Nous connaître

Nous contacter : parlement@listes.ens-lyon.fr

– Rédacteur en chef : Isabelle Brancourt, Chargée de recherche au CNRS, CERPHI (département de l’Institut d’histoire de la Pensée classique. UMR 5037. CNRS-ENS-Lyon) CV_mis-à-jour_2013

Née Storez, en 1957, elle est entrée par concours au CNRS après un peu moins de vingt années passées dans l’enseignement secondaire et supérieur. Agrégée d’Histoire (1986), elle est spécialisée en histoire moderne et sa thèse sur le chancelier d’Aguesseau (1992) lui a permis d’établir un pont entre l’histoire et le droit par l’histoire des institutions et de la magistrature, d’abord, puis par l’histoire de la justice et de la procédure, ensuite.

– Caution scientifique : 1) Julian Swann, professeur à l’Université de Londres, est spécialiste de l’histoire de la France au XVIIIe siècle, sous le règne de Louis XV. Après un ouvrage sur les relations du parlement de Paris et de la Monarchie sous Louis XV, son dernier ouvrage est consacré aux états de Bourgogne.

2) Pascal Bastien, professeur à l’Université Laval, Université du Québec à Montréal,
Département d’histoire (www.histoire.uqam.ca), Casier postal 8888, succursale centre-ville Montréal, Québec, H3C 3P8 Canada. Pour plus de précisions suivre ces liens :
http://www.histoire.uqam.ca/professeurs/index.php?id=29
http://www.cierl.ulaval.ca

3) Francesco Di Donato, professeur à l’Université de Naples, Italie. Spécialiste de l’idéologie parlementaire au XVIII siècle, grand connaisseur de Le Paige, à partir des archives exceptionnelles de la Bibliothèque de Port-Royal (Paris).

Auteurs : 1) Marie Bouhaïk-Gironès. Docteur en histoire médiévale de l’Université de Paris 7, chargée de recherches à l’Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique (Amsterdam), au sein du programme de recherche ‘Law and Drama, France, 13e-16e s.’, elle enseigne actuellement à l’EHESS.

http://home.medewerker.uva.nl/m.bouhaik-girones/

2) Philippe Paschel, docteur en droit de l’Université de Paris-II. Ingénieur au CNRS. Spécialiste du Parlement de Paris au XIVème siècle. Plusieurs articles
sur la procédure. Voir la base “Parlement civil (XIVe. s” sur le site de l’Institut d’Histoire du Droit (UMR 7184-Université Panthéon-Assas-Paris-II-CNRS-Archives Nationales) [http://www.ihd.cnrs.fr/].

– Cleaker 2.1 Theme created by Adam Walker Cleaveland with Widget support added by Chris Webb

– Adaptation de la maquette : Christophe Bonijol (CLEO).

– Crédits photographiques :

Isabelle Brancourt

Agrégée d'Histoire (1986), docteur de l'Université de Lille (1992), HDR (2005). Professeur dans l'enseignement secondaire de 1982 à 1991; PRAG puis maître de conférences à l'Université d'Artois de 1992 à 2000 ; chargée de recherche au CNRS depuis 2000, aujourd'hui à l'IHPC (Ens-Lyon-CNRS).

More Posts

4 réflexions au sujet de « Nous connaître »

  1. La famille d’Amboise appartient à la noblesse d’épée. Au XVIIe siècle, il y a bien un maître des requêtes de ce nom, mais à ma connaissance, aucun de ses membres n’est entré au Parlement de Paris. En l’état actuel du traitement des archives, il n’est pas possible de dire si Henri-Michel a eu ou non des procès par devant le Parlement. Auriez-vous de votre côté quelques dates ou affaires à mentionner ?

    Isabelle Brancourt

  2. Chère Collègue,

    J’ai apprécié vos deux études sur la séance royale du 19 novembre. On est en effet ici à l’épicentre du débat constitutionnel. Le calme apparent qui s’ensuit pendant les mois qui suivent est trompeur. Le feu couve encore. Et l’affrontement constitutionnel reprend de plus belle au printemps. Il y a bien un avant et un après 19 novembre 1787. Tout cela m’a donné l’idée de poursuivre avec les remontrances du 11 avril 1788. Mais je me suis écarté de mon objectif et en fin de compte j’ai retranscrit les 11 procès-verbaux des Assemblées des chambres du 11 avril au 7 mai 1788. Ils sont accompagnés de quelques commentaires dans ma Chronique 2e série.

    Je vous adresse mes cordiales salutations
    Michel Bottin

    1. Cher Professeur,
      Je suis touchée de votre commentaire et contente que mon article « C’est légal parce que je le veux » ait attiré votre attention favorable. J’ai d’ailleurs poursuivi cette recherche, de mon côté. J’apprends ainsi votre travail de transcription des séances plénières des mois d’avril et mai 1788 et je vous remercie de ce travail.
      Avec mes respectueuses salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chronique des recherches dans des archives hors norme