Versailles, 3 avril 1770: où l’on en revient à la translation

Dans l’histoire du parlement de Paris, il y a des translations sans exil et des exils sans translation. La récente publication Le Parlement en exil ou Histoire politique et judiciaire des translations du parlement de Paris (XVe-XVIIIe siècles)[1] ne pouvait parler des premières qu’en introduction ; quant aux seconds, ils étaient exclus du sujet. Le répertoire des épisodes, avec ou sans exil, se voulait en revanche exhaustif. Il ne l’était pas tout à fait : la translation, sans exil, d’avril 1770 avait échappée à ma vigilance. Emportée dans le flot de lits de justice et de séances royales, à Paris ou à Versailles, qui précédèrent la terrible crise connue sous le nom de « Coup d’État – ou de Majesté – de Maupeou[2], cette translation s’en distingue pourtant : elle donna lieu à l’expédition par le roi d’une lettre patente enregistrée en Parlement, « garni de pairs », le 3 avril, et non pas seulement d’une lettre de cachet convoquant la magistrature à une séance exceptionnelle ; elle engendra, en conséquence, des réactions spécifiques de la part de la magistrature et de l’opinion. C’est la lecture des  Loisirs, ou Journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance du libraire parisien Siméon-Prosper Hardy[3] qui m’a rappelée à cette réalité.  Continuer la lecture de Versailles, 3 avril 1770: où l’on en revient à la translation

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

En guise de programme

Ce premier billet du carnet « Etapes ou chronique d’une recherche dans les archives du parlement de Paris » doit être consacré au résumé du propos de cette entreprise. Ce carnet est, en effet, dédié à l’histoire de l’institution, du droit, de la justice et de la magistrature du parlement de Paris à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles). L’exceptionnelle ampleur des archives qui le concernent sème sous les pieds du chercheur autant d’embûches que de satisfactions dans la découverte. Actuellement, les recherches dans ce domaine se sont considérablement ouvertes, d’une part, à des thématiques nouvelles et complémentaires, cherchant à associer intimement la pratique judiciaire de la cour à son évolution idéologique et politique dans le cadre de la monarchie absolue ; d’autre part, à une communauté de chercheurs élargie à l’échelle planétaire, en particulier par le biais d’Internet et de ses potentialités en matière de diffusion de l’information et du savoir. La rédactrice de ces Etapes souhaite que son initiative soit comprise comme un véritable appel à collaboration et propose à tous les chercheurs entrés, comme elle, « en Parlement » et qui en ressentent le besoin, de participer à ce blog d’Hypothèses. Plus qu’en aucun autre domaine, du moins en France, on se doit de souligner le caractère peu commun, peut-être même hors norme, du parlement de Paris, par la précocité de son institution (milieu XIIIe siècle), sa longévité (jusqu’à la Révolution française), la diversité de ses compétences judiciaires et de ses fonctions (administratives, politiques, et non seulement judiciaires), enfin l’importance de son ressort juridictionnel, même encore au XVIIIe siècle. Son rôle central dans l’histoire générale de la royauté capétienne en fait un sujet délicat, précisément susceptible de discussions, d’interrogations, de controverses. Réduit à sa modeste place par l’ampleur même de l’enjeu, le chercheur ne peut avancer que d’hypothèse en hypothèse, posant des jalons tout au long de son itinéraire lorsque l’une ou l’autre d’entre elles se trouve confirmée, du moins soutenue par un autre angle d’approche ou confortée par la pluralité des avis.

Au programme des prochaines livraisons de ce carnet, la création de pages distinctes et thématiques (archives et sources, nouveautés bibliographiques, histoire du parquet, procédure, prosopographie de la magistrature parisienne, etc), l’astreinte à une périodicité rapprochée de publication de billets nouveaux d’hypothèses afin de permettre une véritable réactivité de la recherche dans ce domaine.

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts