellectuel après Louis XIV, le milieu des avocats, la pré-révolution, les sociétés et salons ou la « sociabilité du XVIIIe siècle », etc.  (lire en particulier K. M. Baker, M. P. Breen, Dale Van Kley, J. Hardman…).

3 Cet apport essentiel de l’historiographie anglo-saxonne à l’histoire de la France moderne vient d’être souligné, une fois encore, dans la thèse, sortie des presses fin juin 2009, de Blandine Hervouët : l’auteur a bien voulu m’en faire parvenir un exemplaire à titre de… lecture de vacances, et je l’en remercie vivement.  Le livre est intitulé Jacob-Nicolas Moreau, le dernier des légistes. Une défense de la constitution monarchique au siècle des Lumières[3]. Voici ce qu’elle écrit fort opportunément (p. 5): « Paradoxe plaisant : c’est-peut-être à la nation qu’il a le plus combattue que Moreau devra la modeste réhabilitation que nous voudrions tenter. Sans l’historiographie britannique, combien de temps encore la Révolution française serait restée dans notre paysage intellectuel cette infranchissable ligne de démarcation entre camps adverses qu’elle a été jusqu’à la fin du siècle dernier ? Contempler les événements depuis Cambridge a permis de les replacer dans une perspective plus sereine ». En note 16, Blandine Hervouët dit que « l’école de Cambridge tente essentiellement d’historiciser la pensée politique du passé », citant John Bunow qui souhaitait « écouter aux portes des conversations du passé ». Magnifique expression, en effet, qui coïncide si bien avec le but que nous nous sommes assigné pour sortir le parlement de Paris, surtout dans la période cruciale qui précède la Révolution française, des polémiques qui, trop longtemps, se sont exclusivement articulées autour du rôle présumé de cette souveraine institution de la monarchie dans la destruction de l’Ancien Régime. C’est à tous les ouvrages anglo-saxons que je voudrai aujourd’hui exprimer la gratitude des historiens français que Madame Hervouët rend à la science de Cambridge.

4 Les principaux titres de cette historiographie anglo-saxonne, sans doute, apparaissent bien dans la bibliographie publiée dans notre ouvrage « Parlement en exil… », mais de trop nombreux articles ont été laissés de côté. Une investigation est en cours également dans la bibliographie en allemand, en italien, et plus largement en langues étrangères. Mon souhait est de réaliser une base de données qui se nourrirait progressivement des nouveautés historiographiques. En français même, intégrant les travaux dynamiques de nos collègues canadiens, belges, ou francophones, la bibliographie peut considérablement s’étoffer encore. Face au Parlement, toujours rester modeste…


[1] Paris : Librairie Honoré Champion, 2007, 841 p.

[2] Monique Morgat-Bonnet (pour la translation à Poitiers de 1418 à 1436), Sylvie Daubresse (pour la translation à Tours de 1589 à 1594) et moi-même.

[3] Préface de Jean-Marie Carbasse et Guillaume Leyte, Prix de thèses de l’Université Panthéon-Assas-Paris II, Paris : LGDJ, Lextenso éditions et Blandine Hervouët, « Bibliothèque de droit public, tome 262 », 2009, 592 p.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts